Sur le prolétariat ....

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Dim 26 Sep 2010 00:23

oui quand même
si certains ont denonçé les tendances léninisante de ceux que ces memes certains nomment " appellistes "
je ne me souviens pas d avoir entendu dire qu a la cnt il y avait des "bordiguistes "
nier l alienation du travail et la dynamique dominant/dominé au sein même de cette classe qui a fint par s identifier a la classe moyenne , pauvre mais moyenne en 2010
chapeau bas , franchement
et essayer de faire prendre la mayo(37) marxiste au premier degré , encore chapeau bas ^^

« Il n’y a pas de pratique communiste possible sans lutte systématique contre le mouvement ouvrier traditionnel et ses alliés. Inversement, il n’y a pas d’actions efficaces contre eux sans compréhension claire de leur fonction contre-révolutionnaire… La société actuelle possède ses lois, sa justice, ses gardiens, ses juges, ses tribunaux, ses prisons, ses crimes, sa « normalité ». Devant cette situation, apparaissent une série d’organes politiques (partis et syndicats, réformistes et gauchistes,…) qui feignent de contester cette situation alors qu’en réalité ils ne font pas autre chose que de consolider la société actuelle… Le « gauchisme » n’est pas autre chose que l’extrème-gauche du programme du capital. »MIL, août 1973
fu hsang
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Dim 26 Sep 2010 11:12

“Syndicalisme et extrême droite”
par Alex Neumann

(Extrait de " Peur, personnalité autoritaire, politiques sécuritaires ")

À ceux qui objecteraient que la recherche de 1951 [TW Adorno, La personnalité autoritaire] serait dépassée par l’évolution historique, nous répondons que l’enquête allemande “ Syndicalisme et extrême droite ”, publiée en 2007, arrive à des conclusions très similaires, y compris en ce qui concerne le rôle positif de la formation syndicale [13].

Les résultats du projet de recherche dont nous allons parler maintenant, et qui confirme les résultats des études sur la personnalité autoritaire, se base sur un échantillon de 4008 salariés allemands, complété par des entretiens qualitatifs de groupe, associant 58 syndicalistes. L’échantillon représentatif du questionnaire, réalisé en 2003-04, était composé de quatre parties égales : un millier de personnes syndiquées pour l’Allemagne occidentale et autant pour l’Allemagne orientale, ainsi qu’un millier de personnes dans chaque partie du pays pour saisir les attitudes des salariés non syndiqués. L’équipe de recherche a compté cinq membres principaux, sous la responsabilité de Bodo Zeuner ; elle a rendu un rapport de recherche de 600 pages.


Le rapport de recherche permet d’actualiser les enseignements sociologiques de l’enquête de 1951. Les dispositions autoritaires varient à peine si on compare les moyennes globales des grandes catégories observées. Ainsi, la moyenne totale des syndiqués qui sont favorables aux idées autoritaires n’est pas moins élevée que la moyenne des salariés non-syndiqués (19% contre 20%). De même, la partie qualitative de l’enquête montre que ce n’est pas le niveau de revenu et d’éducation des salariés qui détermine en premier lieu leur adhésion aux idées autoritaires, mais leur mode de socialisation et leur caractère. S’il est vrai que le groupe le plus faiblement qualifié (simples ouvriers, etc.) est presque deux fois plus souvent tenté par des idées autoritaires que la moyenne, cela correspond exactement à la faiblesse des attitudes envers la participation démocratique parmi ce groupe, deux fois moins développé que la moyenne. De même, le refus du “ système ”, compris comme une totalité extérieure, est deux fois plus élevé dans ce groupe que chez la moyenne de l’ensemble des personnes interrogées.

En d’autres termes, le caractère social des acteurs (syndicalistes ou non) joue un rôle extrêmement important dans la fréquence de leur réaction, qui ne doit pas être réduite à leur condition sociale objective.


Le résultat le plus spectaculaire de la recherche est le constat que dans la catégorie moyenne des salariés, en termes de revenu et de qualification, les syndiqués sont beaucoup plus réceptifs aux idées autoritaires que la moyenne : 19% des syndiqués contre 13% des non-syndiqués.

En effet, le sens commun voudrait que les adhérents syndicaux suivent davantage le discours antifasciste et non-autoritaire de leurs organisations que les simples salariés. Cette découverte est d’autant plus significative que 43% des permanents syndicaux appartiennent à cette catégorie intermédiaire, qui est une fois et demi plus autoritaire que la moyenne. En d’autres termes, le noyau dur des organisations syndicales apparaît comporte un groupe plus autoritaire que les salariés qu’il défend. Précisions que le taux de syndicalisation est de 25% en Allemagne contre 8% en France.

Si l’on ne prenait en considération que les conditions sociales objectives de ce groupe de syndiqués, l’attitude autoritaire significative d’une minorité de 19% pourrait étonner. Il s’agit d’ouvriers professionnels et d’employés qualifiés, dont la situation de travail est le plus souvent stable et relativement protégée. Le niveau de revenu de ce groupe est en effet correct (autour de 2000 Euros net par mois). La menace du déclassement social ne peut en aucun cas expliquer le décalage entre syndiqués et non-syndiqués de ce groupe intermédiaire, puisque le statut professionnel des syndiqués est nettement mieux défendu que celui des non-syndiqués, y compris sur le plan légal (cogestion, protection contre le licenciement).

L’analyse qualitative a révélé les raisons principales de la tendance autoritaire plutôt forte parmi ce groupe de syndiqués. Les personnes concernées se sont longtemps vues comme les acteurs (permanents, élus du personnel) et comme les premiers bénéficiaires d’une politique syndicale basée sur la redistribution des fruits de la croissance. Face à la généralisation des rapports de concurrence, qui s’exprime notamment dans l’abolition de dispositifs favorables, autrefois consenti par les grandes entreprises, ils vivent directement et douloureusement la démontage progressif du pouvoir des syndicats, depuis la fin des années 80, qui va de pair avec une érosion des collectifs de travail. Ce processus implique une double menace qui pèse sur leur statut social encore assez établi et sur leur rôle social en tant que syndicalistes. D’ou une “ angoisse existentielle ”, terme fréquemment évoqué dans les entretiens, face aux basculements en cours. Le rapport constate : “ Ces pertes et échecs s’expriment par le fait qu’une partie du groupe intermédiaire bien organisé cherche à obtenir sa protection par une politique nationaliste et ethnocentrique. La plus grande vulnérabilité des syndicats aux thèmes de l’extrême-droite semble être liée à la plus grande fragilité des adhérents de son groupe central qui provient d’un processus entamé il y a 15 ou 20 ans. ”

L’abandon d’une orientation de participation démocratique chez une partie de ces syndicalistes, qui n’arrivent pas à faire face aux effets concurrentiels de la mondialisation et à l’affaiblissement de l’action collective, nourrit ainsi un repli autoritaire qui se mélange avec une critique violente, mais impuissante du “ système ”, comme le questionnaire le montre.


L’enquête insiste également, tout comme le faisaient les études sur la personnalité autoritaire, sur les différences régionales et culturelles des réactions des différents groupes observés.

L’adhésion aux opinions autoritaires est presque 10% plus élevée en Allemagne de l’Est, comparée à la partie Ouest du pays (27% contre 18%). Manifestement, le discours anti-fasciste officiel du régime socialiste est-allemand, disparu en 1990, semble avoir laissé moins de traces que la socialisation autoritaire qu’il a organisé, à travers le parti unique et les organisations de masse de l’Etat [14].


La conclusion globale de l’enquête de Zeuner confirme en tous points l’approche des “ études sur la personnalité autoritaire ”, à savoir : “ La réceptivité des personnes interrogées aux thèmes de l’extrême-droite ne dépend pas prioritairement de leur statut social, mais surtout de la manière dont ces personnes arrivent à affronter, de manière subjective, les problèmes sociaux qui se présentent à eux. Les résultats de notre enquête décrivent une polarisation entre deux modes d’action distincts : d’un côté, l’engagement démocratique, durable et autonome (en l’occurrence au sein des syndicats), et de l’autre, la délégation des enjeux existentiels à des instances autoritaires qui promettent le pouvoir et la puissance, la sécurité et l’ordre.” [15]

Cette conceptualisation répond sommairement à la typologie proposée par les études sur la personnalité autoritaire que nous allons approfondir par la suite.


Ces résultats contemporains peuvent être complétés par une étude de Rickert, qui insiste sur la différence de réaction d’un groupe individus face aux menaces qui pèsent sur leur statut social. Confrontés au même problème social, en l’occurrence l’accroissement des inégalités de rémunération, les individus qui se distinguent par un caractère social autoritaire adhèrent six fois plus aux réponses répressives, comparés aux individus “non-autoritaires”. Encore une fois, l’enquête empirique montre que la condition sociale objective ne saurait expliquer, à elle seule, le comportement des individus en groupes dont il est question. Rickert constate que les personnes qui répondent le plus au profil de la personnalité autoritaire affirment six fois plus souvent que les autres d’être favorable à la restriction des allocations sociales des plus démunis. Le même groupe déclare huit fois plus souvent que les autres que la sécurité sociale ne doit plus prendre en charge les frais d’un avortement [16]. Cette description quantitative ne dit pas beaucoup sur les motivations particulières des acteurs concernés, c’est-à-dire leur façon d’interpréter subjectivement les moments de crise auxquels ils sont confrontés (perte d’influence chez les syndicalistes, perte de revenu, etc.).


C’est pourquoi nous voudrions approfondir la compréhension de la structuration des différents types de caractères, en recourant aux concepts fondateurs de la Théorie critique...

NOTES

[13] Zeuner, op.cit.
[14] Voir Schiel, Das Gesellschaftsssystem der DDR als Ursache rechtsextremistischer Gewalt in Ostdeutschland, Grin Verlag, Berlin, 2004.
[15] Fichter/Stöss/Zeuner, “ Ausgewählte Ergebnisse des Forschungsprojekts Gewerkschaften und Rechtsextremismus ”, Hans-Böckler Stftung, Düsseldorf, 2005, p. 8.
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede hocus le Dim 26 Sep 2010 15:10

un passant a écrit:
filochard a écrit:"............. que les chômeurs sont des parasites, etc., c'est tout bonnement scandaleux, et ils (les chomeurs) toutes les bonnes raisons, de fait, de conchier ".......:


Le chômeurs assistés, les handicapés assistés et pensionnés, il existe sans doute des chômeurs handicapés indemnisés-pensionnés....De tels boulets ne peuvent avoir aucune conscience de classe, toutes ces indemnités sont du lubrifiant social, il faut de la vrai misère et de la faim pour tout balayer. :rambo:


Ce connard de passant a réussi une synthèse parfaite entre blairisme et nazisme. Bravo.

Hé ho, trou du cul, y a pas de la vrai misère et de la faim dans le monde ? Ca balaye ?

Sale eugéniste de merde.
hocus
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Sam 23 Oct 2010 18:25

tiens , j ai un court metrage de une demi heure sur le proletariat des annees 2000

corbier powa

http://video.google.fr/videoplay?docid= ... 838933414#
fu hsang
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Sam 23 Oct 2010 22:31

Aujourd’hui c’est la fête du Travail !
L’occasion de ressortir ce vieux texte extrait de La Feuille N°24 de Zo D’Axa, écrit il y a 111 ans, mais toujours d’actualité.

A l’heure où les syndicats s’apprêtent à fêter l’aliénation, la collaboration de classe et la Merguez pas fraiche, de nombreux travailleurs ne se laissent plus marcher sur les pieds et séquestrent leurs direction, s’émeutent et s’affrontent avec la valetaille pour reprendre le contrôle de leurs vies, récupérer tout ce que le capital leur a volé, et plus si affinité. Que l’honnête ouvrier se le dise, les ouvriers révoltés auront sa peau.
Car en Mai, ça lui retombe toujours sur le nez.


---

L’Honnête Ouvrier
Par Zo d’Axa (1898)

C’est l’avachissement indécrassable de la masse des exploités qui crée l’ambition croissante et logique des exploiteurs.

Les Rois de la mine, de la houille et de l’Or auraient bien tort de se gêner. La résignation de leurs serfs consacre leur autorité. Leur puissance n’a même plus besoin de se réclamer du droit divin, cette blague décorative ; leur souveraineté se légitime par le consentement populaire. Un plébiscite ouvrier, fait d’adhésions patriotardes, platitudes déclamatoires ou silencieux acquiescements, assure l’empire du patronat et le règne de la bourgeoisie.
A cette œuvre on reconnaît l’artisan.

Qu’il soit de la mine ou de l’usine, l’Honnête Ouvrier, cette brebis, a donné la gale au troupeau.

Un idéal de contremaître pervertit les instincts du peuple. Une redingote le dimanche, parler politique, voter… c’est l’espoir qui tient lieu de tout. L’odieux labeur quotidien n’éveille ni haine ni rancunes. Le grand parti des travailleurs méprise le faignant qui gagne mal l’argent qu’accorde le patron.

On met du cœur au turbin. On est fier de ses mains calleuses.

Si déformés que soient les doigts, le joug a fait pire, sur les crânes : les bosses de la résignation, de la lâcheté, du respect, ont grossi, sous le cuir chevelu, au frottement du licol. Les vieux ouvriers vaniteux brandissent leurs certificats : quarante ans dans la même maison ! On les entend raconter ça en mendiant du pain dans les cours.

– Ayez pitié, messieurs et dames, d’un vieillard infirme, un brave ouvrier, un bon Français, un ancien sous-officier qui s’est battu pendant la guerre… Ayez pitié, messieurs et dames.
Il fait froid ; les fenêtres restent closes. Le vieil homme ne comprend pas…

Instruire le peuple ! Que faudra-t-il donc ? Sa misère ne lui a rien appris. Tant qu’il y aura riches et pauvres, ces derniers s’attelleront d’eux-mêmes pour le service commandé. L’échine des travailleurs est habituée au harnais. Au temps de la jeunesse et de la force, ils sont les seuls domestiques qui ne ruent pas dans les brancards.

L’honneur spécial du prolétaire consiste à accepter en bloc tous les mensonges au noms desquels on le condamne aux travaux forcés : devoir, patrie, etc. Il accepte, espérant ainsi se hisser dans la classe bourgeoise. La victime se fait complice. Le malheureux parle du drapeau, se frappe la poitrine, ôte sa casquette et crache en l’air :

– Je suis un honnête ouvrier !

Ça lui retombe toujours sur le nez.

Zo d’Axa – La Feuille, numéro 24 – 1898

http://www.non-fides.fr/?L-Honnete-Ouvrier
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede destroi! le Mar 19 Avr 2011 15:53

« Classes et dynamique du capitalisme », par Moishe Postone
http://palim-psao.over-blog.fr/article- ... 62410.html
Exister c'est nazi. Mourir c'est stal'.

www.lesanarsaupouvoir.fr
Avatar de l’utilisateur
destroi!
 
Messages: 681
Inscription: Jeu 24 Fév 2011 19:33

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede sebiseb le Mar 19 Avr 2011 17:21

Dernière édition par sebiseb le Mer 20 Avr 2011 09:11, édité 1 fois.
#apt-get install anarchy-in-the-world
#world restart
Anar'mitiés - sebiseb
Avatar de l’utilisateur
sebiseb
 
Messages: 1961
Inscription: Jeu 14 Aoû 2008 14:51
Localisation: Île de France - Centre

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede kratos le Mar 19 Avr 2011 19:20

Elle vient d'où la photo, elle est super marrante.
Kratos est de retour, plus puissant que jamais !!!
Avatar de l’utilisateur
kratos
 
Messages: 594
Inscription: Lun 7 Mar 2011 22:37

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Béatrice le Mar 19 Avr 2011 20:00

Oui , éloquente cette photo ! Car c'est bien là le but ultime du capitalisme :
rendre le coût de la main d'oeuvre gratuite , on aboutit alors au fascisme !
Béatrice
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede sebiseb le Mer 20 Avr 2011 09:15

J'ai rappelé la source sous la photo (ce que je fais habituellement, donc désolé), et a été publié par le journal "La Tribune". Il s'agit de Sarkozy lors de sa visite "aux ouvriers" de la fonderie à Vrigne-aux-Bois dans les Ardennes, hier (ou avant-hier).
#apt-get install anarchy-in-the-world
#world restart
Anar'mitiés - sebiseb
Avatar de l’utilisateur
sebiseb
 
Messages: 1961
Inscription: Jeu 14 Aoû 2008 14:51
Localisation: Île de France - Centre

Précédent

Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité