La genèse de la CGA

Partageons le passé pour mieux inventer l'avenir...

Re: La genèse de la CGA

Messagede Berckman le Sam 6 Sep 2008 13:01

N'oublie pas que je faisais partie de cette commission (même si je reconnais ne pas y avoir été très actif pour diverses raisons...).

Tu dis que "tu faisais partie de cette commission", Alayn, mais tu n'a assisté qu'aux réunions élargies de congrès. Tu n'as répondu à aucun des appels à contribution, tu ne t'es pas inscrit à la liste mail qui permettait un travail commun, alors qu'un appel a été fait dans ce sens. Bref, une attitude "consommatrice", qui n'a pas saisi les outils de communications qui étaient proposés (et sur lesquels les compte-rendu étaient dispo).
Je veux bien qu'il y ai eu des problèmes de communication, mais tu fais comme si ces problèmes provenaient d'une volonté des personnes actives dans la commission.
Alors certes on aurait pu aller chercher un par un les mails des camarades, en relançant tous les mois. C'est ce que font les permanents dans les organisation hiérarchiques. Nous n'étions pas des permanents, mais des militant-e-s, comme toi.
Toi, tu ne pouvais pas envoyer un mail, pour répondre aux sollicitation de la commission ? Relancer les camarades après le congrès, plutôt que d'attendre le suivant ?
Là encore on touche un problème de la forme-consommation militante. Il est évidemment clair que le fonctionnement en commission a tendance à accentuer cette forme délégataire, qui produit un problème à deux temps (déconnexion-impatience des personnes les plus actives du reste de l'orga, consommation-critique d'un nombre important de camarades).
La conclusion que je tire, c'est l'impasse de la forme commission sur ces sujets., qui ne fais qu'accentuer ces problèmes, plutôt que les résoudre.

Le fond du conflit par rapport à tout çà, c'est pas l'histoire de la non-mixité: cette pratique était déjà exercée par la commission précédente et bien plus durement: aucun mec pouvait s'inscrire dans la commission !
Désolé de te contredire, le fond du problème, c'est un texte sur la "non mixité" posant l'autonomie de la lutte des femmes, sans distinction d'origine et de classe sociale, qui a été dénoncé comme interclassiste.

La commission précédente n'était pas homogène, et avait scissionné sur la question de la rupture d'adhésion à la CADAC, et avec le CNDF, et une partie de ses membres faisaient partie de la commission antipatriarcale. Cette commission, contrairement à ce que tu dis, a été elle aussi violemment attaquée en son temps, et plusieurs camarades, dans différentes villes, ont démissionné de l'organisation suite à des attaques personnelles du même tonneau.
C'est d'ailleurs ce qui explique l'intransigeance que nous avions sur la question. Intransigeance que tu appelles sectarisme.
Le principale problème sans doute, c'est la difficulté depuis des années de discuter de ces questions sans subir des attaques. D'où les crispations, d'où l'impatience, impatience renforcée par le manque de solidarité face à des attaques qui se placaient ailleurs que sur le terrain politique, qui étaient personnelles.

Les camarades de la commission précédente -et suivante- qui sont restées à la FA étaient depuis très longtemps membre de l'orga, y ont développé un réseau relationnel important, et de ce fait ont su trouver une légitimité politique. Mais aussi effectivement parce que les sujets abordés (violence, IVG, contraception...) étaient des sujet qui touchaient l'espace social large (les militants pouvaient se considérer "du bon côté" sur ces questions sans trop de problème), et remettaient moins en cause les pratiques des militants, contrairement aux sujets abordés par la com antipat' (jouets sexistes, normes sexuelles hétéropatriarcales, éducation, partage des tâches...), qui touchaient l'ancrage en profondeur du sexisme dans la société (et donc y compris chez les militants anars, du coup qui ne pouvaient plus s'identifier au "bon" côté de la barricade). Cela a été perçu comme une remise en question insoutenable par beaucoup de camarades, qui y ont vu une mise en cause de leurs choix de vie personnels, alors que cela n'a jamais été la volonté de la commission.
Berckman
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede L'autre facteur le Sam 6 Sep 2008 16:45

Pour essayer de conclure (parce que je crois qu'on avance plus vraiment), je vais essayer de "simplifier" et résumer la genèse de la création de la CGA. Ma vision en tout cas.

Années 90 : Le developpement de la FA et l'implication dans les luttes sociales de nombreux groupes repose la question des fonctionnement de la FA (qui est issu d'un compromis historique entre le courant individualiste et les organisationnel anarcho-syndicaliste et communistes libertaires). L'architecture organisationnelle de la FA, avec l'unanimité comme pivot (et ses oeuvres comme liant), freine les volontés de changements et bloque plusieurs tentatives de modification.

1996 -2002 : Après le refus de mettre en place un congrès extraordinaire en 1996, les stratègies de contournement des fonctionnement de la FA et de l'unanimité se développent. Certains de ces contournements produisent des tensions et des crispations qui s'exaserbent dans la période 2000-2002.

2000-2002 : C'est la crise ouverte. Dans cette période la norme devient le non respect des mandats ou des procéssus normaux de décision. Les congrès sont des guerres de tranchés. Les conflits sépare l'organisation en plusieurs camps. Contournement et blocage dans les congrès s'opposent jusqu'à la marginisation de l'union régionale sud-ouest à l'automne 2001. Le congrès de 2002 officialise la rupture sur fond de discussions animées sur l'appel au vote Chirac d'un groupe de la FA.

2002 : Des groupes (Toulouse, Perpignan, Montpellier) quittent la FA entre juin et setembre 2002. D'autres hésitent sur la marche à suivre (Bordeaux, Lille, Nantes...). Ils restent à la FA.

Les groupes de l'union régionale sud-ouest et le groupe de Montpellier crée la CGA et se dote de statut en novembre 2002. l'unanimité y est abandonnée au profit d'un vote majoritaire au 3/4. La CGA regroupe des groupes et liaisons (qui aspire à developper un groupe) sur des bases géographique. Il n'y a plus le statut de l'adhésion individuelle (qui n'aspire pas à se regrouper). Les votes sont par mandat avec un système de pondération numérique et géographique. Les congrès ont lieu tout les deux ans. Entre les congrès, il y a des réunions de coordination qui regroupent les groupes et liaison de la CGA et qui sont décisionnaire. Les coûts financiers de ces déplacements à ces réunions sont pris en charge fédéralement. Voir les "Principes et fonctionnements" de la CGA sur son site pour tout les détails. En janvier 2003 est adopté une annexe à ces principes, sur le communisme libertaire.

2004 : Départ de la FA de plusieurs groupes suite au conflits sur le feminisme et la commission anarcha-féministe. La question des fonctionnements de la FA est toujours présente. Bordeaux, Lille, Nantes qui hésitaient sur la marche à suivre en 2002, mais étaient restés, quittent à leur tour la FA. Lyon quittent aussi la FA.

Voila pour la genèse, la suite c'est la construction d'une autre orga, mais c'est pas le sujet.
L'autre facteur
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede happilhaouer le Sam 6 Sep 2008 17:41

Qu'est devenu le groupe nantais?
Avatar de l’utilisateur
happilhaouer
 
Messages: 254
Inscription: Dim 15 Juin 2008 15:19
Localisation: Treger - Trégor

Re: La genèse de la CGA

Messagede Roro le Sam 6 Sep 2008 21:36

En ce qui concerne Bordeaux, comme je l'ai dit, il y a effectivement eut des départs de la FA, mais il reste un groupe de la FA, le cercle Jean Barrué sur Bordeaux. Petite précision donc :).
Roro
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede L'autre facteur le Sam 6 Sep 2008 23:41

Le groupe de Nantes n'existe plus. Certaines personnes ont déménagé, il me semble qu'une autre est allée militer à No-Pas, je supose que d'autres ont été un peu découragé. D'ailleurs à Bordeaux il y a eu aussi un trou militant pour les ex-FA du groupe Emma Goldman, avant la création du GAB.
L'autre facteur
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede Alayn le Dim 7 Sep 2008 01:30

Bonsoir ! Oui, bon, on va pas pas polémiquer 107 ans Berckman puisque tu restes dans l'attitude du petit ayattolah que tu voulais être à la FA. C'est pas la peine. Sectaire, arc-bouté sur ton ultra-féminisme douteux, etc...

Tu me traites de consommateur: arf ! No comment ! Hors de ta ligne, point de salut ! Non, à l'époque, je n'avais pas Internet et quand bien même... Ton bla- bla, ta vision en fait comme quoi les militants(tes) de la FA dans leur grosse majorité étaient resté(e)s et sont de gros sexistes, hein ? ne collant pas avec ta vision perso... Tu te fous de la gueule du monde ? Pas nouveau...

C'est toi le grand anti-sexiste, prêchant la vérité aux n'enfants... C'est à gerber ! On est plusieurs crois-moi à vouloir te choper par la barbichette !

Pour exemple, Mumu (de Nantes à la base), qui était bien avant toi à la FA, de plus dans la commission précédente, qui ensuite fut à Bordeaux (peut-être que toi Roro, tu l'as connais-et puis il reste le cercle Jean Barrué que je connais bien-passes leur le bonjour au passage !), qui était une de mes copines (Qierrot l'a connu aussi) et qui faisait partie aussi ensuite de "ta" commission antipat Berckman (parce que tu te prenais véritablement pour le grand guru !), a certainement une autre vision de tout ce que tu nous déblatères ! Mais passons ! Perso, j'en ais rien à braire ! Et ton dernier coup d'éclat sur St Denis où tu ne représentes rien à part toi-même...On en rigoles encore ! arf !

Ce qui est clair, Berckman, c'est qu'au niveau de la FA, ben, tu t'es fait une réputation que j'aimerais...pas être à ta place ! A bon entendeur...

A Happilahouer: le groupe nantais FA est mort: il reste actuellement un individuel...

D'accord avec l'analyse de "l'autre facteur": on en est là pour le moment....

Salutations Anarchistes !
"La liberté des autres étend la mienne à l'infini"
Michel BAKOUNINE
Avatar de l’utilisateur
Alayn
 
Messages: 4551
Inscription: Mer 23 Juil 2008 17:54
Localisation: CREUSE

Re: La genèse de la CGA

Messagede Berckman le Dim 7 Sep 2008 03:11

Tu as raison, Alayn, restons en là.
Vu le ton insultant, menaçant et calomniateur de tes messages, je crois que nous n'avons pas grand chose à nous dire, ni la même conception de l'éthique.
Si cela te permet de te défouler à bon compte, fais toi plaisir. C'est bien, tu te sens mieux ?
Je n'ai jamais dis que les militants de la FA étaient "de gros sexistes". J'ai juste affirmé qu'il était impossible de discuter sereinement d'un certain nombre de questions, à la FA, sans subir des insultes et des attaques personnelles de la part de certaines personnes.(Ton dernier message illustre d'ailleurs mon propos, pas plus qu'il ne t'honore. )
J'espère que ce n'est plus le cas, et je lis toujours avec intérêts les articles de l'actuelle commission anarcha-féministe, dans le ML.

Je n'ai jamais considéré qu'on devait nécessairement partager mon point de vue. Juste qu'on évite et de le caricaturer, et le registre des insultes comme réponse à des arguments politiques.
Ma réputation à la FA, j'en ai pas grand chose à carrer.
Il y a à la FA des camarades que je respectes, et dont je respectes le choix organisationnel. Je sais faire la différence entre les individus et l'orga.
Je sais aussi faire la différence entre les camarades qui sont respectueux des personnes dans le débat, et ceux qui pratiquent le lynchage.
Je n'ai jamais eu la prétention de "représenter" quiconque, pas plus à Saint Denis qu'ailleurs. Je te laisse ce genre de considérations.
Pitoyable...

P.S. Mumu, de Bordeaux, a bien entendu sa propre vision des choses (chacun-e a vécu ce conflit à sa façon). Mais je doute qu'elle partages la tienne. En tout cas, ce n'était pas le cas la dernière fois que nous en avons discuté.

Par ailleurs, je te laisse ta présentation des choses qui fait de moi un gourou : une telle vision politique, qui fait disparaitre d'un coup de baguette magique les copines anarcha-féministe, dont Mumu, (comme si elles étaient des "suiveuses"), leur positionnement, leur activité dans la commission, leur contribution politique et pratique, qui était moteur (il n'est qu'à voir la production d'articles), montre la manière bien particulière que tu as de considérer leur participation.
C'est tellement plus simple comme vision des choses. Allez, j'endosserai bien avec plaisir le costume du vilain grand méchant loup que tu me taille, si cela n'avait pour effet de nier cette réalité : j'ai appris de ces camarades, je leur en suis redevable, et s'il est question de "leçon", j'en ai certainement plus pris et eu à prendre de ces camarades, sur cette question, parce qu'elles étaient justement des militantes déterminées, investies, et pas des "suiveuses" comme tu les présentes. Et que, étant un mec, éduqué comme tel, dans une société qui organise la domination masculine, je ne me place pas en dehors de la réalité sociale. Je pense avoir juste essayé, pas toujours au mieux d'ailleurs, d'être solidaire avec ces camarades. Cela ne fait ni de moi un "super anti-sexiste", ni quelqu'un qui s'est extrait des influences sociales, et qui pourrait se prévaloir, plus que d'autres, avoir un comportement exemplaire.
Berckman
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede Alayn le Dim 7 Sep 2008 04:42

Mais oui, t'es une pauvre victime et t'es blanc comme neige et t'es parfait...piou...piou...

Mumu, j'la connais depuis bien plus longtemps que toi ! Mais passons...Une bise de ma part si tu la croises, hein ? Ne le vois pas comme un truc sexiste...parce que vu ta vision des choses...

On est pas là pour se tailler des shorts (d'autres s'en chargeront plus vite qu'on ne le pense) mais entre parenthèses, j'suis assez fier d'avoir osé et d'avoir eu le courage (car là, on a un client !) de t'avoir dit tes 4 vérités ! Ca me démangeait depuis longtemps. Car mine de rien, t'as fait vachement de mal à la FA et çà, on n'est pas près de te le pardonner. (comprennes qui voudra et pourra...)

La parenthèse est close !

T'as pas répondu à la question: est-ce que tu tiens toujours le même discours à la CGA que tu pratiquais à la FA, à savoir ton anti-sexisme douteux et orienté ? Y'a t-il une commission anti-pat à la CGA, sous tes bons auspices, dirigé d'une main de fer... ???

Ici sera ma dernière intervention car on s'éloigne du topic initial, j'en ais conscience. Quitte à laisser le dernier mot à Berckman...(ce grand chantre de l'anti-patriarcat incommensurable, notre maître à toutes et à tous...arf !)

Salutations Anarchistes !
"La liberté des autres étend la mienne à l'infini"
Michel BAKOUNINE
Avatar de l’utilisateur
Alayn
 
Messages: 4551
Inscription: Mer 23 Juil 2008 17:54
Localisation: CREUSE

Re: La genèse de la CGA

Messagede Roro le Dim 7 Sep 2008 04:46

On est passé de "la genèse de la CGA" à "Ok Corral chez les anars". Ça à l'air marrant. Qui veut des pop-corn ?

Plus sérieusement, ce serait pas mal que ce topic ne dégénère pas en querelle personnelle ou en dispute entre orgas.
Roro
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede D2N le Dim 7 Sep 2008 11:52

Merci Roro, d'apaiser un peu les choses.

Je vais juste suggérer deux trois choses sur la FA et la présentation parfois assez désagréable qui en est faite ici. Même si cette présentation est du même tonneau que celle que Alayn met en avant des autres orgas.

Primo, non la FA n'est pas qu'un repaire dindividualistes ou "anarchist life style"; c'est un procès d'intention. Il y a une composition hétérogène, d'un point de vue militant, sociologique, sexuel... C'est une chose qu'une orga libertaire qui prétend changer le monde soit pluraliste dans sa composition, c'est autre chose que d'évoquer les défaillances de ses modes de fonctionnement.

Deuxio, réduire la FA a une pépinière de nostalgiques de la Commune de Paris est faux. Que la sensibilité "culturelle" type Foire du Livre soit forte, est vrai. Mais si elle s'exprime fortement en paraissant majoritaire à la FA c'est parce que les autres sensibilités ne s'expriment pas ou moins, ou pas avec les mêmes visibilités.

Tertio, renvoyer la FA a une orga figée dans le temps et l'espace et ses adhérent-es à des gardien-nes de musée est une vision déjà ancienne et colportée depuis longtemps, dans les années 70. C'est aussi vrai que prétendre qu'AL c'est tous des marxos-libertaires ou la CGA tous des affreux jojos qui veulent tuer la matrice FA. C'est une affirmation totalisante, qui arrange bien les camaros d'AL et de la CGA, au moins ici.

Nous pensons ce que nous voulons des autres, ce n'est pas le problème.
Le problème, c'est qu'il faut aussi accepter de faire avec les autres.
Que la CNT-AIT, la CNT tout court, l'AL, la CGA, la FA, No pas, et tous les autres... soient différents, regroupent des gens différents, avec des modalités internes différentes et des thèmes ou des formes d'intervention différentes, relèvent de l'évidence. Sinon, elles ne seraient pas là. Comme le rêve de l'Organisation parfaite, ou de celle qui regrouperait tous les anars, tient du délire orwellien !
Et c'est la recherche de ce délire là qui tient loin de nous tous nos camarades non organisés dans cette mosaïque d'orgas. Car quand on recherche l'idéal organisationnel et qu'on lit ici tout ce qu'on y lit, on leur sert sur un plateau d'argent les raisons mêmes de leur désespoir.
Nos capacités à être critiques sur nos propres constructions devraient découler de la rationnalité dont nous nous prévalons pourtant !
Ce qui ne veut pas dire que nous devons en accepter éternellement les défauts.
Je milite dans un groupe fédéré à la FA.
Dans notre groupe cohabitent des adhérents fédérés et d'autres pas. Notre groupe pratique l'autonomie et la liberté dans le pacte fédératif qui nous est fourni par la FA et ses principes de base. Autrement dit, nous n'appliquons pas toutes les décisions de congrès, nous ne participons pas à toutes les campagnes fédérales mises en oeuvre, nous ne justifions pas tout tout le temps...
Voilà, juste repréciser un peu les choses. La vision de certain ici relève bien de la guerre de tranchées. C'est stupide alors que l'essentiel est ailleurs, à l'évidence.
Sur les questions anti-papales (la FA et l'AL qui mobilisent chacune bêtement de leur coté), que L'autre facteur (CGA), se la joue donneuse de leçon est un peu fort ! Je ne voudrais pas être désagréable, mais je me souviens d'un groupe de la CGA de ma région, intervenant dans une ville voisine , dans un rassemblement contre un centre de rétention. Dans cette ville il y a des sections de CNT, No pas et FA. La CGA est intervenue avec un tract, sans contacter les anars de cette ville, alors qu'elle les connait pourtant. Unité d'action ? Il y avait donc la CGA et son tract d'un coté, et la banderole unitaire des libertaires de la ville en question. A quoi çà rime ce double langage ?
Alors oui, il y a des logiques d'appareils dont certains-es d'entre nous à la FA, à l'AL, la CGA, etc... ne sont pas exempts. Mais de grâce, arrêtez de tirer sur nos ambulances respectives !
La faiblesse de nos orgas respectives devrait nous questionner aussi sur ce qui nous entoure, pas seulement sur ce qui nous enserre en nous rassurant.

D2N
D2N
 
Messages: 17
Inscription: Dim 27 Juil 2008 08:54

Re: La genèse de la CGA

Messagede Olé le Dim 7 Sep 2008 12:43

Euh j'ai pas tout suivis mais là ça devient des accusations et attaques ad-hominem, on est plus dans un débat sain. Je vois pas l'intérêt de continuer vos guèguères, en plus ça fait vraiment "lutte de partis" pour des personnes extérieures au conflit passant ici...et pour le coup ça différencie pas trop du reste, des orgas non anar... :roll:
Olé
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede Berckman le Dim 7 Sep 2008 13:14

Salut D2N

Sur les points que tu soulève à la FA :
Les désaccord (et la discussion) ne portaient pas sur la composition de la FA mais sa structure organisationnelle au niveau fédéral.
Car sur la composition, bien entendu que la FA a une composition hétérogène. Il y a de nombreux groupes investis dans les luttes sociales, cela ne fait aucun doute. Et pour ce qui est de moi, je ne pense pas que la FA est un "rassemblement de nostalgique de la commune de Paris". Sur ce point, il n'y a pas réduction.

Par contre, et c'est là où nous sommes en désaccord, c'est que je pense que si toutes les sentisibilités ont leur place, la volonté de les faire coexister dans la même orga ne peut produire, à l'échelle fédérale, que des activités sur le minimum commun (antireligieux, positionnement idéologiques globaux...). D'où l'émergence de frustration dès lors qu'il s'agit de dépasser ce minimum commun, et par exemple d'élaborer une stratégie fédérale. D'où des préoccupations très différentes selon les groupes et les individus, parfois conciliable, mais aussi parfois inconciliables (par exemple la coexistence d'antisyndicaliste et de syndicalistes dans la même orga rend difficile l'élaboration commune).
Les autres désaccords portent sur la structure, qui favorise pour moi les positions figées (par "camps") du fait de l'unanimité, et donc rend très difficile la résolution des conflits, si ce n'est pas le départ de l'une des parties...
Fraternellement
Berckman
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede gyhelle le Dim 7 Sep 2008 14:32

Pareil que Roro et Léo, jusqu'à maintenant le fil était instructif maintenant il vire à OK corral. Peut être faudrait il le verrouiller de quelques jours le temps que ça se calme.
gyhelle
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede L'autre facteur le Dim 7 Sep 2008 14:40

Oui, effectivement ça dégénere dans les échanges. Je pense que c'est malheusement assez normal. Ce que je veux dire par là, c'est qu'on peut bien immaginer que quand des gens (et des groupes) qui militent longtemps dans une orga, en parte ; c'est qu'il y a eu des conflits, du ressentiment etc... Perpignan est rester 18 dans la FA, Montpellier 12 ans, les autres aussi.
Alors la boite de pandore fini par s'ouvrir, parce qu'il y a eu du vécu traumatique de chaque coté . C'est regrettable, mais humain (on est tous concerné par ça). Et effectivement l'essentiel, n'est pas là.

Pour répondre à D2N, j'ai relu tout ce que j'ai écris sur ce sujet, et les critiques que tu en fais ne me paraissent pas justifier. Je n'ai pas écris que la FA était un repaire d'individualiste, ni quelle était un repère de nostalgiques de la commune qui gardaient un musée. J'ai parlé d'une organisation construite sur un compromis entre tendance, des outils organisationnels qui avaient été mis en place dans le cadre de ce compromis et de la culture militante qui en est issue selon moi. Et j'expose mon regard critique dessus par ce que c'est lié à la "genèse de la CGA".
J'ai mis en lumière des blocages au niveau fédéral, et le sens que j'y donne. J'en carricature peut-être un peu l'aspect bloquant, en focalisant dessus et en parlant de sclérose trop souvent(ok), mais c'est quand même quelque chose qui existe, et qui a fait partie des débats internes qui ont ammené à la crise.
Que je puisse me tromper, c'est évidemment possible, je ne prétant pas à l'infaibilité. Que ça soit désagréable, je l'entend, mais je ne crois pas faire dans l'acharnement, mais dans les explications de pourquoi il y a eu départ de la FA et création de la CGA, sujet lancé par Alayn.
J'aurait pu expliquer que c'est parce qu'on a rien compris et qu'on est un peu con, mais étonament ça me va pas trop comme explication :) .

D2N a écrit:Sur les questions anti-papales (la FA et l'AL qui mobilisent chacune bêtement de leur coté), que L'autre facteur (CGA), se la joue donneuse de leçon est un peu fort ! Je ne voudrais pas être désagréable, mais je me souviens d'un groupe de la CGA de ma région, intervenant dans une ville voisine , dans un rassemblement contre un centre de rétention. Dans cette ville il y a des sections de CNT, No pas et FA. La CGA est intervenue avec un tract, sans contacter les anars de cette ville, alors qu'elle les connait pourtant. Unité d'action ? Il y avait donc la CGA et son tract d'un coté, et la banderole unitaire des libertaires de la ville en question. A quoi çà rime ce double langage ?

Sur le pape, c'est ce que j'ai écris dans le sujet sur l'unité. J'aurais effectivement mieux fait de m'abstenir, ça faisait un peu coup de pied de l'ane. Mais, je trouve un peu rageant, qu'on ai pas consolidé au niveau national la dynamique de rencontre entre organisations pour des actions communes et concertées, qui a mon sens pouvaient être profitable à tout le monde, parce que ça visibilise le mouvement sans nier les spéficités de chacun.
Sur l'histoire du rassemblement dont tu parles, on a pas pensé les choses comme ça. Il s'agissait de l'ouverture d'un nouveau centre de rétention dans la région. Il y a une activité forte au niveau sans-papiers dans notre ville et on y est très actif. Pas mal de personnes de notre ville devaient faire le déplacement (Cimade, Resf, coord sans-pap). Ca nous parraissait pertinent de renforcer le rassemblement et de faire un tract par rapport à la dynamique sur laquelle on est sur notre ville. Mais on était pas sur l'idée de faire un truc en opposition, loin de là. Et s'il y avait eu défilé, ont se serait mis derrière la banderolle unitaire dont tu parles. C'est vrai qu'on aurait pu vous contacter, on s'est un peu loupé sur ce coup, mais ça c'est fait un peu à l'arrach. En tout cas, je vois que ça été mal perçu par les camarades de la FA. C'est dommage. Ca me fait dire qu'il faudrait qu'on cause plus souvent, vu que cette histoire remonte à un peu plus d'un an et que je découvre "les dégâts" aujourd'hui.
En tout cas, n'y vois pas de double langage sur l'unité de notre part. Que chacun cherche à faire un boulot militant et à se développer est logique, mais on pense que les anarchistes ont tout à gagner et tous à gagner à developper du travail commun à chaque fois que c'est possible. D'ailleurs on a assez souvent fait des propositions de travail dans ce sens.
L'autre facteur
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede Alayn le Dim 7 Sep 2008 15:31

Bonjour ! J'ai quand même l'impression, alors que ce fil était consacré au pourquoi du comment la CGA est née, qu'on a plus d'explications et de critiques de la FA qu'autre chose.

Ce qui est compréhensible aussi puisque la CGA est issue d'une scission de la FA. Mais à la base de ce topic, je pensais pas que çà tournerait à un tel degré de dénigrement de la FA.

Perso, je défie quiconque de trouver dans mes propos une attaque ou une critique quelconque de la CGA, hormis effectivement quelques remarques sur l'attitude quand ils étaient à la FA des 2 groupes fondateurs de la CGA + sur celle de Berckman quand il était également à la FA et plus spécifiquement dans cette fameuse commission anti-pat.

Ici, si l'on relit bien tout le fil, les critiques contre la FA les plus dures, à mon avis, proviennent de Qierrot.

Salutations Anarchistes !
"La liberté des autres étend la mienne à l'infini"
Michel BAKOUNINE
Avatar de l’utilisateur
Alayn
 
Messages: 4551
Inscription: Mer 23 Juil 2008 17:54
Localisation: CREUSE

Re: La genèse de la CGA

Messagede qierrot le Dim 7 Sep 2008 20:48

Euh, j'ai une tête de lampiste ?... :lol:
Et dénigrement à ce point là, tu y vas un peu fort.
Et ce que j'ai dit, c'est exactement ce que j'en pensais à cette époque, et n'a rien a voir avec mon appartenance à une autre orga aujourd'hui, et il faut que celà soit clair.
Parce que j'ai peut-être une manière de dire (et j'ai refusé que çà devienne "article" pour le "journal" aussi par rapport au contenu), mais je me lève pas le matin en me disant "qu'est-ce que je vais bien pouvoir inventer aujourd'hui contre la FA". Comme le dit L'autre Facteur, quand t'as passé des années à essayer, à te faire chier, à prendre des coups (et en donner bien sûr) a te sentir dans l'impuissance...quand tu peux enfin te lacher un peu, c'est un peu introspectif de toute manière...et sérieusement c'était plutôt cool par rapport a ce qui peut se dire...et cette manière de dire ou de se dire, franchement les choses, c'est aussi important entre nous, si l'on veut avancer ensemble...parce que la réalité des orgas, c'est aussi çà...Les orgas c'est indispensable, et je le redis pour les non organisés, mais c'est pas non plus la peine de faire croire que c'est l'île aux enfants, c'est aussi comme dans le monde réel, avec les problématiques de fonctionnement, les désaccords, et les questions de prises de décision, les conflictualités qu'il faut gérer...
Après, une fois dit, j'étais plus là ..., j'ai continué à suivre de manière très interessée, et j'ai trouvé que malgré quelquefois une certaine langue de bois, il n'y avait pas de "débordement", jusqu'à ce que...alors assumes...!, et vient pas chercher un spectateur, parce que pour la bagarre je peux vraiment !... :wink:
Et, c'est pas Qierrot mais "qierrot" de pierrot, ou de Pïérô (mais çà marchait pas pour remplir la case...) boudiou de boudiou.
Sinon, et pendant que j'y suis, D2N, et les autres, je connais encore des camarades dont je me sent politiquement proche à la FA, et me retrouve plutôt dans ce que tu dis, jusqu'à présent globalement sur ce forum...et suis évidemment content de pouvoir échanger avec un camarade de la FA (et je pourrait dire la même chose pour quelqu'un d'une autre orga, qu'il n'y ait pas de lézard !), qui n'a pas des réflexes sectoïdes, ne pratique plutôt pas la langue de bois, et donc, et malgré que l'on ne soit pas dans la même orga maintenant, me sent assez proche (la patience pour les caricatures ambulantes en moins... :mrgreen: ).
qierrot
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede Alayn le Lun 8 Sep 2008 03:40

Bonsoir ! Ouais...bon, bref...

Salutations Anarchistes !
"La liberté des autres étend la mienne à l'infini"
Michel BAKOUNINE
Avatar de l’utilisateur
Alayn
 
Messages: 4551
Inscription: Mer 23 Juil 2008 17:54
Localisation: CREUSE

Re: La genèse de la CGA

Messagede Berckman le Lun 8 Sep 2008 17:15

J'adore comme des insultes (ayatollah, gourou, etc...) deviennent des remarques... J'adore aussi comment des explications nuancées (et d'ordre politique et non fondée sur des attaques individuelles) sur les raisons qui ont poussé un nombre non négligeable de groupe à quitter la FA sont présentées comme du "dénigrement". Ces explications sont d'ailleurs largement caricaturées pour l'occasion.

Bon, je crois que à ce point, la seule "explication" que certaines personnes seraient capables d'entendre est : "nous faisons partie d'un complot multiforme pour détruire la FA, et si nous y avons milité pendant des années, ce n'est que parce que nous voulions d'abord avoir la légitimité pour foutre la merde, et puis nous avons essayé de prendre le pouvoir, manque de bol, grace à la résistance héroique de quelques groupes, utilisant des moyens en totale conformité avec les idées et les pratiques libertaires, avec les principes de base et les mandats de congrès, nous avons échoué dans notre aspiration. Bon, comme plutôt que de s'emmerder à faire carrière au PS ou à la LCR, où il y a quand même plus de concurrence pour occuper le poste de grand leader gourou maximo, du coup on en a été réduit à construire une orga dont le seul but est d'assumer une vile vengeance contre la FA et un travail de dénigrement, que nous poursuivons de manière systématique dans notre presse. D'ailleurs, quand nous proposons à la FA des campagnes communes, ce n'est que pour ensuite mieux lui casser du sucre dans le dos, bande d'aigri que nous sommes."

Je sais pas pourquoi, mais je me retrouve pas vraiment dans cette explication. Y a comme quelques contradictions de base....

Je vois aussi que l'application de la charte sur la question des insultes est à géométrie variable.
Berckman
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede Olé le Lun 8 Sep 2008 19:49

Berckman a écrit:
Je vois aussi que l'application de la charte sur la question des insultes est à géométrie variable.


Décidément ça revient fréquemment chez toi cette façon de critiquer la gestion du forum... propose toi en admin, je suis sur que ça ira bien mieux.
Olé
 

Re: La genèse de la CGA

Messagede Alayn le Mar 9 Sep 2008 01:23

Bonsoir ! Oui, il a raison Léo, demandes à être administrateur Berckman et je suis certain que tu t'empresseras à demander mon exclusion !

Qu'est-ce qui est caricaturé ? Une partie de tes propos certainement, ironique... Personne sur ce fil n'a critiqué la CGA en tant que telle, alors pourquoi dis-tu "on en a été réduit à construire une orga dont le seul but est de...etc...". C'est de l'humour, j'ose espérer ?

"Y'a quelques contradictions de base": c'est bien beau de l'affirmer...mais tu n'expliques rien...

Tiens celle-là, tu pourras aussi la classer dans les insultes personnelles: oui, Berckman, t'es arrivé à la FA avec une arrogance qu'on n'est pas près d'oublier. Et quand t'es parti, c'était curieusement vachement plus serein. Bizarre, non ?

Vas-y, tu peux demander mon exclusion pour cette REMARQUE.
"La liberté des autres étend la mienne à l'infini"
Michel BAKOUNINE
Avatar de l’utilisateur
Alayn
 
Messages: 4551
Inscription: Mer 23 Juil 2008 17:54
Localisation: CREUSE

PrécédentSuivante

Retourner vers Histoire de l'anarchisme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités