le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede CHALOT le Sam 29 Sep 2012 09:16

Le délit de Blasphème passe par l'Alsace Moselle!?

L'OCI ( l'Organisation de Coopération Islamique) qui regroupe 57 pays islamiques intervient énergiquement dans les commissions de l'ONU et notamment celle des Droits de l'Homme pour faire reconnaître le délit de blasphème .
Le blasphème appelé « diffamation des religions » serait ainsi passible de poursuites devant les tribunaux.
Pour appuyer sa campagne internationale, l'OCI et ses alliés a inventé un nouveau « concept » : l'islamophobie. Ce tour de passe passe, cautionné d'ailleurs par d'étranges défenseurs des droits de l'homme vise clairement à interdire toute critique de la religion et de ses fondements.
Seule la stigmatisation des musulmans procède du racisme, non la critique acerbe de cette religion.
Mais, Monsieur, la France pays des droits de l'Homme et pays de Rousseau et de Voltaire ne permettra jamais que ce délit de Blasphème soit introduit !
Mais voilà, il existe un petit bout de France qui dispose d'un statut particulariste....C'est par là que l'intégrisme et ses alliés veulent passer pour détruire une partie de l'édifice républicain.
Le communiqué de l'association «EGALE » POUR LAICITE D'ACCORD a le mérite d'informer et de rappeler avec force la nécessité queles lois laïques, toutes les lois laïques s'appliquent sur tout le territoire de la République!
L'Alsace et la Moselle ne veulent plus être le refuge du délit de blasphème.
A la suite de la publication de caricatures de Mahomet, le président du CFCM étudie la possibilité d'un dépôt de plainte contre  le journal satirique Charlie Hebdo "en Alsace-Moselle" ou "au niveau européen".
Dans tous les pays démocratiques sécularisés, dont la France, le délit de blasphème lié à l'ingérence des cultes dans la sphère publique a été abrogé, mais pas en Alsace-Moselle. Envisager de déposer une plainte en Alsace-Moselle plutôt qu'à Paris, siège du CFCM, implique de recourir à l'article 166 du code pénal local concernant le blasphème et qui prévoit une peine allant jusqu'à trois ans de prison.
Chacun appréciera le bien fondé des caricatures de ce journal "bête et méchant".
Dans le passé, déjà, ce journal avait eu à répondre devant un tribunal de la légalité de la publication des caricatures danoises de Mahomet. Mais jamais une plainte n'avait encore été envisagée pour blasphème.
Cette éventualité a donné le tournis aux juristes de l'Institut du Droit Local. Dans un  premier temps ils se sont montrés dubitatifs sur la recevabilité d'une telle plainte. D'après une dépêche de l'AFP, dans un second temps, ces mêmes juristes se sont lancés dans une interprétation théologique du texte juridique qui laisse perplexe. Ils assimilent "l'outrage à un culte" à un "blasphème public contre Dieu" et jugent que "Dieu représente le sentiment religieux".  Si l'on comprend bien, pour les juristes de l'IDL, offenser le sentiment religieux justifierait une plainte pour blasphème en Alsace-Moselle, à coup sûr une première juridique.
Il ressort de ces circonvolutions juridico-théologiques qu'une plainte contre Charlie-Hebdo pour blasphème nous ramènerait au temps de l'Ancien Régime. Cette éventualité rappelle à tous les citoyens et décideurs français qu'il est impératif et urgent d'introduire les lois laïques en  Alsace et en Moselle. »
Jean-François Chalot
 
CHALOT
 
Messages: 169
Inscription: Dim 3 Jan 2010 14:34

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede bajotierra le Sam 29 Sep 2012 09:57

Salut ,

Cette histoire du "délit de blasphéme" découle effectivement du concept d'slamophobie , c'est a dire d'une stratégie visant a réduire la Liberté qui vient de loin , come le montrent les pressions de l'Organisation de la Coopération Islamiste

Cette organisation a a subventionné la propagande de ce concept , lequel associe un moyen de domination en l'occurence une idéologie religieuse a une population donnée, et identifie cette population a cette religion , il en découle que toute critique de cette domination devient "une critique raciste " prêtant alors le flanc au délit d'injure raciale ou , a ce qui devient la même chose , le " délit de blasphéme ..."

Cette grossière escroquerie intellectuelle n'aurait pu prospérer sans les énormes moyens financiers des états de l'OCI et la complicité , mercenaire ou stupide , de militants , qui tels ces pseudos libertaires ont signé ce lamentable " appel des libertaires " ...Contre la Liberté
(discussion ici viewtopic.php?f=10&t=8243 )

ci dessous un un article paru le 27/ 09 /2012 sur un blog tunisien
http://latroisiemerepubliquetunisienne. ... ation.html

Derrière la volonté de réhabilitation du crime de blasphème, le trou noir de l'obscurantisme
Sihem Habchi



Le Conseil français du culte musulman "étudie la possibilité de porter plainte contre Charlie Hebdo" pour ses caricatures du prophète Mahomet au niveau européen ou en Alsace-Moselle, où "le droit local stipule que l'acte de blasphème est punissable" (1) annonce Mr Moussaoui. Pourtant malgré les appels de groupes obscurantistes, la majorité des musulmans de France n'est pas tombée dans le piège. Cet appel au délit de blasphème va à contre-courant de notre laïcité et de l'une des propositions du Président : constitutionnaliser la laïcité. Le CFCM s'inscrit plus largement dans la vague qui agite le monde arabo-musulman depuis plusieurs semaines.
Les manifestations autour du 11 septembre 2012 dans le monde reproduisent à l'envie la même rhétorique implacable : les musulmans se soulèvent contre l'ennemi occidental qui salit l'Islam. La date et le message, nous ramène 11 ans en arrière et ce n'est pas hasard. Les néoconservateurs occidentaux d'un côté et les intégristes islamistes de l'autre, prenant en otage une religion, un milliard de personnes.
L'attaque de l'ambassade US en Lybie qui a causé la mort de l'ambassadeur et d'autres représentants officiels survient dans le seul pays post-révolution arabe qui n'a pas vu les islamistes arriver par les urnes. Ceci n'est certainement pas une coïncidence. Ce qui a mis le feu au poudre estun film obscure contre l'islam. Et nous voilà face à une démonstration de force planétaire. Il y a plusieurs effets à ce drame : ranimer le choc des civilisations, rappeler que l'être musulman est incompatible avec la démocratie et surtout, une fois de plus écraser les démocrates dans les pays arabes.


Il n'aura pas fallu bien longtemps aux gouvernements islamistes des frères musulmans en Egypte et en Tunisie pour saper les révolutions auxquelles ils n'ont pas pris part. Ces deux régimes se sont attaqués aux intellectuels, artistes : l'industrie du cinéma égyptien fuit le pays et en Tunisie les producteurs, artistes ou journalistes sont mis en prison, tabassés. Les femmes subissent les attaques répétées dans l'espace public, humiliées en Tunisie, réduites à n'être que le simple appendice de l'homme passant du statut d'égale à celui de "complémentaire". Le double discours des gouvernements islamistes ne doit tromper personne. Leur politique de surenchère avec leur bras armé salafiste s'inscrit dans un rapport de force totalement banal et don l'unique objectif est de confisquer la révolution. La bataille entre les démocrates et les intégristes qui se joue dans les rues depuis plusieurs mois dans un climat de terreur, d'intimidations, d'arrestations n'a pas particulièrement ému de ce côté de la méditerranée.
On a préféré multiplier les soutiens, accueillant Marzouki à l'Assemblée Nationale qui expliqua au peuple français que les islamistes de Ennahda sont le pendant des partis démocrates chrétiens européens. Personne pour dire alors que Ennahda refuse la séparation de la religion et de l'Etat, principe imposé à tout parti en France.
Et on inventa le concept de "islamiste modéré". Où est la modération quand l'une des premières mesures du ministre de l'enseignement supérieur en Tunisie est d'autoriser le niqab à la fac. Où est la modération quand au pic de la violence des salafistes, Ghannouchi, leader de Ennahda, veut une loi contre le blasphème et l'atteinte au sacré, relayé en France par le CFCM. Un autre pays avait fait cette demande à l'ONU : la république islamique d'Iran.


La course pour le leadership de la communauté des croyants "oumma" n'a jamais cessé depuis 11 septembre 2001 et c'est aujourd'hui à qui fera la démonstration de force la plus spectaculaire.
Tous ces leaders du Hezbollah, du Hamas, des Frères Musulmans ou d'Al Quaida veulent reprendre la main sur l'opinion, traversée depuis les révolutions arabes par les revendications de liberté et de démocratie. La crainte de perdre du terrain est bien réelle. Depuis la révolution verte en Iran, on entrevoit une ouverture. Aussi mince soit-elle, elle est bien là : et si il y avait une alternative aux islamistes ?


Depuis une semaine, les images positives créée par les printemps arabes sont chassées par celles de ces manifestations de fanatiques plus spectaculaires les unes que les autres. Personne ne pourra pourtant effacer que des millions de femmes et des hommes ont bien crié horriya, liberté, démocratie à travers le monde arabe. Ils ont répondu à la question de néo-conservateurs et islamo-gauchistes du monde entier : oui, l'être arabe est compatible avec la démocratie, il peut en prendre le chemin.
Certains ici n'y ont pas cru tout simplement. Pétris d' une vision pour l'essentiel religieuse du monde arabo-musulman, nos leaders politiques n'ont pas su soutenir sur le terrain les démocrates et les tenants de la laïcité. L'individu arabe démocrate ? Non, pour eux il peut être au mieux un islamiste modéré, au pire un salafiste. Pourtant les résistant-es sont bien là comme Leena Ben Mehni, bloggeuse et activiste tunisienne, en lice pour le dernier prix Nobel de la paix. Et si on tendait l'oreille on pourrait entendre son appel : "La charia est pour moi du vrai avec lequel on voudrait imposer du faux, un opium par lequel on endort ou on enflamme la masse, la charia -telle qu'entendue et clamée par ces gens qui se disent les seuls représentants de dieu sur terre, est un plongeon dans les ténèbres des temps révolus..."


Face à cette rhétorique mondiale, il faut un discours cohérent et courageux. En France, je retrouve les même hésitations catastrophiques depuis plus de 10 ans. La gauche n'est pas vacciné, les débordements des islamo-gauchistes à la fête de l'huma en sont le triste signe et les organisateurs n'ont pratiquement pas réagi : le programme a continué, les discours n'en ont pas parlé, l'Huma n'a pas fait de mise au point le lendemain. Le refus de la laïcité semble être acquis au nom de la reconquête du vote des banlieues. Ce renoncement fait le lit de l'extrême droite qui a des lors la latitude pour faire une OPA sur la laïcité en osant même la redéfinir comme la défense des valeurs chrétiennes.
Quant à la demande de criminaliser le blasphème en France, il faut ici se rappeler du Chevalier de La Barre, dernier cas de torture et d'exécution pour blasphème en France, comme d'une démonstration de l'obscurantisme des lois religieuses et de la nécessité de défendre la liberté de pensée. Le délit de blasphème ne peut s'appliquer littéralement qu'à un membre fautif de la même communauté de croyant. Autrement dit, dans le cas des caricatures, le délit de blasphème ne peut s'appliquer qu'à un musulman. Si un tel délit était institué dans le droit positif, cela reviendrait à dire que les lois de la Charia s'appliquent à tous et toutes et que toute individu en France qui ne respecte pas l'une des multiples interprétation de la Charia, peut être inquiété. Les articles 10 et 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 suppriment la notion de blasphème du droit français. Depuis 1791 il n'existe plus de délit spécifique de blasphème, c'est l'ordre social et la tranquillité publique qui sont protégés. Cependant, le rattachement de l'Alsace et la Moselle en 1918 a réintroduit la notion de blasphème dans le droit français, via l'incorporation de l'article 166 du code pénal allemand. En Alsace-Moselle, il n'y a pas de séparation entre l'Église et l'État, talon d'Achille de la République Laïque que le CFCM entend bien utiliser.
Manuel Valls qui a été l'un des seuls à gauche à soutenir la loi contre la burqa est condamné à devoir ré-organiser le vivre ensemble avec la laïcité comme gouvernail et sa mise en oeuvre sans concession sur le terrain, avec en embuscade d'un côté, les bien-pensants et les islamo-gauchistes et de l'autre, l'extrême droite et les intégristes.
Quant à la politique étrangère française, elle doit réaffirmer son soutien aux démocrates laïques au risque de devenir complice d'un hold-up des révolutions arabes par les islamistes. Le 21ème siècle sera-t-il le siècle de l'avènement de la laïcité ou du fanatisme religieux ? Des Pussy Riot en Russie aux militants démocrates dans les pays arabes, ces appels à la Laïcité sont des cris autrement plus importants et porteurs d'avenir pour tous, que le vacarme "déjà-vu" des islamistes mondialisés, fait de repli sur soi et de rejet de l'autre.


A
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede Johan.M le Sam 29 Sep 2012 10:47

C'est marrant pour que des gens s'intéressent a la situation en Alsace Moselle il faut que le danger islamiste s'agite jusque la je n'ai rien vu a ce sujet alors que cette situation n'est pas neuve. Pour qu'enfin les laïcards s'intéressent a la non-laïcité la-bas il faut que les islamistes s'en melent. Mais jusque la pas encore vu ce cher Chalot parler du cas Alsace Moselle qui n'est pas nouveau. Faut croire que protéger Charlie Hebdo contre les islamistes est plus important que d'emmerder les religieux qui sont payé par l'Etat et enseignent dans les ecoles.
Johan.M
 
Messages: 119
Inscription: Mar 24 Jan 2012 16:45

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede bajotierra le Sam 29 Sep 2012 11:55

johan M

ce que tu sous entend , que les "laicards" ne seraient laiques que contre les islamistes , est complétement faux

une recherhe rapide sur internet donne par exemple sur le site laicité d'accord

L’association "Laïcité d’accord" a pour but de faire progresser la laïcité en Alsace-Moselle et particulièrement de faire évoluer le statut scolaire local.

Ces deux régions n'ont pas bénéficié de la laïcisation de l'état français en raison de leur annexion par l'Allemagne en 1870, avant leur retour à la France en 1918.

Il en résulte une situation juridique complexe, opaque et archaïque, un maquis juridique qui sert les partisans de l'intervention des religions à l'Ecole publique et le maintien du concordat napoléonien.

Ainsi, avec le statut scolaire local, la religion est réputée matière d'enseignement obligatoire à l'Ecole publique (primaire et secondaire) pour les quatre cultes reconnus : catholique, protestants, luthérien et calviniste, et israélite.

Ce statut archaïque oblige encore les parents ne désirant pas, pour leurs enfants, d’enseignement religieux à l’Ecole publique à signer une demande de dispense. Cette disposition discriminatoire ne respecte pas la liberté de conscience.



et voilà ce qui est dit sur ce site a propos du delit de blasphéme que veulent introduire les fascites religieux
http://www.laicitedaccord.com/

Le 28 septembre 2012



L'Alsace et la Moselle ne veulent plus être le refuge du délit de blasphème



A la suite de la publication de caricatures de Mahomet, le président du CFCM étudie la possibilité d'un dépôt de plainte contre le journal satirique Charlie Hebdo "en Alsace-Moselle" ou "au niveau européen".

.

Dans tous les pays démocratiques sécularisés, dont la France, le délit de blasphème lié à l'ingérence des cultes dans la sphère publique a été abrogé, mais pas en Alsace-Moselle. Envisager de déposer une plainte en Alsace-Moselle plutôt qu'à Paris, siège du CFCM, implique de recourir à l'article 166 du code pénal local concernant le blasphème et qui prévoit une peine allant jusqu'à trois ans de prison.



Chacun appréciera le bien fondé des caricatures de ce journal "bête et méchant".

Dans le passé, déjà, ce journal avait eu à répondre devant un tribunal de la légalité de la publication des caricatures danoises de Mahomet. Mais jamais une plainte n'avait encore été envisagée pour blasphème.



Cette éventualité a donné le tournis aux juristes de l'Institut du Droit Local. Dans un premier temps ils se sont montrés dubitatifs sur la recevabilité d'une telle plainte. D'après une dépêche de l'AFP, dans un second temps, ces mêmes juristes se sont lancés dans une interprétation théologique du texte juridique qui laisse perplexe. Ils assimilent "l'outrage à un culte" à un "blasphème public contre Dieu" et jugent que "Dieu représente le sentiment religieux". Si l'on comprend bien, pour les juristes de l'IDL, offenser le sentiment religieux justifierait une plainte pour blasphème en Alsace-Moselle, à coup sûr une première juridique.



Il ressort de ces circonvolutions juridico-théologiques qu'une plainte contre Charlie-Hebdo pour blasphème nous ramènerait au temps de l'Ancien Régime. Cette éventualité rappelle à tous les citoyens et décideurs français qu'il est impératif et urgent d'introduire les lois laïques en Alsace et en Moselle.


alors Yohan M devant la gravité des faits ,

soutien tu encore l'obscurantisme ? Est ce que tu as signé "'l'appel des libertaires "contre la Liberté ?
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede Johan.M le Sam 29 Sep 2012 12:19

Je parle d'ici de ce forum et de Chalot. C'est bien la première fois depuis que je suis ici qu'on parle du cas grave de l'Alsace Moselle et c'est pour parler de l'Islam. Chalot est un type douteux voila mon avis. Le voit-on pester a longueur de temps contre les facultés de théologie chrétiennes financées par l'Etat en Alsace également ? Non. Mais la il s'agit de l'Islam et il saute sur l'occasion. Il est hors de question d'épargner l'Islam de nos critiques. Mais de ne se mettre à critiquer la situation en Alsace Moselle que quand les islamistes débarquent c'est de l'opportunisme.
Johan.M
 
Messages: 119
Inscription: Mar 24 Jan 2012 16:45

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede bajotierra le Sam 29 Sep 2012 16:45

Yohan M
Chalot est un type douteux voila mon avis


cet "avis" repose-t- il sur autre chose que des rumeurs du microcosme NPAL ?
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede Specifix le Sam 29 Sep 2012 20:49

Johan.M a écrit:Je parle d'ici de ce forum et de Chalot. C'est bien la première fois depuis que je suis ici qu'on parle du cas grave de l'Alsace Moselle et c'est pour parler de l'Islam. Chalot est un type douteux voila mon avis. Le voit-on pester a longueur de temps contre les facultés de théologie chrétiennes financées par l'Etat en Alsace également ? Non. Mais la il s'agit de l'Islam et il saute sur l'occasion. Il est hors de question d'épargner l'Islam de nos critiques. Mais de ne se mettre à critiquer la situation en Alsace Moselle que quand les islamistes débarquent c'est de l'opportunisme.
Alors, je me pose une question, Johan.M de mauvaisefoi, ...
Pourquoi n'as-tu pas parlé du grave sujet de l'alsace, ... de ses facultés de théologie ... chrétiennes ... financées par l'Etat ... ? ... toi-même, auparavant ? ...

A n'en pas douter, l'église catho va renchérir sur le délit de blasphème ...
Les religions sauront se faire la courte échelle puisque la caste dirigeante leur donne le feu vert ... on dirait ...

L'opportunisme, c'est bien chez ceux qui veulent passer par l'alsace pour le délit de blasphème qu'on le trouve.
Cela montre bien le danger des religions qui font tout pour se maintenir dans les moeurs ... de façon "ludique", souvent, ... avec des rituels ... qui deviennent tradition ... et en attendant le moment propice ... pour agir avec ... opportunisme ...
Specifix
 
Messages: 1286
Inscription: Jeu 3 Mai 2012 23:30

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede Tonton-vélo le Dim 30 Sep 2012 20:38

Hop la, les alsaciens et mosellans ne sont pas tous des calotins abrutis. Le régime donne des avantages depuis 1918 au niveau retraite et au taux de cotisation sécu et c'est pas rien à la longue, le régime fait aussi les trains y roulent à droite mais ça on s'en fout.
Les bénéficiaires savent que si on détricote par un bout -le régime concordataire- tout le reste filera.....sauf les trains qui rouleront toujours à droite mais ça on s'en fout je l'ai déjà dit.

Donc on ne touche à rien.
Tonton-vélo
 
Messages: 81
Inscription: Mer 12 Sep 2012 13:33

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede apeqli le Dim 30 Sep 2012 21:08

pour agrementer ce sujet, d'après une vieille source de 2008 :

les statuts clericaux de l'alsace moselle permettent aux religions de gagner 33 millions d'euros chaque année de par l'Etat, pour un effectif de 1430 personnes. de plus, les retraités religieux coutent aux environs de 18 millions. 2 à 3 millions sont pour divers élèments de gestion pour les 4 religions reconnues.

En outre mer, il n'y a pas non plus de separation entre Etat et religion, ça couterait en tout 19 millions aux contribuables.

d'aprés ce document, entre la paie des profs en ecoles privée catholiques, les associations familiales, la protection sociale des pretres, les activités commerciales, les aides fiscales, le concordat en alsace moselle, etc ce serait 10 milliards d'euros donnés à l'église catholique.
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede acratack le Dim 30 Sep 2012 21:26

Voici un article que je pense à sa place dans ce fil. Il montre bien à quoi le délit de blasphème aboutit. Et aussi que l'Extrême droite est partie prenante de la censure du blasphème. Et que finalement les religions sont liées dans ce combat contre la liberté, contrairement à ce que certains veulent faire croire.

En Grèce, tu ne caricatureras point le moine Paisios



Un homme de 27 ans a été arrêté, vendredi 21 septembre, pour avoir parodié sur une page Facebook un moine du mont Athos, Paisios, mort en 1994, qui fait l'objet d'une vénération pour ses dons de prophétie.

Blasphème est un mot grec. La justice et l'Eglise orthodoxe ont tenu à le rappeler deux fois en trois mois. Un homme de 27 ans a été arrêté, vendredi 21 septembre, pour avoir parodié sur une page Facebook un moine du mont Athos, Paisios, mort en 1994, qui fait l'objet d'une vénération pour ses dons de prophétie. Il aurait prédit la chute de l'Union soviétique et l'actuelle crise économique. Le jeune homme a transformé l'ermite en Pastitsios, du nom d'un plat à base de pâtes aussi populaire que la moussaka.

Mais beaucoup n'ont pas goûté cette métamorphose du sage orthodoxe en Don Patillo grec. Un député du parti néonazi Aube dorée, Christos Pappas, a soulevé l'affaire au Parlement. Et la police a indiqué avoir reçu "des milliers de plaintes en ligne", du monde entier. Plus efficace que dans sa chasse aux évadés fiscaux, elle a rapidement identifié l'internaute et procédé, sur l'île d'Eubée, à l'est d'Athènes, à son arrestation pour "blasphème". L'homme a été relâché le lendemain. Il devrait être jugé courant 2013.

En juin, trois acteurs ont également été arrêtés, à Athènes, car ils jouaient dans la pièce Corpus Christi, de l'Américain Terence McNally, qui transpose Jésus et ses disciples dans un milieu gay au Texas. Ils ont été relâchés rapidement, mais devraient également être jugés pour blasphème.

"HASCHICHIOS"

Le code pénal grec consacre deux articles au blasphème. L'article 198 vise le blasphème contre Dieu, passible de deux ans de prison. L'article 199 prévoit la même peine en cas de blasphème contre la religion orthodoxe et les autres religions reconnues – mais ultraminoritaires – en Grèce.

En juillet, la Fédération humaniste européenne, qui regroupe des associations laïques, a demandé l'abolition de ces lois, rappelant qu'elles existaient aussi en Pologne et en Irlande. En Grèce, l'Eglise n'est pas séparée de l'Etat, qui paye les salaires des popes. Et les partis politiques sont peu désireux de se mettre à dos la très influente Eglise orthodoxe.

En 2005, un dessinateur autrichien, Gerhard Haderer, avait été condamné à Athènes pour son livre La Vie de Jésus qui représentait un Jésus fumeur de cannabis et exhibitionniste. Le jugement a été annulé en appel. "Dans la plupart des cas, cela se termine par des acquittements, mais il faut mettre un terme à cette menace pour la liberté d'expression", plaide Panayotis Dimitras, représentant de la Fédération humaniste.

L'affaire suscite de nombreuses réactions sur Internet. 8 800 personnes ont signé une pétition en ligne demandant l'abolition des lois sur le blasphème. Quant au bon moine Paisios, il continue à stimuler l'imagination des internautes, se voyant transformé en "Parisios", avec une tour Eiffel en guise de tête, ou encore en "Haschichios", un joint à la bouche.

Alain Salles (Athènes, correspondance)

http://www.lemonde.fr/europe/article/20 ... _3214.html
acratack
 
Messages: 880
Inscription: Sam 12 Mai 2012 10:56

Re: le délit de blasphème passe par l'Alsace Moselle !?

Messagede vroum le Jeu 5 Mar 2015 09:42

Sur le délit de blasphème

http://www.monde-libertaire.fr/atheisme/17585-sur-le-delit-de-blaspheme

En France, le délit de blasphème n’existe plus depuis la Révolution, mais l’Organisation de la coopération islamique (OCI), qui regroupe 57 États, fait un battage du tonnerre de Dieu (c’est le cas de le dire) pour faire inscrire le blasphème parmi les crimes et délits reconnus en droit international. Cette organisation fait pression pour que l’ONU reconnaisse le concept de « diffamation des religions », une manière détournée pour imposer un « délit de blasphème ». Les pays occidentaux, l’Amérique latine et l’Afrique, s’y opposent au nom de la liberté d’expression et du droit international ­­ – mais jusqu’à quand ?

On ignore en général que le délit de blasphème existe encore en Allemagne, régi par l’article 166 du Code pénal, intitulé « Diffamation des religions, associations religieuses ou idéologiques ». Ainsi, le blasphème peut-il être puni jusqu’à trois ans d’emprisonnement s’il y a trouble de l’ordre public, mais là, reste à savoir qui décide qu’il y a trouble à l’ordre public.

L’Alsace et la Moselle ayant été occupées par l’Allemagne après la guerre franco-prussienne de 1870-1871, elles ont conservé cette disposition après leur retour à la France en 1919. C’est Bonaparte qui, en 1801, avait signé un concordat avec les trois religions – catholique, protestante et israélite. Grâce à quoi, les prêtres, pasteurs et rabbins sont payés par l’État ou, si on préfère, par nos impôts : un accord de 1993 aligne leur rémunération sur celle de la catégorie A de la fonction publique française, et ces messieurs (messieurs dames pour les protestants) peuvent même bénéficier des indemnités de chômage – mais je me demande bien à quoi peut ressembler un curé-pasteur-rabbin au chômage, sauf si tout le monde déserte les lieux de culte.

Les évêques de Metz et de Strasbourg sont nommés par le Président de la République (après accord du pape, tout de même…). Leurs équivalents protestants et juifs sont nommés par le Premier ministre – ce qui tend tout de même à accréditer l’idée que les religions ne bénéficient pas d’un traitement égal…
Bref, nos impôts paient les salaires des officiants des trois religions.

Ces précisions faites, le délit de blasphème qui n’existe pas en France (enfin, je ne sais pas comment l’appeler : la France « normale » ?) existe encore en Alsace-Moselle parce qu’ils ont gardé la loi allemande de l’époque où ils étaient Allemands.

Au Danemark, le Code criminel stipule que « celui qui publiquement raille, ou fait outrage aux doctrines de foi ou aux cultes d’une communauté religieuse légalement établie dans ce pays, est passible de prise de corps » – autrement dit de prison.

Même chose en Finlande.

En Espagne, l’article 525 du Code pénal interdit « les attaques portées au dogme religieux, croyances ou cérémonies ».

En Irlande également, le blasphème est interdit par la constitution. Et là, on ne rigole pas avec la religion. Depuis le 1er janvier 2010 il est un délit. Le Defamation Act 2009 punit le blasphème d’une amende pouvant aller jusqu’à 25 000 euros ! Jusqu’à 2009, le droit irlandais ne protégeait que la foi catholique. Le Defamation Act 2009 a été promulgué pour couvrir les autres religions, du fait de l’immigration croissante.

En Norvège, le film des Monty Python : La Vie de Brian a été interdit pendant un an grâce à une loi datant de 1930. Ce même film a été interdit 8 ans en Irlande, 11 ans en Italie, 22 ans à Jersey.

Aux Pays-Bas, le Parti communiste avait tenté, en 1932, de faire interdire la célébration de Noël. Résultat : le gouvernement fit ajouter deux articles au Code pénal sanctionnant le blasphème : un à trois mois de prison et 100 à 150 florins d’amende (45 à 67 euros). Rien à voir avec les 25 000 euros de l’Irlande. La dernière fois que le blasphème a été condamné date de 1966.

En Grande-Bretagne, le blasphème n’était sanctionné par la loi que s’il s’appliquait au christianisme, et en particulier à l’église d’Angleterre.

La dernière condamnation pour blasphème date de 1977 lorsqu’une certaine Mary Whitehouse poursuivit le magazine Gay News pour avoir publié un poème de James Kirchup, The Love that Dares to Speak its Name, qui décrit les amours homosexuelles de Jésus avec un centurion.

Lors de l’affaire des Versets sataniques de Salman Rushdie, des organisations musulmanes anglaises avaient tenté de faire condamner l’auteur en s’appuyant sur la loi existante, mais, le 9 avril 1990, la cour rejeta la requête. Le crime de blasphème n’a été aboli qu’en 2008.

En Grèce, l’article 198 du Code pénal punit celui qui, en public et avec malveillance, offense Dieu de quelque manière que ce soit, et celui qui manifeste en public, en blasphémant, un manque de respect envers le sentiment religieux.

Bref, tout n’est pas joué. Les différentes Églises, celles qui étaient traditionnellement implantées, peuvent très bien tenter un retour. La prégnance croissante de la religion musulmane dans les sociétés occidentales, par la présence de nombreux immigrés musulmans – mais aussi de convertis à l’islam – fournit un allié de poids aux religions traditionnellement établies qui n’ont jamais accepté d’être remisées dans la sphère privée et qui voient là une ouverture pour repartir à la conquête des esprits et des positions stratégiques dans la société.

Le combat contre la religion n’est pas près d’être achevé.

René Berthier
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6825
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails


Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités