pour info... unité

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

pour info... unité

Messagede JPD le Ven 13 Juil 2012 14:34

Alors que s’achève la conférence sociale entre le patronat, les syndicats et le gouvernement, il apparaît très clairement que ce dernier ne se donne aucun moyen pour bloquer les licenciements et a clairement choisi en faveur de qui il allait gérer les affaires.

Le ministère du redressement productif, censé sauvegarder les bassins d’emplois, est avant tout un ministère de la parole et de la communication destiné à faire passer la pilule et à occuper le terrain médiatique sans proposer d’alternative aux licenciements et aux mesures d’accompagnement classiques.

Face à cela, et alors que les projets de délocalisation et les plans de licenciements se multiplient, seule l’intervention des travailleuses et des travailleurs ainsi que la coordination de leurs luttes peut faire pencher la balance du bon côté et imposer des choix politiques propres à faire reculer les capitalistes et à les priver de leur pouvoir de décision. Le droit de veto des travailleuses et des travailleurs sur les licenciements, la réquisition des entreprises, la réduction du temps de travail sans baisse de salaire, la mise en place de services publics réellement contrôlés par la population sont autant de revendications qui peuvent être portées pour lutter contre la loi des patrons. Au-delà de cela, reprendre en main les entreprises, c’est aussi repenser l’organisation du travail et l’organisation de la production pour prendre en compte les besoins réels de la population et non alimenter une soif de croissance débridée et mortifère. On ne peut en effet prétendre rompre avec le capitalisme sans rompre avec le productivisme et la surexploitation de l’environnement.

Nous ne sommes pas dupes du « changement » promis par le nouveau gouvernement et la politique qu’il entend mener reste une politique de rigueur, dans la droite ligne de l’austérité qui s’impose de plus en plus à l’échelle européenne, notamment par le biais d’un "pacte budgétaire" approuvé par le nouveau gouvernement sans que le population ait son mot à dire. Pour imposer le retour à l’équilibre budgétaire, Hollande et Ayrault s’apprêtent à continuer la saignée des services publics en taillant dans les effectifs et en poursuivant la politique de blocage des salaires des fonctionnaires. Et ce ne sont pas les 120 milliards d’euros d’aides et de prêts pour les grands travaux en Europe qu’ont promis de débloquer les dirigeants européens qui sont de nature à atténuer ce régime de rigueur. De même, ils parlent de mettre en place une taxation sur les transactions financières sur laquelle ils sont incapables de se mettre d’accord mais qui ne permettrait de récupérer qu’une infime partie des profits accumulés par les capitalistes.

Pour toutes ces raisons, nous estimons qu’il est urgent de rompre avec l’attentisme qui accompagne les premiers pas de ce gouvernement.

L’attentisme a dominé les expériences précédentes de la gauche au pouvoir qui ont toutes débouché sur des plans d’austérité et une aggravation des inégalités de richesses. Nous ne voulons pas que les mêmes causes produisent les mêmes effets, c’est pourquoi nous pensons qu’il est important de construire dès maintenant une opposition de gauche, autre, anticapitaliste et donc alternative aux politiques patronales et gouvernementales. Ne pas le faire revient à laisser la droite et surtout l’extrême droite incarner à elles seules une opposition politique, alors que leur seul but est de (re)prendre le pouvoir pour incarner un état toujours plus autoritaire, inégalitaire et raciste !

Les travailleuses et les travailleurs s’apprêtent à subir une violence sociale sans précédent du fait de la multiplication annoncée des plans de licenciements etpour arrêter de subir et reprendre les choses en main, il n’y a pas d’autre choix que de rompre avec le capitalisme en imposant une redistribution des richesses. Miser sur une hypothétique croissance pour améliorer la situation, c’est se laisser prendre au jeu d’une économie productiviste dominante dans laquelle nous sommes toujours perdant-es. Et quel que soit le gouvernement au pouvoir, seule l’intervention directe de tou-tes les exploité-es et de tou-tes les opprimé-es pourra faire tomber le mur de l’argent !

Mercredi 11 juillet 2012

Alternative Libertaire, le Mouvement des Objecteurs de Croissance, le Nouveau Parti Anticapitaliste, FA.
JPD
 
Messages: 515
Inscription: Jeu 30 Avr 2009 05:20

Re: pour info... unité

Messagede vroum le Ven 13 Juil 2012 14:39

la FA n'est pas signataire de ce communiqué : http://www.alternativelibertaire.org/sp ... rticle4889

les (rares) communiqués communs que signent la FA paraissent sur son site fédéral
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6825
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: pour info... unité

Messagede JPD le Ven 13 Juil 2012 15:40

ok... mais elle l'a été à un moment donné non ?
Et pourquoi ne l'est-elle pas ?
JPD
 
Messages: 515
Inscription: Jeu 30 Avr 2009 05:20

Re: pour info... unité

Messagede bajotierra le Ven 13 Juil 2012 19:58

c’est pourquoi nous pensons qu’il est important de construire dès maintenant une opposition de gauche, autre, anticapitaliste et donc alternative aux politiques patronales et gouvernementales
*

salut ,

je trouve que l'expression " opposition de gauche " situe bien ce communiqué , il place l'action éventuelle des travailleurs dans le cadre qui structure leur oppression

Face à cela, et alors que les projets de délocalisation et les plans de licenciements se multiplient, seule l’intervention des travailleuses et des travailleurs ainsi que la coordination de leurs luttes peut faire pencher la balance du bon côté et imposer des choix politiques propres à faire reculer les capitalistes et à les priver de leur pouvoir de décision. Le droit de veto des travailleuses et des travailleurs sur les licenciements, la réquisition des entreprises, la réduction du temps de travail sans baisse de salaire, la mise en place de services publics réellement contrôlés par la population sont autant de revendications qui peuvent être portées pour lutter contre la loi des patrons. Au-delà de cela, reprendre en main les entreprises, c’est aussi repenser l’organisation du travail et l’organisation de la production pour prendre en compte les besoins réels de la population et non alimenter une soif de croissance débridée et mortifère. On ne peut en effet prétendre rompre avec le capitalisme sans rompre avec le productivisme et la surexploitation de l’environnement
bajotierra
 
Messages: 4406
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: pour info... unité

Messagede pit le Sam 14 Juil 2012 01:31

C'est marrant, vroum ne discute jamais, il ne parle que comme une machine bureaucratique.
Il est bien dommage qu'après avoir apporté des amendements plutôt bien d'ailleurs, la FA ait retiré sa signature.
Je pense qu'un communiqué de cette trempe dans l'attentisme qui suit souvent une élection à gauche, et avec quand même un contenu correct, est bienvenu, et qu'évidemment d'avantage de signataires aurait participé à donner de l'élan pour une "rentrée sociale" qui doit se concevoir en mobilisation, convergence des luttes et auto-organisation offensive, et pas en mise en scène traditionnelle d'une contestation contenue.
Je pense comme bien d'autres qu'une formulation au lieu de " une opposition de gauche, autre, anticapitaliste et donc alternative", de type “une opposition anti capitaliste, révolutionnaire et alternative" aurait été le top, mais le NPA reste encore attaché a ce genre de chose, parce que l'illusion reste encore de leur domaine, en même temps que, en référence à l'Histoire du mouvement ouvrier, l'anarchisme n'est pas de doite.
Il y a un enjeu là pour le mouvement anarchiste révolutionnaire et de lutte de classe il me semble, et évidemment au dela pour dépasser l'incantation et participer à construire une réelle dynamique qui dépasse le petit cercle de nos petits espaces, se placer dans l'initiative plutôt que dans l'expectative en s'inscrivant dans un champ plus large et indispensable pour construire sur le terrain du nombre tout en restant porteurs de contenus et de sens, et il y aura d'autres occasions et d'autres initiatives...
Avatar de l’utilisateur
pit
 
Messages: 5500
Inscription: Lun 21 Déc 2009 16:33

Re: pour info... unité

Messagede bajotierra le Sam 14 Juil 2012 11:02

Je pense comme bien d'autres qu'une formulation au lieu de " une opposition de gauche, autre, anticapitaliste et donc alternative", de type “une opposition anti capitaliste, révolutionnaire et alternative" aurait été le top, mais le NPA reste encore attaché a ce genre de chose, parce que l'illusion reste encore de leur domaine, en même temps que, en référence à l'Histoire du mouvement ouvrier, l'anarchisme n'est pas de doite.


tu m'étonnes que NPA ait fait le forcing sur cette formule , c'est ce qui lui donne sa tournure politique

l'anarchisme n'est pas de droite , c'est sûr , mais il n'est pas de gauche non plus , il est rupturiste , et cette rupture ne peut s'intégrer dans le cadre existant puisqu'elle cherche a le briser
bajotierra
 
Messages: 4406
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: pour info... unité

Messagede JPD le Sam 14 Juil 2012 15:29

Je ne savais pas que la FA avait retiré sa signature (mais pourquoi l'avait-elle donnée ?). Concernant les raisons avancées je les trouve très formelles. Opposition de gauche ? Bof ça ne mange pas de pain et ça peut vouloir dire beaucoup de chose. Il y a toujours eu dans l’histoire du mouvement ouvrier des « oppositions de gauche » auxquelles des anarchistes participaient. C’est comme le mot « politique », il ne me donne pas de bouton, ça dépend ce qu’on y met. Et si j’ai des remarques à faire à ce texte (pas pour le démolir mais pour discuter) ce n’est pas un changement de formulation comme le suggère Pit qui changerait grand chose, ça resterai très formel même si je préfère ça moi aussi.
Ce que je questionne dans ce texte c’est :
- « Et ce ne sont pas les 120 milliards d’euros d’aides et de prêts pour les grands travaux en Europe qu’ont promis de débloquer les dirigeants européens qui sont de nature à atténuer ce régime de rigueur. »

Et quand bien même, accepterions nous ces grands travaux ? Le texte a l’air de dire qu’il faudrait plus que 120 milliards. Ces grands travaux sont contestés partout (LGV, NDDL, Val Susa, Gaz de schiste etc,) non parce qu’ils « n’atténuent pas le régime de rigueur », mais parce qu’ils renforcent l’exploitation humaine, qu’ils enrichissent les grands groupes et qu’ils induisent et sont la marque d’un mode de vie et de production que nous refusons. Ils sont de plus un élément fondamental des restructurations capitalistes. Et à ce propos il y a des grosses divergences entre la gauche parlementaire et les révolutionnaires. Il suffit de se référer au texte que j’ai posté d’appel à une initiative « off » lors du rassemblement des 7 et 8 juillet à Notre Dame des Landes qui les explicite clairement en terme de stratégie dans une lutte (les seules qui méritent d’être discutés car échappant en partie à l’idéologie et aux bibles). Initiative qui fut un succès eut égard à nos forces : plusieurs centaines de personnes venues débattre sur les deux jours alors que les « débats » officiels n’étaient que des conférences. Il est assez étonnant par conquéquent de voir des orgas libertaires se contentant de répercuter le communiqué des organisateurs institutionnels réalisé à la fin des rassemblement, alors que certains de leurs militants locaux étaient partie prenante de l’initiative anticapitaliste qui faisait suite à celles prises en octobre à Rennes puis récemment à Nantes. Sur ce terrain il y a pas mal de boulot à faire qui nécessite plus qu’un éclaircissement par rapport aux forces à la gauche de la gauche (par exemple les position de solidaire et sud rail par rapport à la ligne Lyon Turin).

Autre point : « Au-delà de cela, reprendre en main les entreprises, c’est aussi repenser l’organisation du travail et l’organisation de la production pour prendre en compte les besoins réels de la population »
Il y a là des ambiguités à lever. Ce n’est pas seulement un problème d’organisation (du travail et de la production) car alors « reprendre en main les entreprises » nous ramènerait au simple concept d’autogestion ou de contrôle ouvrier sont, depuis pas mal de temps le lieu de passage entre l’extrême gauche (libertaires compris) et la social démocratie. Or ce « passage » n’est pas un simple lieu où peuvent se croiser et s’opérer des débats sur ces questions essentiels , c’est aussi la plupart du temps le lieu où des révolutionnaires deviennent de fait social-démocrate car on ne pose pas la question de quoi produire et pour qui, autrement dit en terme de classe, que celui de « population » nie. Le droit de veto ressemble fort à une revendication démagogique dont la seule utilité serait de faire plus à gauche que la gauche. On sait bien que ça ne serait pas un droit de veto exercé par les travailleurs de l’entreprise mais par les syndicats. De plus cela restreint le droit de « regard » à celles et ceux qui y travaillent. Nous ne sommes plus strictement au temps de l’usine aux ouvriers, la terre au paysans. L’expansion du capital fait que ne sont pas seulement concerné « celles et ceux qui y travaillent » mais celles et ceux qui subissent ce qui est produit dans ce lieu de production.
Bref dans le texte est soigneusement évité la question de la nécessité de fermeture d’unité de production aussi importante que celle de na non fermeture d’autre et du maintien des emplois.

Voilà les questions que le texte me pose, mais je trouve qu’il a le mérite d’exister et de faire discuter pour peu que l’on ne s’en tienne pas au vocabulaire standard et politiquement correct chez les uns ou les autres
JPD
 
Messages: 515
Inscription: Jeu 30 Avr 2009 05:20

Re: pour info... unité

Messagede Abel le Sam 14 Juil 2012 17:19

bajotierra a écrit:tu m'étonnes que NPA ait fait le forcing sur cette formule , c'est cuidonne au tex sa tourbnure entu ruotuste

[mod campagne anti-alcoolisme ON] l'alcool nie gravement à votre capacité à vous exprimer clairement. Ne buvez pas avant de vous connecter au FA! [mod campagne anti-alcoolisme OFF]
Abel
 

Re: pour info... unité

Messagede Denis le Sam 14 Juil 2012 17:23

Abel a écrit:
bajotierra a écrit:tu m'étonnes que NPA ait fait le forcing sur cette formule , c'est cuidonne au tex sa tourbnure entu ruotuste

[mod campagne anti-alcoolisme ON] l'alcool nie gravement à votre capacité à vous exprimer clairement. Ne buvez pas avant de vous connecter au FA! [mod campagne anti-alcoolisme OFF]


tu l'as dit !

:delirium:

aha çà fait longtemps que je l'avais pas placé ce smiley !
Denis
 

Re: pour info... unité

Messagede Specifix le Sam 14 Juil 2012 23:07

Dans le style communiqué-langue de bois, on fait pas mieux !
Ce texte est très superficiel, le genre de texte bateau qu'on écrit pour remplir des pages parce qu'il faut écrire ...
Un texte non-militant !

Quelques exemples dans le texte ...

Faire pencher la balance du bon côté …
c'est garder les deux côtés de la balance, … chercher un équilibre propre à la social-démocratie ...

… et imposer des choix politiques propres à faire reculer les capitalistes ...
… faire reculer ? … c'est mieux les conserver … Et, quels sont ces choix politiques … ? … Les imposer comment ? ...

… et la surexploitation de l’environnement. …
Et l'exploitation de l'Homme, alors ? … dissimulée derrière un "vague " sous-entendu de productivisme … pour ne pas la citer … ??? … rester soft ... et dans le vent ...

... une aggravation des inégalités de richesses ...
De façon inégale, mais tous riches … ? …

... construire dès maintenant …
Avant, il n'y aurait pas eu lieu de le faire ? … donc, ... construire ce serait dès maintenant … en construisant surtout une opposition de gauche "salvatrice" … rien de moins que ça …

Ne pas le faire revient à laisser la droite et surtout l’extrême droite incarner à elles seules une opposition politique, …
C'est "bien", il ne faut pas laisser droite et extrême-droite seules … pour … représenter … une opposition politique … car, représenter, c'est important, tout le monde sait ça … représenter, c'est canaliser …

Les travailleuses et les travailleurs s’apprêtent à subir une violence sociale sans précédent …
Sans précédent ? … Sans précédent ? … ça fait pourtant 40 ans qu'on licencie … qu'on attaque les travailleurs ... qu'on attaque la sécu, l'éducation … etc … depuis la fin des 30 glorieuses ... Les retraites, c'est pas un précédent ? ...

... reprendre les choses en main, ... une redistribution des richesses ... une hypothétique croissance …
… pour améliorer la situation, …
La croissance serait, donc, un facteur d'amélioration … ? … et bla bla bla … du bla bla bla … et, encore du bla bla bla ...

Alternative Libertaire, le Mouvement des Objecteurs de Croissance, le Nouveau Parti Anticapitaliste …

Ou comment dégoûter de l'Anarchisme … et tuer les idées, en servant, toujours, un discours creux … stéréotypé … à la mode …


Justifier "l'opposition de gauche" en disant qu'il faut ménager le NPA, je trouve ça piètre et malvenu. C'est faire une concession à quel titre ? Qui est moteur là-dedans ? ... le NPA ? ... ou les militants prétendument anarchistes ? ... AL est la remorque du NPA ?
Un Anarchiste n'a pas vocation à être un mouton !
A force de compromis, ça ne ressemble plus à rien. La preuve, un communiqué vide.
S'il n'est pas possible à une organisation dite libertaire d'écrire dans la ligne de ses idées, quelles perspectives pose-t-elle ?
Specifix
 
Messages: 1286
Inscription: Jeu 3 Mai 2012 23:30

Re: pour info... unité

Messagede vroum le Sam 14 Juil 2012 23:51

Derrière le « dialogue » et la « conférence » sociales, c'est le Capital qui impose la cadence.


Tandis que la crise du capitalisme s'étend, les travailleurs et travailleuses d'Europe (comme en Espagne, Grèce et Italie) continuent à subir les plans d'austérité. La France n'en est pas exempte, même si de nombreuses mesures avaient été suspendues le temps que se déroule le cirque électoral : l'augmentation des prix (en particulier du gaz), le gel des salaires et des minimas sociaux, la destruction des services publics et les licenciements reprennent de plus belle, à peine un mois après la fin des élections.

Ainsi ce Jeudi 12 Juillet le groupe PSA a fini par révéler son plan de restructuration : ce sont donc 8 000 salariéEs, dont l'intégralité des 3 000 travailleurs et travailleuses du site d'Aulnay, qui seront jetéEs à la porte, sans compter des dizaines de milliers d'autres dans des entreprises sous traitantes. Ce qui n'est que l'amorce d'une vague massive de restructurations dont les salariéEs, comme les Sanofi de Toulouse, seront les seulEs à faire les frais.

Ces annonces interviennent après la clôture de la « Conférence Sociale » orchestrée par la nouvelle majorité gouvernementale, véritable mascarade destinée à faire croire que l’État est une institution neutre capable d'arbitrer de façon impartiale entre les intérêts contradictoires défendus par les organisations ouvrières et patronales.

La seule mesure palpable qui en ressort finalement est le remplacement de la hausse de la TVA de la majorité précédente par la hausse de la CSG. Si la TVA est un impôt particulièrement inégalitaire, puisqu'il pèse plus lourdement sur les plus pauvres, la hausse de la CSG n'est qu'un « changement » dans la continuité : sous prétexte de trouver de nouveaux financements pour la protection sociale il s'agit bien de réduire d'autant les cotisations sociales du patronat. En prétendant « mettre à contribution autant le patronat que les salariés », c'est en fait une nouvelle fois ces derniers qui vont passer à la caisse...

Ainsi, c'est avec une remarquable unanimité que la classe politique aux affaires (la Droite d'hier, comme la Gauche d'aujourd'hui) s'accorde à dire que, pour sortir de la crise, il faut « réduire le coût du travail » ou « alléger les charges des entreprises », c'est à dire transformer la partie des richesses produites par les travailleurs et travailleuses qui leur est redistribuée indirectement sous forme de prestations sociales... en bénéfices pour le patronat . On ne saurait mieux illustrer le fait que l'État, quelque soit sa couleur politique, n'est pas le garant de la justice sociale, mais bien un instrument destiné à défendre les intérêts de la bourgeoisie.

A l'heure où, dans de nombreuses entreprises et dans les services publics, les travailleurs et travailleuses (dont des syndicalistes de base) luttent contre les licenciements ou les suppressions de poste, le fait que des bureaucrates syndicaux se félicitent d'une reprise du dialogue social montre bien le décalage entre les préoccupations de la classe ouvrière et celles des appareils censés les représenter.

Les travailleurs et travailleuses, en activité ou pas, n'ont pas besoin de dialoguer avec leurs exploiteurs dont ils entendent quotidiennement les ordres. mais de s'organiser collectivement pour défendre leurs intérêts. Les déclarations de sollicitude de certainEs politicienNEs ou responsables syndicaux ne remplaceront jamais l'action directe, et contrôlée par la base dans nos luttes pour construire le rapport de force nécessaire pour faire reculer le patronat et en finir avec le capitalisme.



A Aulnay, Toulouse comme ailleurs, seule la lutte paiera !

Contre les licenciements, reprise directe des entreprises !



le 14 Juillet 2012,

Relations Extérieures

de la Coordination des Groupes Anarchistes
"Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité, créez-la vous-mêmes ! Vous ne la trouverez nulle part ailleurs." (N. Makhno)
Image
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6825
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re: pour info... unité

Messagede bajotierra le Dim 15 Juil 2012 14:13

salut ,

denis et abel merci de m'avoir fait remarquer ma distraction, je corrige de suite :oops:

je suis d'accord avec JPD sur la remarque concernant la non critique du mode de production , c'est a mon avis lié au fait que ceux ont rédigé ce texte ne sont pas dans une rupture avec ce mode de production , il se placent dans un cadre purement réfomiste en invoquant d'autres choix politiques

le choix de se postionner en tant qu' " opposition de gauche" est significatif y compris sur le plan historique où cette expression date d'une époque où le scientisme dominait le mileu révolutionnaire
bajotierra
 
Messages: 4406
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: pour info... unité

Messagede pit le Dim 15 Juil 2012 14:59

Çà donne encore du grain à moudre aux sectoïdes, à ceux qui pensent qu'ils sont plus révolutionnaires que tout le monde et que les autres ne sont que des "réformistes", et qui a défaut de construire vont encore trouver là un nonos à ronger pour se complaire dans l'incantation et la posture. Et évidemment je range bajotierra et ce qu'il reste de la cnt-ait là dedans, d'autant que ce n'est plus que leur fond de commerce, en plus des "rebelles " de service, voire de sévice comme spécifix, parce que j'ai un peu de mal à suivre ce que veut dire et porter vraiment JPD, et les camarades de l'OCL, à force, dans une navigation entre "rupturisme" sectaire et repli suicidaire et participation aux mouvement sociaux avec ouverture et apports de contenus réels et interessants.

Je suis bien d'accord avec ce qu'avance JPD, et sur le fond, même si il développe là plutôt une approche en bréviaire plutôt qu'en dynamique, et notamment sur la question autogestionnaire. Mais il y a là mélange des enjeux et de la destination. A travers ce communiqué, qui est un communiqué et pas une brochure, c'est une question dynamique qu'il faut voir à travers cela, et par exemple pour participer à appeler à une "rentrée sociale"* moins molle que d'habitude. C'est un axe d'intervention parmi d'autres que celui de rechercher le nombre dans le domaine des organisations politiques (et déjà comme il est constatable çà rame, et il est bien dommage que la FA ait retiré sa signature alors qu'elle avait porté des amendements significatifs), comme sur celui syndical dans la sphère du syndicalisme de lutte et de transformation sociale, et aussi en terme d'auto-organisation et en convergence(s) et coordination, car je ne pense pas que l'intersyndicale nationale telle qu'elle est composée d'habitude soit en mesure et en volonté de porter l'affrontement et l'offensive nécessaire.

Alors peut être que ce communiqué, qui restera toujours imparfait pour chacun-e, servira à faire bouger les lignes dans une partie de l'extrème gauche comme dans le mouvement anar, et participera à tracer des jalons pour la mobilisation qu'il faut qu'on s'attèle à participer à construire, et pas à attendre comme on attend la pluie en période de secheresse.


* les luttes ne prennent pas de vacances, et ce qu'il se passe autour de PSA est là pour le rappeller. Des camarades libertaires, en SUD et CNT notamment, sont dans la place et dans la lutte, et il faut là aussi se bouger...
Avatar de l’utilisateur
pit
 
Messages: 5500
Inscription: Lun 21 Déc 2009 16:33

Re: pour info... unité

Messagede JPD le Lun 16 Juil 2012 11:47

une approche en bréviaire plutôt qu'en dynamique

Pourtant ce que j ai dis sur NDDL et le rassemblement des 7 et 8 juillet me paraissait relever plus du mouvement que du bréviaire.

En revanche "reprendre en main les entreprises" me parait relever du bréviaire si on ne précise pas comment s'y prendre et quels sont les forces qui pourraient agir en ce sens. De plus il ne s'agit pas de re-prendre mais éventuellement de prendre Je dis éventuellement car pour certaines d'entre elle il s'agirait purement et simplement de les supprimer.

Par ailleurs cette "navigation entre "rupturisme" sectaire et repli suicidaire et participation aux mouvement sociaux avec ouverture et apports de contenus réels et interessants" mérite quelques commentaire. je pense que pour la majorité des camarades de l'OCL il s'agit (en tous les cas c'est ce qui est écris dans les présentations) d'introduire des éléments rupturistes DANS les mouvements. Evidemment cela n'est pas simple et nécessite de perpétuelles discussions et ajustements, voire confrontations et sans doute une certaine "navigation". Il faut, je crois, l'assumer, sous peine de tomber dans le confort de la formule idéologique nanar classique ou dans un ultra gauchisme de spectateur. Ces deux postures peuvent certes servir l'une à l'autre de garde fou, mais le parti pris de demeurer sur la rive de l'un des deux sans naviguer ne conduit certes pas au suicide mais à la stérilité. "ouverture et apports de contenus réels et intéressants" dis-tu Pit... Eh bien ne serait-ce que cela, ça me suffirait largement même si le reste n'est que navigation suicidaire (je refuse le terme de sectarisme car le sectaire est celui qui recrute pour sa secte, se fait prosélyte ce qui est plus le cas des autres orgas que de l'ocl, me semble-t-il). Dix chapelles mises bout à bout pour un texte commun ça reste une chapelle et ça ne change rien à la situation politico sociale actuelle. En revanche des individus de différentes chapelle œuvrant au sein d'un même mouvement pour créer un pôle rupturiste et anticapitaliste ça peut changer quelques petites choses.
Il y a des camarades pour qui l'appartenance à une chapelle tiens lieu et place de l'appartenance à un mouvement. Je n'en suis pas.

Ceci dis j'ai mis en ligne le communiqué commun car il contenait des éléments à discuter intéressant et je trouve toujours un peu léger l'argumentation de la FA pour l'avoir retiré, apporté par Bajotierra.
JPD
 
Messages: 515
Inscription: Jeu 30 Avr 2009 05:20


Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité