2014, année Bakounine

Partageons le passé pour mieux inventer l'avenir...

Re: 2014, année Bakounine

Messagede vroum le Dim 30 Mar 2014 17:46

michel Bakounine -> la politique de l'Internationale

Nous avons exposé ces principes dans nos derniers numéros.

Au point de vue politique et social, ils ont pour conséquence nécessaire l'abolition des classes, par conséquent celle de la bourgeoisie, qui est la classe dominante aujourd'hui ; l'abolition de tous les Etals territoriaux, celle de toutes les patries politiques, et, sur leurs ruines, l'établissement de la grande fédération internationale de tous les groupes productifs, nationaux et locaux.

Au point de vue philosophique, comme ils ne tendent à rien de moins qu'à la réalisation de l'idéal humain, du bonheur humain, de l'égalité, de la justice cl de la liberté sur la terre, que par là même ils tendent à rendre tout à fait inutiles tous les compléments célestes et toutes les espérances d'un monde meilleur, ils auront pour conséquence également nécessaire l'abolition des cultes et de tous les systèmes religieux.

Annoncez tout d'abord ces deux buts à des ouvriers ignorants, écrasés par le travail de chaque jour, et démoralisés, empoisonnés pour ainsi dire sciemment par les doctrines perverses que les gouvernements, de concert avec toutes les castes privilégiées, prêtres, noblesse, bourgeoisie, leur distribuent à pleines mains, et vous les effraierez ; ils vous repousseront peut-être, sans se douter que toutes ces idées ne sont rien que l'expression la plus fidèle de leurs propres intérêts, que ces buts portent en eux la réalisation de leurs voeux les plus chers ; et qu'au contraire les préjuges religieux et politiques au nom desquels ils les repousseront peut-être, sont la cause directe de la prolongation de leur esclavage et de leur misère.

-> michel Bakounine



=> accastillage :

# moisson

:arrow: http://is.gd/zltFJy
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: 2014, année Bakounine

Messagede vroum le Ven 4 Avr 2014 11:52

michel Bakounine -> considérations philosophiques sur le fantôme divin, le monde réel et l'Homme

Le retour à la philosophie dont témoignent les *Considérations* s’opère donc à partir d’une pratique militante. Il s’agit désormais de savoir quelle conception du monde est impliquée par cette pratique, quel type de philosophie est susceptible d’en articuler les principes et d’accompagner théoriquement un engagement anticapitaliste et antiautoritaire.

-> jean-christophe Angaut



=> accastillage :

# zieuter // cueillir

:arrow: http://is.gd/QPULpW


# moisson

:arrow: http://is.gd/qJmTXH
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: 2014, année Bakounine

Messagede vroum le Dim 6 Avr 2014 23:20

Nadar -> michel Bakounine

Aucun homme, pas même le plus puissant génie, n’a proprement aucun trésor à lui ; mais que tous ceux qu’il distribue avec une large profusion ont été d’abord empruntés par lui à cette même société à laquelle il a l’air de les donner plus tard. On peut même dire que, sous ce rapport, les hommes de génie sont précisément ceux qui prennent davantage à la société, et qui, par conséquent, lui doivent davantage.

-> michel Bakounine



=> accastillage :

# zieuter // cueillir

:arrow: http://is.gd/PEvOkb


# moisson

:arrow: http://is.gd/DVoxtW
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: 2014, année Bakounine

Messagede vroum le Ven 11 Avr 2014 18:37

michel Bakounine -> l'instruction intégrale

Et qu'est-ce qui constitue aujourd'hui principalement toute la puissance des États ?

C'est la science.

Oui, c'est la science ; science de gouvernement, d'administration et science financière ; science de tondre les troupeaux populaires sans trop les faire crier, et quand ils commencent à crier, science de leur imposer le silence, la patience et l'obéissance par une force scientifiquement organisée ; science de tromper et de diviser les masses populaires, afin de les maintenir toujours dans une ignorance salutaire, afin qu'elles ne puissent jamais, en s'entraidant et en réunissant leurs efforts, créer une puissance capable de les renverser ; science militaire avant tout, avec toutes ses armes perfectionnées, et ces formidables instruments de destruction qui « font merveille » ; science du génie enfin, celle qui a créé les bateaux à vapeur, les chemins de fer et les télégraphes ; les chemins de fer qui, utilisés par la stratégie militaire, décuplent la puissance défensive et offensive des États ; et les télégraphes, qui, en transformant chaque gouvernement en un Briarée à cent, à mille bras, lui donnent la possibilité d'être présent, d'agir et de saisir partout, créent les centralisations politiques les plus formidables qui aient jamais existé au monde.

-> michel Bakounine



=> accastillage :

# bouquiner // cueillir

:arrow: http://is.gd/RRJodC


# moisson

:arrow: http://is.gd/k0lkyx
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: 2014, année Bakounine

Messagede vroum le Ven 18 Avr 2014 07:59

2014 année Bakounine - Agenda des évènements

http://i-f-a.org/index.php/fr/2014/475- ... evenements

Le 30 mai 2014 sera fêté le 200e anniversaire de Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine (1814-1876), illustre militant du mouvement de libération révolutionnaire russe et européen, philosophe et un des fondateurs du mouvement anarchiste international.

Bakounine, dès son apparition dans le cercle de philosophes de Stankévitch dans les années 1830 et par la suite dans les rangs du mouvement révolutionnaire européen, a attiré l'attention de ses contemporains. Il a influencé d'une manière décisive l'histoire des mouvements de libération sociale, révolutionnaires et anarchistes russes et européens des XIXe-XXe siècles. Les idées libertaires de Bakounine, qui avait écrit une critique visionnaire du "socialisme d'état" longtemps avant sa mise en place dans l'URSS et dans les pays du Bloc de l'Ouest, ainsi que la critique bakouninienne de la religion, du patriotisme, du libéralisme et des principes du pouvoir et de la hiérarchie sont restées actuelles jusqu'à notre époque.

En Russie, Bakounine a subi, des années durant, la censure et la diffamation, d'abord de la part du tsarisme, puis du pouvoir "communiste". Ses œuvres n'étaient pas publiées dans sa patrie pendant un demi-siècle. Ses actions étaient passées sous silence ou bien représentées de manière caricaturale. Cette tradition existe malheureusement à ce jour. En même temps, le nombre de recherches objectives de la vie de Bakounine en Russie reste insignifiant et les recherches étrangères sont toujours difficiles d'accès ou alors méconnues des chercheurs russes. (Il est vrai que les publications russes à ce sujet sont également méconnues des chercheurs étrangers à cause des obstacles linguistiques et informationnels.) La personnalité passionnante mais contradictoire de Bakounine suscite souvent des critiques hâtives et subjectives, est victime des désinformations et déformations idéologiques dont nous avons hérité d'une tradition libérale, conservative et marxiste.

Dans le village dont est originaire Bakounine, Priamukhino, de la région de Tver', se déroule depuis plus de dix ans (depuis 2001, précisément) la conférence annuelle "Lectures de Priamukhino". Dans ce forum de discussion indépendante et informelle sont traitées des questions liées à la philosophie de l'anarchisme, son actualité et sa pratique, l'histoire de la famille Bakounine et la biographie de son plus célèbre représentant, Mikhaïl. A la fin de chaque conférence, des recueils sont publiés.

Le comité d'organisation des "Lectures de Priamukhino" a présenté l'initiative d'une conférence internationale en l'honneur du bicentenaire du célèbre anarchiste et de ses idées, dans laquelle il est prévu de rassembler des chercheurs et des adeptes de son idéologie. Nous espérons que cette conférence comptera parmi beaucoup d'autres événements consacrés à la mémoire de Mikhaïl Bakounine et nous y invitons les historiens, philosophes, experts et enthousiastes qui s'intéressent à lui et à l'anarchisme, celui d'hier comme celui d'aujourd'hui. Nous espérons aussi que l'organisation d'une conférence à Priamukhino facilitera l'échange d'informations et d'idées entre ceux qui recherchent sur la vie et l'œuvre de ce grand rebelle, ainsi que l'échange entre ses adeptes russes et étrangers, ce qui améliorerait les liens entre eux.

La FA (Fédération anarchiste) et l'IFA (Internationale des Fédérations anarchistes) ont décidé de s'engager dans des actions afin de promouvoir les idées et pratiques anarchistes, à travers la commémoration de sa naissance, notamment en soutenant et nous associant à l'initiative prise par le collectif en Russie.

La Fédération anarchiste a décidé, lors de son dernier congrès, de développer des actions fédérales autour de l'anarchisme en général et de Bakounine en particulier. Bakounine a joué un rôle d'importance dans la structuration et l'affirmation des idées et des pratiques anarchistes face au socialisme autoritaire et au parlementarisme, face à la religion et au l'État, au sein du mouvement ouvrier et du syndicalisme, et enfin au niveau de l'internationalisme révolutionnaire.

Les secrétariats aux Relations Internationales de la FA et de l'IFA feront tous les efforts nécessaires afin de garantir le succès des diverses manifestations internationales et fédérales. Quelques rendez-vous :

9 -11 mai : Salon du livre anarchiste de Paris, aux Blancs Manteaux. salonlivrelibertaire.cybertaria.org/
17 - 18 mai : Salon du livre anarchiste à Berne (Suisse), au centre culturel « Progr », autour du thème « L'Anarchisme – aussi en Suisse ». foire-du-livre.ch.
16 - 18 mai : colloque organisé par le collectif éditeur Bractwo Trojka, à Poznan (Pologne).
24 mai : conférence au Locle (Suisse) avec Marc Vuilleumier (programme à venir)
29 mai : conférence à Neuchâtel (Suisse) avec Marianne Enckell (CIRA Lausanne) et un membre de l'OSL (programme à venir)
29 mai : Table ronde : 200 ans de Bakounine. Histoire et actualité de l'anarchisme révolutionnaire à la Faculté de psychologie de Montevideo (Uruguay). www.portaloaca.com/
31 mai : vernissage de l'exposition faite par le CIRA de Lausanne sur Bakounine à Espace noir, St- Imier (Suisse)
29 - 31 mai : colloque sur l'histoire de l'anarchisme, avec pour thème le 200e anniversaire de Bakounine organisé par l'Institut d'histoire et des relations internationales de l'Université de Szczecin (Pologne). Le colloque se déroulera à Pobierowo, un village situé près de Szczecin.
8 juin : conférence à l'occasion du congrès de la Fédération anarchiste à St-Imier (Suisse)
13 - 15 juin : rencontres unitaires à l'occasion des 150 ans de la Première Internationale, à Nancy (France), organisé par le « collectif 150 ».http://www.150ans-premiere-internationale.org/
27 juin : conférence sur Bakounine et l'Internationale à Dijon (programme à venir)
12 13 juillet : conférence internationale pour le bicentenaire de Michael Bakounine, à Priamukhino (Région de Tver', Russie). http://bakunin2014.wordpress.com
3 - 4 octobre : colloque organisé à Lyon (programme à venir)
10 - 13 novembre : colloque international Bakounine et AIT, organisé par la bibliothèque Terra libre (Sao Paulo) à l'Université de Sao Paulo. http://coloquiobakuninait.wordpress.com/

La Fédération anarchiste ibérique (FAI) fera un numéro spécial de son journal « Tierra y Libertad ».
La Fédération anarchiste de République tchèque (CSAF) publie un dossier dans chaque numéro de son journal « Existence ».
Des anarchistes du Pérou ont lancé un appel à articles et contributions autour de « Bakounine aujourd'hui : perspectives libertaires depuis l'Amérique latine ».
Exposition de mail-art organisée par le Circolo Carlo Vanza, à Locarno (Tessin), bibliothèque et archives du mouvement libertaire, membre de la FICEDL.
Été 2014 : exposition d'art postal à l'occasion des 200 ans de la naissance de Michel Bakounine, sur le thème de : « Et toi c'est quoi ton utopie ? », à la Galerie El taller TREIZE, 13 rue Sainte Croix, 66130 Ille-sur-Têt (France). /tonutopie.blogspot.fr/

Programme téléchargeable au format pdf : http://i-f-a.org/images/Bakounine.pdf
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: 2014, année Bakounine

Messagede vroum le Mer 11 Juin 2014 09:04

Image
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Lehning le Mer 16 Juil 2014 13:56

/
Fichiers joints
690734BAKOUNINE2014600.jpg
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2108
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: 2014, année Bakounine

Messagede vroum le Ven 1 Aoû 2014 10:54

FAITS DIVERS - Mikhail Bakounine aurait participé aux manifestations récentes…

http://www.20minutes.fr/insolite/142310 ... e-suspects

Image

La police brésilienne n’est, semble-t-il, pas très calée en philosophie russe du XIXe siècle. Selon le quotidien Folha de São Paulo, Mikhail Bakounine aurait ainsi été considéré un temps par la police civile de Rio de Janeiro comme un suspect des violences qui ont éclaté lors des manifestations récentes, avant et pendant la Coupe du monde de football.

Les enquêteurs auraient intercepté une conversation téléphonique entre deux manifestants. Un professeur d’une université de Rio aurait alors mentionné le nom de Bakounine, faisant du philosophe et révolutionnaire russe (1814-1876) un suspect aux yeux des policiers. Qui ignoraient donc que ce Bakounine était une figure historique.

Bakounine, star des réseaux

Le Brasil Post rappelle que le Brésil n’en est pas à son premier anachronisme policier. Pendant la dictature militaire, écrit le site, Karl Marx figurait en effet sur la liste noire du Département de l’ordre politique et social, l’un des principaux organes de répression des mouvements identifiés comme subversifs.

L’anecdote, qui s’inscrit dans un contexte social tendu, a en tout cas beaucoup fait rire les réseaux sociaux, en particulier les groupes qui s’opposent au gouvernement.
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Bruletoncontrat le Ven 22 Aoû 2014 18:55

Je me considère anarchiste parce que j'ai lu plusieurs oeuvres de Proudhon mais Proudhon était Français et écrivait en français. Je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il a écrit mais je ne recherche pas une idole ou un clone. Etre favorable à l'anarchie, qu'est-ce que ça signifie ? Si on se base sur des petits dictionnaires, on obtient souvent le mot "désordre" mais ce n'est pas mon opinion. Je crois au contraire que l'anarchie est l'ordre du bas vers le haut et du haut vers le bas mais en commençant par le bas. Je crois que l'anarchie est largement plus démocratique (démocratie directe notamment) que les systèmes politiques en France, aux USA, en Angleterre... puisque, par la logique des contradictions économiques inhérente à la nature (humaine), la connaissance des antagonismes oblige à la réflexion et progressivement à la maturité intellectuelle et politique. Sans elle, il n'est pas possible de participer à "la vie de la cité" sans prendre le risque d'être exploiter. Mais, je ne crois pas qu'on puisse cantonner l'anarchisme à Proudhon même si c'est un personnage important en France, d'un point de vue de l'histoire de l'anarchisme.

Mais pour recentrer sur le sujet, un nom qui revient souvent est celui de Bakounine. Je n'ai pas le privilège de lire le russe et je crois savoir que la majorité des oeuvres de Bakounine ont été écrite en russe. Mais, plus j'étudie, plus je me méfie des langues vivantes et des traductions à cause des interprétations possibles or, que fait un traducteur sinon interpréter une oeuvre qui n'est pas la sienne ? En étudiant le coran, je me suis aperçu à quel point d'une traduction à une autre, la signification pouvait variée radicalement. Et je le rappelle, je ne suis pas russophone.

Mes question sont donc les suivantes : quels oeuvres de Bakounine ont été écrite en français ? Quelles traductions en français des œuvres écrites en russe ou en allemand me conseillez-vous de lire pour connaître le travail de Bakounine et pourquoi ? Enfin, quel lien Proudhon et Bakounine entretenaient-ils (je crois savoir que Bakounine avait traduit une oeuvre de Proudhon en russe et je me demande si elle était fidèle à la pensée de son auteur) ? Que pensez-vous de wikisource ?
http://fr.wikisource.org/wiki/Auteur:Michel_Bakounine
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Protesta le Ven 22 Aoû 2014 19:46

Mais pour recentrer sur le sujet, un nom qui revient souvent est celui de Bakounine. Je n'ai pas le privilège de lire le russe et je crois savoir que la majorité des oeuvres de Bakounine ont été écrite en russe. Mais, plus j'étudie, plus je me méfie des langues vivantes et des traductions à cause des interprétations possibles or, que fait un traducteur sinon interpréter une oeuvre qui n'est pas la sienne ? En étudiant le coran, je me suis aperçu à quel point d'une traduction à une autre, la signification pouvait variée radicalement. Et je le rappelle, je ne suis pas russophone.


L essentiel de l oeuvre de Bakounine depuis des decennies et des decennies et des decennies, ont été traduite plusieurs fois, corrigé, retraduit , etc... Donc n etant pas russophone moi même, je pense que les traductions ne sont pas trop malfaites.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT! Je vais bien... Si,Si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye!"
Protesta
 
Messages: 2049
Inscription: Sam 24 Sep 2011 00:04

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Bruletoncontrat le Ven 22 Aoû 2014 20:14

As-tu fait des comparaisons entre les différentes traductions et lesquels préfères-tu si c'est le cas ? Pour une première lecture d'un livre de Bakounine, quelle traduction conseillerais-tu ?
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Protesta le Sam 23 Aoû 2014 02:21

On s en fout!! Le russe n est pas non plus une langue rare à ce que je sache, et depuis plus de cent ans, les traductions ont eu le temps de s amèlioré.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT! Je vais bien... Si,Si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye!"
Protesta
 
Messages: 2049
Inscription: Sam 24 Sep 2011 00:04

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Bruletoncontrat le Sam 23 Aoû 2014 08:40

Non, on ne s'en fout pas. Tu t'en fous. Dans l'hypothèse où le traducteur serait l'ennemi de la personne traduite, il pourrait mal traduire dans l'intention de nuire à l'auteur. Jésus, s'il a réellement existé, n'était-il pas plus anarchiste que toi et moi ? Connais-tu Saul ou Paul et dans l'affirmative, comment ne pas penser que sa conversion était douteuse ? Les traductions de la bible et du coran sont nombreuses et parfois complètement différentes. Comment peux-tu laisser n'importe qui traduire Bakounine sans prendre la précaution de vérifier s'il ne s'agit pas d'un agent d'un Etat ou d'un sympathisant du capitalisme voulant faire croire que l'anarchie serait le désordre ?
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38

Re: 2014, année Bakounine

Messagede riri le Sam 23 Aoû 2014 13:29

la lecture a ses défauts, le pensez soi même un remède
riri
 
Messages: 53
Inscription: Mer 6 Aoû 2014 16:32

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Protesta le Sam 23 Aoû 2014 15:42

Non, on ne s'en fout pas. Tu t'en fous. Dans l'hypothèse où le traducteur serait l'ennemi de la personne traduite, il pourrait mal traduire dans l'intention de nuire à l'auteur. Jésus, s'il a réellement existé, n'était-il pas plus anarchiste que toi et moi ? Connais-tu Saul ou Paul et dans l'affirmative, comment ne pas penser que sa conversion était douteuse ? Les traductions de la bible et du coran sont nombreuses et parfois complètement différentes. Comment peux-tu laisser n'importe qui traduire Bakounine sans prendre la précaution de vérifier s'il ne s'agit pas d'un agent d'un Etat ou d'un sympathisant du capitalisme voulant faire croire que l'anarchie serait le désordre ?



Moi je crois, qu on peux lire toutes l oeuvre de Proudhon ou de Bakounine, être d accords avec ces écrits ( :) ) Sans être le moins du monde "Anarchiste".
"Salut Carmela, je suis chez FIAT! Je vais bien... Si,Si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye!"
Protesta
 
Messages: 2049
Inscription: Sam 24 Sep 2011 00:04

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Bruletoncontrat le Sam 23 Aoû 2014 16:40

Protesta a écrit:
Non, on ne s'en fout pas. Tu t'en fous. Dans l'hypothèse où le traducteur serait l'ennemi de la personne traduite, il pourrait mal traduire dans l'intention de nuire à l'auteur. Jésus, s'il a réellement existé, n'était-il pas plus anarchiste que toi et moi ? Connais-tu Saul ou Paul et dans l'affirmative, comment ne pas penser que sa conversion était douteuse ? Les traductions de la bible et du coran sont nombreuses et parfois complètement différentes. Comment peux-tu laisser n'importe qui traduire Bakounine sans prendre la précaution de vérifier s'il ne s'agit pas d'un agent d'un Etat ou d'un sympathisant du capitalisme voulant faire croire que l'anarchie serait le désordre ?



Moi je crois, qu on peux lire toutes l oeuvre de Proudhon ou de Bakounine, être d accords avec ces écrits ( :) ) Sans être le moins du monde "Anarchiste".


Je n'ai pas écrit le contraire mais je suis anarchiste. Mais si je veux situer mon opinion au niveau politique, j'ai besoin d'avoir des références. Certains affirment que l'extrême droite cherche ou cherchait à récupérer Proudhon, notamment Charles Maurras avec Le cercle Proudhon. Je fais clairement une distinction entre Proudhon et Charles Maurras, ne serait-ce que sur l'analyse religieuse de l'un et de l'autre. Je ne vois pas bien le rapport entre Maurras et Proudhon. Mais quand je vois des anarchistes qui ne connaissent rien de l'histoire de l'anarchie dénoncer Soral ou Maurras, j'ai plutôt l'impression qu'eux aussi veulent récupérer Proudhon... et ce n'est pas mieux. Ils ne valent pas mieux que ceux qui parlent de Jésus sans avoir lu une seule fois les évangiles ou de Karl Marx sans avoir lu une seule de ses oeuvres. Donc, j'ai besoin de savoir ce que signifie clairement anarchiste pour continuer à me dire anarchiste même si mon analyse de l'autogestion se rapproche de celle de Proudhon.
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Protesta le Sam 23 Aoû 2014 22:43

Mais a quel Proudhon tu te refere??? Je connais peu d Anarchistes qui se referent à la pèriode panslavisme de Bakounine, peu de Marxiste qui se referent au Karl Marx des debuts. Tous ont ècrits des choses interessantes et moins interessantes tout au long de l èvolution de leurs idèes. On peux pas se referer à un thèoriciens dans la totalitè d un seul theoriciens, tous ont ècrits a une periode des conneries.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT! Je vais bien... Si,Si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye!"
Protesta
 
Messages: 2049
Inscription: Sam 24 Sep 2011 00:04

Re: 2014, année Bakounine

Messagede camilleL le Sam 23 Aoû 2014 23:49

Je fais clairement une distinction entre Proudhon et Charles Maurras, ne serait-ce que sur l'analyse religieuse de l'un et de l'autre. Je ne vois pas bien le rapport entre Maurras et Proudhon. Mais quand je vois des anarchistes qui ne connaissent rien de l'histoire de l'anarchie dénoncer Soral ou Maurras, j'ai plutôt l'impression qu'eux aussi veulent récupérer Proudhon...


« Le Cercle Proudhon : une révolution conservatrice à la française ? ». ( Soral & Co )
camilleL
 
Messages: 13
Inscription: Mar 31 Déc 2013 17:38

Re: 2014, année Bakounine

Messagede Lehning le Dim 24 Aoû 2014 01:50

Bonsoir !

Il peut toujours y avoir quelques erreurs et imperfections dans n'importe quelle traduction certes.

Il me semble que les Oeuvres complètes de Michel BAKOUNINE (appelées aussi "Archives Bakounine" et rassemblées notamment par Arthur LEHNING -il a consacré + de 10 ans de sa vie dans les années 60 à cette tâche-) et publiées chez Champ Libre, c'est une référence connue et reconnue.

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2108
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: 2014, année Bakounine

Messagede vroum le Mer 25 Fév 2015 11:11

Penser l’éducation scientifique avec Mikhaïl Bakounine

http://www.monde-libertaire.fr/education/17117-penser-leducation-scientifique-avec-mikhail-bakounine

Image

S’il est intéressant de relire les articles que Bakounine consacre à l’instruction scientifique (en 1869, dans les n° 23 à 31 du journal L’Égalité), c’est que cette question confronte les libertaires à des problèmes fondamentaux. Les savoirs scientifiques, comme le fait remarquer Bakounine, sont des armes et il est donc indispensable que les exploités s’instruisent pour acquérir, comme le formule par la suite Fernand Pelloutier « la science de [leur] malheur ». Mais constater le pouvoir de la science, c’est également s’inquiéter des rapports sociaux inégalitaires qu’elle génère. Il est possible sous un angle libertaire de formuler deux sujets de préoccupation. D’une part, l’inégalité que génère le savoir n’induit-elle pas de manière inéluctable dans le processus éducatif un rapport de pouvoir ? Il s’agit du problème qui est au cœur de l’histoire de l’éducation libertaire. D’autre part, le fait que certains détiennent un savoir et d’autres pas n’implique-t-il pas dans la conduite du mouvement révolutionnaire que celui-ci soit dirigé par ceux qui sont les plus compétents, par une avant-garde éclairée ?
Il s’agit ainsi de proposer une relecture des articles de Bakounine au prisme de deux questions 1. Quelles sont les conséquences sociales de l’inégalité dans la maîtrise des savoirs scientifiques ? Quelles sont les pistes de réponse que propose Bakounine pour concilier progrès scientifique et égalité sociale ?

Les conséquences sociales de l’inégale maîtrise des savoirs scientifiques
L’existence d’une égale maîtrise des compétences intellectuelles conduit à une conséquence sociale importante : la division sociale du travail entre intellectuel et manuel. « Les socialistes bourgeois veulent le maintien des classes, chacune devant représenter, selon eux, une différente fonction sociale, l’une, par exemple, la science et l’autre le travail manuel ; et nous voulons au contraire l’abolition définitive et complète des classes 2. » Souligner que la fonction sociale occupée peut être génératrice par elle-même de classes sociales a des enjeux importants. En effet, c’est un point qui a pu être sous estimé dans la tradition marxiste. Les classes sociales ne sont pas seulement liées à l’existence d’une exploitation économique reposant sur une inégalité de capital économique. Une révolution qui serait confiée à des révolutionnaires professionnels, puis une société socialiste qui n’abolirait pas la division du travail entre intellectuel et manuel, ne parviendrait pas abolir les classes sociales.

L’inégale maîtrise des savoirs scientifiques est utilisée comme justification de l’existence de la représentation politique : « [La bourgeoisie] sait fort bien que la base principale, et on pourrait dire unique, de sa puissance politique actuelle, c’est sa richesse ; mais, ne voulant ni ne pouvant l’avouer, elle cherche à expliquer cette puissance par la supériorité de son intelligence, non naturelle mais scientifique 3. » Ce présupposé de la démocratie représentative a été bien formulé par Montesquieu : « Le peuple, qui a assez de capacité pour se faire rendre compte de la gestion des autres, n’est pas propre à gérer par lui-même 4. » Les citoyens sont assez compétents pour élire, mais pas pour fonctionner en démocratie directe. Mais, ajoute Bakounine, cette inégalité de compétence scientifique est elle-même la conséquence d’inégalité sociale économique dans l’accès à l’instruction.
L’inégale maîtrise des savoirs intellectuels a donc des conséquences non seulement sociales, mais aussi politiques. En effet, les sciences sont utilisées comme un instrument de maîtrise et de contrôle des populations par l’État : « C’est la science ; science de gouvernement, d’administration et science financière ; science de tondre les troupeaux populaires sans trop les faire crier, et quand ils commencent à crier, science de leur imposer le silence 5. » On pourrait trouver un prolongement de la critique qu’effectue ici Bakounine dans les travaux actuels d’inspiration foucaldienne sur la biopolitique comme gestion politique des populations.

La radicale égalité des intelligences : tous capables !
Bakounine s’attaque, dans ses articles, à une critique classique qui consiste à faire de l’inégale maîtrise des savoirs intellectuels, non pas une conséquence sociale, mais à y chercher une origine dans des différences d’aptitudes naturelles entre les individus.

Tout d’abord, même si on admettait l’existence d’inégalités naturelles au vu de la distribution statistique des écarts, mis à part quelques « idiots » ou quelques « génies », les aptitudes naturelles s’équivalent : « Presque dans chaque famille, on reconnaîtra qu’au point de vue des capacités intellectuelles et de l’énergie morale, l’immense majorité des hommes se ressemble beaucoup ou qu’au moins ils se valent, la faiblesse de chacun sous un rapport étant presque toujours compensée par une force équivalente sous un autre rapport 6. »
Néanmoins, même en ce qui concerne ce que l’on qualifie d’idiotie et de génie, il faut se montrer prudent. En effet, une partie de l’idiotie au moins est d’origine sociale : « L’idiotisme est, on le sait, une maladie psychologique et sociale 7. » En ce qui concerne ce que l’on qualifie de génie, là encore Bakounine se montre prudent. En effet, il remarque que le génie précoce est très rare et que, bien au contraire, les réalisations exceptionnelles sont le fait bien souvent de la maturité : « D’ailleurs, de tous les hommes de génie connus, aucun ou presque aucun ne s’est manifesté comme tel dans son enfance, ni dans son adolescence ni même dans sa première jeunesse. Ils ne se sont montrés tels que dans la maturité de leur âge, et plusieurs n’ont été reconnus qu’après leur mort, tandis que beaucoup de grands hommes manqués, qui avaient été proclamés pendant leur jeunesse pour des hommes supérieurs, ont fini leur carrière dans la plus complète nullité 8. »

Bakounine ajoute deux autres arguments sur le sujet. Tout d’abord, il insiste sur le fait que le creusement des aptitudes entre deux individus ou plutôt entre des groupes sociaux est le fait des différences de niveau d’instruction. Les différences dites d’intelligence sont donc avant tout un fait social : « Des progrès modernes de la science et des arts […] plus ils sont immenses, et plus ils deviennent une cause d’esclavage intellectuel, et par conséquent aussi matériel, une cause de misère et d’infériorité pour le peuple ; car ils élargissent toujours davantage l’abîme qui sépare déjà l’intelligence populaire de celle des classes privilégiées 9. » Second argument, même s’il existait des intelligences naturellement géniales, cela ne justifierait pas que leur fusse confié le pouvoir politique. En effet, il existe une intelligence supérieure à toutes les intelligences individuelles géniales, c’est l’intelligence collective : « Car il ne faut jamais oublier le mot profond de Voltaire : "Il y a quelqu’un qui a plus d’esprit que les plus grands génies, c’est tout le monde." 10 » En cela, Bakounine prend le contre-pied de toutes les thèses aristocratiques réactionnaires qui réduisent la démocratie au règne de l’opinion et de l’incompétence. Il n’y a pas d’incompatibilité entre démocratie et compétence politique. Cette dernière ne se situe pas au niveau des individus, mais à celui de leur « raison collective » pour reprendre une expression de Proudhon. Ce point est très important car il est corrélé à la conception de la liberté telle qu’elle est pensée par ces théoriciens libertaires par opposition à la tradition libérale. La liberté de l’individu, entendue comme puissance, est augmentée par ses relations avec autrui : « La liberté d’autrui, loin d’être une limite ou la négation de ma liberté, en est au contraire la condition 11. »

L’émancipation collective : une exigence sans conditions d’instruction
Néanmoins, un double problème vient à se poser. D’une part, en accordant une telle place à l’éducation dans la constitution de l’intelligence individuelle, comment Bakounine peut-il éviter le poids de l’autorité accordée à l’enseignant ? D’autre part, n’est-il pas conduit à faire de l’éducation individuelle et collective un préalable à l’émancipation collective ? En définitif, en reconnaissant la puissance de la science, le risque n’est-il pas d’accorder un pouvoir prépondérant aux savants le temps de parvenir à une instruction intégrale du peuple ?
Malgré l’importance qu’il accorde à l’instruction, Bakounine refuse de faire de l’éducation la condition de possibilité de l’émancipation. Bakounine formule le dilemme que pointe également Marx dans les Thèses sur Feuerbach et auquel se heurte tout projet de transformation sociale éducationniste : « Les instituteurs, les professeurs, les parents sont tous membres de cette société, tous plus ou moins abêtis ou démoralisés par elle. Comment donneraient-ils aux élèves ce qui leur manque à eux-mêmes ? » La transformation sociale ne peut pas trouver sa condition de possibilité dans une prise de conscience produite par l’éducation scientifique parce que celle-ci conduit à accorder un pouvoir aux enseignants alors même que ceux-ci, en tant qu’individus, ont été construits par une société inégalitaire et ne peuvent donc totalement s’abstraire de ce qu’ils ont intériorisé en partie inconsciemment. C’est pourquoi Bakounine proclame : « Qu’il [le peuple] s’émancipe d’abord, et il s’instruira de lui-même 12. » Cependant, il est possible de se demander comment un tel processus est possible. Il appartient aux syndicalistes révolutionnaires tels qu’Émile Pouget d’en avoir formulé les conditions de possibilité : « L’action directe a, par conséquent, une valeur éducative sans pareille : elle apprend à réfléchir, à décider, à agir 13. » L’action directe constitue la condition de possibilité d’un tel processus car elle inverse la relation entre l’intelligence et l’action. La théorie révolutionnaire ne précède pas l’action révolutionnaire. C’est dans et par l’action syndicaliste quotidienne que la classe ouvrière est susceptible de développer sa conscience révolutionnaire.

Cette inversion du primat qu’implique l’action directe par rapport à la compétence scientifique renvoie à un renversement métaphysique et philosophique des rapports entre la pensée et l’action. La tradition biblique proclamait : « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu ». Cette position théologique avait pu trouver un appui philosophique en particulier par exemple dans la tradition platonicienne qui accordait un primat aux idées sur la réalité sensible et matérielle. Proudhon, dans son ouvrage De la justice, effectue un renversement complet à la fois philosophique et social : « L’idée, avec ses catégories, surgit de l’action et doit revenir à l’action, à peine de déchéance pour l’agent. Cela signifie que toute connaissance, dite a priori, y compris la métaphysique, est sortie du travail pour servir d’instrument au travail, contrairement à ce qu’enseignent l’orgueil philosophique et le spiritualisme religieux, accrédités par la politique de tous les siècles 14. » À la base de la culture et des sociétés humaines ne se trouvent pas l’esprit et les œuvres intellectuelles, mais le travail manuel. C’est lui qui a rendu possible l’édification de la culture. Les progrès scientifiques sont donc issus d’un prolongement des besoins pratiques de l’humanité.

L’éducation intégrale au prise avec le principe d’autorité
Il en résulte que le travail occupe une place anthropologique fondamentale à la fois au niveau de l’individu et de l’espèce. Il est ce qui permet le développement de l’intégralité des capacités humaines à la fois physique et intellectuelle : « Mais nous sommes convaincus que dans l’homme vivant et complet, chacune de ces deux activités, musculaire et nerveuse, doit être également développée, et que, loin de se nuire mutuellement, chacune doit appuyer, élargir et renforcer l’autre ; la science du savant deviendra plus féconde, plus utile et plus large quand le savant n’ignorera plus le travail manuel, et le travail de l’ouvrier instruit sera plus intelligent et par conséquent plus productif que celui de l’ouvrier ignorant 15. » Par conséquent, la remise en cause de la division sociale entre travail manuel et intellectuel n’a pas seulement un enjeu quant à l’inégalité sociale, mais également en ce qui concerne le plein épanouissement de l’individu. Il faut que chaque individu puisse développer à la fois ses capacités physiques et intellectuelles. Cela se traduit par la proclamation par Bakounine, à la suite de Fourier et de Proudhon, d’une revendication d’instruction intégrale : « Nous demandons pour lui l’instruction intégrale, toute l’instruction, aussi complète que la comporte la puissance intellectuelle du siècle, afin qu’au-dessus des masses ouvrières il ne puisse se trouver désormais aucune classe qui puisse en savoir davantage. […] L’instruction à tous les degrés doit être égale pour tous, par conséquent elle doit être intégrale, c’est-à-dire qu’elle doit préparer chaque enfant des deux sexes aussi bien à la vie de la pensée qu’à celle du travail, afin que tous puissent également devenir des hommes complets 16. » Il s’en suit par conséquent que l’instruction doit comporter « à côté de l’enseignement scientifique ou théorique, [un] enseignement industriel ou pratique » 17. Les enfants et les adolescents sont conduits à suivre tout au long de leur scolarité à la fois un enseignement manuel et un enseignement intellectuel.

Néanmoins, il est possible, là encore, de se demander si la transmission de ces deux formes de savoir n’implique pas un principe d’autorité. Bakounine ne fournit pas de précisions pédagogiques sur ce point. Il appartient ainsi plus particulièrement au pédagogue anarchiste Sébastien Faure d’avoir creusé le sujet et d’avoir tenté la mise en place de pratiques d’enseignement qui s’inscrivent dans le cadre du renversement ouvert par Proudhon entre l’action et les idées. Pour cela, Faure effectue une critique de l’enseignement magistral issu de l’Église qui accorde le primat au verbe du maître. À cet enseignement dogmatique, Faure oppose une pédagogie reposant sur l’induction et donc la méthode scientifique expérimentale. C’est par sa propre expérimentation active que l’enfant doit apprendre et non de la parole du maître.

La méthode scientifique constitue également pour Bakounine une condition de possibilité d’émancipation contre l’autorité religieuse : « Étrangères à la théologie et à la métaphysique, elles [les sciences naturelles] sont hostiles à toutes les fictions et se fondent exclusivement sur la connaissance exacte et sur l’analyse consciencieuse des faits, et sur le raisonnement pur, c’est-à-dire sur le bon sens de chacun, élargi par l’expérience bien combinée de tout le monde. Autant les sciences idéales sont autoritaires et aristocratiques, autant les sciences naturelles sont démocratiques et largement libérales 18. » Influencé par la philosophie positiviste et postmétaphysique d’Auguste Comte, Bakounine affirme que « l’instruction scientifique […] aura la connaissance de la nature pour base et la sociologie pour couronnement » 19.

Division sociale du travail et division technique
En proclamant l’instruction intégrale et en visant l’abolition de la division sociale de classe entre travailleur manuel et travailleur intellectuel, Bakounine est conduit inévitablement à rencontrer les objections liées à la spécialisation technique dues à la complexité sociale et aux progrès scientifiques et techniques.

Il semble en lisant Bakounine qu’il faille distinguer deux dimensions : en effet l’abolition de la division entre travailleurs manuels et intellectuels ne signifie pas la disparition de la division technique du travail liée à une spécialisation des tâches. Comme on l’a vu, Bakounine fait d’un travail complet la condition de possibilité à la fois de l’épanouissement de l’individu, mais également d’une meilleure compétence manuelle et intellectuelle. Ce point lui permet de répondre à l’objection selon laquelle une instruction intégrale conduirait à nuire à la compétence et à l’excellence dans l’ensemble des domaines.

Néanmoins, l’instruction intégrale ne s’oppose pas à l’existence de choix spécialisés et de carrières professionnelles différenciées. En effet, à côté de l’enseignement général, il existe un enseignement spécial : « La partie spéciale, nécessairement divisée en plusieurs groupes ou facultés, dont chacune embrassera dans toute leur spécialité un certain nombre de sciences qui, par leur nature même, sont particulièrement appelées à se compléter 20. » La partie générale est obligatoire pour tous durant l’enfance, et ce n’est qu’à l’adolescence que les élèves peuvent se spécialiser en fonction de leurs goûts. Cet enseignement spécial est divisé en enseignement scientifique et industriel. Les élèves sont conduits à se spécialiser sur un ou plusieurs domaines d’activité dont ils doivent posséder la maîtrise à la fois manuelle et intellectuelle.

Bakounine est ici plus précis sur le poids de l’enseignant dans l’orientation scolaire de l’élève : « Comme nous détestons et condamnons, de toute la profondeur de notre amour pour la liberté, l’autorité paternelle aussi bien que celle du maître d’école. […] [Si les adolescents] se trompent, l’erreur même qu’ils auront commise leur servira d’enseignement efficace pour l’avenir, et l’instruction générale qu’ils auront reçue servant de lumière, ils pourront facilement revenir dans la voie qui leur est indiquée par leur propre nature 21. » L’orientation ne peut donc être décidée ni par les parents ni par l’enseignant, mais elle est de la responsabilité de l’élève.

Cela dit, nous voilà rassuré grâce à cet amour de la liberté car, dans certains passages de ses articles, Bakounine n’est pas loin de certains accents qui anticipent les excès du maoïsme : « Comment ! Vous voulez astreindre les grandes intelligences à un travail manuel, à l’égard des intelligences les plus inférieures ? – Oui, nous le voulons, et pour deux raisons. La première, c’est que nous sommes convaincus que les grandes intelligences, loin d’y perdre quelque chose, y gagneront au contraire beaucoup en santé de corps et en vigueur d’esprit, et surtout en esprit de solidarité et de justice 22. »

Il est ainsi possible de constater que par bien des aspects les thématiques abordées par Bakounine sur l’éducation gardent une actualité : les rapports entre éducation et inégalité sociale, inné et acquis, éducation et émancipation, enseignement intellectuel et manuel, enseignement général et spécialisation, égalité sociale et épanouissement individuel… sont toujours des problèmes qui sont au cœur des débats contemporains sur l’éducation, la science et la politique.

Irène Peirera


1. Sur Bakounine et l’éducation, il est possible également de lire un article dans le n° 22 du journal La Rue publié en 1976. L’article est disponible en ligne.
2. Bakounine Mikhaïl, « L’instruction intégrale », L’Égalité, n° 28 à 31 (31 juillet-21 août 1869).
3. Bakounine Mikhaïl, « Les endormeurs », L’Égalité, n° 23 à 27 (26 juin-24 juillet 1869).
4. Montesquieu C., De l’esprit des lois, Livre II, Chapitre 2.
5. Bakounine Mikhaïl, « L’instruction intégrale », op. cit.
6. Ibidem.
7. Ibidem.
8. Ibidem.
9. Ibidem.
10. Ibidem.
11. Bakounine Mikhaïl, Dieu et l’État, Paris, Mille et une nuits, 2000.
12. Bakounine Mikhaïl, « L’instruction intégrale », op. cit.
13. Pouget Émile, L’Action directe (1910)
14. Proudhon Pierre-Joseph, De la justice, Étude sur le travail.
15. Bakounine Mikhaïl, « L’instruction intégrale », op. cit.
16. Ibidem.
17. Ibidem.
18. Ibidem.
19. Ibidem.
20. Ibidem.
21. Ibidem.
22. Bakounine Mikhaïl, « Les endormeurs », op. cit.
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

PrécédentSuivante

Retourner vers Histoire de l'anarchisme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités