Un crime du pouvoir socialiste

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede Lehning le Jeu 30 Oct 2014 14:59

Bonjour !

Par hasard, je suis tombé sur le 13h de TF1 (T'es Fin) d'aujourd'hui: un reportage sur les paysans pro-barrage. A vomir !

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2108
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Jeu 30 Oct 2014 19:22

loupi a écrit:je trouve qu'ils en parlent plus (ils sortent pas mal de conneries aussi) que lors d'un acte de violence policière dans une cité (en tout cas c'est l'impression que ça me donne). Alors est ce que c'est parce qu'il était blanc ou est ce que c'est à cause du contexte (un mort dans une manifestation ça fait un moment qu'il y en avait pas eu non?), il faudrait aussi se poser la question. Mais personnellement je pense qu'il existe encore et toujours un certain racisme d'Etat, mais après vu que je ne regarde pas franchement les infos je ne sais pas comment ils ont parlé du drame de Zyed, Bouna et Wissam, donc sans comparaison mon argumentaire ne vaut pas grand chose^^ Mais en tout cas sur Le Monde ils ont rappelés les faits pour Zyed et Bouna le 27 octobre.


C'est la première fois depuis 1986 que l'Etat tue un manifestant , ce crime comme déjà dit n'est pas une bavure , les gendarmes ont appliqué les ordres dans le cadre d'une stratégie décidée par les potentats locaux au Testet , a savoir une stratégie de la tension-provocation par le biais de violences délibérées sur les contestataires

En 1986 la victime , dans un contexte semblable , était Malik Oussekine ; Pour reprendre le verbiage communautariste c'était un "non blanc" , et les répercussions médiatiques , politiques et sociales furent bien plus rapides et importantes pour Malik que pour Remi

Tout universitaire post moderne aurai pu en déduire que le meurtre d'un manifestant "non blanc" fait plus de bruit que celui d 'un "blanc" , et ce serait parfaitement idiot , comme tout raisonnement qui occulte le principal d'un mouvement social , a savoir le rapport de force (mais comme ce rapport de force est principalement basé sur la solidarité cela échappe forcément a nos relativistes )

Le rapport de force en 1986 était bien plus important qu'au Testet en 2014 , et le rapport de force au Testet en 2014 est bien plus important que celui de quelques habitants dans une cité auvergnate en 2013 , de là les différences de traitement observées par nos sociologues .
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede loupi le Ven 31 Oct 2014 10:22

ok merci pour les infos.

En effet son raisonnement ne tient pas et ça occulte juste le problème principal comme tu dis.

Vive la solidarité!! :v:
loupi
 
Messages: 104
Inscription: Ven 27 Sep 2013 11:55

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede rastanar le Sam 1 Nov 2014 14:40

Ah tiens auparavant,il y avait cette jeune fille(Elsa Moulin,25 ans)portant plainte,qui a été blessé à la main par les gendarmes mobiles,
l'état made in PS collectionne les casseroles :

:arrow: http://www.liberation.fr/societe/2014/10/31/barrage-de-sivens-une-opposante-porte-plainte-apres-un-jet-de-grenade_1133487
Le soulèvement aura lieu...tu aura beau prier ton dieu---La Canaille

"C'est pas des trous de balle qui vont nous empêcher de vivre.
D'ailleurs j'en ai un et je vis très bien avec"---Karin Viard
Avatar de l’utilisateur
rastanar
 
Messages: 1774
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:48

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede vroum le Sam 1 Nov 2014 22:44

Rassemblement de la FAIt devant l'ambassade de France à Turin en Italie :
Image

http://anarresinfo.noblogs.org/2014/10/ ... -a-torino/

l presidio indetto a Torino di fronte al consolato francese in via Roma, dopo un’ora di blocco della circolazione, si è trasformato in corteo. In testa due striscioni “Lo Stato uccide”, “Remi vive. No alla diga di Sivens”. Molti gli slogan per ricordare Remi Fraisse, ucciso da un ordigno lanciato della polizia, durante una notte di lotta alla ZAD du Testet.
Alcune centinaia di persone, molti gli attivisti No Tav, hanno risposto all’appello lanciato dalla Federazione Anarchica Torinese per un’iniziativa contro la violenza degli Stati. In mattinata era circolato il comunicato del movimento No Tav, che faceva proprio l’appuntamento al consolato.
Il corteo, ha percorso via Roma, attraversando piazza S. Carlo, per concludersi in piazza Castello, con alcuni interventi e Bella Ciao.

Di seguito il volantino distribuito alla manifestazione.

Remi, un omicidio di Stato
Si chiamava Remi. Uno studente di Tolosa colpito a morte da una granata assordante durante una notte di assedio al cantiere per la diga di Sivens.
La polizia francese le chiama armi non letali. Ma fanno male. Tanti sono stati feriti, Remi invece è morto. Un omicidio di Stato.
Sabato 25 ottobre era stata indetta una manifestazione al cantiere per la costruzione della diga di Sivens. Quest’opera è contrastata dagli ambientalisti e dai piccoli agricoltori della zona. La diga servirebbe gli interessi di alcune grandi aziende agricole e distruggerebbe l’unica zona umida della zona.
La ditta che ha fatto “l’inchiesta pubblica” per la realizzazione dell’opera, una procedura di consultazione tipica della Francia, è la medesima che si è aggiudicata l’appalto e dovrebbe gestire la diga a lavori ultimati. Una mano lava l’altra e poi si fanno la faccia pulita.
Siamo nel Tarn, nella zona pirenaica a ovest di Tolosa.
Qui è sorta da diversi mesi una ZAD, Zone A Defendre, un’area occupata da accampamenti, casette sugli alberi, tende, per tentare di impedire il disboscamento preliminare all’inizio dei lavori per la diga, che dovrebbe fornire acqua per le coltivazioni intensive di mais.
In questi mesi gli attacchi alla ZAD si sono susseguiti in un crescendo di violenza poliziesca. Tra i resistenti era forte la convinzione che prima o poi ci sarebbe scappato il morto.
Migliaia di manifestanti provenienti da tutta la Francia hanno partecipato all’iniziativa contro la diga e in solidarietà con chi resiste nei boschi. Una grande manifestazione popolare.
Al termine del corteo qualche centinaio di attivisti aveva proseguito per l’area di cantiere vietata e blindata dalla polizia. Le truppe dell’antisommossa hanno usato gas lacrimogeni, pallottole di gomma e granate. Le cariche nel bosco si sono susseguite per ore. Molti manifestanti sono stati feriti. Remi è morto sul colpo. Aveva 21 anni.
Non lo conoscevamo, ma era uno dei tanti che hanno scelto di mettersi di mezzo, di lottare contro l’imposizione di un’opera inutile e costosa. Contro la distruzione di una zona umida, per un’agricoltura misurata sulla qualità, non sul peso, per una vita libera dalla feroce logica del profitto.
La piccola dimensione, l’autogestione dei territori e delle proprie vite, un’idea di relazioni sociali che rifiuta il profitto e sceglie la solidarietà, un’utopia concreta per tanti, in ogni dove, uniti al di là delle frontiere che separano gli uomini e le donne ma non le merci.
Leggendo i racconti di chi era in quei boschi, la mente è corsa ai nostri boschi, alle nostre valli, alla nostra lotta contro il Tav, contro le grandi e piccole opere inutili.
Abbiamo pensato ai malati senza cure, alla gente sfrattata perché non arriva a fine mese, ai bambini stipati in scuole insicure, senza risorse, sempre più costose.
I soldi per una nuova linea di treni, dove già c’è il treno, i soldi per un’opera inutile, costosa e devastante li trovano sempre. Sono l’ossatura di un sistema di drenaggio di soldi pubblici a fini privati, che regge un’intera classe politica.
I soldi per le guerre dell’Italia – 53 milioni al giorno – ci sono sempre. I soldi per i militari nelle strade, per la polizia che picchia chi lotta per la propria vita, per il proprio futuro, ci sono sempre.
Siamo in guerra. La guerra di classe, la guerra per la sopravvivenza di un ceto di politici di professione, di cui possiamo fare a meno. Sempre più persone lo sanno, disertano le urne, costruiscono percorsi di autogestione e autogoverno, aprono spazi di libertà, costruiscono il mondo nuovo che sta crescendo nei nostri cuori.

Remi vive. Vivrà nelle lotte di ogni dove, sarà con noi nei mesi e negli anni a venire.
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede vroum le Sam 1 Nov 2014 22:59

Manifestation dimanche 2 novembre pour la mort de Remi : le communiqué de presse
Publié le 1er novembre 2014 |
http://paris-luttes.info/manifestation- ... 2-novembre

Samedi 25 octobre, Rémi Fraisse est mort dans des affrontements, tué par la police lors de la lutte contre le barrage de Sivens. Des mobilisations ont lieu en France et à l’étranger, partout où la douleur d’apprendre la mort de quelqu’un sous les coups de la police est insupportable.

L’appel à manifestation : Appel à manifester dimanche 2 novembre suite à la mort de Remi Fraisse sur la ZAD du Testet

Que fait la police ?

Au cours des luttes de ces dernières années, la police a blessé et mutilé des dizaines de personnes en réprimant des révoltes dans les quartiers populaires, des mouvements sociaux, des actions syndicales et des luttes contre des projets nuisibles comme le barrage du Testet. En ce moment, à Sivens, on dénombre plusieurs blessés au flashball, des tirs de grenade et des matraquages en règle. Les policiers sont allé jusqu’à jeter une grenade à l’intérieur d’une caravane où se trouvait des gens.

Aux frontières de l’Europe, des gens meurent tous les jours en essayant d’échapper à la police. A Lampedusa on compte 3300 morts depuis 2002.

Dans les quartiers populaires la violence de la police est quotidienne. Elle s’exprime par le bouclage des quartiers, les contrôles au faciès, les expulsions, les rafles de sans papiers. Les blessures et mutilations ne se comptent plus. On dénombre plusieurs morts chaque année. A chaque fois des collectifs se montent et luttent contre la violence de la police et son impunité. Hier soir, une personne a encore perdu un ?il à Blois suite à un tir de flashball. La mort de Rémi nous ramène à toutes ces réalités. Luttons pour Rémi, luttons pour tous les autres.

Que défend la police ?

Ce sont, bien sûr les grands projets utiles au capitalisme et nuisibles aux gens et à leur environnement. Qu’il s’agisse de l’aéroport de Notre Dame-Des-Landes ou du Grand Paris. Dans la violence, la police maintient l’ordre établi. Cet ordre sert les intérêts des puissants, des riches, des gouvernants, des patrons, des banques. Il dé-sert celui de tous les autres, les précaires, les pauvres, les prolétaires, les personnes racisées, les femmes. Et quand l’individualisme a échoué, quand la solidarité et la révolte s’organisent et gagnent du terrain, la police n’hésite plus à emprisonner, blesser, mutiler et tuer.

Résistons ensemble !

Une voiture qui brûle, un patron séquestré, une occupation de la CAF, une bouteille d’eau jetée, un fauchage d’OGM, une réquisition de logement vide sont autant d’actes de révolte et de colère légitimes. Le pouvoir les qualifie de violents. Mais comment qualifier les blessures, les mutilations et les meurtres de la police ? Sans parler de la violence économique qui nous est faite à tous.

Les journalistes et les politiciens séparent les bons des mauvais manifestants, les violents des non-violents. La réalité des luttes, c’est qu’il y a de nombreuses manières de lutter, chacun selon ses moyens et ses colères. La réalité c’est aussi que les armes de la police ne font aucune distinction entre les manifestants. Nous devons tous nous protéger et nous organiser afin de nous défendre. La violence policière répond à l’ampleur de nos luttes et à l’inquiétude du pouvoir face à une contestation grandissante. A Notre Dame des Landes, le gouvernement a déjà reculé. A Paris, c’est la deuxième fois en quelques mois que le gouvernement interdit une manifestation.

Partout des gens s’organisent et résistent. Ne nous laissons pas gouverner par la peur !
Ne les laissons pas nous diviser. C’est ensemble que nous construirons une lutte à la hauteur de la mort de Rémi !

Lorsqu’ils tuent l’un d’entre nous, ils nous disent que notre vie n’a aucune valeur.
Prouvons leur que prendre une de nos vies leur coûtera très cher.

BRAVONS L’INTERDICTION !
MANIFESTATION DIMANCHE 2 NOVEMBRE
Place de la rotonde métro Stalingrad

L’Assemblé de lutte pour Rémi
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede vroum le Dim 2 Nov 2014 16:57

Tract de la Fédération anarchiste diffusé à la manifestation interdite de cet après-midi à Paris :

La police assassine en toute impunité


Rémi Fraisse est mort lors d'une manifestation, le cœur perforé par l'explosion d'un projectile policier. La police a tué, encore une fois, et pourtant...

Et pourtant la police n'est déjà plus coupable. Porté par les grands médias, le retournement s'est opéré. S'il est avéré que la police a tiré, c'est soit par accident, soit en situation de légitime défense. On oublie donc la disproportion entre les armes des manifestants et celles de la police, et la responsabilité qui en découle. On oublie que la police française, internationalement reconnue pour son expertise en maintien de l'ordre, est organisée et entraînée, afin d'éviter ce genre d'accident. On oublie que le tir tendu lui est interdit, justement parce qu'il y a déjà eu des morts.

Et pourtant, la responsabilité ce sont les manifestants violents qui la portent. L'enquête a échoué dans ce sens, mais a dès le début mis en avant que le projectile aurait pu venir des manifestants. Ça n'est pas le cas, mais l'idée que ça aurait pu l'être est quand même un élément à charge. Les partisans de la voie légale, en particulier les élus et représentants associatifs qui ont des intérêts dans le débat parlementaire, se sont empressés non seulement de se dissocier des manifestants violents, « casseurs », « terroristes verts », mais encore de remettre en cause leur légitimité à participer à la contestation. Cependant s'il n'y avait eu que la voie légale, il n'y aurait même pas eu de lutte.

Et pourtant le coupable, c'est Rémi Fraisse lui-même. Une enquête quant au contenu de son sac à dos a tenté honteusement et en vain de prouver qu'il y aurait eu des substances explosives ayant aggravé les séquelles. Si ça avait été le cas, aurait-il mérité son sort ? Mais avant tout, Rémi Fraisse est coupable d'avoir participé à cette manifestation. Ce qui est signifié ici c'est que parce que la police était là, il n'aurait pas dû y être, lui, et donc s'exposait de lui-même, illégalement, au risque de subir une violence, elle légale. C'est donc illégal, mais est-ce pour autant illégitime de manifester contre une décision des autorités publiques sans l'autorisation de ces mêmes autorités publiques ?


La police ne sera jamais condamnée. Premièrement parce que d'habitude, elle enquête à charge, les accusés à décharge. Comment sera monté ici le dossier ? Ensuite parce que la police bénéficie d'un allié de choix : l’État. Les forces de l'ordre sont le bras armé d'un ordre établi, hégémonique et capitaliste, et l’État est le garant de cet ordre. La remise en question de la Police implique la remise en question de l’État et du système sur lequel est fondé la société.

La police a tué Rémi Fraisse, comme chaque année elle en tue des dizaines d'autres. Pendant les contrôles d'identité, les gardes à vue, les interpellations, les reconduites à la frontière. Sans compter les harcèlement qui parfois mènent les victimes au suicide, les mutilations, et jamais de condamnations. Par le biais de sa milice, l’État élimine ceux et celles qui refuseraient de rentrer dans la case qui leur est assignée, qui contesteraient les règles du jeu, ceux et celles qui n'ont pas la bonne gueule, la bonne langue, les bonnes mœurs, qui rappellent qu'il existe un ailleurs au système. Mais c'est son rôle, c'est ce pourquoi elle a été créée. Alors jamais la Police n'aura tort.


Mettons fin à l'impunité de la Police.
Justice pour les victimes de bavures policières.

Fédération anarchiste
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede vroum le Dim 2 Nov 2014 17:03

Pour l'instant 100 cars de CRS et 31 interpellations selon AFP
Place Stalingrad 15h40 :
Image
16h30 : 3 personnes interpellées pour avoir distribué des tracts.
La nasse a été mise en place alors que les gens se dispersaient. La police empêche les gens de partir et gaze les manifestant devant le cinéma.
edit 16h53. Gaz lacrymogènes et nouvelles interpellations à Paris - Stalingrad. Le nombre des interpellations ne cesse d'augmenter près de la place Stalingrad, où se tient la manifestation en «hommage» à Rémi Fraisse. A Stalingrad, la tension est telle que les forces de l'ordre ont du faire usage de gaz lacrymogène et interpellé 66 personnes.

Mise à jour 2/11/14, 17h00 : Une charge est en cours sur le bd au niveau de la station stalingrad. Les contrôles sont toujours nombreux aux alentours de la place. La nasse devant le cinéma s'est vidée, les gens se dispersent par petits groupes.
Le numéro légal team pour la manifestation : 0605669345
Image
Mise à jour 2/11/14, 17h10 : Les embarqués en bus sont conduits au commissariat rue de l'Evangile. Les interpellations se poursuivent place Stalingrad. Une nouvelle nasse d'environ 40 personnes est retenue près de la rotonde. Plusieurs personnes convergent vers le commissariat pour soutenir les embarqués.

17h30 : Les interpellations se poursuivent à Stalingrad. Environ 100 personnes ont déjà été embarquées. Un dispositif répréssif impressionnnant aura été déployé aujourd’hui : 97 fourgons, plus de 600 gardes mobiles et de très nombreux policiers en civil ont quadrillé toute la journée le quartier de Stalingrad, controlant et fouillant les passants.

18h15 : Fin de tentative de manif. Les manifestants comptent 85 personnes dont l’interpellation a été constatée. Un rdv est lancé à 19h au CICP pour debriffer de la manif de cet après-midi.
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Dim 2 Nov 2014 20:42

Merci vroum pour ces infos , bravo aux manifestants de ce week end , il y avait du monde a Paris il y en avait aussi au Testet , et hier a Toulouse ( prés de 2000 ) a Nantes et ailleurs , et demain il y en aura plus encore

Le PS est seul avec son crime , il regarde ses mains pleines de sang et en criant "ce n'est pas moi " tente d'étouffer la parole de ses accusateurs , et partout il interpelle , il matraque et il gaze, il est , s'il le faut , prêt a tuer encore pour pouvoir gouverner un jour de plus .

le PS c'est bien l' Etat : Par sa bouche puante il ment et avec ses mains d'assassin il cogne , voilà tout ce qu'il sait faire

COMPTE RENDU SUCCINT DE LA MANIFESTATION DE SAMEDI A TOULOUSE

Samedi 1er novembre, 2000 personnes se sont réunies à Toulouse pour faire acte de leur colère suite à l’assassinat par la police d’un manifestant à Sivens samedi 25 octobre. 2000 personnes déterminées à que leur colère et leurs tristesse ne passent pas inaperçues. Bien évidemment les pouvoirs publics ont cherché à empêcher cette démonstration non sans peine, s’en sont suivies 3 heures de protestations éparses dans la ville et de violences policières.


Quelques petites remarques préliminaires

Alors que la presse insiste sur quelques vitrines abimées, il parait important de rétablir certains éléments factuels :
• 2000 personnes de tous âges et de tous horizons se sont réunies suite à un appel informel pour exprimer leur tristesse et leur colère face à l’assassinat d’un jeune homme dans une manifestation ;
• elles étaient déterminées à faire entendre leur rejet de la violence policière et des projets inutiles imposés, autres violences faites à nos vies ;
• les gardes mobiles [1] ont immédiatement empêché la manifestation d’avoir lieu sans qu’aucune explication ne soit donnée. Si la manifestation n’avait pas été déclarée, elle n’était pas pour autant interdite ;
• Dès lors l’action policière a été d’user systématiquement de grenades lacrymogènes et de désencerclement, de matraques et de pressions diverses en vue de disperser la manifestation. Le message était clair : votre colère, votre tristesse n’a pas lieu d’être. Manque de pot, la détermination était totale et les moyens employés ont été à la hauteur.

Ce qui suit est un récit subjectif de la manifestation n’hésitez pas à ajouter des compléments d’information [2]. Difficile de savoir tout ce qui c’est passé, on ne peut être partout d’autant que la manifestation s’est trouvée assez vite disloquée en groupes épars dans toute la ville.

Un démarrage sous pression

Rendez vous au Capitole, beaucoup de monde, beaucoup de pancartes : contre le barrage de Sivens, en souvenir de Rémi Fraisse, contre les violences policières, contre l’armement policier. Pas d’organisation préalable de la manif, dans le même mode que les précédentes manifestations de la semaine. Donc à un moment quelques banderoles se mettent en route et la manifestation démarre pour rejoindre les boulevards, en direction du palais de justice semble dire la rumeur.
Très vite bloquée par les gardes mobiles, la manifestation s’échauffe, les gaz sont lâchés très vite histoire de donner le ton de l’après midi et de repousser les manifestant.e.s sur la place du Capitole. Celle-ci est en partie bouclée, seules voies de sortie, les petites rues... Quelques manifestant.e.s font en sorte que les policiers ne nous serrent pas de trop près. Nous sommes en effet en présence d’un dispositif important lourdement armé. Un hélicoptère de la gendarmerie survole la manifestation et ne nous quittera pas jusqu’à sa dispersion totale. Ce bruit d’hélicoptère rappelle sans doute des choses à ceux et celles qui étaient au Testet une semaine auparavant.
La manifestation prend donc la rue Gambetta pour rejoindre le tribunal par le seul parcours laissé libre par la police. Est-ce que le préfet autorise tacitement la manifestation à parcourir la ville mais seulement par des itinéraires moins fréquentés ? Toujours est-il que la manifestation peut parcourir les rues du vieux Toulouse : rue Peyrolières, rue des Couteliers, rue de la Dalbade... Vous pouvez manifester mais dans les arrières cours, l’insulte est cinglante. Lorsque nous croisons un boulevard, c’est une rangée de policiers casqués, bottés et armés qui nous empêche de passer...
Malgré toute cette pression, nous restons en nombre dans le défilé. Peut-être que nous voulons dire que nous n’avons pas peur, que nous continuerons à protester malgré les pressions et ce mort. Difficile de dire ce qui passe par la tête de tant de gens divers, difficile de comprendre les raisons de chacun.e qui conduisent à braver la violence de la police...

Dispersion et continuité de la manifestation

Lorsque la manifestation débouche sur la place du Salin face au tribunal, le gazage est immédiat et dense... Les grenades éclatent dans tous les sens dans les rues étroites, rebondissent sur les murs. La peur est palpable, tout le monde a dans la tête la grenade funeste qui a couté la vie à un autre comme nous, dans une situation similaire. La foule se disperse à gauche et à droite mais des petits groupe se forment rapidement qui vont faire durer la présence de la manifestation quelques heures encore sous diverse formes :
• un sitting prend forme place Rouaix face à la chambre de commerce et d’industrie, des chants résonnent,on tient la rue ;
• des vitrines de banques et des abribus tombent sous les coups de la colère quai de Tounis et place Esquirol. Quelques jets de projectiles sur la police qui n’a toujours pas cessé ses tirs divers de balles de gomme, de lacrymogènes ;
• Des groupes partout crient leur colère, la manifestation est partout, il est de plus en plus difficile de distinguer ceux et celles qui y ont pris part depuis le début et les passant.e.s. Les forces de l’ordre ne font d’ailleurs aucune différence, tout ce qui ne porte pas d’uniforme est un ennemi potentiel. Le gaz ne connait pas de frontière d’âge ni de classe, l’égalité républicaine réalisée par les compagnie de sécurité du même nom.

Blessures et arrestations

Des charges sporadiques des forces de l’ordre dans toute la ville déplacent les manifestant.e.s qui tentent de se réunir tant bien que mal pour continuer la protestation, la tombée de la nuit ajoute à la confusion. Le métro est fermé, le centre ville est bondé comme d’habitude. Les lacrymogènes tombent sur les voitures coincées dans les bouchons. Des vitrines sont encore étoilées ici et là. Surtout commence la valse des arrestations. Il faut justifier l’action policière par un nombre conséquent d’arrestations. La préfecture annonce 16 personnes arrêtées sans que l’on sache si elles sont maintenues en garde à vue, inculpées de quoique ce soit ou simplement relâchées après un contrôle d’identité. Cette semaine nous a habitués à une certaine prudence vis-à-vis des communiqués de la préfecture. Il est avéré que les manifestant.e.s ont pu constater un certain nombre d’arrestations assez violentes, mais aussi des blessures diverses allant du bleu important à la blessure ouverte, sans compter les yeux qui piquent, la peau qui brûle et les bronches en feu [3]....

Réalité vécue et reflet médiatique

Depuis hier la ritournelle des casseurs et de la violence n’en finit plus de tourner en boucle sur tout ce que ce pays a de moyens de communication. Les organisations embrayent le pas prenant peur de voir leur crédibilité entachée par quelques vitrines abîmées, quelques policiers mis en congé pour un doigt foulé. De qui se moque-t-on ? Un homme est mort, et d’autres sont régulièrement mutilés et tués par les forces de l’ordre. Samedi nous étions nombreux et nombreuses, nous étions déterminé.e.s, nous étions en colère et nous l’avons fait savoir. Riens de plus, rien de moins, les mises en scène spectaculaires, les jérémiades des syndicats de police et les condamnations des organisations à courte vue ne doivent pas occulter ce que nous avons vécu. Les forces de l’ordre voulaient nous faire taire, nous immobiliser, nous invisibiliser et ça n’a pas marché. Nous avons crié dans les rues, nous avons exprimé notre tristesse et notre colère, nous avons informé, nous avons rendu visible la brutalité policière... Nous avons tout simplement manifesté...

Qui casse nos vies ?
Qui casse nos avenirs ?
Qui casse la nature ?
Qui casse nos emplois ?
Qui casse nos droits ?
Qui casse nos gueules ?
Qui casse nos villes ?
Alors c’est qui les casseurs ?


Notes


[1] On a peine à imaginer que c’est la même brigade qui serait responsable de la mort de Rémi Fraisse, mais peut-être que le cynisme des autorités va jusqu’à mettre face à face le tireur et ses comparses avec les manifestant.e.s. Reste que c’est tout de même le même corps répressif en terme de tact et de respect, on fait mieux...


[2] Soit directement par le bouton "proposer un complément d’info" au pied de l’article soit sur la boîte mail de IAATA, contact.iaata@riseup.net


[3] On ne peut que souscrire à ce qu’écrive les camarades de ZAD nadir "Un mort au Testet, un œil dans les quartiers nord de Blois, un nez à Nantes, grosse semaine pour la police nationale... Jusqu’où ira cette politique de mutilation systématique ? On constate qu’aujourd’hui, au nom du maintien de l’ordre, c’est devenu la routine de revenir de toutes les manifs avec des éclats de grenades offensives dans la chair, des personnes éborgnées, mutilées par des tirs de flashball"



http://iaata.info/Compte-rendu-succinct-de-la.html


Contre les violences policières : La mobilisation ne peut que se développer et s’amplifier



En 1986,pour briser la révolte de la jeunesse, le gouvernement de droite adoptait la stratégie de la tension. Malik Oussekine en est mort. En 2014, le gouvernement de gauche adopte la même stratégie contre les opposants au barrage du Testet . Rémi Fraisse en est mort .



Hier, Samedi 1 Novembre, nous avons assisté à Toulouse à la mise en œuvre de cette même stratégie. En hommage à Rémi Fraisse, un rassemblement pacifique de 2000 personnes place du Capitole a été empêché de manifester dans les rues pourtant piétonnières, volontairement fractionné par un dispositif policier surdimensionné et surarmé qui n’a pas hésité à gazer les nombreux promeneurs. Pourquoi Cela ? Pour tenter de retourner la population contre les manifestants. Cette stratégie honteuse est vouée à l’échec



Ainsi aujourd’hui , plus de 3000 personnes se sont réunies au Testet , en hommage à Rémi et pour protester contre les violences policières . Soulignons que comme il n’y avait aucun képi à l’horizon tout s’est déroulé sans aucun incident .

Face aux atteintes aux libertés fondamentales , face à l’Etat qui nous méprise , face aux médias qui nous mentent , la mobilisation populaire ne peut que se développer et s’ amplifier .



CNT -AIT Toulouse , le 02 novembre.





https://fr-fr.facebook.com/pages/Cnt-ai ... 0011469841

PREMIERES COMPARUTIONS IMMEDIATES A TOULOUSE : DEMAIN A 14 H
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Lun 3 Nov 2014 11:34

La lettre qui suit est adressée par Farid El Yamni, frère de Wissam - assassiné par la police le 1er janvier 2012 - à la mère de Rémi Fraisse. Il a voulu qu’elle soit rendue publique, mais elle sera également envoyée dés que possible à l’adresse des parents de Rémi Fraisse.





"À l’heure où sur Paris on condamne les manifestations violentes et où on loue les sit-in pacifiques, je vous écris cette lettre.

J’ai perdu mon frère dans des conditions très proches de celles dans lesquelles vous avez perdu votre fils. Mon frère qui prenait tant soin de ma mère nous a quitté, il ne reviendra plus. La perte de mon frère était sur le coup une douleur immense que je ressens à chaque fois que l’État assassine à nouveau. « Là où croît le danger croît aussi ce qui sauve » disait quelqu’un. À chaque fois que l’État assassine on a aussi l’opportunité de l’arrêter, de le contraindre à changer et de rendre la dignité perdue à tous les autres.

Par la mort de Rémi se noue beaucoup plus que l’histoire d’une vie, il se noue notre vie à tous, individuellement et collectivement. La criminalisation qui a été opérée est terrible, ça a été la même chose pour nous. J’ai compris plus tard qu’elle était voulue. Je ne voulais qu’une chose, que la Justice fasse la vérité et rende la dignité que méritait mon frère, dans le calme, et que cette histoire profite à tous, à nous les gouvernés pour mieux nous aimer et à la police pour la réconcilier avec la nation. Je pensais que la police ne pouvait accepter dans ses rangs des assassins, je ne la connaissais à l’époque pas assez. Je me trompais. Les quartiers ont brûlé, on a appelé au calme : chaque voiture ou chaque poubelle brûlée était vécue comme une insulte, comme une épine en plein cœur, une épine sur laquelle on appuyait.

Puis le temps est passé, on nous a promis la vérité, mais on n’a eu que des mensonges, que des fausses promesses, comme tant d’autres avant nous. On nous avait prévenu, mais on n’y croyait pas. François Hollande, lui-même, avait pris ma mère dans ses bras et lui avait promis qu’il nous aiderait à faire la lumière sur la mort de son fils. Sans la justice et la vérité, on vivait le temps qui passait comme une condamnation. Nous étions toujours en prison, à suffoquer et à appeler la Justice à l’aide.

Et puis on a compris que notre cas n’était pas isolé, que tant d’autres familles vivaient et vivent la même chose. Il y a tant d’humiliations et de mutilations commises consciemment par la police et couvertes par la justice, tant !

On a aussi découvert la manière de penser des policiers, ça fait froid dans le dos. Voici un exemple : Mercredi dernier, suite à la manifestation sur Paris, un des policiers m’a dit « 1-0 » devant ses autres collègues au commissariat, qui ricanaient lorsqu’ils me voyaient arborer le tee-shirt « Urgence Notre Police Assassine ». Aucun ne l’a repris, aucun… Des exemples de ce genre, tant de français en vivent quotidiennement, ils n’en peuvent plus de cette police et n’en voient pas le bout.

Je comprends l’appel au calme, on l’a également fait. Comprenez également que de nombreuses personnes ne croient plus en ce système qui donne une impunité de facto à la police. Comprenez que l’on ne peut concevoir la non-violence qu’à condition de supposer que le camp d’en face est capable de se remettre en cause : ils en sont humainement incapables, parce qu’ils considèrent que remettre en cause la police, ce serait remettre en cause l’État. Depuis 40 ans, la police tue impunément, à répétition. Depuis 40 ans, on assiste à la même démarche pour noyer les meurtres de l’État, malgré les vidéos, les témoins, les évidences. Depuis 40 ans, il y a des sit-in, des manifestations, des livres, des prises de positions d’hommes politiques, des tribunes adressées au ministre de l’intérieur. Depuis 40 ans, ça ne fonctionne pas.

Voici comment ça se passe : dépêche AFP, mensonge du procureur, enquête de mauvaise qualité et tronquée pour aboutir sur une condamnation ridicule après de nombreuses années, voire à une absence de condamnation. Le pire, c’est que ceux qui vont enterrer l’affaire auront des promotions et ceux qui ont tué nos frères, nos fils ou amis, eux seront traités comme des champions par leurs collègues. Telle est la réalité que vous vivrez vous aussi.

Manuel Valls dit que les violences sont des insultes à la mémoire de Rémi, mais sachez que Manuel Valls, par son inaction à combattre l’impunité policière, est le premier meurtrier de votre fils. C’est un criminel récidiviste. Il est venu à Clermont-Ferrand une semaine avant le rendu du rapport de contre-autopsie bidon dont il connaissait les aboutissants, et il n’a parlé de l’affaire que pour mieux condamner les violences de ceux que la mise à mort de mon frère révoltait.

Madame, les gens se battent pour Rémi, pour leur dignité et pour leurs idéaux. Ils se battent pour vous, pour nous tous, pour que la fraternité soit effective. Ceux qui se battent connaissent assez la malveillance de nos gouvernants pour comprendre qu’on tente de nous fait croire que nous sommes dans un État de droit, alors que nous sommes dans un État de devoir. L’État ne respecte pas la loi qu’il demande qu’on respecte. Il se joue de notre corps, de notre confiance, de notre argent et de notre dignité. Il nous demande d’être à genoux, c’est un impératif catégorique.

Je vous ai écris cette lettre à vous comme à tous ceux qui me liront pour vous faire savoir que je comprends aujourd’hui plus que jamais combien la non violence dans les affaires de crimes d’État a ses limites. La non-violence, par son impuissance, est parfois plus condamnable, plus meurtrière que la violence elle même. Les gens qui nous gouvernent sont malveillants, arrivistes, sadiques et récidivistes. Ils doivent partir par tous les moyens nécessaires."

Farid El Yamni, frère de Wissam El Yamni, assassiné par la police le 1er janvier 2012 à Clermont Ferrand.

https://paris-luttes.info/lettre-ouvert ... re-de-remi
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede acratack le Mar 4 Nov 2014 01:54

acratack
 
Messages: 880
Inscription: Sam 12 Mai 2012 10:56

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede vroum le Mar 4 Nov 2014 09:40

Cet homme est-il un « casseur » ? Non, c’est un policier

Reportage photo à Nantes

Image

La police se déguise de plus en plus en « casseurs », dont l’image violente est utilisée ensuite par les médias. Samedi après-midi, une nouvelle manifestation s’est tenue à Nantes suite à la mort de Rémi Fraisse. Les affrontements ont rapidement commencé, alors que la manifestation était majoritairement pacifique. Des policiers en civil, déguisés en manifestants, jouent un rôle trouble.

la suite : http://www.reporterre.net/spip.php?article6522
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede vroum le Mar 4 Nov 2014 09:46

Hommage à Remi Fraisse : une manif de plus réprimée par le pouvoir socialiste
Publié le 3 novembre 2014 | Maj le 4 novembre
http://paris-luttes.info/hommage-a-remi ... -une-manif

Flics complètement sous pression, dispositif policier de dingue, arrestations à la pelle et atteintes aux libertés fondamentales… La préf et le pouvoir ont lancé un message clair au manifestant : "on lâche rien, on va vous écraser !" Témoignage d’un participant à la manif du 2 novembre à Stalingrad (Paris, XIXe).

Il fait plutôt beau ce matin et je me lève comme un dimanche.

Comme j’avais prévu, je filerai à la manif prévue pour pousser un cri de révolte contre le meurtre par la police d’un jeune de 21 ans…

Tout a déjà été dit sur ce qui s’est passé. Personnellement si je vais à cette manifestation c’est pas pour demander une police plus policée, des armes moins meurtrières ou je ne sais quoi…

En vrai, ce que je pense c’est que les flics ont toujours eu des armes meurtrières, et que là, c’est juste qu’en ce moment, le gouvernement a donné des ordres. Ces ordres c’est de pouvoir utiliser ces armes, en l’occurrence les grenades "offensives", à volonté. En faisant ça, ils savaient qu’il y aurait des morts à court ou moyen terme. Ce mort n’est donc pas un hasard, une erreur, ce sont les conséquences logiques d’un risque calculé de longue date.

Ce que je pense c’est qu’une manifestation massive pouvait changer le rapport de force et "tenir en respect la police", faire en sorte que l’État ne se croit pas tout permis…

C’est dans cette logique que j’allais à la manif. Je pars à pied de là où j’étais et je reçois plusieurs coups de fil. Des gens apportaient tracts et banderoles de Montreuil, pour la manifestation (suffisant pour les flics pour leur mettre le statut "d’organisateurs"). Problème, l’info avait fuité. Les camarades se sont donc faits arrêter "préventivement". En sortant du lieu où ils étaient, il y avait plusieurs dizaines de camions de flics qui les attendaient. On peut noter le très bon travail de renseignement de la DGSI qui a su précisément où étaient les gens. Bravo à vous, vous avez bien fait votre beau travail de sales flics (je sais que vous me lisez, pas bête hein !).

Donc on va au rassemblement, et 30 personnes ont déjà été arrêtées. Je vais pas vous cacher que je suis pas super à l’aise. J’ai déjà fait des manifs, mais pas aussi dangereuse en terme de probabilité d’arrestation. Et puis le côté violence est quand même largement en faveur des flics.

La veille un camarade a eu le nez arraché au flashball à Nantes, un autre a perdu son œil (encore un). Les appels à la démocratie comme quoi le gouvernement va se modérer, va calmer le jeu ne prennent pas sur moi : le gouvernement veut nous écraser, nous les révolutionnaires, mais veut surtout écraser plus largement tous les concepts progressistes qui irriguaient encore la gauche il y a quelques années…

Le gouvernement socialiste est comme tous les gouvernements et tous les États : il ne tolère aucune contestation et aucune remise en question radicale [1] Et il nous a prouvé qu’il n’avait pas de mal à tuer pour ça.

Plus j’avance à pied plus j’ai une boule au ventre. Arrivé à Belleville, des gardes mobiles sont déjà en place aux intersections. Cela ne fait aucun doute, le dispositif sera complètement dingue. J’arrive à Colonel Fabien, les flics sont en place devant le métro de manière massive. Ils reluquent tout le monde et surtout ce qui ressemble plus ou moins à un gauchiste (en gros des jeunes quoi).

Arrivé à Jaurès c’est juste un truc de dingue tellement y a de keufs partout. J’ai compté au moins 30 camions de CRS. Y a également des gendarmes mobiles. Ils patrouillent par groupe de 10 et fouillent tout le monde. Mais vraiment tout le monde. Je ne sais pas par quel hasard (je dois avoir une tête qui leur est sympathique, ce qui me rend moyennement content) j’ai réussi à ne pas me faire contrôler une fois dans l’aprèm’. Miracle ! En effet un pote à moins de chance : il s’est quand même fait contrôler la bagatelle de 8 fois dans l’aprèm’. Pas mal non ?

Je tourne autour de la place de la rotonde avec un copain. Force est de constater que les flics sont vraiment au taquet. Il n y a que du bleu. Je cherche même pas à voir les civils tant leur nombre doit être délirant.

Après avoir tourné autour et croyant qu’une manifestation serait impossible, je me risque à passer les barrages policiers et à voir s’il y a du monde place Stalingrad. Oh, surprise, près de 300 courageux se massent là. Quand je pense que moi j’ai failli ne pas venir, ça me fait chaud au cœur de voir des gens qui sont là. Mais je pense aussi à tout ceux qui ont été arrêtés, qui ont rebroussé chemin devant le nombre de flics, tous ceux qui seraient venus si la préfecture avait accepté ce rencard [2]…

Bref, un peu amer, car les forces sont là mais dispersées… En effet autour du rassemblement il y a beaucoup de gens qui n’osent pas rentrer dedans de peur de se voir réprimer.

Dans la manif l’ambiance est plutôt lourde. Tout le monde est très tendu. Il y a peu de slogans. Il faut dire que les flics sont très très visibles. Ils cherchent nettement l’affrontement.

Dans la souricière qu’est la place Stalingrad, tout le monde sait bien qu’il ne sera pas question aujourd’hui d’une quelconque "action" ou même de manif sauvage. Le rapport de force n’est pas en notre faveur. Tenter quelque chose virerait à un suicide collectif. D’autant que c’est précisément ce que veulent les keufs. Très mobiles ils patrouillent autour du rassemblement, changent très souvent de position, laisse pressentir une charge imminente…

Le problème pour eux c’est qu’il n’y aura aucun prétexte à une charge : les manifestants ont été tout l’après midi d’une absence d’agressivité absolue. Rien n’a été jeté sur les flics, pas même un trognon de pomme…

Alors quand le soir même on entend des conneries écrites par le Parisien du genre "les policiers ont répondu à la provocation en arrêtant les éléments les plus radicaux", ça laisse rêveur. Rêveur parce que sans aucun doute le Parisien avait un envoyé spécial à Stalingrad, envoyé spécial qui a vu la même chose que moi. Alors pourquoi mentir aussi effrontément ? Presse aux ordres…

Des camarades prennent ensuite la parole et lisent le communiqué de presse devant les caméras des journalistes. C’était vraiment un moment très important politiquement. Assumer politiquement et à visage découvert le fait de participer à un rassemblement interdit par la préfecture, le fait d’assumer publiquement des positions de classe et des positions rigoureusement hostiles à la police est un acte de première importance.

En faisant cela, les camarades ont pris des risques. Au vu de la répression à l’œuvre, il est tout à fait possible que le GIPN vienne les cueillir au saut du lit un matin de semaine. Il faudra donc pour nous exprimer une pleine et entière solidarité au cas où cela arrive.

À la fin de l’intervention, les gens décident collectivement de se disperser… La masse des gens s’en va vers là où il y a le moins de flics visibles : vers le canal. Ça se disperse bien, mais là les flics décident vraiment de faire monter la pression en refusant la dispersion. Ils font une ligne devant le MK2 quai de seine. J’ai pas trop vu ce qui s’est passé mais ce qui est sur c’est que les flics ont gazé de manière assez massive avec des gazeuses familiales.

Cette situation est très dangereuse puisque les 100 personnes qui se massent devant la ligne de gardes mobiles sont coincées entre le cinéma et le canal de l’Ourq au risque que les gens se foutent dans la flotte. Enfin bon si les flics étaient là pour nous protéger ça se saurait.

Les flics forment ensuite une sorte de nasse filtrante. Parallèlement, ils continuent à arrêter des gens à la gueule du client. J’ai vu aucune violence puisque les gens se laissaient complètement faire.

Ensuite ça a été très bizarre. Les flics ont chargé à un bout (sans qu’il ne se passe rien du tout), ils étaient super nerveux et notamment leurs chefs. Ils sortaient flashball et moulinaient du tonfa à tout va… Ils ont ensuite dégagé la nasse et ils ont fait des allers et retours sur l’avenue de Flandre et sur le boulevard de la Villette. Quelques charges au trot, quelques coup de pression, mais rien de significatif…

S’en est suivi une seconde nasse d’une cinquantaine de personnes sur la place Stalingrad et de plus en plus de flics dans un périmètre de plus en plus restreint. Ça m’a procuré de plus en plus d’angoisse et j’ai ainsi choisi de partir. Mais j’ai rien manqué de plus à part quelques arrestations sans doute (j’ai vu deux paniers à salade de 30 personnes partir vers le commissariat de la rue de l’évangile).

Ce que je retiens principalement de la manif c’est la volonté absolue de la part de l’État d’intimider et de broyer toute forme de résistance non acceptée et non récupérable par la pensée bourgeoise.

Ainsi la mort de Rémi est analysée comme une chose non politique, qui ne concernerait presque pas les gens. La vraie façon de rendre hommage à Rémi serait d’aller faire un rassemblement sinistre dans un quartier sinistre. La mort de Rémi ne serait pas le fait d’être humain et du pouvoir. Ça serait le fruit du hasard.

Le plus dramatique là dedans c’est que l’extrême-gauche traditionnelle n’était pas là (sauf quelques éléments en butte à leurs directions).

En n’étant pas là, en refusant d’amener la question hors du champ émotionnel et en ne faisant pas le lien avec la situation sociale et politique, cette extrême-gauche se comporte exactement comme lui demande l’État. Et face à cela que reste-t-il ? Le mouvement anar, des fragments de groupes marxistes et des gens relativement isolés politiquement.

Jamais je n’ai vu l’État aussi horrible et écrasant que cet après-midi. Et pourtant, 300 personnes se sont réunies, 300 personnes qui ne se connaissaient pas et qui venaient de milieux différents.

Car si aujourd’hui, l’extrême-gauche institutionnelle n’est plus qu’une sorte de coquille vide (et surtout vide d’idées), elle nous laisse les mains libres et laisse de nombreuses personnes dans l’expectative. À nous de savoir tisser des liens qui feront que notre prochain rassemblement sera une réussite et déjouera les tristes projets de l’État.

Notes

[1] On notera tout de même que l’extrême-droite, qui a articulé la seule opposition massive au gouvernement avec la manif pour tous, est plutôt ménagé par l’État quand il s’agit de répression judiciaire ou policière.

[2] Le rencard avait été déposé mais a été refusé, suite à ça, les orgas d’extrême gauche ont préféré capituler et ne pas appeler au rassemblement, préférant celui de France nature environnement. Décision honteuse de leur part, qui contribue à désarmer le mouvement social face à l’État encore un peu plus.
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Mar 4 Nov 2014 10:43

Retour sur la manifestation du samedi 1er novembre à Nantes

Malgré le matraquage médiatique et policier ahurissant pour tenter de nous dissuader de descendre dans la rue, nous étions plus d’un millier au départ de la préfecture.

La manif rassemble des gens de tous horizons. On discute, des tracts circulent de main en main, des naturalistes en lutte posent une banderole sur le monument aux mort. Non ce n’était pas une manifestation de « zadistes », ni un rassemblement anti-aéroport, ni même un simple hommage à Rémi Fraisse, c’était une réaction populaire à un assassinat policier et l’affirmation d’une volonté commune de désarmer les forces de l’ordre.

Évidemment la presse accusera les « casseurs », des « groupes venus de l’extérieur », mais samedi dans les rues de Nantes, comme ailleurs dans nos luttes, nous faisons bloc. Il n’y a pas de « groupes radicaux » qui « s’infiltrent » dans les luttes. Il y a diverses présences unies dans une commune détermination.

Les manifestant.e.s ont tout fait pour rester ensemble jusqu’au bout malgré les volontés des forces de l’ordre de diviser le cortège et de disperser. D’abord dans la rue de Strasbourg par le tir de grenades offensives au milieu de la foule. Ensuite sur le cour des 50 otages avec de nombreux tirs de grenades lacrymogènes, flashballs, et grenades offensives.

Le dispositif policier disproportionné qui nous est opposé ne dissuadera pas de descendre dans la rue. Sans surprise, il y a encore de nombreux.ses blessé.e.s parmi les manifestant.e.s, notamment par un tir de flashball en pleine face. Un mort au Testet, un œil dans les quartiers nord de Blois, un nez à Nantes, grosse semaine pour la police nationale...

Jusqu’où ira cette politique de mutilation systématique ? On constate qu’aujourd’hui, au nom du maintien de l’ordre, c’est devenu la routine de revenir de toutes les manifs avec des éclats de grenades offensives dans la chair, des personnes éborgnées, mutilées par des tirs de flashball.

Manuel Valls a beau jeu de nous accuser de salir la mémoire de Rémi, il n’empêche que c’est lui et son ministre de l’intérieur qui sont les commanditaires de son assassinat. C’est ce gouvernement qui arme et dirige la police.

Nous ne voulons pas être réduit.e.s à des manifestations virtuelles sur twitter, comme nous le propose courageusement EELV, ne nous laissons pas pacifier. Même si les organisations de gauche, associations et syndicats restent muets et désertent la rue face à un tel événement, il y a tout de même eu 90 rassemblements dans une soixantaine de villes et il est toujours possible de s’organiser, dans les lycées, dans les facs, dans les quartiers, partout. Chacun-e à notre manière, par de multiples initiatives.

Reprenons la rue pour que la peur change de camps.

Des occupant.es de la Zad

On note que, non seulement ils répriment mais en plus ils interdisent de manifester, dimanche 2 à Paris suite à la mort de Rémi et ce samedi 1er, la marche mondiale contre Daesh, en soutien au peuple kurde a dû être annulée. Solidarité avec toutes les populations opprimées.

On note aussi le vol minable par les forces de l’ordre d’une bonne partie du matériel médical avant le début du rassemblement

http://zad.nadir.org/spip.php?article2714
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Mar 4 Nov 2014 12:49

Toulouse : peines de prison pour des manifestants !

Lundi :
On connaît le résultat de deux comparutions immédiates. Un clown est poursuivi par quatre policiers pour « violences agravées » (jets de pierre) et refus d’ADN. Le juge l’a condamné à 6 mois de prison dont 4 mois avec sursis, plus 100 euros d’amende pour chaque policier, sur la seule base des déclarations des policiers. L’autre est condamné à 4 mois de prison dont 2 mois avec sursis. Une perle du procureur : il avait des dreadlocks, c’est le « look des casseurs » selon lui. Les deux manifestants ont passé la nuit en prison à Seysses, au lieu d’être gardés au commissariat, un peu comme s’ils étaient déjà coupables…C’est le juge d’application des peines qui décidera s’ils feront de la prison ferme ou pas. Ce pourrait être contrôle judiciaire ou TIG. Ce soir, ils sont sortis. Un autre, Thomas, a vu son procès reporté au 15 décembre, avec mandat de dépôt : enfermé. Courage !


Mardi 14h au TGI métro « Palais de Justice »: un autre copain passe en comparution immédiate suite à son arrestation pendant la manifestation du 1er nov à Toulouse. Allons le soutenir.

Signalons également que 4 autres copain-e-s sont convoqué-e-s au TGI de Toulouse le 4 décembre prochain, pour des accusations allant de « outrage » à « provocation à la rébellion ».


http://tantquilyauradesbouilles.wordpre ... completer/
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede vroum le Mer 5 Nov 2014 19:38

La mort de Rémi Fraisse est un crime d’État

Le 25 octobre, Rémi Fraisse mourait lors d'une manifestation d'opposition à un projet de barrage à Sivens, dans le Tarn. Il a succombé à l'explosion d'une grenade offensive lancée par la gendarmerie.

La Fédération anarchiste dénonce ici un assassinat. Les forces répressives de l’État et du Capital portent la responsabilité de la mort du jeune homme.

Dans ce sens, nous dénonçons les interventions politiques honteuses concernant cet événement. Le retournement effectué nie à Rémi Fraisse le statut de victime d'un crime policier en le posant coupable d'avoir participé à une manifestation jugée violente.

De plus, nous exprimons notre inquiétude vis à vis de cette situation inédite où le ministre de l'Intérieur assume cet assassinat, soutenu en cela par nombre de parlementaires. La prochaine victime des forces de l'ordre lors d'une manifestation, une grève, une expulsion, un contrôle d'identité,... sera-t-elle considérée comme responsable de sa propre mort pour sa potentielle participation à un acte illégal ?

A propos des mobilisations légitimes qui ont suivi l'événement, nous condamnons les provocations et intimidations étatiques, via le déploiement policier digne d'un état totalitaire, et la campagne mensongère menée dans les médias .

Contre l'impunité de la police

Contre les projets inutiles

Nous n'abandonnerons pas le combat

Fédération anarchiste, le 04/11/14
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Jeu 6 Nov 2014 09:55

Un communiqué révélateur

"Les Éclaireuses Éclaireurs de France, l’association laïque du Scoutisme Français, tiennent à exprimer leur tristesse suite à la mort de Rémi Fraisse, le 26 octobre 2014, dans la forêt de Sivens, mais plus encore leur réelle consternation devant les réactions indignes de responsables politiques et médiatiques au décès d'un jeune citoyen engagé : que des voix publiques, en réponse à ce drame, ne sachent exprimer que mépris et offense est honteux"
http://www.eedf.fr/blog/billet/17682/co ... -eedf.html
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede vroum le Jeu 6 Nov 2014 17:44

Vous trouverez ci dessous un article de Paris Normandie de ce jour :

Une ZAD à Rouen

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/1808983/remi-fraisse--evacuation-reclamee-d-un-campement-ecologiste-a-rouen#.VFuUxBZ_Z-x

Le préfet de Haute-Normandie et de Seine-Maritime, Pierre-Henry Maccioni, a indiqué ce mercredi 5 novembre que la mairie de Rouen avait réclamé une procédure en référé pour l'évacuation d'un campement de militants écologistes établi depuis 24 heures dans le centre de la ville à la mémoire de Rémi Fraisse.

Le préfet, Pierre-Henry Maccioni, «précise que cette occupation du domaine public communal n'est pas autorisée», a-t-on indiqué à l'AFP de source préfectorale.

«Une procédure judiciaire en référé, habituelle dans ces circonstances, est en cours», a-t-on précisé. «La mairie (dirigée par le maire socialiste Yvon Robert, ndlr) a demandé au juge une ordonnance en référé pour l'évacuation des lieux».

Le juge des référés examinera cette demande en audience jeudi, a-t-on ajouté.

L'édification de cette «zad» (zone à défendre dans le vocabulaire écologiste) a eu lieu mardi soir à l'issue d'un rassemblement à Rouen, à la mémoire du jeune botaniste, tué par l'explosion d'une grenade policière le 26 octobre dernier, lors d'une manifestation contre le barrage de Sivens, dans le Tarn.

Selon des militants interrogés sur place par l'AFP cette action pacifique a pour but d'»engager le dialogue avec la population, notamment sur les violences policières».​

Dans un endroit bien visible, le long d'une grande artère de la ville, juste en face d'une aile du palais de justice et à côté d'une station du métro-tramway, une douzaine de tentes de montagne ont été plantées et une cabane a été érigée avec des palettes et du carton pour servir de dortoir à quelques dizaines de militants.

Des stands ont été également mis en place pour préparer repas et boissons, qui sont également proposés aux passants, ainsi qu'un «salon de discussion» avec canapés, recouvert par une bâche.

Des images sur les luttes écologistes sont projetées sur un drap faisant office d'écran, tendu entre deux panneaux de signalisation. Une petite bibliothèque a été aussi apportée, ainsi qu'une friperie.

Image

«On a envie de montrer quelque chose de positif», après la violence qui a caractérisé certaines manifestations à la mémoire de Rémi Fraisse, a déclaré Mathieu, un des porte-parole.

«Nous voulons être en réaction contre cette vision que nous sommes forcément des anarchistes encagoulés ou des djihadistes écologistes», a-t-il ajouté.

«Nous nous inspirons un peu du mouvement +Occupy Wall Street +», estime de son côté Kute, un autre militant en montrant une banderole sur laquelle est écrit «Occupy justice».

Plusieurs militants sur le campement viennent ou sont proches de la «ferme des Bouillons», une petite exploitation d'agriculture biologique de Mont-Saint-Aignan, au nord de Rouen, occupée et animée par des écologistes.

Ces derniers sont en lutte contre le groupe Auchan qui voulait construire un hypermarché sur cette zone de quatre hectares, finalement transformée en zone naturelle protégée.
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede vroum le Jeu 6 Nov 2014 17:56

Une ZAD s’est installée durant la nuit en plein Rouen

Emmanuel Daniel

mercredi 5 novembre 2014 http://www.reporterre.net/spip.php?article6534


Plutôt que par des défilés et des bris de vitrines, une cinquantaine de personnes ont choisi d’exprimer pacifiquement leur colère en installant un campement au centre de Rouen. Ils y ont passé la nuit, et créent la première Zad urbaine du pays.

- Rouen, témoignage

A Rouen, les manifestations en hommage à Rémi Fraisse, mort sur la ZAD du Testet, ont pris mardi soir 4 novembre un tournant original. Le rassemblement a commencé de manière assez classique. Bougies à la main, près de trois cents personnes ont marché de l’Hôtel de ville jusqu’au Palais de justice.
Image
Mais peu avant l’arrivée, les organisateurs officiels se font dépasser par les événements. Une vingtaine de personnes s’extraient du cortège, sortent des palettes d’un camion et commencent à édifier une cabane sur la place où devaient se tenir les interventions. Malgré les appels au micro répétés depuis le camion de tête, la plupart des manifestants délaissent les organisateurs et se regroupent près de cette surprenante construction. En quelques minutes, la morose place du Palais de Justice se transforme en mini village alternatif. Pendant que l’assemblage des murs et la pose du toit avance, des textes sont lus au mégaphone. Au bout d’une quinzaine de minutes, une cantine populaire à prix libre, servant d’abord de la soupe chaude, puis des tartes, des gâteaux, du thé et du café s’organise.

Assis en cercle les manifestants discutent de la suite à donner à leur action. Rapidement, l’idée d’une occupation de place émerge. A la question : « Qui est prêt à passer la nuit ici ? », une trentaine de mains se lèvent. Au final, ce seront plus de cinquante personnes qui dormiront sur place.

Rythmant cette veillée militante et festive, des véhicules déposent du matériel de construction et de camping, un réchaud à bois, de la nourriture et de quoi la faire chauffer. La pluie qui tombera quasiment toute la nuit ne refroidit pas les ardeurs.

Dans un joyeux brouhaha de coups de marteaux, de discussions animées et d’airs de guitare, deux nouvelles cabanes viennent s’ajouter à la première ainsi qu’un salon couvert avec canapé et tables. Les fourgons de police garés dans les rues adjacentes ne réagissent pas.
Image
Vers 2 heures du matin, un texte d’appel, tentative de synthèse des différentes sensibilités politiques présentes sur place, est validé en assemblée. Dans la foulée, une série d’ateliers, de débats et de projections (construire des toilettes sèches, démystifier l’anarchie, village enfant…), préparées en petit groupes, sont annoncés.

Au petit matin, le campement se réveille sans que la police ne se soit manifestée. Ceux qui ont veillé toute la nuit sont relayés par d’autres. Car la journée s’annonce chargée.

Même s’ils ne présentent pas de revendications précises et partagées par tous, les occupant(e)s manifestent une même envie d’exprimer leur colère autrement que par des défilés ou des bris de vitrines. Ils affirment également leur attachement « à toutes les ZAD, à tous les lieux où ceux qui vivent ensemble se réapproprient leur vie » et comptent bien faire de la place du Palais de Justice un espace d’échange et de vie horizontal et autogéré, à l’image des campements d’Indignés ou d’Occupy.
Image
Personne ne peut dire quelle orientations prendra ce mouvement s’il n’est pas tué dans l’œuf par la police. Il ne sera que la somme des énergies, des idées et des envies que chacun(e) sera disposé(e) à y mettre. C’est pourquoi le texte d’appel invite les Rouennai(se)s à rejoindre la place et encourage d’autres actions de ce type un peu partout en France.
Image
Source et photos : Emmanuel Daniel pour Reporterre.

Emmanuel a choisi de suivre ce mouvement, non en tant que journaliste ayant un regard distancié sur l’événement, mais en tant que personne qui y est engagée.
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Jeu 6 Nov 2014 17:58

"Mais peu avant l’arrivée, les organisateurs officiels se font dépasser par les événements. Une vingtaine de personnes s’extraient du cortège, sortent des palettes d’un camion et commencent à édifier une cabane sur la place où devaient se tenir les interventions. Malgré les appels au micro répétés depuis le camion de tête, la plupart des manifestants délaissent les organisateurs et se regroupent près de cette surprenante construction. En quelques minutes, la morose place du Palais de Justice se transforme en mini village alternatif. Pendant que l’assemblage des murs et la pose du toit avance, des textes sont lus au mégaphone. Au bout d’une quinzaine de minutes, une cantine populaire à prix libre, servant d’abord de la soupe chaude, puis des tartes, des gâteaux, du thé et du café s’organise"

:D
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

PrécédentSuivante

Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité