Russie

Re: Russie

Messagede vroum le Ven 30 Juil 2010 12:01

Emeute inhabituelle en Russie

http://www.lesechos.fr/info/inter/020695455269-emeute-inhabituelle-en-russie.htm

[ 30/07/10 - 01H00 - Les Echos - actualisé à 00:36:58 ]

Près de 500 jeunes gens, dont certains masqués, ont attaqué hier des locaux administratifs dans la banlieue de Moscou, un événement rare dans un pays où les manifestations peuvent être réprimées très sévèrement. Se réclamant de l'anarchisme ou de l'antifascisme, les émeutiers auraient utilisé des armes à feu, selon des médias russes. Ce raid s'est déroulé en marge de protestations contre la destruction d'une forêt pour une nouvelle autoroute, contestée depuis trois ans par les habitants de Khimki, une ville proche de la capitale russe. Ces derniers ont multiplié les lettres ouvertes aux autorités et les pétitions, sans succès. Ces mobilisations citoyennes, généralement pacifiques, contre l'arbitraire des autorités se sont multipliées ces dernières années dans un pays à l'opposition muselée par le pouvoir.
Les Echos





Vinci, police, fascistes : même combat !

Attaque contre les défenseurs des forêts à Khimki (Russie)


http://beton-arme.blogspot.com/2010/07/vinci-police-fascistes-meme-combat.html

Les bandits fascistes attaquent le camp des écologistes
La police arrête des défenseurs de la forêt

Le 23 juillet à Khimki, a été écrasé le camp des défenseurs de la forêt. Au début, le camp, où se trouvaient pas plus que quelques dizaines de personnes, a été attaqué par une foule de combattants - environ une centaine de personnes, probablement engagés par ceux qui sont intéressés par l’abattage forestier. Ces personnes, en masques blancs et vêtues de tee-shirts blancs avec des numéros, ont attaqué le camp. Des témoins ont reconnu certains des agresseurs fascistes - hooligans (militants de droite – animateurs du football de l'une des équipes de Moscou). Dans le même temps, les engins des constructeurs du bâtiment ont été mis en route pour poursuivre la destruction de la forêt.

Comme cela s'est déjà produit à plusieurs reprises, le groupe protestataire à la déforestation a appelé la police. Voici comment ces événements ont été décrits par un membre du groupe de cette initiative Eugène Tchirikov: «A 5 heures, des bandits en masques blancs sont arrivés. Nous avons réagis en appelant la police et en lui demandant de ne pas nous laisser seuls avec ces gens. Par la suite, on a essayé d'arrêter des policiers qui prenaient congé et de stopper les machines pour sauver les arbres. A ce moment, sont intervenus l’OMON (Service de la militsia à vocation spéciale, NdT). » La police a commencé à arrêter non pas les bandits ayant attaqué le camp, mais ... les défenseurs de la forêt ainsi que les journalistes. Dans le même temps, les bandits masqués tabassaient les gens ; quelques participants du camp ont été sévèrement battus. Finalement, le terrain de la déforestation a été mis sous la protection de la police.

Image

Un peu d'histoire. Une partie payante de l’autoroute Moscou-Saint-Pétersbourg, d’une longueur de 43 km, se situe entre le 15ème et le 58 ème kilomètres. Il passe à travers la forêt de Khimki. Sa construction est menée par une entreprise de concession du Nord-Ouest (SZKK) qui représente la société française Vinci. Le concours pour le droit de recevoir une concession a été remporté par les Français en 2008. En décembre 2009, un groupe d'activistes a déposé une poursuite judiciaire contre la décision du gouvernement russe de transformer presque 145 hectares de la forêt de Khimki en terrains industriels. La Cour suprême a reconnu la décision du gouvernement comme légitime. Le 15 juillet 2010, les écologistes ont appris que des travaux sur le site de la future autoroute commençaient. Le groupe de protestation a réussi de stopper l'exploitation forestière et a installé un camp pour protéger les arbres.
Ainsi, les Moscovites, parmi lesquels étaient des résidents locaux, des écologistes et des membres de groupes politiques différents (anarchistes et autres) forment aujourd'hui le front uni contre des sociétés transnationales, le gouvernement russe, la police et les criminels (les fascistes).
Une situation similaire a déjà eu lieu en 2007 dans le camp écologique à Angarsk. Là-bas, les écologistes et anarchistes protestaient contre l'expansion de la capacité de production de l’usine d'électrolyse et de chimie d'Angarsk et contre l'importation des déchets nucléaires. Une nuit, le camp de protestation a été attaqué par un groupe de fascistes. Par conséquent, un des campeurs, Ilya Borodaenko, a été tué et plusieurs personnes ont été grièvement blessées.
Il est évident que dans de telles conditions, les anciennes méthodes de protection de la nature et des droits des populations locales ne sont plus adaptées. Les défenseurs de la nature sont attaqués par des voyous fascistes et par les flics ; l’abattage forestier et ensuite la pollution, par des grandes entreprises, continuent. Ce n'est pas seulement la spécificité de la Russie. Des processus similaires se déroulent dans le monde entier. En Inde, en Amérique du Sud, en Afrique, les multinationales achètent des pays entiers, s’approprient, à l’aide des autorités locales et des bandes de droite, d’énormes territoires, détruisent des forêts vierges, soumettent des habitants locaux au génocide. Cependant, les populations locales de l’Inde résistent farouchement à cette violence.
Quant à la situation à Khimki, les questions suivantes se posent.
Tout d'abord, les gens de Khimki et d'autres régions de Moscou, sont-ils prêts à résister aux bandits et à protéger leurs droits? Ou ne le sont-ils pas? Est-ce que les Moscovites comprennent que les soit-disants défenseurs des interêts de la population sont corrompus et qu’il ne leurs reste qu’un choix : l’auto-défense ou la défaite?
Deuxièmement, est-il possible aujourd'hui de rassembler les gens de la région - au moins une centaine ou, de préférence, plus - des hommes et des femmes physiquement fortes, capables à une action décisive afin d’organiser l’auto-défense contre des bandits? Des centaines d'anarchistes et d’antifa de Moscou, pourraient-ils intervenir dans cette situation?
Si les réponses à la première et à la deuxième questions sont négatives, l'affaire peut alors se terminer par une tragédie insensée, comme à Angarsk, en 2007… La forêt serait coupée, les gens – démoralisés…

Image

Des tee-shirts avec les symboles fascistes, des masques blancs... Ce sont ceux qui aident Vinci et les bureaucrates russes à abattre la forêt à Khimki sous la protection de la police.
Les témoignages et les investigations dans le milieu des animateurs du foot permettent de dire que les bandits attaquant le camp sont des membres de deux club de supporters du Spartak (équipe de foot de Moscou, NdT) – Gladiators и Spirt Аlliance.
Selon les sources : http://shraibman.livejournal.com/518016.html
Indymedia, http://ru.indymedia.org/newswire/display/23850/index.php



_________________________________________________________________________________________________________
Liens sur le sujet (en russe):

http://www.newsru.com/russia/23jul2010/khimkiforrest.html

http://www.bfm.ru/news/2010/07/23/omon-zaderzhal-zashhitnikov-himkinskogo-lesa.html

http://www.svobodanews.ru/content/article/2107974.html

http://www.novayagazeta.ru/news/842659.html

[url]Vidéo : http://www.vesti.ru/doc.html?id=379841[/url]
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6807
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Russie

Messagede Johan le Ven 30 Juil 2010 20:45

vroum a écrit:
Emeute inhabituelle en Russie

http://www.lesechos.fr/info/inter/020695455269-emeute-inhabituelle-en-russie.htm

[ 30/07/10 - 01H00 - Les Echos - actualisé à 00:36:58 ]

Près de 500 jeunes gens, dont certains masqués, ont attaqué hier des locaux administratifs dans la banlieue de Moscou, un événement rare dans un pays où les manifestations peuvent être réprimées très sévèrement. Se réclamant de l'anarchisme ou de l'antifascisme, les émeutiers auraient utilisé des armes à feu, selon des médias russes. Ce raid s'est déroulé en marge de protestations contre la destruction d'une forêt pour une nouvelle autoroute, contestée depuis trois ans par les habitants de Khimki, une ville proche de la capitale russe. Ces derniers ont multiplié les lettres ouvertes aux autorités et les pétitions, sans succès. Ces mobilisations citoyennes, généralement pacifiques, contre l'arbitraire des autorités se sont multipliées ces dernières années dans un pays à l'opposition muselée par le pouvoir.
Les Echos


Russian Anarchist Mob Attacks Mayor's Office Near Moscow, Kommersant Says
- Jul 29, 2010 8:12 AM GMT Thu Jul 29 07:12:58 UTC 2010

Five hundred Russian anti- government activists attacked the office of a Moscow suburb’s mayor to protest the construction of a highway through a forest, Kommersant reported.
The protesters gathered in central Moscow yesterday and took a commuter train to the northern suburb of Khimki, armed with air guns and baseball bats, the newspaper reported. Police fled after being pelted with rocks and bottles and nobody was arrested, Kommersant said.
The anarchist youths set off flares and tried to chop down the main door of the mayor’s office with an ax, according to Kommersant. They spray-painted “Save the Russian Forest” on the walls of the building in the five-minute flash protest, the newspaper reported.
An environmentalist camp in the Khimki forest was attacked by a group of masked men over the weekend, Kommersant said. Mikhail Beketov, the editor of a local newspaper, was almost beaten to death in 2008 after campaigning to stop construction of a highway through the Khimki forest.

Image
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Johan
 
Messages: 1476
Inscription: Ven 20 Fév 2009 23:44

Re: Russie

Messagede Antigone le Dim 1 Aoû 2010 10:17

Super ! Vroum et Johan m'ont devancé.
J'apporte juste un tout petit complément avec le reportage de Euronews.

Euronews - 29 jul 2010
reportage vidéo: http://fr.euronews.net/2010/07/29/la-mo ... en-russie/

La mobilisation tourne à la violence pour défendre un coin de forêt en Russie

Dans la banlieue de Moscou, à Khimki plus de 500 jeunes se réclamant selon les médias russes de mouvements anarchistes et antifascistes ont attaqué la mairie de la ville mercredi soir. Ils ont brisé des vitres, lancé des fumigènes et des coups de feu ont retenti.
Ces jeunes masqués exigeaient la fin d’un chantier visant à rayer de la carte une partie de la forêt de Khimki au profit d’une autoroute dont le principe a été voté au parlement.
Le mouvement des riverains de Khimki a immédiatement précisé qu’il n’avait rien à voir avec cette attaque. Mais dès mercredi soir, neuf militants pacifiques qui occupaient au même moment leur bout de forêt ont été interpellés par la police.
Ce dossier est particulièrement sensible compte tenu des intérêts économiques et politiques en jeu. Un journaliste qui avait enquêté sur le sujet en 2008 a été laissé pour mort par ses agresseurs après des révélations visiblement gênantes pour certains.



* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

On peut s'étonner, pas forcément que la Russie privatise, mais que cette opération qui vise une dizaine d'entreprises considérées chacune dans son domaine comme des géants économiques,'s'effectue pour un revenu aussi modique: seulement 22 milliards d'euros (et encore sur 3 ans !), alors que les milieux financiers estiment leur valeur réelle à 40. Et même si L'Expansion avance le chiffre de 29 milliards d'euros, il y a là quelque chose que je saisis mal.

On nous dit que c'est pour juguler le déficit budgétaire, mais cette explication ne tient pas car celui-ci devrait être cette année inférieur à 5% du PIB et pourrait descendre aux alentours de 3,5% en 2011 si la croissance actuelle se maintient. De quoi faire palir d'envie les pays de l'UE.
Les taxes sur le pétrole et les hydrocarbures fournissent la plus grosse partie des recettes de l'Etat. De plus, avec une dette publique qui ne s'élève qu'à 7% de son PIB, la Russie est l'un des pays les moins endettés du monde.
Par contre, la dette de l'économie privée et plus particulièrement des banques est plus problématique. Elle serait estimée à 400 milliards de dollars, soit parait-il le montant des réserves de l'Etat. En comparaison, ces 22 milliards d'euros sur 3 ans promis par le programme de privatisations ne sont que quantité négligeable.

Alors pourquoi l'Etat se laisserait-il voler ?
Y aurait de l'eau dans le gaz entre Medvedev et Poutine sur le poids à accorder à l'Etat dans une économie russe qu'ils veulent modernisée et plus compétitive ? L'un des deux penserait-il qu'un prix d'achat plus élevé risquerait de décourager les investisseurs étrangers ? Cela ne me parait pas vraiment crédible.
En tout cax on pourrait croire que la Russie a un besoin urgent d'argent pour qu'une partie de son mobilier soit bradée de la sorte pour la moiltié de sa valeur. J'en ignore les raisons exactes et aucun journal n'apporte d'explication satisfaisante.

Le Monde - 29 jul 2010
http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... _3234.html

Moscou lance une vague de privatisations sans précédent depuis les années 1990

MOSCOU - C'est le "plus important" programme de privatisations depuis les années 1990, selon la presse économique russe. Pour réduire un déficit budgétaire né de la crise économique et de la baisse du prix des ressources naturelles, notamment du gaz et du pétrole, Moscou a précisé, mercredi 27 juillet, le projet de privatisation partielle d'une dizaine de grandes entreprises d'Etat qui avait été évoqué quelques jours auparavant par des responsables du ministère des finances.

Selon le ministère du développement économique, le plan devrait rapporter au Trésor russe 298 milliards de roubles (7,6 milliards d'euros) dès l'année prochaine, pour un total de 883 milliards de roubles (22,4 milliards d'euros) à la fin du processus en 2013.
Onze entreprises devraient être partiellement privatisées lors de cette vente d'actifs, dont les modalités seront connues au courant de l'automne. Parmi celles-ci se trouvent notamment le géant pétrolier Rosneft, le producteur d'électricité Rushydro ainsi que les banques VTB et Sberbank, cette dernière étant l'équivalent russe des Caisses d'épargne.

Selon les informations diffusées par la presse russe en début de semaine, l'entreprise pétrolière Transneft, la banque agricole Rosselkhozbank, la compagnie de transport maritime Sovkomflot et l'agence de crédit hypothécaire AIJK seraient également concernées, mais les autorités n'ont pas confirmé leur présence dans la "liste" soumise au gouvernement russe pour approbation.
La plus grande entreprise de transport ferroviaire au monde, les Chemins de fer russes "RJD" (1,3 million d'employés), a été un temps évoquée, mais resterait finalement à 100 % dans le giron de l'Etat.

Pour toutes les entreprises impliquées dans ce nouveau processus de privatisation, la participation du secteur privé ne devrait cependant pas dépasser les 30 %, l'Etat se réservant le contrôle, en dernier lieu, de ces acteurs stratégiques de l'économie nationale.
Objectif avoué du plan de privatisation : utiliser les sommes ainsi dégagées pour ramener le déficit budgétaire du pays, estimé à 5 % pour l'année en cours, à 4 % en 2011, 3 % en 2012 et 2 % l'année suivante. Mardi, le ministre des finances, Alexeï Koudrine, annonçait que l'objectif du gouvernement russe était de retrouver un budget équilibré à compter de l'année fiscale 2015.

Fortement touchée par la crise économique et la chute des prix pétroliers, la Russie renoue avec la croissance depuis cette année. Le produit intérieur brut (PIB), qui avait chuté de 7,9 % en 2009, devrait connaître une hausse estimée à 4 % en 2010, grâce notamment à un deuxième trimestre favorable, avec un PIB en hausse de 5,4 % par rapport à la même période de l'année dernière.

Les marchés boursiers ont bien accueilli l'annonce de cette vague prochaine de privatisations, la première depuis l'entrée en Bourse de la banque VTB, en 2007.
Mais le pays, qui a connu des vagues de privatisations "sauvages" à la suite de l'effondrement de l'économie soviétique dans les années 1990, observe également avec méfiance toute annonce de privatisations massives. La presse économique s'inquiète de la vente "au rabais" des parts de ces géants de l'économie nationale. Le quotidien des affaires Vedomosti estime ainsi à 40 milliards d'euros la valeur réelle des actifs potentiellement mis en vente pour les seules entreprises du domaine de l'énergie, et s'interrogeait sur l'origine des investisseurs intéressés par une éventuelle participation dans ces grands groupes d'Etat.
"Espérons que les appel d'offres seront honnêtes, et ouverts à tous - notamment aux investisseurs étrangers", concluait, dans son éditorial, le quotidien des affaires.
Alexandre Billette
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Russie

Messagede Махновец le Lun 2 Aoû 2010 21:15

vroum a écrit:
Emeute inhabituelle en Russie

http://www.lesechos.fr/info/inter/020695455269-emeute-inhabituelle-en-russie.htm

[ 30/07/10 - 01H00 - Les Echos - actualisé à 00:36:58 ]

Près de 500 jeunes gens, dont certains masqués, ont attaqué hier des locaux administratifs dans la banlieue de Moscou, un événement rare dans un pays où les manifestations peuvent être réprimées très sévèrement. Se réclamant de l'anarchisme ou de l'antifascisme, les émeutiers auraient utilisé des armes à feu, selon des médias russes. Ce raid s'est déroulé en marge de protestations contre la destruction d'une forêt pour une nouvelle autoroute, contestée depuis trois ans par les habitants de Khimki, une ville proche de la capitale russe. Ces derniers ont multiplié les lettres ouvertes aux autorités et les pétitions, sans succès. Ces mobilisations citoyennes, généralement pacifiques, contre l'arbitraire des autorités se sont multipliées ces dernières années dans un pays à l'opposition muselée par le pouvoir.
Les Echos


viewtopic.php?f=38&t=4682
Image
Avatar de l’utilisateur
Махновец
 
Messages: 75
Inscription: Mer 25 Nov 2009 17:24

Re: Russie

Messagede Nico37 le Ven 6 Aoû 2010 19:15

Russie: mobilisation citoyenne contre la destruction d'une forêt au profit d'une autoroute

KHIMKI (Russie) - Dans la banlieue de Moscou, le combat de riverains qui luttent en vain pour un coin de forêt menacé par une nouvelle autoroute, a tourné à la violence avec l'attaque en règle de l'administration locale par des centaines de jeunes gens.

Une association d'habitants de Khimki, une banlieue du nord-ouest de la capitale russe, tente depuis trois ans d'obtenir la révision d'un projet qu'elle dit empreint d'illégalité au profit d'intérêts privés.

Malgré la multiplication des manifestations, lettres ouvertes, pétitions, et l'installation d'un campement dans la forêt pour empêcher les travaux, ces Russes dont le combat local a réveillé la mobilisation citoyenne ne sont jusqu'à présent parvenus à rien. Les travaux ont commencé.

Mercredi soir, plus de 500 jeunes gens se réclamant de mouvements anarchistes et antifascistes, selon des médias russes, ont attaqué la mairie de Khimki.

Venus de Moscou, pour certains le visage masqué, ils ont pris pour cible le bâtiment, brisant les vitres ou lançant des fumigènes, et des coups de feu ont retenti, selon des images placées sur l'internet et reprises par la chaîne de télévision russe NTV. "Sauvons la forêt russe !", ont-ils écrit sur les murs du bâtiment avant de prendre la fuite.

Le mouvement des riverains de Khimki a aussitôt souligné qu'il n'avait rien à voir avec cette attaque, mais dès mercredi soir, la police russe a interpellé neuf militants pacifistes qui occupaient au même moment leur bout de forêt.

"Notre camp a été encerclé (...) et on nous a dit de quitter la forêt. Les OMON (troupes anti-émeutes) nous ont embarqués", a déclaré par téléphone l'organisatrice du mouvement, Evguenia Tchirikova. Elle a été condamnée dans la soirée à 700 roubles (18 euros) d'amende pour un feu de camp interdit dans la forêt, et libérée avec les autres militants, a rapporté la radio Echo de Moscou.

Cette petite femme mince et blonde s'est lancée dans ce combat il y a trois ans pour ses deux jeunes enfants, dit-elle.

Son association s'est adressée récemment au PDG du groupe français Vinci pour lui demander de renoncer à un contrat entaché selon elle d'"illégalité et (de) violence".

En 2008, Mikhaïl Beketov, le rédacteur en chef d'un journal local avait été violemment battu après des révélations sur ce dossier. Resté des mois dans le coma, il a été amputé d'une jambe, et l'enquête n'a à ce jour rien donné.

Le président du Sénat russe, Sergueï Mironov, a apporté jeudi un soutien inattendu à cette cause, estimant que l'attaque de mercredi soir était une "grossière provocation", et demandant que le problème soit réglé "autour d'une table de négociations".

Le chef du gouvernement, Vladimir Poutine, a lui aussi fait savoir par son porte-parole qu'il "suivait l'évolution de la situation".

Car dans un paysage politique monotone depuis l'arrivée au pouvoir de M. Poutine en 2000, ces embryons de mobilisation citoyenne se sont multipliés, au fil de l'exaspération suscitée localement par l'arbitraire des autorités, les passe-droits ou les questions environnementales.


Violente manifestation près de Moscou AFP
29/07/2010 | Mise à jour : 11:09 Réagir
Plusieurs centaines de jeunes gens ont jeté des pierres et lancé des fumigènes contre une mairie de la région de Moscou hier soir pour protester contre l'abattage d'une forêt afin d'y construire une autoroute, ont rapporté aujourd'hui les médias russes.

De jeunes anarchistes et antifascistes dont certains avaient le visage masqué, ont pris pour cible la mairie de Khimki et des coups de feu ont retenti, selon les images diffusées par la chaîne de télévision russe NTV. Ils ont scandé des mots d'ordre contre l'abattage d'arbres de la forêt de Khimki que doit traverser la future autoroute reliant la capitale russe à Saint-Pétersbourg et exhibé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: "Epurons la forêt de l'occupation fasciste. 1941-2010".

Des manifestations d'une telle violence sont très rares en Russie où les forces de l'ordre interviennent en général très rapidement, même lors de rassemblements pacifiques. Les manifestants étaient plus de 500 et la police n'a réussi à interpeller aucun d'entre eux, selon le quotidien Kommersant.

Des écologistes et riverains, qui se battent depuis des années contre le tracé de cette autoroute au milieu de la forêt, ont indiqué n'avoir aucun lien avec les violences. Neuf militants du Mouvement pour la défense de la forêt de Khimki qui a aménagé à la mi-juillet un camp au milieu de la forêt ont cependant été interpellés hier, selon la radio Echo de Moscou. "Notre camp a été encerclé (...) et on nous a dit de quitter la forêt. Nous sommes sortis et les OMON (troupes anti-émeutes) nous ont embarqués", a déclaré à Echo de Moscou la dirigeante de ce mouvement, Evguenia Tchirikova, qui figure parmi les interpellés et était toujours détenue ce matin.





L'autoroute en question est construite par la multinationale française Vinci.

Voir aussi http://chtodelat.wordpress.com/2010/08/ ... conference
Nico37
 

Re: Russie

Messagede Antigone le Dim 8 Aoû 2010 08:14

Arf !
J'avais repéré la vidéo de la manif avec un peu de retard sur Secours rouge. Je n'avais pas eu le temps de la mettre en ligne dimanche dernier. Ben voila, Nico l'a postée...
Elle dure 9 mn 40 sans coupure, comme si on y était, en marchant d'un bon pas du batiment administratif jusqu'au métro.
On me laisse donc les incendies...

La terre brule en Russie.

Cette fois, les reportages de la télévision russe ne montrent plus la jeunesse moscovite se baigner et s'arroser joyeusement dans les fontaines publiques. L'insouciance de l'été et les rires des enfants n'auront pas servi longtemps les desseins de la propagande. Il arrive toujours un moment où il devient inutile de continuer de mentir. Le pouvoir a bien dû se rendre à l'évidence.

Aujourd'hui la fumée des incendies submerge Moscou, s'introduit jusque dans les bureaux, les appartements et rend partout l'air irrespirable. Peu importe si les conditions de vie sont insupportables, si les décès auraient "officiellement" augmenté de moitié par rapport à la normale, les gens devaient continuer de prendre le métro, d'aller travailler, de produire comme si de rien n'était. Aucune distribution de masques de protection, il faut en acheter en quantité pour en pouvoir changer souvent.

Cette situation a valeur de symbole pas seulement pour l'état du pouvoir en Russie mais pour l'utilité du pouvoir et de l'Etat d'une manière générale, tout occupés à faire consommer de l'accessoire sous la contrainte en se moquant d'assurer la sauvegarde des besoins humains essentiels. Logique, ça ne rapporte rien.
En tout cas cette situation n'est pas le résultat d'une stratégie de la terre brulée comme celle qui avait été utilisée pour enrayer l'avancée des armées napoléoniennes,

De ces images d'une capitale en état de suffocation s'échappent les relents putrides de plusieurs décennies de gestion calamiteuse par des élites médiocres mais toutes puissantes, aussi corrompues qu'incapables et complètement dépassées par la situation. Tellement dépassées que dans les campagnes, on ressort les icônes sacrées et s'en remet au ciel; des processions se forment pour implorer la pluie ! En Russie, tu pries, tu laisses cramer et tu attends qu'il pleuve; tu auras plus de chances d'être exaucé qu'en espérant les secours...

Quand on connait la place prépondérante occupée par la glorieuse institution militaire en Russie, c'est quand même marrant d'apprendre qu'une base militaire et 200 avions de chasse top gun ont été abandonnés et transformés en carcasses calcinées faute de canadairs et d'équipements appropriés pour combattre les flammes ! Honteuse, l'administration du Kremlin a attendu cinq jours avant de reconnaitre la nouvelle... mais presque partout ailleurs, le secret défense reste de mise.

Mais comment Poutine et Medvedev peuvent-ils penser venir à bout d'incendies d'une telle ampleur avec les ridicules poches d'eau que transportent leurs hélicoptères ? Leur seule ressource est souvent de faire abattre préventivement des centaines d'arbres autour des sites sensibles. Ils s'obstinent à refuser l'assistance internationale que les autorités soviétiques avaient pourtant acceptée lors de la catastrophe de Tchernobyl ! C'est à peine croyable...

Ces feux de forêts et de tourbière éparpillés sur des centaines de milliers d'hectares se sont étendus jusque dans la taïga aux confins de l'extrème-orient et ont déjà consummé la superficie d'un gros département français. Ils dégagent des fumées de formes volcaniques qui ont atteint la stratosphère. "S'il s'agissait des Etats-Unis, la fumée s'étendrait approximativement de Chicago à San Francisco" a fait remarquer la NASA dans un communiqué. Magnifique, on va bientôt les voir de la lune !

La Russie brule, mais le ministre stratosphérique des "situations d'urgence" (ainsi que des tuyaux percés et des lances défectueuses, mais oui) a eu cette phrase qui mériterait de figurer dans un best off de fin d'année, juste après (ou avant ?) un toast à la vodka (hic): "La situation est sous contrôle !... mais parfois il arrive qu'elle nous échappe." Hahahaha ! J'adore. Ces apparatchiks ont un humour sans équivalent.

AP - 04 aot 2010
http://fr.news.yahoo.com/3/20100803/twl ... f94_2.html

Russie: certains des incendies "hors de contrôle"

Le ministre russe des Situations d'urgence, Sergueï Shoigu, a reconnu mardi que certains des incendies qui ravagent le centre et l'ouest du pays étaient aujourd'hui hors de contrôle.

"A certains endroits, cela devient hors de contrôle", a déclaré M. Shoigu lors d'une réunion avec le président Dimitri Medvedev dans la ville de Sotchi (sud), selon les médias russes. Ces propos contredisent les informations fournies précédemment par ses services affirmant que les feux, qui ont fait 40 morts et détruit environ 2.000 maisons, étaient sous contrôle.

Mardi soir, Sergueï Shoigu a indiqué que 246 incendies continuaient de brûler sur 121.000 hectares. Environ 10.000 pompiers, plusieurs milliers de soldats et plusieurs dizaines de milliers de volontaires sont à pied d'oeuvre pour lutter contre les feux dans 14 provinces en proie aux flammes dans le centre et l'ouest de la Russie. L'état d'urgence a été déclaré dans sept de ses provinces.

Les flammes ont atteint une base militaire près de Moscou, dont elles ont détruit le quartier général ainsi que 13 autres bâtiments contenant des équipements, a indiqué mardi la Commission d'enquête fédérale. L'incendie sur la base avait été annoncé par les médias la semaine dernière, mais c'est la première fois qu'il est officiellement confirmé.

Sergueï Shoigu a également fait état d'une "situation tendue" dans la lutte contre les incendies à proximité de l'un des plus importants centres de recherches nucléaires de Russie, à Sarkov (environ 400km à l'est de Moscou).
Par ailleurs, Vladimir Stepanov, directeur du centre de crise ouvert au ministère des Situations d'urgence, a appelé mardi les autorités des provinces concernées à "mobiliser toutes leurs forces" au lieu de "seulement s'asseoir et attendre que les brigades de pompiers arrivent".

Le Premier ministre Vladimir Poutine a prévenu que les responsables locaux qui ne répondraient pas de manière suffisamment efficace aux incendies risquaient de perdre leur emploi.
La Russie connaît son été le plus chaud depuis le début des statistiques météorologiques il y a 130 ans. Les températures ont dépassé les 35 degrés Celsius au cours de la majeure partie des trois dernières semaines, avec un pic à près de 38 degrés à Moscou la semaine dernière. Le mercure est redescendu depuis quelques jours, mais devrait à nouveau grimper autour des 38 degrés d'ici la fin de la semaine.
Une grande partie de l'ouest et du centre de la Russie souffre également de la pire sécheresse dans le pays depuis 1972.
Mansour Mirovalev
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Russie

Messagede Antigone le Dim 15 Aoû 2010 08:18

On mesure encore mal les conséquences que vont avoir ces dévastations dans les prochains mois, ce que cela va coûter et pas seulement pour la Russie d'ailleurs. mais elles seront importantes. Pour l'heure, les économistes n'en font qu'une traduction abstraite en points de PIB perdus, mais déjà les chiffres avances donnent à penser que les 3/4 des recettes attendues des privatisations qui ont été décidées récemment risquent d'y passer, la relative bonne santé de l'économie également. La Russie ne sera pas épargnée par le mal inflationniste contre lequel les BRIC se débattent.

Les centaines de feux de cette canicule historique marqueront durablement les esprits. Ils ont touché trop profondément la société russe, autant celle de la campagne que celle des villes, pour ne pas faire remonter à la surface de très anciens symptômes que le système Poutine (moins de liberté pour plus d'argent avec autant de bureaucratie) était jusqu'à présent parvenu à contenir sans trop de mal. La colère qui s'est exprimée à l'encontre des autorités ne s'estompera pas aussi facilement.
Ira-t-on vers une remontée des luttes sociales dans les entreprises ? une plus grande visibilité de l'opposition "démocrate" ? Ça reste à voir... Par contre, une montée du mécontentement partout en Russie avec plus d'affrontements sporadiques et plus de manifestants, oui, cela parait vraissemblable.

En tout cas, pour la première fois depuis longtemps, le pouvoir s'est inquièté de la possibilité de voir émerger des troubles sociaux et tente de prendre des mesures pour les prévenir. C'est déjà un signe d'alerte qui ne trompe pas. Les feux ne consument pas seulement les tourbières. A peine la fumée des incendies s'était-elle dissipée qu'une manifestation était réprimée à Moscou.
L'exaspération semble pourtant moins alimenté par l'augmentation du prix du pain que par celle par exemple des ventilateurs en pleine canicule. Vendus 350 roubles (9 euros) en juin sur les marchés, ils se vendaient 2.500 roubles (63 euros) fin juillet, et dans les magasins spécialisées, les moins chers étaient à 8.000 roubles (200 euros).

L'image à la télé de Superman Poutine qui sauve la Russie aux commandes d'un bombardier d'eau a dû faire la une de tous les journaux du pays... La réalite a encore une fois dépassé la ficton, celle qu'aurait imaginée le scénariste d'une daube hollywoodienne. Mais au vu du désastre économique, l'impact de ce genre de mise en scène va finir par lasser et s'étioler.
e dernier dirigeant russe a s'être exposé au point d'être allé aux devants de la population pour recevoir ses récriminations, ses doléances, à avoir embrassé les babas en leur promettant de tout reconstruire, c'était Gorbatchev; et c'était déjà l'agonie d'un système.

Reuters, Tahoo news - 12 aot 2010
http://fr.news.yahoo.com/4/20100812/twl ... 3f5_1.html

La police réprime une manifestation contre le maire de Moscou

La police russe a vigoureusement dispersé jeudi devant l'hôtel de ville de Moscou une manifestation appelant à la démission du maire Iouri Loujkov, notamment critiqué pour sa réaction jugée insuffisante à la pollution née des incendies autour de la ville.

La police, qui a empoigné des manifestants pour les emmener dans des bus, a indiqué avoir arrêté 35 personnes.
Plusieurs dizaines de représentants de l'opposition et de militants des droits de l'homme avaient tenté de se réunir sur la place faisant face à la mairie.
Les manifestants ont indiqué vouloir le retour au système de suffrage populaire pour les dirigeants régionaux en Russie, que le Premier ministre Vladimir Poutine avait aboli lorsqu'il était président.
La date du 12 août avait été retenue en référence à l'article 12 de la Constitution, qui garantit l'autonomie des gouvernements locaux.

Les Moscovites ont abondamment critiqué l'absence de Loujkov la semaine dernière, lorsque la capitale russe était couverte par les fumées toxiques générées par les incendies de tourbières des environs. Selon les autorités sanitaires, le taux de mortalité a doublé dans la ville durant ce phénomène.

L'opposition russe peine à rassembler d'importantes foules pour manifester en raison de la répression souvent violente de tels regroupements.
L'un des manifestants, Vladimir Titov, qui a été arrêté, a déclaré à Reuters que Loujkov avait montré ce qu'il pensait des Moscovites en restant hors de la ville "alors que Moscou étouffait dans la fumée".
L'opposant Sergueï Oudaltsov et le militant des droits de l'homme Lev Ponomariov ont également été interpellés.


Reuters, Yahoo news - 09 aot 2010
http://fr.news.yahoo.com/4/20100809/tts ... f96_1.html

Les proches de victimes affluent vers les morgues de Moscou

Irina, femme d'une cinquantaine d'années, fait le pied de grue dans une morgue de Moscou au personnel débordé pour obtenir un acte de décès et faire enterrer sa mère, qui a succombé à une chaleur extrême.
"Ma mère de 70 ans est morte dans cette canicule", raconte Irina. "Elle se sentait mal depuis des semaines, mais l'ambulance a refusé de la prendre en disant que tous les hôpitaux étaient pleins. Maintenant qu'elle est morte, ils manquent aussi de place dans cette morgue !"
Le médecin de l'ambulance lui a dit que sa mère était décédée d'une crise cardiaque provoquée par la chaleur, mais il n'a pas mentionné ce fait dans son rapport officiel, dit-elle.

Natalia, 43 ans, est en larmes dans une morgue mal aérée de l'hôpital N°62 où elle attend les documents requis pour inhumer son père, mort lui aussi d'une attaque dans cette vague de chaleur sans précédent dans les annales de Moscou.
"Mon vieux père est mort en pleine rue, dit-elle. Il est sorti acheter du pain et s'est écroulé. L'ambulance a mis des heures à arriver, je suis restée tout ce temps-là près de lui dans la chaleur."

Les autorités moscovites ont fait savoir que les 123 "centres sociaux" de la ville deviendraient des abris pour les personnes âgées les plus vulnérables à la hausse des températures. Mais la plupart étant dépourvus de climatisation, ils ne peuvent guère servir de refuges contre la chaleur.
"Il est inutile d'attirer plus de gens ici, vu que nous n'avons pas de climatisation", dit l'un des gardiens du centre social Presnenski, qui accueille 200 personnes par jour.

Crématoriums et cimetières débordés

Chaque jour qui passe ou presque marquant une nouvelle température record dans cette ville de plus de 10 millions d'habitants qu'embrument les feux de forêt environnants, des médias ont rapporté que les aides-soignants avaient pour consigne de ne pas inscrire "coup de chaleur" dans les certificats de décès, afin de ne pas semer la panique.
Le chef des services de santé de la ville, Andreï Seltsovski, a toutefois fini par annoncer lundi que le nombre des décès avait quasiment doublé pour atteindre 700 par jour, la chaleur en étant la cause principale.
Plus tard dans la journée, le ministère de la Santé s'en est pris à Seltsovski en se disant "perplexe devant ces chiffres non officiels" et en affirmant que le taux de mortalité avait en réalité baissé à Moscou entre janvier et juin.

La morgue de l'hôpital N°62, conçue à l'origine pour recevoir jusqu'à 35 cadavres, est surchargée depuis que la vague de chaleur a débuté en juin, selon un de ses gardiens.
"Aujourd'hui, nous avons 80 corps, nous les entreposons partout où c'est possible, car les chambres frigorifiques sont pleines", a-t-il déclaré à Reuters.
"Le cercueil le moins cher coûte 6.700 roubles (225 dollars), mais il n'en reste que quelques-uns", a rapporté un responsable de service funèbre. "Ils font l'objet d'une demande énorme, les gens ne pouvant acheter ceux qui coûtent cher. Mais que pouvons-nous faire devant cet afflux de commandes ?"

A Mitino, au nord-ouest de Moscou, un crématorium refuse des demandes de crémations, panneau à l'appui. Ses quatre fours "traitent" 49 corps par jour, à raison d'une crémation toutes les vingt minutes, selon un document fourni à l'accueil.
"Les fours sont en surchauffe par ces températures, nous devons les refroidir", dit un vigile. "En pratique, il y a jusqu'à 80 ou 90 crémations par jour, les équipes font trois vacations jour et nuit pour faire face."
Le cimetière de Khimkinskoïe, dans le nord de la capitale, est assailli par les convois mortuaires. Une douzaine de cérémonies s'y déroulent. "Les obsèques se sont multipliées ces deux derniers mois, on en est à deux ou trois fois plus que la moyenne habituelle", observe un employé de cimetière.


AFP, Le Monde - 11 aot 2010
http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html

La sécheresse va affaiblir une économie russe déjà fragile

Touchée par une canicule sans précédent et des incendies ravageurs, la Russie, qui se remet tout juste de la crise économique mondiale, va voir sa croissance déjà modeste freinée encore un peu plus cette année, selon des experts.

Si les incendies reculent quelque peu en Russie, la canicule et la sécheresse pesant depuis six semaines sur le pays ne donnent pour l'instant pas de signe de répit. Conséquence: l'économie russe, qui se remet tout juste de la crise économique mondiale, se voit mise à mal, qu'il s'agisse de sa croissance, du prix des céréales ou de l'inflation.

Les estimations officielles ne devraient être connues que d'ici à plusieurs mois, mais certains économistes évaluent déjà le préjudice de ce désastre entre 7 et 15 milliards de dollars (5 et 11 milliards d'euros). Selon Alexandre Morozov, économiste en chef de la banque HSBC en Russie, le coût de la vague de chaleur devraient s'élever à 1 % du PIB, soit 15 milliards de dollars, le secteur agricole payant le plus lourd tribut.

Envolée du prix des matières premières

Selon les derniers chiffres du ministère de l'agriculture, datant du 4 août, 10,7 millions d'hectares de cultures ont déjà été détruits, soit plus de 20 % des espaces agricoles du pays. Les cultures de blé sont les plus touchées, la Russie étant le troisième exportateur mondial de cette céréale.
"La sécheresse devrait provoquer une chute de 30 à 33 % des récoltes de céréales cette année", assure Alexandre Morozov. Lundi 9 août, le premier ministre, Vladimir Poutine, a annoncé une nouvelle révision à la baisse des prévisions de récolte de céréales pour 2010, à 60-65 millions de tonnes, contre 97 millions de tonnes récoltées en 2009.

L'état d'urgence a été décrété dans 27 régions agricoles essentiellement situées dans la partie européenne de la Russie, où se situe le "tchernoziom", une terre noire particulièrement fertile. Jeudi 5, l'ancien président avait déjà appliqué un embargo aux exportations de céréales afin d'éviter une pénurie et donc une hausse des prix sur les marchés intérieurs.

Mais ces mesures n'ont pas suffi à empêcher le prix du pain de s'envoler, ces derniers jours à Moscou. La miche de 380 grammes a ainsi connu une hausse de 20 % en quelques jours sur les marchés moscovites, passant de 15 roubles (38 centimes d'euro) à 18 roubles (45 centimes)

Ralentissement de la croissance

Par ailleurs, "en raison de la canicule et de la fumée, les entreprises annoncent la fermeture de lignes de production et la réduction des horaires de travail", indique Alexandre Morozov, qui précise toutefois que cette estimation ne tient pas compte de la hausse de la mortalité et de la morbidité.
"Le secteur des services est lui aussi touché. Cela pourrait coûter un autre demi-point de croissance », soutient M. Morozov.

"La croissance économique en Russie est en train de ralentir et la vague de chaleur va encore la ralentir un peu plus", estime ainsi l'économiste. Alors que l'économie russe s'est violemment contractée de 7,9 % en 2009 en raison de la crise mondiale, les autorités tablent sur une croissance de 4 % du PIB en 2010, grâce à la remontée progressive des cours des hydrocarbures, dont les ventes représentent 60 % des exportations du pays. Mais ce chiffre pourrait être revu à la baisse.

De leur côté, les institutions financières internationales ont jusqu'à présent pronostiqué des taux de croissance supérieurs, tout en soulignant que la reprise demeurait fragile. Dans son dernier rapport publié en juin, la Banque mondiale (BM) a ainsi jugé qu'elle était "cahoteuse", pointant de nombreuses faiblesses structurelles.

Vladimir Tikhomirov, économiste en chef de la banque d'investissement moscovite Ouralsib, est pour sa part légèrement plus optimiste: si la canicule se poursuit jusqu'à fin août, les pertes devraient être comprises entre 0,5 et 1% du PIB, soit entre 7 et 14 milliards de dollars (5 et 10 milliards d'euros).
"Mais c'est le pire scénario", a-t-il précisé à l'AFP, estimant que les conséquences des vacances forcées, de la hausse de la mortalité et des maladies seraient compensées par une reprise de l'activité économique un peu plus tard dans l'année.

Risque d'accélération de l'inflation

La sécheresse devrait aussi avoir un sévère impact sur l'inflation, fléau que la Russie était en train d'éradiquer. La banque ING a ainsi relevé ses prévisions pour 2010 et 2011 à 8,5 % et 9,5-10 %, contre respectivement 6,8 % et 7,6 % prévus auparavant (et 8,8 % en 2009).

Jusqu'à présent, les autorités tablent officiellement sur une hausse des prix à la consommation comprise entre 6 et 7%, contre 8,8% en 2009, mais face à la catastrophe naturelle, le ministère du Développement économique a récemment admis le risque d'une accélération de l'inflation dès le mois de septembre. Le gouvernement, inquiet d'éventuels troubles sociaux, a par ailleurs décidé de plafonner les prix d'une vingtaine de produits alimentaires.


EDIT

AFP, La Croix - 16 aot 2010
http://www.la-croix.com/afp.static/page ... 7y9ofn.htm

Risque radioactif, bilan de la canicule: Moscou verrouille l'information

Confrontées depuis des semaines à une canicule sans précédent et à des incendies qui ont menacé des centres militaires et nucléaires puis des zones polluées par la radioactivité, les autorités russes cherchent à verrouiller l'information, avec plus ou moins de succès.
Dernier épisode de cette politique de contrôle de l'information, un site officiel dépendant du ministère russe de l'Agriculture est inaccessible depuis vendredi après avoir révélé que des zones polluées par la radioactivité avaient été touchées par des incendies.

Le site (http://www.rchf.ru) de l'Agence de protection des forêt a annoncé vendredi que 4.000 hectares de terres irradiées avaient brûlé depuis juillet en Russie, dont 270 hectares dans la région de Briansk, à la frontière du Bélarus et de l'Ukraine, zone touchée par l'explosion en 1986 de la centrale de Tchernobyl.
Cette annonce inquiétante avait été aussitôt démentie par le ministre des Situations d'urgence, Sergueï Choïgou, selon lequel aucune région irradiée n'a été touchée par les incendies.

"C'est de la censure. Les autorités devraient informer la population, les pompiers, les volontaires sur le danger radioactif éventuel et les mesures à prendre pour se protéger", a estimé Vladimir Sliviak, co-président du groupe écologique Eco-défense, interrogé par l'AFP.
"Avec l'internet, tout le monde a pu voir sur des photos satellites qu'il y avait des incendies dans la région de Briansk", a-t-il ajouté.
Vladimir Tchouprov, directeur du programme énergétique de Greenpeace Russia, a ajouté que "Greenpeace avait observé le 15 août trois nouveaux incendies dans la région de Briansk, grâce à des photos satellite".
"L'Etat répète les mêmes erreurs qu'il y a 25 ans, quand on cachait ou minimisait les conséquences de Tchernobyl", a déclaré à l'AFP M. Tchouprov.

A Tchéliabinsk (Oural - 2.000 km à l'est de Moscou), c'est avec trois jours de retard que la population a appris début août que les autorités avaient décrété l'état d'urgence autour du centre nucléaire de Maïak menacé par les incendies.
De quoi alimenter l'inquiètude quant au sort de ce gigantesque complexe (où s'est produit une catastrophe nucléaire en 1957) capable de retraiter 400 tonnes de combustible nucléaire usagé par an et qui stocke des quantités de déchets nucléaires.

Fin juillet, ce sont des médias russes qui ont révélé que le feu avait détruit une base de l'aéronavale dans la région de Moscou, un fait que les autorités militaires ont fini par reconnaître après l'avoir dissimulé.
Pour le bilan des morts de la canicule, les autorités ont tenté par divers moyens de minimiser le nombre de morts, qui se chiffre par milliers à Moscou, selon plusieurs sources.

Le quotidien populaire Tvoï Den a affirmé que le département de la Santé de Moscou avait interdit aux médecins de diagnostiquer les "coups de chaleur" afin de faire baisser "les statistiques des décès liées à la canicule", une information confirmée par plusieurs médecins dans la capitale.
"Il n'y a pas eu de telles consignes, c'est du délire", s'est défendue une responsable du département de la Santé de la capitale, interrogée par l'AFP.

Le chef de ce même département, Andreï Seltsovski, avait reconnu le 9 août que la mortalité avait doublé dans la capitale avec 700 décès enregistrés quotidiennement. Il avait été aussitôt réprimandé par le ministère de la Santé qui assurait que les données fiables pour juillet ne seraient disponibles qu'après le 20 août.
Selon les chiffres obtenus par l'AFP auprès de l'état-civil moscovite, le nombre de décès à Moscou a augmenté en juillet de 50% par rapport à 2009, soit quelque 5.000 morts de plus.
Des éléments rejetés par le chef des services sanitaires de Moscou, Tatiana Popova, qui a refusé d'établir un lien entre la chaleur exceptionnelle et la hausse des décès.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Russie

Messagede Махновец le Mer 25 Aoû 2010 20:30

À Nijniï Taguil l'invalide a tué de la carabine de deux fonctionnaires, et s'est tué, à cause d'une petite pension

24/08/2010 18:59 :
L'homme a expliqué l'acte dans la note suprême.

À la place du drame sanglant les miliciens ont trouvé cinq feuilles, auxquelles 50-letnj Sergey Rudakov a raconté de longs tourments selon les cours, mais tous les fonctionnaires et les députés appelait non autrement, comme par "les créatures", le chef a expliqué la presse - les services de l'administration municipale des affaires intérieures du domaine de Sverdlovsk Valery Gorelyh. Dans la note disait que les grands de ce monde fixent les salaires immenses et n'aident pas tels, comme lui-même, transmet l'Agence d'Information de Russie. Sergey Rudakov sans petites vingt années en arrière a perdu la main à cause de l'accident du travail sur l'installation de sondage. Jusqu'ici il recevait la pension d'invalide, il est un peu plus petit que 8 mille roubles. Ce matin il est venu au Fonds des Assurances sociales, avec un grand sac, et a passé au cabinet chez le juriste, Iury Stoljarovu de 70 ans. Il est Exactement dans une minute s'est fait entendre le coup de feu, les gens De là sont sortis en courant, mais l'homme en tenant наперевес la carabine de "Sajga" a tourné selon le couloir chez le directeur du fonds à Elena Skulkinoj et l'a blessé pratiquement dans l'appui. La femme est décédée sur la table opérationnelle. Le retraité lui-même s'est tué avant l'arrivée de la milice.

http://www.echo.msk.ru/news/705591-echo.html
Image
Avatar de l’utilisateur
Махновец
 
Messages: 75
Inscription: Mer 25 Nov 2009 17:24

Re: Russie

Messagede Antigone le Dim 29 Aoû 2010 07:57

Etonnant ! Medvedev reconnait l'existence de mouvements d'opposision et accède à leur demande... Cette déclaration survient après l'annonce de plusieurs limogeages dont celui du directeur de l'agence forestière.
Les incendies auraient-ils fragiliser le pouvoir que celui soit dans l'obligation de lâcher du lest précipitamment ?
On a du mal à croire qu'une manifestation de 3 000 personnes ait contraint le Kremlin, sous la pression de son propre parti, à hissert le drapeau blanc !! Ça parait incompréhensible... Il se passe quelque chose d'autre que la presse ne rapporte pas. Il y a certainement une autre explication, mais quoi ?
Il ne s'agit toutefois que d'une suspension du projet d'autoroute, pas de son abandon. Peut-être s'agit-il d'une stratégie pour laisser passer l'orage et gagner du temps.

Il ne faudrait pas non plus s'illusionner sur les dits mouvements d'opposition qui paraissent s'être radicalisés depuis quelques jours et qui réclament haut et fort la démission de Poutine. Si l'on en juge par la manifestation de Kaliningrad de samedi 21, Ce serait principalement le fait de groupes nationalistes appelés Autre Russie, Patriotes de Russie, Solidarité, ainsi que l'inoxidable Parti communiste.

RIA Novosti - 26 aot 2010
http://fr.rian.ru/society/20100826/187304821.html

Forêt de Khimki: Medvedev suspend la construction de l'autoroute controversée

SOTCHI - Le président Dmitri Medvedev a demandé au gouvernement de suspendre la construction de l'autoroute Moscou-Saint-Pétersbourg qui devait traverser la forêt de Khimki (banlieue de Moscou) et de soumettre ce projet à une discussion publique.

"Bien que la construction de l'autoroute ait fait l'objet d'une décision gouvernementale ad hoc et de délibérations judiciaires, nos citoyens, dont les représentants des partis politiques à commencer par Russie Unie jusqu'aux mouvements d'opposition, les associations sociales et les experts estiment que ce projet a besoin d'un examen supplémentaire", a déclaré le chef de l'Etat dans son vidéoblog.
Selon lui, ce facteur l'a incité à "suspendre la réalisation de la décision gouvernementale sur la construction de l'autoroute" et à demander à l'exécutif "d'engager une discussion publique sur ce projet".

Le tracé de l'autoroute payante entre Moscou et Saint-Pétersbourg devait passer par le massif forestier de Khimki, nécessitant l'abattage de 144 hectares. Ce projet a immédiatement provoqué les protestations des habitants de la banlieue, soutenus par les écologistes et l'opposition. Les défenseurs de la forêt ont fondé un mouvement devenu le symbole de la lutte de la société civile contre l'Etat.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
AFP, France24 - 23 aot 2010
http://www.france24.com/fr/20100823-deu ... ret-khimki

2 000 personnes ont manifesté à Moscou pour défendre la forêt de Khimki

Au moins 2 000 personnes étaient rassemblées dimanche à Moscou pour une manifestation en faveur de la forêt de Khimki menacée d'abattage en raison d'un projet d'autoroute et pour dénoncer la politique "arbitraire" de Vladimir Poutine.
"Dieu, quelle conviction il y a chez les bourreaux retraités! Ne les laisse pas retrousser à nouveau leurs manches": des centaines de Moscovites chantent en coeur ce tube contre le pouvoir soviétique, mais cette fois-ci, ils visent le système du Premier ministre Vladimir Poutine.

Moscou n'avait pas vu ça depuis des années: 2.000 personnes se sont rassemblées dimanche pour une manifestation-concert pour défendre la forêt de Khimki (au nord de la capitale russe), menacée d'abattage en raison d'un projet d'autoroute, mais aussi pour dénoncer l'arbitraire de l'Etat.
Tout autour de la place Pouchkine, en plein coeur de Moscou, des centaines de policiers, certains équipés de casques et de gilets pare-balles, observent, médusés, la scène.
Car la mairie de la capitale a bien tenté de démotiver la foule en interdisant la partie musicale du rassemblement, bloquant l'accès à l'équipement sonore, afin de tenter de limiter le nombre de participants.
Mais il en fallait plus aux idoles de la musique engagée de l'époque soviétique et aux critiques du pouvoir mis en place par Vladimir Poutine, pour annuler la représentation.

Iouri Chevtchouk, chanteur culte du groupe DDT, debout sur un escabeau, guitare à la main, chante ainsi quelques-unes de ses chansons les plus connues qui sont immédiatement reprises en choeur par une foule brandissant des drapeaux et des pancartes aux slogans écologistes et politiques.
"On est là pour chanter pour qu'on n'arrache pas notre forêt, le poumon de Moscou, mais aussi pour dire au Kremlin, à Poutine, qu'on en a marre d'eux, de leur système, des mensonges servant à remplir les poches des fonctionnaires", proclame Viktor Kalinovski, un manifestant de 32 ans.
"Ils ont peur de nous, ils font tout ça pour qu'on ne nous entende pas", lance Evguénia Tchirikova, chef du mouvement de défense de la forêt de Khimki, qui se heurte depuis plus de deux ans aux autorités et qui a été la cible de plusieurs attaques très violentes.
"Une armée de fonctionnaires est contre nous", a-t-elle aussi crié devant cette foule très diverse et composée de jeunes comme de retraités.

Les quelque 2.000 manifestants scandent alors "Du son, du son!" et "Pas touche à notre forêt!". Enthousiastes, des centaines de voix ont ensuite hurlé "la Russie sans Poutine". Généralement, les manifestations d'opposition ne réunissent qu'une poignée de militants qui sont rapidement interpellés.
Bien que la musique sans sono n'atteigne que les oreilles des premières rangées de spectateurs, pendant plus de deux heures les gens sont restés sur la place Pouchkine, entourée pour l'occasion de barrières et de policiers qui obligeaient tous les manifestants à passer à travers des détecteurs de métaux.
"Il faut recommencer pour que de plus en plus de gens viennent, que ceux qui sont assis dans les hautes sphères voient qu'on est vraiment nombreux à ne pas être d'accord avec leurs décisions", souligne Alexandra, une militante d'opposition âgée de 24 ans.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Russie

Messagede BLACKPANTHER le Lun 30 Aoû 2010 12:38

Peut-on avoir des nouvelles de l'attaque d'un concert de rock
par des nazis en RUSSIE récemment...?????
BLACKPANTHER
 

Re: Russie

Messagede BLACKPANTHER le Lun 30 Aoû 2010 20:09

Il y a eu effectivement un mort: une jeune fille de 15 ans.....

Le lien est en russe.....
On voit la photo d'un nazi-skin de dos.
BLACKPANTHER
 

Re: Russie

Messagede BLACKPANTHER le Mar 31 Aoû 2010 15:26

Lien en français dans le topic : "POLITIQUE GENERALE - Que faire pour contrer le Fascisme?".

merci
DOM

lien qui est là aussi : http://www.parismatch.com/Actu-Match/Mo ... ie-209320/
Ourf! Denis.
BLACKPANTHER
 

Re: Russie

Messagede Antigone le Mer 1 Sep 2010 17:26

@ dominique
Les manifestants nationalistes sont aussi dangereux.

Euronews - 30 aot 2010
reportage vidéo: http://fr.euronews.net/2010/08/30/russi ... l-de-rock/

Russie: des skinheads sèment la terreur dans un festival de rock

Des dizaines de spectateurs blessés par des néo-nazis lors d’un festival de rock près de Miass en Russie.
Une centaine de skinheads armés de barres de fer et de matraques se sont rués sur la foule. Une adolescente de 14 ans a même reçu plusieurs coups de couteau. 15 suspects ont été arrêtés, mais la plupart des assaillants ont pris la fuite.
Quelque 3000 personnes étaient venues assister au festival Tornado, sur les rives du lac Tourgoïak dans l’Oural, où se produisaient les grandes pointures du rock russe.
Les raisons de cette attaque restent obscures.
Selon le bureau moscovite des droits de l’Homme, le mouvement néo-nazi aurait de plus en plus d’adeptes en Russie : le pays compterait 70.000 skinheads actifs, contre quelques milliers au début des années 90.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Russie

Messagede Antigone le Jeu 2 Sep 2010 16:32

Secours rouge - 02 sep 2010
http://www.secoursrouge.org/Russie-Campagne-pour-les

Russie : Campagne pour les prisonniers de Khimki

Le 28 juillet 2010 plus de 200 jeunes antifascistes et anarchistes opposé à la destruction de la forêt de Khimki pour la construction d’une autoroute ont mené une manifestation spontanée devant la mairie de Khimki (nord de Moscou). Ils ont attaqués la mairie sous les mots d’ordre était : « Sauvez les forêts de Russie ! » et « Épurons les fascistes 1941-2010 ». En effet, pour réaliser ce tronçon, l’État russe a même détruit en avril un mémorial dédié aux partisans de la seconde guerre mondiale, car Khimki est l’endroit où l’invasion nazie a été stoppée aux portes de Moscou. De plus, les promoteurs et les autorités utilisent les bandes fascistes pour briser l’opposition au projet.

Le rédacteur en chef du journal Khimkinskaïa Pravda ayant dénoncé cette corruption, a été agressé et laissé pour mort : il a fallu l’amputer d’une jambe et de plusieurs doigts, et a encore de très importantes séquelles au cerveau. Il y a quelques jours, des défenseurs de la forêt se sont vu opposer à une centaine de fascistes masquées, protégées par la police.

Après l’émeute du 28 juillet la police et les services secrets ont déclenché une chasse aux antifascistes. Les personnes connues du Centre anti-extrémiste et du Service fédéral de sûreté en tant qu’antifascistes, sont amenées de force aux interrogatoires, les visites à domicile illégales se tiennent chez eux ; il y a des cas des pressions physiques atroces pour arracher des dépositions dont l’instruction a besoin. Deux militants connus, Alekseï Gaskarov et Maxime Solopov ont été arrêtés. Ils sont menacés de 7 ans de prison pour vandalisme. A la fin septembre se tiendra la prochaine audience pénale qui devra prononcer sur une mise en liberté provisoire. Une campagne d’action internationale aura lieu les 17-20 septembre 2010 pour exiger ces libérations.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Russie

Messagede Denis le Jeu 2 Sep 2010 21:46

Les évènements concernant Khimki sont à relier étroitement avec le topic :

viewtopic.php?f=38&t=4682

en fait dans le topic ci-dessus c'est Махновец (membre de ce forum), Russe et sur place (tudjuh) qui nous transmet les infos, et ici c'est antigone qui nous fait passer les infos des journaleux-internationalistiques.

simple, n'est-il pas ?

Ourf!
Denis
 

Re: Russie

Messagede Antigone le Sam 4 Sep 2010 19:23

Secours rouge - 04 sep 2010
http://www.secoursrouge.org/Bielorussie ... solidarite

Biélorussie: Action de solidarité avec les prisonniers de Khimki et rafle policière

Deux cocktails Molotov ont été lancés la nuit du 30 août sur l’ambassade de Russie à Minsk, la capitale de la Biélorussie. Selon un responsable de la police de Minsk, une voiture a brûlé après avoir été touchée par un projectile incendiaire. C’est un groupe d’anarchistes biélorusses dénommé "Amis de la liberté" a revendiqué l’attaque : "Nous exprimons par cette action notre colère et notre protestation contre les arrestations et les répressions des militants russes qui ont défendu la forêt de Khimki à Moscou".

Hier, vendredi 3 septembre, une opération policière a frappé les milieux anarchistes de Minsk. Six militants connus ont été enlevées par la police. On ignore encore leur lieu de détention et ce qui leur est reproché.

Vodka + cocaïne = ????

V
V
V

RIA Novosti - 01 sep 2010
http://fr.rian.ru/ex_urss/20100901/187341684.html

Loukachenko s'attaque à la Russie et risque de perdre l'appui de l'élite nationale

Une réaction violente du président biélorusse Alexandre Loukachenko à la préoccupation de Moscou suite à l'incident avec l'ambassade russe à Minsk peut lui coûter le soutien de la classe politique du pays, a supposé mercredi l'expert russe Evgueni Mintchenko.

"Le comportement du président biélorusse devient de plus en plus émotionnel et irrationnel. Et tout indique que l'élite biélorusse se demande que Minsk gagne ou perd, par contre, de ces attaques permanentes de Loukachenko à l'endroit de Moscou", a relevé M.Mintchenko, directeur de l'Institut d'expertise politique de Moscou.

Et d'ajouter que les conséquences économiques de la dégradation des relations bilatérales n'arrangeaient manifestement pas la classe politique de Biélorussie.
"Il n'est pas à exclure que l'élite nationale se détourne un jour du président", a estimé l'expert.
Selon lui, bien des Biélorusses comprennent qu'une réaction si excessive du président est susceptible d'amener le pays à des pertes économiques.

Le président Loukachenko n'a pas exclu mercredi l'implication de Moscou dans l'incident avec l'ambassade russe à Minsk quand des malfaiteurs ont jeté des cocktails Molotov dans la cour de la mission diplomatique. D'après lui, l'implication de Moscou dans l'incident à l'ambassade de Russie est une "version intéressante" qui mérite d'être étudiée.

Lundi soir, l'ambassade russe à Minsk a été attaquée par des inconnus qui ont jeté des cocktails Molotov dans la cour, sans faire de victimes. Une enquête est en cours.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Russie

Messagede Antigone le Dim 5 Sep 2010 10:19

Un article très "magazine".

Basta ! - 31 aot 2010
http://www.bastamag.net/article1139.html

Russie: La militante écolo qui a fait reculer le régime de Poutine
Par Ivan du Roy

Depuis quatre ans, Evgenia Chrikova se bat pour sauver la forêt de Khimki, près de Moscou. La forêt est menacée par un projet d’autoroute auquel le groupe de BTP français Vinci participe sans se préoccuper des conséquences environnementales. Après avoir subi menaces, agressions et arrestations arbitraires, Evgenia et ses compagnons de lutte viennent de remporter une première victoire. Récit d’un combat écologiste au coeur de la Russie de Poutine.


Des yeux bleus, des cheveux blonds sagement coiffés, une robe discrète. À 33 ans, Evgenia Chirikova aurait pu rester la tranquille ingénieure qu’elle était si la corruption de l’administration russe et la voracité d’un groupe de construction français ne l’avaient fait sortir du bois. Car de bois il s’agit, justement, en cet été de canicule, alors que les incendies dévorent les forêts russes et qu’un nuage asphyxie les Moscovites. Evgenia est devenue la porte-parole d’une mobilisation citoyenne qui provoque des remous à Moscou et fait tache sur les belles plaquettes de communication « durable » du premier groupe mondial de construction, Vinci. Cette mobilisation s’oppose au tracé de la future autoroute Moscou/Saint-Pétersbourg, qui traverse une zone naturelle protégée et détruit une forêt ancienne. Les écologistes ont remporté une première victoire ce 27 août, obligeant le président russe Dmitri Medvedev à suspendre le projet.

Tout commence en 2006. Evgenia, qui a monté une petite entreprise de composants électroniques, s’installe avec son mari et ses deux jeunes enfants dans un appartement de la banlieue moscovite, dans la ville de Khimki, à la lisière d’une magnifique forêt de bouleaux et de chênes. Un jour, le couple se promène dans les bois et découvre de mystérieuses marques rouges peintes sur les arbres. C’est le signe qu’ils doivent être abattus. Intriguée, Evgenia se renseigne et découvre que derrière ce premier abattage se dissimule un projet d’autoroute qui zigzague dans la forêt. Le tracé est d’autant plus étrange qu’une route à quatre voies rectiligne passe déjà un peu plus à l’Ouest. « Cette autoroute détruisait des endroits et une biodiversité uniques », explique-t-elle à Basta !. Un lac, une rivière, de sauvages marécages ou des chênes centenaires disparaîtront sous la poussée du macadam.

David contre Goliath

L’ingénieur interpelle par courrier différentes administrations. Réponse : on ne peut rien faire, c’est un projet fédéral (porté par le gouvernement de la Fédération de Russie). Il est défendu par Boris Gromov, gouverneur de la région de Moscou, et Igor Levitin, le ministre russe des Transports. Le premier a décrété la forêt de Khimki « zone de développement urbain ». Le second a signé en 2006 un accord commercial avec le groupe de BTP Vinci. « Cet accord de coopération porte notamment sur le projet de construction et d’exploitation, au travers d’un système de péages, de l’autoroute Moscou/Saint-Pétersbourg », précise la multinationale française dans un communiqué. Igor Levitin a de bonnes raisons de vouloir aller vite. Il possède de gros intérêts commerciaux dans l’aéroport international Cheremetievo que doit relier le premier tronçon d’autoroute. Le ministre préside notamment le Conseil d’administration de la compagnie aérienne Aeroflot. De forts soupçons de corruption planent sur l’opération. « L’autoroute ne les intéresse pas. C’est s’approprier la zone et la terre qui les motive », estime Evgenia Chirikova.

Evgenia ne s’était jamais intéressée à la politique. La trentenaire se retrouve à la tête du Mouvement pour la défense de la forêt de Khimki, qui regroupe des habitants de cette cité de 200.000 âmes et des militants écologistes. Les affiches et les tracts qu’elle imprime chez elle, les réunions entre voisins qui se multiplient, portent leurs fruits. Mais s’opposer à un chantier évalué à 1,8 milliard d’euros (pour les 636 km d’autoroute), et cher aux oligarques russes, se révèle très dangereux. En novembre 2008, un journaliste local, Mikhail Beketov, auteur d’articles dénonçant la corruption qui sévit autour du projet autoroutier et du gouverneur Boris Gromov, est passé à tabac par des hommes masqués en rentrant chez lui. Hospitalisé, il est amputé d’une jambe. « Ils en ont fait un légume », soupire Evgenia Chirikova. Bien évidemment l’enquête policière ne donne rien.

Milices privées contre militants écolos

En novembre 2009, le Premier ministre Vladimir Poutine ratifie le décret autorisant la transformation de 150 hectares de forêts en zone constructible, violant ainsi la loi russe qui interdit de toucher aux forêts si des alternatives sont possibles. Les travaux pour le premier tronçon de 43 km à travers la zone naturelle commencent l’été suivant, alors même que des milliers d’hectares de forêts russes partent en fumée. Les défenseurs de la forêt de Khimki, Evgenia en tête, montent un campement et des barrages pour empêcher les bulldozers d’exécuter leurs basses œuvres.

Arrestation d’Evgenia Chirikova lors d’une conférence de presse le 4 août

« Et là c’est devenu chaud », prévient Evgenia. Le 23 juillet, le campement est attaqué par une milice privée composée d’hommes masqués, dont certains portent des emblèmes d’extrême droite. Le mari d’Evgenia s’en sort avec deux côtes cassées. Cinq jours plus tard, le camp est évacué en force par des policiers russes. En représailles, 400 militants antifascistes et anarchistes venus de Moscou s’attaquent aux bâtiments de la mairie de Khimki. Le 4 août, Evgenia et un responsable de Greenpeace sont violemment arrêtés alors qu’ils tentent de tenir une conférence de presse, et écopent d’une amende. Des pratiques qui valent au gouvernement russe une protestation de la Fédération internationale des Droits de l’Homme (FIDH). « Avec les incendies, nous assistions à une catastrophe écologique sans précédent, et eux détruisaient l’un des poumons verts de Moscou », insiste Evgenia. Bienvenue dans la Russie de Poutine.

Vinci prétend protéger la biodiversité

Suite à la pression de la mobilisation, la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) annoncent qu’elles vont réétudier leurs modalités de financement du projet. Le 23 août, 2.000 personnes manifestent à Moscou pour sauver la forêt de Khimki, devenue le symbole de la lutte contre le régime Poutine et la corruption qu’il engendre. De son côté, le groupe Vinci fait, pour l’instant, la sourde oreille.

Les défenseurs de la forêt de Khimki ont adressé une lettre en juillet à Xavier Huillard, PDG du groupe français, lui demandant d’examiner les alternatives au tracé de l’autoroute. Car Vinci possède près de 40% du consortium [1] qui exploitera les péages de la future autoroute, et doit percevoir une subvention de 640 millions d’euros. Ses filiales Eurovia et Vinci Construction participent au chantier. « Nous espérons que votre société souhaite n’avoir rien en commun avec ce projet qui porte atteinte aux droits des citoyens de Russie et à l’environnement, et dont le site de réalisation est surveillé par des hommes armés et masqués », écrivent Evgenia et ses compagnons de lutte, à l’attention du PDG. Ils demandent également l’arrêt des poursuites et des agressions contre les défenseurs de la forêt.

Début des travaux d’abattage de la forêt

« Le tracé a été décidé et reste du ressort des autorités russes et à ce stade Vinci n’intervient pas sur le chantier », répond laconiquement la direction de Vinci à Paris, interrogée fin juillet par l’AFP. Le groupe assure n’avoir personne sur le chantier pour le moment. Reste que la participation de Vinci à une telle opération est en total contradiction avec les engagements que le groupe affiche sans complexes. Vinci prétend notamment assurer « la protection des sites naturels, de la faune et de la flore partout où nous installons des chantiers, en identifiant et limitant les impacts significatifs de l’activité dès la phase de conception. » Ce n’est apparemment pas le cas pour l’autoroute Moscou/Saint-Pétersbourg. La multinationale vante également son partenariat avec la Fondation Nicolas Hulot « pour protéger la biodiversité et rétablir des trames verte et bleue »… En rasant des forêts protégées ? La Fondation Nicolas Hulot ferait bien d’être un peu plus regardante sur les pratiques de ses partenaires.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Russie

Messagede Antigone le Dim 12 Sep 2010 12:42

Le Temps (Suisse) - 10 sep 2010
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/e841c3c ... f6c446/Après_les_feux_on_rebâtit_vite_fait_mal_fait

Après les feux, on rebâtit vite fait mal fait
par Alexandre Billette

A 140 km au sud-est de Moscou, les faubourgs du village de Beloomout bourdonnent de l’activité de centaines d’ouvriers et de dizaines de machines, qui s’affairent sur un chantier né il y a quelques semaines au bout de la rue du 1er-Mai. Les squelettes de petites maisons sortent de terre par dizaines depuis la mi-août sur ce champ bordé par une vaste forêt, où l’odeur de brûlé est toujours présente depuis la fin des incendies, voilà presque un mois.

Car Beloomout est situé à proximité du petit village de Mokhovoïe, entièrement détruit (LT du 2.8.10) par l’importante vague de feux de forêt qu’a subie la Russie durant l’été. Sommées par le premier ministre, Vladimir Poutine, de reloger, avant l’hiver, toutes les familles ayant perdu leur toit, les autorités se sont activées pour construire des logements, notamment pour les résidents de l’ancien village de Mokhovoïe.

D’un ton blasé, Anatoli Bogdanov, le chef de ce chantier de l’entreprise moscovite MSM-5, énumère les chiffres: « 149 maisons, 16 hectares de terrain, huit sortes de maisons différentes, 650 ouvriers… » Lancée dès la mi-août, la reconstruction sera terminée « le 20 octobre », date limite fixée par les autorités pour la fin des travaux, avant l’arrivée du rude hiver. Anatoli Bogdanov, qui refuse d’évoquer les coûts du chantier, assure d’un ton militaire: « Tout est exécuté selon les plans, aucune difficulté particulière à signaler. »

Il suffit pourtant de déambuler sur le chantier pour entendre une autre musique. Le terrain, très boueux, est gorgé d’eau; des planches permettent aux ouvriers de circuler d’une maison à l’autre. Deux employés qui prennent des mesures pour brancher le réseau de gaz s’esclaffent: « C’est un ancien marécage, c’est pas fait pour les hommes, c’est un endroit pour les grenouilles! Les fondations ont été posées à même le sable, à faible profondeur. L’an prochain, on va retrouver les maisons dans la rivière Oka, à côté d’ici! »

Aucun doute cependant sur l’échéance des travaux: « Ça sera fini à temps. De toute façon, c’est l’ordre du président [Medvedev]. Il aurait commandé les maisons dans une semaine, ç’aurait été prêt en une semaine. »

En attendant d’obtenir les clés de leur nouvelle résidence, les réfugiés climatiques de Mokhovoïe qui ne peuvent être hébergés par des proches ont été relogés temporairement dans une caserne militaire, à quelques dizaines de mètres du chantier. Impossible de pénétrer dans l’enceinte du gorodok, le « village » militaire, sans autorisation. « Endroit stratégique », tranche un colonel qui fait obstacle à l’entrée du complexe. Mais « les réfugiés vont bien, ils ont l’eau courante, le chauffage, des sanitaires ».

Nombreux sont les anciens habitants de Mokhovoïe, un village qui n’avait aucun commerce, à travailler dans le gros bourg de Beloomout. Olga, une coiffeuse de 42 ans, fait partie des sans-abri qui attendent leur maison. « Les hommes qui vont voir le chantier disent que « c’est terrifiant ». Les murs sont mal érigés, ils sont instables et on les fixe grossièrement. Le toit est directement posé sur les murs, il y a des ouvertures entre les planches et les ardoises. »

A cinq kilomètres de l’activité du chantier de Beloomout, l’ancien village ravagé par les flammes est, lui, déserté et silencieux. L’endroit a été en partie nettoyé: les jardins brûlés ont été raclés, ne reste plus que les carcasses des dix immeubles de trois étages. A l’intérieur du jardin d’enfants, tout est resté en place, mais la vie a cessé. Une seule voiture est garée: celle de Tamara Kovalenko, la quarantaine, venue récupérer quelques objets personnels. Réfugiée chez son fils, elle attend une nouvelle maison à Beloomout, sans grand enthousiasme.

Difficile cependant de ne pas accepter la proposition du gouvernement: « Il fallait choisir entre une maison neuve ou une compensation financière de 20 000 roubles (658 francs) par mètre carré brûlé et 200 000 roubles (6580 francs) de dédommagement général », explique Tamara. Une somme nettement insuffisante pour acheter à titre privé une nouvelle propriété. La plupart des victimes n’étaient pas assurées: seulement 10% des résidences russes le sont, essentiellement dans les grandes villes. « S’installer sur un marécage, charmant programme! rumine-t-elle. Cet été, on a failli mourir brûlé, l’an prochain on va périr noyé! »
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Russie

Messagede vroum le Lun 13 Sep 2010 12:01

Liberté pour les otages de Khimki !
Les 17-20 septembre 2010


http://www.federation-anarchiste.org/spip.php?article947

L’AIT lance une campagne de solidarité avec les anarchistes emprisonnés. Ils nous demandent de relayer l’information et d’envoyer des fax et des mails.

Le 28 juillet 2010 plus de 200 personnes, jeunes antifascistes et anarchistes ont mené une manifestation spontanée devant la mairie de Khimki (la banlieue nord de Moscou), à la défense de la forêt de cette ville qui a été abattu au profit du grand business. L’action lors de laquelle plusieurs vitres ont été brisées, a trouvé un large écho. De leur côté, les autorités y ont répondu par des répressions. Au lendemain de l’action deux militants des mouvements sociaux connus, Alekseï Gaskarov et Maxime Solopov ont été arrêtés. Ils sont menacés de 7 ans de prison pour vandalisme bien qu’il n’y ait pas de preuves de leur complicité à des actes illégaux. D’autres militants, surtout des antifascistes, subissent des poursuites policières. La lutte pour la conservation de la forêt de KhimkI dure déjà depuis trois ans. D’après les projets des autorités, c’est à travers de cette forêt que doit être construite l’autoroute à péage Moscou-St-Petersbourg, la première de tel type en Russie ; ce qui menera à une dégradation de la situation écologique locale et privera les moscovites et les banlieusards d’une zone de recréation en plus. Malgré l’existence des plans alternatifs pour l’autoroute qui permettraient de se passer d’une déforestation et au dépit des protestations actives des écologistes et de la population locale, les autorités ont refusé d’y prêter l’oreille. Au contraire, elles ont fait plusieurs démarches visées à imposer le silence aux contestataires. Plus d’une fois les autorités de Khimki (en concertation avec la compagnie de bâtiment chargée des travaux) ont recouru à la violence contre les défenseurs de la forêt de la ville : en négligeant l’opinion publique, en refusant de permettre des actions de protestation, en appellant les nationalistes à disperser les piquets des écologistes et des habitants de la ville, en arrêtant illégalement et en attaquant les journalistes. Les “personnes inconnues” ont mutilé le rédacteur en chef du journal local “Khimkinskaïa Pravda” Mikhaïl Beketov qui avait âprement critiqué les autorités, et ils ont assassiné le metteur en pages d’un autre journal d’opposition, Sergueï Protazanov. Après l’action du 28 juillet 2010 la police russe et les services secrets ont déclenché une chasse aux antifascistes sans précédents. Les personnes une fois signalées à l’attention du Centre anti-extrémiste et du Service fédéral de sûreté (l’ex-KGB) en tant qu’antifascistes, sont amenées de force aux interrogatoires, les visites à domicile illégales se tiennent chez eux ; il y a des cas des pressions physiques atroces pour arracher des dépositions dont l’instruction a besoin. Ayant peur d’une vague montante des protestations contre la déforestation, les autorités ont enfin reculé en exprimant la volonté de reviser le projet de l’autoroute. Mais il n’y a pas lieu de crier victoire. Alekseï Gaskarov et Maxime Solopov sont toujours en prison sans droit, pris en otage par les autorités. A la fin septembre se tiendra la prochaine audience pénale qui devra prononcer sur une mise en liberté d’Alekseï et de Maxime dans l’attente du jugement. Tous ceux qui s’inquiètent de leur sort doivent faire tout leur possible pour les arracher de la prison. La Campagne pour la mise en liberté des otages de Khimki appelle à des Journées d’action internationales les 17-20 septembre 2010 pour mettre de la pression sur les autorités russes en vue d’obtenir la libération d’Alekseï et de Maxime. Nous appelons à organiser des manifestations devant les ambassades, les consulats, les missions économiques et culturelles de la Fédération de Russie, aux événements publics et culturels qui ont des rapports à la Russie, tout comme d’envoyer des télécopies et des lettres au tribunal, au Parquet et au gouvernement russes (la journée principale de la campagne fax sera lundi le 20 septembre). Les adresses nécessaries et les détails supplémentaires sur les répressions en Russie seront bientôt communiqués. Vous pouvez les trouver aussi sur notre site web : http://khimkibattle.org en anglais, allemand, français et russe. Unissez-vous à l’action !

Campagne pour la mise en liberté des otages de Khimki

Tel. : +7 (915) 053-59-12 http://khimkibattle.org info@khimkibattle.org





Khimki. La contre-attaque.
Russie : changement de ton ?


http://www.federation-anarchiste.org/spip.php?article946

Le 28 juillet, les militants anarchistes et antifascistes, probablement, en réponse aux violences orchestrées par les sociétés de construction, les flics et les fascistes, ont attaqué l’administration de Khimki. Selon certaines sources, 400 ou même 500 personnes ont participé à cette action. Les vitres du bâtiment administratif de Khimki ont été cassés, la bâtiment a été touché par les tirs d’armes d’autodéfenses et par des cocktails Molotov. Des cocktails Molotov ont également été jetés sur deux voitures policières qui se trouvaient à proximité. « Nous avons attaqué le bâtiment de l’administration en réponse aux violences commises par les forces répressives corrompues. Bien sûr, nous ne pouvons pas empêcher l’abattage de la forêt de Khimki – ce n’est plus possible. Mais cela est injuste et nous ne voulons pas supporter docilement cette injustice » - a communiqué l’un des manifestants. Si certains journalistes exagèrent le nombre et le radicalisme des manifestants (certains ne parlent que de l’utilisation des bouteilles vides, des grenades fumigènes et des graffitis sur le bâtiment administratif), il est évident que ce n’est plus une action « gandiste » de la résistance passive mais une riposte à caractère insurectionnelle. Il est à noter que les fascistes, malgré tous leurs slogans patriotiques, sont dans ce conflit au service des grandes compagnies transnationales détruisant les forêts (la compagnie française Vinci est associée aux travaux à Khimki). Dans cette affaire, ce sont en effet les anarchistes et antifascistes qui sont pour la préservation de la forêt et qui défendent clairement les intérêts des habitants de Moscou. Les événements de Khimki concernent tous les habitants de Moscou et pas seulement les participants du camp de protestation. Il ne s’agit plus de confrontations entre les antifascistes et fascistes que la population a du mal à comprendre, mais d’une action réelle touchant concrètement les intérêts des moscovites. De plus, les actions des partisants de Primorié1 et l’insurrection des mineurs à Mejdouretchensk ont montré que des résistances pacifistes et légales sont, peu à peu, oubliées. Une partie considérable de la société est prête à approuver l’action directe. Même si cette action contre l’administration de Khimki est critiquée, y compris par certains anarchistes et antifascistes, elle est, depuis ces dernières années, la manifestation la mieux pensée et organisée, qui sert également à gagner le soutien de la population.

Quelques remarques importantes sur les évenements de Khimki :

1. Actuellement, dans le milieu anarchiste, on discute beaucoup de l’attaque des 500 anarchistes et antifascistes contre le bâtiment administratif de Khimki. Cette action est très importante pour le mouvement anarchiste et antifasciste russe – elle n’a pas de précédent. Cette action a une énorme popularité dans la société russe : 70 % de citoyens la soutiennent.

2. Beaucoup d’anarchistes soutiennent l’action bien que certains critiquent un des slogans utilisés par une partie des manifestants : « Défendons la fôret russe ». Selon les dires des manifestants, le slogan n’était pas à connotation nationaliste. Actuellement, tout cela se discute dans les milieux anarchistes.

3. Deux antifascistes sont arrêtés et inculpés pour avoir commis cette attaque. Ils s’appellent Alexey Gaskarov et Maxim Solopov.

4. Il n’y a pas des preuves que c’était Vinci qui a employé des fascistes contre les défenseurs des forêts. Mais, de toute façon, Vinci est au courant de tout ce qui s’est passé. Vinci sait que ce sont des fascistes qui attaquent des activistes écologistes et que cette affaire peut se terminer de façon tragique. Le groupe français VINCI est l’un des participants au projet de construction en Russie d’une première autoroute privée laquelle doit lier Moscou et Saint-Pétersbourg. Le projet de construction prévoit la destruction de l’écosystème de la forêt de Khimki. Afin de briser la résistance des écologistes et d’autres activistes contre l’abattage de la forêt et disperser l’éco-camp sur le site de l’exploitation forestière illégale, les entreprises - constructrices ont employé des voyous du milieu néo-nazis. Suite à l’action des gens indignés, la police a arrêté, sans aucune preuve, des militants ne cachant pas leurs visages et noms et exprimant ouvertement leur position anti-fasciste - Alexey Gaskarov et Solopov Maxim. Aujourd’hui, leur détention est prolongée à 2 mois. Un peu avant, le journaliste Mikhaïl Beketov informant sur la lutte pour la forêt de Khimki, a été attaqué et blessé par des inconnus. Après la conférence de presse, la police a arrêté un leader du groupe d’initiative des écologistes à Khimki, Eugènie Chirikova.

Le 17-20 septembre, dans différentes villes de la Russie, auront lieu des actions de solidarité.
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6807
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Russie

Messagede vroum le Lun 13 Sep 2010 12:03

Présentation de l’Union interprofessionnel des travailleurs (MPST)
Russie et Biélorussie


http://www.federation-anarchiste.org/spip.php?article945

Chers camarades, Je m’appelle Michael. Je fais pas du Mouvement social-révolutionnaire. C’est une fédération de groupes anarcho-communistes et de communistes de gauche de Russie et de Biélorussie. Nous sommes tous – anarchistes ou marxistes – basés sur les principes de la lutte de classes. Nous sommes investis dans différentes activités. Nous essayons de coopérer avec les travailleurs lors des différentes grèves et mouvements sociaux. Nous défendons l’idée de conseils ouvriers et nous combattons les syndicats corporatifs, l’État et le Capital. Nous pensons que les minorités révolutionnaires peuvent et doivent un rôle actif mais ce sont les assemblées générales de prolétaires et leurs conseils qui doivent avoir le contrôle.

L’Union interprofessionnel des travailleurs (MPST). Qui sommes-nous et que voulons-nous ?

Travailleurs, anarcho-communistes, nous sommes organisés en groupes de résistance ouvrière – interprofessionnels ou sectoriels –, ainsi qu’en fonction des lieux d’études ou de résidence. Dans nos organisations, il n’y a pas de dirigeants ni de bureaucrates ; toutes les décisions sont prises en assemblées générales par les participants de nos groupes. Nos groupes soutiennent la lutte des travailleurs pour leurs droits, quel que soit le lieu où celle-ci est menée : dans les régions, sur les lieux de travail ou dans les établissements éducatifs. Nous luttons quotidiennement pour l’amélioration des conditions de vie, pour l’élargissement des droits des travailleurs, contre la tyrannie du capital et de l’État. Dans nos luttes, nous mettons l’accent sur le développement des compétences d’auto-organisation et de solidarité. À l’aide de la propagande et des exemples d’actions directes, les unions anarchistes des travailleurs préparent la révolution sociale et le triomphe du communisme libertaire. Nous menons notre combat toujours en coopération avec le peuple, jamais à l’écart, car nous en faisons partie ! Dans cette lutte, nous formulons les revendications immédiates suivantes :
- Une journée de travail de six heures, une semaine de travail de cinq jours sans perte de salaire. Le paiement des heures supplémentaires obligatoire ;
- Des congés payés pour une période d’au moins un mois et des congés de maladie payés ;
- Des montants de salaires non inférieurs au salaire moyen de l’industrie concernée ; le paiement mensuel des salaires ;
- Mise à disposition, à tous les travailleurs immigrés en situation illégale, du droit de vivre et de travailler librement là où ils ont trouvé du travail ;
- Les conditions de travail et de vie dans les foyers de travailleurs et d’étudiants conformes aux normes sanitaires et médicales ;
- L’éducation, médecine, transports urbains, logement et services communaux gratuits ;
- La possibilité réelle pour toutes les personnes de déterminer la politique de construction et de logement de leur lieu de résidence.

Notre principal but – une société libre, anarchiste, où chaque personne puisse, en autonomie, résoudre tous les problèmes qui la concernent personnellement, et gérer collectivement et solidairement tous les problèmes d’un collectif de personnes dont elle fait partie.

Nos objectifs :
- L’expropriation des logements par des travailleurs. Toute la gestion des rues, quartiers, villes, doit être exercé par des assemblées générales d’habitants et par des organes techniques de coordination (conseils) subordonnés à ces assemblées générales ;
- La grève générale autogérée ;
- La convocation des travailleurs à des assemblées générales régulières. Lors de ces assemblées, ce sont les travailleurs qui établissent les revendications et qui prennent les décisions-clés sur le déroulement des grèves. Les grèves doivent devenir une école de l’autogestion ;
- L’expropriation des installations industrielles par des travailleurs. Les entreprises, différents établissements et services, seront gérés par des assemblées générales de travailleurs et par des organes techniques de coordination (conseils) subordonnés à ces assemblées générales ;
- L’abolition de la propriété privée, de l’administration étatique et de tout le système bourgeois. Le remplacement du capitalisme et de l’État par une société autogestionnaire gérée par l’union des assemblées territoriales, industrielles des travailleurs et de leurs organes subordonnés. Ils prendront en mains la gestion de la société : en alignant leurs intérêts et leurs besoins, ils résoudront les problèmes liés à l’organisation et à la durée du travail. Ils décideront quoi produire, pour qui et en quelle quantité.

Source : http://mpst.anho.org/%2001/01/2008.
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6807
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

PrécédentSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité