Un regard noir

Partageons le passé pour mieux inventer l'avenir...

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Sam 16 Juil 2016 18:01

Julien Le Pen, en tant que militant du courant syndicaliste révolutionnaire à la CGT dénonça en 1941 la Charte du travail et entra dans la Résistance. D'après Sylvain Boulouque, il est légitime de penser qu'il s'est engagé dans la CGT clandestine puis dans le Réseau Libération Nord où l'on rencontre des militants comme Albert Guigui-Théral, Christian Pineau ou Albert Gazier dont il fut l'ami.
[Julien Le Pen, né en juin 1878 et mort en février 1945, monteur en électricité. En 1917, il rejoint les Comités de défense syndicaliste et se consacre à l'action contre la guerre, militant à la CGT à la Fédération du bâtiment, puis en 1920, il occupe des responsabilités dans les Comités syndicalistes révolutionnaires et devient militant de la CGT-U en 1922. Puis il est nommé secrétaire administratif provisoire à l'Union fédérative des syndicats autonomes (UFSA) mais refuse la transformation de celle-ci en CGT-SR en 1926. Dans les années 1925-1933 son action s'articule selon trois orientations: la rédaction de la tribune syndicale du Libertaire sous la responsabilité d'Albert Guigui, mais sans adhérer à l'UA ; la responsabilité de la Fédération des métaux à la CGT et il assure la propagande orale dans le cadre du courant syndicaliste révolutionnaire de la CGT. On peut ajouter enfin sa participation, à la Libération, à la négociation des nouvelles conventions collectives. Voir Sylvain Boulouque, "Julien Le Pen ou le paradoxe du Syndicalisme libertaire", dans IRL, n° 90, 2002, pp. 59-65.]
Fichiers joints
Gazier_Albert_affiche_sfio_1946.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 9 Aoû 2016 19:09

L'anarcho-syndicaliste François Le Levé, fut membre de la CGT clandestine et devint le représentant du mouvement syndical au sein du Comité départemental de libération du Morbihan, le 7 mars 1944. Il travailla à la fusion des forces armées de Résistance au sein de l'Armée Secrète (AS). La police allemande alertée, l'arrêta en mars 1944 et il fut successivement interné aux prisons de Vannes, Rennes, au camp de Royallieu à Compiègne, puis il fut déporté au camp de Neuengamme.
[Jean, François Le Levé, né en 1882, mort en 1945 au retour de déportation, ouvrier chaudronnier, militant anarchiste et syndicaliste ; secrétaire du Syndicat des travailleurs réunis du port de Lorient de 1922 à 1935 et secrétaire de l'UD du Morbihan de 1929 à 1939. Voir fiche de Jean Maitron et Cl. Geslin dans le Maitron.]
Fichiers joints
Le_Leve_francois.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 9 Aoû 2016 19:31

Membre du syndicat des correcteurs depuis le 10 septembre 1933, Jules Chazanoff dit Chazoff joua un rôle important durant l'Occupation en réorganisant le syndicat en zone libre dans la région de Lyon. Il centralisa les cotisations des correcteurs dans la zone Sud, et permit ainsi au syndicat de reprendre en partie son activité à une époque où l'exode avait dispersé un grand nombre de militants.
[Jules Chazanoff est né le 21 janvier 1891, ouvrier électricien, puis correcteur, il fut membre de l'UA, secrétaire provisoire des "Amis du Libertaire" en 1923 et membre du Syndicat des correcteurs. A la suite de son engagement dans la résistance syndicale, il fut arrêté une première fois par les Allemands et interné à la caserne des Tourelles du 2 juillet au 18 octobre 1941. Pendant sa détention, il fut transporté à l'hôpital Tenon pour y subir une grave opération de l'estomac. Il travailla ensuite aux restaurants sociaux de la rue Pierre-Lescot aux Halles. Il est à nouveau arrêté le 1er novembre 1943, vraisemblablement en tant qu'israélite et fut emprisonné au camp de Drancy en janvier 1944 et libéré lors de l'arrivée des troupes alliées, le 18 août 1944. Tuberculeux, il décèdera le 19 septembre 1946. Voir le Maitron.]

Photo: camp de Drancy:
Fichiers joints
700_001.jpg
Bundesarchiv_Bild_183-B10919,_Frankreich,_Internierungslager_Drancy.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 9 Aoû 2016 21:13

Quant à Pierre Monatte, il ne prit pas de position publique.
Mais, profondément hostile à l'occupation hitlérienne, il avait des contacts réguliers avec les membres de la Résistance syndicale, et le noyau de La Révolution prolétarienne continua à se réunir clandestinement chaque mois, réunions auxquelles il participait régulièrement. La Résistance n'ayant pas de caractère de classe, il ne croyait pas à la révolution comme suite probable de la Libération.
[Voir le Maitron.]

Photo: Pierre Monatte:
Fichiers joints
monatte.gif
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 9 Aoû 2016 21:53

Dans les maquis et les réseaux

D'autres vont se réfugier dans les maquis. Ce fut le cas de Léo Eichenbaum (Voline) qui, pour fuir le STO et les mesures anti-juives, se retrouvera dans le Vercors où il travaillera comme bûcheron et aidera la Résistance (FTP) avant et pendant l'offensive allemande mais sans prendre part aux combats.
[Léo Eichenbaum (Voline), né le 4 janvier 1917 est le troisième fils de l'anarchiste ukrainien Voline dont il partage les idéaux. Pendant la guerre d'Espagne, il s'engagea dans la colonne confédérale de la CNT. Le 10 décembre 1943, les Francs Tireurs Partisans (FTP) se sont installés à 500 mètres du chantier de bûcherons, où il travaille avec d'autres réfractaires au STO et des familles d'Espagnols. Un chef de la Résistance de Marseille, le commandant "M", vient lui proposer de prendre le commandement du maquis. "J'ai beaucoup de mal à lui faire comprendre que je ne me mettrai jamais sous les ordres de quelqu'un: "Ni De Gaulle ni Thorez", ce qui ne m'empêchera pas d'aider les maquisards comme c'est déjà arrivé". Le 21 juillet 1944, lorsque les Allemands encerclaient la région, les résistants, affamés, démoralisés vont essayer de fuir dans la vallée. Toute la nuit ce fut le massacre. Le lendemain, il aida les maquisards à ramasser leurs camarades blessés. Son témoignage se trouve résumé par R. Bianco dans Les anarchistes dans la Résistance, vol. 2, pp. 169-174.]

Photo: René Bianco:
Fichiers joints
a56c_2.jpg
9782708236318.jpg
66980837.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 9 Aoû 2016 22:30

D'autres vont rejoindre la Résistance, comme Jeannot Cluzel qui sera membre de l'Armée Secrète au maquis des Glières [Témoignage de Jean-Jacques Gandini, 2002. Dans le maquis des Glières, il côtoya des réfractaires au STO et surtout des Espagnols proches du PC membres des STP ; il combattra lors de l'offensive allemande du Plateau. Après guerre, il fut membre de la communauté Longo Maï.], Albert Périer qui entra en relation avec le maquis de Dordogne [Albert Périer, dit Germinal, est né le 7 août 1897 à Buenos-Aires (Argentine) ; mort en 1970 à Angers. Il fut terrassier, secrétaire de la Fédération anarchiste du Nord et Pas-de-Calais de 1923 à 1926, puis secrétaire du bâtiment CGT, puis CGT-FO. Voir le Maitron.], Sonia Malkine Picqueray, la fille de May, qui fut agent de liaison pour le maquis de Dordogne [May Picqueray, May la réfractaire, éd. Marcel Jullian, 1979, p. 179, David Berry, "Le mouvement anarchiste français, 1939-1945", dans la revue Dissidences, n° 12-13, 2003, p. 47.], Henri Melich qui participa sous le nom de Robert Sans au maquis Jean de Salvezines dans l'Aude et fut membre du bataillon Myriel [Voir Le Dossier noir d'une certaine résistance, éd. Le groupe libertaire de Perpignan.] ou René Vivier, membre du maquis de Haute-Auvergne.
[Voir Les Anarchistes dans la Résistance, vol. 2, p. 163.]

Photo: Henri Melich:
Fichiers joints
Sonia-Malkine1-296x300.jpg
melich-maquis-web.jpg
5-carte-identite-militairew.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 9 Aoû 2016 23:06

/
Fichiers joints
6-dossiers-noirsw.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 23 Aoû 2016 18:32

D'autres vont organiser ou participer aux réseaux de la Résistance. Gérard Duvergé avait ouvert sous l'impulsion d'Aristide Lapeyre une école libertaire à Agen. Extrêmement actif dans le soutien aux antifascistes espagnols, pendant la guerre, il est mobilisé en Alsace. A l'Occupation, il se lança "sans illusions" dans la lutte "pour chasser l'envahisseur fasciste". Très vite il s'engage sous les noms de Fred Durtain ou Chevalier dans le mouvement Libération, puis devient responsable FTP et arme des maquis. Il disait: "On ne combat pas pour être libre, mais parce qu'on l'est déjà". En 1942, il adhère au PC plus par souci d'efficacité pour la lutte clandestine que par adhésion idéologique. En 1943, il sera co-fondateur des MUR du Lot-et-Garonne. Suspecté par la police allemande, il est arrêté une première fois. Relâché, il recommande à ses proches: "Surtout, jamais la haine". Le 28 janvier, il est arrêté une seconde fois, et meurt le lendemain après avoir été torturé sans succès par la Gestapo. [Voir Les Anarchistes dans la Résistance, vol. 2, pp. 87-88, et sa biographie par Bernard Lareynie, L'Instit, le campeur, le résistant, Gérard Duvergé le Libertaire.] Après s'être occupé de passage clandestin en Espagne via Londres, René Cavanhié entre dans la clandestinité en 1942 et crée un groupe autonome de résistance dans le Lot. Ce dernier adhère pour une brève période aux MUR et perd tout contact après le raid allemand sur Figeac.
En fin 1942 ou début 1943, son groupe se rattache aux FTP. En 1944, alors qu'il recherchait à Saint-Céré, Pierre Poujade, alors chef de la milice locale en fuite, il assiste au défilé des maquis ; parmi eux il y avait des anciens de la guerre d'Espagne, des anti-militaristes de la CNT-FAI. Il écrit:

"J'apprendrai que l'Etat-major des FTP les jette dans tous les coups durs. Parce qu'ils sont les plus aguerris et, de loin, les meilleurs combattants des maquis ? Pour se débarrasser de militants anarchistes ? Va savoir."

En 1945, alors que l'armée allemande est en déroute, il démissionne car il est question de "militariser" la Résistance.
[Voir Les Anarchistes et la Résistance, vol. 2, pp. 56-57, David Berry, The French Anarchist Movement, 1939-1945, éd. Lukas Verlag, traduction dans la revue Dissidences, 2003.]

Photo: Gérard Duvergé:
Fichiers joints
Gérard_Duvergé.jpg
poemes-et-chansons-anarchistes-de-rene-cavanhie-934214928_L.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 23 Aoû 2016 19:35

/
Fichiers joints
couv-berry.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 23 Aoû 2016 20:45

Une mention particulière pour le Groupe anarchiste de Narbonne dans l'Aude, dont les membres comme Lucien Casier, Paul Estève et André Respaut, très proches des anarchistes catalans, s'engagèrent dans le mouvement Combat puis dans l'Armée Secrète (AS). Leurs actions furent de propagande, tracts et journaux, puis de renseignements. Ils facilitaient le passage de clandestins vers l'Espagne et étaient en liaison avec des anarchistes français et espagnols à Alès et à Perpignan. Pendant cette période, ils rencontreront deux jeunes militants, Paul Champ et Raymond Laurent, qui joueront un rôle important lors de la reconstruction du mouvement libertaire en 1945. Lucien Casier deviendra même le responsable départemental de l'AS. André Respaut fut arrêté par la police allemande en octobre 1943 et déporté à Buchenwald.
[Le groupe anarchiste narbonnais "Elisée Reclus" était composé de militants plate-formistes, communistes libertaires dont les principaux membres furent Lucien Casier, André Daunis, Paul Estève, Eugène Hutrel, Lucien Huart et André Respaut. Certains d'entre eux, comme Casier ou Daunis se présenteront aux élections législatives de 1928 et 36 sous l'étiquette de "l'Union anarchiste-communiste" dans un but de propagande. Pendant la guerre d'Espagne, ils étaient très proches des éléments catalans de la Fédération ibérique auxquels ils s'efforçaient de procurer des armes. André Daunis, Paul Estève et Eugène Hutrel furent internés du 20 septembre 1939 au 10 octobre 1941 par le gouvernement de Vichy, au camp de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn). Voir pour A. Respaut, Les anarchistes dans la Résistance, vol. 2 et David Berry, "Le mouvement anarchiste français, 1939-1945", dans Dissidences, n° 12-13, pour L. Casier, le Maitron et texte inédit de Laurent Joly.

André Respaut est né le 22 septembre 1898 à Vernet-les-Bains, et mort le 26 avril 1973. Militant anarchiste et résistant. Avec Fortuné, un de ses jeunes frères, libertaire comme lui, ils participeront à la révolution libertaire espagnole de 1936, André comme propagandiste dans les meetings du sud de la France, aidant au passage de camions d'armes, son frère comme agent de liaison et de renseignements. Après avoir été limonadier, André deviendra professeur de culture physique à Narbonne. Sa compagne Teri Sisquella, rencontrée en Espagne, sera internée au camp d'Argelès-sur-Mer, comme de nombreux réfugiés espagnols. De 1939 à 1943, André avec Paul Estève et Lucien Casier participeront à la résistance au mouvement "Combat" et dans l'AS.
Arrêté le 17 octobre 1943, André Respaut est torturé, puis envoyé à Buchenwald, où il se caractérisera par son courage et sa générosité, sauvant plusieurs déportés de la mort. Il sera libéré le 11 avril 1945 par les Américains. Toujours libertaire, il s'occupera ensuite d'une association de déportés. Il est l'auteur de Buchenwald terre maudite (1946), Sociologie fédéraliste libertaire (1961).

Paul Louis Joseph Estève est né à Montels (Hérault), le 26 juin 1903.
Militant syndicaliste et anarchiste. Ouvrier maçon, il est nommé en 1926 secrétaire de la "Fédération anarchiste du Languedoc", puis après 1930, il est membre de la minorité "plate-formiste" de "l'Union anarchiste communiste". Après la Libération, ils participeront tous deux à la reconstruction de la FA dans le groupe de Narbonne.

Lucien, Benjamin Casier est né à Lille le 10 janvier 1909. Il s'installa à Narbonne comme cultivateur en 1936 et appartiendra au groupe anarchiste de la ville. Il s'inscrivit comme candidat de l' "Union anarchiste communiste" lors des élections de 1936 et noua des relations avec le milieu anarchiste catalan pendant la guerre d'Espagne. Pendant l'Occupation, il s'engagea dans la Résistance et deviendra même le responsable départemental de l'AS. (Voir Maitron et l'Ephéméride anarchiste.)]

Photo: André Respaut:
Fichiers joints
respaut.jpg
respaut-andre-buchenwald-terre-maudite-livre-ancien-857521692_L.jpg
$_35.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 23 Aoû 2016 21:49

Le militant anarchiste de Caen, Robert Douin dit "Civette" appartenait au réseau "Alliance" créé en 1940 par Georges Loustaunau-Lacau dit "Navarre" - puis repris par Marie-Madeleine Fourcade dite "Hérisson" et par Léon Faye. Il était le responsable départemental et dirigeait la partie ouest du Calvados qui était divisée en 4 autres secteurs dont le "Bessin" créé par Jean Sainteny. Avec son équipe, il dressait des cartes d'état-major très précises localisant toutes les activités et constructions allemandes de la région normande qu'il peaufinait en agrandissant au 1/10 000. Puis, il les faisait parvenir à Paris puis à Londres par l'intermédiaire d'un agent de liaison, Jean Truffaut, dit "Tadorne" de Rennes. En mars 1944, toutes ses cartes sont finies et seront utilisées, pour le débarquement de Normandie le 6 juin 1944. Le 14 mars 1944, à la suite de l'arrestation d'agents de liaison à Paris, dont Jean Truffaut l'intermédiaire de Robert Douin en possession de documents importants, la Gestapo organisa un vaste coup de filet, en arrêtant en Normandie les 21 résistants du groupe "Alliance". Parmi eux, Robert Douin fut arrêté à Caen, le 17 mars 1944. Son interrogatoire par la Gestapo fut terrible, il ne parla pas malgré les souffrances de la torture et ce militant anarchiste, qui faisait passer sa lutte contre la barbarie nazie avant son pacifisme, sera exécuté à l'âge de 53 ans quelques jours avant la libération de la ville par les alliés dont il avait contribué au débarquement. Ludovic Pradier, ancien rédacteur des Cahiers de Terre libre, après son internement à Saint-Paul-Eyjeaux (Haute-Vienne) participa à la Résistance avec un groupe de militants espagnols du Midi de la France. Ce fut aussi le cas de Mombiola, un militant des jeunesses libertaires qui rejoindra pendant la guerre d'Espagne la Colonne Durruti, ensuite le groupe de dynamiteros jusqu'à la chute du front d'Aragon. Puis, il participa au maquis du Midi et fut tué lors d'un affrontement armé contre les troupes d'occupation.

Photos: Robert Douin ; Georges Loustaunau-Lacau:
Fichiers joints
douin-robert.jpg
loustaunau-lacau-88.jpg
9782262023652.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mar 23 Aoû 2016 22:41

Photos: Jean Sainteny ; Angel Mombiola (dernier à droite):
Fichiers joints
XPkBOzk8Hd7SVSUaR34kl3uHW44.jpg
Mombiola_stele_portrait-2-3.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 8 Sep 2016 21:31

Jean Souvenance, Yves Michel Biget et Gilles Dubois ont participé à la Résistance en Bretagne. Biget fut membre du réseau "Libération Nord", ainsi qu'à d'autres groupes. En tant que marin, il permit le débarquement de matériel sur la côte sud de la Bretagne. [Voir, pour Robert Douin, La Résistance dans le Calvados, le réseau "Alliance", pour "Mombiola", le Maitron source: l'Espoir du 4 août 1969 et Les anarchistes dans la Résistance, vol. 2, p. 76.
Ludovic Pradier prit part à la création de la CNT française. Jean Souvenance président fondateur des jeunesses pacifistes deviendra le fondateur du Parti pacifiste international et un collaborateur régulier de L'Unique de E. Armand, avec Ludovic Pradier et Yves Michel Biget, il militera à l'AOA.] Après son internement pour insoumission, Gilles Dubois fera partie d'un réseau de faux papiers sur Rennes en 1942, puis en 1943, il partit rejoindre Joseph Briand, les frères Le Marc et Henri Boivin dans le groupe d'anarchistes réfractaires de la forêt de Rennes.
[Voir Les anarchistes dans la Résistance, vol. 2, pp. 38-39.]
Fichiers joints
877_001.jpg
logo_libe_nord.png
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 8 Sep 2016 22:53

Jean Roumilhac rejoindra le mouvement "Combat" dans le Sud-Est. [Jean Roumilhac, né le 2 novembre 1892, faisait partie du milieu libertaire marseillais. Il était affilié à la loge Parfaite Union de Marseille où il retrouvait d'autres anarchistes comme Voline, Jean Marestan, Joseph Gleize. Dès le début de l'occupation allemande, il se joignit aux mouvements de résistance "Combat" et collabora avec le Centre américain de secours aux réfugiés antifascistes de Varian Fry. Arrêté en novembre 1941, il fut emprisonné à Fort Barrau (Isère) et y passa l'hiver. Relâché grâce à un subterfuge, il parcourut alors la zone occupée pour y créer des réseaux de Résistance, le plus souvent par l'intermédiaire de francs-maçons et de libertaires. Les multiples perquisitions à son domicile marseillais l'obligèrent à se réfugier à Veyne, une petite ville des Alpes alors sous contrôle italien. Il y géra une petite usine de textile, tout en continuant à travailler au sein du mouvement "Combat".] Julien Henri participa à la Résistance à Marseille et prit contact avec les anarchistes. [Julien Henri est né le 9 mars 1908 à Hanoï (Tonkin), avocat et franc-maçon à Marseille, il fut militant socialiste (PSOP) avant la Seconde Guerre mondiale et devient anarchiste en 1944 ; Voir le Maitron.] Jean Marestan dit Gaston Havard tout en gardant quelques contacts avec les anarchistes sur Marseille s'occupa d'insoumission et collabora avec la Résistance. Il fut arrêté le 26 février 1943 et resta emprisonné une centaine de jours à la prison Saint-Pierre de Marseille.
Après sa libération, il maintient des rapports étroits avec les anarchistes. [Gaston Havard, dit Jean Marestan, né à Liège (Belgique) le 5 mai 1874, était un homme de lettre, conférencier adepte du néo-malthusianisme, sympathisant anarchiste et franc-maçon ; il meurt à Marseille le 31 mai 1951. Il faut signaler la présence au CIRA de Marseille, d'un manuscrit resté inédit: A Marseille sous l'occupation allemande. Souvenir de la prison Saint-Pierre. Dans la note 2, il est précisé que sa compagne Berthe, "l'avait présenté à Arru alors que celui-ci apportait du ravitaillement aux Marestan." Voir, le Maitron et Les anarchistes dans la Résistance, vol. 2, pp. 91, 92, 93.] Paul Giraud, anarcho-syndicaliste à l'"Ecole Emancipée", pacifiste, fut membre de la "Section universitaire de combat" à Marseille. Dénoncé, il fut arrêté par la Gestapo et interné trois mois à Saint-Pierre d'où il fut libéré en 1943 grâce à une correspondance clandestine qui lui permit de connaître les réponses faites par sa compagne lors de son interrogatoire avec la police française. Il fut alors contacté par le commandant "Richemont" pour le compte des Mouvements unis de résistances (MUR). [Voir Les anarchistes dans la Résistance, vol. 2, p. 125.] Constant Planas, coiffeur à Aix-en-Provence, après avoir été contacté par des amis militants socialistes, servira de "boîte à lettres" pour le groupe de résistance de Henri Mauriat.
[Constant Planas, Contribution, Les anarchistes dans la Résistance, vol. 2, op. cit., p. 5.]

Photos: Jean Roumilhac ; Jean Marestan:
Fichiers joints
Jean_Roumilhac.jpg
marestan_j.jpg
15048.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Ven 16 Sep 2016 19:22

L'anarchiste Benoît Perrier rentrera en contact à Lyon avec Henri Deschamps cofondateur du mouvement "Franc-Tireur". [Benoît Perrier, né le 5 novembre 1898, collabora, à partir de 1929, à la Voix Libertaire, organe de l'Association des fédéralistes anarchistes. Au cours des années 1930, il fut gérant de la Brochure mensuelle, puis collabora à Controverse de Louis Louvet de 1932 à 1934. Pacifiste ardent, il participa activement aux campagnes de la Ligue internationale des combattants de la paix. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, il était domicilié à Paris. En déplacement lors de la débâcle, il put passer en zone libre. Il se fixa à Lyon en 1942, où il se mit, lui et son domicile, à la disposition du mouvement Franc-Tireur après être entré en contact avec Henri Deschamps.] Henri Delmarre, militant anarchiste de Tarare avait caché dans sa maison au 12 route de Fuers, un dépôt d'arme pour le compte de la Résistance beaujolaise.
[Voir Les anarchistes dans la Résistance, vol. 2, p. 128.]

Photo: Henri Deschamps:
Fichiers joints
300x200-ct.jpg
voix_libertaire_11.jpg
controverse_.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Ven 16 Sep 2016 19:44

Photo: Louis Louvet:
Fichiers joints
Louis_Louvet_1899_-_1971.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 22 Sep 2016 01:27

Maurice Vandamme, dit Mauricius, fut en liaison à Paris avec le réseau Libération-Nord. Son centre d'ozonothérapie fut alors un point de rencontre fréquenté par la Résistance. Certains y trouvèrent même refuge. [Maurice Vandamme (dit Mauricius), né le 24 février 1886, est un célèbre anarchiste individualiste. Il assura la direction de L'Anarchie, organe des anarchistes individualistes, de 1908 à 1910 et en 1913. Puis en 1916, il fonda, avec Sébastien Faure, le journal pacifiste Ce qu'il faut dire. Impliqué dans l'affaire Malvy, ministre de l'Intérieur, il devint suspect aux milieux libertaires. Mais, en 1921, une commission d'enquête le lava de toute suspicion. Il participa à de nombreuses publications anarchistes. Biologiste, il découvrit, vers 1933, les propriétés thérapeutiques de l'ozone. En 1936, il fonda un centre médical qui se fixa dans un deuxième temps, 53, rue Condorcet dans le IX° arr. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il noua des relations avec les membres du parti socialiste et fut en liaison avec le réseau Libération-Nord. Sa biographie est complexe, consulter le Maitron.] Léo Campion, comme artiste domicilié à Bruxelles travaillant au Théâtre de Dix heures à Paris, avait un laissez-passer allemand prioritaire qui lui permit de servir d'agent de liaison pour le réseau "Nord-Normandie-Bretagne" dirigé par Marcel Pichon.
[Léo Campion, témoignage, Les anarchistes dans la Résistance, vol. 2.
Léo, Louis, Octave Campion est né à Montmartre en 1905 d'un père belge ; il meurt en 1992. Anarchiste individualiste qui oscille entre Omar Khayyâm, Zo d'Axa et E. Armand, il fut initié à la franc-maçonnerie en 1930 à Bruxelles et deviendra secrétaire de la section Belge du War Resister's International de 1931 à 1945. Il deviendra l'ami de Hem Day qu'il suivit dans son combat comme objecteur de conscience. Après la Libération, sa carrière de chansonnier décolle, et il tourne même avec Jean Renoir ; il écrira un grand nombre d'œuvres d'humour et d'ouvrages maçonniques. Voir Maitron et Le Drapeau noir, l'équerre et le compas.]

Photo: Mauricius:
Fichiers joints
Mauricius_(Maurice_Vandamme).jpg
anarchie_n1.jpg
image.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 22 Sep 2016 02:01

Photos: Léo Campion ; Hem Day:
Fichiers joints
10a.jpg
39541148.jpg
hemday03.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 22 Sep 2016 02:06

/
Fichiers joints
campion1.gif
zozo1.png
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 22 Sep 2016 02:36

Adrien Perrissaguet, un ami personnel de Sébastien Faure, animateur du groupe de Limoges, participa à la Résistance dans le Limousin. [Adrien Perrissaguet, né et mort à Limoges, 1898-1972. Il accompagnait souvent son ami Sébastien Faure dans ses tournées de conférences dans le Sud-Ouest. Il fut le trésorier de l'Association des fédéralistes anarchistes née de la scission avec l'UAC au lendemain du congrès de Paris en 1927. A partir de 1928 jusqu'en 1939, il fut chargé de l'administration de La Voix libertaire, le journal de l'AFA. En 1933, il créa un groupe inter-corporatif de la CGT-SR. Puis secrétaire de l'Union départementale CGT-SR de la Haute-Vienne, il fut chargé, à partir de 1933, de l'impression du Combat syndicaliste, accueillit en France Franciso Ascaso et Bonaventura Durruti, et lors d'un voyage clandestin en Espagne sa tête fut mise à prix par la dictature de Primo de Rivera. Il fut envoyé, pendant la guerre d'Espagne, comme observateur de la CGT-SR et de l'AIT à Barcelone. Voir Maitron.] Michel Vorobieff, camarade de Voline, militant de la F.A.F., volontaire pendant la guerre d'Espagne fut lié à la Résistance.
[Michel Vorobieff, né en Russie en 1901, mort à Paris en 1980. Il fut l'un des animateurs du groupe des Etudiants anarchistes unifiés de Moscou en 1921. Il fut arrêté par les bolcheviques, le 18 mars 1921 et entreprit une grève de la faim avec une dizaine d'anarchistes incarcérés. Banni avec ses camarades dont Voline, à nouveau emprisonné en Allemagne, il parvint en France où il rejoint l'UA puis, en 1936, la FAF. Il fut volontaire pendant la guerre d'Espagne. A la Libération, il deviendra et restera membre du groupe "Louise Michel".]

Photo: Adrien Perrissaguet:
Fichiers joints
Perrissaguet-1937.jpg
carte-postale-1936-union-anarchiste-j-ascaso-ceux-de-la-cnt-fai.jpg
carte-postale-1936-union-anarchiste-b-durruti-ceux-de-la-cnt-fai.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

PrécédentSuivante

Retourner vers Histoire de l'anarchisme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités