Liber... ?

Pour se présenter, raconter sa vie...

Re: Liber... ?

Messagede Protesta le Ven 13 Juil 2018 16:27

L'anarchisme individualiste est une philosophie politique basée sur la liberté individuelle et le droit, ses propositions positives sont le mutuellisme et le fédéralisme ( le vrai pas le pseudo federalisme global


Les Anarchistes individualistes sont fédéralistes?? Je pensais plutôt qu'ils étaient partisans de la libre association...

c'est quoi le fédéralisme global??
"Salut Carmela, je suis chez FIAT! Je vais bien... Si,Si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye!"
Protesta
 
Messages: 2157
Inscription: Sam 24 Sep 2011 00:04

Re: Liber... ?

Messagede frigouret le Ven 13 Juil 2018 19:06

fédération


Etymologie : du latin foederatio, alliance, lien, pacte, traité, dérivé de foedus, traité, alliance, pacte, convention, accord particulier, union.


Et

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9 ... lon_le_WFM
8-)
frigouret
 
Messages: 1963
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Liber... ?

Messagede Protesta le Ven 13 Juil 2018 19:37

Mais les anarchistes individualistes ne sont pas "fédéralistes" ils sont pour la libre association, pas besoin d'être fédéraliste pour ça. D'ailleurs les anarchistes individualistes ne pensent pas à une société Anarchiste et ne pensent pas à détruire ce système, mais plutôt à faire son "Anarchisme" dans son coin en "libre association" un peu à l'écart des autres, pour moi ce n'est pas très anarchistes, même si quelques "anarchistes individualistes" ont participé semble t-il à quelques collectivités libertaire (en fonctionnement communiste-libertaire) en Espagne.
Et une société communiste-libertaire est nécessairement fédéraliste. et une société fédéraliste ce n'est pas forcément une société anarchiste ou communiste-libertaire.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT! Je vais bien... Si,Si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye!"
Protesta
 
Messages: 2157
Inscription: Sam 24 Sep 2011 00:04

Re: Liber... ?

Messagede frigouret le Ven 13 Juil 2018 21:51

Mais bien sur que si les individualistes ont une vision globale d'une société anarchiste, les faire passer pour des marginaux et bien une tentative de gommage de cette réalité.

Émile Armand dans l'article mutualisme :bisou2: e l'encyclopédie de Faure.

MUTUALITÉ



MUTUALISME

n. m. (rad. mutuel)
Le mutualisme dont nous nous occupons ici est celui de l’école américaine, dont Clarence Lee Swartz a résumé, tout récemment encore, la définition, le programme et les revendications dans « What is Mutualism », édité par Vauguard Press, de New-York. Le mutualisme (qu’on appelle aussi mutuellisme) est un « système social basé sur l’égale liberté, la réciprocité et la souveraineté de l’Individu sur lui-même, ses affaires et ses produits ; il se réalise par l’initiative individuelle, le libre contrat, la coopération, la concurrence et l’association volontaire en vue de la défense contre l’agression et l’agresseur et de la protection de la vie, de la liberté et de la propriété du non-agresseur ». Le mutualisme se réclame, bien entendu, de Proudhon et l’école à laquelle je fais allusion considère comme siens Max Stirner, Josiah Warren, Stephen Pearl Andrews, Henry David Thoreau, Edward Carpenter Benjamin R. Tucker, Charles T. Sprading, Lev Tchorny (qui fut fusillé en 1921 par le gouvernement des Soviets), John Beverley Robinson, nous-mêmes et quelques autres.

Le mutualisme remonte plus haut. Aristote proclamait que « se procurer de l’argent par l’usure est contre nature..., que le profit prend sa source dans l’échange, mais que ce qui l’enfle est l’usure ». Epictète énonçait que...

« Celui-là est seulement libre qui vit comme il désire vivre, qui n’est soumis ni à la contrainte, ni à l’interdiction, ni à la violence ; dont les mouvements ne sont pas entravés et dont les désirs atteignent leur but. »
Le mot mutualisme, sous sa forme anglaise mutualism, semble avoir été employé pour la première fois par l’anglais John Gray en 1812. En 1849, l’américain William B. Greene reprenait ce mot et le définissait ainsi : « Le mutualisme a pour objet, de par sa nature même, de rendre superflu le gouvernement politique, basé sur la force arbitraire, c’est-à-dire qu’il vise à la décentralisation du pouvoir politique et à la transformation de l’Etat en substituant l’autogouvernement, le gouvernement du dedans, au gouvernement extérieur, le gouvernement du dehors ». Dans son livre : « De la capacité politique des classes ouvrières » Proudhon s’est servi à maintes reprises des termes « mutuellisme » et « mutuelliste » (1865). Dans sa « Solution du problème social » 1848), le mot « mutuel » se retrouve fréquemment. Le mutuellisme de Proudhon se basait sur la fameuse maxime :

« Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fît ; faites constamment aux autres ce que vous voudriez en recevoir. »
Les deux grands principes du mutualisme sont ceux-ci :

L’individu qui ne s’en prend pas à autrui, le non-agresseur, ne saurait subir de contrainte quelconque ;

Aucune portion du travail personnel ne saurait être enlevée à qui que ce soit, sinon de son plein gré.

Ce sont deux postulats d’ordre négatifs, affirmant la souveraineté de l’individu, mais de ces deux postulats découle un corollaire d’ordre positif et constructeur : la réciprocité. La réciprocité implique, à son tour, l’initiative individuelle, la liberté de contrat et l’association volontaire par souveraineté individuelle, il faut entendre le contrôle absolu que l’individu non-agresseur doit pouvoir posséder sur lui-même, ses affaires personnelles et le produit de son travail.

Ces principes sont à la base des revendications du mutualisme actuel, lesquelles sont : au point de vue individuel : égale liberté pour tous, l’individu se trouvant garanti contre l’agression d’autrui ; au point de vue économique : réciprocité sans aucune entrave, comportant liberté absolue d’échange et de contrat, tout monopole ou privilège étant aboli ; au point de vue social : liberté complète d’association volontaire à l’abri de toute organisation coercitive.

Pour les mutualistes, le malaise social provient de ce qu’à l’origine un homme ou un groupe d’hommes voulut s’emparer du produit du travail d’autrui. Depuis lors, du brigandage aux raffinements d’escroquerie des institutions politiques, le mal n’a fait qu’empirer. L’effort accompli par l’individu isolé pour subjuguer et dépouiller son semblable se développa bientôt en un effort accompli par un clan, une tribu, un groupe pour en asservir un autre ; il ne s’agissait plus simplement de s’emparer de la propriété d’une ou de plusieurs personnes, mais de réduire en esclavage et d’emmener captives ces personnes elles-mêmes. De ce premier acte de conquête et d’assujettissement — acte de gouvernement — provient l’Etat, lequel a commencé par le brigandage sous sa forme grossière et qui continue à l’exercer sous la forme plus raffinée, mais aussi brutale de l’impôt obligatoire.

La fonction de l’État (voir ce mot) a été et continue d’être de réduire à l’impuissance et d’assujettir les personnes, d’asseoir et conserver sa domination sur toute l’étendue d’un territoire donné, de se garantir contre la révolte de l’intérieur et contre l’agression de l’extérieur, en un mot de se maintenir à tout prix en existence. Pour y parvenir, il lui fallut dépouiller non seulement le barbare ou l’étranger vaincu, mais encore ses propres administrés en masquant son vol sous l’euphémisme d’impôts. Pour ne pas périr, il lui fallut non seulement comprimer l’ennemi envahisseur, mais opprimer ses propres sujets en les punissant sous prétexte de trahison, lorsqu’ils s’opposaient trop manifestement à sa politique. L’Etat est devenu le principal agresseur de toute l’histoire.

L’Etat est le symbole du pouvoir ; en effet à l’égard de ses sujets, pris individuellement, il est omnipotent. Cette omnipotence produit le privilège. L’Etat peut prendre, mais il peut donner ; il peut punir, mais il peut récompenser ; il peut être tyrannique, mais il peut se montrer libéral. Ses actes, en un mot, peuvent être compensateurs. Il enlève à celui-ci et fait cadeau à celui-là, il opprime celui-ci, mais favorise celui-là. Quelle que soit la forme de l’Etat : en régime étatiste, il y a toujours certaines classes et certaines personnes jouissant de privilèges auxquels le reste des assujettis n’est pas admis à participer. Dans la pratique, et dans presque toutes les classes, il s’agit de privilèges permettant à leurs bénéficiaires de pressurer les personnes ou classes non privilégiées... Le mot Etat vient du latin status qui veut dire fixé et partout où on le rencontre, l’Etat se présente stationnaire, figé, immuable. Il synthétise les forces statiques de la vie sociale, en opposition aux forces dynamiques. Il insiste sur le maintien du statu quo, abhorre le changement, se repose entièrement sur le précédent et la tradition.

En résumé, les mutualistes reprochent au système étatiste : a) De s’immiscer dans la liberté personnelle, empêchant l’individu paisible, non agresseur, de vivre sa vie comme il l’entend ; b) De s’immiscer dans la liberté de la vie économique aux moyens des quatre grands monopoles principaux (monopole de l’émission monétaire, monopole foncier, monopole de la douane, monopole des brevets et patentes), dont les principaux résultats sont : l’exploitation des travailleurs et la restriction artificielle de la production. On passe très souvent sous silence ce dernier résultat de l’étatisme, plus néfaste même pour les travailleurs que l’exploitation ; et cela, alors que nous avons tous les jours sous les yeux le spectacle de l’oisiveté involontaire (ou chômage), des grèves, des lock-outs, du manque de crédit mobile et à bon marché, la horde croissante des parasites non producteurs et de leurs domestiques.

Les mutualistes voient dans le principe de « l’égale liberté » la possibilité de rendre l’Etat inoffensif et de réaliser leurs idéaux. Ce principe, formulé par Herbert Spencer, est que tout être a le droit de revendiquer la liberté la plus complète de faire comme il lui plaît, à condition qu’autrui jouisse de la même liberté. Les mutualistes pensent, que, seule l’éducation permet à l’individu de se rendre compte si l’acte qu’il accomplit permettra à autrui d’exercer sa liberté dans la même mesure que lui. Prenons l’exemple classique de deux personnes regardant un même objet ; si elles sont placées l’une à côté de l’autre, il y a liberté égale de regard pour chacune ; si l’une des deux personnes se place devant l’autre il y a empiètement et atteinte à la liberté de vision de la personne infériorisée. Dans la pratique, la coopération et la concurrence — l’association basée sur le contrat — permet de définir les limites de l’égale liberté. Tout le problème de l’éducation mutualiste consiste en ceci : que l’individu acquière un développement tel qu’il puisse considérer avec autant d’impartialité la situation d’autrui que la sienne propre.

Il ne faudrait pas croire que les mutualistes tiennent à l’écart le curieux, l’expérimentateur, le non-conformiste et cela dans tous les domaines. Ils ne leur demandent que de ne pas contraindre à faire route avec eux ceux qui ne s’y sentent pas disposés. Ils considèrent que le milieu tout entier n’a qu’à gagner à la pratique de la méthode du droit à l’essai et à l’erreur pour tous.

Les propositions du mutualisme sont innombrables. Citons-en quelques-unes : Coopératives de production, de consommation, d’échange. Banques mutualistes, selon la formule proudhonienne ; c’est-à-dire instituant le crédit gratuit grâce à la circulation sans numéraire. Le prix du produit, basé sur l’effort qu’il a coûté, fixé avant sa présentation sur le marché. Libre échange et abolition des octrois et des douanes. Concurrence dans le domaine des transports et des communications. Mise à la disposition de tous ceux qui en sont privés, des terrains que leurs propriétaires ne font pas valoir, des maisons ou logements que leurs possesseurs n’habitent pas. Propriété absolue et absolue disposition des produits du travail de la personne humaine. Solution de toutes espèces de délits ou litiges par le jury. Arbitrage volontaire. Ostracisme et boycottage comme sanctions. Assurance et garantisme dans tous les domaines de l’activité humaine. Non intrusion dans les relations privées entre hommes et femmes de quelque nature qu’elles soient. Liberté pour l’enfant dès qu’il a atteint l’âge de passer contrat (jusque là, selon les mutualistes, il est considéré comme une dépendance de ses parents) de rejeter la tutelle de sa famille et d’en choisit, toute autre consentant à l’accueillir. Instruction et éducation individuelles, non obligatoires, visant à faire de l’élève une personnalité apte à penser par et pour elle-même, hors de toute doctrine ou système préconçu, préparé à vivre plus tard, selon ses idées et non celles de ses professeurs. Liberté absolue d’association ; développement conséquent de toutes les initiatives imaginables : éducatives, « colonies », milieux d’expérimentation ou autres.

Contre l’Etat oppresseur, les mutualistes préconisent volontiers, mais à titre absolument volontaire : l’ignorance des lois, la résistance passive, le refus de payer l’impôt, la non-coopération aux fonctions oppressives et agressives.

— ***E. ARMAND***

BIBLIOGRAPHIE : Les œuvres de Proudhon. — Joseph Warren : True Civilization. — Stephen Pearl Andrews : Science of Society. — Henry-David Thoreau : Duty of Civil Desobedience (traduit en français sous le titre : Désobéir). — William B. Greene : Mutual Banking. — Benjamin-R. Tucker : Individual Liberty. — Hugo Bilgram and L. E. Levy : The Cause of Business Depression. — Charles-P. Isaac : The Menace of the Money Power. — Edward Carpenter : Non Governmental Society. — T. Sprading : Freedom and Its Fundamentals. — Les œuvres de Lev Tchorny (Sociométrie). — Francis-D. Tendy : voluntary Socialism. — John BeverleyRobinson : The Economies of Liberty. — Woodworth Donisthorpe : A Politician in Sight of Heaven. — Auberon Herbert : Individualisim : A System of Politics. — Henry Meulen : Industrial Justice through Banking Reform, etc.
8-)
frigouret
 
Messages: 1963
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Liber... ?

Messagede Marcia le Lun 16 Juil 2018 08:45

Je suis perdue, frugouret ... Cet article Wikipedia est donc complètement faux ?

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Anarchisme_individualiste

Peut-être que je me trompe ou que je comprends mal certaines choses, ce n’est pas si rare, mais ... Si l’anarchisme individualiste est à ce point fédérateur que chacun doive s’agréger exactement aux convictions détaillées de ceux qui appartiennent à ce courant, c’est donc non pas un courant individualiste (plaçant l’individu comme base de sa logique d’action) mais un genre de parti anarchiste libéral ? Un « contre anarchisme communiste », en quelque sorte ?
« L’Hérétique est du côté de l’Utopie, tout en se réservant le droit et le devoir de contester celle-ci quand elle deviendra obligatoire et traditionnelle.

Je salue la tempête et son frère immortel.
(...) »

Pierre Boujut, La Tour de Feu n°121, p78
Marcia
 
Messages: 28
Inscription: Ven 6 Juil 2018 09:52

Re: Liber... ?

Messagede Protesta le Lun 16 Juil 2018 20:39

Non l'article de wikipedia est à peu prés exact, c'est frigouret qui fantasme . L'anarchisme individualiste ce n'est pas du libertarianisme, ça n'a rien à voir.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT! Je vais bien... Si,Si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye!"
Protesta
 
Messages: 2157
Inscription: Sam 24 Sep 2011 00:04

Re: Liber... ?

Messagede Lehning le Mer 18 Juil 2018 19:44

Bonsoir !

Je ne voie pas bien la différence entre "fédéralisme" et "libre association" mais c'est intéressant de creuser là-dedans.
On peut s'associer librement à une fédération. :mrgreen:

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2392
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Liber... ?

Messagede Marcia le Jeu 19 Juil 2018 09:40

Lehning a écrit:Bonsoir !

On peut s'associer librement à une fédération. :mrgreen:



Ça me parle bien, ça !
Peut-être que cette association « libre » signifie alors « sans engagement » ?

Et merci, Protesta, pour ta réponse à propos de l’article Wiki. On a du mal à s’y retrouver dans la grande profusion des infos disponibles sur la toile. :trinque:
« L’Hérétique est du côté de l’Utopie, tout en se réservant le droit et le devoir de contester celle-ci quand elle deviendra obligatoire et traditionnelle.

Je salue la tempête et son frère immortel.
(...) »

Pierre Boujut, La Tour de Feu n°121, p78
Marcia
 
Messages: 28
Inscription: Ven 6 Juil 2018 09:52

Re: Liber... ?

Messagede Lehning le Ven 20 Juil 2018 21:17

Bonsoir !

Oui, la nuance doit être là: on parle de "libre association" en fait plutôt dans le courant anarchiste individualiste et de fédéralisme (plutôt proudhonien) dans le synthésisme libertaire.

Ensuite (et je faisais un peu de provoc dans mon message précédent), on doit pouvoir s'associer effectivement librement mais pas sûr que dans toutes les fédérations, on soit complètement libre ensuite.^^ :wink:

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2392
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Liber... ?

Messagede Marcia le Ven 20 Juil 2018 23:31

Oui, je comprends ce que tu veux dire, Lehning, j’en suis venue aux mêmes « craintes » pour le moment. Pour moi, la liberté de pensée est très importante, quelle que soit la cause de la fédération, ainsi que l’objection, à tout moment, si nécessaire. Juste pour garantir justement contre les dérives éventuelles. :trinque:
« L’Hérétique est du côté de l’Utopie, tout en se réservant le droit et le devoir de contester celle-ci quand elle deviendra obligatoire et traditionnelle.

Je salue la tempête et son frère immortel.
(...) »

Pierre Boujut, La Tour de Feu n°121, p78
Marcia
 
Messages: 28
Inscription: Ven 6 Juil 2018 09:52

Re: Liber... ?

Messagede Protesta le Dim 22 Juil 2018 00:49

Ça me parle bien, ça !
Peut-être que cette association « libre » signifie alors « sans engagement »


Oui et non, il faut un accord mutuel il me semble, mais l'individu peut se retirer librement, mais je ne suis pas un spécialiste de ce courant d'idées, dans l'Anarchisme individualiste, ya semble t'il plusieurs courant. Ne m'en demande pas plus, ça ne m'a jamais vraiment intéressé.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT! Je vais bien... Si,Si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye!"
Protesta
 
Messages: 2157
Inscription: Sam 24 Sep 2011 00:04

Re: Liber... ?

Messagede Marcia le Lun 23 Juil 2018 09:37

Merci beaucoup en tout cas pour ton propre point de vue, Protesta, surtout si justement tu as fait l’effort de m’expliquer un point de vue qui n’est pas le tien ! :trinque: Ce forum est super pour ça, j’ai l’impression ; la réflexion commune est vivante. Belle journée ou soirée et merci encore :)
« L’Hérétique est du côté de l’Utopie, tout en se réservant le droit et le devoir de contester celle-ci quand elle deviendra obligatoire et traditionnelle.

Je salue la tempête et son frère immortel.
(...) »

Pierre Boujut, La Tour de Feu n°121, p78
Marcia
 
Messages: 28
Inscription: Ven 6 Juil 2018 09:52

Précédent

Retourner vers Espace membres

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité