Lumières et anarchisme

Espace de débats sur l'anarchisme

Lumières et anarchisme

Messagede Groucho Marx le Ven 16 Sep 2016 20:52

Je viens de terminer le livre "Les anti-Lumières" de Zeev Sternhell, que j'ai trouvé salutaire dans la période actuelle.
J'en recopie ici les deux dernières pages, qui me semble porter une réflexion très proche de l'idéal anarchiste.

Nous voilà revenus au problème fondamental posé par la querelle des Anciens et des Modernes par où commence ce livre, à l'idée du contrat social de Locke, à l'individu autonome de Kant et, pour parler comme Nietzsche, à l'homme selon Rousseau. Leurs principes sont des principes universels et en vertu de ces principes, les hommes peuvent prétendre à se construire un monde autre que le leur, en fonction de leurs besoins et de leurs idées sur la nature du bien politique. Quelles que soient les différences entre les grands penseurs des Lumières, le dénominateur commun à leurs visions du monde respectives est leur refus de ce qui est. la culture des Lumières est une culture critique, pour elle aucun ordre établi n'est légitime du seul fait qu'il existe. aucun ordre établi n'est légitime s'il est injuste. La justice et le bonheur sont des valeurs et des objectifs valables et légitimes de l'action politique, sans que l'on puisse y voir une subversion de la liberté, car la justice sociale et la liberté ne s'opposent pas conceptuellement. L'homme est capable d'aller de l'avant, à condition qu'il fasse appel à la raison. Ce n'est pas "la foi en une vérité universelle" qui a provoqué les massacres du XXème siècle, ce n'est pas la volonté de rupture avec l'ordre existant, ni la revendication du droit au bonheur qui est à leur origine, mais au contraire l'irruption de l'irrationnel, la destruction de l'idée de l'unité du genre humain, une foi absolue dans les capacités de la puissance politique, et donc de l'Etat, à façonner la société.Ce sont précisément les maux contre lesquels ont combattu les Lumières, et les Lumières, comme Spengler et Sorel le disaient bien, mais pour mieux les dénigrer, sont de toutes les époques.Le progrès peut ne pas être continu, l'Histoire peut avancer en dent de scie, mais cela ne signifie pas que l'homme doive s'en remettre au hasard ou courber la tête devant les puissances de l'heure, et accepter les maux sociaux comme si ceux-ci étaient des phénomènes naturels et non pas le fruit d'une abdication de la raison.
Pour éviter à l'homme du XXIème siècle de sombrer dans un nouvel âge glacé du conformisme et de la résignation, la vision prospective créée par les Lumières d'un individu acteur de son présent, voire de son avenir, reste irremplaçable.
Groucho Marx
 
Messages: 298
Inscription: Sam 8 Sep 2012 19:31

Retourner vers Théories

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 2 invités