Les dix commandements de la Gauche théocompatible

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

Les dix commandements de la Gauche théocompatible

Messagede vroum le Mar 13 Aoû 2013 09:32

Les dix commandements de la Gauche théocompatible

http://www.mondialisme.org/spip.php?article1067

« Une fois le moule lénin­iste cassé et l’illu­sion du Grand Soir dis­sipée, plus per­sonne ne sait très bien ce que pour­rait être un nou­veau com­mu­nisme, en dehors d’un huma­nisme mél­angeant quel­ques valeurs évan­géliques, quel­ques référ­ences à Marx, une pincée de fémin­isme et d’éco­logie. »

Gilbert Wasserman, membre du PCF et direc­teur de la revue Mouvements, cita­tion extraite d’un arti­cle néc­ro­lo­gique paru dans Libération du 17/1/2006


Un nou­veau spec­tre hante le petit monde alter­mon­dia­liste et d’extrême gauche : la « thé­op­hilie » - litté­ra­lement, l’amour de Dieu - ou en tout cas un athé­isme hon­teux ou un agnos­ti­cisme com­plai­sants vis-à-vis de cou­rants poli­tico-reli­gieux.

Qu’il s’agisse de l’islam ou du catho­li­cisme, de prét­endus athées ou agnos­ti­ques déc­ouvrent tout à coup les vertus de la reli­gion. Du Monde diplo­ma­ti­que à cer­tains cou­rants de la LCR (Socialisme par en bas, Socialisme inter­na­tio­nal), d’Alain Gresh à Jean-Marie Vincent, en pas­sant par Saïd Bouamama, Pierre Tevanian, Christine Delphy ou François Burgat, on ne compte plus les éloges de la « théo­logie de la libé­ration » à la sauce catho­li­que, du « fémin­isme musul­man » et de la prét­endue radi­ca­lité anti-impér­ial­iste de cer­tains cou­rants isla­mis­tes.

On peut d’ailleurs se deman­der si ces Nouveaux Théophiles ne se recru­tent pas sur­tout, dans les pays impér­ial­istes occi­den­taux, parmi des hommes et des femmes qui n’ont jamais eu aucune édu­cation reli­gieuse.

En effet, toute per­sonne qui est passée par un catéch­isme catho­li­que, une école du diman­che pro­tes­tante, une école juive ou une madrasa musul­mane et qui a ensuite radi­ca­le­ment rompu avec la reli­gion sait par­fai­te­ment que les reli­gions ont toutes une dimen­sion tota­li­taire, et sur­tout que les fidèles ne sont pas mus prin­ci­pa­le­ment par des moti­va­tions poli­ti­ques et par une rév­olte contre l’ordre exis­tant.

Les croyants cher­chent d’autres satis­fac­tions dans la reli­gion : un milieu, des repères moraux, une cer­taine fra­ter­nité, une affir­ma­tion iden­ti­taire, au prix d’une sou­mis­sion à un dogme et /ou à une hiér­archie offi­cielle vis-à-vis des­quels on peut tou­jours main­te­nir une cer­taine dis­tance cri­ti­que (très rela­tive mais suf­fi­sante pour de peti­tes mino­rités plus exi­gean­tes que la moyenne des croyants) car toute reli­gion vivante est divisée en de mul­ti­ples ten­dan­ces ou sectes qui offrent d’innom­bra­bles ver­sions de la Vérité divine.

Ou alors, autre hypo­thèse, peut-être cette nou­velle thé­op­hilie germe-t-elle dans le cer­veau d’indi­vi­dus qui ont cru en Dieu durant leur enfance ou leur prime jeu­nesse. Nos Nouveaux Théophiles de gauche et d’extrême gauche auraient-ils la nos­tal­gie du catéch­isme et de la messe domi­ni­cale ? N’ont-ils jamais pris cons­cience de la dimen­sion reli­gieuse de leur propre enga­ge­ment : absence d’esprit cri­ti­que, foi dans le dogme marxiste-lénin­iste, exclu­sions de toute dis­si­dence, culte des chefs et des héros morts de la Révolution, etc. ?

Le marxisme au secours de l’obs­cu­ran­tisme reli­gieux

Mais il existe peut-être une autre expli­ca­tion pour cette flo­rai­son de Nouveaux Théophiles : les marxis­tes (Engels, Kautsky, Luxembourg) rép­andent depuis plus d’un siècle le mythe que le chris­tia­nisme aurait eu une dimen­sion révo­luti­onn­aire à ses ori­gi­nes.

On sait que l’Eglise catho­li­que, sou­cieuse de ratis­ser large conformément à sa voca­tion, laisse quel­ques théo­logiens mino­ri­tai­res écrire de savants traités sur le prét­endu « com­mu­nisme » des Evangiles pour recru­ter des ouailles parmi les masses pau­vres d’Amérique latine, d’Afrique ou d’Asie.

On sait éga­lement que les partis sta­li­niens ont cher­ché à noyau­ter pen­dant des dizai­nes d’années l’Eglise catho­li­que (notam­ment les prêtres ouvriers en France, l’Eglise catho­li­que en Pologne, ou l’Eglise ortho­doxe en Russie) pour mieux contrôler le prolé­tariat. Mais de là à accor­der le moin­dre sérieux à des ana­ly­ses à la Garaudy (chan­tre du rap­pro­che­ment entre le marxisme et le chris­tia­nisme avant de deve­nir ...musul­man et négati­onn­iste), il y a quand même une marge... que cer­tains grou­pes d’extrême gauche ou alter­mon­dia­lis­tes fran­chis­sent allég­rement en com­pa­gnie d’isla­mo­lo­gues ou de jour­na­lis­tes « spéc­ial­istes de l’islam » (Bruno Etienne, Xavier Ternisien, Vincent Geissner) dont il est dif­fi­cile de dét­er­miner si l’empa­thie avec leur objet d’étude relève de la naïveté ou de la com­plai­sance.

Mais en admet­tant même que les reli­gions aient toutes été au départ une forme de pro­tes­ta­tion sociale contre l’ordre escla­va­giste ou féodal, plus de 2000 ans ont passé pour les chrétiens, 1400 pour les musul­mans, 3000 pour les boud­dhis­tes et 5000 pour les hin­douis­tes. Les croyan­ces reli­gieu­ses sont aujourd’hui dif­fusées par des appa­reils cons­ti­tués, voire par des Etats, soli­de­ment ins­tallés dans le monde capi­ta­liste. Les gran­des reli­gions dis­po­sent d’une puis­sance finan­cière, éco­no­mique et poli­ti­que considé­rable, et n’ont aucune inten­tion d’y renon­cer, du moins de plein gré.

Comment peut-on sup­po­ser séri­eu­sement que des mil­liards de croyants ou de pra­ti­quants se trom­pent tous les jours en priant Dieu, Allah ou Bouddha et qu’ils sont assez stu­pi­des pour ne pas voir que leurs Eglises et leurs sectes sont des sou­tiens de l’ordre social, de Rome à Islamabad, de Lhassa à Lomé, de Varsovie à Lima ? La théorie de l’ « alié­nation » des masses a cer­tains côtés posi­tifs (elle permet d’expli­quer pour­quoi les opprimés sou­tien­nent des grou­pes qui ne déf­endent pas réel­lement leurs intérêts), mais elle amène le plus sou­vent ses par­ti­sans à ne pas s’inter­ro­ger plus au-delà ou à pren­dre les exploités pour d’incu­ra­bles naïfs.

Deux poids deux mesu­res

Curieusement, jusqu’ici, les « Nouveaux Théophiles » n’ont cessé de dén­oncer (avec raison) la droite chréti­enne amé­ric­aine et sa res­pon­sa­bi­lité dans la poli­ti­que intéri­eure et extéri­eure cri­mi­nelle de l’impér­ial­isme amé­ricain et de George W. Bush, ou le poids des juifs reli­gieux les plus réacti­onn­aires dans la poli­ti­que colo­nia­liste sui­ci­daire des diri­geants de l’Etat d’Israël (1).

Ils n’ont pas de mots assez durs contre Mère Teresa, les papes ultra­conser­va­teurs, leurs car­di­naux réacti­onn­aires, et leurs liens avec l’Opus Dei, les télé-évang­élistes amé­ricains, l’Eglise de Scientologie et ses ten­ta­ti­ves d’infil­tra­tion de la haute fonc­tion publi­que ou des direc­tions d’entre­pri­ses, la secte coré­enne du révérend Moon et ses liens avec Ronald Reagan, la Sokka Gakai japo­naise et sa poli­ti­que mili­ta­riste d’extrême droite, les propos homo­pho­bes du com­mis­saire européen catho­li­que Rocco Butiglione ou les déc­la­rations dou­teu­ses de Roger Cukierman pré­sident du CRIF à propos de Le Pen, le prosé­lyt­isme des 4000 mili­tants évang­élistes amé­ricains qui ont déb­arqué à Athènes, au moment des Jeux olym­pi­ques de 2004, pour com­bat­tre l’influence de l’Eglise ortho­doxe grec­que.

Par contre les Nouveaux Théophiles sont d’une par­faite indul­gence vis-à-vis de Frei Beto, « grand » théo­ricien de la théo­logie de la libé­ration et conseiller de Lula - diri­geant du Parti des tra­vailleurs, res­pecté par Bush et cani­che bré­silien du FMI - ; du père Aristide et de ses mili­ces fas­ci­san­tes ; des curés san­di­nis­tes et de leur incu­rie poli­ti­que ; de Malcolm X membre pen­dant des années des très réacti­onn­aires Black Muslims ; de Tariq Ramadan et ses par­ti­sans réacti­onn­aires ; de Chavez et ses référ­ences per­ma­nen­tes à l’Evangile (2), etc.

En fait, il n’est pas besoin d’aller cher­cher très loin l’expli­ca­tion de ce « deux poids, deux mesu­res ». Pour nos Nouveaux Théophiles, la reli­gion n’est en fait « réacti­onn­aire » que pour une mino­rité de l’huma­nité : les bour­geois et les possédants, les clas­ses pri­vilégiées de l’Occident. Mais mira­cu­leu­se­ment, en ce qui concerne les convic­tions obs­cu­ran­tis­tes des tra­vailleurs immi­grés des mét­ro­poles impér­ial­istes ou des peu­ples dits « de cou­leur », c’est-à-dire pour la majo­rité de l’huma­nité, nos théoc­om­pa­tibles sont beau­coup plus pru­dents. Lorsque des croyan­ces magi­ques pri­mi­ti­ves sont mas­si­ve­ment rép­andues dans l’aire géog­rap­hique dite arabo-musul­mane ou en Amérique latine, ou quand ils croient déceler un essor de la fer­veur reli­gieuse (musul­mane) dans les ban­lieues popu­lai­res europé­ennes (3), la reli­gion acquiert tout à coup un parfum contes­ta­taire, anti-impér­ial­iste, voire anti­ca­pi­ta­liste.

Mais le pro­blème dép­asse celui d’un « simple » chan­ge­ment d’atti­tude vis-à-vis de la reli­gion pour ces marxis­tes, ex-marxis­tes ou mili­tants alter­mon­dia­lis­tes. Leur régr­ession men­tale, morale et poli­ti­que, va encore plus loin. Abandonnant toute la tra­di­tion ratio­na­liste, anti­clé­ri­cale et anti­re­li­gieuse qui caracté­risait une grande partie du monde scien­ti­fi­que et le mou­ve­ment ouvrier (anar­chiste et socia­liste) depuis ses ori­gi­nes, ils aban­don­nent aussi toute référ­ence (autre que polie) aux clas­ses socia­les : les êtres humains ne se défin­issent plus pour eux que par leur appar­te­nance reli­gieuse, natio­nale ou eth­ni­que.

Pour faire passer leur dis­cours concer­nant l’islam et son prét­endu poten­tiel anti-impér­ial­iste ou anti­ca­pi­ta­liste, nos Nouveaux Théophiles ont besoin de nous faire aussi croire que dans d’autres reli­gions (jusqu’ici le catho­li­cisme et l’islam mais gageons que demain ils nous trou­ve­ront des boud­dhis­tes tibétains ou des ani­mis­tes afri­cains anti­ca­pi­ta­lis­tes) il y aurait aussi de puis­sants cou­rants radi­caux, popu­lai­res et pro­fondément ori­gi­naux sur le plan poli­ti­que.

Curieusement, ces nou­veaux thé­op­hiles ne s’intér­essent pas aux par­ti­sans du judaïsme qui cri­ti­quent la poli­ti­que de l’Etat d’Israël (pour ne pren­dre qu’un seul exem­ple le rabbin Lerner du groupe Tikkun a été empêché de pren­dre la parole pen­dant les mani­fes­ta­tions amé­ric­aines contre la guerre en Irak, cf. Ni patrie ni fron­tières n° 3). Mais comme le disait le dis­tin­gué « anti­sio­niste » et « anti­ra­ciste » Dieudonné, « Pourquoi devrais-je m’inquiéter spéc­ia­lement d’une com­mu­nauté qui ne représ­ente qu’un pour cent de la popu­la­tion franç­aise » ?

Les Nouveaux Théophiles font le même calcul d’épicier cyni­que que notre « amu­seur » anti­ra­ciste : foin des prin­ci­pes, ce qui compte c’est le nombre et, sur ce plan-là, le mil­liard de chrétiens et le mil­liard et demi de musul­mans recensés (on se demande com­ment...) comp­te­ront tou­jours davan­tage que les 12 mil­lions de juifs et de Juifs qui peu­plent la planète ou que les athées persécutés, calom­niés, ou tout sim­ple­ment non orga­nisés en lob­bies.

Si l’on veut com­men­cer à cerner la régr­ession poli­ti­que et théo­rique des cou­rants alter­mon­dia­lis­tes et d’extrême gauche, réso­lument thé­op­hiles, on peut dégager dix thèmes prin­ci­paux que nous prés­en­terons sous forme de dix com­man­de­ments :

1) Tu fal­si­fie­ras l’his­toire du sta­li­nisme, pour faire passer la thèse de l’« isla­mo­pho­bie ».

De la part du Monde diplo­ma­ti­que ou des chrétiens de gauche qui ont tou­jours été ten­dres avec le sta­li­nisme, ou d’ex-mem­bres ou com­pa­gnons de route du PCF, il n’est pas étonnant que la thèse de l’« isla­mo­pho­bie »-sub­sti­tut-à-l’anti­com­mu­nisme soit aussi rép­andue. Par contre, on com­prend mal que des trots­kys­tes, en prin­cipe fon­ciè­rement antis­ta­li­niens, croient que les thèmes de la guerre contre le ter­ro­risme et de l’« isla­mo­pho­bie » aient rem­placé ceux de l’anti­com­mu­nisme. Ils confon­dent la guerre froide entre deux puis­san­ces impér­ial­istes (Etats-Unis et URSS) avec une guerre contre un com­mu­nisme ou un socia­lisme ima­gi­nai­res. Pourquoi cette thèse ne tient-elle pas debout ?

a) Il n’y a jamais eu ni Etats socia­lis­tes ni partis dura­ble­ment com­mu­nis­tes

En effet, l’anti­com­mu­nisme repo­sait sur une vio­lente dén­onc­iation non pas du « com­mu­nisme » (qui n’a jamais existé dans un seul pays et ne s’est pas jamais incarné dura­ble­ment dans un parti ouvrier de masse) mais sur la dén­onc­iation de sociétés d’exploi­ta­tion (l’URSS d’abord, puis les démoc­raties popu­lai­res, la Chine et Cuba, etc.) que, pour aller vite, on peut caracté­riser de capi­ta­lis­mes d’Etat, et de partis bureau­cra­ti­ques, fon­ciè­rement anti-ouvriers, comme les partis dits com­mu­nis­tes.

Bien sûr, la pro­pa­gande « anti­com­mu­niste » fai­sait sem­blant de considérer que le sta­li­nisme, au pou­voir ou dans l’oppo­si­tion, représ­entait l’incar­na­tion du com­mu­nisme, mais pour­quoi devrions-nous encore accor­der crédit à cette fable absurde et cri­mi­nelle ?

b) Les clas­ses diri­gean­tes occi­den­ta­les non seu­le­ment ne sont pas isla­mo­pho­bes mais elles s’appuient sur les diri­geants com­mu­nau­tai­res pour mieux contrôler les « musul­mans » sup­posés.

Dans le contexte français, par exem­ple, il est évident qu’un cer­tain nombre de cime­tières et de mos­quées ont été vic­ti­mes d’atten­tats et de pro­fa­na­tions igno­bles. Il est évident aussi que les médias amal­ga­ment sou­vent musul­mans et ter­ro­ris­tes. Mais jamais les clas­ses diri­gean­tes franç­aises n’ont été plus isla­mo­phi­les :

- création du Conseil consul­ta­tif du culte musul­man,

- pro­po­si­tion de finan­cer la cons­truc­tion de mos­quées et de modi­fier la loi de 1905,

- projet de création d’un centre de for­ma­tion d’imams,

- pro­po­si­tion d’aug­men­ter la part réservée la place donnée à l’ensei­gne­ment des reli­gions à l’Ecole (d’ailleurs, avant même que la moin­dre mesure soit prise en ce sens, qui­conque a un enfant en âge d’étudier à l’école élém­ent­aire, au collège ou au lycée ne peut que cons­ta­ter la prés­en­tation extrê­mement posi­tive des reli­gions, et notam­ment de l’islam, donnée dans le cadre des cours d’his­toire en ce moment),

- mis­sion du Conseil consul­ta­tif du culte musul­man à Bagdad pour les jour­na­lis­tes français pris en otage, etc.

La thèse de l’« isla­mo­pho­bie » des clas­ses diri­gean­tes franç­aises ne tient pas la route. Et il en est de même en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis où tous les cou­rants musul­mans (des plus modérés aux plus intégr­istes) ont pignon sur rue, peu­vent s’expri­mer publi­que­ment en toute liberté, etc. Il suffit de com­pa­rer l’ampleur des arres­ta­tions dans les milieux isla­mis­tes en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis aux persé­cutions anti­jui­ves de l’Allemagne hitléri­enne. On doit certes dén­oncer les persé­cutions poli­cières ou judi­ciai­res anti­mu­sul­ma­nes quand elles ont lieu dans les démoc­raties occi­den­ta­les, et réc­lamer le res­pect des droits démoc­ra­tiques pour tous les citoyens (qu’ils soient athées ou croyants), mais on ne peut faire croire que l’« isla­mo­pho­bie » actuelle serait com­pa­ra­ble à l’antisé­mit­isme des années 30, comme on peut le lire régul­ièrement dans la prose isla­mis­to­phile.

2) Tu sou­tien­dras les musul­mans les plus réacti­onn­aires et dis­qua­li­fie­ras les plus les plus res­pec­tueux de la laïcité.

Les Nouveaux Théophiles prét­endent que les athées ne connais­sent pas l’islam, mais ils ne s’intér­essent pas à ce que disent les musul­mans les plus éclairés sur leur propre reli­gion. Ils igno­rent par exem­ple le livre de Leila Babbès sur le voile où l’auteure expli­que très bien que le « hijab » n’est pas la sixième obli­ga­tion de l’islam, cita­tions du Coran à l’appui, et que toute cette his­toire du voile est une cons­truc­tion post-cora­ni­que qui n’a rien à voir avec ce que pen­sait Mahomet. Ils ne font jamais men­tion du « Manifeste pour un islam des lumières » de Malek Chebel. Si cet auteur est ultra­modéré sur le plan poli­ti­que (en fait autant que Tarik Ramadan, mais lui ne fréqu­ente pas les forums sociaux alter­mon­dia­lis­tes pour se fabri­quer une répu­tation d’homme de gauche), il prône néanmoins une sépa­ration com­plète entre les reli­gions et l’Etat, ce qui est déjà un pas en avant considé­rable.

Les mili­tants de la gauche ou de l’extrême gauche théoc­om­pa­tible pren­nent pour argent comp­tant les inter­prètes les plus réacti­onn­aires de l’islam, comme en tém­oigne par exem­ple le livre sur « Les ban­lieues de l’islam » de Vincent Geissner, où les sala­fis­tes sont présentés comme des braves gens. Un peu comme si nos « idiots utiles » et thé­op­hiles inter­prétaient le catho­li­cisme en se référant aux écrits de l’Opus Dei, ou le pro­tes­tan­tisme en se référant aux pas­teurs d’extrême droite amé­ricains.

A l’instar des Indigènes de la République, les Nouveaux Théophiles dis­qua­li­fient les inter­prètes plus sub­tils du Coran en les accu­sant de pro­pa­ger l’idéo­logie franç­aise répub­lic­aine impér­ial­iste. Cela leur évite de se pen­cher sur l’his­toire de l’islam, de se deman­der pour­quoi les ten­dan­ces véri­tab­lement réf­or­mat­rices (et non les intégr­istes sala­fis­tes ou les Frères musul­mans qui ont usurpé l’étiqu­ette de réf­or­mateurs) n’ont pas réussi à percer en islam ; il suffit en effet de dis­qua­li­fier toute volonté de réf­ormer l’islam comme l’expres­sion d’une « occi­den­ta­li­sa­tion », voire d’une « colo­ni­sa­tion cultu­relle », et le tour est joué : on laisse le champ libre aux intégr­istes et aux obs­cu­ran­tis­tes.

Mais comble du comi­que cela amène les Nouveaux Théophiles de gauche à sou­te­nir des musul­mans qui en France par­ta­gent une idéo­logie citoyen­niste et acri­ti­que vis-à-vis de l’impér­ial­isme français. Socialisme inter­na­tio­nal, cou­rant au sein de la LCR, cite en exem­ple Saida Kada et le Collectif des musul­mans de France. Or dans L’une voilée l’autre pas, Saida Kada se plaint que « la France » ne rende pas hom­mage aux immi­grés qui ont donné leur vie pour la France. Les mili­tants de la LCR savent pour­tant que la Première et la Seconde Guerre mon­diale étaient des guer­res impér­ial­istes et que les trou­pes colo­nia­les ont été envoyées en Indochine comme en Algérie. Mais motus... Cherchant déses­pérément des alliés dans la jeu­nesse dite « musul­mane », ils cau­tion­nent leur confu­sion poli­ti­que et pré­fèrent dén­oncer Soheib Bencheikh (tout aussi citoyen­niste que les fans lyon­nais de Ramadan), même si Bencheikh a une vision net­te­ment plus laïque de la place des reli­gions, dont la sienne, dans la société. Le dén­oncer comme un suppôt de l’impér­ial­isme français permet de dis­si­mu­ler le fait que les par­ti­sans de Ramadan ne sont pas plus à gauche que lui.

3) Tu feras passer des démoc­rates modérés pour des gens d’extrême gauche

Lorsque nos Nouveaux Théophiles don­nent la parole aux « musul­mans » qu’ils considèrent de gauche, qu’il s’agisse de Tariq Ramadan ou de Selma Yacoob, diri­geante de la Stop the War Coalition (cf. Ni patrie ni fron­tières n° 10 et son texte insi­pide sur le site oumma.com), on cons­tate que leurs alliés n’ont rien d’ori­gi­nal à dire sur le capi­ta­lisme, l’impér­ial­isme, le patriar­cat, l’oppres­sion des femmes, pour ne pas parler de l’exploi­ta­tion de la classe ouvrière. Ils sont contre la guerre, contre la pau­vreté, et puis c’est à peu près tout. Chirac dit la même chose qu’eux, le ronron fémin­iste et éco­log­iste en moins...

4) Tu aban­don­ne­ras toute ana­lyse de classe et pri­vilég­ieras les « iden­tités » reli­gieu­ses.

Les Nouveaux Théophiles réint­rod­uisent les caté­gories de « Blancs », « Noirs » (après SOS-Racisme, merci le PS !), mais aussi celles de « catho­li­ques », « musul­mans » dans le dis­cours poli­ti­que au dét­riment de toute ana­lyse de classe.

A l’instar de François Burgat, ils prét­endent que « les isla­mis­tes, en effet, ne sont pas pau­vres ou sous-employés, pas plus qu’ils ne sont riches, jeunes ou vieux, bour­geois, intel­lec­tuels, civils, mili­tai­res, hommes ou femmes. Ils sont tout cela à la fois, comme l’étaient his­to­ri­que­ment les acteurs d’autres mobi­li­sa­tions mani­fes­tant une rés­ist­ance de type iden­ti­taire, natio­na­liste ou anti-impér­ial­iste à une quel­conque domi­na­tion (4) ». On retrouve dans ce pas­sage un des procédés cou­rants chez les déf­enseurs hon­teux de l’islam poli­ti­que :

- ils expli­quent que la référ­ence à la reli­gion musul­mane est réd­uct­rice et que les choses sont beau­coup plus com­plexes [« le concept de mou­ve­ment ‘isla­mi­que’ ou ‘isla­miste’ ne peut pas être considéré comme opé­rati­onnel en scien­ces poli­ti­ques » (4)]. Quand il s’agit d’uni­ver­si­tai­res, ils emploient un jargon extrê­mement alam­bi­qué pour ren­for­cer encore l’impres­sion de com­plexité et sus­ci­ter une réaction com­bi­nant las­si­tude (inci­tant à cesser de réfléchir par soi-même) et confiance aveu­gle dans les « spéc­ial­istes » ;

- ils arguent de la diver­sité des sou­tiens sociaux de l’islam poli­ti­que pour nier son exis­tence même (cf. la cita­tion pré­céd­ente de Burgat). Comme si toutes les gran­des reli­gions qui ont réussi, tous les partis poli­ti­ques qui ont pris le pou­voir ne devaient pas jus­te­ment leur succès à la diver­sité de leur base sociale, aux allian­ces de clas­ses ou de frac­tions de clas­ses qui se nouent au sein de ces mou­ve­ments ;

- une fois ces gros­siers tours de passe-passe effec­tués, ils évitent soi­gneu­se­ment de se pro­non­cer sur les intérêts de classe que déf­endent les grou­pes isla­mis­tes financés par les pét­ro­mon­archies, le Pakistan, l’Iran... et par les Etats-Unis à une époque.

- Enfin, ils font passer les par­ti­sans de l’appli­ca­tion d’une loi reli­gieuse méd­iévale réacti­onn­aire (la charia) pour des « natio­na­lis­tes » et « anti-impér­ial­istes » qui sou­hai­tent, comme le dit François Burgat, rés­ister « aux dys­fonc­tion­ne­ments pro­fonds de l’ordre légal du monde ». Comme si l’on n’avait pas appris, au cours des qua­rante der­nières années, que l’indép­end­ance natio­nale, reven­di­ca­tion démoc­ra­tique légi­time mais limitée, pou­vait être le dra­peau des nou­veaux exploi­teurs, d’Alger à Saïgon en pas­sant par La Havane...

5) Tu déf­endras aveu­glément la théo­logie de la libé­ration et les régimes populo-natio­na­lis­tes.

Les Nouveaux Théophiles réha­bi­litent la reli­gion et ses ten­ta­ti­ves d’occu­per le champ poli­ti­que : les pré­sidents Aristide et Lula, les curés san­di­nis­tes, etc., en fai­sant silence sur les catas­tro­phes poli­ti­ques aux­quel­les a conduit la théo­logie de la libé­ration en Amérique latine - sans comp­ter le sort de prêtres cou­ra­geux comme Camillo Torres et de ceux qui se sont engagés dans l’impasse de la guér­illa et se sont fait mas­sa­crer inu­ti­le­ment. Sur ce point, il suffit de consul­ter régul­ièrement Le Monde diplo­ma­ti­que ou les recueils « Manière de voir » publiés par le men­suel « alter­mon­dain », on trou­vera des dizai­nes d’exem­ples de cécité poli­ti­que totale : depuis le sou­tien aux généraux péruviens des années 60 jusqu’au sou­tien apporté au colo­nel Chavez aujourd’hui en pas­sant par le sou­tien cri­ti­que à la dic­ta­ture cas­triste, la pers­pec­tive des tier­mon­dis­tes n’a pas changé : porter les vali­ses des futurs exploi­teurs (quand ils sont dans la phase de lutte armée ou d’oppo­si­tion) puis encen­ser leurs régimes d’exploi­ta­tion en déto­urnant le regard chaque fois que les nou­veaux dic­ta­teurs empri­son­nent leurs oppo­sants, ins­tau­rent une nou­velle élite pri­vilégiée et cor­rom­pue jusqu’à la moelle (des auto­cra­tes du FLN algérien à la « boli­bour­geoi­sie » vénuzué­lienne actuelle, les exem­ples ne man­quent pas), etc.

6) Tu t’allie­ras avec des cou­rants isla­mis­tes anti-ouvriers, homo­pho­bes et antifé­min­istes.

Les Nouveaux Théophiles de gauche nouent ouver­te­ment des allian­ces avec les orga­ni­sa­tions les plus réacti­onn­aires du monde arabo-musul­man. C’est ainsi que le Forum social européen de Paris a mis en vedette le très réacti­onn­aire Ramadan. Ou que le FSE de Londres a donné la parole aux par­ti­sans de l’islam poli­ti­que, du port obli­ga­toire du hijab, etc. C’est ainsi que les trots­kys­tes bri­tan­ni­ques sont allés à Beyrouth ren­contrer les représ­entants de l’Armée du Mahdi ira­kienne et ont adopté l’ana­lyse poli­ti­que des isla­mis­tes (la com­pa­rai­son entre l’occu­pa­tion nazie de l’Europe et l’occu­pa­tion amé­ric­aine de l’Irak a été faite par le représ­entant de Moktada al-Sadr à Beyrouth puis reprise par John Rees, diri­geant du SWP, parti trots­kyste, et de la Stop the War Coalition à son retour à Londres).

7) Tu sou­tien­dras la prét­endue « Résistance » ira­kienne et igno­re­ras le mou­ve­ment ouvrier ira­kien, qu’il s’agisse des syn­di­cats sous l’influence du Parti com­mu­niste-ouvrier d’Irak (Fédération des com­mis­sions de tra­vailleurs et des syn­di­cats, Union des chômeurs) ou de ceux sous l’influence du Parti com­mu­niste ira­kien (IFTU)

En sou­te­nant aveu­glément la prét­endue « Résistance » ira­kienne, les Nouveaux Théophiles cau­tion­nent la répr­ession des isla­mis­tes contre les femmes et les orga­ni­sa­tions ouvrières et démoc­ra­tiques ira­kien­nes. Ils oublient de dire que les « rés­istants » isla­mis­tes sont financés par l’Iran et les pét­ro­mon­archies, que les mili­ciens de Moktada al-Sadr reç­oivent un salaire de 100 dol­lars par mois dans un pays où la majo­rité de la popu­la­tion est au chômage, que leurs imams leur accor­dent le droit de se marier avec des peti­tes filles de dix ans pour « éviter » qu’elles soient violées par les sol­dats « infidèles » et qu’ils rou­lent dans de luxueux 4x4 qui représ­entent des années de salaire d’un ouvrier. Voilà ceux que cer­tains trots­kys­tes et alter­mon­dia­lis­tes nous prés­entent comme des révoltés ou des « rés­istants » !

En octo­bre 2004, Socialist Review, revue du SWP bri­tan­ni­que, a repro­duit huit pages d’un « blog » d’un jour­na­liste (Nir Rosen) présent à Falluja (« Resistance : Meet the People of Fallujah », http://www.socia­lis­tre­view.org.uk/a...) qui raconte en détail com­ment les isla­mis­tes met­taient en coupe réglée la ville - même si cela ne sem­blait guère lui poser de pro­blèmes. Cet arti­cle n’est accom­pa­gné d’aucun com­men­taire cri­ti­que par rap­port à la répr­ession féroce menée par les isla­mis­tes ; par contre en pre­mière page figu­rait un slogan pour sou­te­nir la « rés­ist­ance » à Falouja. Que fal­lait-il en conclure ?

8) Tu dén­on­ceras « l’uni­ver­sa­lisme occi­den­tal », au nom de la juste dén­onc­iation du racisme colo­nial et post-colo­nial. Tu exal­te­ras les « cultu­res » natio­na­les non occi­den­ta­les, en les prés­entant auto­ma­ti­que­ment comme pro­gres­sis­tes.

Les Nouveaux Théophiles sont farou­che­ment opposés à l’uni­ver­sa­lisme sous prét­exte qu’il n’aurait, selon eux, qu’une seule inter­pré­tation et conséqu­ence pos­si­ble : celle donnée par les trou­pes impér­iales ou répub­lic­aines franç­aises hier, celle pro­pagée par le « néo-colo­nia­lisme intérieur » (Ramadan) et extérieur aujourd’hui.

François Burgat a une expres­sion lim­pide pour désigner l’uni­ver­sa­lisme abhorré par nos nou­veaux thé­op­hiles : il appelle cela le « vieux mono­pole lexi­cal de pro­duc­tion de l’uni­ver­sel et de la moder­nité (4) » !

Curieusement et de façon tota­le­ment inconséqu­ente, le même isla­mo­lo­gue considère, tout comme la plu­part des mili­tants d’extrême gauche, des tier­mon­dis­tes, des isla­mis­tes, etc., que la reven­di­ca­tion de l’indép­end­ance natio­nale, pur pro­duit idéo­lo­gique d’ori­gine « occi­den­tale », et notion incom­pa­ti­ble avec la notion supra­na­tio­nale de l’Oumma musul­mane, serait, elle, accep­ta­ble...

Seconde inconséqu­ence : aussi bien l’islam que l’isla­misme sont en réalité, elles aussi, des concep­tions uni­ver­sa­lis­tes, ayant une base reli­gieuse au lieu d’avoir une base laïque. Elles met­tent l’accent sur les liens supra­na­tio­naux qui unis­sent les mem­bres de la « com­mu­nauté des croyants » (l’Oumma). Et même si les thé­oc­raties musul­ma­nes et les grands partis isla­mis­tes sont fon­da­men­ta­le­ment hos­ti­les aux droits démoc­ra­tiques (liberté d’expres­sion y com­pris droit de cri­ti­quer la reli­gion, liberté d’orga­ni­sa­tion syn­di­cale et poli­ti­que, égalité des droits entre les hommes et les femmes, sépa­ration des Eglises et de l’Etat, etc.), elles prét­endent aujourd’hui, elles aussi, définir une concep­tion alter­na­tive aux « droits de l’homme » dits occi­den­taux.

En dénonçant l’uni­ver­sa­lisme des droits de l’homme (l’uni­ver­sa­lisme de ce que l’on pour­rait appe­ler les « huma­nis­mes » marxis­tes ou anar­chis­tes qui déc­oulent des acquis de la phi­lo­so­phie des Lumières et des com­bats anti­clé­ricaux et anti­re­li­gieux des XVIIIe et XIXe siècles), les Nouveaux Théophiles repren­nent, sans le savoir, les argu­ments des thé­oc­raties musul­ma­nes et des « savants » de l’islam les plus réacti­onn­aires (Tarik Ramadan en tête), quand ils ne font pas alliance avec les citoyen­nis­tes français musul­mans les plus chau­vins. Un numéro de Socialisme inter­na­tio­nal (ten­dance de la LCR) repro­duit une photo (sans com­men­tai­res) de femmes voilées por­tant le dra­peau bleu-blanc-rouge et des pan­car­tes « France bien-aimée où est ma liberté ? ». Les trot­kys­tes igno­re­raient-ils que les « indigènes » ont été enrôlés, de gré ou de force, dans les aven­tu­res colo­nia­les de la France de l’Algérie à l’Indochine, et que le dra­peau-bleu-blanc rouge ne peut être brandi que par des par­ti­sans de l’impér­ial­isme hexa­go­nal ?

9) Tu dén­on­ceras (avec raison) l’impér­ial­isme amé­ricain, mais tu nieras l’exis­tence de sous-impér­ial­ismes rég­ionaux (Iran, Irak, Turquie, etc.). Tu prôneras le sou­tien cri­ti­que aux Etats fai­bles ou agressés en igno­rant le sort des tra­vailleurs de ces pays.

C’est ainsi que François Burgat écrit à propos de Qutb, diri­geant des Frères musul­mans, lon­gue­ment tor­turé puis exécuté par Nasser : « Qutb, qui est convaincu que la ten­ta­tive d’assas­si­nat de Nasser est le pro­duit d’une mani­pu­la­tion où les ser­vi­ces bri­tan­ni­ques ont trempé, accuse ceux qu’il désigne, à l’instar de Ben Laden qua­rante ans plus tard, comme les ‘croisés colo­nia­lis­tes’ et leurs alliés ‘sio­nis­tes’ d’avoir sciem­ment concouru à semer la ziza­nie entre Jamal Abd al Nasser et les Frères musul­mans d’Hassan-al-Banna (4) ».

Le dis­tin­gué pro­fes­seur reprend, sans la moin­dre cri­ti­que, une thèse tra­di­tion­nelle dans les milieux natio­na­lis­tes du tiers monde mais aussi de l’extrême gauche occi­den­tale : tout ce qui se pas­se­rait au Moyen-Orient de négatif ne vien­drait que d’inter­ven­tions extéri­eures : hier, les Britanniques, aujourd’hui les Américains et depuis un siècle les « sio­nis­tes ». Ils ne peu­vent tout sim­ple­ment pas admet­tre que Nasser se soit servi des sta­li­niens et des Frères musul­mans pour arri­ver au pou­voir pour ensuite, en bon auto­crate, éli­miner ses alliés et se tour­ner vers l’Union sovié­tique. Il leur faut abso­lu­ment aller cher­cher une expli­ca­tion dans les mani­pu­la­tions de ser­vi­ces étr­angers, mani­pu­la­tions évid­emment bien réelles mais qui ne peu­vent expli­quer toute l’his­toire du Proche et du Moyen-Orient depuis deux cents ans que dans la tête d’un natio­na­liste borné... ou d’un tiers-mon­diste de mau­vaise foi.

C’est ainsi que le samedi sui­vant l’assas­si­nat de Rafik Hariri, le « Kiosque arabe », émission de Radio France inter­na­tio­nale, donna la parole à trois jour­na­lis­tes du Moyen-Orient dont deux expli­quèrent tran­quille­ment qu’il fal­lait voir la main d’Israël dans l’assas­si­nat du poli­ti­cien affai­riste liba­nais, pote à Chirac de sur­croît - sans pro­vo­quer la moin­dre objec­tion de leurs collègues et de l’ani­ma­teur de l’émission (Richard Labévière) devant cette thèse fan­tas­que.

10) Tu te tairas sur la nature réacti­onn­aire du régime ira­nien.

Si les Nouveaux Théophiles n’hésitent pas à dén­oncer (avec raison) l’Etat thé­oc­ra­tique israélien, ils sont très dis­crets vis-à-vis d’autres Etats thé­oc­ra­tiques comme l’Iran. S’ils dén­oncent vio­lem­ment (et avec raison) la répr­ession menée par les Etats algérien, tuni­sien ou turc contre leurs peu­ples, ils sont embar­rassés vis-à-vis de leurs oppo­sants isla­mis­tes. Une chose est de dén­oncer les empri­son­ne­ments et les tor­tu­res dont ces mili­tants sont vic­ti­mes, une autre est de croire que la moin­dre alliance serait pos­si­ble avec eux.

Cherchant à faire flèche de tout bois les Nouveaux Théophiles repren­nent les argu­ments des monar­chies du Golfe et de la dic­ta­ture des mol­lahs ira­niens sur les pos­si­bi­lités extra­or­di­nai­res des femmes dans ces pays. Différents docu­men­tai­res sur la situa­tion des femmes à Dubai, au Koweit, en Arabie saou­dite, etc., sont passés à la télé­vision en 2007. Il était frap­pant de cons­ta­ter à quel point le dis­cours offi­ciel des pét­ro­mon­arques « éclairés » et « fémin­istes » col­lait aux argu­ments avancés par Alain Gresh dans son livre sur « L’Islam et la République », Tariq Ramadan dans tous ses bou­quins et une partie des trots­kys­tes de la LCR ou ceux du SWP bri­tan­ni­que.

Dans le même ordre d’idées, en 2007, Le Monde diplo­ma­ti­que a consa­cré trois fois une double page à l’Iran, dans trois numéros différents, dont un arti­cle par­ti­cu­liè­rement men­son­ger prét­endant que la caracté­ri­sation du régime ira­nien comme « fas­ciste » serait une inven­tion de l’admi­nis­tra­tion Bush et des néoc­ons­er­vateurs. Si l’auteur mon­trait, avec raison, en quoi l’appel­la­tion de « fas­cisme » n’était guère opér­ante pour déc­rire la dic­ta­ture des mol­lahs sur le peuple ira­nien, il pas­sait sciem­ment sous silence le fait qu’une grande partie de la gauche et de l’extrême gauche ira­nien­nes ont très rapi­de­ment caractérisé le régime de Khomeiny comme « fas­ciste » dès les années 80 et ce bien avant George W. Bush. De plus l’auteur de l’arti­cle se gar­dait bien de nous pro­po­ser la moin­dre caracté­ri­sation alter­na­tive du régime, car son unique objec­tif était de dén­oncer les mena­ces de guerre amé­ric­aines contre l’Iran. Cette pré­oc­cu­pation est effec­ti­ve­ment fort juste et loua­ble, mais elle n’exonère pas de réfléchir à la nature du régime. On voit là encore une par­faite illus­tra­tion de la veu­le­rie de la gauche thé­op­hile et ses conséqu­ences poli­ti­ques concrètes. Le mois sui­vant Le Monde diplo­ma­ti­que, digne porte-voix de l’ambas­sade ira­nienne en France, déc­rivait de façon tota­le­ment impres­sion­niste la situa­tion des étudi­antes en Iran, « oubliant » de men­tion­ner que les exa­mens de reli­gion étaient obli­ga­toi­res à tous les niveaux du secondaire et du supérieur ; « oubliant » éga­lement que le régime avait imposé des quotas défa­vo­rables aux femmes dans les filières uni­ver­si­tai­res scien­ti­fi­ques et tech­ni­ques puis­que les femmes étaient deve­nues majo­ri­tai­res dans les autres dis­ci­pli­nes ; oubliant de men­tion­ner le port obli­ga­toire du tcha­dor, les persé­cutions contre les jeunes filles ne por­tant pas des tenues isla­mi­que­ment cor­rec­tes, les contrôles vexa­toi­res inces­sants dans les rues contre les jeunes cou­ples, etc.

Notes

1. Certains mili­tants d’extrême gauche invertébrés voient dans l’islam la « reli­gion des pau­vres » et dans le judaïsme, en quel­que sorte par oppo­si­tion, la « reli­gion des riches », alliés de sur­croît à l’impér­ial­isme amé­ricain dont les diri­geants actuels sont des fon­da­men­ta­lis­tes pro­tes­tants. Ce qui a des conséqu­ences imméd­iates dans leur rela­tion acri­ti­que avec tous les natio­na­lis­mes du Moyen-Orient et du Proche-Orient, sauf bien sûr le natio­na­lisme juif, le sio­nisme. La boucle est ainsi bou­clée.

2. Le Monde du 3 déc­embre 2007 a repro­duit une pein­ture murale sur laquelle on voit le Christ, lors de la Cène, entouré par ses 12 apôtres, rem­placés par Chavez, Castro, Morales, etc. Une par­ti­sane du non a déclaré le jour du référ­endum : « C’est Dieu qui nous a envoyés Chavez », etc. Cette confu­sion des genres ne vient pas seu­le­ment de la reli­gio­sité (toute rela­tive d’ailleurs quand on connaît la façon dont les gens « vivent leur foi ») du peuple vénézuélien, elle vient sur­tout de l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de la reli­gion par le pou­voir poli­ti­que actuel, comme par les pré­cédents d’ailleurs. Ceux qui com­pren­nent l’espa­gnol pour­ront lire les textes ou enten­dre les propos tenus par le Divin Colonel lors de ses one-man-show fleu­ves sur le site http://www.alo­pre­si­dente.gob.ve/

3. Il est amu­sant de cons­ta­ter que nos Nouveaux Théophiles ne s’intér­essent pas du tout au réveil évang­éliste qui, notam­ment à tra­vers la pra­ti­que des cho­ra­les de gos­pels, s’implante notam­ment chez les tra­vailleurs antillais des quar­tiers popu­lai­res en France. Mais cela pose un pro­blème à nos sub­tils ana­lys­tes de la reli­gion qui voient dans n’importe quelle pra­ti­que super­sti­tieuse et rét­rog­rade des peu­ples « de cou­leur » « le cri de la créa­ture opprimée » : ce mou­ve­ment d’évan­gé­lisation des cou­ches popu­lai­res est téléguidé par des pas­teurs amé­ricains qui ont des posi­tions poli­ti­ques plutôt conser­va­tri­ces. Mais chut...ne réflé­chissons sur­tout pas à ce qui pour­rait dér­anger notre confort intel­lec­tuel.

4. François Burgat, « La géné­ration al-Quaeda. Les cou­rants isla­mis­tes entre ‘déno­mi­nateur commun iden­ti­taire’ et inter­na­tio­na­li­sa­tion de la rés­ist­ance ‘isla­mi­que‘ » in Mouvements n° 36, Les musul­mans dans la moder­nité, novem­bre-déc­embre 2004.

Y.C.

1/12/2007
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6836
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: Les dix commandements de la Gauche théocompatible

Messagede apeqli le Jeu 15 Aoû 2013 20:35

en 2007 déjà, il y a toujours les mêmes noms...
les théocompatibles... bonne analyse avec les léninistes et ML, ils changent Marx/Engels/Lénine par jesus/Mokthar/Moise et le tour est joué.
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23


Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité