Manifeste Anarchiste-juillet 2018

Espace de débats sur l'anarchisme

Manifeste Anarchiste-juillet 2018

Messagede Mikhaïl le Mar 31 Juil 2018 04:21

Introduction
Les jeunesses nationalistes tendent à penser, affirment que sans remise en question, la France ne pourra que décliner. Je ne leur donnerai pas tort. Non pas parce que ce sont les jeunesses nationalistes, mais parce qu'ils ont raison. Tout pouvoir est intrinsèquement mauvais, on le sait. On a beau chercher la solution, mis de côté un coup d'état, on ne voit rien venir. Que dire des bons bonhommes français pour qui tout va bien et pour le mieux, tout le temps.
Voici ce qui fut dit dans un samizdat révolutionnaire des années deux-mille dix bien connu : une insurrection peut éclater à tout moment, pour n'importe quel motif, dans n'importe quel pays ; et mener n'importe où. Les dirigeants marchent parmi les gouffres. Leur ombre même parait les menacer. Que se vayan todos ! était un slogan, c'est devenu une sagesse populaire basse - continuation de l'époque, murmure passant de bouche en bouche pour s'élever verticalement, comme une hache, au moment auquel on s'y attend le moins. Les plus malins des politiciens en fait une promesse de campagne. Ils n'ont pas le choix. Le dégoût sans remède, la négativité pure, le refus absolu sont les seules forces politiques discernables du moment.
Ce qu'il faut dire c'est que la civilisation en occident repose sur la politique, alors que dans d'innombrables civilisations, pas meilleures pas moins bonnes, celle ci prend socle avec l'adoration du soleil, le battage des foins, la production de vin, la musique autochtone, les sacrifices humains, le cannibalisme Etc. Ce qu'il faut voir par-là c'est que notre civilisation tombe SANS PRENDRE EXEMPLE SUR LES COUTUMES POSITIVES. Le culte de la bagnole, très peu pour les Andins. Le culte du sexe filmé, très peu pour les aborigènes. Le culte internet ne passionne guère les Pygmées.
Romuald et Vincent ajoutent maladroitement cette seule explication à la nécessité de mai 68, quand tous les autres protagonistes de l'affaire se sont rangés, se sont vendus, ignorent cette révolution bourgeoise.
Le temps fait que ; la révolution est toujours temps éphémère en nos contrées. LOIN D'AJOUTER TOUJOURS EN NOS CONTREES, nous observons simplement que sa durée de vie est toujours égale à la jeunesse.
Là ou est le pouvoir, nous devons d'y être. Là où surgit le feu de l'état, nous nous devons d'y répondre. Là où la police agit, nous nous devons d'en être, nous nous devons de lui répondre par le surnombre. Là où les fous furieux de la médecine tromblonne, nous nous devons d'alerter et esquiver leurs ridicules mais, réelles et dangereuses avancées.
Dans une société idéale, tout état est proscrit. Toute politique autre que tuer ou se faire tuer est proscrit. Dans une société idéale, toute forme de répréssion est proscrite. Dans une société idéale, toute médecine négative est proscrite.


I) La destruction de la société actuelle est un moindre mal, nous voulons son annihilation
La description de la société actuellement connue, qui dure depuis l'après guerre, a assez duré. Nous voulons tout, c'est malin bande d'imbéciles bébés boomers, et nous aurons tout, y compris votre peau. Notre moteur n'est pas la haine, c'est une pensée réfléchie et mûrie depuis des dizaines d'années. Nous laisserons aux gras du bide le soin de vouloir renvoyer dos à dos droite et gauche. Nous, nous voulons la mort de tous et toutes.
II) Nos visées sont meurtrières, bien sûr
Nous voulons tuer tout le monde jusqu'au dernier encéphale capable de culture. Nous les tuerons, de face et de profil. Nous ne nous interdisons rien, surtout pas de tuer notre prochain. Quiconque sain a déjà eu cette idée. Je ne suis pas le premier. Et, vie vie je martèlerai à chaque tolérat que je rencontrerai : aucun être vivant ne mérite la vie. La pureté originelle est un leurre enfoui au creux des belles âmes pour ne pas les froisser de trop, ces anguiles du vivant, toujours promptes à saluer un Dieu qui aura enfoncé en chacun de nous la mortelle idée du suicide, de la stimulation, de la guerre, du sexen etde l'argent, du viol, de la procréation, de l'adultère – du saut en Diable.
III) Nous voulons le néant
Chaque être poursuit le néant à un moment damné. Il est ensuite condamné. La vulgate sociale nomme condamnés ces petits freluquets de délinquants qui vivent en prison. J'appelle condamnés la totalité des êtres qui peuplent cette Terre, dans le sens selon lequel chaque être est possédé par le Diable à un certain âge.
IV) Nous voulons l'expansion de la mort
Le capitalisme a échoué dans sa mission de tuer tous les êtres vivants. Le travail est partiellement effectué. C'est un travail sale que nous rendent les capitalistes. Nous ne nous n'attendions à pas grand chose d'autre. C'est l'amour-mour-mour, qui l'emporte.
V) La mort de l'explication intellectuelle
Nous sommes taris des explications. Notre avis est unanime : qui explique, meurt. C'est en ces termes que nous reconnaissons notre loi.
20°07.2018
Mikhaïl
Mikhaïl
 
Messages: 13
Inscription: Ven 27 Juil 2018 04:25

Re: Manifeste Anarchiste-juillet 2018

Messagede leNouveau le Mar 31 Juil 2018 09:06

C'est qui "Nous" ?
Avatar de l’utilisateur
leNouveau
 
Messages: 166
Inscription: Lun 20 Juil 2009 09:47

Re: Manifeste Anarchiste-juillet 2018

Messagede frigouret le Mar 31 Juil 2018 11:18

Ouais, ça promet, on dirait presque du Faubert, c'est dire.
8-)
frigouret
 
Messages: 2121
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Manifeste Anarchiste-juillet 2018

Messagede Mikhaïl le Mer 1 Aoû 2018 22:01

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. »

Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme", 1956
Mikhaïl
 
Messages: 13
Inscription: Ven 27 Juil 2018 04:25


Retourner vers Théories

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités