Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede bajotierra le Lun 6 Juil 2015 17:00

Malgré tout le cirque médiatique autour du oui ou du non , prés de quarante pour cent des électeurs grecs se sont abstenus .... Ce n'est pas rien et comme eux on peut se demander a quoi va servir ce Référendum ?

Des lycéens grecs nous mettent sur la piste

L’Etat grec est à la recherche de complices. Le référendum est la meilleure façon de les trouver. En offrant généreusement des illusions de libre-arbitre et en nous faisant contribuer au projet de son renforcement, son désir le plus fou est matérialisé : Nous serons ceux qui fermerons leur propre pierre tombale ! Le dilemme est simple : oui ou non ? Mauvais créanciers étrangers ou bonne gestion de l’État par la gauche ? Mémorandum lourd ou léger ? Mesures coûtant 12 milliards ou 8 milliards ?

Encore une occasion de mettre nos vies dans les mains du gouvernement et des sauveurs. Une autre occasion pour l’unité nationale, pour oublier ce qui nous divise et nous unir à la foule bigarrée (fascistes, patriotes, patrons, bons citoyens) pour faire face à l’ennemi extérieur commun, les prêteurs, et en chemin dédouaner les patrons locaux de toute responsabilité.


http://www.non-fides.fr/?Grece-Abstention-au-referendum
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede frigouret le Mar 7 Juil 2015 08:02

On connait le % de vote blanc ou nul ?
8-)
frigouret
 
Messages: 1668
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede bajotierra le Mar 7 Juil 2015 19:36

Voici les chiffres officiels

Non 3 558 450 soit 61.31 %
Oui 2 245 537 soit 38.69%

Votes valides 5 803 987 soit 94.20 %
Non valides ou blancs 357 153 soit 5,80 %


Total des votes 6 161 140
Votants inscrits 9 858 508
Participation 62.50%

Pour rappel : Il y a dix ans une autre "victoire" du NON

Image
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede frigouret le Mer 8 Juil 2015 12:22

De plus il faut savoir que en Grèce le vote est obligatoire, cela valorise encore plus les abstentionnistes.
Donc tout comptes fait c'est environ 33% des grecs qui ont voté oui.
8-)
frigouret
 
Messages: 1668
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede Specifix le Mer 8 Juil 2015 16:25

frigouret a écrit:De plus il faut savoir que en Grèce le vote est obligatoire, cela valorise encore plus les abstentionnistes.
Donc tout comptes fait c'est environ 33% des grecs qui ont voté oui.
Non, non, frigouret. Je vais refroidir ton optimisme, « désolé ».
Ou alors, tu devrais apprendre à calculer ou revoir ton arithmétique.

bajotierra a écrit:Voici les chiffres officiels

Non 3 558 450 soit 61.31 %
Oui 2 245 537 soit 38.69%

Votes valides 5 803 987 soit 94.20 %
Non valides ou blancs 357 153 soit 5,80 %


Total des votes 6 161 140
Votants inscrits 9 858 508
Participation 62.50%

Pour rappel : Il y a dix ans une autre "victoire" du NON

Image
Le OUI : 38,69 % x 94,2 % (de votes valides) x 62,5 % (de participation) = 22,78 % pour le OUI.
Nous sommes, donc, très loin de tes conclusions, frigouret.

Le NON : 61,31 % x 94,2 % (de votes valides) x 62,5 % (de participation) = 36,10 % pour le NON.

Ces 2 chiffres s'entendent sur l'ensemble des inscrits - Donc, a priori, sur l'ensemble de la population assimilée à l'Etat grec.


C'est plus simple, et ça se vérifie aussi, avec les chiffres :

2245537 / 9858508 = 0,2277765 soit arrondi à 22,78 % pour le OUI. (soit moins de 1/4 – plus exactement 9 personnes sur 40).
5803987 / 9858508 = 0,5887287 soit arrondi à 36,10 % pour le NON. (soit plus de 1/3 – presque 3 personnes sur 8).
Le OUI est, donc, très minoritaire !!

Si on additionne le OUI & le NON : 22,78 + 36,10 = 58,88 % de votants actifs (100 % - 58,82 % = 41,12 %).

Soit 41,12 % d'abstentionS.

Cela en considérant que tous les individus ayant les papiers de l'Etat grec soient, effectivement, inscrits puisque le vote est obligatoire.
A savoir que les opposants (et d'autres cas juridiques) perdent souvent leurs droits civiques – que ces sans droits civiques/opposants s'ajoutent, a priori, aux abstentions, peut-être aux NON pour quelques-uns. Je ne préjuge pas de l'importance arithmétique de ces opposants ou de ces sans droits civiques; leur importance politique (celle des opposants) est, elle, bien réelle; D'autant plus que, arithmétique ou politique, cela rejoint et augmente les 41,12 %.

Sur ces 41,12 % , il y a 37,50 % de rejet pur et simple du referendum lui-même - et de l'Etat.
Sur ces 41,12 % , il y a 3,62 % de votes non valides, c'est-à-dire de gens qui ont obéi à l'obligation légale imposant d'aller voter, mais refusant de s'engager – Ils ne croient ni au OUI, ni au NON, pour des raisons diverses, et, donc, ne croient pas que la solution est dans ce OUI ou ce NON.

Les Etats et les organismes officiels ont l'habitude de relativiser les chiffres dans le sens qui avantage les institutions.
Mais, 37,5 % de désobéissance affirmée, c'est plus de 1/3, frigouret. (ça fait 3 personnes sur 8, exactement).

Le rejet est, donc, très majoritaire !!!
Specifix
 
Messages: 1286
Inscription: Jeu 3 Mai 2012 23:30

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede Specifix le Mer 8 Juil 2015 17:34

Si à cela je reprends les 22,78 % de OUI, cela donne globalement un ensemble de rejets plus large de 77,22 % de la population.
(100 % - 22,78 % = 77,22 %). Ce rejet concerne l'Etat, les politiques de cet Etat, l'UE, le diktat de la finance, etc ...
Ce rejet déborde les Anarchistes eux-mêmes et cela ne peut que leur donner une assise sociale plus importante.
Specifix
 
Messages: 1286
Inscription: Jeu 3 Mai 2012 23:30

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede frigouret le Mer 8 Juil 2015 18:19

Ouais mais moi je l'ai fait de tête en repiquant les poireaux ,d'abord. Pis j'avais confondu le oui et le non aussi. Merci.
8-)
frigouret
 
Messages: 1668
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede bajotierra le Ven 10 Juil 2015 09:23

Bon ,

On commence a avoir la réponse concrète a la question, et il semble bien que le texte de nos jeunes amis abstentionnistes était dans le vrai !
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede vroum le Sam 11 Juil 2015 23:10

Deux traductions de textes qui décrivent une partie des enjeux et des questionnements de ceux et celles qui luttent pour la révolution sociale...

source : https://mars-infos.org/deux-textes-sur-les-enjeux-actuels-193

D’un côté les propositions de la TROIKA (il s’agit des créanciers, le FMI,la BCE et la Commission Européenne qui sont appelés Institutions depuis l’arrivée de Syriza au Pouvoir) et de l’autre celles du gouvernement de coalition grec ; il ne faut pas se tromper, toutes les 2 propositions concerne un nouveau mémorandum (accord global entre les créanciers et le gouvernement grec) et des nouvelles mesures d’austérité. Sauf qu’il n’y a pas eu de compromis et le gouvernement grec a choisi d’organiser un référendum avec comme question ; acceptez vous ou non la proposition de des trois institutions ? Dans un climat de diffusion de peur sans précédent, cultivée en grande partie par les grands médias, les gens sont appelés à voter d’un seul mot à une question qui ne vient pas d’eux mêmes, à une question qui a changé de sens, en même temps que les banques sont fermées avec une limitation de retrait d’argent à la hauteur de 50-60euros et les scénarios pour l’après référendum sont multiples et pas très optimistes...

Texte du Groupe Anarchiste Kath’odon (Athènes)

Après une longue période de négociations avec ses autres partenaires européens, la coalition de SYRIZA-ANEL a décidé de recourir à un référendum. Ceci est bien sûr une question très importante qui concerne directement notre vie et aura un impact très direct sur elle. Le gouvernement fait un choix de démocratie directe, s’adressant à l’ensemble de la société. Il s’agit d’un choix politique honnête, éthique et démocratique, car une décision aussi importante doit être prise par l’ensemble des gens qui vivent en territoire grec. Soutenir le "NON" créera des conditions pour le développement d’un mouvement radical et contribuera à améliorer les conditions de vie de notre classe. Correct ? Pas du tout !

Référendum de démocratie directe ?

En ce qui concerne le « référendum » et ses liens avec la démocratie directe ; qui pose la question à laquelle la réponse est « oui ou non », pose à la fois le cadre de la discussion (et donc le cadre de la décision) et aussi le cadre de la gestion politique du résultat. Les questions qui sont posées par "ceux d’en haut" n’ont rien à voir avec tout processus de démocratie directe. Par exemple, si c’était à nous de poser la question, on dirait : "voulez vous que les patrons nous exploitent, oui ou non ? Voulez vous que l’État nous impose des impôts pour financer les banques, les capitalistes et son mécanisme bureaucratique, oui ou non ? Voulez-vous quelqu’un d’autre à part nous décide pour nos vies, oui ou non ?" Il s’agit donc des questions qui priorisent nos propres besoins et désirs et ne contribuent pas à la création d’un ensemble nationaliste et interclassiste qui doit se prononcer sur le "salut de la patrie" et contre les méchants "spéculateurs étrangers et les impérialistes." Il s’agit des questions qui ne font pas la promotion du capitalisme et de l’étatisme en tant que "route à sens unique"...

Un processus relève de la démocratie directe lorsque ceux qui y participent le font de manière cohérente et égalitaire afin d’autogérer leur vie, et non pas quand un gouvernement décide de temps à autre de "consulter le peuple" à ses propres fins. La démocratie directe n’a pas de sens si elle est déconnectée de la liberté, de l’égalité et de la solidarité, si elle est déconnectée du communisme libertaire et de l’anarchie. Les réponses en commun du patronat et des esclaves salariés, des dirigeants et des dominés, à une question posée par le gouvernement, nous rappelle les réponses en commun des loups et des moutons sur le repas du soir.

Quant aux résultats du référendum,

Quand le gouvernement nous demande si nous préférons son mémorandum ou celui de ses créanciers, toute réponse de la part de notre classe (la classe des exploités et des opprimés) se retournera contre nous. Via ce référendum, le gouvernement qui a été élu il y a 5 mois, veut rendre notre classe complice des nouvelles mesures qui seront prises contre elle, complice de décisions que le gouvernement prendra le lendemain, quelles qu’elles soient. Cette responsabilité partagée sera un obstacle à la création d’un mouvement radical qui peut contester les choix des dominants. Quant au résultat du référendum, le gouvernement l’utilisera soit pour négocier avec ses partenaires et obtenir en même temps un consensus social (en vue d’un "accord mauvais mais nécessaire"), soit pour se déresponsabiliser d’une sortie éventuelle de l’Union Monétaire (Euro). En tout cas, notre classe continuera à subir les conséquences de cette restructuration capitaliste et étatique. Une participation au référendum signifie l’acceptation de notre côté de ce fait.

En ce qui concerne la différence entre les deux options définies par le gouvernement ; le OUI signifie la pleine acceptation de la politique capitaliste des mémorandums. Le NON signifie la légitimation sociale du gouvernement grec afin qu’il continue à négocier avec les créancier de l’Etat grec pour décider combien de milliards seront économisés par les mesures qui s’imposeront à notre classes. Pour décider donc d’accepter une politique d’austérité légèrement différente.

Quel que soit le résultat du référendum, ses effets affecteront notre classe. Un nouveau mémorandum, venant de l’Europe ou de la gauche, l’exploitation et l’oppression seront intensifiées. Tant qu’il y a l’État et le capitalisme, avec l’euro ou avec la drachme, l’appauvrissement de notre classe continuera et une très petite partie de la société continuera à décider à notre place et à exercer son autorité.

En ce qui nous concerne,

Nous refusons par principe de participer à toute procédure électorale et de répondre à un dilemme imposé par l’État, parce que pour nous cette procédure légitime le pouvoir et reproduit de faux espoirs quant à une meilleure gestion de l’État ; d’un État dont l’existence ne fait que perpétuer, reproduire et créer des divisions. L’attitude de Syriza ces derniers cinq mois envers le peu de mouvements, a de nouveau confirmé que l’État continue à fonctionner même si le gestionnaire change, même si le gestionnaire est de gauche et progressif. Au même titre que le neo-liberalisme, la social-démocratie (qui est préconisé par Syriza en théorie) est hostile envers les mouvements qu’elle ne contrôle pas, en essayant de les intégrer lorsqu’elle ne les réprime pas directement.

Donc, qu’on n’essaye pas de nous convaincre que la participation au référendum et le NON "fier et national" proposé par Syriza, peuvent modifier les conditions de lutte de classe à notre profit ou peuvent contribuer à la construction d’un mouvement radical. Ceux qui choisissent de ramper "pour des raisons tactiques" derrière des dilemmes imposé par l’État, en soutenant directement ou indirectement le NON, soutiennent directement la capitulation sans condition de notre classe aux mémorandums de gauche.

Ceci dit, on n’ignore que au sein du système capitaliste il y a des conflits internes et que la victoire éventuelle du OUI aidera à l’avancée du totalitarisme moderne (sous la forme promue par les États européens). Cependant, le soutien (même indirect) à cette partie de dominants qui favorisent une gestion capitaliste alternative de la crise systémique, ne peut en aucun cas créer des conditions pour le développement d’un mouvement social et de classe vraiment radicale et avec une perspective révolutionnaire. Il permet simplement de remplacer le dominant. Qui pense qu’il peut utiliser les armes de l’ennemi de classe en faveur de notre mouvement (ex. le référendum actuel), se trompe. Ceux qui se sont précipités pour voter pour Syriza lors des dernières élections, en ayant cette perspective dans leur esprit, se sont trompés de manière lamentable.

Quant à une éventuelle sortie de la Grèce de l’UE

L’UE est un centre transnational de Pouvoir avec sa propre armée et sa propre monnaie qui tend à devenir un hyper-État fédéré. Les bourgeoisies des États-nations qui composent l’UE n’ont pas toujours des intérêts en commun. Cela se reflète dans tous les conflits en son sein, comme dans le conflit actuel. De même, une partie des capitalistes grecs a intérêt à soutenir le NON au référendum (ce qui explique en partie l’attitude des nazis de l’Aube Dorée), tandis qu’une autre partie (et probablement la plus forte actuellement) a intérêt à soutenir le OUI. il s’agit d’un conflit interne au système qui n’a rien à voir avec nos intérêts de classe et leur promotion. De notre côté, en tant qu’ anarchistes nous sommes contre tout État, qu’il soit national ou transnational et nous luttons pour sa destruction. Nous sommes solidaires avec toute personne de notre classe qui lutte pour la destruction de l’État. Dans ce contexte, nous luttons aussi contre l’UE. Ainsi la question d’être ou pas dans l’UE n’a pas de sens pour nous. Il n’a donc pas beaucoup de sens pour nous la question à l’intérieur ou à l’extérieur de l’UE. Nous cherchons la destruction de l’UE et des appareils étatiques qui la composent, qui comprend l’Etat qui nous opprime le plus directement, l’État grec.

En tant qu’anarchistes nous n’avons jamais adopté une théorie des étapes qui priorise d’abord une lutte de libération nationale et anti-impérialiste et par la suite la révolution socialiste. Par conséquent, la devise "sortons de l’UE" nous est étrangère ; car cela suppose l’existence d’un État-nation (social-démocrate ou ouvrier) souverain qui réalise cette sortie et qui se raccroche au char d’une autre "grande puissance".

L’ennemi est dans la zone Euro. Et en dehors ?

La monnaie est un instrument de politique économique aux mains d’un État et un paramètre très important pour la plus-value capitaliste. Nous considérons que les dilemmes "euro ou drachme" et "à l’intérieur ou à l’extérieur de l’UE" sont artificiels. Avec l’euro se poursuivra l’exploitation et l’oppression par l’État et par la partie du capital qui a investi sur le territoire grec. Avec la drachme se poursuivra l’exploitation et l’oppression par l’État et par une autre partie des capitalistes, qui a retiré ses capitaux en attendant d’investir dans un pays avec une monnaie dévaluée, en attendant d’acheter à un prix avantageux. Au delà de la monnaie,tant que notre classe refuse de réaliser sa propre force collective, tant qu’elle refuse de se battre contre les patrons et l’État, tant qu’elle refuse de prendre sa vie en mains, tant qu’elle refuse de poser la vraie et unique question, capitalisme et étatisme ou révolution sociale, notre vie continuera à s’appauvrir.

Nous résistons à l’appauvrissement de nos vies, nous nous battons pour une Europe (et tout un monde) sans frontières, sans états, sans capitalisme. Une Europe (et tout un monde) fondée sur la solidarité entre les êtres humains, dans les communes fédérées librement, dans des relations de liberté et d’égalité.

Abstention du référendum.
Posons nos propres questions, donnons nos propres réponses.
Pour la révolution sociale, pour le communisme libertaire, pour l’anarchie.

Groupe Anarchiste Kath’odon (Athènes)


Texte de l’ Union Libertaire Syndicale (ESE)
"Dès ce dimanche : organisation."


Le gouvernement de SYRIZA piégé dans ses propres contradictions (surtout dans celle du capitalisme à visage humain) appelle la classe ouvrière à se positionner dimanche prochain. L’État bourgeois s’aligne au Capital et ses représentants (UE, FMI, patronat et ses sbires aux médias) et tente de trouver une piste de sortie à travers "la fête de la démocratie". SYRIZA pose la question au référendum et espère manipuler le résultat, mais le contenu de cette question ne lui appartient pas. En effet, à travers ce référendum le gouvernement de SYRIZA-ANEL, l’UE et le Capital font du chantage à la classe ouvrière (non paiement des salaires, lock out, menaces diverses, etc). Il s’agit d’un chantage au service de la logique des négociations avec le Capital, au détriment des intérêts des travailleurs. Cette logique des négociations est évidente car les mesures antisociales des mémorandums précédents n’ont pas été abolies.

Ce raisonnement est démontré par le fait que les contre-propositions du gouvernement sont artificielles sans défendre les intérêts des travailleurs, et par le fait que le changement des conditions de travail est remis aux calendes grecques.
La propagande en faveur du NON et celle en faveur du OUI, convergent à la gestion de la normalité capitaliste.

Dans ce climat de chantage, les gens de la classe ouvrière vacillent - et à juste titre - entre l’abstention et le NON au référendum, ayant en face une possible victoire du OUI qui installerait une situation de terreur. La pratique du suffrage universel appliqué au système parlementaire bourgeois, cache les différences de classe de manière arbitraire. Cependant, dans cette situation il y a un défi et une dynamique que la classe ouvrière ne peut pas ignorer. Ce dimanche, la lutte des travailleurs peut rompre la logique de la délégation et donner du sens au contenu du référendum en termes de classe. Une victoire éventuelle du OUI affaiblira sans aucun doute à la fois les travailleurs et les capacités de résistance. La victoire du OUI signifiera l’agression effrénée contre les mouvement ouvrier et ses droits.

Pour cela, nous devons leur bloquer la route. La victoire du NON, peut être une arme dans l’arsenal du mouvement et peut poser un obstacle aux structures du Pouvoir. La participation et le vote pour le NON signifie la riposte et est une occasion, non pas de délégation ou de soumission, mais une occasion de relancement pour le mouvement ouvrier. Le NON ne veut pas dire accepter la question telle qu’elle est posée par SYRIZA ; le contenu de notre propre NON est lié à la lutte de classe contre le capital et notamment contre l’UE capitaliste. En outre, NON ne signifie pas un alignement avec SYRIZA, ni l’alignement de la gauche avec SYRIZA.

L’ESE d’Athènes, appelle le mouvement ouvrier à mettre en avant ses intérêts et à provoquer une rupture dans la normalité du système, en votant NON dimanche prochain. Mais il est de la responsabilité de la classe ouvrière de ne peut pas permettre que ça soit un NON fictif ; ce NON doit signifier des luttes, de la résistance à nos endroits de travail, de la participation aux collectifs ouvriers anti-hierachiques contre le syndicalisme bureaucratique et officiel vendu.

A partir de ce dimanche, le seul chemin c’est la lutte et l’organisation :

aucune confiance dans la coalition gouvernementale de SYRIZA-ANEL ; aucune délégation.
la lutte aux mains des travailleurs ; pas de recul.
résistance au terrorisme et aux chantages des patrons.
en avant pour des grèves et des manifestations.

Renforçons le syndicalisme combatif auto-organisé, afin de reprendre tout ce qui a été perdu, afin de prendre tout ce qui doit être gagné. Renforçons les syndicats de base et l’anarcho-syndicalisme.

« Qui vote et ne prépare pas la révolution sociale est nuisible pour nous, de même que celui qui s’abstient des élections et ne prépare pas la révolution sociale."
Bouanaventoura Durruti

Union Libertaire Syndicale (ESE) - Athènes
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6803
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede bajotierra le Lun 20 Juil 2015 19:39

Très bonne conclusion sur l'utilité de ce référendum par un membre du forum rouge et noir

"Ceux qui ont voté "non" au référendum ont donné les pleins pouvoirs à Tsipras et maintenant ils s'en mordent les doigts. Un référendum n'est rien d'autre qu'un plébiscite, il sert toujours à renforcer le pouvoir. Tous les anarchistes le savent.
Le peuple n'a jamais eu besoin de référendum pour s'exprimer. Il s'exprime dans la rue, dans la révolution, tout le reste, c'est du vent.
..."
:clap:

http://cnt.ait.caen.free.fr/forum/viewt ... 7&start=60

Et ça n'a pas plus au maniptout de l'anarchisme qui se précipitait aux urnes référendaires :)
bajotierra
 
Messages: 4254
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede Specifix le Mer 22 Juil 2015 19:01

bajotierra a écrit:Très bonne conclusion sur l'utilité de ce référendum par un membre du forum rouge et noir

"Ceux qui ont voté "non" au référendum ont donné les pleins pouvoirs à Tsipras et maintenant ils s'en mordent les doigts. Un référendum n'est rien d'autre qu'un plébiscite, il sert toujours à renforcer le pouvoir. Tous les anarchistes le savent.
Le peuple n'a jamais eu besoin de référendum pour s'exprimer. Il s'exprime dans la rue, dans la révolution, tout le reste, c'est du vent.
..."
:clap:

http://cnt.ait.caen.free.fr/forum/viewt ... 7&start=60

Et ça n'a pas plus au maniptout de l'anarchisme qui se précipitait aux urnes référendaires :)



Oui, mais je "nuancerais" le post dont il est question, bien que je sois d'accord avec ce qu'il dit.
Le taux de participation de 62,5 % est le taux réel du "succès" de ce referendum.
Si, comme frigouret l'a mentionné, le vote est obligatoire, il faut se dire que les dés sont pipés.
On peut supposer que sans cette obligation, l'abstention aurait été encore plus forte. Mais, cela n'excuse pas les votants du NON.
Bien sûr, dans les faits, c'est la participation qui compte; et, on peut reprocher aux votants du NON d'être allés aux urnes plutôt que de désobéir.
La trahison de Tsirpas démontre simplement l'erreur de pronostic des gouvernants à propos du referendum.
Volontairement, ou non, le passage en force de Tsirpas avec une pseudo-nouvelle proposition, va permettre aux dirigeants de l'UE de tester cette méthode. Cela ne va pas sans la mise en spectacle de dissensions au sein de syrisa pour une récupération du mécontentement de la population, pour tenter de désamorcer en se perdant en polémiques médiatiques.
Si c'était le OUI qui l'avait emporté, cela aurait été tout benef. La victoire du NON, les oblige à trahir (formellement) et, par la même occasion, à se trahir.

Ce qui était déjà clair pour les :A: , le sera, peut-être maintenant, je l'espère, pour beaucoup d'autres.
Specifix
 
Messages: 1286
Inscription: Jeu 3 Mai 2012 23:30

Re: Grèce : A quoi va servir le Référendum ?

Messagede Lehning le Jeu 23 Juil 2015 00:46

Bonsoir !

"Si les politicard-e-s changeaient le monde réellement, ça se saurait !"
"Si les élections (ou les référendums) changeaient la vie, ça se saurait aussi^^".
(quoique ça peut changer la vie des gens mais en + mal généralement sous la coupe des gouvernant-e-s.)

Qu'est-ce qu'à finalement de révolutionnaire Syrisa ? J'ai du mal à trouver... (alliances avec une partie de la Droite droiteuse et natio ; compromis financiers avec les requins de la BCE, du FMI, de l'Eurogroupe, etc.)

Et toujours in fine, behind, l'austérité aggravée pour le peuple grec.

Le Référendum semble avoir été une sorte de bouée de sauvetage éventuelle pour Tsipras...avec certainement un calcul politique derrière, bien évidemment.

Toutes ces magouilles me débectent !

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2108
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33


Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités