Un crime du pouvoir socialiste

Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Lun 27 Oct 2014 12:24

EDITO DE REPORTERRE
http://www.reporterre.net/spip.php?article6499


UN CRIME DU POUVOIR SOCIALISTE

Le décès de Rémi Fraisse au Testet est le résultat d’un crime : celui des responsables socialistes qui ont piétiné la loi et la démocratie pour ne laisser d’autre issue que la violence.



Le drame qui s’est déroulé près d’une rivière où, voici quelques semaines, s’épanouissait une forêt vivante, n’est pas un accident. C’est un crime.

Nous n’affirmons pas ici qu’une grenade ou un autre projectile lancé par les forces de « l’ordre » a touché mortellement le jeune Rémi Fraisse. Les témoignages que nous publions incitent à le penser, mais nous attendons le résultat de l’autopsie et d’autres témoignages indiscutables pour déterminer notre conviction.

Nous affirmons que la mort de ce jeune homme résulte de l’obstination criminelle de hauts responsables qui ont, contre l’évidence et en piétinant l’esprit de la loi, conduit à une situation où la seule issue était la violence, une violence savamment entretenue par une police à qui l’on a lâché la bride.


Rappelons divers faits, amplement documentés par Reporterre et par les collectifs de sauvegarde de la zone humide du Testet :

- l’enquête publique avait conclu à un avis favorable, SOUS RESERVE d’un avis positif du Conseil National de Protection de la Nature. Or, celui-ci a rendu un avis nettement défavorable ;
- les travaux de défrichement se sont déroulés sans autorisation préalable de défrichement ;
- les opérations obligatoires de diagnostic archéologique préalable ont été oubliées ;
- le conflit d’intérêt est manifeste, puisque la Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne a établi l’étude concluant à la nécessité des travaux, alors que c’est elle qui doit les réaliser.

Par ailleurs, l’action de la police a été extrêmement violente depuis la fin août, outrepassant largement les nécessités de l’ordre public dans un Etat républicain. De nombreux témoignages attestent de cette violence souvent gratuite, à l’encontre d’opposants installés sur la Zad essentiellement non-violents. Plusieurs des opposants ont certes, à l’occasion, lors des affrontements de début septembre, lancé des projectiles et parfois des cocktails molotov contre les forces de police. Mais l’esprit dominant, aussi bien sur la Zad que parmi les collectifs, est à la non-violence, comme l’attestent reportages et témoignages. La répression provocante menés par gendarmes et CRS à l’encontre de manifestants ou d’occupants pacifiques ne pouvait que viser à susciter des réactions violentes - servant d’alibi à la répression - chez les opposants.

Et par ailleurs, on traitait par le mépris ceux qui, s’engageant pacifiquement, mais au péril de leur santé, ont fait plus de cinquante jours de la faim afin, simplement, d’obtenir... un débat.

L’obstination du président PS du Conseil général du Tarn, Thierry Carcenac, à mener les travaux quoi qu’il puisse en coûter, avec l’appui du préfet et du premier ministre Manuel Valls, est bien criminelle : elle a conduit à la mort d’un homme.

On sait la tactique suivi par les promoteurs de ce projet inutile et imposé : aller le plus vite possible pour réaliser le barrage. Ensuite, la justice pourrait bien juger de son illégalité, le barrage serait là, inamovible.

Ce mépris de la loi, de la démocratie, du droit des citoyens, a conduit au trépas d’un jeune homme, et c’est un crime.

Ses auteurs - M. Carcenac, M. Valls qui l’a soutenu, tous ceux qui se sont tus parmi les responsables politiques en situation de peser - portent aussi une terrible responsabilité historique : en continuant à se comporter ainsi, ils alimentent le dégoût de nos concitoyens et concitoyennes pour les pouvoirs politiques, ils encouragent la montée de l’extrême-droite, ils préparent des lendemains dramatiques à ces journées de deuil.

On peut revenir en démocratie. Laisser la vérité émerger sur les circonstances du décès de M. Fraisse. Suspendre durablement les travaux, le temps de réfléchir, de dialoguer, et d’étudier. Reprendre le contrôle de la police, en la rappelant à sa noble mission, qui est de protéger la République, donc la démocratie.

Les responsables du crime se grandiraient en prenant ce chemin.


On voit la direction dans lequel le corps sanglant de Rémi aurait été emporté par les gendarmes. -

Image


Reporterre a recueilli les témoignages de personnes ayant participé aux événements de la nuit de samedi à dimanche sur la zone du Testet. Ils attestent que les gendarmes ont emporté le corps de Rémi Fraisse, qui est décédé cette nuit-là. Un témoin dit qu’il avait été touché par une grenade ou un flash-ball.



-
Lisle-sur-Tarn, reportage

Dimanche 26 octobre, avant l’aube, dans la nuit, les affrontements se déroulaient sur le Testet, près du chantier où, après avoir terrassé la forêt défrichée, des engins devaient préparer la digue du barrage de Sivens. Parmi les groupes qui se confrontaient aux gardes mobiles, il y avait Rémi Fraisse, un étudiant toulousain de vingt-un ans. Il est décédé cette nuit-là, et son corps a été emporté par la police. L’autopsie aura lieu lundi après-midi.

Les affrontements ont commencé dans l’après-midi de samedi, vers 16 heures, au lieu-dit Les Bouilles. De nombreux camions de CRS et de gardes mobiles sont arrivés en renfort sur la zone. Les affrontements ont fait une dizaine de blessés, dont cinq ont été évacués vers l’hôpital. Parmi eux, une personne a reçu un tir de flash-ball dans la figure. Le SAMU, appelé par l’équipe de secours d’urgence des opposants, a refusé de venir sur place.

Après une accalmie vers 21 heures, les affrontements ont repris dans la nuit. Les gardes mobiles (GM) étaient positionnés au lieu-dit des Bouilles, derrière la grille.

À midi, ce dimanche, sur le lieu des affrontements de la veille, il n’y avait aucune présence policière et aucune sécurisation de la zone où aurait eu lieu le décès.

Témoignages recueillis dimanche matin. Les noms sont des pseudonymes. Voici leur récit. Une personne dit avoir vu M. Fraisse être touché par une grenade et tomber.

- Baïk :

« Entre 2 heures et 3 heures du matin, il y a eu des tirs tendus de grenades lacrymogènes incapacitantes et explosives [grenades dites de désencerclement, NDLR]. La scène était éclairée par les lumières des phares des camions de GM. À un moment, après un lancer massif de grenades, un groupe de GM s’est avancé sur la dalle de béton, a attrapé une personne à terre et l’a porté près de la route. Cette personne était à deux/trois mètres du grillage, elle a pu recevoir une grenade en tir tendu. On pensait que c’était une interpellation. Les affrontements ont continué jusqu’à au moins 4 heures du matin. »


- Ju :

« À un moment, lors des affrontements nocturnes, il y a eu une grosse salve de grenades lacrymogènes et de grenades assourdissantes. Six GM ont ramassé un mec qui était au sol et l’ont traîné puis porté jusque sur la route. Quand je suis rentré au campement [à la Métairie, à 1,5 km du lieu des affrontements, NDLR], il était 5 h moins le quart, il y avait encore des tirs de grenades. »



- Christian :

« J’étais sur le lieu des affrontements, devant, près des flics, sur la gauche, près de là où ça s’est passé. Entre deux et trois heures du matin, ils ont envoyé une grosse charge sur la gauche, gazé. Il y a eu un gros nuage opaque, puis dans les lumières des phares de fourgon, six ou sept gendarmes sont arrivés sur la dalle, ont attrapé quelqu’un au sol et l’ont porté à plusieurs. À la façon dont ils l’ont attrapé, le mec semblait inerte. J’ai crié : « Attention, ils embarquent quelqu’un. » On pensait qu’ils l’emmenaient en garde à vue. Environ vingt minutes plus tard, on a vu un gyrophare bleu. Ca semblait être des pompiers. C’était avant quatre heures du matin. »

- Bonnie :

« J’ai passé la soirée et la nuit sur le lieu des affrontements. Il y avait des tirs dans tous les sens. Vers 3 heures du matin, il y a eu une charge. Les GM se sont avancés sur dix mètres sur la route. Ils ont chargé à une vingtaine et tiré des lacrymos. C’était à droite, sur le lieu des affrontements. Sur la gauche, les flics se faisaient caillasser près du grillage sur la dalle en béton.

« Il y a eu des tirs de grenades, puis j’ai vu un gars au sol se faire traîner en arrière, tenu de part et d’autre par des flics. Après çà, il y a eu un écran de fumée, ils se sont retranchés, et les tirs de grenade se sont calmés. Plus tard, on a vu des lumières bleues d’ambulance. Il y a eu un blackout : les lumières des phares des camions de GM ont été éteintes (il y avait deux camions dont les phares étaient allumés). Puis ils ont recanardé un max. Plus tard dans la nuit il y a encore eu une énorme charge avec une vingtaine de lacrymo tirées. Ca a fait un gros nuage de fumée. Quand la fumée s’est dissipée, tous les camions de GM étaient partis. Au cours de la nuit, il y a eu plusieurs blessés, environ une dizaine dont cinq ont été évacués. À partir de trois heures avant la fin des affrontements, il n’y avait plus de sommations avant les tirs de grenades. »



« Il était à trente mètres de moi sur ma gauche. Je l’ai vu se faire toucher alors qu’il y avait des explosions à côté. Ils ont envoyé des grenades explosives, des tirs de flash-balls. Après, cette personne s’est retrouvée à terre. Il y a eu une charge de flics, j’ai chargé aussi, mais je me suis retrouvé tout seul, du côté gauche. Mais tout le monde est arrivé trop tard, ils ont mis en joue ceux et celles qui arrivaient. J’ai vu ce gars à terre se faire trainer par les policiers et on n’a pas pu en savoir plus. »


-
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Lun 27 Oct 2014 13:23

À propos des incidents de samedi, Jean-Luc Mélenchon estime de son coté que « l’extrême droite se trouvait sous les cagoules ». Le leader du Parti de Gauche a été pris a parti par quelques manifestants qui l’ont bombardé avec du yaourt lors de son arrivée sur le site de la manifestation, samedi après-midi. José Bové, député européen (EELV), a également essuyé des quolibets de manifestants hostiles à la présence d’élus sur le site. Des voitures de journalistes ont aussi été prises pour cible, taguées par certains, rapidement nettoyées par d’autres.


http://www.lemonde.fr/jean-luc-melenchon/
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Lun 27 Oct 2014 13:29

Samedi soir, sur la ZAD du Testet, un camarade a été tué par la police. C’est arrivé aux environs de deux heures du matin, en plein milieu d’une nuit d’affrontement. Selon les premiers témoignages c’est une grenade offensive ou une grenade assourdissante qui lui a explosé près de la gorge. Ce qui est sur c’est que la police a encore une fois bien fait son travail parce qu’a ce moment les flics ont gazé et chargé tant et si bien que personne parmi les centaines qui étaient présents s’en sont rendus compte directement. Et les flics ont continué pendant deux heures à jeter des grenades, des gaz (dont beaucoup en tirs tendus au niveau de la tête) et tirer au flashball.


https://maisondelagreve.boum.org/La-pol ... anifestant
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Lun 27 Oct 2014 18:17

Rémi Fraisse, retrouvé mort sur le site du barrage de Sivens dans la nuit de samedi à dimanche, a été victime d'une explosion, a expliqué ce lundi le procureur de la République d'Albi, Claude Dérens.



"La plaie importante située en haut du dos de Rémi Fraisse a été causée, selon toute vraisemblance, par une explosion", a déclaré Claude Dérens lors d'un point presse. des analyses doivent à présent établir si "une grenade, lancée depuis la zone où les gendarmes étaient retranchés", a pu être "à l'origine" de cette explosion, a ajouté le magistrat


...

De premières réponses sur la mort de Rémi Fraisse, qui posent de nouvelles questions. Le jeune homme de 21 ans, retrouvé mort samedi après des affrontements entre les forces de l'ordre et les opposants au au barrage de Sivens (Tarn), serait mort des suites d'une "explosion", a indiqué lundi le procureur de la République d'Albi.

L'autopsie du jeune manifestant révèle une blessure qui pourrait être liée au jet d'une grenade.



....

Se voulant précis, le procureur a déclaré: "La déflagration a été forte puisque le jeune homme a été projeté au sol de façon violente" et "selon le médecin légiste, la mort a été instantanée". "L'objet à l'origine de l'explosion n'a pas entraîné de flamme" et "aucune trace de particule métallique ou plastique n'a été retrouvée dans la plaie", a-t-il ajouté.
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede rastanar le Lun 27 Oct 2014 18:32

ILS se foutent vraiment de notre gueule,honteux.

Une grenade qui explose,sans déconner...balancer par qui ?...des schtroumpfs ?.Ils ont un mort sur la conscience et ça le gouvernement Valls ne l'assume pas .
Le soulèvement aura lieu...tu aura beau prier ton dieu---La Canaille

"C'est pas des trous de balle qui vont nous empêcher de vivre.
D'ailleurs j'en ai un et je vis très bien avec"---Karin Viard
Avatar de l’utilisateur
rastanar
 
Messages: 1774
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:48

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Lun 27 Oct 2014 20:32

La famille porte plainte. Peu après ces premiers résultats, la famille de Rémi Fraisse, mort dans la nuit de samedi à dimanche, a annoncé qu'elle déposerait plainte pour homicide volontaire, ont annoncé les avocats de la famille. Le cadavre du jeune homme de 21 ans avait été découvert après des heurts entre les forces de l'ordre et les manifestants, en marge d'une manifestation.


La famille de Rémi Fraisse, le jeune homme mort dans la nuit de samedi à dimanche sur le site du barrage de Sivens (Tarn), va déposer plainte pour homicide volontaire, annoncent ses avocats, lundi 27 octobre. Elle vise plus exactement un homicide volontaire "par une ou plusieurs personnes dépositaires de l'autorité publique", précisent-ils.

Cette plainte doit "permettre à un juge d'instruction indépendant de faire toute la lumière sur les circonstances du décès" du jeune manifestant, a déclaré Arié Alimi, l'un des avocats de la famille. Après les premiers résultats de l'autopsie, le procureur a confirmé que le manifestant de 21 ans avait été victime d'une explosion, dont l'origine n'est pas encore déterminée. Cependant, plusieurs témoignages accablent les gendarmes.

bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Mar 28 Oct 2014 10:04

COMMUNIQUE DE LA COORDINATION DU 25 OCTOBRE



Rémy, 21 ans, est mort dans la nuit de samedi à dimanche à Sivens. Selon plusieurs témoignages convergents, il s’est écroulé à quelques mètres du camp retranché de la police, atteint par un tir au niveau de l’épaule, avant d’être immédiatement ramassé par la police.


S’agissait-il d’un flash-ball ou, plus vraisemblablement, d’une grenade de désencerclement projetée à tir tendu ?
Seule la police le sait qui, jusqu’à présent, occulte la vérité de diverses manières. Elle prétend qu’il n’y a pas eu de blessé-e-s parmi les opposants alors que l’équipe médicale de la coordination témoigne qu’il y en a eu de nombreux le samedi. La police affirme avoir « découvert un corps » dans la nuit en omettant de mentionner la violence des affrontements à ce moment-là (la préfecture a affirmé que les affrontements se seraient arrêtés vers 21h et omis de dire qu’ils ont repris de plus belle vers minuit). Elle prétend n’avoir pu venir sur place le dimanche pour lancer l’enquête (une fois le crime accompli, la police a brusquement quitté les lieux sans, jusqu’à ce jour, tenté d’y revenir).
Nous exigeons que toute la lumière soit faite au plus vite sur cet homicide, par respect pour Rémy, sa famille et ses ami-e-s. Nous souhaitons aussi que les responsables de ce drame soient poursuivis au plus tôt. Et pour nous, le responsable n’est pas seulement le robocop matricule xxx qui a appuyé sur la gâchette samedi soir – et encore moins Rémy. Il s’agit de savoir qui a construit cette situation de violence qui ne pouvait que tourner au drame.
Que faisaient donc les forces de l’ordre samedi au Testet, alors que le préfet s’était engagé à ne pas en poster pendant ce week-end, vu les milliers de militants attendus (7000) ? Il n’y avait aucun ouvrier à protéger, ni aucune machine à défendre : la seule qui n’avait pas été évacuée le vendredi avait été brûlée le soir même. Pourquoi donc avoir posté 250 gendarmes mobiles et CRS armés de grenades et de flash-blalls pour garder un petit carré de terre entouré d’un fossé large de plusieurs mètres ? S’agissait-il de protéger les précieux grillages ? Ou bien de générer de la tension et de faire de la provocation ?
Les autorités savaient très bien ce qui allait arriver en laissant un engin au Testet le vendredi et en y postant une armada le samedi.
A l’heure actuelle où l’inanité du projet de barrage au Testet apparaît au grand jour, à l’heure où tous les mensonges et conflits d’intérêts dénoncés par les opposants depuis des mois ont été confirmés par les investigations des journalistes (Le Monde 24/10 et le Figaro, 26/10) et le rapport des experts ministériels rendu public aujourd’hui, le président du Conseil généralet le Préfet du Tarn n’ont plus aucun argument en faveur du barrage si ce n’est de monter en épingle la prétendue violence des opposants. Ils avaient donc besoin de violence samedi. Ils l’ont provoquée. Elle a coûté la vie à Rémy.
Nous sommes sous le choc et adressons nos plus sincères condoléances à ses proches.

La coordination du 25 octobre


P.-S.


Nous exigeons d’ores et déjà qu’une seconde autopsie indépendante soit effectuée et avertissons la préfecture que si le corps n’était pas conservé de sorte à ce que cette contre-expertise soit possible, ce serait une preuve de plus que les autorités veulent cacher la vérité.
Nous dénonçons les tentatives de salir la mémoire de Rémy en prétendant que les causes de sa mort seraient liées à son « alcoolémie » ou à sa « violence ».
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Mar 28 Oct 2014 10:49

L'avocat de la famille de Rémi Fraisse a dit mardi privilégier la thèse d'un "tir d'arme" par les gendarmes pour expliquer la mort du manifestant de 21 ans sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn), jugeant "affligeant" qu'une information judicaire n'air pas été ouverte.

"Je m'oriente plutôt vers un tir d'arme, un projectile, flash-ball, grenade, à tir tendu, assez proche, pendant une charge des gendarmes mobiles", a déclaré Me Arié Alimi sur France Info, confirmant qu'il déposerait plainte pour "homicide volontaire" ce mardi matin.

"Moi, c'est ce à quoi les resultats de l'autopsie me font penser au jour d'aujourd'hui. Maintenant, c'est peut-être tout à fait autre chose. C'est le juge d'instruction qui le déterminera", a-t-il ajouté.

Expliquant que la plainte soit déposée pour homicide "volontaire" et non "involontaire", l'avocat a fait valoir que les gendarmes étaient "des militaires aguerris" qui "savent que, dans certaines conditions, des projectiles tirés peuvent provoquer la mort". "Des militaires savent parfaitement que cela peut provoquer la mort, il peut y avoir une intention de la donner", a-t-il asséné.

Le ministère public, a ajouté l'avocat, "essaie de semer un petit peu la confusion et de dire que le décès de Rémi peut être causé par un cocktail molotov lancé par les manifestants" lors des affrontements avec les forces de l'ordre sur le site du barrage dans la nuit de samedi à dimanche.

"Ce que je sais c'est qu'il n'y a pas de brûlures. Un cocktail molotov provoque des brûlures donc moi, je fais un postulat de départ, je m'oriente plutôt vers un tir d'arme".

Le conseil a jugé "affligeant" que le procureur de la République à Albi, Claude Dérens, n'ait pas ouvert une information judiciaire, ce qui aurait pu "remettre cette enquête dans les mains d'un juge d'instruction indépendant".

AFP
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede acratack le Mar 28 Oct 2014 18:47

C'est officiel c'est une grenade offensive qui a tué Rémi le week end dernier. de la poudre utilisée pour ces grenades (TNT) a été retrouvé sur les vêtements de Rémi. Et dire qu'ils ont sous entendu qu'il avait des engins explosifs dans son sac... Et Mélenchon qui oppose bon et mauvais manifestants...
Le procureur d'Albi a énnonçé: « Ces résultats même partiels orientent l'enquête de façon significative puisque la mise en oeuvre d'un explosif militaire de type grenade offensive semble acquise »

article sur les grenades offensives.
http://www.ladepeche.fr/article/2014/10 ... -tuer.html

"Cela provoque un bon effet de souffle et pas mal de bruit", explique une source sécuritaire. Ce genre de grenades peut provoquer parfois de graves blessures. "Il suffit qu'un manifestant prenne à la main une grenade offensive au moment où elle explose et il peut avoir la main arrachée, c'est déjà arrivé",
Dernière édition par acratack le Mar 28 Oct 2014 18:58, édité 1 fois.
acratack
 
Messages: 880
Inscription: Sam 12 Mai 2012 10:56

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Mar 28 Oct 2014 18:56

acratack a écrit:C'est officiel c'est une grenade offensive qui a tué Rémi le week end dernier. de la poudre utilisée pour ces grenades (TNT) a été retrouvé sur les vêtements de Rémi. Et dire qu'ils ont sous entendu qu'il avait des engins explosifs dans son sac... Et Mélenchon qui oppose bon et mauvais manifestants...


Exact je vIens de lire la déclaration du procureur ...TNT ... Grenade offensive ...A bout portant, et tir tendu et dans le dos ; C'est un assassinat . Avec la circonstance aggravante du déplacement du corps de Remi de la scène du crime qui s'apparente a entraver l'enquête

C'est gravissime , on va droit vers une crise .
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede acratack le Mar 28 Oct 2014 18:59

Oui et on le sent de par l'attitude très réservée du gouvernement sui brille par son abscence...
acratack
 
Messages: 880
Inscription: Sam 12 Mai 2012 10:56

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede acratack le Mar 28 Oct 2014 19:21

#‎Rémi‬ Fraisse, 21 ans, retrouvé mort dans la nuit de samedi à dimanche à la ‪#‎ZAD‬ ‪#‎Testet‬ aurait été victime d'une grenade offensive, a déclaré aujourd'hui le procureur de la République d'Albi, Claude Dérens. Des traces de TNT retrouvé sur les affaires accrédite la thèse de la grenade offensive lancée par les militaires. Le procureur se dessaisi de l'affaire. Le parquet de Toulouse reprend le dossier, qui maintenant passe par la juridiction militaire.
acratack
 
Messages: 880
Inscription: Sam 12 Mai 2012 10:56

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede Lehning le Mer 29 Oct 2014 05:07

Bonsoir !

P comme <Pourri-e-s !
S comme "Salauds" !

Slogan depuis belle lurette déclamé, à juste titre, contre le PS, cette grosse bouse soit-disant socialiste. L'Armée et la flicaille à son service. Raison d'Etat^^

Ce nouveau drame fait bien sûr pensé à l'assassinat de Pierre Overnay, militant anti-nucléaire à Creys-Malville dans les années 70.

Les flics et l'Armée, bras armé de tous les pouvoirs, a encore sévi ! C'est évident ! (ces Pourri-e-s et Salauds du PS bien entendu, vont tout faire pour nier cet énième Saloperie et crime. Raison d'Etat oblige^^ C'est toujours comme ça avec les crimes d'Etat. (socialo en tête !) So-SALAUDS !

Rémy défendait juste la sauvegarde d'une zone, quelques arbres, un dernier coin sauvage. Mais ces fumiers de soit-disant so-SALAUDS viennent de littéralement d'assassiner l'un des nôtres, une fois de + ! (et dire qu'aux prochaines élections, y'aura encore des connard-e-s pour allar votouiller PS ! -bien entendu la Droite ou les fafs bleu Marine ne valent pas mieux ! Les Rougeâtres de tous acabits sont à conchier d'office ! TOUS-TES LES ETATISTES SONT A CONCHIE-E-S !!!!!!


Cette (énième) histoire fait juste vomir, doit nous pousser à être de + en + anarchiste !

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2108
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Mer 29 Oct 2014 10:08

Ce nouveau drame fait bien sûr pensé à l'assassinat de Pierre Overnay, militant anti-nucléaire à Creys-Malville dans les années 70.


Salut ,

Petite erreur sous le coup de l'émotion

Pierrot militant de la GP a été abattu devant Renault Billancourt en 1972 lors d'une simple distribution de tracts par un agent de sécurité , Tramoni

C'est Vital Michalon qui est décédé a Creys en 1977
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede Lehning le Mer 29 Oct 2014 20:19

Bonsoir !

Oui tu as raison Bajotierra ! Merci pour la rectification !

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2108
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede acratack le Mer 29 Oct 2014 22:50

Ces grenades ne peuvent tuer que dans des conditions particulières. Lorsqu’elles sont utilisées dans des locaux fermés par exemple. En extérieur, il faudrait un contact direct pour entraîner des blessures mortelles. Si la grenade offensive explose au contact de la personne, l’effet peut être dévastateur.
acratack
 
Messages: 880
Inscription: Sam 12 Mai 2012 10:56

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede Lehning le Mer 29 Oct 2014 23:25

Bonsoir !

C'est clair et Rémy en a fait les frais.
Il ne faut pas oublier non + le nombre de tympans destroyés par ces grenades assourdissantes (une véritable arme de guerre).

Ces fumiers ! Je n'ai + de mots !

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2108
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede acratack le Jeu 30 Oct 2014 12:02

Un texte assez médiocre qui provient d'une "penseuse" apparement influencée par le postmodernisme.

Texte de Pauline Lytom
Ce que je retiens du meurtre de Rémi Fraysse, militant écologiste assassiné par la police lors d'une mobilisation s'opposant au barrage du Testet : le racisme structurel des médias et de la Justice quant à la violence policière. Car quand c'est un militant écologiste blanc qui meurt assassiné par la police, la condamnation médiatique est là, claire et limpide : le 20h et le 13h ouvrent sur son cas, on parle bien de "victime" et non pas de "cas de mort suspecte", de "forte émotion" et non pas de "heurts avec la police" et en moins de 24h, le parquet ouvre une enquête. Et en entendant le traitement médiatique réservé à cette affaire, je pense à Amine Bentounsi, à Abdelhakim Ajimi, à Wissam El-Yamni, à Lamine Dieng (liste non-exhaustive), tous morts entre les mains de la police. Quel journal a ouvert sur leur cas ? Combien de Français n'ont jamais entendu leur nom prononcé aux infos? Et quand les médias ont relayé leurs affaires, ce n'était pas pour parler de "victime" mais de "décès controversé", on précise toujours quand ces jeunes étaient "connus des services de police", comme si cela justifiait quoique ce soit... On n'interviewe pas les parents mais les responsables Alliance... Les familles doivent revenir à la charge pendant des mois et des mois pour que le parquet ouvre une enquête, ordonne une autopsie indépendante, et dans 90% des cas, cela se solde par un non-lieu... Je suis heureuse que l'assassinat d'un jeune militant écolo suscite un tel traitement médiatique, qu'on accorde à la personne décédée le statut de victime, qu'on ne cherche pas à salir sa mémoire ou justifier sa mort. Mais je suis obligée de constater qu'en France, en 2014, la vie d'un Blanc vaut plus que celle d'un Arabe ou d'un Noir.


qu'en pensez vous?
acratack
 
Messages: 880
Inscription: Sam 12 Mai 2012 10:56

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede bajotierra le Jeu 30 Oct 2014 13:15

Que les jeunes qui Lundi associaient les noms de Bouna , Zyed , Wissam et Remi , produisent moins de textes mais font de meilleures banderoles .

Contrairement a cette "penseuse " Ils ont su distinguer le principal de l'accessoire !

Le principal , c'est la capacité de violence criminelle de l'état et la solidarité comme moyen de s'en défendre . L'accessoire c'est la statut de la victime fractalisable a l'infini et par conséquent utile ceux qui veulent éviter tout sentiment de solidarité
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Un crime du pouvoir socialiste

Messagede loupi le Jeu 30 Oct 2014 13:41

Concernant les grenades assourdissantes, ça me fait rire, on dirait (d'après les médias) que c'est nouveau, comme si ces grenades n'avaient pas fait assez de dégâts à NDDL par exemple (mais quel média de masse en a parlé?), il aura fallu attendre qu'il y ait un mort pour qu'on en entende parler dans les grands médias, comme d'hab...

Concernant le texte, je suis d'accord avec toi bajotierrra (nous en effet on s'en fout de leur couleur de peau), mais concernant les médias de masse (j'emploi ce terme qui est peut être à revoir mais j'imagine que je me fais comprendre^^) je trouve qu'ils en parlent plus (ils sortent pas mal de conneries aussi) que lors d'un acte de violence policière dans une cité (en tout cas c'est l'impression que ça me donne). Alors est ce que c'est parce qu'il était blanc ou est ce que c'est à cause du contexte (un mort dans une manifestation ça fait un moment qu'il y en avait pas eu non?), il faudrait aussi se poser la question. Mais personnellement je pense qu'il existe encore et toujours un certain racisme d'Etat, mais après vu que je ne regarde pas franchement les infos je ne sais pas comment ils ont parlé du drame de Zyed, Bouna et Wissam, donc sans comparaison mon argumentaire ne vaut pas grand chose^^ Mais en tout cas sur Le Monde ils ont rappelés les faits pour Zyed et Bouna le 27 octobre.
loupi
 
Messages: 104
Inscription: Ven 27 Sep 2013 11:55

Suivante

Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité