De Lutte ouvrière au Front National ...

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

De Lutte ouvrière au Front National ...

Messagede bajotierra le Mar 19 Aoû 2014 11:21

De Lutte ouvrière au Front National : à propos du livre insipide de Fabien Engelmann


vendredi 1er août 2014, par Yves


Un ouvrier communal (plombier) qui passe de LO au FN, ce n’est pas banal.

L’ouvrage devait d’ailleurs s’appeler au départ De Arlette à Marine, mais finalement c’est Du gauchisme au patriotisme qui a été choisi. Ce titre permet en effet de faire croire aux lectrices et aux lecteurs que Fabien Engelman aurait vraiment évolué au niveau de ses idées.

Or, en fait, quand on le lit, cette évolution n’est pas du tout évidente, bien au contraire. Engelmann se considère toujours comme un ouvrier, un « petit ». Il a toujours eu des idées xénophobes, qu’il exprimait devant ses camarades de LO, du moins le prétend-il. Il ne s’est jamais mobilisé pour les sans-papiers, qu’il appelle des « clandestins », voire des « clandestins illégaux » pour ceux qui n’auraient pas compris. Une partie de sa famille était « pied-noir », farouchement anti-gaulliste et Algérie française, et paraît-il qu’à LO on ne discutait jamais du colonialisme, donc ses idées (dont on ignore s’il les a vraiment exprimées) ne posaient pas problème... Et il y a une forte tradition catholique dans sa famille, ce qui explique son hostilité actuelle au mariage homosexuel, sa participation récente à la Manif pour tous, etc.

Quand on lit son témoignage on reste perplexe : à quoi diable lui a servi de lire « les dizaines de livres » que lui demandait d’ingurgiter LO ? Soit il ne les a jamais lus, soit il n’y a jamais rien compris. Je penche pour la seconde hypothèse puisqu’il n’évoque jamais ses lectures pour en faire la critique. Qu’a-t-il retenu de la formation qui lui a été administrée dans le cadre des cours d’histoire dispensés par cette organisation et des formations spéciales pour les candidats de LO ? Il n’en reste rien du tout, pas une trace.

Et surtout on se demande si, malgré ses sept ans à LO, il a jamais été autre chose qu’un simple sympathisant de base. En effet, il est incapable de nous raconter la moindre réunion de cellule, la moindre réunion de section, incapable de nous parler des structures internes de l’organisation, de nous raconter le moindre Congrès auquel il aurait participé.

S’il avait été vraiment membre d’une cellule ou d’une section de Lutte ouvrière, il aurait eu à coeur de nous raconter quelques anecdotes croustillantes pour flinguer ses ex-camarades. Mais il se contente de généralités, que n’importe quel journaliste aurait pu écrire sans avoir jamais rencontré un seul militant de LO de sa vie.

Le seul truc dans cette affaire qu’on ne comprend pas bien c’est le point de vue de LO elle-même : pourquoi avoir présenté un type aux idées aussi douteuses sur ses listes électorales ? Manque de militants locaux ? Opportunisme électoral ? Enquête insuffisante sur le personnage ? (Quand on connaît la façon dont LO contrôle ses sympathisants et ses militants, cette dernière hypothèse semble difficile à croire). Le preux Fabien aurait-il caché ses idées pendant sept ans et menti à LO comme il ment aujourd’hui à ses lecteurs ?

On ne le saura sans doute jamais puisque LO ne nous fournira pas sa version.

Fabien Engelman a passé ensuite deux ans au NPA (à propos duquel, là aussi, il ne nous raconte pas grand-chose) puis enfin a adhéré au FN où il a été rapidement propulsé au Bureau politique... pour écrire des « notes et des analyses sur les entreprises en train de fermer » et des « conseils » en matière de « dialogue social », paraît-il.

Il est devenu maire d’Hayange depuis les dernières élections municipales de mars 2014.

Ce livre ne nous fournit aucune information intéressante ni sur son évolution politique (puisque, d’après ce qu’il nous raconte, il a toujours eu grosso modo les mêmes idées racistes, xénophobes et antimusulmanes (1) ; il prétend simplement s’être censuré un petit peu quand il était à LO puis au NPA) ni même sur les « idées » du FN, qui se résument à un ramassis de lieux communs xénophobes et antimusulmans ou d’affabulations grotesques.

Deux exemples parmi d’autres : dans sa préface l’ex-trotskyste Pierre Cassen affirme que Marine Le Pen a un métier « ce qui la rend libre vis-à-vis de la politique » alors que Madame émarge depuis toujours au Front National, lui-même nourri par les subventions publiques et les sous de Papa Le Pen. Autre exemple comique : Fabien Engelman rend hommage au courage de... Brigite Bardot qui aurait mis « fin à une immense carrière (sic) alors qu’elle était à son apogée pour se consacrer » à la cause animale. Quiconque a vu un film avec BB ne peut que se tordre en lisant cette appréciation de notre apprenti critique cinématographique...

Néanmoins, il y a quand même deux éléments utiles dans ce témoignage.

Le premier concerne la façon dont il a milité dans la CGT et dont sa section a été dissoute. Il nous livre sa version bien sûr, mais décrit de façon vivante les membres de sa section syndicale (et ensuite les membres du FN local) et au passage lâche une information capitale : le FN aurait « deux proches au sein de la direction de la CGT de Montreuil ». Si c’est vrai, cela expliquerait bien des choses...

Le second élément utile, c’est l’influence du poids de l’héritage familial et des expériences personnelles traumatisantes sur un militant (ici d’extrême droite) : sa mère et son oncle sont des « pieds noirs » ; son oncle tenait une entreprise employant des salariés algériens et a été obligé de faire sa valise pour la France et a donc été ruiné ; la branche familiale d’Avignon a toujours voté FN ; Engelman ’ prétend s’être fait agresser, détrousser et casser la figure en 2007 par quatre Algériens dans un bistro ; la progression du nombre de voiles islamiques et de boucheries halal dans sa région le révulse ; son « amour des animaux » et son végétarisme (2) l’ont amené à haïr l’abattage religieux et donc les musulmans. La mise bout à bout de ces éléments biographiques, réels ou imaginaires peu importe, sans compter ses échecs professionnels (il a fait un CAP puis un bac pro dans la vente mais cela ne lui a pas permis de trouver du travail ; il a dû passer un concours dans la fonction publique territoriale et se former sur le tas pour devenir plombier chauffagiste sanitaire) explique beaucoup plus le ressentiment contre les « mahométans » (sic) et ses frustrations sociales (il n’a pas pu devenir un salarié aux mains blanches et au costard-cravate) qu’un imaginaire itinéraire de réflexion qui l’aurait fait passer « du gauchisme au patriotisme », comme l’indique faussement le titre.

Vous pouvez économiser 18 euros d’autant plus qu’ils alimenteront les caisses de la très xénophobe copine des Identitaires : Riposte laïque.

Y.C., Ni patrie ni frontières, 2/08/2014

Notes

1. On remarquera que, comme dans « Revenus du Front. Deux anciens militants FN racontent », livre-interview de Nadia et Thierry Portheault (cf notre critique : http://mondialisme.org/spip.php?article2060 ), Engelmann ne voit aucune contradiction entre ses propos xénophobes sur « l’invasion » et la « colonisation » de la France par des « racailles » qui menacent la « civilisation » et son affirmation répétée selon laquelle ni lui ni le FN ne seraient racistes...

2. Il n’y a bien sûr aucun lien direct, automatique, entre amour démesuré des animaux, antispécisme, végétarianisme et idéologie fasciste, mais il existe des passerelles possibles qu’Engelman s’est empressé d’emprunter.


http://mondialisme.org/spip.php?article2103
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: De Lutte ouvrière au Front National ...

Messagede bajotierra le Jeu 4 Sep 2014 12:18

bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28


Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités