ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede Specifix le Ven 16 Jan 2015 00:44

Bah, quoi ?
L'obscurantisme a tué une quinzaine de personnes, c'est tout ; rien qu'une quinzaine ...
C'est vrai que c'est vachement marrant, ça.
"je m'excuse mais je ne m'en étais pas aperçu" ...

On peut rire d'une caricature, quelle qu'elle soit. Mais, si le coeur n'y est pas ? Et, à mon avis le coeur n'y est pas vraiment.
Mettre les dessinateurs de charlie hebdo en scène ; c'est déplacé, après ce qu'il s'est passé.
Les tueurs ont réussi leur coup; ils leur ont coupé le sifflet.
A défaut de critique, une caricature des politiciens avec leurs commentaires, ou des religieux qui comprennent la colère des musulmans (et qui excusent "presque" les auteurs des assassinats) parce qu'on caricature le prophète aurait été plus judicieux, à mon avis.

L'indignation doit maintenant céder la place à l'analyse et à la critique des événements.
Ces types étaient préparés et renseignés. Ils ne sont pas sortis de nulle part.
Ils ne se sont pas convertis devant leur écran, et internet n'est pas la cause de leur dérive.
Les religions cultivent les attitudes irrationnelles dès le berceau. L'imaginaire qu'elles installent dans la tête des croyants fait vivre cet irrationnel à travers ses codes gestuels, langagiers, vestimentaires, et autres codes socio-communautaires, ainsi que par leurs références systématiques à dieu.

Les religions sont absolutistes quand elles ne sont pas les compagnons de route d'autres régimes absolus.
Que le pouvoir actuel les encourage devrait être pris en compte par la critique ; pourtant ça ne l'est pas, ou alors très marginalement, pour l'instant.

Si il y a 2 semaines, les caricatures forçaient la démystification du fait religieux par l'humour, aujourd'hui, caricaturer les dessinateurs a-t-il un sens ? Lequel ? Faut-il vraiment dédramatiser le 07 janvier ? Dans quel but ? ... Cela ne débouchera-t-il pas sur une banalisation ?

Le culte du prophète comme celui du "saint-homme" en soutane ou en djellabah, que ce soit chez les uns ou chez les autres, tiens une place beaucoup plus importante que la croyance. Quand un "croyant" me dit que les religieux sont des savants parce qu'ils savent lire le coran (mais, c'est valable pour les autres religions aussi), il est bien clair que ce n'est pas en dieu que les croyants croient, mais en ceux qui leur en font la leçon.
Il y a là (presque ?) de quoi rire.
Specifix
 
Messages: 1286
Inscription: Jeu 3 Mai 2012 23:30

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede bajotierra le Ven 16 Jan 2015 10:42

salut ,

spécifix tu écris

Si il y a 2 semaines, les caricatures forçaient la démystification du fait religieux par l'humour, aujourd'hui, caricaturer les dessinateurs a-t-il un sens ? Lequel ? Faut-il vraiment dédramatiser le 07 janvier ? Dans quel but ? ... Cela ne débouchera-t-il pas sur une banalisation ?


Certes il y a le danger de la banalisation , mais le rire et la joie de vivre sont aussi une façon d'éclairer les esprits
bajotierra
 
Messages: 4450
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede rastanar le Ven 16 Jan 2015 15:16

Image


Même pas peur,Charlie Hebdo n'est pas mort car il bande encore !,de la provoc ?...non,certainement pas !.

Par contre ce qui est scandaleux et provocateur c'est de voir qu'au Nigéria,Boko Haram rasent des villages et tuent des milliers de personnes,
c'est là qu'il faut s'indigner ou s'enrager et pas sur des dessins représentant Mahomet(pseudo prophète mais vrai mytho...il l'a vu ou son dieu ?
...dans le désert ?...,quand on as pas d'idée,on prêche du vide,ça c'est sûr !).

Je continue donc,dans la joie et la bonne humeur,même si cela me gonfle :
Une croyance religieuse c'est comme une bite,vous pouvez en avoir une,vous pouvez en être fière(quoique à votre place j'aurai honte mais com-
-me je ne suis pas à votre place et je n'ai pas envie de la prendre de toute façon),surtout vous ne l'exposer pas dans l'espace public et dernier
point vous ne la faite pas avalez de force a vos enfants,parce que là vous serez dans l'ignoble !.

Ni dieu,ni maître !-Pas d'états,pas de religions !.(attention à ne pas mettre de l'huile sur le feu) :lol: ,ben voyons !. Ne jamais céder à l'intimidation !.
Le soulèvement aura lieu...tu aura beau prier ton dieu---La Canaille

"C'est pas des trous de balle qui vont nous empêcher de vivre.
D'ailleurs j'en ai un et je vis très bien avec"---Karin Viard
Avatar de l’utilisateur
rastanar
 
Messages: 1996
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:48

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede bajotierra le Sam 24 Jan 2015 20:35

A propos de la prestation hallucinante de Plenel sur canal plus

Face à Edwy Plenel, je suis Charlie

http://blogs.mediapart.fr/blog/germinal ... is-charlie
bajotierra
 
Messages: 4450
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede rastanar le Lun 26 Jan 2015 17:38

Ah ben oui,il fait dans son froc celui-là aussi !,nos "intellos"(un bien grand mot) complètement à côté de la plaque !.
Le soulèvement aura lieu...tu aura beau prier ton dieu---La Canaille

"C'est pas des trous de balle qui vont nous empêcher de vivre.
D'ailleurs j'en ai un et je vis très bien avec"---Karin Viard
Avatar de l’utilisateur
rastanar
 
Messages: 1996
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:48

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede vroum le Jeu 5 Fév 2015 10:03

Un Monde libertaire spécial Charlie a été publié pour une diffusion gratuite ou à prix libre, ça fait 20 pages avec des dessins de charb, Tignous et Cabu spécialement réalisés pour la FA ou le ML, voici le lien pour le télécharger au format pdf (1 méga-octets) :

https://cerclelibertairejb33.files.wordpress.com/2015/02/ml_special_charlie_web.pdf

Image
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6846
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede vroum le Jeu 5 Fév 2015 10:19

Charlie Rojava

http://www.monde-libertaire.fr/atheisme/17511-charlie-rojava

Après l’émotion, quelle riposte contre le fanatisme et l’hypocrisie ?
Les fanatiques ont donc frappé. La population est indignée : non seulement par l’horreur, mais aussi parce que les caricaturistes de Charlie Hebdo faisaient partie de notre vie. Ils se seraient d’ailleurs probablement gaussés de tant de soudaine attention, puisque leur journal connaissait des difficultés financières. En outre, ils auraient probablement dénoncé l’hypocrisie de beaucoup. Mais ne parlons pas à la place des morts, et le peuple a raison de défendre l’impertinence ainsi que le rire.

En rester uniquement sur le terrain de la défense, certes incontournable, de la liberté d’expression ne suffit cependant pas. La campagne médiatique et le culte de l’émotionnel ne doivent pas brouiller le jugement en défigurant un contexte politique et géopolitique qui va bien au-delà d’une vengeance contre des iconoclastes ayant osé dessiner, et caricaturer, un supposé prophète. La nature de l’enjeu est confirmée par la réaction radicale de l’État français. Ses forces policières, en effet, n’auraient-elles pas dû chercher à prendre les tueurs vivants afin de les juger publiquement ? S’agit-il d’une guerre, doit-on accepter ce terme ?

L’intégration française : mais quelle intégration ?
Le 7 janvier 2015 n’a que quelques similitudes avec le 11 septembre 2001 américain : brutalité des actes, réaction populaire, dimension symbolique, contexte géopolitique… Mais les différences sont majeures. Gare à la dérive, surtout si l’on pense à ce que sont ensuite devenus les États-Unis (généralisation de la surveillance policière, paranoïa et hystérie de la société, Guantanamo, guerre en Irak, bourbier et chaos au Moyen-Orient…).

La manœuvre qui est en train de se dessiner avec Hollande et les partis politiques est d’ailleurs claire : une union sacrée renforcée, c’est-à-dire très policière et très militaire, contre « le terrorisme », c’est-à-dire le terrorisme là-bas aussi, qui est né du chaos impérialiste… L’armée française n’est pas prête de quitter les pays étrangers, elle va même intervenir davantage.

Hollande se déploie avec doigté, il va remonter dans les sondages. Toujours aussi habile, Marine Le Pen souligne la nécessité de ne pas faire d’amalgame avec ceux des musulmans français qui sont bien gentils, tout en dénonçant l’union sacrée dont elle se prétend exclue. Mais, sur ce point, elle se fait doubler par l’ancien trotskiste Cambadélis, copain et conseiller de Hollande, qui fait preuve de science tactique en déjouant sa tentative de victimisation. L’étau est en place.

Comme en 2001, les actes ont été commis au nom d’une religion, et avec une revendication politique contre une présence militaire dans les pays musulmans. Mais les bâtiments de caricaturistes ne sont pas ceux du World Trade Center, épicentre du capitalisme globalisé. Quant à Ben Laden et consorts, bien qu’aidés par la CIA et le pouvoir états-unien du temps de la guerre en Afghanistan contre l’ennemi soviétique au nom d’Allah, ce n’étaient pas des citoyens américains.

À Paris, les tueurs sont français. Les frères Kouachi, deux orphelins, ont grandi dans un foyer. Bien qu’étant en Corrèze, ce ne devait pas être la joie tous les jours, mais ce n’était pas non plus le bidonville. Le cadet était titulaire d’un BEP en conseil audiovisuel électronique, l’aîné d’un CAP d’hôtellerie. Ahmedy Coulibaly, le troisième homme, a rencontré le précédent président de la République comme exemple d’intégration.

Les trois tueurs sont donc nés dans un pays dit civilisé et ont été scolarisés par la République. Leur langue maternelle était le français. Ce ne sont pas des barbares venus d’ailleurs ou de nulle part qui seraient radicalement distincts d’une supposée civilisation pure, propre et blanche, mais des concitoyens.

Au début de l’âge adulte, ils rencontrent des fondamentalistes musulmans. La spirale qui les amène jusqu’en prison ne fait que renforcer, durcir, cette relation. Mais qui ira réclamer sinon l’abolition de la prison du moins sa réforme : prison, école du crime ou de l’endoctrinement au lieu de la réinsertion ? Quant à Ahmed Merabet, le policier d’origine tunisienne abattu par l’un des frères Kouachi à quelques pas des locaux de Charlie Hebdo, avait-il été mieux ou moins bien « intégré » que ses tueurs par la même société française ? Quel est ce pays qui fabrique des tueurs et des policiers ?

La religion : une question politique et post-coloniale
Outrepassant l’analyse purement sociopsychologique, importante mais insuffisante, certaines voix ont réenclenché la rhétorique du « choc des civilisations » qui, concoctée depuis une vingtaine d’années par les experts du Pentagone, met en scène un affrontement entre l’Occident et l’islam. En désignant la France ou bien les mécréants français comme un ennemi en bloc, les fondamentalistes musulmans l’alimentent, même s’il n’est pas sûr que leur calcul de déstabilisation de la société française soit le bon.

Mais cette grille de lecture, qui ravit les pouvoirs, les démagogues ou les simplets, est nuisible. Les plus habiles remplacent le terme de « civilisation » par celui de « culture », comme Philippe Val parlant de « choc des cultures » lors du JT de France 2 le 7 janvier, mais, au fond, la problématique reste la même. C’est celle qui consiste à édulcorer la question sociale, économique et politique : c’est-à-dire la situation des jeunes prolétaires français issus du prolétariat immigré, lui-même issu des anciennes colonies françaises.

Il ne s’agit pas de nier les problèmes posés par telle ou telle religion, y compris dans les comportements sociaux. Il est d’ailleurs possible que l’évolution des trois tueurs soit une réaction vis-à-vis de leurs aînés : ces immigrés qui ont bossé en France dans les dures conditions du prolétariat, mais en courbant la tête, rabroués, en se niant quelque part ou en se faisant discrets, trop. S’y ajoute le souvenir d’une guerre d’Algérie mal digérée des deux côtés. La religion devient alors pour toute une génération d’hommes comme de femmes issus de l’immigration – comme on dit – autant une profession de foi qu’une affirmation identitaire, tant individuelle que collective.

C’est même une double réaction : contre les anciens, soumis, mais aussi contre une société qui n’offre guère d’avenir et qui les humilie souvent. La dignité compte parfois plus que telle ou telle situation économique.

C’est aussi une triple réaction pour les femmes qui, bien souvent, lors du passage à l’âge adulte, prennent le voile par un mélange complexe de conviction, d’affirmation de soi et de protection.

Une quadruple, enfin, contre le paternalisme : contre tous ces essayistes ou irresponsables politiques qui, sur les plateaux de télévision, demandent aux « musulmans de France » de clamer leur protestation « contre la barbarie », de dire que « ce n’est pas le vrai islam » et de « se rendre à la manifestation ». L’imam présent hoche alors la tête, acquiesce, fait tout comme il faut poliment…

Comment les descendants des colonisés ne se sentiraient-ils pas humiliés, même inconsciemment ? Comment n’éprouveraient-ils pas de la pitié ou du mépris vis-à-vis de leurs soi-disant représentants qui, comme l’esclave ou le domestique d’autrefois, dit docilement « oui sahib, oui missié, bien sahib, bien missié » ?

À chaque fois que les apôtres autoproclamés de la « civilisation » exercent ce paternalisme, c’est autant de futurs djihadistes qu’ils procréent, alors que, dans leur prétention, ils pensent lutter contre. À moins que, justement, le paternalisme n’arrive à cette perversité que de susciter ses ennemis pour mieux asseoir son pouvoir. À chaque fois qu’un ou une journaliste le laisse passer devant des millions de téléspectateurs, il et elle se font complices de ses conséquences proches ou lointaines.

Tous ces bien-pensants pratiquent en outre une injonction contradictoire mortifère. D’un côté, ils s’alarment contre un communautarisme musulman dont les risques et les dérives existent, et qu’il ne faut pas cacher. De l’autre, ils demandent quand même à cette prétendue communauté, fantasmée comme étant homogène et unie, de se positionner : en leur faveur qui plus est…

Peu importe quel est le dosage entre les différents facteurs dans la réaction identitaire, aucun scientifique, aucun pseudo-expert ne pourra décomposer cette alchimie. Mais une chose est sûre : il n’est pas possible de critiquer la religion mobilisée dans ces circonstances, l’islam, comme une partie de la bourgeoisie et du prolétariat ont critiqué le christianisme en France depuis les Lumières, la Révolution française et la séparation, en 1905, de l’Église et de l’État.

Une émancipation complexe
Au début du siècle dernier, il était coutume de croasser à la vue de prêtres en soutanes noires. De nos jours, il est tentant de faire de même à la vue des niqab, tchador et autres tenues symboliques d’obscurantisme. Mais la situation n’est pas la même. Il y a des différences majeures.

La réaction contre le christianisme a pris plusieurs siècles, et elle est partie de l’intérieur du pays. Marx a certes raison quand il disait que « la religion est l’opium du peuple », mais il ne faut pas oublier, comme l’a souligné Madeleine Pelletier un siècle plus tard, que « la religion console de la mort dans une certaine mesure » et que cette « inquiétude humaine est une réalité ». Il faut aussi en tenir compte.

La réaction contre l’islam à l’intérieur des pays musulmans ne se déploie vraiment que de nos jours, à l’exception de la Turquie d’Atatürk et de quelques autres situations antérieures. Soulignons au passage que, comble de la confusion dont on paie chèrement le prix, des intellectuels de gauche comme Foucault ont apporté leur soutien à Khomeiny et à la révolution des mollahs iraniens au nom d’une commune dénonciation du supposé rationalisme occidental, discours que l’on retrouve d’ailleurs chez les écologistes profonds ou moins profonds.
Il serait indigne, et stupide, de demander aux peuples tunisiens et égyptiens, où le mirage de l’islam politique commence à se dissiper, de faire en quelques mois ce qui a demandé plusieurs siècles de l’autre côté de la Méditerranée.

Enfin, l’islam en France provient d’une situation post-coloniale qu’on ne peut pas occulter sous peine de se fourvoyer. Il est porté par des anciens colonisés, par leurs descendants, et il l’est au cœur de l’ancienne métropole dominatrice. Il ne peut pas être critiqué et combattu de la même façon que le christianisme local, sauf à générer des attitudes qui conduisent précisément aux massacres que nous dénonçons.

Le combat anti-obscurantiste doit en revanche être double : antithéocratique et anti-impérialiste.

Un combat antithéocratique
D’une part, il faut dénoncer l’impasse de tous les régimes théocratiques, qui s’affirment comme tels à des degrés divers (Iran, Afghanistan mais aussi Vatican, Pologne dans une large mesure, Israël de plus en plus, la liste est longue…), montrer l’illusion des partis politiques qui se réclament d’une religion aux élections (que ce soient les Frères musulmans en Égypte ou la démocratie-chrétienne en Allemagne), et souligner qu’ils défendent non pas une belle idée mystique mais un pouvoir.

La campagne antithéocratique doit viser non seulement le fanatisme des fondamentalistes musulmans, mais aussi ceux des chrétiens homophobes ou traditionalistes, dénoncer la stupidité fratricide des Chiites ou des Sunnites, mais aussi, comme en Irlande, celle des catholiques et des protestants.

Plus profondément, au lieu de chercher Dieu – c’est-à-dire l’idée de Dieu : la transcendance, l’autorité, et donc la soumission – de façon paternaliste et post-coloniale à l’extérieur de la France, il faut balayer devant notre porte. Dans les vieilles sociétés industrialisées où les populations sont en apparence laïcisées, Jésus a bien souvent été remplacé par Gaïa ou Dame nature. L’intégrisme de certains écologistes, leur intolérance ou leur sectarisme sont inquiétants. Pour moi, leur posture est fondamentalement religieuse.

Dans les comportements comme dans les idées, un fanatisme se développe. Or le fanatisme comme les sectarismes ont ceci de commun et de profond que ce n’est pas tant le contenu qui l’emporte, mais le contenant : la forme politique ou sociétaire, la bande ou la secte. Même dans certains milieux apparaissent des appels à l’interdiction de manger ceci, de publier untel, ou de discuter avec un invité. Qu’on ne s’étonne pas si l’intolérance gagne de partout.

Dans la sphère écolo, par Alain Soral ou Alain de Benoist, la Nouvelle Droite se fait un chemin même dans la décroissance au nom d’une analyse radicalement fausse du capitalisme, d’une critique obscurantiste de la technique et d’une vision divinisée de la nature. Ces idées préparent le terrain à l’écolocrature verte.

La lutte antithéocratique globale doit éviter le piège de l’islamophobie, qui se développe en France depuis quelques années et qui se durcira par une instrumentalisation des massacres à droite comme à gauche. Car,en réalité, l’islamophobie recouvre une xénophobie anti-arabe. Xénophobie et non racisme au sens strict car il n’y a pas – sauf groupuscules marginaux – de théories racialistes sous-jacentes, contrairement au nazisme.

Si on se trompe sur ce point, on en revient aux clichés éculés et inopérants de la gauche antifasciste qui crie au nazisme alors que l’extrême droite est passée au stade post-fasciste en France : Marine Le Pen n’est pas Benito Mussolini et encore moins Adolf Hitler… Et cela ne revient pas à minimiser le danger.

La xénophobie vise non pas l’ethnie mais l’étranger, c’est-à-dire l’immigré, prêt à être jeté après avoir été embauché. Elle surdimensionne la question de l’immigration alors que, à l’échelle mondiale, les mouvements migratoires ne représentent que trois pour cent de la population mondiale. Trois pour cent !

Certes, localement, ce chiffre peut devenir relativement plus important. Mais quelles sont les causes des émigrations de la misère ou de la guerre ? Qui proteste contre la dictature syrienne tout en étant prêt à accueillir les réfugiés syriens ?

Un combat anti-impérialiste
D’autre part, il faut souligner la dimension impérialiste des conflits actuels. Ce sont des guerres menées par les anciens États du centre impérialiste, comme la France, mais aussi par les candidats à la reprise des nouveaux États nationaux décolonisés.

Le tiers-mondisme qui masquait un alignement soit sur le totalitarisme soviétique, soit sur la démocratie impérialiste américaine, en couvrant des dictatures ignobles parfois plus sanguinaires que l’ancienne puissance coloniale, a fait faillite. Le socialisme étatique dont se paraissaient certains de ces pays du tiers-monde a sombré. Le panarabisme prôné par des régimes qui se proclamaient laïcs, tiers-mondistes et socialisants s’est transformé en de sordides dictatures et en nationalismes outranciers (Irak, Syrie, Égypte, Libye…). Les interventions armées de l’Occident dans ces différents pays ont créé un chaos interminable. Les frontières tracées au cordeau par les anciennes puissances coloniales au beau milieu de peuples et de territoires sont en train d’exploser. De nouveaux candidats à de nouveaux États apparaissent, comme Daesh.

Les États existants, que ce soient les anciens colonisateurs (France, Royaume-Uni…), les anciens occupants (la Turquie ex-empire Ottoman) ou le grand shérif (les États-Unis d’Amérique) leur contestent cette prétention qui menace le savant échafaudage, et qui légitimerait la naissance d’un nouvel État dans la région comme la Palestine – dont Israël et ses soutiens occidentaux ne veulent pas : autre problème en suspens qui contribue à pourrir la situation.

Au Mali et au Tchad, le peuple touareg, par la stupidité des frontières hérités de la colonisation, a été divisé puis il a été poussé dans les bras islamistes par la bêtise des politiques françaises avec un régime malien complètement corrompu. Au prétexte des droits de l’homme, argument récurrent de toute l’histoire coloniale, l’État français y défend surtout, comme au Niger, les mines d’uranium pour alimenter le poison nucléaire en France ou ailleurs. Les interventions militaires de l’Occident dans les pays musulmans, soutenues, soulignons-le, par la gauche et par les écologistes, vise en réalité la défense du pétrole et des richesses minières.

Que vive le Rojava libertaire
Pour Al-Qaida et pour Daesh, dont se revendiquaient les trois tueurs fanatiques, comme pour leurs concurrents, c’est la guerre, car ce sont des États ou apprentis États. Leurs dirigeants manipulent les jeunes djihadistes jusqu’à la mort pour asseoir leur pouvoir, bien vivant.

Pour nous qui voulons l’émancipation, la liberté de réunion et d’expression, l’égalité économique et sociale, l’abolition de la théocratie, ce n’est pas une guerre, mais un combat, une lutte de classes. Ses contours sont relativement nouveaux car l’énergie révolutionnaire ne se trouve pas dans les vieux pays industrialisés, fatigués et blasés, à moins que l’on ne considère les grands rassemblements en mémoire de Charlie Hebdo comme les prémisses des futures colonnes Durruti. En revanche, cette énergie se lève précisément dans les pays musulmans où le peuple doit se battre sur tous les fronts politiques, économiques, sociaux et religieux. Et l’une de ces luttes mériterait autant de minutes d’information médiatique que les événements récents : celle que le peuple du Rojava, à Kobané ou ailleurs, mène à la fois contre les islamistes et la dictature d’Assad, sur des bases libertaires.

Bien sûr, on peut être prudent vis-à-vis de l’évolution de forces politiques kurdes comme le PKK dont le leader marxiste-léniniste aurait découvert en prison les vertus du municipalisme libertaire de Bookchin, et que sa base aurait aussitôt approuvé. Mais des témoignages nous permettent de penser qu’il existe dans le fonctionnement et les objectifs du peuple du Rojava des dynamiques réellement libertaires, à commencer par la place des femmes, l’importance de l’instruction et le rôle des organismes de base. Le mouvement zapatiste au Mexique qui comprenait à l’origine des éléments marxistes-léninistes et maoïstes a bien su évoluer, contrairement aux Maobadis du Bengale ou du Népal.

À moins de se planter sur l’Aventin, il faut encourager toutes les dynamiques libertaires, au Rojava comme ailleurs. Soutenir la campagne de solidarité qu’a lancée l’Internationale des Fédérations Anarchistes pour le Rojava libertaire. Soutenir la première rencontre anarchiste méditerranéenne qu’elle organise prochainement avec nos compagnes et compagnons tunisiens, grecs, turcs, égyptiens, kurdes, et d’autres encore…

Demander, parce que nous habitons en France et que nous sommes juridiquement des citoyens et des contribuables français, que l’armée de l’État français quitte le Proche-Orient, le Mali et le Tchad, ce n’est pas satisfaire la revendication des trois fanatiques. C’est revenir collectivement et politiquement à une situation où notre discours antithéocratique et émancipateur pourra être crédible.

Soutenir le Rojava libertaire, contrairement au Daesh qui veut un nouvel État, c’est reconnaître que les peuples sont prêts à se réorganiser du bas vers le haut, y compris territorialement. Or l’État français penche du côté de l’État turc. Contre le régime d’Assad, il n’hésite pas à soutenir certains islamistes, quitte à pleurer hypocritement contre les quelques jeunes Français qui choisissent le djihad en Syrie au lieu d’être zadistes à Notre-Dame-des-Landes, Sivens ou Roybon, des luttes qui n’ont pas réussi à les attirer. En soutenant le peuple du Rojava et sa démarche libertaire, c’est la guerre entre États que nous refusons, c’est le choc des civilisations que nous rejetons, c’est la lutte sociale de classe que nous réaffirmons.

Philippe Pelletier
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6846
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede bajotierra le Lun 9 Fév 2015 13:19

En tout cas les relations extérieures de la CGA ont diffusé un communiqué qui reprend la position toulousaine

Ce communiqué de la CGA est également cité in extenso ici

http://www.cntaittoulouse.lautre.net/sp ... sommaire_1

LE « MAIS » QUI TUE

Il y a une façon de « soutenir » qui est surtout une façon sournoise « d’enfoncer ». C’est le fameux « mais » (« Je ne suis pas raciste, mais…). Pour faire court, ici, c’est quelque chose comme : « Nous condamnons le crime contre Charlie, MAIS – suit ici la liste des récriminations : leurs caricatures étaient choquantes, ils étaient islamophobes, voire fascistes… », autrement dit, « Ils l’ont bien cherché ») [5]..

Ce « Mais » est un mais qui tue. Car, peu ou prou, il justifie les assassins. Or, nous avons vu fleurir ce « mais », pleutre et jésuitique, dans des milieux ultradicaux, « … de nombreux anti-impérialistes, antisionistes, anarchistes ou gauchistes [ont renvoyé] dos à dos, après quelques précautions d’usage hypocrites (« nous sommes horrifiés », etc.), les assassins et les victimes de « Charlie Hebdo » [6]..

Le NPA nous en offre un bon exemple. Tout en déplorant « les circonstances les plus tragiques et abominables » il souligne que Charlie Hebdo aurait été « un hebdomadaire peu fréquentable pour les antiracistes » [7]..

« Le summum de l’ignominie, parmi les individus médiatiques, a sans doute été atteint par Norman Finkelstein dont les posts traduits en français [8] mettent en parallèle la couverture de « Charlie Hebdo » ( «  Le Coran, c’est de la merde, ça n’arrête pas les balles »), avec une autre couverture imaginée par un salopard, représentant Charb s’exclamant « Charlie, c’est de la merde, ça n’arrête pas les balles ». A un niveau plus confidentiel mais tout aussi nocif, la liste a-infos a diffusé le texte d’un anarchiste (José Antonio Gutierrez D.) qui reprend exactement le même raisonnement ignoble. »*2..

D’autres se réfugient dans un silence pesant, comme s’il ne s’était rien passé (Pau, Gap… pas un mot, au 31 janvier sur leur site). « Quant à la Coordination des groupes anarchistes [CGA], elle a diffusé un communiqué dans lequel elle proclame : « Nous n’oublions pas le rôle qu’a tenu Charlie Hebdo dans la diffusion des discours racistes, sexistes et islamophobes ces quinze dernières années. Mais rien ne justifie de tels crimes et nous sommes solidaires des familles et proches des victimes. » Donc, si l’on suit bien ce raisonnement fumeux et tortueux, après nous avoir expliqué qu’ils étaient contre « tous les fascismes », religieux, nationalistes, etc., contre les partisans du choc des civilisations, contre toute récupération politicienne, ces libertaires mettent les journalistes de « Charlie Hebdo » dans le même sac que les fascistes, rejoignant ainsi le camp de ceux qui expliquent « Quelque part, ils ne l’ont pas volé. »..

Fort heureusement, de tels propos ne sont pas restés sans réponse. Voici celle du groupe CGA de Toulouse : « La mise en cause de Charlie Hebdo qu’on peut lire dans les communiqués respectifs publiés par les groupes de Lyon et de Région Parisienne n’est en aucune manière partagée par le groupe CGA de Toulouse. Il n’est pas question de laisser planer la moindre ambiguïté à ce sujet : Nous ne cautionnons pas et nous ne cautionnerons jamais le contenu de ces communiqués..


bajotierra
 
Messages: 4450
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede vroum le Jeu 12 Fév 2015 11:33

La communication de la CGA sur les attentats de janvier a connu quelques rebondissements, voici enfin le communiqué fédéral daté du 8 février, il n'est jamais trop tard :

http://www.c-g-a.org/content/non-lextreme-droite-nationaliste-ou-religieuse-0
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6846
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede vroum le Mar 17 Fév 2015 23:49

Le groupe Puig Antich de Perpignan n'apparaît plus sur la liste des groupes de la CGA ainsi que sur la liste des contacts.

Ce ne peut-être une erreur vu que le groupe ne figure plus sur deux pages web différentes.

Contacts de la CGA : http://www.c-g-a.org/content/contacts-0
Groupes de la CGA : http://www.c-g-a.org/groupes

Si cela signifie que ce groupe n'est plus adhérent à la CGA, c'est qu'il se passe quelque chose de sérieux au sein de la CGA car non seulement le groupe Puig Antich était un groupe fondateur de l'organisation mais il y a quelques jours encore se groupe s'occupait des relations extérieures de la CGA (ce qui est mentionné dans le dernier numéro du journal trimestriel de la CGA "Infos et analyses libertaires" daté de décembre 2014 - janvier - février 2015).

edit : on me dit que les groupes Puig Antich de Perpignan et Albert Camus de Toulouse ont démissionné de la CGA
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6846
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede bajotierra le Mer 18 Fév 2015 11:23

C'est normal que ça péte , depuis des années la montée de l'islamisme radical et de l'antisémitisme trouvent des alliés dans le milieu libertaire et d'extrême gauche

Faire le jeu des identitaires du PIR , Manifester avec le Hamas ou exclure des juifs de manifs "antisémites" , ce n'était pour eux qu'un amuse gueule , la série des attentats de Janvier a bien montré jusqu'où ils étaient prêts a aller , jusqu'à trouver des excuses a des actes fascistes et a transformer les victimes de ces actes en coupables
bajotierra
 
Messages: 4450
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede bajotierra le Mer 25 Fév 2015 13:26

Après les attentats parisiens : Quelques textes destinés à l’intelligence de la situation


https://collectiflieuxcommuns.fr/781-ap ... -parisiens
Première victime, le dogme islamo-gauchiste soft, qui vacille sans parvenir à retrouver une stabilité. Ce sont ses fondamentaux qui volent en éclats : la culture de la victimisation, de la repentance, le relativisme intégral, le mépris absolu des classes populaires, le déni des réalités gênantes. Comme toute idéologie achevée, il restera imperméable à l’épreuve de la réalité, mais la surenchère que mèneront ses porteurs les plus illuminés risque d’accélérer la désertion discrète de nombre de ses sympathisants. Peut-être le milieu musulman suivra-t-il la même évolution
bajotierra
 
Messages: 4450
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede vroum le Mer 25 Fév 2015 14:20

Non, « Charlie Hebdo » n’est pas obsédé par l’islam

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/02/24/non-charlie-hebdo-n-est-pas-obsede-par-l-islam_4582419_3232.html

Image

De qui se moquait le journal satirique Charlie Hebdo, avant que deux terroristes islamistes assassinent cinq caricaturistes et six autres personnes présentes à la conférence de rédaction du 7 janvier ? Est-il vrai que ce journal faisait preuve d’une « obsession » à l’encontre des musulmans, comme cela a pu être dit à la suite des attentats, notamment dans une tribune du Monde du 15 janvier 2015, à laquelle ont contribué plusieurs chercheurs ?

Pour apporter une réponse raisonnée à cette question, nous analysons les 523 « unes » du journal de janvier 2005 (n°655) au 7 janvier 2015 (n°1177). Si les « unes » de Charlie Hebdo ne résument pas à elles seules le journal, elles en sont toutefois la vitrine, que même des non-lecteurs peuvent voir en devanture des kiosques. Le faible nombre d’abonnés que comptait Charlie Hebdo avant les assassinats laisse d’ailleurs supposer que c’est sur la base de ses « unes » que le journal a été accusé d’islamophobie. De cette analyse, il ressort plusieurs enseignements.

Quatre grands thèmes émergent des « unes » de Charlie Hebdo : la politique ; les personnalités médiatiques du sport et du spectacle ; l’actualité économique et sociale ; et la religion. Sur les 523 « unes » parues au cours des dix dernières années, près des deux tiers (336) concernent la politique. L’actualité économique et sociale vient ensuite (85 « unes »), puis les personnalités médiatiques du sport et du spectacle (42). La religion n’est le thème que de 7 % des « unes » (38). Enfin, 22 unes traitent de plusieurs sujets à la fois : politique et médias (n°919), médias et religion (n°928), religion et politique (n°932), religion et questions sociales (n°917), etc.

Au sein de la thématique politique, un peu plus de la moitié des « unes » portent sur des personnalités de droite (en majorité Nicolas Sarkozy), près d’un quart sur des personnalités de gauche, 7 % sur l’extrême droite et 9 % sur des personnalités politiques internationales (et 9 % sur plusieurs cibles à la fois).

Parmi les « unes » relevant de l’actualité économique et sociale, un peu plus de 50 % portent sur les mouvements sociaux ou sur les Français en général (comme le n°1104), 21 % portent sur les sexes ou la sexualité (par exemple le n°1155), 18 % portent sur la délinquance, la violence politique ou le terrorisme, et 6 % portent sur les relations entre générations.

Au sein des personnalités médiatiques du sport et du spectacle, on trouve environ un tiers de créateurs (auteurs, chanteurs, réalisateurs, acteurs, humoristes, etc.) et deux tiers de sportifs et de personnalités des médias.

Au fil des années, cette répartition en quatre catégories principales a peu changé. Néanmoins, la politique devient un sujet encore plus présent en période d’élection présidentielle.

Irrévérencieux et indéniablement antiraciste

Parmi les 38 « unes » ayant pour cible la religion, plus de la moitié vise principalement la religion catholique (21) et moins de 20 % se moquent principalement de l’islam (7). Les juifs, quant à eux, sont toujours raillés aux côtés des membres d’au moins une autre religion, comme l’islam dans le n°1057. Trois « unes » concernent toutes les religions à la fois, notamment les « unes » 983 et 1108.

Au total, de 2005 à 2015, seulement 1,3 % des « unes » se sont moquées principalement des musulmans. De fait, Charlie Hebdo n’était pas « obsédé » par l’islam. Si obsession il y avait, celle-ci était plutôt dirigée vers des hommes politiques français, au premier rang desquels Nicolas Sarkozy et, dans une moindre mesure, les Le Pen et François Hollande. Quant à certaines des « unes » les plus virulentes, on peut considérer qu’elles sont dirigées contre l’extrême droite française (n°965 et n°1031) et la religion catholique (n°1064, 1080 et 1111).

Alors même que la religion est un sujet de « une » très mineur, et que parmi les quelques « unes » traitant de religion, assez peu sont consacrées à l’islam, depuis les procès de 2007 et de 2012 sur la publication des caricatures de Mahomet ce sont principalement des associations musulmanes qui intentent des procès à Charlie Hebdo. Par contraste, dans les années 1990, c’était surtout l’extrême droite et des associations catholiques identitaires qui intentaient des procès au journal satirique. En outre, avant même l’attentat du 7 janvier, les derniers actes violents contre le journal avaient eux aussi été commis, suite à l’édition « Charia Hebdo » en 2011, au nom de l’islam.

Besoin de chercheurs en sciences sociales

A la lecture, il apparaît que Charlie Hebdo, conformément à sa réputation, est un journal irrévérencieux de gauche, indéniablement antiraciste, mais intransigeant face à tous les obscurantismes religieux, musulman inclus. Ce qu’il faut expliquer, donc, ce n’est pas pourquoi Charlie Hebdo était islamophobe, mais pourquoi, de nos jours, seuls des extrémistes se revendiquant de l’islam cherchent à museler un journal qui se moque – entre beaucoup d’autres choses – de leur religion.

Pour progresser dans la compréhension de ces événements dramatiques et contrecarrer les mécanismes qui en sont à l’origine, il est nécessaire de ne pas travestir la réalité des faits et de poser les bonnes questions. Nous avons besoin de chercheurs en sciences sociales qui recueillent des données fiables et les analysent de façon impartiale, pour savoir notamment dans quelle mesure les terroristes et plus largement les fondamentalistes musulmans bénéficient, en France, d’une base sociale rejetant les valeurs de la République.

Cette contribution des sciences sociales est d’autant plus urgente que, comme l’indique le sociologue Olivier Galland, le manque de connaissances sérieuses « laisse le champ libre aux interprétations et aux solutions simplistes ».

Jean-François Mignot (Sociologue)

Céline Goffette (Sociologue)
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6846
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede bajotierra le Ven 27 Fév 2015 20:34

L'épouse de Luz sur le débat post-Charlie Hebdo: "Être aimé par des cons, c'est dur, être haï par des " amis", c'est pire"
http://www.huffingtonpost.fr/2015/01/30 ... 79676.html

Depuis trois semaines, je dois me taire. Mariée à un dessinateur de Charlie Hebdo, Luz, je suis dans «l’oeil du cyclone». Journaliste, je suis habituée à «l’ouvrir», ou en tout cas à écrire sur le monde qui m’entoure. Mais j’écris principalement sur les sexualités, le cul, le porno, le féminisme, le genre. Pas sur le terrorisme. Et je ne veux pas être une «vampire», profitant de ma proximité, ces derniers temps, avec l’équipe survivante, pour «révéler des infos exclusives». Quelle horreur. Enfin, mon rôle est ailleurs. Pas de faire des quiches et des cookies, je suis la pire cuisinière du monde. Mais de soutenir moralement l’homme que j’aime et qui va traverser une longue période de deuils, de parler des heures des amis disparus comme de l’avenir, intime et professionnel, de lui rouler des pelles, d’être forte, de lui parler des articles intelligents que j’ai lus, de rire et de pleurer, de lui offrir des livres érotiques, de rassurer nos proches, et d’essayer de vivre une vie à peu près normale, avec les trois flics qui le protègent 24h sur 24.

Donc je dois me taire, même quand je vois des bêtises ou des contresens écrits dans les journaux et relayés sur les réseaux sociaux. Le site L’Internaute, hyper-premier degré, titre «Charb : Luz avoue avoir été son amant lors des obsèques» ? C’est drôle. Jusqu’à ce que des haters sur Twitter se lâchent et traitent de «grosses tapettes» les gens de Charlie. Dans le Plus du Nouvel Obs, une bloggeuse médias critique le fait que la dernière couv' représente le prophète avec une tête de bite ? Je suis tentée de lui conseiller de faire son métier de bloggeuse médias et de regarder les anciens Charlie Hebdo (Luz a toujours dessiné le prophète ainsi, sans jamais penser à une bite), mais aussi de lui proposer d’aller voir un psy («Docteur, dans cette tâche d’encre, je ne vois pas un papillon, mais une bite. C’est grave ?»).

Mais hier, une militante du STRASS (Syndicat du Travail Sexuel) que je lis et admire depuis des années, Morgane Merteuil, relaie sur son Facebook un article de Cécile Lhuillier, ancienne présidente d’Act Up-Paris et militante LGBT et féministe, paru sur le site de Têtu. Selon Cécile Lhuillier, Charlie Hebdo «est devenu un journal raciste, homophobe, transphobe, sexiste et tout particulièrement islamophobe». Il manque arachnophobe, non ? Sur le Facebook de Morgane, qui soutient cette tribune, il est posté en commentaires des dizaines de couvertures «prouvant» le racisme, le sexisme, la putophobie etc. de Charlie. Une douzaine de dessins, donc, sur les milliers publiés depuis plus de 20 ans.

Etre aimés par des cons, c’est dur, mais être haïs par des «amis», ce n’est pas facile non plus. Je partage en grande partie les idées du STRASS et je tente, à mon petit niveau, de défendre les droits LGBT et féministes. Je me souviens qu’en décembre dernier, après un article que j’avais écrit sur le sujet pour les Inrocks, j’avais informé Luz de l’organisation d’une manif pour les droits des travailleurs(ses) sexuels(elles), organisée par le Strass et les Roses d’Acier, et il en avait fait un magnifique reportage, donnant la parole à ces travailleuses du sexe chinoises. Mais cela ne compte pas. On ne retient que les dessins jugés «putophobes» ou «transphobes». C’est tellement plus facile, d’oublier qu’il y avait des débats houleux au sein de la rédaction sur la prostitution. C’est tellement plus facile, d’oublier que les dessinateurs de Charlie Hebdo se moquaient plus des hétéros beaufs que des gays ou des lesbiennes, qu’ils soutenaient le mariage pour tous et se moquaient violemment des manifs pour tous. C’est tellement plus cool, quand on est militant dans une organisation qui défend les «opprimés», d’être «contre» la masse, les médias, l’unité nationale. En oubliant que Charlie Hebdo conchie aussi le discours de masse et les symboles, et n’était pas, dernièrement, soutenu par grand'monde.

Je dois me taire. Mais quand je vois certains militants, pro-putes ou LGBT ou féministes, des gens dont je partage les combats, communiquer sur leur «différence», en crachant sur des morts qui ne peuvent plus répondre, j’enlève le bâillon que je me suis mise moi-même sur la bouche. Quitte à mettre encore plus d’huile sur le feu, quitte à être récupérée ou à ne pas être comprise. M’en fous. Faut pas pousser mémé dans les orties.

Je ne me tais plus.

J’ai été élevée au sein d’une famille de gauche, et dans la bibliothèque parentale, il y avait le saint triptyque : «Reiser - Franquin - Manara». Ce n’est pas tout à fait «Jésus-Marie-Joseph», mais j’ai appris dès 6 ans ce que voulait dire «couilles», «peine de mort» et «clitoris». La base. En grandissant, je me suis un peu éloignée de la culture anarcho-coco-gaucho-manu-chao. Tout en admettant que j’avais heureusement reçu une culture internationale, antiraciste, antimilitariste, antilibérale, anticolonialiste, féministe et remplie de dessins de gens qui baisaient joyeusement, j’ai préféré acheter Les Inrocks plutôt que Charlie, et lire Anaïs Nin plutôt que Derrida. Petite bourgeoise que je suis.

Mais, plusieurs années plus tard, je suis tombée amoureuse d’un «mec de Charlie». Je n’avais pas lu ce journal depuis le lycée quand je l’ai rencontré. Donc je l’ai ouvert, 15 ans après. J’ai ri en lisant la BD qu’il fait avec Sarah Constantin, Stouf le skin. J’ai découvert avec émotion les chroniques de Patrick Pelloux sur les urgences. J’ai dévoré les textes antilibéraux de Bernard Maris. J’ai détesté la dernière couv' de Charb sur la GPA, mais ri très fort à chacun de ses Maurice et Patapon et à ses «Fatwa». Je suis tombée amoureuse du dessin de Catherine Meurisse. J’ai été jalouse du talent de narratrice de Sigolène. J’ai râlé sur la façon dont Wolinski dessinait les femmes. J’ai lu les textes de Laurent Léger en me disant qu’il restait peu d’enquêteurs de cette envergure, en France. J’ai voulu rencontrer Zineb El Rhazoui pour lui poser des questions sur les putes mecs au Maroc. Je me suis demandée comment Simon, le webmaster, gérait la haine quotidienne sur les réseaux sociaux. J’ai appris avec étonnement que la dessinatrice Coco était aussi jeune. J’ai adoré voir mon mec dessiner chaque semaine des bonhommes et des bonnes femmes, tandis que moi, dans la pièce d’à côté, j’écrivais sur les femmes et sur les hommes. On partait de temps en temps en reportage ensemble. Il m’a emmené en week-end à l'université d’été de la Manif pour Tous, pour démonter, ensuite, chacun dans notre journal, avec humour, leurs idéologies. Je l'ai emmené dans des soirées fetish berlinoises, il en fait un reportage pour Charlie, trash, sexy, et drôle. Rhaaaa l'amour.

Quand en octobre, il a appellé Charb, son rédac' chef et ami, pour lui dire «hé, ça te dit un reportage sur un festival à Berlin? C’est un festival de films pornos féministes et queers», Charb lui a répondu «toi… tu pars en week-end avec ta femme, non? Ok vas-y, super, fais-nous une page». Car c’est ça aussi Charlie. Un putain de journal où tu peux faire une page entière de reportages sur le Porn Film Festival de Berlin. Moi, journaliste, féministe pro-sexe, pro-porno, pro-putes (cisgenre et blanche hein, désolée, nobody’s perfect) et payée moins de cinquante euros le feuillet, je suis jalouse de sa liberté. Charlie Hebdo, c’est un journal non-pas symbole de la liberté d’expression, mais un journal dans lequel les journalistes et les dessinateurs sont libres. Ce n’est pas un journal de Lagardère. Il plaît, il est détesté, il est poétique, politique ou vulgaire. Ses couvs' ne font pas rire la Terre entière, et certains les ont utilisées pour justifier leur folie terroriste et meurtrière. Mais personne ne nous oblige à acheter ce journal ou à rire de chaque dessin. Traitez-les de tous les noms d’oiseaux. A base de «-phobe». Mais ce n’est pas la peur, le sujet de ce journal imparfait. C’est ce monde absurde, complexe, bordélique, et finalement risible.

J’ai arrêté de me taire hier soir. Et j’ai essayé de me calmer, de ne pas trop m’énerver toute seule devant mon ordi. Puis ce matin, dans un article de LaDépêche.fr très problématique à différents points de vue, Nancy Huston, auteur féministe dont j’apprécie la plume romanesque, déclare qu’elle a «toujours détesté l'image des femmes et des homosexuels qui transparaissaient dans les dessins de Charlie Hebdo». C’est son droit. Liberté d’expression, nanani, nanana… Mais putain, ce sont des caricatures, bordel ! Je sais que c’est un argument «facile», mais c’est le seul qui ait du sens. Je ne me tais plus mais je ne trouve plus les mots. Heureusement, une amie Facebook, Abnousse, a une réponse qui résume ma pensée : «C’est tout à fait idiot ce qu'elle dit-là. En tant que femme, des caricatures qui rient de la femme comme objet sexuel volontaire, comme mère de famille rétrograde ou jeune fille décérébrée n'insultent pas ma dignité. En tant que femme, les caricatures sur les femmes aliénées volontairement me font rire. Comme toute formes de caricatures qui détournent les dogmes, les préjugés, les intolérances pour les ridiculiser et détruire par le rire leur pouvoir néfaste. En tant que femme, ce qui me choque, ce n'est pas le "problème de virilité" des dessinateurs de Charlie mais le problème de la discrimination des femmes. En tant que femme, j'aimerais être caricaturée comme un homme, parce que je suis pas en sucre et que j'ai de l'humour et de l'intelligence».

Pour revenir au premier sujet de mon courroux, ou plutôt de ma tristesse - l’article de Cécile Lhuillier, relayé par Morgane du STRASS -, se positionner politiquement «anti-unité-nationale-je-suis-Charlie», c’est logique. En tant que militants de mouvements qui défendent le droit à la différence, cela leur redonne une légitimité de «hé, regardez, nous on n’est pas des moutons !». Mais c’est un aveuglement idéologique. Et la fable de La Fontaine Le Coq, le Mouton et le Dindon m’a appris très jeune qu’il fallait mieux parfois être un mouton qui «parle rarement, et n'en pense pas davantage» plutôt qu’un dindon avec de «sots discours et des airs fanfarons, des extases sur son plumage, des mots, des cris, un caquetage, à troubler tous les environs». Je vais de mon côté, avant de devenir une dinde, revenir dès à présent à ma position de mouton taiseux.

Evidemment je continuerai, personnellement et professionnellement, à soutenir le STRASS et bien sûr les causes LGBT et féministes. Car je ne mets pas tout le monde dans le même sac (à vomi). Mais je continuerai aussi à lire Charlie Hebdo. Je vous préviens : le premier qui me fait rire a gagné.


Camille Emmanuelle.


Zineb El Rhazoui est menacée de mort :

Interviewée sur BFMTV à la veille de la parution du dernier numéro de “Charlie Hebdo” mercredi, la journaliste marocaine, collaboratrice régulière de l’hebdomadaire satirique, a confié être la cible régulière de menaces de mort.



http://www.metronews.fr/info/charlie-he ... c61wjUTOU/
bajotierra
 
Messages: 4450
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede vroum le Dim 10 Mai 2015 09:15

Après les assassinats djihadistes de janvier 2015 à Paris: un numéro spécial de “Ni patrie ni frontières”

Image

Ni patrie ni frontières n° 48-49 (avril 2015) : Exécutions djihadistes de janvier 2015 à Paris (analyses et perspectives) – Antisémitisme et racisme antimusulmans en Europe – Autour du concept d’ islamophobie, 250 pages, 10 euros

Les réactions d’une grande partie de l’extrême gauche, de l’ultragauche, ou du mouvement anarchiste face aux dix-sept exécutions commises à Paris par un trio de meurtriers djihadistes entre le 7 et le 9 janvier 2015, réactions officielles mais aussi plus spontanées et révélatrices sur les réseaux sociaux, permettent de faire le point sur de nombreuses tares dans « nos milieux », sujets déjà traités dans trois numéros de la revue sous le titre « Nos tares politiques » et bientôt dans un quatrième.

Ce numéro commence par un article écrit en 2012 portant sur… Charlie Hebdo. Il est suivi par plusieurs contributions de la revue Temps critiques, du groupe Mouvement communiste, de Claude Guillon et de Ni patrie ni frontières sur les assassinats de Paris au début de de janvier 2015. La revue aborde ensuite la question de la montée de l’antisémitisme et du racisme antimusulmans en Europe, en essayant d’en dégager les causes et les conséquences. La dernière partie tourne autour des définitions de l’islamophobie et du racisme antimusulmans.

Pour toute commande écrire à yvescoleman@wanadoo.fr
Frais de port gratuits… pour celles et ceux qui commandent !



Sommaire

– Quelques leçons à tirer des assassinats djihadistes des 7-8-9 janvier 2015 et de leurs conséquences, 3

Charlie Hebdo, les « musulmans » et la liberté d’expression, 5

Prêche tragique à Charlie Hebdo : douze morts. Pour qui travaillent les assassins ? (Claude Guillon), 14

L’attaque contre Charlie Hebdo impose au prolétariat de se charger directement et sans tarder de la lutte sans merci contre le fanatisme religieux violent qui renforce l’État et accroît la division au sein des exploités et des opprimés (Mouvement communiste), 17

Vous faites erreur, je ne suis pas Charlie (Claude Guillon), 25

D’une authentique émotion de masse à une manipulation politico médiatique, 27

Délation, prison, flicage. La farce antiterroriste ne fait pas rire

(Claude Guillon), 43

Camarades, votre loi du talion ne sera jamais la mienne ! 46

Les partisans du « totalitarisme » religieux ne sont ni des « victimes » ni des « camarades dans l’erreur » ! ou Du bon usage des explications « sociologiques » en milieu militant… 54

Quelques dits sur l’événement de janvier 2015 à Paris (Temps critiques) 62

A propos des discussions sur Charlie Hebdo au boulot 84

Après les 17 exécutions djihadistes des 7/8/9 janvier 2015 : dix points de clivage et sources d’interrogations, 86

– Une position claire face aux religions, 87

– Laïcité et droits démocratiques, 94

– Statut de la raison et des sciences, 96

– Ambiguïtés du terme « islamophobie », 97

– Luttes géopolitiques en cours, 101

– Méconnaissance du rôle social des religions, 105

– Sous-produits gauchistes des théories postmodernes, 107

– Affirmations identitaires et poids social des religions, 112

– Pour un antiracisme de classe, 115

– Nature de l’antisémitisme mondialisé actuel, 120

Racisme antimusulmans et antisémitisme en Europe : pourquoi il nous faut combattre ensemble ces deux fléaux – sans céder aux pressions des identitaires de gauche et de droite 127

– Un recul nécessaire, 135

– Racisme antimusulmans en Europe, 143

– Antisémitisme en Europe, 152

– France : un pays pionnier, 158

– Antisémitisme et racisme antimusulmans

vus par la gauche et l’extrême gauche, 161

– Annexe 1 : Ambiguïtés de la notion d’islamophobie, 170

– Annexe 2 : Tableau comparatif, 179

– Annexe 3 : Définition de travail de l’antisémitisme, 187

« Islamophobie » ou racisme antimusulmans ? 189

Encore et à nouveau sur l’Islamophobie 190

L’appel des libertaires contre l’islamophobie, 193

Dix questions aux libertaires sur l’islamophobie et le racisme 197

Misère du néologisme, néologisme de la misère

(Juan Pueblo, CNT-AIT), 204

La fourestophobie, nouveau gadget gauchiste, 208

Décidément, Mme Caroline Fourest ment vraiment très mal, 210

Qu’est-ce que le racisme antimusulmans ? (Sacha Ismaïl), 213

Les nouveaux rouges bruns de Jean-Loup Amselle, 220
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6846
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede rastanar le Mar 15 Déc 2015 18:22

Il y a du nouveau dans les attentats de Charlie Hebdo :

http://www.ladepeche.fr/article/2015/12/15/2238676-attentats-paris-janvier-deux-personnes-garde-vue.html

Claude Hermant un proche des milieux d''extrême droite déjà incarcéré pour trafic d'armes,mis en garde à vue avec
sa compagne,aurai fourni un appui logistique a Amédy Coulibaly,il s'agit d'un fusil d'assaut et de quatre pistolets semi-
-automatiques Tokarev,armes venant de pays de l'est.

Les enquêteurs prétendent qu'il n'y a aucun rapprochement avec Amédy Coulibaly...ben voyons,j'appelle ça un gros men-
-songe.

Collusion entre le nationalisme et le fascisme religieux,ça n'étonnera personne,ici sur ce forum.
Le soulèvement aura lieu...tu aura beau prier ton dieu---La Canaille

"C'est pas des trous de balle qui vont nous empêcher de vivre.
D'ailleurs j'en ai un et je vis très bien avec"---Karin Viard
Avatar de l’utilisateur
rastanar
 
Messages: 1996
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:48

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede rastanar le Lun 4 Jan 2016 15:27

Un an déjà,la une de Charlie,on n'oublie pas et on ne pardonnera pas :

Un criminel en cavale,dieu ( hallah,yahvé et bien d'autres...)ou plus exactement des salopards qui obéissent
a des textes dit sacrés(coran,bible,torah,etc...).


Image

Dieu l'ami imaginaire du faf !.
Le soulèvement aura lieu...tu aura beau prier ton dieu---La Canaille

"C'est pas des trous de balle qui vont nous empêcher de vivre.
D'ailleurs j'en ai un et je vis très bien avec"---Karin Viard
Avatar de l’utilisateur
rastanar
 
Messages: 1996
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:48

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede rastanar le Ven 8 Jan 2016 17:51

Rendons hommage aux victimes des 2 attentats de 2015,je pense que les anciens de Charlie
auraient apprécier. :guitare:



Excellent !.
Dernière édition par rastanar le Ven 8 Jan 2016 18:05, édité 1 fois.
Le soulèvement aura lieu...tu aura beau prier ton dieu---La Canaille

"C'est pas des trous de balle qui vont nous empêcher de vivre.
D'ailleurs j'en ai un et je vis très bien avec"---Karin Viard
Avatar de l’utilisateur
rastanar
 
Messages: 1996
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:48

Re: ATTENTAT A CHARLIE HEBDO : 12 MORTS

Messagede bajotierra le Ven 8 Jan 2016 17:56

Ah oui très bon je l'ai entendue hier a la télé car le mec qui chante est menacé de mort . ,
bajotierra
 
Messages: 4450
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Précédent

Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités