Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede Bruletoncontrat le Mer 20 Aoû 2014 07:23

Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-démocratiques

Les Etats-Unis d'Amérique, l'Angletterre et la France ont élaboté des législations qui traitent de libertés individuelles mais il ne suffit pas de le dire ou de l'écrire pour que ces libertés individulles deviennent une réalité, cela serait accorder une importance aux mots disproportionné. Je considère que les libertés individuelles ne peuvent pas devenir une réalité si les représentants ne font pas leur travail de représentation au plus proche des populations qu'ils sont censés représentés.

J'estime que les Etats-Unis d'Amérique, l'Angletterre et la France ne sont et ne seront pas des systèmes démocratiques tant que les représentants ne représenteront pas réellement leurs représentés. Et tant que ces pays mépriseront ou persécuteront leurs représentés, s'abstenir d'aller voter ou faire la révolution sont des moyens de rompre les mandats de représentation. Pour cette raison, je ne vote pas aux élections organisée par la République Française.

Comment peut-on sérieusement croire que des gestionnaires ou des mandants accepteraient de s'endetter à des milliers de milliards d'euros comme on veut nous le faire croire, sans croire que le peuple français voteraient pour des élites qui endettent la France ? Or, l'endettement obligerait à travailler, produire, fabriquer... pour rembourser des dettes contractées par des autoproclamés représentants et ce travail effectué ne permettrait même pas de gagner suffisamment d'argent. En France, l'impôt sur le revenu payé chaque année par les contribuables ne permet pas, selon la plupart économistes, de payer les intérêts de la dette. On ne parle même pas de la dette. Cette endettement favorise donc progressivement l'esclavage ou la servitude du peuple français.

Or, comment peut-on contester les politiques menées en matière économique s'il est impossible de communiquer avec les représentants dès lors qu'un député ne peut pas représenter plus de 100 000 électeurs, par manque de temps et d'organisation ? Certains pensent que voter alternativement pour la gauche puis la droite est la solution alors que c'est le contraire. Pour rembourser une dette de plusieurs milliers de milliards d'euros, il est nécessaire que le pouvoir décisionnel soit stable afin d'éviter que la gauche détruise ce que fait la droite et que la droite détruise ce que fait la gauche.

Ces fausses démocraties souhaitent que les représentés ne puissent pas réellement s'exprimer afin d'empêcher toute forme d'opposition constructive car une opposition intelligente obligerait une élite à faire son travail de représentation. Les mandats de courte durée sans contrôle n'aboutissent-ils pas à laisser des "représentants" à s'intérêt prioritairement à leurs intérêts personnels et donc à endetter le peuple pour leur enrichissement personnel ?

Cependant, pour diriger un système politique complexe, lié à une économie également complexe, il est nécessaire d'avoir des raisonnements complexes et, donc une base électorale capable de comprendre en partie la complexité des réflexions politiques et des mesures économiques. Cela passe par l'éducation mais comment doit être dirigé cette éducation ? Doit-elle fabriquer des moutons ou doit-être rendre autonome ?

L'autogestion nécessite, selon moi, d'avoir des êtres humains matures et capables de prendre des décisions politiques et économiques. D'où l'importances des libertés individuelles.

Quand on observe les oiseaux, on s'aperçoit qu'ils sont un modèle basique au niveau de l'autogestion puisque ils n'ont pas besoin de règles ou de pouvoir pour former des couples, éduquer, se nourir, se loger, voyager... Leurs connaissances, enseignées notamment par leurs parents, leur suffisent à jouir pleinement de leurs libertés individuelles même si les antagonismes qui règnent dans la nature les obligent à fuir leurs gqergoirvgnqeroig .

Les êtres humains, en revanche, ne possèdent pas d'ailes pour voler dans le ciel et ils sont plus fragiles que les oiseaux par rapport au climat puisqu'ils ont besoin de vêtements et de chauffage (ou climatisation). Si les êtres humains pouvaient voler, ils pourraient migrer quand la température ne leur convient pas. Mais de quoi pourraient-ils se nourir ? Est-ce qu'ils pourraient aller dans des champs pour se nourir sans que cela soit considéré comme vol par l'Etat et son cadastre ? La propriété n'est-elle pas le vol ?

Fabriquer des vêtements, fabriquer des maisons, fabriquer du chauffage, fabriquer de l'électricité... nécessite une ou plusieurs organisations sociales. Si un être humain est capable de fabriquer des vêtements à partir des ressources naturelles, est-il aussi capable de fabriquer une maison, du chauffage... ? Et plus la société devient complexe, moins les êtres humains sont capables de maitriser toutes les sciences existantes et plus ils sont interdépendants. Cependant cette interdépendance ne favorise t-elle pas la servitude si une minorité opprime la majorité ou si la majorité opprime la minorité ? Par conséquent, plus la société devient complexe, plus il est nécessaire de s'intéresser à la politique pour empêcher les abus et pouvoir jouir de ses libertés individuelles ou tout simplement les faire naître.

La propriété immobilière est donc importante dans un sytème sédentarisé car c'est à partir de cette propriété que nous pouvons commencer à exercer nos libertés individuelles : se lever quand on veut, manger ce qu'on veut, inviter qui on veut, regarder ce qu'on veut, enregister ce qu'on veut, écrire ce qu'on veut... Comment peut-on faire de la politique si on est incapable d'organiser individuellement ses idées ? Que peut faire un prisonnier sans crayon, sans papier, sans ordinateur, sans dictaphone (outils qu'ils ne fabiquent pas)... s'il désire faire de la politique ? Un locataire peut-il créer une entreprise pour subvenir à ses besoins économiques ou effectuer des travaux dans son appartement (isolation, insonorisation, destruction d'un mur...) sans l'accord de son propriétaire ? Une isolation thermique pourrait pourtant permettre de ne pas tomber malade en hiver et une insonorisation permettrait de ne pas entendre des voisins bruyants (insonorisation utile à la réflexion politique).

Mais combien de surface doit posséder un être humain pour éviter les conflits ? Cette question ramène encore une fois à la politique puisque certains voudraient 20m2 quand d'autres voudraient plusieurs hectares de terres. Ces besoins, créés par le développement des activités humaines, oblige à s'intéresser à la politique. Ce n'est pas l'individu qui veut se loger et se nourir qui pose problème mais la société qui a fixé des règles admettant la présence de clochards à Paris en accusant la fatalité ou la crise économique. Les clochards, notamment ceux qui sont morts de froid, n'ont pas dessiné le cadastre. L'existence même de ces clochards montre que les systèmes non-démocratiques sont incapables de gérer une économie collective ou une économie globale... sauf si l'on considère que l'existence des clochards est une sanction économique mais dans ce cas, ces systèmes sont tout simplement des tyrannies.

L'Etat Français cherche à isoler les individus afin d'empêcher toute contestation politique mais par cet isolement, il ne fait que favoriser la délinquance et la criminalité. Car si quelques uns acceptent de dormir dans la rue quand la température est inférieur à 0, d'autres le refusent légitimement et en viennent à enfreindre une législation les empêchant d'avoir une vie un minimum décente. Le code pénal édité par Dalloz nomme cela l'etat de nécessité (article 122-7).

On pourrait concevoir un tout autre système basé sur l'autogestion mais les privilégiés vont-ils accepter de perdre leurs privilèges ? S'ils n'y sont pas contraints, je ne le crois pas. Celui qui possède des hectares, peut-il entretenir seul son terrain sans les machines ? Et si les salariés empêchent la vente de telles machines, à quoi peuvent bien servir la possession de ces hectares ? La révolution n'est pas nécessairement un coup d'état. Il existe d'autres moyens d'action pour empêcher qu'un minorité s'immisce dans la vie d'un individu, d'un couple, d'une famille...
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede frigouret le Mer 20 Aoû 2014 10:11

Salut.
Puisque tu aimes bien Proudhon je peux essayer de distinguer deux types de contrats qui ne sont pas de même nature .
Le contrat de Proudhon , dont celui-ci prétendait qu'il pouvait remplacer les lois, est fondé sur le droit individuel, synallagmatique, bilateral avec obligation réciproque et resiliable.
Alors que toutes les "archies" et les "craties" se fondent sur le contrat social qui inclut toujours une clause de violence, c'est toujours le droit du plus fort, physiquement dans une tyrannie numériquement dans une démocratie.
D'ailleurs le terme démocratie peut être interprété différemment. La définition officielle comme gouvernement du peuple ou bien une plus personnelle comme la situation ou le peuple ( considéré dans sa plus petite portion, l'individu) est plus fort que le pouvoir.
8-)
frigouret
 
Messages: 1984
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede Bruletoncontrat le Mer 20 Aoû 2014 10:50

En France, les dirigeants sont tellement effrayés par les mots qu'ils ne veulent pas même mettre de l'ordre dans le vocabulaire, la grammaire, la ponctuation... A cause de leur peur de la linguistique, ils ont laissé la polysémie "régner" sur la langue française et donc la seule chose qu'on peut faire quand on a pas d'argument est de jouer avec les mots et tenter d'imposer la loi du plus fort. Mais le plus fort dans quel domaine, quel discipline, quel activité... ?

Le plus fort en boxe n'est peut être pas le plus fort au kung fu. Le plus fort au kung fu n'est peut être pas le plus fort à l'escrime. Le plus fort à en escrime n'est peut être pas le plus fort au tir à l'arme à feu. Le plus fort au tir à l'arme à feu ne s'est peut être pas fabriqué des explosifs. Le plus fort en attentat terroriste n'est peut être pas le plus fort en aviation et en bombardement aérien. Le plus fort en aviation n'est peut être pas le plus fort en électronique. Le plus fort en électronique n'est peut être pas le plus en droit. Le plus fort en droit n'est peut être pas le plus fort en linguistique. Et le plus fort en linguistique n'est peut être pas le plus fort en boxe...

Le plus fort de l'année 2013 n'est peut être pas le plus fort de l'année 2014.

Le plus fort en France n'est peut être pas le plus fort en Europe et encore moins au monde.

Si on veut vraiment savoir qui est le plus fort au monde, la seule possiblité est de déclencher une troisième guerre mondiale. Comme on pourra enfin savoir entre la démocratie française et la démocratie populaire de Chine, laquelle elle la plus forte...

Les majorités et les minorités, qui dépendent des circonstances et des contextes, feraient mieux de réfléchir à tout cela.
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede frigouret le Jeu 21 Aoû 2014 11:40

Il y a de la sagesse dans tes propos mais je voulais "t'accrocher" sur ton texte d'ouverture. Une "cratie" est une machine a produire des lois, les lois ne répondent pas aux critères du contrat anarchiste, même si elles sont produites selon les normes d'une démocratie idéale. Les libertés individuelles ne supportent pas de "craties" , de lois, les libertés individuelles sont les fruits d'une sociétés fondée sur les droits individuels non pas sur les lois.
8-)
frigouret
 
Messages: 1984
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede Bruletoncontrat le Jeu 21 Aoû 2014 15:13

Etymologiquement, "cratie" signifie "pouvoir", si mes souvenirs sont exacts.
Ensuite, quelle est la différence entre un contrat et une loi, selon toi ?
Je ne crois pas que l'anarchie est, par essence, opposée à l'élaboration des lois sinon, pourquoi Proudhon aurait été député ?
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede frigouret le Jeu 21 Aoû 2014 16:30

Cratie c'est la force, et le contrat anarchiste exclue l'usage de la force, la loi c'est l'expression d'un rapport de force, de pouvoir, elle n'est pas anarchiste. Le contrat synallagmatique est basé sur la coopération non la force.
8-)
frigouret
 
Messages: 1984
Inscription: Jeu 22 Déc 2011 13:20

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede Bruletoncontrat le Jeu 21 Aoû 2014 18:00

Je ne sais pas si "cratie" c'est la force, le pouvoir ou la loi... il me semble que c'est le pouvoir mais je ne le sais pas car je ne connais pas les langues mortes.

Après tu crois que le "contrat anarchiste" exclue l'usage de la force. Je ferai observer que tu ne parles pas de "anarchie" mais de "contrat anarchiste", ce qui est différent. Je ne vois pas sur quoi tu te bases pour parler de "contrat anarchiste" et pour affirmer qu''il exclue l'usage de la force. En tous cas, l'anarchie a eu différents courants et entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle, il y a eu nombreux attentats terroristes anarchistes. Et qui est Bruletoncontrat ?

Mais la révolution française, au passage critiquée intelligemment par Proudhon, a fait usage de la force pour installer une république... Donc, la république française n'a pas de leçons de morale à donner aux anarchistes.
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede leNouveau le Ven 22 Aoû 2014 19:21

Non les attentats anarchistes n'ont pas été très nombreux, et cela se passait à une époque où le gouvernement
français envoyait la troupe pour mater les grèves, à coup de fusils si besoin ...
Avatar de l’utilisateur
leNouveau
 
Messages: 159
Inscription: Lun 20 Juil 2009 09:47

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede Bruletoncontrat le Ven 22 Aoû 2014 19:50

leNouveau a écrit:Non les attentats anarchistes n'ont pas été très nombreux, et cela se passait à une époque où le gouvernement
français envoyait la troupe pour mater les grèves, à coup de fusils si besoin ...


Que penses-tu de cet article de Wikipédia et de Ravachol ?
Effectivement, cela se passait à une autre époque et j'emploies l'imparfait.
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede riri le Sam 23 Aoû 2014 13:36

la force c est de quel coté l important.
riri
 
Messages: 53
Inscription: Mer 6 Aoû 2014 16:32

Re: Le mythe des libertés individuelles dans les systèmes non-dé

Messagede Bruletoncontrat le Sam 23 Aoû 2014 13:42

riri a écrit:la force c est de quel coté l important.

Mais si tout le monde joue à cache-cache, où trouver le plus fort ?
Bruletoncontrat
 
Messages: 101
Inscription: Mar 19 Aoû 2014 00:38


Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités