Sur le prolétariat ....

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Jeu 23 Sep 2010 00:07

un exemple vivant du proletariat ^^
fu hsang
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Arthur le Jeu 23 Sep 2010 07:53

un exemple vivant du proletariat


Le mépris de classe n'est pas l'apanage de la bourgeoisie, qui trouve souvent un soutien dans des individus déclassés en voie de prolétarisation ou au contraire d'anciens prolétaires ralliant l'artisanat et le tacheronnage et s'affirmant dans de pseudo-discours radicaux et élitistes.
Quand le mépris s'engage dans la haine on sait malheureusement où ses propos mènent.
Arthur
 
Messages: 96
Inscription: Ven 8 Mai 2009 16:34

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Jeu 23 Sep 2010 09:43

pffff...
on ne doit pas critiquer les proletaires ???? un nazi est un proletaire avant d etre un nazi ???
les factieux et les SA etaient bien des proletaires , ... qu ils crevent !!!
le capital ne s est imposé que par l affirmation de la classe ouvriere au depend de l artisanat
les secteurs les plus combattifs n etaient pas ces ouvriers mais ces artisans qui se retrouvaient depossedes de leur savoir faire car considere comme obsolete ; qu ils crevent ,

L'existence d'une classe qui ne possède rien en dehors de sa capacité de travail est une condition nécessaire du capital.
Travail salarié et capital, 214

On dit bien que le capital et le salariat ont les mêmes intérêts, mais cela n'a qu'un sens: le capital et le salariat sont les deux termes d'un seul et même rapport.
Travail salarié et capital, 215

La condition essentielle de l'existence et de la domination de la classe bourgeoise est l'accumulation de la richesse entre les mains des particuliers, la formation et l'accroissement du capital ; la condition d'existence du capital, c'est le salariat. Le salariat repose exclusivement sur la concurrence des ouvriers entre eux.

Manifeste 35
fu hsang
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Jeu 23 Sep 2010 22:30

Arthur a écrit:Quand le mépris s'engage dans la haine on sait malheureusement où ses propos mènent.

"Les proles sont intouchables puisqu'ils sont VICTIMES, spice d'élitiste !"

Put-ain ! J'ai l'impression de lire des stals des années 30 qui ont craché, exclu et traqué des radicaux qui leurs foutaient devant leurs trognes leurs frustrations de la bite (entre autres), leur misère intellectuelle... ou des juifs libéraux minimisant les faits avec un air de condescendance familiale "vous tracassez pas, c'est pas si grave, faut les comprendre..." Comprendre oui : adresser des paroles intelligentes aux incarnations de la Stupidité c'est la pire saloperie qu'on leur fait ! Alors oui on sait malheureusement où ses propos mènent : aux stigmatisations et persécutions multiples, dont les proles sont (une nouvelle fois) des acteurs en herbe !

Tu veux te remémorer des chiffres électoraux de 2007 ? Tu veux des chiffres de chômeurs suicidés, "en dépression", "SDF", écroués... ? Et il faudrait être indulgent envers les bons et loyaux travailleurs qui vous lâchent "C'est la crise... et dire qu'il y a tant de chômeurs !" ? Tu crois encore au Père Noël quoi ? C'est quoi se sectarisme puritain ? Autant réhabiliter tout ce qui a conduit aux Goulags et à Auschwitz, ces détails de l'Histoire, mec ! :gerbe:
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Arthur le Ven 24 Sep 2010 08:27

amalgame et stigmatisation ...
Au bout de ce chemin, il faut se méfier des bras tendus qui vous accueillent.
Arthur
 
Messages: 96
Inscription: Ven 8 Mai 2009 16:34

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Ven 24 Sep 2010 09:00

pf
la c est toi qui a une attitude hautaine et meprisante , non pas dans une discussion 'theorique " mais dans une discussion avec des personnes
tte façon , qu on se le dise , les syndicalistes passent pour des jaunes dans le batiment ^^ et c est pas pour rien ^^
fu hsang
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Arthur le Ven 24 Sep 2010 10:45

Mépris de classe,
Code: Tout sélectionner
un nazi est un proletaire avant d etre un nazi

Non, un nazi, comme toute personne qui se revendique d'une idéologie, se défini d'abord comme tel.
Son appartenance de classe le défini ensuite. Ce qui explique que l'on trouve aussi des Bourgeois chez le nazis, comme chez les anarchistes.



Haine de l'autre
devant leurs trognes leurs frustrations de la bite (entre autres), leur misère intellectuelle...


Code: Tout sélectionner
Amalgame,
des stals des années 30

des juifs libéraux

Ne manque-t-il pas les Franc-maçons ?

Stigmatisation,
...
Rumeur et Généralisation
tte façon , qu on se le dise , les syndicalistes passent pour des jaunes dans le batiment ^^ et c est pas pour rien ^^


dans une discussion avec des personnes

Qui il y a peu se proposait de venir "meuler les coudes de syndicalistes" ?
Arthur
 
Messages: 96
Inscription: Ven 8 Mai 2009 16:34

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Ven 24 Sep 2010 12:28

mon tres cher pour appartenir a une classe , il faut une conscience de classe , ce qui manquait aux membres du NSDAP qui se reconnaissait dans leur parti comme toi tu te reconnais dans ton syndicat
tu es donc OUT toi et tes amis du syndicat car vous appartenez a la classe des syndiqués ^^et non pas des proletaires ^^ :) si si ce n est pas la meme chose en adherant au syndicat vous vous scicionnez des autres
la fameuse rumeur sur les jaunes syndiques ... bin apres avoir travaille plus de 10 ans dans le batiment dans differentes regions ( sauf RP ), je n ai jamais entendu un ouvrier du batiment adresse des louanges a propos d un syndicat , bien entendu , je n en fais pas une generalisation , mais faudrait peut etre sortir du microcosme parisien , les seuls syndiques que je connaissais c etaient ... des chefs de chantiers ^^ bizarre non ??? et faut voir comment ils traitaient les interimaires ^^ qu ils crevent
quand a meuler les coudes , meme si je n ai pas dit cette phrase , je souscris entierement a cette action , qui n est pas une attiitude hautaine , mais bien une proposition d action franche et sans ambiguite
je te laisse donc a ton intersyndicale qui sauvera surement les proletaires mais qui ne changera rien
fu hsang
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Arthur le Ven 24 Sep 2010 12:53

quand a meuler les coudes , meme si je n ai pas dit cette phrase , je souscris entierement a cette action


Indique-nous ton adresse pour que l'on puisse t'envoyer un billet de train (on sait que c'est dur pour les p'tits gars qui comme toi bossent à la marge), et n'hésite pas à venir nous rendre visite, toi qui n'est pas dans le verbiage creux de pôvres syndicalistes.
De l'action, rien que de l'action.
Ou absteins-toi de menaces que tu n'es pas capable de mettre en oeuvre.

Tes propos, ici comme sur d'autres forums, ne font la preuve que de ton adhésion tranquille aux valeurs de la bourgeoisie, de la démerde individuelle, du "tous pourris" et de l'acrimonie poujadiste.
Arthur
 
Messages: 96
Inscription: Ven 8 Mai 2009 16:34

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Ven 24 Sep 2010 13:55

doublon
Dernière édition par fu hsang le Ven 24 Sep 2010 13:57, édité 1 fois.
fu hsang
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Ven 24 Sep 2010 13:56

t inquiete^^
j ai jamais eu a mendier au syndicat pour quoi que ce soit , j ai un metier
ta thune tu peux te la garder pour payer les grevistes quand l intersyndicale trahira comme elle l a toujours fait
j attends avec impatience l appel a l unite sacre dont vous etes coutumier vous les SR comme en 14 , en 36 et j en passe ^^
les travailleurs de metier n ont pas attendu les organisations syndicales pour faire greve , ni pour s organiser contre la bourgeoisie et l intelligentsia humaniste

tu devrais pas me tenter a descendre sur paris ,tu pourrais etre surpris ^^
mais je laisse aux parisiens le soin de s occuper , j ai entierement confiance en ces quelques "desperes " du front social

d ailleur c est pas pour rien si la cnt vegete sur ces acquis
et au fait ... tes potes du csl , ils vont bien ???
la rotation des taches , elle s effectue ??
fu hsang
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede hocus le Ven 24 Sep 2010 14:34

Arthur a écrit:Qui il y a peu se proposait de venir "meuler les coudes de syndicalistes" ?


Hé ho arthur, t'es con ou tu le fais exprès ? L'histoire de meuler les coudes, ça concernait les "racistes au sens large du terme", pas les "syndicalistes".

C'est à se demander pourquoi tu réagis comme ça franchement.
hocus
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede hocus le Ven 24 Sep 2010 14:35

filochard a écrit:fu : Le travail est indéfinissable d'un point de vue ontologiquement humain ou ahistorique. Si c'était le cas, je prétendrai être et "travailler" au minimum comme Adam. Ce que je dis, ici, et qui n'est pas un scoop mais que des militants essayent d'édulcorer, c'est qu'il y a, en France, parmi un mythifié prolétariat, des millions de travailleurs qui sont racistes au sens large du terme. Et ces caniches, qu'ils soient agrophiles ou agrophobes ou décroissants ou lutteurs ou CNTistes ou lepenistes ne se privant aucunement de cracher leur haine sur les plus fragilisés, ne fait pour moi aucune différence et ne mérite aucune indulgence. Au minimum, leurs coudes doivent être meuler.


Là, voilà la citation en entier.

Et quant aux "syndicalistes" (ce qui pour moi ne veut rien dire, puisque entre Xavier Matthieu et n'importe quel burocrate, il y a un monde), je crois que ce que dit fu hsang, à propos des "syndiqués" chefs de chantiers qui traitent les intérimaires comme de la merde, hum, ben faudrait peut être le prendre en compte aussi.
Dernière édition par hocus le Ven 24 Sep 2010 14:42, édité 2 fois.
hocus
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Arthur le Ven 24 Sep 2010 14:36

Tout est dit,
je vous laisse à vos diatribes ...
Arthur
 
Messages: 96
Inscription: Ven 8 Mai 2009 16:34

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede hocus le Ven 24 Sep 2010 14:41

Alors pourquoi tu es venu en premier lieu ?
hocus
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede hocus le Ven 24 Sep 2010 14:44

Arthur a écrit:Tout est dit,
je vous laisse à vos diatribes ...


Racisme, rapport de classe, exploitation, tout ceci n'est que diatribes?

Merci pour la leçon maitre arthur.
hocus
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Ven 24 Sep 2010 20:45

"appartenance de classe" ça m'étonne pas... Les "théories classistes" c'est aux oubliettes qu'elles sont, à moins que tu aies toi aussi encore envie de réchauffer des zombies ? Mais soit, je te laisse avec les pépés Staline qui ne font pas dans "la collaboration de classes".

Et quant à la "haine de l'Autre", mon Dieu mon Diable, c'est encore une fois dégueuler ta mauvaise foi crasse et inverser les rôles ! Entendre de la part de travailleurs, je répète, qu'ils soient patrons et pires, syndikalistes, que les chômeurs sont des parasites, etc., c'est tout bonnement scandaleux, et ils (les chomeurs) toutes les bonnes raisons, de fait, de conchier "le monde du travail et des travailleurs", la "morale du travail" que tu dois certainement partager en bon classiste que tu es... L'expérience sensible ? Non, c'est de la collaboration de classe ! Sucer un bureaucrate soc' dém' ou lepeniste ? C'est trahir la lutte des classes !

Quant aux juifs libéraux ou aux persécutés, tu n'as du point lire Reich ou certains auteurs de l'Ecole de Francfort, mais c'est pas bien grave : tes détournements crapuleux (procédé favori des pépés stakhanovistes) sont aussi crédibles que ton "combat". Je te renvoie la haine de l'Autre.

ps : pensez à renommer la CNT... :console:
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede un passant le Sam 25 Sep 2010 17:40

filochard a écrit:"............. que les chômeurs sont des parasites, etc., c'est tout bonnement scandaleux, et ils (les chomeurs) toutes les bonnes raisons, de fait, de conchier ".......:


Le chômeurs assistés, les handicapés assistés et pensionnés, il existe sans doute des chômeurs handicapés indemnisés-pensionnés....De tels boulets ne peuvent avoir aucune conscience de classe, toutes ces indemnités sont du lubrifiant social, il faut de la vrai misère et de la faim pour tout balayer. :rambo:
un passant
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Sam 25 Sep 2010 20:32

Si vous n'aviez pas les chômeurs, les juifs et les handicapés, bien que vous vous tabassiez entre vous, je sais qu'entre bosseurs vous vous entre-tueriez. Mais, en attendant ce moment fatidique (quel soulagement pour ma conscience de parasite !) vous tabassez et violez femmes et enfants, vous vous réconciliez au Stade de France-Disney Land Paris pendant la troisième mi-temps en expulsant les bicots, les négros, bref tous ces voleurs de travail honnête ! Ya combien de racistes qui luttent en France, déjà ?
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Antigone le Sam 25 Sep 2010 20:55

Extrait du n°7 de Hors service
http://journalhorsservice.blogspot.com/ ... n-fou.html

Le matin fou

Huit heures du matin. Le matin fou se met en marche. Des millions de gens se traînent au boulot dans des métros bourrés, des trains en boîtes-de-sardines et des routes envasées. Quand la tâche journalière est accomplie, le même scénario se répète dans la direction inverse. Et le lendemain de nouveau, et le jour après encore et encore.

Régulièrement, des enquêtes ridicules sont organisées pour savoir combien de gens sont contents du travail qu’ils font. Contents ? Voir passer des pièces de machine à la chaîne, remplir des formulaires derrière un bureau, servir et « aider » d’autres personnes. Aucune enquête ne pourrait jamais me prouver le contraire de ce que je lis le matin sur les visages de cette masse qui va au boulot. Je n’y lis que de l’aversion, de la contrainte, de l’inutilité et du désespoir qui essaye de se dissimuler dans les petits coups névrotiques sur un portable ou par le biais d’un quelconque magazine avec des soaps qui contrastent fort avec le train-train quotidien. Ou qui se cachent en s’attachant assez paradoxalement et de manière compulsive à l’identité que donne le travail, en professant sans en démordre que « le boulot » donne du « sens » à la vie. Mais ces visages le matin, inoubliables, ne mentent pas…

Au boulot, même, des formes de cohésion, de solidarité entre travailleurs semblent toujours plus loin. En général, les entreprises d’aujourd’hui sont structurées de sorte qu’ils poussent chacun, en haut et en bas, à lécher les pieds de celui qui se trouve juste une échelle plus haut et d’enfoncer celui qui se trouve plus bas. Commander, harceler, jouer des mauvais tours, concurrencer, évincer, balancer : voilà ce que le boulot nous offre comme satisfaction. Nous sommes rachetés par un salaire pour se faire user pour et par quelque chose qu’on ne comprend pas, dont on capte à peine, voire simplement pas, le sens et qui fait tout sauf nous rendre meilleur. Et comme si tout cela ne suffisait pas, on paye encore le prix sous forme de stress, de dépression et de problèmes de santé.

Le dernier mois, des grèves ont éclatés ici et là dans les camps de travail de l’économie belge. Certaines grèves ont suivi les consignes des syndicats qui ont pour fonction qu’ensemble avec le patronat avide de toujours plus de profit, tout se fasse de la manière la plus efficace et économique possible. D’autres grèves comme aux transports publics de la TEC à Charleroi, aux services de voirie à Anvers, Gand et Bruxelles, à l’intercommunale liégeoise d’électricité Tecteo,… les ouvriers ont débrayé spontanément et sans demander d’autorisation aux syndicats ou aux patrons. Quel contraste, ces quelques heures de grève sauvage ! Quelques heures ou jours de grève qui rendent à nouveau possible de parler avec tes collèges, d’être humain à être humain, et pas de « l’unité de production 1» à « l’unité de production 2 », un moment où la prise de l’économie et des patrons doit lâcher un petit peu… Plus que les revendications salariales, pour des meilleures conditions ou plus de résistance aux licenciements, je trouve que les grèves sont surtout des occasions pour saisir le moment de quelque chose d’autre, pour jouir de l’interruption de la routine asphyxiante.

Et que de ce moment puisse renaître la créativité et la force de combat, qu’elle puisse de nouveau couler dans ces corps claqués. Et alors se passent de bels actes comme à Liège où des plombs du centre de commande de l’intercommunale Tecteo ont été sabotés, coupant ainsi l’émission de télévision. Les écrans abrutissants des milliers de Liégeois se sont tus pour un certain temps.

Et était-ce une coïncidence très heureuse que, après tant de grèves sauvages à la TEC de Charleroi contre la pression du travail et pour défendre la pratique répandue de l’absentéisme, 22 bus ont été ravagés par des flammes dans la nuit ? Cet incendie, dont la direction espère qu’elle serait d’origine accidentelle, le rendrait beaucoup moins pratique pour obliger les chauffeurs à faire des heures supplémentaires… car, tout simplement, les bus manquent !

Et est-ce que le sabotage du réseau ferroviaire à Bruxelles, qui a bloqué cinq trains avec comme conséquence que l’heure de pointe a été rendue au désordre, tombe du ciel ? Les ouvriers de la SNCB protestent depuis des mois, voir des années, à coups de grèves et d’actions contre l’insupportable pression du travail. Et au-delà de ça, est-ce que toi non plus tu ne te sens pas tenté de perturber la course folle vers le travail, pour interrompre le marathon de l’exploitation ? Le sabotage, peu importe quelle forme il prend, introduit un inconnu dans le jeu, brise les règles de ce jeu en s’y déplaçant librement, pêle-mêle à travers les différentes cases. Le sabotage ne dommage pas seulement notre ennemi, mais crée aussi un moment qui pourrait sortir de la danse menée par l’économie et l’autorité.

Un regard posé sur le tram le matin en dit tellement plus que le caquetage politique des syndicats, des partis et des patrons. Il n’y a pas de satisfaction à tirer du travail, il n’y a pas de fierté ou de « succès » à conquérir dans les boulots auxquels ils nous forcent. Car le monde fait tourner ce monde et transforme toute activité humaine en contrainte et chantage, en travail. Avec les doux rayons de soleil sur mon visage, je sais que la seule joie à tirer du travail se trouve dans son arrêt, sa perturbation, sa paralysie, son sabotage. Aussi bien seul qu’ensemble, avec les autres. Car leur économie, leurs chiffres de productivité, leur flexibilité, leurs commandes est une atteinte à la joie de vie et la liberté que je désire tellement.

(Depuis, un n°8 est sorti)
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

PrécédentSuivante

Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités