Alliance : Libertariens - Anarchistes

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

Re: Alliance : Libertariens - Anarchistes

Messagede Lehning le Jeu 23 Juin 2016 18:03

Bonjour !

Plus haut, vroum te disait déjà, et à juste titre, que tu semblais pas bien connaître l'anarchisme.
J'ai l'impression également qu'il semble en être de même en ce qui concerne le marxisme... La plupart des suites et avatars du "marxisme" (léninisme, stalinisme, Mao, Castro, etc.) étaient/sont notamment des dictatures d'Etat. Ca a toujours été des régimes autoritaires.

Tu cites Ayn Rand, la grande prêtresse du mouvement anarcap... L'1 des reines de l'Egoïsme... Je ne vois vraiment pas ce qu'elle a d'anar...

Salutations Anarchistes !
"Le forum anarchiste est ce que ses membres en font."
Avatar de l’utilisateur
Lehning
 
Messages: 2092
Inscription: Jeu 26 Juil 2012 16:33

Re: Alliance : Libertariens - Anarchistes

Messagede Anarchamory le Mar 28 Juin 2016 02:38

Bonsoir ! :)

Voilà un sujet qui me parle particulièrement, et c'est ce qui m'a motivé à m'inscrire (même si j'avais déjà eu des velléités avant). Pour vous retracer vite fait mon parcours, j'ai d'abord été un "social-démocrate" lambda, puis je me suis intéressé à la pensée libérale, car j'étais intrigué qu'une doctrine dont le nom s'apparentait à "liberté" soit si mal-aimée. Ça a nourri ma réflexion et ça a été utile un certain temps pour me débarrasser de mon étatisme, mais ça restait insuffisant. J'avais le sentiment que la liberté et l'égalité étaient des choses toutes deux désirables, que l'on pouvait peut-être trouver à les optimiser d'une certaine façon, mais qu'elles entraient en partie en contradiction entre elles. Je suis donc devenu "social-libéral". Plus libéral que social, d'ailleurs, car je pensais que la liberté était plus importante malgré tout que l'égalité, et qu'à choisir l'une des deux, c'était elle qu'il fallait privilégier. Puis j'ai découvert le mutuellisme via le blog de Ramite (lequel, étonnement, a fini par se diriger vers l'"anarcho-"capitalisme...), et j'ai découvert grâce à cela que la liberté et l'égalité étaient en fait parfaitement compatibles (et mieux même : qu'elles se présupposent l'une l'autre !). Je n'avais juste pas suffisamment approfondi ma réflexion. Ça m'a permis ma conversion à l'anarchisme. Plus tard encore, j'ai approfondi ma sensibilisation / conscientisation aux diverses oppressions (sexisme, homophobie, transphobie, racisme, etc.), notamment dans leurs aspects systémiques, au contact de militant-e-s d'extrême-gauche (anarchistes, féministes, queers, marxistes, etc.). Ça a permis de corriger certains travers un peu trop étroitement individualistes de mon anarchisme. Aujourd'hui, je me définirais davantage comme anarchiste sans adjectif (ni individualiste ni communiste, ou entre les deux). Je ne renie pas le libéralisme pour autant, mais dans ses aspects philosophiques de défense du droit de chacun-e de faire tout ce qui n'empêche pas autrui de jouir du même droit (ce qui fait que je suis rarement complaisant face à ce que je perçois parfois comme du crypto-étatisme de la part de certains anarchistes), et non comme mouvement au sens sociologique (j'ai finalement bien davantage d'atomes crochus avec l'anarchisme comme mouvement au sens sociologique). Je conçois l'anarchisme comme une sorte de radicalisation et de synthèse à la fois du libéralisme et du socialisme.

J'ai eu moi aussi des rêves d'alliances entre libertarien-ne-s et anarchistes. D'ailleurs, je crois savoir que j'ai eu pas mal d'influence sur la démarche d'Adrien Faure (que je connais). Mais j'en suis revenu. La divergence n'est pas tant philosophique, à mon sens, que sociologique. Et la pierre d'achoppement, je la situerais plutôt sur la question des oppressions systémiques que sur celle de la propriété privée, car même si la propriété privée (au sens capitaliste ; et sauf mention contraire, c'est en ce sens là que je la comprendrai dans la suite) entraîne (à l'instar de l’État d'ailleurs) des oppressions systémiques, il ne suffit pas de critiquer la propriété privée (et l’État) pour critiquer les oppressions systémiques (lesquelles ont une vie en partie indépendante de l’État et de la propriété privée). D'ailleurs, sur la question de la propriété privée, je note quand même qu'un certain nombre de libertarien-ne-s ont des positions moins tranchées qu'on pourrait le penser. Certain-e-s défendent même le mutuellisme. Cette tendance, quoique minoritaire, me paraît suffisamment répandue pour être significative. Un rapprochement m'aurait donc semblé possible s'il n'avait été question que d'une divergence sur la propriété privée. Hélas, bien que rien n'interdise un-e libertarien-ne à critiquer les oppressions systémiques et à lutter contre, je peine à trouver des libertarien-ne-s qui, de fait, sont engagé-e-s à fond dans ce genre de luttes et prennent au sérieux les thèses féministes, queers, les gender studies, etc. ou se soucient d'avoir un humour non-oppressif, ou d'éviter l'appropriation culturelle, etc. Ce que je reproche le plus au mouvement libertarien, c'est d'être un truc d'hommes blancs cisgenres et hétérosexuels. Fondamentalement.

Plutôt que de chercher à rapprocher les deux mouvements, j'invite tou-te-s les libertarien-ne-s de bonne volonté à intégrer le mouvement anarchiste (le vrai !), malgré ses imperfections propres (j'ai un peu du mal avec la misogynie de Proudhon ou Léo Ferré ou encore avec l'"anarcho-"étatisme de certains anars contemporains). C'est plutôt ma démarche actuellement. Car si je me reconnais toujours dans la philosophie libérale/libertarienne (nécessaire mais non suffisante) de par mon adhésion au droit de chacun-e de faire tout ce qui n'empêche pas autrui de jouir du même droit, je vais plus loin et n'ai pas peur de défendre une égalité d'opportunité, et donc la fin des oppressions / discriminations systémiques ou structurelles (tout le contraire de ce qui est défendu par cet article répugnant). Si on doit juger un arbre à ses fruits, force est de constater que le mouvement libertarien ne se fait pas beaucoup entendre hors des questions économiques, fiscales, à la rigueur politiques. Mais sur les mœurs, il est discret (sauf si ça recoupe l'économie : GPA, prostitution, pornographie, drogues,...), et sur les questions culturelles ou sociales, il est carrément silencieux : nul question d'abattre l'ordre patriarcal hétéro-cis-normé ou de critiquer les hiérarchies "librement" consenties (faute de mieux, ou suite à lavage de cerveau préalable). Pire : il y a certaines prises de positions qui sont extrêmement problématiques et au mieux maladroites. Je pense à ceci par exemple. Encore une incapacité à prendre la mesure de la dimension systémique des oppressions (ici le sexisme). Bien sûr qu'en théorie, dans un monde post-patriarcal, les manifestations non-agressives du sexisme ne devraient pas être punies. Mais on n'est pas encore dans un tel monde. Et on n'y sera jamais sans un minimum de pragmatisme. Qui plus est, le patriarcat ne s'est pas gêné, lui, pour utiliser l’État à son avantage. Lutter à arme égale contre lui peut donc se comprendre (même si je ne défends évidemment pas l'usage de l’État sur le principe). Un tel message (comme quoi il ne faudrait pas réprimer pénalement le sexisme) instille (qu'on le veuille ou non) dans la culture, l'idée que le sexisme ça serait bien, ça serait acceptable, etc. A mon avis, les choses doivent être faites dans une certain ordre, et avant de vouloir supprimer une telle loi, il convient d'abolir le patriarcat. Enfin, niveau militantisme, le libertarianisme reste très effacé et loupe des occasions de se rendre populaire (des ZADistes libertarien-ne-s à NDDL ça aurait été une occasion où jamais, le projet d'aéroport étant parfaitement critiquable sur des bases étroitement libertariennes).

Cordialement,
Anarchamory

P.-S. : Évidemment on trouvera toujours ça et là une ou deux exceptions propres à éviter toute généralisation abusive, mais en terme de tendances majoritaires, il me semble qu'on en est là.
Avatar de l’utilisateur
Anarchamory
 
Messages: 10
Inscription: Lun 27 Juin 2016 23:52

Re: Alliance : Libertariens - Anarchistes

Messagede frigouret le Mar 28 Juin 2016 07:46

Salut.

C'est toujours pratique de se présenter dans le fil idoine :wink:

Peux tu développer plus ce que tu reproches à la prise de position du parti libertarien belge que tu mets en lien ?
Tu voudrais que certainnes opinions soient criminalisées ?
8-)
frigouret
 
Messages: 1668
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Alliance : Libertariens - Anarchistes

Messagede Anarchamory le Mar 28 Juin 2016 18:12

Salut Frigouret,

frigouret a écrit:Salut.

C'est toujours pratique de se présenter dans le fil idoine :wink:


Ayé ! C'est fait :)

frigouret a écrit:Peux tu développer plus ce que tu reproches à la prise de position du parti libertarien belge que tu mets en lien ?
Tu voudrais que certainnes opinions soient criminalisées ?


Non non, bien sûr que non. Ma position repose sur le fait que le sexisme (même non-agressif) ne se réduit pas à une opinion ou à l'expression d'une opinion, du moins en contexte de domination cis-masculine systémique (qui est le nôtre). Dans ce contexte, la simple dévalorisation (qui plus est exprimée) des femmes/femelles/du féminin/etc. et l'ostracisme qui peut être associé sont dangereux car ils contribuent au maintien et au renforcement de ce phénomène à l'échelle de la société. Qui plus est, ils agissent comme facilitateurs de passages à l'acte violents, lesquels entrent en contradiction de plein fouet avec les principes libéraux/libertariens/libertaires.

C'est comme pour l'étatisme. Après tout, on pourrait se dire que d'un point de vue libéral/libertarien/libertaire, le fait de défendre l'étatisme le plus extrême (le fascisme par exemple) ne devrait pas être criminalisé. N'empêche qu'une société où l'étatisme sera bien implanté dans la culture et les rapports sociaux sera aussi une société où il a toutes les chances d'être implémenté au niveau politique et institutionnel.

De façon plus générale, mon point de vue c'est que le développement et le maintien d'une société libre sur un plan politique et institutionnel (une société sans État ni autres formes d'agression) requiert pragmatiquement comme condition une société qui défend culturellement et socialement les valeurs de liberté, d'égale dignité de chacun-e quelque soit son sexe/genre, sa couleur de peau, sa nationalité, sa religion, son orientation sexuelle, etc., de coopération et de partage entre les êtres humain-e-s, de don gratuit, etc.

Alors, certes, c'est pas génial de faire appel à l’État pour assurer ces conditions, mais l'alternative —toutes choses égales par ailleurs— c'est le risque de davantage d'agressions, et même de davantage d’État, parce qu'on aura laissé des comportements structurellement oppressifs s'installer et se maintenir dans la société. Je pense que des moyens non-étatiques aussi efficaces sont envisageables, mais il faudrait les mettre en place et les développer alors. Tant que ce n'est pas le cas, militer contre les lois étatiques anti-discrimination, ça revient à militer contre l'anti-discrimination, donc à militer pour la discrimination. Je veux bien qu'on ne milite pas positivement pour ces lois, mais on n'a aucune raison de militer contre. Même du point de vue de l'éthique libérale/libertarienne, ce qui est interdit c'est d'agresser, mais il n'est pas obligatoire d'empêcher toute agression ou de répondre à toute agression. Et cela se traduit d'ailleurs en droit français, puisqu'il existe un principe qui est celui de l'opportunité des poursuites.

Cordialement,
Anarchamory
Avatar de l’utilisateur
Anarchamory
 
Messages: 10
Inscription: Lun 27 Juin 2016 23:52

Re: Alliance : Libertariens - Anarchistes

Messagede Anarchamory le Mar 28 Juin 2016 21:00

Un texte qui me paraît pas mal intéressant sur la différence entre libéralisme et anarchisme c'est celui-ci.
Avatar de l’utilisateur
Anarchamory
 
Messages: 10
Inscription: Lun 27 Juin 2016 23:52

Re: Alliance : Libertariens - Anarchistes

Messagede frigouret le Mar 28 Juin 2016 21:06

La loi que le parti libertarien belge critique est une loi qui permet à l'État belge de traduire en justice une personne même si aucunes plaintes n'a été déposée contre lui, c'est un pouvoir arbitraire assez énorme et potentielement dangereux que l'État s'octroit, je trouve que cet article n'est pas déplacé ni scandaleux.
8-)
frigouret
 
Messages: 1668
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Alliance : Libertariens - Anarchistes

Messagede Anarchamory le Mar 28 Juin 2016 21:55

frigouret a écrit:La loi que le parti libertarien belge critique est une loi qui permet à l'État belge de traduire en justice une personne même si aucunes plaintes n'a été déposée contre lui, c'est un pouvoir arbitraire assez énorme et potentielement dangereux que l'État s'octroit, je trouve que cet article n'est pas déplacé ni scandaleux.


Ah, il me manquait la partie en gras qui fait évidemment toute la différence à mes yeux... ^^
Avatar de l’utilisateur
Anarchamory
 
Messages: 10
Inscription: Lun 27 Juin 2016 23:52

Précédent

Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Yahoo [Bot] et 1 invité