Etats Unis d'Amerique

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Johan le Ven 29 Oct 2010 18:08

Le récit d'une manifestation anti-flic à Denver, où se sont melés anarchistes, gauchistes et de nombreux jeunes:

Cop car trashed in anti-police demo — Denver, CO

“In communities across North America October 22nd has become a day to commemorate victims of police repression and violence. For many communities, October 22, 2010 took on a more urgent meaning in the wake of severe police repression and violence that has plagued cities large and small. In Denver, this year’s October 22nd event saw a rise in hostility towards the cops and an increased militancy from years’ past.

Throughout 2010, police in the metro area have repeatedly made headlines with horrific acts of violence directed at community members. Ranging from allegations of sexual assault, rapes of children, murders, and beatings, news stories have painted a picture of a department that is clearly running amok and waging war on the residents of Colorado. Offending officers are rarely held accountable and department leadership deftly sweeps incidents under the rug to stave off an increasingly angry public.

One of the most violent and high profile incidents occurred in July. Denver Sheriff’s Deputies serving as guards at the new Denver Justice Center murdered 56 year old Marvin Booker, a homeless preacher being held as a prisoner at the jail. Marvin had asked for access to his shoes before he would comply with orders to return to his cell. In response, five deputies tackled him, placed him in repeated choke and pain compliance holds, tasered him, and beat him. Marvin died shortly after the attack. While the local coroner deemed the death a homicide, the DA announced in late September that no charges would be filed against any of the officers involved.

In response, an ad hoc coalition called for a demonstration in the city in observation of O22. A cluster of diverse participants, most hearing of the march through fliers and handbills diffused around town, began to amass in Confluence Park. Folks were given access to candles, stickers with Marvin Booker’s face, and a bilingual handout to give to passerby on the route of the march. A banner was unfurled, “When police attack, we will fight back” and quickly the group, numbering at about eighty, took the street and marched towards the 16th street mall, the commercial center of downtown Denver.

The makeup of the crowd is a particularly important and revealing factor in how this march went down. Few members of the local “left” were present. About two dozen Denver based anarchists, most of whom were involved in organizing the demonstration were on hand along with several members of RAIM and Comite Defensa Del Pueblo. Otherwise, the crowd was nearly entirely made up of street youth and other homeless people. The participation of liberals, non-profit organizers, radical collective house dwellers, and even other militant revolutionaries and most of Denver’s anarchists was visibly lacking from the event. The march was almost entirely comprised of people that have direct experience with the police on a daily basis, who were motivated more by hatred at their direct social conditions than any reading of political theory.

Because of this, the mood of the march was pretty clear at the onset. Chants of “No justice, no peace, fuck the police” and “Cops, Pigs, Murderers” were loud and spirited. Previous debates that have plagued local activist circles for the last several months, about violence and nonviolence, about whether every cop is our enemy or not, were non-existent. The crowd was united by rage and a militancy that is all too rare in political actions in Denver or elsewhere.

Masked demonstrators dashed to passerby handing out fliers and slapping the stickers of Marvin on every imaginable surface, including shop windows, higher-priced cars, buses, and posts. The crowd gained more participants from the street, screaming Marvin’s name and jeering at the cops beginning to follow.

Halfway along the route, a parked police car was redecorated by the demonstrators. Stickers of Marvin were put on the windows, tires were slashed, people took keys to the paint and various projectiles were thrown at it. This was all done directly in front of an unmarked police car coming to respond to the march, a real indicator of how fearless and angry the crowd was.

The crowd proceeded along the 16th street mall and towards the capitol building. Demonstrators blocked the large multi-lane street of Broadway, stopped traffic on Colfax street, and weaved the wrong way down several nearby streets in an effort to thwart the mounting police forces attempting to block the demonstration in from all sides. Originally, the march was set to go to the Justice Center, but several people pointed out that it would be easy to block the crowd in and that there weren’t the numbers for a larger confrontation. Instead, the crowd filtered into Civic Center park where an impromptu rally was held and space was given for participants to share stories of police violence.

Shortly after the speakout session, a tactical decision was made to disperse into smaller groups and end the march. The event ended with really high energy and a feeling of collective power, and no arrests. Revolutionaries and street kids parted ways with hugs and laughs and promises to fill the streets together again very soon.

The text of the handout which was given to several hundred onlookers and passerby:
The cops murdered Marvin Booker.
And they’ll get away with it.
Unless we stop them.


On July 9, a homeless black man, Marvin Booker, was murdered by jail guards at the Denver Justice Center. After demanding access to his shoes, Marvin was tackled, punched, placed into chokeholds, shocked repeatedly with tasers, kicked, and beaten by five guards. He died shortly after the attack.
Video of the entire beating exists, but has never been made public. Marvin’s family has never even been allowed access to the video.

On September 28, the Denver DA’s office announced that no charges would be filed against the deputies. Marvin is dead. Beaten to death while in police custody because he wanted his shoes. Marvin posed no threat. He had no weapon. He was a 5 foot 6 older man who was overwhelmed by the physical force of five sheriff’s deputies and died. And now, no one will ever be held accountable for his death.

The deputies still guard other prisoners. At least one deputy, Faun Gomez, was involved in another questionable death of a prisoner in the past. They pose a threat to the lives of every prisoner they guard, yet they will face no repercussions for their actions.

The police of Denver have made it quite clear that they are at war with the people of Denver. News of their attacks and beatings make daily headlines in the local media. In the last several weeks Denver Police officers have been implicated in multiple beatings, sexual assaults on children, rapes, incidents where officers threatened jail time in efforts to solicit sex, and murders.

It has also been made quite clear that the perpetrators of these injustices will never be held accountable by the same system that they protect. There will be no accountability unless we, as ordinary people, are the ones to create it.

Until people physically fight back and stop police officers from attacking them or their friends, until there is civil unrest every time a cop murders someone, until our communities are able to defend themselves and deal with anti-social behavior without relying on outside police forces,cops will continue to murder, maim, rape, and assault.

While we spend our time watching talking heads lie to us on TV with false political promises in exchange for our votes, the police run amok. If we think change will come from politicians, from elections, from people other than ourselves, then we’ll continue to be beaten in the streets and die in their jail cells.
It’s up to us. To fight back. To shoot back. To riot and rebel. It’s up to us to act. Every time the cops attack someone, we must respond. We must respond as if our lives and the lives of everyone around us depend on our action. Because in the end, they do.

In July, it was Marvin. Next month it could be any of us. Unless we all stop them.
Avatar de l’utilisateur
Johan
 
Messages: 1476
Inscription: Ven 20 Fév 2009 23:44

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Johan le Jeu 4 Nov 2010 11:54

Giants fans celebrate a victory — San Francisco, CA
http://artculturework.tumblr.com/post/1 ... -francisco

San Francisco is spotted with fires, vandalism and violence tonight; and the social web is showing us every gruesome detail.

Thanks to a few live streams and some citizen journalism, we’re finding out a lot more about the current state of San Francisco than traditional media would usually afford us.

The city’s baseball team, the Giants, won the World Series earlier this evening; it’s taken almost no time for the city’s ordinarily peaceful citizens to erupt in wild, rowdy and ultimately dangerous celebration.

While some people on the web are joking about hashtags and Foursquare “SFRiot” checkins, others are listening to a live stream of the city’s police scanner. If you’d like to tune in, click this link, which will allow you to download a playlist containing the stream.

So far, we’ve heard unbelievable but nonetheless true stories: There aren’t (yet) enough police to control the crowds, and available officers are improvising as best they can while calling other agencies in for support.

Still, crowds are surrounding and attacking police (at least one one officer may be down), store windows are being broken, citizens are found unconscious, cars and at least one bus have been set on fire. From the scanner alone, we are being shown a picture of utter mayhem.

UPDATE: A squad car containing assault rifles was just broken into, according to the police scanner.

UPDATE 2: Six shots were just fired in the Bayview at Third and Hollister. Simultaneously, officers from San Mateo are being sent back home and the scanner activity is becoming less frenetic; it seems San Francisco police are beginning to get things more under control at around one in the morning.

http://mashable.com/2010/11/02/sfriots/

Quelques photos: http://artculturework.tumblr.com/post/1 ... -francisco
Avatar de l’utilisateur
Johan
 
Messages: 1476
Inscription: Ven 20 Fév 2009 23:44

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Johan le Dim 7 Nov 2010 22:46



150 Arrested rioting for Oscar Grant — Oakland, CA

Image
Image

Looking out her front window in a usually quiet residential neighborhood in this city, Deanna Goldstein’s knees began to shake.

More than 100 protesters were hemmed in by police in riot gear. A trash can was blazing on the street.

“I came home early from downtown to get away from the craziness, but the craziness came to me,” she said.

In the past, the violent protests over a white transit officer’s slaying of an unarmed black man trashed downtown Oakland businesses. But after Johannes Mehserle on Friday received the minimum two-year sentence for slaying Oscar Grant, angry demonstrators marched into residential areas for the first time, putting innocent people in harm’s way.

Police arrested 152 protesters on suspicion of crimes including vandalism, unlawful assembly and disturbing the peace. Dozens of cars in the neighborhood near Lake Merritt showed signs of damage Saturday morning.

Residents who woke up to a neighborhood broken car windows and debris were left asking why protesters chose their neighborhood and how it became engulfed in violence.

Nai Saelee, 28, said she was shocked to see that her neighborhood was affected.

The school teacher was kept from getting to her house by a police cordon, and later found the front windshield of her car damaged.

“I’m glad I wasn’t here,” she said outside her home Saturday, as Oakland City trash collectors made there way through the area picking up tires and other debris.

The arrests began around 8 p.m. after officers were pelted with rocks and bottles, one officer had his gun taken from him in a fight and another was hit by a car and suffered what police described as a non-life-threatening injury, Oakland Police Chief Anthony Batts said.

He said the violence was confined to a “small number of people” and most protesters remained peaceful. There were no additional reports of unrest overnight.

“People do not have a right to tear this city up,” Batts said in a statement. “Oakland already has a lot of pain, and it’s not fair. This city has been torn up too many times.”

The Mehserle case drew comparisons to the 1991 beating of Rodney King by Los Angeles police officers, which inflamed a racial divide and led to rioting.

The shooting of Grant by Mehserle on a train station platform on New Year’s Day 2009 was captured on cell phone video taken by bystanders and widely broadcast on television and the Internet.

Police arrested more than 100 people during protests in January following the incident in which windows of downtown Oakland businesses were smashed, trash cans and cars were set on fire and police were pelted with bottles.

A jury in July convicted Mehserle of involuntary manslaughter, prompting another round of protests that resulted in arrests and looting and trashing of stores along the city’s wide downtown streets.

Prosecutors had sought a second-degree murder conviction against Mehserle. Mehserle has contended he mistakenly shot Grant with his gun, instead of his Taser.

Grant’s uncle, Cephus Johnson, said he was heartened to see the protests for his nephew.

“What I was told was that it was really more positive than negative,” he said. “It brings smiles not just to my face but the (entire) family’s face to know that this is a movement that people are committed to.”

http://www.wnem.com/news/25657041/detail.html
Avatar de l’utilisateur
Johan
 
Messages: 1476
Inscription: Ven 20 Fév 2009 23:44

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Johan le Mar 9 Nov 2010 23:19

Des anarchistes ont endommagé plusieurs véhicules de police à Portland, en crevant les pneus et en les redécorant à la bombe de peinture.
Voici le communiqué:
Anarchists attack cop cars in the night — Portland, OR

The communique reads:

“Last night we visited the parking lot under the multnomah county department of “community” corrections on the corner of SE 10th and Stark. We slashed the tires of five unmarked patrol vehicles and doused them with paint stripper.

Hopefully it puts a smile on your face to know that the parole officers will be having a more difficult time harassing and imprisoning people today, as they shell out the $2.05 to do their patrols on the bus. We did this because we despise the institution of police, and care deeply and personally about its victims.

We want the police to know that they are not invincible and that there are people willing to attack all systems of oppression as long as they exist. This will take the form of building alternative systems of justice, and simultaneously smashing the fuck out of the old, oppressive ones. Sunday night was dedicated to the latter.

Freedom for all prisoners!

Justice before peace!

Solidarity with the Mapuches!”

http://anarchistnews.org/?q=node/12678#comment-127381
Avatar de l’utilisateur
Johan
 
Messages: 1476
Inscription: Ven 20 Fév 2009 23:44

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Antigone le Mer 10 Nov 2010 17:30

Pour ceux qui aiment le net (Belgique) - 31 oct 2010
http://pourceuxquiaimentlenet.be/2010/1 ... es-dettes/

Tribunal bidon

Le procureur général de Pennsylvanie a lancé une procédure contre la société de recouvrement Unicredit basée à Erie. Le patron de la société avait trouvé une organisation imparable pour impressionner et faire payer les débiteurs.

Des employés de Unicrédit se présentaient habillés en uniforme de Shérif avec une fausse convocation pour une audience au tribunal. « Si vous ne venez pas, c’est la prison » disaient les faux shérifs aux débiteurs.

Les locaux de Unicrédit ont été transformé en un tribunal plus vrai que nature. L’intérieur du bâtiment ressemble à une salle d’audience, une paire de portes en chêne avec des poignées en laiton et à l’intérieur le fauteuil du juge, la barre des témoins.

Le stratagème a très bien fonctionné au point que Unicrédit à même obtenu de certains débiteurs intimidés qu’ils révèlent notamment leurs numéros de compte bancaire. Le Bureau du procureur a demandé à un juge de geler les avoirs de l’entreprise.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Mediapart - 08 nov 2010
http://www.mediapart.fr/club/blog/jean- ... sir-les-ge

Faux juge, faux policiers, faux tribunal, fausses sociétés pour saisir les gens !
par Jean Rex

Génial: UNICREDIT America, collecteur de dettes, a convoqué des gens dans un faux tribunal, avec du faux personnel pour saisir les maisons, voitures. C'est DINGUE !! AU SECOURS !!! Tout est faux, y compris le mobilier, sauf les gens convoqués, et tout a été vendu ensuite aux hedge funds, banques étrangères, etc. Je ne sais pas si vous imaginez où ils en sont arrivés... A FABRIQUER DES FAUX TRIBUNAUX... Lisez ici Pittsburgh Channel et voyez la vidéo de la télé régionale...
http://sos-crise.over-blog.com/ext/http ... etail.html
Là on dépasse le cadre de tout ce qui a été vu, c'est l'information LA PLUS FOLLE, LA PLUS EXPLOSIVE EN 3 ANNEES DE REVUE DE PRESSE. Les banques ont détourné les lois, les politiciens, la vie elle même... Il y a même un faux sheriff au tribunal qui a pris les clés et papiers des voitures des gens...
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Johan le Mer 10 Nov 2010 23:41

Plusieurs églises de mormons ont été incendiées à Salt Lake City.

Flames for Mormon churches — Salt Lake City, UT

Police and fire investigators are asking for the public’s help in gathering information about a trio of suspicious blazes that damaged two LDS Church chapels and a vacant home early Saturday.

“Our big push right now is to get folks to come forward with any information about suspicious vehicles or people seen at the times of the fires,” said South Salt Lake Fire Chief Steve Foote.

Authorities believe the three fires could be connected, and were chasing down leads late Saturday.

“They’re definitely suspicious,” Foote said. “Right now, having three fires in that close time frame, we’re looking at all possibilities.”

The first fire started at a Church of Jesus Christ of Latter-day Saints meetinghouse at 3219 S. 300 East. Firefighters arrived just after 3:30 a.m. The building’s chapel was fully engulfed and flames had blown out the windows, Foote said.

The fire was contained to the chapel but the rest of the building took on heavy smoke and water. Damage exceeded $1 million, Foote said.

“The LDS Church hasn’t decided whether they will demolish it and start over or try to rebuild it,” Foote said.

Three hours later, firefighters were called to an LDS church at 2702 S. Main. The fire caused minimal damage, Foote said, though the building was damaged by smoke and water.

It likely will take several months to restore both chapels, church officials said. In the meantime, wards meeting in those buildings will be sharing other chapels in the Granite and South Salt Lake stake areas, respectively.

http://www.sltrib.com/sltrib/news/50572 ... h.html.csp
Avatar de l’utilisateur
Johan
 
Messages: 1476
Inscription: Ven 20 Fév 2009 23:44

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Johan le Mar 16 Nov 2010 19:28

Échauffourées à Pheonix (Arizona, 13 novembre)
novembre 13th, 2010

Des échauffourées ont éclaté entre une centaine de manifestant et la police qui protégeaient une marche de Néo-Nazi. 2 policiers et 1 néo-nazi blessés.

Échauffourées à Pheonix (Arizona, 13 novembre)
novembre 13th, 2010

PHOENIX – More than a hundred protesters were separated by police Saturday in downtown Phoenix.

The riot happened Saturday afternoon when the National Socialist Movement began its march in support of Arizona’s controversial immigration law.

« This is not what America stands for » said one of the protestors.

« They are not welcome in my country » said another.

ABC15 crews at the march near Jefferson and 8th streets said two dozen neo-Nazi’s clashed with more than a hundred people who opposed the group.

Crews say police used tear gas to move protesters when rocks were thrown and yelling began between the two groups. Several people were hurt by the gas, two police officers have minor injuries and at least one person from the Neo Nazi group was hit in the head with a rock. « I was hit in the head by a rock and I’m still standing » she said.

After the group of people opposed to the neo-Nazi march were moved, the march continued to the federal courthouse.

« You don’t have to like us but you can’t throw things » said march organizer JT Ready.

Phoenix police Sgt. Tommy Thompson said no serious injuries were reported among the protesters and none were arrested. « Whether we agree with them or not we have to protect the marchers » he said.

Members of the National Socialist Movement have marched in Phoenix against illegal immigration and in support of American workers regularly in recent years.
Avatar de l’utilisateur
Johan
 
Messages: 1476
Inscription: Ven 20 Fév 2009 23:44

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Antigone le Mar 30 Nov 2010 17:48

Cyberpresse - 30 nov 2010
http://www.cyberpresse.ca/international ... y-gaga.php

Secrets d'État sur un CD de Lady Gaga
par Nicolas Bérubé (La Presse)

Les câbles diplomatiques qui font trembler Washington depuis dimanche ont d'abord été copiés par un soldat américain sur un CD maquillé pour faire croire qu'il contenait la musique de Lady Gaga. Selon le Guardian, les communications ont été copiées par le soldat Bradley Manning, 22 ans, ancien spécialiste du renseignement qui était en poste près de Bagdad.

Manning est en détention depuis sept mois et doit faire face à la cour martiale l'an prochain. Il est soupçonné d'avoir fourni à WikiLeaks les images d'un hélicoptère Apache qui attaque des citoyens sans défense à Bagdad. La vidéo-choc a été diffusée en avril par WikiLeaks.
Dans une séance de clavardage avec un ami qui l'a par la suite dénoncé aux autorités, Manning a expliqué avoir obtenu les documents « facilement », alors qu'il avait un « accès illimité » aux bases de données confidentielles.

« J'arrivais avec un CD effaçable marqué de quelque chose comme Lady Gaga... J'effaçais la musique... Ensuite, je copiais l'information dans un fichier compressé. Personne n'a eu le moindre soupçon. Je faisais semblant de chanter la chanson Telephone pendant que je créais ce qui est peut-être la plus grande fuite de renseignements dans l'histoire américaine. »

Le soldat avait prévu que son geste allait causer la consternation. «Hillary Clinton et plusieurs milliers de diplomates partout dans le monde vont faire une crise cardiaque quand ils vont se réveiller un matin et voir que cette information est publique, a-t-il écrit. C'est à la fois beau et horrifiant. L'information doit être libre. Elle appartient au domaine public.»

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Le Monde - 30 nov 2010
http://www.lemonde.fr/documents-wikilea ... 46239.html

Une grande banque américaine, prochaine cible de WikiLeaks

WikiLeaks publiera début 2011 des documents compromettants pour la direction d'une "grande banque américaine", affirme le cofondateur du site Internet, Julian Assange, dans une interview publiée par le magazine Forbes, sans nommer la banque.

"Cela donnera un aperçu vrai et représentatif de la façon dont se comportent les banques au niveau de leurs dirigeants d'une manière qui provoquera des enquêtes et des réformes, je suppose", a poursuivi M. Assange, dans des propos rapportés sur le site Internet du magazine. Il a refusé de dire quels agissements seraient révélés au grand public.

"Tout ce que je peux dire, c'est qu'il est clair qu'il y a eu des pratiques contraires à l'éthique, mais il est trop tôt pour suggérer qu'il y a délit. Nous devons être prudents et ne pas coller une étiquette de délinquants aux gens avant d'être tout à fait sûrs", a-t-il.

M. Assange a estimé que la banque était l'un des secteurs économiques qui protégeaient le mieux leurs secrets, avec le renseignement privé."Dans les secteurs où on est extrêmement bien payé, comme, disons, chez Goldman Sachs, ont est davantage incité à ne pas perdre son emploi", a-t-il expliqué. WikiLeaks cherche donc à obtenir davantage de documents de ces deux secteurs. "Ce sont les choses évidentes que nous voulons : ce qui concerne le renseignement et la guerre, et les grandes escroqueries financières. Parce que cela touche énormément de gens", a-t-il considéré.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede conan le Mar 30 Nov 2010 18:01

Incroyable, ainsi donc il n'y aurait pas que le méchant Madoff aux Etats-Unis, ou Kerviel en france, qui auraient eu des pratiques financières "contraires à l'éthique" ? :shock: :D
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Antigone le Jeu 2 Déc 2010 19:12

AlterNet - 29 oct 2010
Pour les anglophones: http://www.alternet.org/story/148640/wh ... ell?page=1

Travailler dans l'enfer de Walmart ("What It's Like to Work in Walmart Hell")
par John Olympic

A cause des licenciements d'enseignants, et d'un marché du travail déplorable, je suis passé de professeur remplaçant de lycée à *associé de Wal-Mart. L'enseignement me laissait davantage de loisirs pendant le week-end me permettant de me livrer à des activités plus agréables, comme harceler le chat de mon colocataire ou me tirer les poils de la poitrine. Mais ce dimanche, j'ai passé 8 heures à jouer à "Evitez le client". C'est un jeu stimulant au bout duquel, en fin de journée, je me récompense en ne me tirant pas une balle dans la tête.

Pourquoi je joue à ça ? Pour préserver ma santé mentale. La semaine dernière, par exemple, j'étais derrière une mère qui, après avoir ordonné à son fils de déposer un jouet dans le rayon informatique, lui a dit: "T'en fais pas, ils s'en chargeront".
Si la clientèle, c'est le côté le plus pénible du travail, ce n'est pas le seul. Vous voyez, comme des millions d'Américains, je suis sous-employé. L'Etat ne prend pas en compte des gens comme moi dans les statistiques officielles du chômage. Et ces chiffres sont sacrément sinistres; avec 15 millions de demandeurs d'emploi, le taux de chômage national atteint 9,6 %. Et, travailler pour Walmart, c'est toujours mieux que rien, je suppose.
Mais travailler pour un salaire de misère est à peu près aussi satisfaisant que de s'enfoncer une baguette de pain rassis dans les deux yeux. Les 14 milliards de dollars de bénéfices de l'an dernier ont propulsé Walmart au sommet de la liste Fortune des 500 entreprises les plus riches aux Etats-Unis, et la société maintient ses bénéfices en partie grâce au fait qu'elle paie ses employés le moins possible (au minimum légal).

Les salaires à Walmart sont non seulement bien en-dessous du salaire minimum vital, mais on est payé nettement moins que pour des emplois similaires dans d'autres sociétés de la grande distribution. Mais je n'ai pas d'enfants ni de dépenses de santé importantes et, donc, je m'en sors avec mon salaire misérable. Mais plusieurs de mes collègues ont une femme et des enfants à charge; l'un d'entre eux m'a dit dernièrement qu'il reçoit des aides de l'Etat pour payer ses factures, y compris la pension alimentaire pour ses enfants.
Mes collègues constituent un mélange hétéroclite. Beaucoup d'entre eux sont des immigrés qui ont des notions d'anglais limitées. D'autres ont des diplômes universitaires et ont échoué à Walmart à cause de la crise économique. Et d'autres encore ont largement dépassé l'âge de la retraite, et il doivent s'appuyer sur des cannes ou des caddies pour se déplacer dans le magasin. Et pourtant, ce sont des gens que Walmart trouve aptes à rester plantés pendant des heures d'affilée à l'entrée du magasin pour jouer un rôle de dissuasion contre le vol à l'étalage (j'ai dit "rôle de dissuasion"? non je voulais dire "rôle d'accueil de la clientèle").
Je ne travaille pas depuis assez longtemps dans le magasin pour avoir eu l'occasion de demander aux sexagénaires (et bien au-delà) la raison pour laquelle ils travaillent encore mais j'imagine que ce n'est certainement pas parce qu'ils aiment par-dessus tout être habillés en bleu. Ils sont sans doute, comme le nombre croissant de personnes âgées qui ont perdu leur épargne-retraite, contraints de travailler pour conserver leur assurance maladie (si le magasin leur en offre une) et ne pas finir dans la misère. Une sacrée façon de terminer sa vie que de demander à tous ceux qui sortent du magasin de montrer leur ticket de caisse.

Aussi différents que nous soyons, à Walmart, nous avons au moins une chose en commun: en ce qui concerne le boulot, il n'y a absolument personne pour nous représenter. Walmart est l'employeur le plus important aux Etats-Unis, pourtant, il n'existe, pour le million de salariés qui arbore le badge rouge, bleu et blanc chaque semaine, aucune convention collective qui définisse les statuts concernant les salaires, les avantages sociaux ou les conditions de travail.
La politique d'entreprise de Walmart s'est toujours farouchement opposée à la création de syndicats. Lors de la formation initiale destinée aux futurs employés de Walmart, on nous montre une vidéo intitulée "Protégez votre signature", destinée à nous dissuader ne serait-ce que de chercher à adhérer à un syndicat. Un texte de Walmart distribué aux gérants décrit le genre de salariés qui sont attirés par les syndicats. Parmi les exemples cités, on trouve: l'employé "incompétent, peu productif", l'"employé rebelle, anti-establishment", et l'employé qui "veut tout sans rien donner".
Il y a deux exemples, tous les deux au Canada, où des employés de Walmart ont réussi à adhérer à un syndicat. Dans les deux cas, Walmart a décidé de fermer le magasin ou la section où travaillaient ces employés qui avaient décidé de se syndiquer.

Et cela me démoralise de me dire qu'en travaillant à Walmart, je couche avec l'ennemi. Le rayon d'habillement est plein de vêtements confectionnés par des travailleurs de pays pauvres à qui on donne un salaire de misère. Le rayon des jouets regorge de jouets fabriqués avec des dérivés du pétrole qui échoueront d'ici quelques mois dans les décharges publiques. Et puis, dans l'enceinte même du magasin, il y a le McDo qui propose des menus à forte teneur en sucre et en graisses. Rien, absolument rien, n'est fait dans ces grandes surfaces pour rendre ce monde meilleur.

Mais c'est un des aspects de mon travail qui permet tout cela: la clientèle, ce qui me ramène au jeu " Evitez le client".
Je n'ai pas toujours joué à ce jeu. Quand j'ai débuté, je suivais la *règle des dix pas de Sam Walton, le fondateur de Walmart: chaque fois qu'un client approchait, je souriais, je le saluais et je lui demandais si je pouvais lui rendre service.
Mais, ça, c'était avant le type qui cherchait les mixers dans le rayon jardinage. Ou la femme qui avait laissé une canette de boisson gazeuse à moitié pleine dans le rayon jouets. Ou le type qui avait repoussé violemment le gamin d'un autre client pour attraper un oreiller. Ou celui qui était furieux – littéralement en rage – que les filtres à café soient placés près des cafetières électriques. Ou encore celle qui, après avoir failli me labourer les pieds avec son chariot, m'avait dit en riant: "on n'a pas le droit d'attaquer le personnel".

L'idée principale du jeu "Evitez le client", c'est de se déplacer en choisissant le parcours le moins embouteillé du magasin.
Quand je vais déjeuner, je choisis l'itinéraire qui sera le moins possible une source d'énervement: en passant par les rayons du mobilier, de l'automobile et des articles de sports (pas de surprise pour ce dernier: les clients font au moins une taille X, en partie à cause des kilomètres de rayons d'alimentation où nous vendons allègrement des produits industriels à faible valeur nutritive). Mais, la semaine prochaine je vais y ajouter un nouvel élément. Quand on me demandera un renseignement, je répondrai: " No hablo inglés."
Même les chefs de rayon, dont la particularité est, entre autres, d'être en général blancs, de sexe masculin et de porter une barbe et/ou une moustache répugnantes, s'appliquent à éviter les hordes sauvages qui leur permettent d'avoir ce boulot minable (ouais, les recours collectifs qui disent que Walmart ne place pratiquement que des hommes à des postes de responsabilité ? C'est exactement ce qui se passe dans le magasin où je travaille).

Il y a environ deux mois, Consumers Digest (un périodique destiné aux consommateurs aux US, NDT) classait Walmart au tout dernier rang des enseignes de la grande distribution pour le service clientèle. Et donc, était-ce une coïncidence si ce dimanche-là, j'ai passé une demi heure à regarder une vidéo de formation sur le service clientèle ? Soi-disant, nous ne sommes pas censés réagir comme si les clients nous interrompaient constamment dans les innombrables tâches qu'on nous donne à faire, même si c'est justement ce qu'ils font.
Walmart ne cesse de répéter à ses associés que nous sommes là au service des clients. Ridicule. Moi, je suis là pour toucher un salaire merdique pour pouvoir m'acheter de la bière et ruminer sur les choix de vie déplorables qui m'ont amené, au départ, à travailler pour Walmart.

Vous allez dire que je suis pessimiste, mais s'il y a eu des signes quelconques de reprise économique, cela n'a eu aucun effet sur mon salaire. Mon colocataire vient de décrocher son nouveau boulot en battant 300 autres postulants. Les petites annonces sont bourrées d'offres foireuses ("j'ai dit "offres foireuses"? Je voulais dire" d'offres d'emploi pour du télétravail"). Mais, comme je l'ai dit, il faut que je considère le côté positif. J'aurais pu ne pas avoir de travail du tout. Et puis, j'aurais pu aussi travailler dans un fast food.
Walmart, c'est l'Amérique: des salariés sous payés qui passent pour nettoyer derrière des clients qui se nourrissent mal et qui achètent des produits fabriqués par des ouvriers exploités en Chine.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Antigone le Dim 23 Jan 2011 09:32

Pour les informations qui y sont données.

Internationalism, organe du CCI aux Etats-Unis, n° 156, octobre 2010/janvier 2011, rapporté sur le site du CCI
http://fr.internationalism.org/icconlin ... _unis.html

La reprise de la lutte de classe des ouvriers aux Etats-Unis

Partout aux Etats-Unis ces derniers mois, il y a eu un certain nombre de grèves importantes. Le refus de la classe ouvrière d'accepter l'austérité s'exprime dans sa volonté croissante de lutte. Bien que ces luttes soient restées largement sous le contrôle des syndicats et aient, pour la plupart, abouti à une défaite, les révolutionnaires doivent saluer ces signes de combativité croissante dans la classe et les suivre de près. Avec la crise de la dette publique et les luttes contre l'austérité en Europe, les luttes majeures en Inde, en Afrique du Sud, en Amérique latine et en Chine, les grèves récentes aux Etats-Unis font partie d'une dynamique internationale, qui a commencé autour de 2003, où la classe ouvrière renoue avec la solidarité et la confiance en soi. Cette dynamique a été interrompue par la crise financière mondiale en 2008 (malgré des luttes impressionnantes en Grèce, en Grande-Bretagne, et dans d'autres pays), mais depuis le début de l'année, la classe ouvrière retrouve le chemin de la lutte de classes, et montre qu'elle n'acceptera plus l'austérité sans combattre.

Depuis le printemps dernier, les ouvriers ont fait grève à Philadelphie, à Minneapolis, dans les Etats de l’Illinois, de Washington et de New York, à l'échelle nationale dans l'industrie aéronautique, et, au moment où nous mettons sous presse, un mouvement de grève sauvage des dockers s'étend dans les villes portuaires de la côte Est. C'est de façon significative que ces luttes ont repris un grand nombre des questions centrales des grèves d'avant 2008: la couverture santé, les allocations, les retraites, les licenciements, et la perspective générale de l'avenir que le capitalisme a à offrir. En 2003, par exemple, le mouvement de grève des ouvriers de l'épicerie, dans le sud de la Californie, se préoccupait principalement de la création de nouveaux volets de prestations de santé et de retraite pour les nouvelles recrues, et en 2005 la grève dans les transports de la ville de New York sur l'avenir d'un régime de retraite pour les nouveaux employés a exprimé une avancée majeure dans le développement de la solidarité intergénérationnelle dans la classe ouvrière sur ces mêmes questions.

Avec le début de la crise, les ouvriers se sont d'abord trouvés quelque peu paralysés, comme des chevreuils éblouis par des phares, avec la menace très réelle de chômage et de fermeture de l'usine. La décision de faire grève et d'affronter les patrons n'a pas été prise à la légère - personne ne peut se permettre d'être mis à pied dans un pays comptant plus de 10 % de chômage officiel et plus de 16 % de chômage réel [1] - la plupart des ouvriers se sont retirés de la lutte de classe, en exprimant parfois l'espoir que la prochaine génération pourrait regagner le terrain perdu lorsque le moment sera plus favorable à la lutte.

Un autre facteur qui a retardé la réponse de la classe ouvrière aux attaques liées à la récente crise financière a sans aucun doute été la mystification démocratique et le formidable espoir que les gens ont ressenti avec la promesse de « changement » de l'administration Obama nouvellement élue. Le soir des élections, les électeurs ravis étaient dans la rue et célébraient l'événement en frappant sur des casseroles et des poêles. Au lieu de cela, ce que nous avons vu, depuis près de deux ans de présidence Obama, ce n'est nullement une baisse réelle du chômage, mais une économie réelle qui continue à stagner malgré des injections massives de crédits de l'Etat, une « réforme » du système de santé qui commence déjà par augmenter les cotisations des soins de santé des ouvriers et le retour de l'augmentation spectaculaire du coût de la vie, tandis que les employeurs continuent de profiter de la crise pour attaquer les salaires, les retraites, les allocations et poursuivre la réduction générale des effectifs. En général, les syndicats avaient placé leurs espoirs dans le nouveau régime Obama, misant sur le passage du désormais abandonné Employee Free Choice Act (La Loi sur le Libre Choix des Employés, note du traducteur), vendant la réforme du système de santé et promettant toutes sortes d'autres réformes, de la part de la nouvelle administration, qui seraient favorables aux ouvriers. Le mécontentement actuel des ouvriers ne peut plus être totalement canalisé vers les réformes gouvernementales et le cirque électoral: les ouvriers sont de plus en plus prêts à lutter pour défendre leur avenir.

Les premiers signes d'une lutte à une échelle massive se sont fait sentir au printemps, dans le secteur de l'éducation en Californie. Lorsque, avec la faillite de l'Etat, les frais de scolarité ont augmenté de 30 % et que le personnel a été confronté à de graves attaques sur les conditions de vie et de travail, les étudiants ont occupé les universités, bloqué les routes et tenté de créer des assemblées et d'obtenir le soutien des enseignants, du personnel et d'autres parties de la classe ouvrière californienne [2].
Mais ce n'était qu'un début. Peu de temps après, les infirmiers à Philadelphie se sont mis en grève contre les provocations des employeurs qui supprimaient les allocations de scolarité et instauraient une « gag clause » (clause limitative des libertés et des droits, note du traducteur) contre le fait de pouvoir critiquer l'administration de leur hôpital, et se sont attirés une grande sympathie de la part d’autres ouvriers dans toute la région. Début Juin, 12 000 infirmiers de 6 hôpitaux de Minneapolis-Saint Paul se sont engagés dans un arrêt de travail d'une journée et ont voté pour l'autorisation d'une grève illimitée, ce qui aurait été la plus grande grève des infirmiers de l'histoire des Etats-Unis. Là, les infirmiers se sont principalement battus pour la restauration des niveaux de dotation en personnel et pour que les ratios spécifiques infirmier-patients soient inscrits dans leur contrat de travail, alors que les hôpitaux cherchaient à institutionnaliser les bas niveaux de dotation de postes qu'ils avaient obtenu depuis le début de la récession de 2008. Après l'autorisation de grève, comme le contrat de travail arrivait à échéance, le syndicat des infirmiers (Minnesota Nurses Association) a accepté un arbitrage non contraignant du gouvernement fédéral et une période de réflexion de 10 jours, au cours de laquelle ils ont annoncé, plus d'une semaine à l'avance, leur plan pour une grève d'une journée, le 10 juin. Malgré la réelle combativité des infirmiers et leur volonté de défendre leurs conditions de travail, le syndicat a eu les mains libres pour mener la lutte, et immédiatement après cette grève d'une journée, il a annoncé un accord de principe qui abandonnait la revendication centrale sur la question des ratios obligatoires infirmier-patients, acceptait l'offre de salaires des hôpitaux, et n'apportait aucune modification aux plans de santé et d’allocations. Les gauchistes et les syndicalistes n'ont cessé dans tout le pays de saluer ceci comme une victoire majeure de la classe, mais la propre page Facebook des infirmiers a révélé une réelle insatisfaction devant l'abandon de la revendication centrale sans réelle contrepartie. [3]

Un mois plus tard, plus de 15 000 ouvriers de la construction de deux syndicats différents sont entrés en lutte, dans la région de Chicago, pour une augmentation de salaire nécessaire pour couvrir les coûts des dépenses de santé, compenser le chômage endémique et la diminution des heures de travail dans l'une des industries les plus durement touchées par la récession. Pour le seul mois de juillet, l'industrie de la construction de l'Illinois a perdu 14 900 emplois [4]. Pendant la grève, une déclaration du président de la section syndicale 150 de l'International Union of Operating Engineers (IUOE) [5], James Sweeney, signale que les membres de cette dernière ont vu leurs heures de travail réduites de 40 %, et que sur 8500 membres, 1000 dépendent des banques alimentaires et 1200 ont perdu leur couverture santé [6]. Au bout de 19 jours, les ouvriers ont mis fin à la grève, acceptant l'augmentation de salaire la plus basse en 10 ans sans compensation ni de la hausse du coût de la couverture santé, ni du chômage, ni de la diminution des heures de travail. Pourtant, malgré la mainmise des syndicats, de nombreux ouvriers d'autres métiers ont respecté les piquets de grève et ont lancé un projet de grève en solidarité. Fait intéressant, le Département des Transports de l'Illinois a menacé l'association des entrepreneurs de la construction de refuser de prolonger les délais pour les projets d'Etat, et a indiqué qu'il pouvait invoquer une clause d'interdiction de se mettre en grève contre les luttes futures. De même à Chicago, début septembre, les ouvriers de l'hôtel Hyatt ont organisé une grève d'une journée (tout comme l'avait fait le syndicat des infirmiers) pour protester contre les licenciements et ont demandé des concessions dans leur contrat de travail à venir.

L'été a également vu 700 ouvriers dans le Delaware entrer en grève pour la première fois contre Delmarva Power et Conectiv Energy contre des coupes dans les pensions de retraite et la suppression de la « couverture santé de retraite » pour les nouvelles recrues, retournant travailler après un vote sans majorité claire sur le contrat de travail et des appels répétés à un recomptage des voix. Les enseignants sont entrés en grève à Danville (Illinois), pour la réintégration des personnes licenciées au cours des dernières compressions budgétaires d'urgence et contre un contrat de travail incluant un gel de salaire et l'institution de primes fondées sur la performance des étudiants, et à Bellevue (Etat de Washington), pour les salaires et contre les programmes scolaires communs. A Bellevue aussi, les ouvriers de Coca-Cola ont organisé une grève d'une semaine concernant un nouveau contrat de travail les obligeant à payer 25% de toutes les cotisations santé, par opposition à leur précédent tarif forfaitaire; mais ils sont retournés travailler après que la société eut annulé leur assurance maladie et que le syndicat eut déposé un recours collectif, insistant sur le fait qu'il valait mieux retourner au travail. A Bellevue se trouve aussi l'une des usines Boeing en grève cet été (des usines à St. Louis dans le Missouri et à Long Beach en Californie ont également fait grève), où les ouvriers sont retournés au travail après 57 journées sans aucune modification du contrat de travail proposé par la compagnie à l'exception d'une augmentation de 1$ de l'heure pour certains parmi les plus mal payés.

La plus longue grève de cet été (et peut-être celle qui a reçu le plus de sympathie du reste de la classe) a eu lieu à l'usine de compote de pommes Mott's à Williamson (Etat de New York) où la société a décrété, bien qu’elle eût fait des profits records, que le salaire qu'elle versait à ses 300 employés était non conforme aux normes de l'industrie et a exigé des réductions de salaire de 1,50 $ de l'heure dans le nouveau contrat de travail. La grève a attiré l'attention dans le pays en raison de l’attaque particulièrement sauvage et inutile de la part de l'entreprise et après une guerre d'usure de 16 semaines, isolante et démoralisante, le syndicat a « gagné » un contrat de travail qui maintenait les niveaux de salaire et de retraite pour les seuls employés en poste, mais qui supprimait les retraites à pensions déterminées pour toutes les nouvelles embauches, réduisait les paiements correspondants à la « couverture santé de retraite » et obligeait les ouvriers à payer 20 % des cotisations santé et la moitié de toute augmentation au-delà des premiers 10%. Malgré le cri de « victoire » du syndicat, même les syndicalistes pur jus se sont demandés si la grève avait vraiment été un succès. [7]

Plus récemment, dans les derniers jours de septembre, les dockers à Camden (New Jersey) et à Philadelphie se sont engagés dans une grève non officielle de deux jours contre Del Monte qui avait transféré 200 emplois dans un port non syndiqué à Gloucester (New Jersey), grève qui a été rejointe par des dockers, depuis le New Jersey jusqu’à Brooklyn, qui ont refusé de franchir le piquet de grève officieux. Dès le début de la grève, la New York Shipping Association a obtenu une injonction d'un juge fédéral de Newark déclarant la grève illégale et, le deuxième jour de l'action, l'ILA [8] a désavoué toute association avec les grévistes, appelant les délégués syndicaux à renvoyer les piquets de grève au travail, et promettant qu'elle avait convaincu les associations de transport maritime et les patrons d'industrie de la rencontrer une semaine plus tard pour « discuter » des postes supprimés.

Bien que tous ces mouvements de grève soient restés, soit essentiellement, soit complètement, dans le carcan syndical et, en tant que tels, aient été défaits (en général accompagnés d'une déclaration de « victoire » de la part du syndicat), le retour de la classe sur le chemin de la lutte contribue au regain de la nécessaire confiance et au réapprentissage des leçons des luttes passées. Cela mettra en relief, de façon saisissante, le rôle des syndicats. Etant donné que les « victoires » qu'ils sont capables de gagner par des grèves d'une journée avec préavis, des guerres d’usure isolées, l'arbitrage du gouvernement fédéral, des recours collectifs, et le reste des règles du jeu syndicales, se révèlent être des défaites, la classe ouvrière à travers ses luttes devra réapprendre les leçons de l'auto-organisation et de l'extension que la classe dirigeante s'est tellement efforcée de lui faire l'oublier.

Ces luttes sont une expression du même mouvement international de la classe ouvrière qui a amené des grèves en Grande-Bretagne, en Espagne, en Turquie et en Grèce face aux mesures d'austérité étatiques, une grève à l'échelle nationale en Inde, des grèves sauvages dans les usines d'automobiles en Chine et des mouvements de grève importants en Amérique latine. Le retour à la lutte et le rétablissement de la solidarité, la préoccupation de l'avenir et la volonté de faire grève pour le défendre sont une expression du retour de la classe ouvrière internationale à sa lutte historique et devrait partout être salué comme tel par les révolutionnaires.
JJ, 10/10/10.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Notes

1 Voir Internationalism n° 154, “Against Mass Unemployment, The United Struggle Of The Whole Working Class”, http://en.internationalism.org/inter/154/lead

2 Voir Internationalism n° 154 et 155, “Students in California Fight Back Austerity Attacks” (http://en.internationalism.org/inter/15 ... a-students) and “Lessons of the California Students Movement” (http://en.internationalism.org/inter/15 ... a-students).

3 Lerner, Maura. “Deal Was ‘a Win for Both Sides.” Minneapolis Star-Tribune. 2 juillet 2010.

4 Knowles, Francine. “State Loses Jobs but Gains in Manufacturing.” The Chicago Sun-Times. 20 août 2010.

5 La section syndicale 150 de l’IUOE syndique des ouvriers de la construction des Etats de l’Illinois, de l’Indiana et de l’Iowa, NDT.

6 Citation du blog du Chicago Union News.

7 Voir Elk, Mike. “Was the Mott’s ‘Victory’ Really a Victory?” Huffington Post. 14 septembre 2010.

8 L’International Longshoreman’s Association (ILA) est un syndicat de dockers de voies navigables intérieures et de la côte atlantique des Etats-Unis et du Canada, NDT.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Antigone le Dim 20 Fév 2011 11:25

Deux projets de loi infâmes à l'étude aux USA:

- Le Congrès du Dakota du sud étudie la possiblité d'inclure à la liste des "homicides justifiables" le cas où des tarés de créationnistes pro-life assassineraient avec préméditation des médecins qui pratiquent des avortements. Ce serait en quelque sorte une légalisation du bon vieux lynchage.

- En Arizona une proposition de loi anti-immigrants obligerait les hopitaux à vérifier si une personne réside légalement aux Etats-Unis avant de la soigner. Elle donnerait force de loi à une pratique qui a permis dernièrement à un hôpital de chasser une immigrante sans papier atteinte d'une tumeur.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Antigone le Mer 23 Fév 2011 17:29

AFP, RTBF - 22 fev 2011
http://www.rtbf.be/info/medias/detail_s ... id=5657693

Sites internet: les autorités américaines accusées de désactiver à tout va

La gouvernance de l'internet est menacée par la pression des autorités américaines qui procédent à des désactivations "unilatérales" de sites, passant outre les structures mondialement reconnues, accuse Stéphane Van Gelder, à la tête de l'instance internationale GNSO.
Le GNSO est l'instance décisionnelle de l'Icann, discret organisme privé californien qui assure un rôle clé dans la régulation d'internet en attribuant les noms de domaine, et dont les décisions s'imposent mondialement. "Depuis un an, les agences de lutte contre la criminalité - que ce soit le FBI, Interpol ou les polices d'Etat - viennent à l'Icann et au GNSO avec des demandes concernant la désactivation de sites et de noms de domaine", et que l'instance repousse, indique-t-il lors d'un entretien à l'AFP.

Stéphane Van Gelder est le premier Français à occuper le poste de président du GNSO.
"Nous avons déjà été convoqués à deux reprises à la Maison Blanche sur le sujet de la lutte contre la contrefaçon, et le but était de nous demander comment on agissait contre ce phénomène, et c'était fait de manière assez agressive", poursuit-il. "Il y a de vraies pressions, de véritables actions de lobbying, pour qu'on lutte contre ces phénomènes: les entités étatiques s'attaquent aux acteurs sur lesquels elle peuvent agir, comme nous, car elles ne peuvent par exemple pas s'attaquer à la mafia", estime Stéphane Van Gelder, qui ajoute que ces entités font fi des fins de non recevoir.

Selon lui, en un an, les autorités américaines ont ainsi procédé à la désactivation "de manière unilatérale" de plus d'une centaine de noms de domaines se terminant en .com - dont la gestion est déléguée à la société américaine Verisign - et desquels dépendent souvent des milliers de sites internet, blogs ou pages personnelles.
"Les administrateurs n'ont pas été prévenus et se sont réveillés avec sur leur site le logo du gouvernement américain", dénonce Stéphane Van Gelder. "Certains étaient des sites de contrefaçon vendant des DVD ou des sacs à main, mais beaucoup d'autres n'avaient rien d'illégitime. Par exemple, lorsque le nom mooo.com a été désactivé" car il hébergeait des contenus pornographiques, "ce sont au total 84 000 sites qui en dépendaient qui ont aussi été débranchés, et qui n'avaient rien à voir avec les contrefaisants", déplore-t-il. "C'est de la prise en otage de noms de domaine par les autorités américaines, une telle intervention des Etats n'est pas souhaitable. C'est une nouvelle tendance, mais une tendance de fond, il n'y a plus de discussion, seulement des décisions unilatérales de désactivation", résume Stéphane Van Gelder.

Il va jusqu'à évoquer "une forme de chirurgie sans anesthésie et avec un gros couteau": "ces actions sont directes, il n'y a plus la notion de respect du système établi, le gouvernement décide qu'il y a offense et il débranche votre site, il fait fi des structures existantes" comme l'Icann et le GNSO qui ont pourtant la main sur l'attribution des noms de domaine, dénonce-t-il. Selon lui, "il y a danger, notre modèle de gouvernance de l'internet va au-delà d'un Etat, d'un gouvernement. Des structures existent et passer outre pour désactiver des sites ne peut qu'inquiéter".

Créée en 1998 sous l'administration Clinton, l'Icann n'est cependant plus sous contrat direct du gouvernement américain depuis 2009. Et certains pays verraient bien que ses fonctions et pouvoirs soient pris en charge par un organisme dirigé par l'ONU. "Le modèle n'est pas parfait mais tous les utilisateurs d'internet y sont représentés, à la différence de l'ONU qui est complètement fermée en comparaison, on ne peut pas appliquer la gouvernance étatique traditionnelle à internet", estime M. Van Gelder.
Aujourd'hui, on compte quelque 200 millions de noms de domaine, dont quelque 95 millions en .com.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Antigone le Jeu 24 Fév 2011 17:28

70 000 personnes ont manifesté vendredi dernier à Madison devant le Capitole. Les directions syndicales étaient dépassées par l'ampleur et la spontanéité du mouvement. Mais depuis, les infos sur le front des grèves qui s'est étendu à plusieurs Etats des USA sont plus difficiles à obtenir qu'en Libye. C'est incroyable.

Solidarité et progrès - 24 fev 2011
http://www.solidariteetprogres.org/article7458.html

Wisconsin: la « grève de masse » s’étend

Depuis que les Wisconsinois se sont levés en masse la semaine dernière contre le budget d’austérité du gouverneur républicain Walker, qui prévoit la fin du droit de négociation collective pour les employés d’Etat, le ferment s’étend à tous les Etats-Unis: des rassemblements ont lieu dans l’Ohio, l’Indiana, l’Iowa, le Michigan, le Massachusetts et le New Jersey. Des messages de soutiens sont arrivés de plusieurs dizaines de pays. Hier à Washington, des milliers de personnes se sont rassemblées en signe de solidarité avec les combattants du Wisconsin qui occupent le parlement depuis 10 jours, demandant la démission du gouverneur Walker et la fin de l’austérité qui frappe l’ensemble des Etats américains.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede spleenlancien le Jeu 24 Fév 2011 23:37

La fronde gagne d'autres Etats de l'Empire. Je colle deux liens en anglais et un album de photos.

Ohio : http://www.nytimes.com/2011/02/23/us/23ohio.html?hp

Indiana : http://www.nytimes.com/2011/02/24/us/24 ... &scp=2&sq=

Des photos :
http://www.nytimes.com/slideshow/2011/0 ... tml?ref=us
spleenlancien
 

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede spleenlancien le Dim 27 Fév 2011 12:35

Plus d'infos sur la propagation à d'autres Etats. Outre les Etats mentionnés dans mon post précédent, on peut ajouter le Minnesota aisi que du Colorado, de New-York, du Kansas, du Michigan et de la Pennsylvanie, entre autres !!!

http://www.cyberpresse.ca/international ... ticle_POS1

Image
Wisconsin
spleenlancien
 

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Antigone le Dim 27 Fév 2011 13:01

On attend toujours les révélations promises par Wikileaks au sujet des pratiques d'une "grande banque américaine"...

RFI - 26 fev 2011
http://www.rfi.fr/ameriques/20110226-et ... -sanctions

Des banques américaines accusées de saisies immobilières abusives anticipent leurs sanctions

Les autorités américaines ont lancé toute une série d'enquêtes sur les saisies immobilières effectuées par une dizaine de banques depuis la crise des crédits hypothécaires à risque. Les banques concernées évaluent déjà ce que vont leur coûter les procès et les sanctions pour saisies immobilières irrégulières.
Depuis la crise des crédits immobiliers à risque aux Etats-Unis, des millions d'Américains ont perdu leur logement qu'ils étaient dans l'incapacité de rembourser. Mais des enquêtes sont actuellement en cours sur une dizaine de banques car un bon nombre de ces saisies immobilières, effectuées par les établissements financiers qui avaient accordé ces crédits, pourraient bien s'avérer abusives.
Implicitement, les banques américaines concernées reconnaissent des irrégularités car elles ont déjà fait connaitre aux autorités boursières les montants qu'elles vont mettre de coté pour faire face aux procès et aux sanctions éventuelles.
Bank of America prévoit que cela lui coutera de l'ordre de un milliard et demi de dollars cette année, et Wells Fargo évalue ce montant à un milliard 200 millions de dollars. Citigroup a également provisionné des fonds.
Les saisies immobilières ont touché plus d'un million de familles aux Etats-Unis en 2010 et leur nombre ne devrait pas diminuer avant 2012, en raison de la crise sociale elle-même causée par la crise financière.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede spleenlancien le Jeu 17 Mar 2011 09:31

On n'en parle guère pourtant la lutte continue en dépit du vote de la loi voulue par le gouverneur et acquis au prix d'une mistoufle.
A Madfison, samedi 12 mars, 185 000 personnes ont manifesté, retiré leur argent d'une banque qui soutient le gouverneur et les paysans se sont joints aux manifestants.



Plus d'infos :
http://www.marianne2.fr/Etats-Unis-le-r ... 03913.html

ps : ne gueulez pas pour le lien avec le journal Marianne, les autres sont en silence radio.

Un site US parle de Class struggle in Wisconsin et propose un dossier assez complet mais en anglais...

http://therealnews.com/t2/index.php?opt ... umival=692
spleenlancien
 

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede moimememe le Dim 27 Mar 2011 01:33

Très bon article sur la lutte du Wisconsin, fait par le World Socialist Web Site(par Jerry White):
Les leçons politique de la lutte au Wisconsin
Aujourd'hui il y a exactement deux semaines que les Républicain du Wisconsin ont recouru à une manouvre de légalité douteuse pour souscrire au projet de loi de « réparation budgétaire » du gouverneur Scott Walker et pour priver près de 375.000 enseignants, infirmiers, travailleurs des collectivités territoriales et autres employés du public de leurs droits de négociation collective tout en imposant des coupes drastiques dans les salaires nets.

La promulgation par Walker de la loi, deux jours plus tard le 11 mars, a donné l'occasion aux syndicats, tant au niveau de l'Etat qu'au niveau fédéral, de mettre fin à la lutte qui a duré un mois au Wisconsin qui a connu la plus grande lutte de la classe ouvrière de ces trois dernières décennies aux Etats-Unis. De mi-février à mi-mars, des centaines de milliers de travailleurs et de jeunes ont participé à des manifestations de masse, à des actions professionnelles des enseignants, à des débrayages de lycéens et d'étudiants et à l'occupation du bâtiment du Capitole [le siège du gouverneur] à Madison.

La nouvelle loi fait partie d'une attaque sur le plan national contre les employés de la fonction publique et qui est perpétrée à la fois par les Démocrates et les Républicains alors qu'ils imposent des mesures d'austérité visant à faire payer à la classe ouvrière la crise économique. Les travailleurs sont privés du droit de négociation collective et du droit de grève dans le cadre de la criminalisation de toutes les formes de résistance collective de la classe ouvrière.

La semaine passée, un juge de Wisconsin du comté de Dane (Dane County) a émis une ordonnance provisoire enjoignant le report de l'application de la loi dans l'attente de la décision de savoir si les Républicains ont violé la Loi de la Liberté de réunion au Wisconsin lorsqu'ils se sont réunis hâtivement le soir du 9 mars pour adopter la mesure.

Entre-temps, des filiales locales des deux plus grands syndicats de l'Etat - le syndicat américain des fonctionnaires administratifs (l'American Federation of State, County and Municipal Employees, AFSCME) et le syndicat des enseignants du Wisconsin (le Wisconsin Education Association Council, WEAC) - ont profité du report pour signer nombre de prolongements de contrats avant l'entrée en vigueur de la nouvelle loi.

Loin de s'opposer aux coupes de Walker, les syndicats ont inscrit dans les contrats les exigences du gouverneur, à savoir que les travailleurs paient le double en cotisation assurance-maladie et assurent la moitié des coûts de leurs retraites. En échange de ces concessions, les autorités municipales et scolaires ont accepté de déduire les cotisations syndicales directement de la fiche de paie des travailleurs - une disposition interdite par la loi Walker mais seulement après l'expiration des présents contrats.

Compte tenu de la hausse du coût des denrées alimentaires, du carburant, de l'enseignement supérieur et d'autres dépenses familiales, les concessions auront un impact brutal sur les travailleurs de la fonction publique qui ont déjà été touchés par des années de gel de salaires et de chômage partiel imposés par le gouverneur Jim Doyle, le prédécesseur démocrate de Walker. Le travailleur moyen va perdre environ 4.000 dollars par an, selon l'économiste Steven Deller de l'Université du Wisconsin.

Dans plusieurs cas, les syndicats ont même accepté des réductions encore plus importantes que celles exigées par Walker, y compris dans la ville de Green Bay où ils ont accepté des réductions de salaires des enseignants et une forte augmentation du nombre d'élèves par classe.

Ces contrats punitifs concordent avec la position adoptée par les syndicats tout au long de la lutte qui a duré un mois. Quelques jours seulement après le début des protestations - qui n'avaient pas été initiées par les syndicats, mais qui avaient surtout surgi indépendamment des syndicats - les dirigeants de l'AFSCME et du WEAC ont déclaré qu'ils étaient prêts à accepter de fortes réductions des salaires et des prestations sociales, enlevant ainsi toute crédibilité à leur affirmation selon laquelle ils défendaient les droits de négociation collective.

Alors que les travailleurs luttaient en affichant une détermination énorme pour défendre leurs droits à la négociation salariale - afin de défendre leurs emplois et leur niveau de vie - les bureaucrates syndicaux ont clairement fait comprendre que leur unique préoccupation était de préserver leurs propres intérêts institutionnels, notamment leurs recettes provenant des cotisations des adhérents. En échange de cela, ils ont promis « la paix sociale » et la pleine coopération en obligeant les travailleurs à payer pour la crise économique causée par les activités criminelles de l'élite patronale et financière.

Tout au long de la lutte, les syndicats ont collaboré avec les politiciens démocrates pour contenir le mouvement, pour le limiter à des actions de protestation et pour s'opposer aux revendications grandissantes en faveur d'une grève générale de tous les travailleurs du Wisconsin.

Lorsque des milliers de personnes ont marché sur le Capitole le soir du 9 mars pour s'opposer au vote du projet de loi - et que des slogans pour une grève générale ont fusé sous la coupole du Capitole - les responsables syndicaux ont appelé au calme et ont sommé les enseignants et autres employés du public de se présenter au travail le lendemain.

Afin de dissimuler leur capitulation devant Walker et de dissiper l'opposition, les responsables syndicaux ont reporté leurs efforts sur une campagne pour rappeler les législateurs républicains dans le but de les remplacer par des Démocrates. Tout ceci ayant eu lieu dans des conditions où les Démocrates ont clairement fait comprendre qu'ils ne s'opposaient nullement aux concessions faites aux exigences de Walker ou aux coupes à hauteur de 1,5 milliards de dollars dans les dépenses sociales que prévoit son budget. En fait, les Démocrates se sont vantés de ce qu'ils avaient appliqué les coupes les plus importantes de toute l'histoire de l'Etat d'avant Walker.

A l'échelle nationale, le gouvernement Obama a été le fer de lance de l'assaut mené contre les travailleurs de l'automobile, les enseignants et les employés de la fonction publique, et collabore avec les Républicains pour réduire fortement les dépenses sociales dans le but de financer les baisses d'impôts des riches et les plans de sauvetage de Wall Street. Les gouverneurs démocrates de Californie, de New York, de l'Illinois et d'autres Etats sont en train de perpétrer des attaques contre les employés du public et de faire des coupes drastiques dans les programmes sociaux.

La différence est que les Démocrates cherchent à perpétrer ses attaques avec l'aide de la bureaucratie syndicale, tandis que les Républicains cherchent à paralyser et à marginaliser les syndicats. En échange des services rendus par les syndicats dans la répression de l'opposition de la classe ouvrière, le Parti démocrate a protégé la position juridique et les intérêts financiers de la bureaucratie syndicale. Les syndicats, en contrepartie, fournissent au Parti démocrate les fonds et la main-d'ouvre pour leurs campagnes électorales et forment une partie importante de l'appareil du parti.

L'expérience au Wisconsin révèle que le conflit d'intérêts sociaux n'est pas simplement entre la classe ouvrière et les Républicains, mais entre la classe ouvrière d'un côté et les syndicats et les deux grands partis patronaux de l'autre. Les syndicats et les Démocrates poursuivent des intérêts diamétralement opposés aux besoins les plus fondamentaux des travailleurs.

Les droits sociaux des travailleurs - le droit à un emploi stable à salaire décent, à des écoles de qualité, à des soins de santé, au logement et à une retraite confortable - sont incompatibles avec le maintien du système économique existant. La crise du capitalisme américain et mondial sous-tend le virage de l'élite dirigeante vers une politique de guerre de classes.

Les syndicats et le Parti démocrate défendent ce système défaillant et insistent de ce fait pour que le fardeau de sa crise soit placé sur le dos des travailleurs. Pour contre-attaquer, la classe ouvrière doit engager une lutte sociale et politique contre le système capitaliste et tous ses représentants politiques.

Durant la lutte qui a duré un mois au Wisconsin, la classe ouvrière a commencé à manifester son énorme capacité de lutte, de sacrifice et de solidarité. Après plus de trois décennies durant lesquelles la lutte des classes avait été réprimée artificiellement par les syndicats, la classe ouvrière américaine a fait part de son retour sur la scène historique et démontré son potentiel révolutionnaire.

Mais, afin de rassembler son pouvoir social, la classe ouvrière doit briser l'étau des syndicats et établir dans les usines, les lieux de travail et les communautés, de nouvelles organisations de lutte réellement démocratiques. Les travailleurs doivent avant tout rompre avec le Parti démocrate et construire un mouvement de masse socialiste comme alternative politique aux deux partis patronaux et au système capitaliste qu'ils défendent.
Abolition de l'argent!
Avatar de l’utilisateur
moimememe
 
Messages: 103
Inscription: Jeu 6 Jan 2011 14:36

Re: Etats Unis d'Amerique

Messagede Nico37 le Ven 15 Avr 2011 21:47

Patriot Act: le Sénat vote une prolongation JIM ABRAMS, THE ASSOCIATED PRESS Publié: 15 février 2011 20:58

WASHINGTON - Le Sénat des États-Unis a voté, mardi, en faveur de la prolongation, pour une période de 90 jours, de trois mesures de lutte contre le terrorisme adoptées après le 11 septembre 2001, incluant la mesure sur les écoutes téléphoniques qui devait expirer à la fin du mois.

Cette prolongation à court terme donnera aux législateurs le temps de réviser les mesures, que certains critiques de la droite comme de la gauche considèrent comme des violations inconstitutionnelles des libertés civiles.

Le vote du Sénat survient au lendemain de celui de la Chambre des représentants, qui a accepté de prolonger les trois mesures jusqu'au 8
décembre. Les deux chambres doivent maintenant s'entendre sur une approche commune dans ce dossier. Le Congrès étant en vacances la semaine prochaine, plusieurs font pression pour qu'un accord soit conclu cette semaine.

Les mesures controversées permettent aux autorités d'installer des dispositifs d'écoute sur plusieurs appareils électroniques et d'obtenir des mandats judiciaires pour accéder à des livres comptables d'entreprises considérés comme pertinents à des enquêtes anti-terroristes. La troisième mesure permet aux agences de renseignement de surveiller des non-Américains qui n'ont pas de liens connus avec une activité terroriste précise.

Sans ces trois mesures, les agences chargées du renseignement et de l'application de la loi «manqueront d'outils importants pour protéger ce
pays», a dit la présidente du comité du Sénat sur le renseignement, la démocrate Dianne Feinstein.

Depuis les débuts du Patriot Act, dans les jours qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001, les pouvoirs de surveillance accrus donnés aux autorités ont été critiqués autant par les républicains que par les démocrates, qui estiment qu'ils violent la liberté d'expression et le droit d'être protégé contre les perquisitions et les saisies abusives.

«Nous étions dans un état très émotif» après les attentats, a dit le sénateur démocrate Dick Durbin. Il a souligné que les mesures donnaient au gouvernement l'accès à des documents personnels sensibles, comme les registres médicaux, et pouvaient «mener à des missions exploratoires du gouvernement qui visent malheureusement des Américains innocents».

Le président du comité judiciaire du Sénat, le démocrate Pat Leahy, a introduit un projet de loi qui prolongerait les trois mesures jusqu'en 2013 tout en resserrant leur portée. Mme Feinstein a aussi recommandé une prolongation jusqu'en 2013, tandis que certains républicains ont proposé que les mesures deviennent permanentes.

Le projet de loi présenté par M. Leahy sera étudié jeudi par le comité judiciaire du Sénat.


Les Etats-Unis accusés de désactiver à outrance des sites web

Le GNSO (Icann) accuse le FBI, Interpol et les polices d'Etat américaines de procéder à des désactivations "unilatérales" de sites, en faisant fi des structures existantes.

La gouvernance de l'internet est menacée par l'interventionnisme des autorités américaines qui procédent à des désactivations "unilatérales" de sites, passant outre les structures mondialement reconnues, accuse Stéphane Van Gelder, à la tête de l'instance internationale GNSO.

Le GNSO est l'instance décisionnelle de l'Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), discret organisme privé californien qui assure un rôle clé dans la régulation d'internet en attribuant les noms de domaine, et dont les décisions s'imposent mondialement. Stéphane Van Gelder est le premier Français à occuper le poste de président du GNSO.

"Depuis un an, les agences de lutte contre la criminalité - que ce soit le FBI, Interpol ou les polices d'Etat - viennent à l'Icann et au GNSO avec des demandes concernant la désactivation de sites et de noms de domaine", et que l'instance repousse, indique-t-il à l'AFP.

Les autorités désactivent "de manière unilatérale"

"Nous avons déjà été convoqués à deux reprises à la Maison Blanche sur le sujet de la lutte contre la contrefaçon, et le but était de nous demander comment on agissait contre ce phénomène, et c'était fait de manière assez agressive", poursuit-il. "Il y a de vraies pressions, de véritables actions de lobbying, pour qu'on lutte contre ces phénomènes : les entités étatiques s'attaquent aux acteurs sur lesquels elle peuvent agir, comme nous, car elles ne peuvent par exemple pas s'attaquer à la mafia", estime Stéphane Van Gelder, qui ajoute que ces entités font fi des fins de non recevoir.

Selon lui, en un an, les autorités américaines ont ainsi procédé à la désactivation "de manière unilatérale" de plus d'une centaine de noms de
domaines se terminant en .com - dont la gestion est déléguée à la société américaine Verisign - et desquels dépendent souvent des milliers de sites internet, blogs ou pages personnelles. "Les administrateurs n'ont pas été prévenus et se sont réveillés avec sur leur site le logo du gouvernement américain", dénonce Stéphane Van Gelder.

"Certains étaient des sites de contrefaçon vendant des DVD ou des sacs à main, mais beaucoup d'autres n'avaient rien d'illégitime. Par exemple, lorsque le nom mooo.com a été désactivé" car il hébergeait des contenus pornographiques, "ce sont au total 84.000 sites qui en dépendaient qui ont aussi été débranchés, et qui n'avaient rien à voir avec les contrefaisants",
déplore-t-il.

Les USA prennent "en otage les noms de domaine"

"C'est de la prise en otage de noms de domaine par les autorités américaines, une telle intervention des Etats n'est pas souhaitable. C'est une nouvelle tendance, mais une tendance de fond, il n'y a plus de discussion, seulement des décisions unilatérales de désactivation", résume Stéphane Van Gelder.

Il va jusqu'à évoquer "une forme de chirurgie sans anesthésie et avec un gros couteau" : "ces actions sont directes, il n'y a plus la notion de respect du système établi, le gouvernement décide qu'il y a offense et il débranche votre site, il fait fi des structures existantes" comme l'Icann et le GNSO qui ont pourtant la main sur l'attribution des noms de domaine, dénonce-t-il.

Selon lui, "il y a danger, notre modèle de gouvernance de l'internet va au-delà d'un Etat, d'un gouvernement. Des structures existent et passer outre pour désactiver des sites ne peut qu'inquiéter". Créée en 1998 sous l'administration Clinton, l'Icann n'est cependant plus sous contrat direct du gouvernement américain depuis 2009. Et certains pays verraient bien que ses fonctions et pouvoirs soient pris en charge par un organisme dirigé par l'ONU.

"Le modèle n'est pas parfait mais tous les utilisateurs d'internet y sont représentés, à la différence de l'ONU qui est complètement fermée en comparaison, on ne peut pas appliquer la gouvernance étatique traditionnelle à internet", estime Stéphane Van Gelder. Aujourd'hui, on compte quelque 200 millions de noms de domaine, dont quelque 95 millions en .com.

(Nouvelobs.com avec AFP)
Nico37
 

PrécédentSuivante

Retourner vers International

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités