"Albert Camus et le problème algérien"

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

"Albert Camus et le problème algérien"

Messagede bajotierra le Mar 1 Jan 2013 13:51

salut ,

ci joint une étude historique sur Albert Camus et la guerre d'Algérie qui illustre parfaitement la difficulté de tenir des positions pacifistes quand le pouvoir organise la boucherie guerrière , ce genre d'analyse peut servir a expliquer pourquoi , par exemple dans le conflit israelo palestinien , il est si difficile de faire passer les nécéssaires idées de fraternisation des exploités par delà les frontières .....

Albert Camus, un colonialiste ?
C’est l’idée opposée qui s’est répandue à partir de 1956, sous l’influence de Francis Jeanson [7], apôtre du soutien au FLN dès 1955, puis de son maître à penser Jean-Paul Sartre [8], considéré à l’époque comme le principal rival de Camus. Cette idée fut accréditée dans l’esprit de nombreux intellectuels de gauche convaincus qu’ils devaient soutenir au moins politiquement la cause du FLN algérien, et qui jugèrent sévèrement le silence dans lequel Camus s’enferma peu après l’échec de sa proposition de « trêve civile » [9] en janvier 1956, quand il rompit avec ceux de ses amis qui choisissaient (comme Jean Daniel) de prôner la négociation avec le FLN. Elle fut encore aggravée par la réponse qu’il fit à un jeune algérien nationaliste à l’occasion de la remise de son prix Nobel à Stockholm en novembre 1957, résumée par la formule sommaire : « Entre la justice et ma mère, je choisis ma mère » [10]. Et aussi par la publication, en mai 1958, d’Actuelles III, Chroniques algériennes, 1939-1958, recueil de ses principaux articles sur l’Algérie qui se terminait par une prise de position pour le plan d’intégration fédéraliste du juriste algérois Marc Lauriol [11]. Ce fut sa dernière prise de position publique avant sa mort prématurée en janvier 1960. Beaucoup d’intellectuels de gauche estimèrent alors que Camus avait déserté la cause de la justice parce qu’il n’avait pas su résister à la solidarité familiale avec les « pieds-noirs » dont il faisait, malheureusement pour lui, partie. J’ai encore eu l’occasion d’entendre des jugements sévères sur le « racisme » inavoué d’Albert Camus [12] à l’occasion d’une journée d’étude et d’un colloque tenus à Toulouse en 1999.

Et pourtant, la vérité ne se situait ni d’un côté, ni de l’autre. La position d’Albert Camus était beaucoup plus subtile, mais fondée sur des principes très fermes, dont la cohérence et le bien fondé apparaissent aujourd’hui de mieux en mieux quand on les relit dans l’introduction d’Actuelles III [13] à la lumière d’événements récents. C’était pour lui une nécessité morale absolue que de condamner avec une égale fermeté la torture et le terrorisme. En conséquence, il s’opposait avec une égale fermeté aux intellectuels « de droite » qui refusaient de condamner la première, et aux intellectuels « de gauche » qui s’interdisaient de condamner le second. Et c’est pourquoi il ne pouvait admettre comme juste l’avenir que le FLN préparait à sa patrie, avenir inacceptable pour les Français d’Algérie mais également dangereux pour le peuple algérien musulman. Mais il n’en persista pas moins à intervenir, en secret, pour obtenir la grâce de condamnés à mort nationalistes algériens, à la demande de Jean Daniel [14] et de Germaine Tillion [15].



http://guy.perville.free.fr/spip/articl ... rticle=274
bajotierra
 
Messages: 4406
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: "Albert Camus et le problème algérien"

Messagede baboeuf le Mar 1 Jan 2013 21:00

c'est pire que ça. des ordures comme sartre et autres ont légitimé la violence terroriste aveugle voulue par l'aile dure du fln.
baboeuf
 
Messages: 347
Inscription: Dim 28 Oct 2012 03:49

Re: "Albert Camus et le problème algérien"

Messagede acratack le Sam 5 Jan 2013 12:26

Il faut contextualiser, car si Camus a pu se faire descendre comme ça c'est parceque la société occultait une partie des faits.
Le courant que Camus défendait était celui de Messali Hadj et de l'étoile nord africaine et du MNA. Au début 20ème, alors que le PC et ce qui allait devenir le FLN revendiquait un colonialisme aménagé, Messali hadj se batait pour la fin du régime colonial et une constituante, pour l'algérie mais même au dela pour toute l'Afrique du Nord. Sa vision était une Algérie qui inclurait toute les composantes de la société algérienne, les musulmans bien sur mais aussi les juifs et les chrétiens. Au contraire le FLN et ses idéologigues staliniens et islamistes pronaient une société purgée de ses composantes non musulmanes.
Le résultat fut que le courant que défendait Camus fut combattu par tout les tenant des idéologies réactionaires: Nasser et son nationalisme arabe, Franco, De Gaulle ...
A l'époque de ce texte le FLN avait, par des manoeuvres, réussi a faire executer tout ses opposant du MNA juste avant le soulèvement populaire. De fait il ne restai plus qu'un seul courant, le FLN, courant qui avait tout interet a la guerre pour imposer son régime dictatorial une fois celle ci finie. Du coup il est compréhensible que Camus ait été très perturbé et malheureux a cette époque car il a du comprendre que s'en était fini de ses projets humanistes, il n'y avait plus que deux alternatives: la colonie ou la dictature militaire (50 ans après j'ai du mal à me dire que la dictature était un pas vers l'émancipation...)

Une précision. Si Camus était proche des libertaires, Messali Hadj était un marxiste fortement influençé par Lénine. son projet n'était donc pas libertaire mais bien marxiste en pronnant un Etat fort et une organisation bien hierachisé était en vigeur dans ses organisations. Il se définissait comme nationaliste algérien.
Autre précision, Wikipédia propose une version très marquée par les idées du FLN dans sa présentation de Messali Hadj, version de l'histoire aujourd'hui encore pronnée par ses dignitaires et qui fait l'impasse sur beaucoup de choses pour fabriquer une réalité qui leur convient, tout ça avec l'aide de l'Etat français.
acratack
 
Messages: 880
Inscription: Sam 12 Mai 2012 10:56


Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités