Le Monde libertaire Hors-Série

Journaux, fanzines, périodiques d'expression anarchiste

Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Lun 17 Déc 2012 18:22

Après le premier numéro de la nouvelle formule du Monde libertaire hors-série, le ML HS # 46 de novembre-décembre 2012 :

Image

voici en exclu la couv du prochain Monde libertaire hors-série # 47 de janvier-février 2013 :

Au sommaire :
Roms : Nous parlons d'Hommes
Révoltes et Révolutions dans les pays arabes et ailleurs
9ème congrès de l'IFA
Lesbiennes Féministes en lutte : le collectif BA-HAM
Musique : Les Thugs

Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Sam 29 Déc 2012 16:12

le ML hors série 47 est sorti hier en kiosque

à noter une interview magistrale de 11 pages de militantes féministes d'origine iranienne du collectif Ba Ham qui remet les pendules à l'heure !
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Dim 30 Déc 2012 20:07

Voici le sommaire :

Le Monde libertaire hors-série # 47 Janvier-Février 2013

Page 1 : Edito Généralisons les triples A ! par Wally Rosell

Pages 2 à 23 Dossier Roms Nous parlons d'hommes
Page 2 Nomade les Roms ? par Karine
Page 3 Roms, histoires d'ignorances, par Nicolas Le Boëdec
Page 5 L'ethnicisation, une autre forme de violence, par Etienne Liebig
Pages 7 à 11 Portfolio, photos de Loran Conduche
Page 12 Roms, nous parlons d'hommes, par Pola
Page 13 Le regard de Marinelle
Page 15 Ils mangent les enfants, Monsieur !
Page 17 En transit
Page 18 Zoro, Daniela, Samir, la vie, l'école
Page 20 Allonger la liste... ou tirer la ficelle ?
Page 20 Restrictions à sens unique... la logique capitaliste en action
Page 21 Les bruits et l'odeur
Page 22 Roms et délinquance : vrais mensonges , fausses raisons
Page 23 Toute cette misère, ça fend le coeur

Pages 24 à 34 Dossier Révoltes et révolutions dans les pays arabes et ailleurs
Page 25 L'appel à la désobéissance, par des militants tunisiens du mouvement Désobéissance
Page 27 Emergence d'un mouvement anarchiste tunisien, par Haythem Msabhi et Elie Octave
Page 32 Un examen attentif de la révolution syrienne, par Mazen
Page 34 Des luttes sociales à la révolution en Tunisie, entretien avec des membres de l'Union générale des travailleurs tunisiens

Page 35 9e Congrès de l'Internationale des Fédérations anarchistes
Pages 38 à 48 Collectif Ba-Ham : Interview des femmes en lutte
Page 49 Lectures
Pages 51à 58 Musique / Interview des Thugs
Page 59 Programme de Radio libertaire
Page 60 La FA / les 109 groupes et liaisons
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede MélusineCiredutemps le Dim 13 Jan 2013 01:30

vroum a écrit:le ML hors série 47 est sorti hier en kiosque

à noter une interview magistrale de 11 pages de militantes féministes d'origine iranienne du collectif Ba Ham qui remet les pendules à l'heure !


Salut,
J'attendais la sortie de ce hors série du Monde Libertaire avec impatience depuis que Bibo m'en avait parlé.
J'ai lu l'interview, puis j'ai consulté le site de Ba Ham.
Alors je n'ai pas pu m'empêcher de venir faire un tour ici juste pour ce soir, voir si le sujet avait été abordé, histoire de dire que Ba Ham remet "les pendules à l'heure" comme l'écrit vroum, les "points sur les i", etc... Oui et comment !!!
Sur tous les sujets : que ce soit le viol, la pédocriminalité, la prostitution, la pornographie, le voile et autres manifestations d'intégrismes religieux, les orgas collabos comme le PIR et consorts, le masculinisme, l'homophobie/la lesbophobie, etc... Elles sont impressionnantes de part leur lucidité, leur clarté, leur cohérence, leur courage, etc...
Et j'ai été heureuse de constater que sur tous les sujets mentionnés plus haut, elles ont les mêmes positions que le Collectif Libertaire Anti-Sexiste (dont le site a récemment été réactualisé) :

http://coll.lib.antisexiste.free.fr/
http://coll.lib.antisexiste.free.fr/CLAS.html

et dont j'ai publié plusieurs textes ici (y compris ceux de "ma plume")...
des positions également très proches de celles des animatrices de l'excellente émission "Femmes Libres" sur Radio Libertaire :hehe:
... n'en déplaise aux spécifix, bajotierra, groucho marx, candide, sissoko, pit, doctor louarn et autres hansaplast ! :twisted:
Vive Ba Ham ! Vive le féminisme ! et Vive l'anarchie :v:

(Pour info : nouvel album de Vizcacha Rebelde en préparation sur le thème "God killers" :twisted: )
http://damn.dynamite.free.fr/
http://damn.dynamite.free.fr/vizcachare ... belde.html
Avatar de l’utilisateur
MélusineCiredutemps
 
Messages: 153
Inscription: Mar 14 Aoû 2012 23:34

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede MélusineCiredutemps le Lun 21 Jan 2013 02:01

Avatar de l’utilisateur
MélusineCiredutemps
 
Messages: 153
Inscription: Mar 14 Aoû 2012 23:34

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Mer 13 Fév 2013 12:10

En exclu pour le forum anarchiste la couv et le sommaire du prochain Monde libertaire hors-série # 48 en kiosque le 21 février :

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Ven 15 Fév 2013 13:25

encore une exclu bandes de veinards !

l'édito du ML hors série 48 qui sort le 22 février :

S’il te plaît,
dessine-moi un mouton !


«Qu’ils soient le fruit du hasard, de l’habitude, de l’erreur, de l’ignorance ou de l’amour, les enfants ne choisissent jamais de vivre.
Dans ces conditions, ce devrait être justice que toutes celles et tous ceux qui leur « donnent » la vie ou qui se targuent de la gérer, leur donnent, au moins, les moyens de choisir leur vie. En les aimant, bien sûr. Mais, aussi, en les respectant en tant qu’individus à part entière, n’appartenant à personne d’autre qu’à eux-mêmes. Et en les accompagnant dans la découverte, toujours périlleuse, de leur vie. Dans la construction, longue et difficile, de leur propre personnalité.
De cela, il n’est, hélas, que trop rarement question. Et c’est peu dire qu’il ne s’agit pas là d’un hasard !
La famille patriarcale et son triangle des Bermudes oedipien, l’État et ses robustes certitudes, les Églises et leurs chèques en blanc sur l’au-delà, l’école et ses promesses d’égalité des chances jamais tenues, la division sociale et son zoo de fauves et de moutons, l’exploitation et l’oppression de l’être humain par l’être humain aux gibets noirs desquels pendouillent par grappes les innombrables voyageurs sans bagages du capitalisme…, Tout cela (et bien d’autres choses encore) concourt, en effet, à faire de l’enfant un OBJET d’éducation, et de l’éducation un DRESSAGE, et s’oppose (explicitement ou implicitement) à ce qu’il puisse devenir librement SUJET et ACTEUR de sa propre éducation…»

Ces lignes sont les premières de la charte de l’école libertaire Bonaventure. Elles ont été écrites en 1993 et, hélas, elles sont toujours d’actualité.

Aujourd’hui comme hier le problème de l’éducation, de l’école et de l’enfant se résume à : c’est quoi la vie ?
Si on pense que c’est produire toujours plus, gagner des sous, être le meilleur, penser uniquement à sa gueule, se vautrer dans le plaisir immédiat, survivre dans l’instant, alors, il faut continuer dans la voie actuelle.
Si on pense que la vie n’est qu’une parenthèse entre le néant et le néant, un absurde absolu mais une chance extraordinaire, alors il convient de donner du sens au non-sens. Éduquer uniquement pour permettre aux enfants d’être ce qu’ils peuvent être. Les aider à se construire au maximum de leurs potentialités. Leur apprendre la liberté, l’égalité, l’autogestion, l’entraide.

L’école libertaire Bonaventure a démontré le bien-fondé de cette démarche. C’est un fait, nous avons appris à nos enfants à lire, écrire, compter. Nous leur avons appris à construire leurs savoirs. Nous leur avons appris la liberté, l’égalité, l’autogestion, l’entraide et le bonheur de vivre.
Assurément, il serait important de multiplier des Bonaventure. Mais pourquoi est-ce si difficile, voire impossible ?
Peut-être parce que le capitalisme fou qui est en train de détruire les conditions même de la vie sur cette planète n’est pas franchement d’accord ?
Jadis, le mouvement ouvrier avait compris, via les universités populaires, que son émancipation passait par son auto-éducation.
Nous en sommes toujours là. Il n’y aura pas de révolution éducative sans révolution sociale (et vice versa).
Alors, s’il te plaît, dessine-moi un mouton, mais n’oublie pas le Kalachnikov!

Jean-Marc Raynaud
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Lun 15 Avr 2013 09:07

Il est bo le prochain Monde libertaire hors-série numéro 49 !

voici la couv en exclu mondiale !

Image

et le sommaire :

Image

il sort dans quelques jours...

vous pouvez déjà aller le réserver chez votre kiosquier favori
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Sam 6 Juil 2013 06:41

la couv du Monde libertaire hors série numéro 50 :

Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Dim 7 Juil 2013 21:06

Le Monde Libertaire Hors Serie n° 50 : « Pirates »



Sommaire :

-Édito : Le pirate comme miroir de nos sociétés. Page 1

-Dossier : Les PirATes . Page 2

Antiracistes les pirates ?.Page 4
Les pirates de somalie .Page 10
Cyberpirateries des cybermondes .Page14
Enric Duran, le « robin des banques ». Page 22
Bibliographie : Les pirates au fil de l’encre. Page 26

-Interview : La Marmite. Page 28

-Amiante : Made in capitalisme. Page 34

-Camille Pissarro. Page 38

-Lectures. Page 54

-Musiques.Page58

-Programme de Radio Libertaire. Page 60

-Les 105 groupes et liaisons de la FA. Page 61
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Sam 20 Juil 2013 11:55

l'édito du dernier Monde libertaire hors-série :

Le pirate comme miroir de nos sociétés

Les pirates fascinent. Et ils fascinent tellement qu’ils ont depuis longtemps investi notre imaginaire collectif pour, finalement, s’y faire une bonne place. Immortalisés par la littérature – de L’Histoire générale des plus fameux pyrates de Daniel Defoe (1724) au Pirates de Michael Crichton (2009), sans oublier, bien sûr, les classiques de notre jeunesse comme L’Île au trésor de Robert Louis Stevenson (1881) – et le cinéma – du Pirate Ship de Lewin Fitzhamon (1906) au dernier volet en date de Pirates of the Caribbean (2011), en passant par des chefs-d’oeuvre cinématographiques comme The Black Pirate d’Albert Parker (1926) –, ils ont également été l’objet de plusieurs études universitaires (études d’ailleurs difficiles en raison d’une mythification de la figure du forban). Normal, me direz-vous, les pirates existent depuis que la marchandise circule sur les mers et les océans… ce qui ne remonte pas à hier ! Et, bien que voguant sur les flots depuis l’Antiquité (souvenez-vous de ces pirates qui harcelèrent les navires de la Méditerranée avant d’être « éliminés » par Pompée en 67 av. J.-C.), ils défraient encore parfois la chronique en ce début de XXIe siècle (en témoignent, notamment, les récents épisodes en Somalie). Mais, alors, pourquoi ces « gueux de mers », comme disait Gilles Lapouge, nous fascinent-ils autant ? Parce qu’ils font peur et que cette peur est largement entretenue par les légendes les plus noires – et les plus fantasques – qui circulent à leur sujet (et qui, dans une certaine mesure, les servent aussi). Mais aussi, et surtout, parce que les pirates 1 des XVIe et XVIIe siècles – période considérée comme l’âge d’or de la piraterie – ont toujours plus ou moins incarné une certaine idée de la liberté (qui est aussi celle de l’aventure) et de l’égalité. Partage équitable du butin, « sécurité sociale » avant l’heure, élection des responsables, prises de décisions en assemblée, dépassement – relatif – de quelques préjugés sexistes et racistes : certains équipages pirates ont en effet expérimenté des pratiques en totale rupture avec la société occidentale de l’époque. Pour autant, non seulement tous ne l’ont pas fait, mais l’aventure pirate comptait aussi son lot de misère, de malheur, de souffrances, que les forbans infligeaient et subissaient. Et s’il est compréhensible que, de par quelques aspects, elle conduit aujourd’hui certains de nos contemporains – et parfois camarades – à la fantasmer, il est néanmoins nécessaire de conserver un regard critique et de ne pas faire de la piraterie ce qu’elle n’était assurément pas, c’est-à-dire un embryon de l’anarchisme à venir. La fameuse colonie Libertalia décrite par Daniel Defoe n’a jamais existé, et il est peu probable que les pirates aient un jour pensé un projet de société quelconque, et encore moins révolutionnaire. Et de même régnait-il plus souvent sur les navires pirates une discipline de fer qu’une parfaite démocratie directe. Libertaire ou pas, il est en revanche indéniable que la piraterie s’inscrit pleinement dans la lutte des classes. Réaction violente à un ordre social et économique profondément inégalitaire et encore plus violent, elle est révélatrice de l’organisation de nos sociétés d’hier et d’aujourd’hui. Et sa persistance en 2013 montre bien que, si le monde a beaucoup changé depuis l’Antiquité, il n’en reste pas moins un monde de dominants et de dominés, de possédants et d’exploités, de riches et de traîne-misère. En cela, la piraterie nous donne non seulement des clés pour comprendre notre époque et les raisons de nos maux, mais elle nous indique aussi quelques pistes pour nous conduire vers leur guérison.

Guillaume Goutte



1. Nous parlons bien, ici, des pirates, et non des corsaires. Ces derniers, bénéficiant d’une lettre de marque (autorisation), agissaient au service d’un État dans le cadre d’un conflit guerrier, contrairement aux pirates qui oeuvraient pour eux-mêmes. Cette distinction n’est toutefois pas forcément judicieuse, des pirates pouvant se faire corsaires le temps d’une guerre, et des corsaires devenir pirates une fois les hostilités terminées. Bien d’autres termes ont aussi désigné les pirates (boucaniers, flibustiers, forbans), recouvrant et recoupant différentes réalités. Mais la place nous est ici comptée, alors nous n’entrerons pas dans ces détails.
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Dim 8 Sep 2013 23:29

En exclu pour le forum anarchiste, la couv' du prochain Monde libertaire hors-série numéro 51 qui sort dans quelques jours :

Image

et voici le sommaire :

Edito : ..................................................................1
Dossier : Le travail, pour quoi faire..............................2
Le travail aujourd'hui : l'incertitude programmée ........... 4
Le "fruit intégral de son travail" ...................................... 10
« L'usine crève, moi je suis en vie » ................................. 16
Le rapport au travail dans l’Antiquité gréco-romaine .... 22
Vers l'abolition libérale du salariat ? ............................... 26
Santé et travail ................................................................. 30
Le travail sur la bobine .................................................... 32
Portfolio .................................................................................. 36
Les maisons médicales belges autogérées ............................. 40
Istanbul : en direct de la place Taksim .................................. 46
Le Mouvement Désobéissance ............................................... 48
Lectures ................................................................................... 50
Musiques : l'1consolable .......................................................... 51
Programme de Radio Libertaire ............................................. 60
Les 108 groupes et liaisons de la Fédération Anarchiste ....... 61
Abonnements .......................................................................... 64
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Lun 16 Sep 2013 18:50

Le Monde Libertaire Hors-série n°51 septembre-octobre 2013


Sommaire du Monde Libertaire Hors-série n°51 septembre-octobre 2013


Dossier: le travail pour quoi faire ?

Le travail aujourd'hui: l'incertitude programmée, par Ramón Pino groupe
Salvador Seguí, page 4

Le «fruit intégral de son travail», par Eric Vilain, page 10

«L'usine crève moi je suis en vie», propos recueillis par Fred groupe
Saint-Ouen 93, page 16

Le rapport au travail dans l'Antiquité gréco-romaine, par Olivier Sartre
CNT Vignoles, page 22

Vers l'abolition libérale du salariat, par Guillaume Goutte groupe
Salvador Segui, page 26

Santé et travail, par Moriel, page 30

Le travail sur la bobine, page 32

Porfolio, page 36

Les maisons médicales belges autogérées, propos recueillis par Karine
groupe Claaaaaash, page 42

Le mouvement Désobéissance, par Loran Groupe Béthune-Arras, page 47

Istanbul: en direct de la place Taksim, par Françoise et Joël, Maldoror,
page 48

Lectures, page 50

Musiques: l'1consolable, propos recueillis par Karine groupe Claaaaaash,
page 52

Programme de Radio Libertaire, page 60

Les 108 groupes et liaisons de la Fédération Anarchiste, page 61

Abonnements, page 64



Editorial du Monde Libertaire Hors-série n°51 septembre-octobre 2013

C'est la rentrée. On reprend le boulot. On recommence à marner semaine
après semaine pour gagner sa croûte, pour payer son toit, pour consommer.
La rentrée, c'est aussi la rentrée sociale. Le sujet de cette rentrée
sociale (comme des dernières) est la réforme des retraites. Sans entrer
dans le détail, il va encore s'agir d'augmenter le temps de travail fourni
au cours d'une vie. Fourni pour quoi ? Pour qui ? L'organisation du
travail est constamment pensée et optimisée. Mais pas par ceux qui
fournissent le travail ; et la variable qu'on cherche à optimiser n'est
certainement pas l'émancipation du travailleur.

Les usines de construction automobile, dès les années 20, ont mis en
application les théories sur la rationalisation du travail (Taylor, Ford).
Taylor prônait de diviser le travail verticalement (les concepteurs en
haut et les exécutants en bas) et horizontalement pour minimiser les
doublons et les ambiguïtés. Ford a augmenté la division horizontale en
parcellisant le travail. La productivité s'en est trouvée augmentée et les
ouvriers un peu plus dépossédés de leur autonomie et de leur compétence.
Le prix de revient, donc d'achat pour le consommateur, est amélioré au
détriment de l'ouvrier.

Maintenant, dans tous les secteurs on déplore toujours plus les
raisonnements gestionnaires menés par des décideurs qui ne connaissent pas
le coeur de métier. L'individu est contrôlé à coup d'indicateurs, de
mesures de performance. Les travailleurs sont pressurisés, sommés de
cravacher mieux que le voisin, de turbiner plus rentable pour moins cher.
Le travailleur est une ressource pillée comme les autres. Les travailleurs
ne reconnaissent plus leur travail. En voyant les vagues de dépressions
nerveuses voire de suicides au boulot, on se rappelle l'origine du mot «
travail » (tripalium, un instrument de torture).

Encore cette année, un des orateurs de l'université d'été du MEDEF a été
le commandant de la légion étrangère. Le discours des idéologues de
l'entreprise ressasse un vocabulaire guerrier de conquête, de compétition.
Et ils radotent que le coût du travail est trop élevé. Ils demandent
toujours plus d'engagement de la part des salariés et revendiquent de
pourvoir virer qui ils veulent sur un claquement de doigts, au nom de la
compétitivité. Et ces parasites grignotent chaque année un peu plus ce
qu'ils sont censés reverser à la collectivité. Et ceux qu'on désigne à
longueur de bulletin d'information sont les chômeurs.

Dénoncer cette dichotomie entres possédants et exploités ne suffit pas.
Aucun ponte, aussi puissant soit-il, ne serait capable d'asservir toute la
main d'oeuvre qu'il emploie sans le concours de la hiérarchie
d'intermédiaires, de chefaillons ni des flics qui tabassent les ouvriers
qui osent se révolter. Comme à chaque rentrée sociale, on va voir des
travailleurs défiler derrière la sono qui hurle que « c'est pas à l'Élysée
ni à Matignon qu'on obtiendra satisfaction », dans des manifs décidées par
les partenaires sociaux (partenaires qui vont à Matignon et à l'Élysée,
eux). C'est à se demander si c'est utile de s'accrocher à une usine de
merde ; s'il ne vaudrait pas mieux faire crever tous ces lieux
d'asservissement tant qu'on est encore en vie, envoyer bouler cette
hiérarchie syndicale et productiviste.

Il paraît que, dans les années 30, Keynes avait prédit qu'à la fin du
Xxème siècle, les technologies seraient suffisamment avancées pour qu'on
envisage ne travailler que 15 heures par semaine. On en est loin. Et
pourtant... est-ce qu'on n'arriverait pas à vivre beaucoup mieux en
travaillant beaucoup moins ? Pour ce numéro de rentrée, le Monde
Libertaire Hors-Série s'est penché, dans son dossier principal, sur le
thème du travail.



Le Monde libertaire Hors-série, bimestriel de la Fédération anarchiste,
adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

64 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour cinq euros

http://www.federation-anarchiste.org

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Lun 11 Nov 2013 17:58

Le Monde Libertaire Hors-Série n°52 novembre-décembre 2013

Image


Sommaire du Monde Libertaire Hors-Série n°52


Dossier : Libre comme l'Art
D'art-dard, quelques pistes de réflexion, page 4
Interview : Sole, page 8
Arthur Lehning - l'Anarchie, la Politique et la Culture, page 11
Le pochoir, c'est de la bombe ! page 16
Le canular est-il un art libertaire ? page 24
Valloton, anarchisme solitaire et peinture à l'emporte-pièce, page 32
Le miroir noir du surréalisme, page 44
Musique libre, page 48
Cinéma et anarchie, page 52

Porfolios
Pochoirs, par Bibo, page 18
Vallotton, page 37

Plus
La bibliothèque noire, page 55
Anarchie sans frontière : Mobile Anarchist School, page 56
Frank Zappa (1ère partie), page 60 ...

Fédération
Les 111 groupes et liaisons de la Fédération Anarchiste, page 62
Abonnements, page 64



Editorial du Monde Libertaire Hors-Série n°52


Tandis qu'en cette période de grande fête de la consommation, les roms sont déboutés du droit à l'humanité jusque dans les enceintes scolaires, que leurs enfants trop blonds pour être malhonnêtes leur sont enlevés pour réinsertion dans des familles plus conformes à leur aryanisme dérogatoire, que les gamins radiophoniques cherchent la starification dans la propagande de l'agression sexiste, que la gôche se croit adroite de flatter les nationalismes larvés au prétexte de retirer l'électeur de la bouche de la droite qui se croit elle-même pas trop gauche d'aller plus loin encore pour faire de même avec les fachos bas du front National dont tous les médias s'accordent à se dire surpris de la hauteur de scores anticipés sur la base de pronostics qu'ils ont eux-même bâtis, tandis que nos paysages et nos vies sont méthodiquement détruits à coup de projets inutilement nuisibles qui n'ont de grand que l’ego obstiné des politiques en mal d'éternité qui les ont initiés, que de zélées élites s'acharnent à nous faire croire que c'est pour notre bien, que des acteurs comiques souffrant de n'être pris au sérieux s'attaquent à réécrire l'histoire pour servir leurs fantasmes d'une gloire patriotique et couronnée tout droit sortie de films de cape et d'épée – surtout d'épée – dans lesquels ils se rêvent Jeanne d'Arc, que la misère noyée de bleu sous un ciel grec est tentée de remplacer le sirtaki par un heidi heido jovial, que les va-t-en-guerre se drapent dans la laïcité la plus crassement hypocrite pour répandre la liberté sur l'orient par salves de bombes à l'uranium, tandis qu'au large des côtes de Lampedusa ou d'ailleurs, les nouveaux Mayflowers naufragent sous le poids écrasant de trop d'espoir dans l'indifférence morne de nos égocentrismes gâtés pourris, bref, tandis que ça pue la merde un peu partout, voilà que pour ce Hors Série nous n'avons rien trouvé de plus urgent et sérieux à vous parler que d'Art. Bah oui.

Ah ! J'en vois deux qui grognent au fond... Quoi ? Ce serait donc futile ? La vraie vie du bas de la rue serait plus importante ? Plus vraie ? Des manifs à rejoindre ? Des connards inhumains à flinguer illico ? Des incendies plus urgents à éteindre ? Certes, certes... mais avec quelle lance, très cher ? Car voyez-vous, il nous a semblé, un instant, que parler d'Art dans un monde en guerre, c'est aussi déployer le catalogue, les plans et les modes d'emploi d'un arsenal tout aussi redoutable que celui des marchands d'armes. Que l'art subversif peut être plus pernicieux qu'un gaz sarin, par exemple quand il dézingue un BHL sur l'autel de sa suffisance dans un savoureux canular, quand il réveille le quidam de la rue d'un stencil bien senti, quand il rappelle que l'histoire n'est pas toujours glorieuse et que l’héroïsme est tout autre chose qu'une vocation à la célébrité dans un trait d'encre noire signé Tardi, quand, quand, quand...

Oui, nous avons voulu rappeler que l'Art est une arme, en ce sens aussi qu'il nous émancipe et nous rend libre. Et surtout, que l'anarchisme a autant à puiser dans l'Art en matière de science de la vie (si tant est qu'on puisse parler de science en matière d'intuitions lumineuses) que l'art a su puiser dans l'esprit libertaire pour se révolutionner en permanence, échappant chaque fois à sa récupération et sa mercantilisation pour se renouveler différent, trouver de nouveaux moyens de subversions pour réveiller les consciences et détruire la bêtise. Aux arts !

Pola
Groupe Bethune-Arras Fédération Anarchiste



Le Monde libertaire Hors-Série, bimestriel de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

64 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour cinq euros

http://www.federation-anarchiste.org

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Ven 3 Jan 2014 00:36

en exclu la couv du prochain hors-série en kiosque dans quelques jours :

Image
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Ven 3 Jan 2014 12:09

Le sommaire du prochain Monde libertaire hors-série en kiosque dans quelques jours :

Image
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Jeu 6 Mar 2014 09:12

Le Monde Libertaire Hors-Série n°54 mars-avril 2014

Image

Sommaire du Monde Libertaire Hors-Série n°54 mars-avril 2014



Dossier : Le vacarme des pantoufles


Le retour de l'Histoire patriotique, par W. Blanc et C. Naudin, page 4

Evolution du discours et des pratiques de l'extrême droite, par Jean, page 9

La lutte antifasciste dans les années 90, par P. Schindler, page 12

Quand des penseurs « critiques » désarment l'internationalisme, par P. Corcuff, page 14

Le piège du souverainisme, par P. Pelletier, page 17

Libre-échange ou protectionnisme : le faux dilemme, par J. M. Harribey, page 22

Féministe, comme papa ! Ou le féminisme d'extrême droite, par Pola, page 24

L'antifascisme et le mythe unitaire, par Groupe Regard Noir, page 28

Rencontre avec Yan Morvan, propos recueillis par Loran, page 40

Conspirationnisme : le logiciel de pensée fasciste, par Groupe Regard Noir, page 45

Le « cas » Dieudonné, par Groupe Regard Noir, page 47



Porfolio


Yan Morvan : Gangs Story, page 30



Plus


Dans la bibliothèque noire, par Bibo, page 51

Zapatistes et anarchistes : Tierra y Libertad, par Elan Noir, page 54



Fédération


Les 108 groupes et liaisons de la Fédération Anarchiste, page 58

Radio Libertaire la grille des programmes, page 62

Abonnements, page 64



Editorial du du Monde Libertaire Hors-Série n°54 mars-avril 2014


La période récente a vu fleurir en France nombre de manifestations ouvertement menées par l'extrême-droite. Depuis les cathos intégristes menant la danse à l'occasion de l'opposition au « Mariage pour tous », jusqu'au « Jour de Colère », où on a vu défiler des officines pétainistes, royalistes, néo-nazies, rouges-brunes et autres hooligans au milieu de "monsieurs tout le monde" pas plus choqués que ça de cette proximité malsaine et dont les gamines galvanisées glissent, dans l'enthousiasme ambiant, les peaux de bananes sous les pieds de ministres à la peau jugée trop peu blanche...

D'après Robert Badinter, on n'avait pas entendu le slogan « juifs dehors » depuis la deuxième guerre mondiale. On n'en est pas encore au bruit des bottes, mais ça ne présage vraiment pas le temps des cerises. Partout en Europe, les néo-nazis se font plus visibles. En Hongrie (gouvernée par Viktor Orbán), des milices pratiquent des pogroms à l'encontre des Roms ; en Grèce, laboratoire de la démocratie "pour le meilleur et pour le pire", les commandos du parti Aube dorée terrorisent les étrangers et attaquent tout ce qui est plus ou moins libertaire.... Bref, tout ça rappelle – selon l'expression consacrée – "une période sombre de l'Histoire".

La comparaison avec les années 30 en Europe n'est pas neuve : quand la "crise" de 2008 a éclaté, le parallèle avec celle de 1929 avait déjà semblé naturel. La montée des extrêmes-droites fournit aujourd'hui un autre argument de comparaison. Face à cette résurgence des mouvances fascistes et néo-nazies, le pouvoir institutionnel brandit souvent la théorie des deux extrêmes, qui consiste à renvoyer dos à dos ce qu'il appelle extrême-gauche et extrême-droite. Par exemple, après l'assassinat en Grèce de Pavlos Fissas (rappeur antifasciste), la police grecque a tapé un peu sur Aube dorée mais aussi sur la mouvance antifa.

En France, après l'assassinat de Clément Méric, on a entendu Jean-François Copé réclamer la dissolution des mouvements extrémistes (sachant qu'il compare Jean-Luc Mélenchon à Pol Pot). Cette "théorie des deux extrêmes" peut être vue comme un des aspects de la fameuse "droitisation de la société". Si on compare les revendications d'aujourd'hui des partis dits d'extrême-gauche avec le programme commun (signé en 1972 par les PS, le PCF et les radicaux de gauche), on observe que la gauche a – pour le moins –mis de l'eau dans son vin.

Autre illustration de cette droitisation : depuis 20 ans, les thèmes de l'immigration et de la sécurité sont les thèmes centraux des campagnes électorales françaises. Or ce sont des thèmes introduits par l'extrême-droite. Les professionnels de la peur promettent sécurité aux bons citoyens : « dormez, braves gens, je vous protégerai » (ou « avec moi, la république vous protégera », ce qui revient au même). L'acceptation de cette représentation consiste à se déplacer pour les élections et à passer le reste du temps au chaud (si possible).

L'Europe politique est présentée comme une construction qui transcende les nations et qui protégerait des tensions entre pays voisins. Mais les étapes récentes de cette construction se sont faites contre le gré des citoyens : en France, par exemple, le référendum de 2005 a refusé le traité proposé ; ce traité est passé un peu plus tard sans consultation du peuple. Et un certain nombre de partis (y compris de gauche) axent leur programme sur un retour à la souveraineté nationale (une accroche vue récemment : « Bleu, Blanc, Front de gauche » ; ça sent les velléités à instaurer la dictature du prolétariat... français).

D'autre part, on voit des promoteurs d'idéologies foncièrement réactionnaires se présenter comme des révolutionnaires. C'est le cas, par exemple, des bonnets rouges avec leur régionalisme. C'est surtout le cas d'"idéologues" rouges-bruns qui détournent à leur profit des pensées non historiquement de droite (ex : Alain Soral citant Pierre-Joseph Proudhon). « Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles », dénonçait Max Frisch en 1958. …

Cette lumineuse citation paraît aujourd'hui bel et bien anachronique : ce silence malsain, entendu jusqu'au fantasme par ceux qui se sont empressés de lui donner corps dans la parole publique (prétendants au potentat qui usent jusqu'à la corde le « courage de dire tout haut ce que les gens pensent tout bas »), n'a pas résisté à une société où, en politique, il s'agit bien moins de convaincre que de séduire.

Instrumentalisé et donc réalisé par ceux qui prétendent le combattre (« si les gens ont l'air d'écouter ceux qui font peur, c'est parce qu'ils ont besoin de plus de sécurité, offrons donc leur plus de sécurité »), il a enflé jusqu'au vacarme, et les pantoufles, nourries par une multiplication de discours flattant leur couardise, confortées dans leurs aberrations, décomplexées dans leurs haines, ont pris gaillardement le chemin de la rue et des revendications, dans un brouhaha plus bruyant que celui de millions de bottes.

Le dossier qui suit ne vous soignera certes pas les oreilles, néanmoins il tente de débusquer, démystifier et déconstruire les sources et les expressions de ce désagréable vacarme ambiant.
Bonne lecture !

Jean - Groupe de Rouen de la Fédération Anarchiste
avec la contribution de Pola.k



Le Monde libertaire Hors-Série, bimestriel de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

64 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour cinq euros

http://www.federation-anarchiste.org

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Mer 11 Juin 2014 08:48

Le Monde Libertaire Hors-Série n°55 – Mai 2014

Image

Sommaire du Monde Libertaire Hors-Série n°55 – Mai 2014


Dossier : De l'autre côté du Sport

Edito, page 1

L'aliénation sportive planétaire (interview de F. Ollier), propos recuillis par Pola, page 4

L'éducation physique et sportive : du discours officiel à la réalité, par Maylis, page 10

Bienfaits et complexité du sport sur les pathologies lourdes, par P. Schindler, page 13

Sport ouvrier, un enjeu occulté, par Igor Martinache, page 16

L'anarchisme par le sport, par Wally Rosell, page 28

Passes croisées : Audrey Chenu et Jacques Lesage de la Haye, page 31

Collectif Red Star Bauer : pour un football populaire, par Fred groupe de St-Ouen de la FA, page 34

Jeux et Enjeux, le sport sans le pouvoir, par Yannis Youlountas, page 37

Dans l'enfer de Mauthausen, le sport pour survivre et résister, par Wally Rosell, page 38


Porfolio

Photographies de Jérôme Tanon, page 20


Plus

Dans la bibliothèque noire, page 40

Anarchie sans frontière : Creu Negra Duatlética, traduction R. Pino, page 42


Fédération

Les 109 groupes et liaisons de la Fédération Anarchiste, page 46

Radio Libertaire, la grille des programmes, page 50

Abonnements, page 52



Texte de Yannis Youlountas paru dans le ML-HS n°55 – Mai 2014

Le sport plonge ses racines dans l’enfance, jusqu’à nos origines animales. Tous les jeux enfantins, à commencer par les activités sportives, sont une reproduction des schémas animaliers qui visent l’apprentissage de la vie d’adulte par l’amusement et la mise en situation fictive. La chatte livre dans ce but des souris vivantes à ses chatons quand l’âge est venu. Mais une balle de ping-pong ou une coquille de noix peuvent également faire l’affaire. L’essentiel est que le jeu sans enjeu de l’enfance humaine ou animale prépare aux enjeux de l’existence postérieure et permette l’entrée progressive dans le monde des grands, en découvrant à la fois l’autonomie et les synergies possibles avec autrui.

Faire du sport, c’est grandir et, à cette fin, prendre sa propre mesure et celle d’autrui dans une socialisation à part entière. Le jeu sportif nous suggère qu’il n’y a pas de liberté sans lien ni de lien sans liberté, que l’individu a besoin du collectif et réciproquement, et que sa principale problématique se situe dans une recherche d’équilibre entre le je et le nous.

La jubilation sportive chez l’amateur est une parfaite allégorie de la jubilation libertaire exprimant le plaisir et la nécessité d’associer liberté et solidarité. Dans ces conditions, le sport favorise le développement du singulier dans l’universel, à travers la découverte de ses facultés corporelles et cérébrales et leur perfectionnement. Car l’expression « faire du sport, c’est grandir » ne signifie pas écraser les autres mais croître avec eux, dans une émulation qui n’omet pas la fin collective de la démarche, et ce, même dans les sports dits « individuels ».

À la différence de l’art et de la science, le sport ne fabrique pas du sens : ni du pourquoi ni du comment. Même une finale de Coupe du Monde n’est qu’un entraînement, au-delà des apparences fallacieuses. Si des enjeux ridicules et démesurés sont montés en mayonnaise par les médias du pouvoir, c’est parce que ce dernier a besoin de diversions pour passer sous silence les enjeux réels, à l’extérieur du stade, et parce que la cohorte des résignés a besoin de divertissements pour les oublier. Ce sport-là, aux antipodes du jeu tant il est submergé par des enjeux insupportables et la célébration du pouvoir et des inégalités, n’est qu’un spectacle de plus parmi ceux qui détournent les esclaves modernes de leur condition servile et de leur existence indigne.

À l’inverse, le sport sans le pouvoir est une pause, une parenthèse, un moment gratuit, c’est-à-dire un temps pris sur soi et pour soi, avec ou sans autrui. Le sport sans le pouvoir est paradoxalement un arrêt, à l’instar des trêves qui marquaient les premières olympiades antiques, séparant jeu et enjeu. Le sport sans le pouvoir est un débat et non un combat. D’où sa mise en parallèle avec des négociations de paix, à côtés des stades, et diverses fraternisations entre les cités antiques.

Le sport sans le pouvoir est une respiration. Car ce qui compte n’est pas tant de dépasser les autres que de se dépasser soimême. Et pour cela, on a besoin d’eux : comme points de repères pour nous situer, comme partenaires pour nous éprouver, comme adversaires pour nous stimuler. À ce titre, même l’adversaire est en réalité un partenaire qui revêt une fonction spécifique pour la circonstance, la plus respectable qui soit, dans un jeu de miroirs. Celle de nous confronter à nous-même.



Le Monde libertaire Hors-Série, bimestriel de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des fédérations anarchistes

64 pages d'actualités en couleurs vues par les anarchistes pour cinq euros

http://www.federation-anarchiste.org

Retrouvez le site web du Monde Libertaire à l' adresse suivante:

http://www.monde-libertaire.fr
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Le Monde libertaire Hors-Série

Messagede vroum le Dim 21 Sep 2014 09:13

Le Monde Libertaire Hors Série n°57
Le Monde Libertaire Hors-Série n°57 vient de paraître. Il est disponible jusqu’à fin octobre dans tous les bons kiosques et en vente toute l’année à la Bibliothèque Sociale.

Dans ce numéro consacré à la guerre 14-18, le groupe Kropotkine est allé interviewer Noël Genteur pour qu’il nous parle de la boucherie du Chemin des dames, des mutineries et des historiens de "l’Ecole de Craonne". L’article p46, s’intitule "C’était du velours...".
Il fait partie de l’excellent dossier "Mort par la France", dans lequel vous trouverez, entre autres, un portfolio couleur de 9 pages de superbes dessins de Tardi, suivi d’un entretien.

Il y a aussi un article incroyable sur l’objection de conscience en Turquie, et un entretien avec Alessandro, représentant de l’Eglise de la Très Sainte Consommation.

Image
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails


Retourner vers Presse anarchiste

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités