Un regard noir

Partageons le passé pour mieux inventer l'avenir...

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mer 25 Mai 2016 19:55

Maurice Wullens, le directeur de la revue Les Humbles ne cacha pas qu'il était partisan d'un rapprochement avec le III° Reich, il donna des articles aux journaux collaborationnistes, Je Suis Partout ou La Révolution nationale de Drieu La Rochelle.
Wullens accusa Giono d'avoir incité à l'objection de conscience tandis que lui-même, après avoir signé le tract "Paix immédiate", s'était rendu à sa convocation de mobilisation de 1939. Son engagement lui fut reproché, mais il ne fut pas inquiété en raison de son état de santé. Grabataire, Maurice Wullens succomba à une crise cardiaque en février 1945, à l'hôpital de Socx. [Voir G. Fontenis, p. 64, Le Maitron et Jean René Saulière, Les Anarchistes dans la Résistance, vol. 1, n° 21, 22, CIRA de Marseille, 1984, p. 36.] Comme on l'a souligné, la ligne "nazis français", typiquement rouge-brun de Marcel Déat, rassembla dans le RNP (Rassemblement national populaire) au milieu d'une cohorte d'anciens activistes de la Cagoule, des socialistes, des communistes, des trotskistes, des syndicalistes révolutionnaires et des anarchistes, décidés à transformer la Révolution nationale en révolution tout court. L'un de ses membres actifs, René de Sanzy, porta l'uniforme de cette milice. Les quelques autres cas de collaboration pro-hitlérienne encore plus ouverte sont heureusement rarissimes et en plus des ex-subards anarchistes lyonnais que l'on a vu compromis dans le MNAT, on peut citer un Léger qui pour ses propres intérêts appartiendra à la vraie Milice, celle de Joseph Darnand, un Maurice Cesbron qui sera à Lyon un homme de Doriot [Voir G. Fontenis, p. 64 ou 39.], ou encore un René Martin, le beau-père de Maurice Laisant qui aurait rejoint Doriot et rallié le PPF.
[Voir Le Maitron.]

Photos: Drieu La Rochelle ; Doriot:
Fichiers joints
les-humbles-revue-litteraire-des-primaires-de-maurice-bataille-maurice-wullens-edmond-adam-louis-castel-rene-grossein-961257668_L.jpg
ob_a42aec_drieu-la-rochelle-pierre.jpg
ob_5d0888_jacques-doriot2.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 26 Mai 2016 00:47

Comment expliquer ces "aberrations", les interlocuteurs de Claire Auzias, ont tenté de comprendre le cheminement qui a conduit certains militants syndicalistes vers la collaboration.
Aucun mobile idéologique ne semble sérieux, si ce n'est l'antisémitisme et une "sainte horreur du communisme" ; l'appât du gain peut être une motivation suffisante. Dans l'ensemble des ex-subards lyonnais, ces syndicalistes collaborateurs étaient des jeunes "perturbés par la guerre" dont l'inculture politique peut être mise en cause. S'ils sont devenus collaborateurs, c'est "parce qu'il y a ce qu'on appelle des révoltés de tendance ; des types qui sont révoltés sans avoir de culture, sans avoir lu un tas de choses ; dans le bâtiment, c'était bien ça". G. Fontenis, quant à lui, a avancé comme réponses, "le néant de la réflexion, le vide de la pensée politique, les choix plus sentimentaux ou de prétendu bon sens que réfléchit l'absence d'un sûr instinct de classe, tout cela masqué par un bavardage superficiel entretenu par un humanitarisme vague et un pacifisme à tout va." L'on peut ajouter que la substitution du "copinage" à la véritable solidarité militante et "la débrouillardise momentanée" ont parfois donné lieu de justification pour utiliser les officines pétainistes et ceux qui y travaillèrent se seront discrédités "en tant que conscience du mouvement" libertaire. C'était aussi refuser la réalité du nazisme qui s'installait. Si ces militants collaborationnistes ou compromis sont rares, nous devons souligner que 70% furent actifs dans la presse ou des organisations anarchistes de l'entre-deux-guerres: 13 sont des anciens membres de l'UA, 11 sont des anarcho-syndicalistes ou syndicalistes révolutionnaires, dont 6 sont des membres du SUB de Lyon et 3 sont plutôt des journalistes individualistes. Les deux raisons qui les pousseront à ce choix seront d'une part un pacifisme intégral prêt à tous les arrangements et de l'autre un profond anti-communisme. Cette aversion du communisme fut le cas plus particulièrement des militants syndicaux qui évolueront vers le "planisme" et le syndicalisme collaborationniste. Les 30% restants, soit 11 militants, se composent de compagnons de route de l'anarchisme, des militants socialistes ou syndicalistes impliqués dans le pacifisme et parfois l'anticolonialisme et qui se qualifiaient du vocable de "libertaires ou sympathisants libertaires". Ces derniers présentaient souvent une théorie labile qui évoluait en fonction de la logique de la situation, ce qui leur permettra de faire le grand écart. Ils passeront allègrement des idées libertaires à celles du fascisme et du nazisme français et certains feront même sans complexe, après la "libération", le chemin inverse. Même si les pacifistes ont eu historiquement tort dans leur position vis-à-vis de la collaboration avec le "maréchalisme" et le nazisme allemand, tout manichéisme paraît en l'occurrence réducteur et discutable.

Photo: Claire Auzias:
Fichiers joints
auziasjpg-b1b150-20cd2.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 26 Mai 2016 01:14

Nous avons tenté ici de comprendre, ni de condamner ni d'excuser. Le pacifisme intégral a servi de ciment à une nouvelle "union sacrée" qui a été favorisée par une confusion idéologique. Coupé de l'internationalisme en actes et réduit à un désarmement unilatéral, ce pacifisme a perdu toute portée révolutionnaire et a été récupéré par des militants, comme Déat, Belin, Emery, qui se soumettront à l'inacceptable. Confronté à un traumatisme national inégalé, "les pacifistes extrêmes" comme l'écrit Jean-Pierre Biondi, "ont peut-être été, au sens sartrien du terme, des "salauds" !" Pourtant, certains, comme Jean René Saulière dit André Arru, feront le choix inverse, au nom du même idéal.

Photo: André Arru:
Fichiers joints
arru.gif
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 26 Mai 2016 01:37

On connaît la création, le 15 août 1941 des sections spéciales, constituées en dehors des principes juridiques bourgeois -elles pouvaient rejuger des délits commis avant la loi les créant- pour réprimer l'activité communiste. Ce que l'on ignore, cependant, c'est que les anarchistes étaient également visés nommément. L'article premier de la loi n° 3515 déclare:

"Nous, Maréchal de France, chef de l'Etat français ; le Conseil des Ministres entendu ; décrétons:
Article Premier - il est institué auprès de chaque tribunal militaire ou chaque tribunal maritime une ou plusieurs sections spéciales auxquelles sont déférés les auteurs de toutes infractions pénales, qu'elles soient, commises dans une intention d'activité communiste ou anarchiste."

[Pascal Bedos, Les Anarchistes français de 1939 à 1945, p. 11.]

Ce qui confirme qu'il existait bien, une résistance de la part des militants anarchistes. Certains de ces militants se sont engagés plus ou moins activement dans diverses formes de résistances, aussi bien au sein de la "Résistance officielle" que dans le mouvement anarchiste clandestin de résistance.
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede frigouret le Jeu 26 Mai 2016 09:59

C'est fini?
8-)
frigouret
 
Messages: 1739
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 26 Mai 2016 12:23

Bonjour !

Non, on en est à peu près à la moitié.

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede frigouret le Jeu 26 Mai 2016 12:54

Tu préfères que l'on attende la fin pour commenter?
8-)
frigouret
 
Messages: 1739
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Sam 28 Mai 2016 15:14

Bonjour !

Non, pas forcément.

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Dim 29 Mai 2016 19:44

Les anarchistes dans la Résistance française

Comme nous venons de le voir, certains syndicalistes intrigants, certains tenants d'un pacifisme intégral non-violent se sont montrés complaisants ou ont apporté leur appui aux artisans de l'appareil répressif mis en place par Pétain sous la protection de Hitler. Dans de telles conditions, il leur était évidemment plus facile d'être collaborateur ou pacifiste que révolutionnaire, et face à la répression de la police allemande et pétainiste, certains se contentaient d'être attentistes. René Lochu, remarque comment, après l'occupation:

"tout militant ayant exercé une certaine activité à la Maison du Peuple avait tout à craindre. De temps à autre nous apprenions l'arrestation d'un ou plusieurs copains. Lorsque, tôt le matin, j'entendais dans l'escalier des pas inconnus, je pensais: Gestapo !
Mon ami Jules Le Gall habitait à proximité, et sa famille étant également partie en Côtes-du-Nord, nous nous retrouvions fréquemment et passions la soirée ensemble [...] Le 24 juillet, [...] mon jeune patron trouvait la mort dans un bombardement de jour de Brest par les forteresses volantes américaines [...] C'est en venant assister à ses obsèques que j'appris par mon ami Monconduit, que Jules Le Gall venait d'être arrêté par la Gestapo.
Incarcéré à la prison maritime de Pontaniou, il attendait le départ pour son funeste destin: Buchenwald."

[René Lochu, Libertaires, mes compagnons de Brest et d'ailleurs, éd. La Digitale, 1983/2003, op. cit., pp. 110-111.]

Photos: René Lochu ; Jules Le Gall:
Fichiers joints
lochu02.jpg
le-gall-jules.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 9 Juin 2016 02:47

Est-il surprenant que dans ces conditions, beaucoup fassent comme Clotaire Henez:

"Je me tirais de toutes ces années de guerre en offrant aux autorités de tous ordres le profil le plus ténu et je pus ainsi échapper à toutes les circonscriptions qui s'abattirent sur les habitants de l'Hexagone: chantier de jeunesse, STO et rafles inopinées de la Milice."
[Clotaire Henez, Passé simple: itinéraire idéologique, bulletin du CIRA de Marseille, n° 33, 1992, p. 12.]
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede frigouret le Jeu 9 Juin 2016 15:28

Cette histoire de pacifistes qui regeoignent la collaboration me fait penser au cas de Louis Ferdinant Céline.
8-)
frigouret
 
Messages: 1739
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 9 Juin 2016 20:42

Emanant d'un général, l'appel de De Gaulle ne pouvait susciter de véritable enthousiasme chez des anarchistes.
Cependant, il faut reconnaître qu'il servit de déclic à la naissance d'un mouvement de résistance dans lequel les militants libertaires vont s'associer parfois de façon marginale.
A ce sujet, Henri Bouyé écrit en parlant du mouvement de résistance libertaire clandestin:

"Au temps de la domination nazie, des offres pour une collaboration nous ont été faites du côté gaulliste, comme du côté hitlérien. Nous les avons toutes repoussées du pied, le nazisme n'étant qu'un pouvoir allant vers son déclin et le gaullisme une force politique et militaire qui montait, ce qui excluait l'idée même d'un choix. Que les jeunes le sachent bien: en pleine guerre, en pleine occupation militaire hitlérienne, l'anarchisme, sans rien céder de lui-même, a été présent. S'il ne figure pas dans les annales de la Résistance officielle -ce dont il est fier- c'est parce qu'il ne s'est jamais fondu en elle ni confondu avec elle, pas plus qu'avec ceux qui la combattait. Si le silence est fait autour des siens c'est parce qu'ils n'ont jamais, même dans les moments les plus difficiles, pactisé avec le pouvoir d'où qu'il vint. C'est aussi parce que dédaigneux du panache et de la publicité, ils n'ont rien fait pour cela."
[Henri Bouyé, "Petite histoire du mouvement anarchiste en France, 1939-1968", Le Libertaire n° 3, juillet 1968.]
Fichiers joints
ob_d918d0_1418.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 9 Juin 2016 23:10

Cependant, cette présentation doit être modérée et nous verrons que dans certaines circonstances le mouvement libertaire clandestin et la Résistance officielle ne refuseront pas de s'entr'aider. Ainsi, face à la collaboration syndicale, aux mesures anti-juives insidieuses du début, qui aboutirent aux rafles et à la déportation des juifs et des tziganes dans des camps dont on ignorait encore qu'ils étaient d'extermination ; à l'institution de la milice ; à la création de la LVF (Légion des volontaires français contre le bolchevisme) et du Service du travail obligatoire, les militants dont l'anti-fascisme primait avant tout, ne pouvaient que se mobiliser. Bien que la Résistance, ce soit l'anti-fascisme sous la tutelle des communistes ou des gaullistes, certains, en dehors du mouvement libertaire clandestin proprement dit, vont donc rejoindre en fonction des circonstances, soit la Résistance syndicale, les maquis avec parfois les militants espagnols, ou plus rarement des réseaux combattants.
Fichiers joints
ob_bea141_drapeau-noir.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Ven 10 Juin 2016 02:15

Dans la Résistance syndicale

Il faut rappeler que les militants anarcho-syndicalistes ou syndicalistes révolutionnaires restés fidèles à une action au sein de la CGT réunifiée ou de la CGT-SR étaient de par leur position syndicale fortement mobilisés dans la lutte anti-fasciste et favorables à résister pour poursuivre le combat. Dès le 15 novembre 1940, six jours après la dissolution de la CGT, des syndicalistes se sont organisés autour de Jouhaux en Comité d'études économiques et syndicales (CEES): neuf d'entre eux avec trois dirigeants de l'ex-CFTC signeront Le Manifeste des Douze qui condamne les choix faits par Belin. Après son arrestation en 1939 et son emprisonnement à Aiguebelette, Paul Massoubre, libertaire et secrétaire fédéral du syndicat des Métaux CGT pour les départements de l'Ain, l'Ardèche, la Drôme, le Rhône, la Saône-et-Loire, s'engagea très vite à Lyon dans la résistance ouvrière au sein de la CGT clandestine mais sans pour autant rallier le Parti communiste. Avec son camarade Henri Fourcade du syndicat des Métaux, un ex-CGT-SR fondateur du syndicalisme autonome lyonnais, il rejoindra le réseau lyonnais du "Coq enchaîné". Très tôt, dès 1940, une partie des anarcho-syndicalistes de la CGT-SR lyonnaise rentra dans la Résistance et fut active dans les Dombes.
[Paul Massoubre, né en 1900, d'abord anarchiste individualiste, il rejoignit la CGT des années 1920. Ensuite, il contribua avec Henri Fourcade (1889-1974) à faire passer dans l'autonomie l'important Syndicat des Métaux de Lyon, puis à le faire adhérer, en 1926, à la CGT-SR. Au lendemain du Front populaire en 1936, découragé par les faibles résultats de la CGT-SR, il rejoignit la CGT réunifiée. Sans cesser de se réclamer de l'anarchisme, il entra en relation avec des groupes ouvriers révolutionnaires où se côtoyaient libertaires et marxistes de "l'ultra-gauche". Voir Claire Auzias, Mémoires libertaires: Lyon 1919-1939, éd. L'Harmattan, 1993, pp. 122-216.]
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Dim 12 Juin 2016 20:06

/
Fichiers joints
$_35.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Jeu 23 Juin 2016 19:40

La même année, Albert Guigui-Théral, anarchiste et ancien secrétaire de l'UD de la région parisienne, travaillait comme correcteur d'imprimerie à Toulouse. En accord avec Jouhaux en résidence forcée à Cahors, il put grâce à la possession d'un laissez-passer pour le journal Paris-Soir, prendre contact, pour le compte de la CGT "clandestine", avec les autres réseaux de la Résistance. En 1942, à l'époque où Jean Moulin s'efforçait de rapprocher et de coordonner les divers mouvements de la Résistance, Guigui-Théral obtiendra de lui, lors d'une réunion du Bureau confédéral à Lyon pour discuter un essai de grève insurrectionnelle, l'engagement qu'une aide soit accordée au mouvement ouvrier. En effet, cette réunion, et la résolution prise ce jour-là dépassaient de beaucoup la portée d'un incident antérieur au mouvement ouvrier français pendant l'Occupation.
Ce fut un événement décisif. On doit y voir un témoignage du courage des militants qui surent prendre leurs responsabilités.
Lors de la réunion présidée par Jean Moulin, on donna la parole à Albert Guigui-Terral, appelé Varlin dans la clandestinité, qui dit les raisons pour lesquelles le projet de grève générale doit être écarté.

Albert Guigui-Terral a résumé ces raisons dans un mémorandum remis le 22 mars 1943 à Charles de Gaulle par André Philip:

"A moins de livrer délibérément le peuple de France au massacre et ensuite au désespoir, il convient que la grève générale soit synchronisée avec le débarquement des armées alliées sur le sol national. Nous n'avons pas eu recours à la grève générale en octobre 1942. Ce n'est point notre vie qui est trop précieuse à nos yeux, car nous la risquons tous les jours obscurément, mais celle des ouvriers français. Nous ne voulons ni la destruction de la classe ouvrière, ni faire naître chez les survivants la haine des Alliés qui auraient assistés, apparemment indifférents, mais en réalité impuissants, à cette destruction !"
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Sam 25 Juin 2016 17:58

/
Fichiers joints
003979993.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Dim 26 Juin 2016 18:06

/
Fichiers joints
mgl-mjm_redecouvrir_jean_moulin_couv.jpg
Léon_Jouhaux,_signature.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Mer 6 Juil 2016 19:13

Jean Moulin, convaincu par Varlin, savait le péril que peut présenter une discussion soumise aux risques du conflit entre des tempéraments dont fort peu échappent aux passions partisanes. Moulin exprima alors son opinion: "Les raisons exposées par Guigui sont valables et impératives." La cause est entendue. Grâce à l'accord passé entre Moulin et Varlin, les représentants syndicaux s'engagèrent dans les mouvements de la Résistance officielle, et la classe ouvrière française fut sauvée d'un massacre affreux qui aurait fait de nombreuses victimes et affaibli la cause dont ils étaient les défenseurs. Par la suite, en février 1943, Albert Guigui-Terral fut mandaté pour représenter à Londres la CGT "clandestine" où il ira chercher de l'aide, auprès du général de Gaulle, puis à Philadelphie auprès de l'OIT (Organisation internationale du travail) et il s'efforça de régler le problème urgent de l'aide matérielle à apporter aux syndicats de la France occupée. Il obtient la création d'un fond de soutien tripartite sous l'égide d'un représentant du comité national de la France combattante. Ainsi, du 1er mars au 1er juillet 1944, le BCRA transmit, une "enveloppe" franco-anglo-américaine à un représentant désigné par la CGT "clandestine" pour lui permettre de poursuivre ses diverses activités. Il rentrera à Paris avec les armées de libération.
[Albert Guigui-Théral né à Alger en 1903, mort à Thonex (Suisse) en 1982, militant anarchiste et avant tout syndicaliste, adhéra au Syndicat de la métallurgie à Alger en 1918 qui le délégua au XVI° congrès de la CGT à Lille en juillet 1926. Il assista au congrès dit unitaire de 1921 à Paris, puis à la conférence des CSR (Comités syndicalistes révolutionnaires). Fixé à Paris il travailla comme mécanicien à la Société des transports en commun de la région parisienne. Il fréquentait les locaux du Libertaire où il prêtait son concours à la propagande ; en 1928, Lecoin lui confia la "tribune syndicale", mais il milita surtout dans les organisations syndicales.
Après avoir eu l'intention de se rendre en Russie, il retourna à Paris, où il fut embauché chez Renault à Billancourt. Il en sera congédié en mai 1922 pour avoir encouragé l'agitation syndicale. Il regagna Alger dans le but d'organiser un phalanstère mais le projet échoua et il retourna à Paris où il travailla dans divers ateliers métallurgiques comme Gnôme et Rhône, Citroën. En octobre 1918, il quitta la France pour les USA où il travailla pour une compagnie de films couleurs pour laquelle il reviendra encore une fois à Hollywood de 1937 à 1938. En 1931, il revient à Issy-les-Moulineaux travailler dans une société pour équipements électriques tout en continuant de militer à l'Union des mécaniciens de la Seine. En 1932, il changea de profession et devint correcteur et de retour de sa deuxième expérience américaine, il reprend sa place en 1938 dans l'équipe de Paris-Soir.
En 1936, il participa activement à la fusion entre la CGT et la CGT-U et fut chargé de l'aide aux syndicalistes espagnols pendant la guerre civile. Militant syndicaliste, il refusa de devenir fonctionnaire syndical, règle à laquelle il ne dérogera qu'à trois reprises et pour des périodes limitées: en 1934 à la suite de la manifestation des ligues d'extrême droite le 6 février, où il devint permanent de l'UD CGT jusqu'en octobre 1934, en juin 1936, lorsqu'il deviendra permanent à l'UD de la région parisienne et, enfin sous l'Occupation, lorsque tout en travaillant comme correcteur à Paris-Soir, il acceptera, en février 1943, une fonction dans la CGT clandestine pour aller à Londres apporter l'adhésion à De Gaulle en échange d'aides financières et matérielles à la Résistance syndicale. Après la guerre, il revendiquera ses idées libertaires et devint fonctionnaire de l'OIT (Organisation internationale du travail) à Genève. Voir le Maitron, l'Ephéméride anarchiste et Edouard Dolléans, Histoire du Mouvement ouvrier, site webs de la Bibliothèque Paul-Emile-Boulet de l'université de Québec, 2004.]
Fichiers joints
009-767596_7_b7d5_photo-de-la-une-du-journal-paris-soir.jpg
29377141_1-histoire-du-mouvement-ouvrier-edouard-dolleans-1948.jpg
slide_23.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Un regard noir

Messagede Lehning le Sam 16 Juil 2016 17:37

Ancien militant à la CGT-SR, Christian Pineau fut le fondateur du réseau de résistance Libération Nord. En février 1942, il accomplit sa première mission à Londres auprès de De Gaulle et oeuvra pour le rapprochement de la CGT avec le Comité de Londres. A la suite de son deuxième voyage en Angleterre en 1943, il fut arrêté en mai par la Gestapo et conduit au fort de Montluc à Lyon où il passa deux longues années jusqu'à sa libération en 1945. En septembre de la même année, il abandonne ses convictions syndicalistes révolutionnaires et adhère à la SFIO avec laquelle il sera élu député de la Sarthe.
[Christian, Paul, Francis Pineau né le 14 octobre 1904, employé de banque, militant à la CGT-SR, secrétaire adjoint de la Fédération confédérale des employés de banque, membre du Conseil économique de la CGT de 1938 à 1940. Voir fiche de J. Raymond dans le Maitron.]

Photo: Christian Pineau:
Fichiers joints
montluc3_album.jpg
default.jpg
Dernière édition par Lehning le Sam 16 Juil 2016 18:19, édité 1 fois.
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2146
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

PrécédentSuivante

Retourner vers Histoire de l'anarchisme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités