Sur le prolétariat ....

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Lun 6 Sep 2010 23:21

J'avais déjà phoner à ma psy histoire d'avoir un supplément d'injection létale, mais bon, Blackjocker me rassure, enfin un peu.

Ya un cadre marchand coercitif qui fait subir aux individus bon nombres de saloperies (à faire aussi), et dire comme par ex. Arendt que les gens ne font que leur travail, qu'ils sont innocents, "aveuglés", c'est certes en partie le cas, et c'est surtout cela qui est inacceptable. "Le travailleur est-il nazi ?", quand ce n'est pas un "excès de caricature" c'est utilisé dans la même optique que les commentaires de Gunter Anders sur le travail. "Nazi" pourrait être remplacé par "collabo", "indifférent", "nihiliste"... parce que en matière de "suspension de conscience morale" (avec pourtant "la bonne conscience de travailleur", intouchable), dès qu'on travaille, y'en a un paquet qui sont concernés, et j'en faisais partie : j'ai accuser à tort et à travers les banquiers, les financiers, les méchants patrons qui délocalisent, etc., c'était un point de vue moral qui ne remettait pas en cause le cadre les conditionnant plus ou moins comme moi (enfin depuis "le début de mon adolescence" j'aime quand même pas trop bosser), statut/échelon social que je ne jalouse pas/plus.

Après multiples lectures, réflexions, rencontres... c'est évidemment cette structure qu'il faut péter et qui permet de reproduire tant de saloperies, du mépris du paresseux, de l'oisif, du chômeur ("ceux qui ont plus de temps dit libre"), etc. aux génocides, c'est cette forme valeur englobant et dissociant "tout" qui doit être dépassée. Pour péter cette forme/structure c'est, je crois, commencer par nier (au sens de refus) le travail, que la production/proposition de biens/services soit encadrée par la forme valeur, c'est la négation du "prolétariat comme conscience de classe" (parce que aussi c'est poussiéreux comme "concept"), etc.

Je ne dis pas que c'est généralisé (heureusement) mais je lis, j'entends encore "Négation du Sujet révolutionnaire, ah ben non, c'est à notre identité que tu touches! Le post-capitalisme se fera grâce à nous, du point de vue du travail !"... D'ailleurs, je suis aussi contre l'autogestion (marchande entendons-nous), et comme dit Geoffrey (vas y mors Pierrot), c'est être considéré comme "fou" dès qu'on en parle même sous cette forme, ou comme "micro-résistance", bref tout ça c'est être considéré comme "passéiste empli d'illusions de jeunesse", etc. Ou alors c'est la sublimation : "putain à Lille, chez Renault, ils ont même parlez d'autogestion !" Dans les deux cas ça me plait pas vraiment, non pas que ce "j'en foutisme totalisant" ou la sublimation me rassure complètement, mais parce que j'ai pas envie de réchauffer du moisi, cad tout ce qu'il y avait de conservateur dans le mouvement ouvrier, Mai 68 y compris. Et ce sentiment, je suis pas seul à le partager.

Et cracher sur des travailleurs ce n'est pas cracher sur les travailleurs.
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede joe dalton le Mar 7 Sep 2010 01:17

pierot a écrit:te comporter comme un espèce d'aristo.

les aristos cela n'existe plus vraiment et ce n'est pas un courant en tout cas, a moins de s'en tenir sur un plan plus théorique, et de dire que l'esprit aristocrates se retrouve en dehors des l'aristocratie elle même ! je ne crois pas que skum dis qu'il soit bien que d'autre travaille pendant que lui sirote un malibu sur la plage ! d'ailleurs même l'aristocratie dans l'univers réel quand elle a affirmer cela, cela a été sa fin ! l'aristocratie justement quand elle s'est mis en place, c'etait ceux qui faisait la guerre, quand les autres travaillais, sorte de division de travail, quand la division du travail n'existait pas vraiment ! les grande éminence grise se faisant anoblir quand ils sortaient de leurs statut d'intrigueur, ou rentrait dans la catégorie "clergé" !
c'est d'ailleurs bien pourquoi une certaine frange du discours autonomes me semble incarner l'esprit aristocratique : traitre ou lanceurs de cocktails molotovs !

après et c'est marrant que vu ta position a chaque fois tu sorte" qu'est ce que tu fais dans les luttes ? " est ce que tu dis cela a tout les non-militant prolétaire qui ne sont pas d'accord ? cette légitimité par les haut fait d'armes militant ma l'air un peu contradictoire avec ta défense du prolétaire moutonisé a qui perso, je ne reproche pas d'être un mouton, vu que je sais bien qu'il y a tout un appareil qui le pousse a etre un mouton, et qui est très dur a contrer, qui t'absorbe ! et qu'aucune perspective ne vient lui proposer un choix différend que "tu travail pas, tu mange pas !" !

mais pour revenir au sujets, certainement que le prolétaire ne se pare pas de toutes les vertus et qu'il n'est pas "le sujet revolutionnaire parfait" ; mais dominé sans raisons (autre que de boire des malibus sur des plages a toutes heures de la journée) et donc l'oppression se situe en dehors des genres, des races, des ages, on ne peut pas lui enlever !
que ceux qui pensent qu'une liberté absolue, qu'un age d'or etc peut exister en dehors de la fin du prolétariat(et pas un changement de nom des mêmes, comme la nouvelle culture bourgeoise s'y emploient) me l'explique !
croyez toujours vroum, ce n'est pas un trotskiste !.
joe dalton
 
Messages: 984
Inscription: Mer 14 Juil 2010 00:33

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Antigone le Mar 7 Sep 2010 09:34

Comme le capitalisme est avant tout un rapport social, les classes sociales se distinguent entre elles par la manière dont elles s'y rattachent. La globalisation de la valeur a pris une telle importance depuis la fin de la Seconde guerre mondiale qu'on ne peut plus regarder le capitalisme sous l'angle des seuls rapports de production et de propriété comme on le faisait au temps de la Révolution industrielle.

Je pense que le temps (de vie) est un bon repère pour cerner la nature du rapport que nous entretenons avec le système.
Il y a une énorme différence entre ceux (la bourgeoisie) qui gèrent leur activité et leurs affaires sur le long ou moyen terme, avec un agenda, un planning. Pour eux, la représentation, les restaurants, les voyages sont parties intègrantes de leur travail. Ils tirent de leur position des moyens qui leur permettent de s'affranchir d'une multitude de contraintes.
... Et ceux dont la vie toute entière est règlée en fonction des horaires d'embauche. Il n'y a aucune forme de liberté possible à espérer quand les journées commencent avec la sonnerie du réveil et sont rythmées avec celle du portable. Pour eux, le salariat est déjà en soi une astreinte à résidence, en plus de savoir qu'aucune des heures de la journée qui débute à peine ne leur appartiendra pleinement.

Au sein de cette dernière catégorie, il y a des éxécutants (employés, ouvriers) et des petits chefs dont les services sont rétribués à la hauteur de leur servilité et de leur adhésion aux objectifs de l'entreprise. Les rapports hiérarchiques sont des rapports de domination, mais ils sont inclus dans un système plus global de restriction de la liberté. Sans cette restriction avec les contraintes de vie qui y sont liées, les rapports hiérarchiques seraient sans fondement.

Dans ces conditions, les moments "libres" (week-end, congés ou le temps qui sépare deux vacations) sont juste assez longs pour permettre à la force de travail de se reproduire sans s'éroder prématurément. Mais ces périodes de repos, de loisirs et d'occupations diverses et variées sont également porteuses d'une valeur potentielle que le système s'est efforcé d'exploiter par le biais de la consommation.

Les travailleurs sont des marchandises qui créent par leur travail de la valeur et de la richesse, certes mais pas seulement. En dehors du temps passé à ce travail salarié, ils n'échappent pas aux propriétés de la valeur. De la même façon que l'argent perd de sa valeur quand il ne s'investit pas (quand il ne travaille pas), ils utilisent une partie de leur salaire pour acheter des marchandises et permettre aux réalisations du système d'être rentabilisées.

Ainsi pour moi, ce qui caractérise le prolétariat moderne, c'est une forme particulièrement perverse d'aliénation. Il vend son temps de vie pour s'acheter une liberté illusoire qui contribuera à lui voler toujours plus de vie, altérer sa santé, créer toujours plus de frustrations. La résignation qui prend corps année après année fait le reste. Et comme "on" lui a mis dans la tête qu'on ne pouvait pas vivre mieux autrement, ce que confirme ce qu'il voit autour de lui...

Il faut cesser de chercher à analyser le XXIe siècle en utilisant les concepts du XIXe. Le prolétariat n'est plus celui de Dickens et de Zola parce que le capitalisme a lui-même évolué. Il s'est d'abord développé en exploitant le temps actif de ce prolétariat en lui imposant par la force des conditions de vie abominables, puis, à la suite des guerres de 1914 et 1940 selon les pays, il s'est mis à exploiter son temps passif en y investissant énormément d'argent et d'intérêts (télé, pub, bagnole, sport, mode et autres valorisations...).
Le prolétariat moderne est aujourd'hui constitué de la masse des individus qui n'ont pas la maitrise de leur temps et dont la totale allégeance au système et la pleine confiance envers le mode de représentation du pouvoir proviennent des avantages et des compensations que leur procure exclusivement leur temps passif.

Mais la crise que traverse le capitalisme depuis l'embellie des Trente Glorieuses (1945-75) est en train de changer peu à peu (mais trop lentement à l'échelle d'une vie) les choses et les esprits. Le doute commence à s'installer au sein d'une classe que l'on avait cru "embourgeoisée", parce que, baisse tendancielle du taux de profit ou pas, le capitalisme est dans la situation d'une locomotive qui en arrive à brûler son mobilier pour continuer à avancer. L'allongement du temps actif (travailler plus et plus longtemps) tout comme le chomage et l'assujettissement au temps par la précarité s'effectuent par voie de conséquence au détriment du temps passif.

Evidemment, les nostalgiques du temps jadis qui manifestent aujourd'hui pour défendre les acquis sociaux souhaiteraient voir revenir l'époque bénie où le patronat leur lançait de gros nonosses à eux ou à leurs parents. Mais bientôt la génération qui n'aura vu ni de près ni de loin la couleur des nonosses pourra légitimement s'interroger sur ce qui la rattache encore au sysyème et sur ce qu'elle en attend encore. Toutes les révoltes se nourissent du sentiment de liberté, et celui que le capitalisme a vendu pendant ces dernières décennies pourrait lui servir de charbon.
Dernière édition par Antigone le Sam 16 Oct 2010 13:48, édité 1 fois.
Ni rouge, ni noir. Révolutionnaire sans drapeau.
L'Autonomie, ça devrait ressembler à ça
Avatar de l’utilisateur
Antigone
 
Messages: 1694
Inscription: Jeu 19 Mar 2009 17:44
Localisation: Nantes (44)

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede BlackJoker le Mar 7 Sep 2010 13:15

pierot a écrit:Le discours individualiste et de négation de la lutte des classes


tu dois avoir des problèmes de lecture. J'ai dit plus haut justement "une lecture selon la place de chacun au sein des rapports de production ( classe dominée/ classe dominante)" donc je ne nie pas cela. Dsl de détruire un fantasme récurrent. Je n'en fais pas une lecture ultime et pense qu'elle doit être complétée par d'autres approches.
Et sinon, je ne suis pas individualiste, pas plus que coco-lib. Je suis anarchiste. C'est déjà pas mal...


pierot a écrit:, le mépris par une petite bourgeoisie, même déclasée, envers la classe ouvrière,


Encore un jugement qui n'a pas lieu d'être. Non je ne suis pas issu d'une famille de "bourgeoisie déclassée", mais bien du prolétariat. Il te faut une copie scannée de mon arbre généalogique?

pierot a écrit: envers les exploités, qui ne remplieraient pas les objectifs que ce type de militant par procuration espèrent voir tomber du ciel,


Bis répétitat. Tu n'en sais rien, et tombes encore dans la caricature que j'ai dénoncé plus haut ( à savoir juger sur le prétendu engagement des individus qui te répondent et ne sont pas d'accord.) Non je ne vis pas par procuration, ne t'inquiète pas pour ça. Mais bon jvais pas rentrer dans ce petit jeu de qui est le plus actif, je n'en vois pas l'intérêt ( mis à part une sorte de trip égocentrique visant à créer une hiérarchie par ce critère, critère bien abstrait d'ailleurs, car il faut voir ce que l'on entend par "actif" et "lutte" tant ça peut recouvrir bien des choses).

pierot a écrit:Est-ce que les lignes bougent d'ailleurs, je ne pense pas, et cela parce qu'il y a bien des sensibilités historiques qui justement ne se complètent pas vraiment, comme on le voit.


comme on le voit? Ben non justement, lorsqu'on sort de la caricature, on voit que l'on peut compléter diverses approches, individuelles/collectives, et ne pas se limiter à un critère de lecture seul et ultime. Et que l'on peut reconnaitre l'existence de classes antagonistes tout en gardant un esprit critique et en étant pas dans la béatification de l' Ouvrier ou du Prolétariat.

pierot a écrit:Autre chose, mais de la même veine, c'est ce mépris pour les luttes qui visent à améliorer nos conditions de vie, même dans ce monde actuel, et qui feraient de tous ceux et toutes celles qui luttent en portant des revendication des traitres à la cause.


Personnellement je n'ai aucun mépris pour ceux qui veulent améliorer leurs conditions de vie. Je ne leur jette pas l'anathème et je comprends cette démarche. Je dis juste que pour moi celle ci n'est pas révolutionnaire, puisqu'elle incombe le fait de repousser à plus tard la chute du capitalisme, en partant du fait que l'on peut s'accommoder avec celui-ci encore un moment, et un peu mieux, en se protégeant avec des acquis ( un peu illusoires ). Dire ça ce n'est pas porter un discours de "traitres" ou je ne sais quoi. C'est une critique politique seulement. Ça ne change pas le fond du problème, du système, même si ça se comprend, étant donné que tout à chacun aspire à vivre mieux.
BlackJoker
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Mer 8 Sep 2010 20:33

C'est de culpabilisation, stigmatisation... que je parlais. Les chômeurs paient leurs taxes, impôts, etc. comme les travailleurs ; et je ne suis pas patron cad que je n'exploite/profite pas, encore que "profit" n'a pas qu'une connotation négative. Et la "lutte" n'est pas un argument excusant ces saloperies que des travailleurs (syndicalistes, ouvriers, artisans, médecins...) font subir aux individus probablement plus démunis qu'eux, puis c'est complètement et heureusement HS ! Mais si les lutteurs veulent se déchainer qu'ils le fassent sur les tyrans plutôt que sur des plus tyrannisés qu'eux, on verra qui a les gros bras ! Et c'est sûrement pas en lâchant "profiteur", "assisté de l'Etat", etc. que l'estime réciproque s'établira : l'argent et le travail honnêtes sont des mythes, des hochets puants qui, de toute façon, présuppose un (supra)Etat moderne. Et si on suit la logique de certains lutteurs, ce (supra)Etat il faudrait le défendre ? Si on est pas d'accord faudrait aller dans le désert planter des patates (bonjour l'aliénation des Robinsons !) pour avoir le droit de revenir critiquer ? Le "travail producteur de marchandises" (pléonasme), l'argent c'est bien, c'est intouchable parce que ce sont des dominés, exploités, aveuglés, moutonnisés qui "les produisent" de manière aliénée ? C'est quoi cette mentalité chrétienne ?!!!

Puis ça ne dit toujours ce qu'est "lutter" : lutter c'est "faire quelque chose/influer", contrairement à parler ("brasser du vent") ? Parce que si lutter est la seule "option" qui permet "d'influencer le réel" je vois pas pourquoi même les lutteurs ouvrent la bouche ! (ça doit le faire, vraiment !) Moi, quand je parle ou quand on me parle, il y a des transferts d'idées, une réflexion, une compréhension donc un "effet sur le réel", donc si je suis leur logique, je lutte également ! - ça me changera de mes 25 h sur 24 passées à jouer au Solitaire sur Playstation, comme diront les travailleurs, les lutteurs, les "vrais", "ceux qui ont des grosses couilles de mec !"

On aurait pas le droit de "cracher dans la soupe", sur un système indifférent et qui pousse à l'indifférence, l'irresponsabilité ? Ca m'étonne pas : des travailleurs s'étant identifiés à leur boulot, si tu y touches c'est à leur identité que tu touches, si ce n'était pas le cas comme se fait-il que tant de secteurs, de "corporations" se soudent les coudes dès qu'il s'agit de bousculer la structure sur laquelle ils reposent, se sont construits ? Si on accepte pas l'(auto)critique, raison de plus alors pour cracher sur ces conservateurs, traduire ces curés (clin d'oeil aux CCC) qui vous interdisent de "mordre la main qui nourrit" ! Prolétariat (encore un hochet poussiéreux) ou non, je m'en contrefous : "tu joues les curés, les gros bras, t'es une raclure ? et bien assume ! Mais moi, je laisse pas passer, t'inquiètes, je t'attends au tournant !"

ps: je suis en train de lire la brochure du ML sur le "Travail flexible..." C'est réjouissant d'y voir une grosse partie du "Manifeste contre le travail" et des bribes de "Bye bye turbin!" d'Yves le Manach dans lesquelles le prolétariat est attaqué (critique réactualisée de manière "plus intello" notamment par Moishe Postone). Il y a aussi un texte s'influençant sur certains venant d'une association de chômeurs parisienne "dénonçant" les "boucémissarisations", le titre c'est "TRAVAIL/ CHOMAGE : ne pas se tromper d'ennemi!" (si il est dispo en ligne, collez le)
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Isabelle le Jeu 9 Sep 2010 07:42

!
Dernière édition par Isabelle le Jeu 9 Sep 2010 17:40, édité 1 fois.
Au pays des borgnes, les cyclopes sont aveugles.
Avatar de l’utilisateur
Isabelle
 
Messages: 85
Inscription: Jeu 29 Juil 2010 18:24

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede BLACKPANTHER le Jeu 9 Sep 2010 12:38

:shock:


Gné???!!!!!!!
BLACKPANTHER
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede sebiseb le Jeu 9 Sep 2010 19:38

Image
#apt-get install anarchy-in-the-world
#world restart
Anar'mitiés - sebiseb
Avatar de l’utilisateur
sebiseb
 
Messages: 1961
Inscription: Jeu 14 Aoû 2008 14:51
Localisation: Île de France - Centre

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Ven 10 Sep 2010 00:18

Ce sont des boutiquistes super sectaristes de la CNT qui doivent baver leur haine quand ils voient ces placards! (paix à leur âme), ceux qui vous disent, par ex. "Ceux qui crachent sur le travail et les travailleurs n'ont jamais eu à vendre leur force de travail !" - ça sent le discours flico-étatique ("Identité SVP!"), à respecter, interdiction d'être ingrat envers un système qui l'est totalement, duquel il n'y a que deux "choses" à attendre : de la mort, et de la monnaie qui n'est autre que du travail mort objectivé sous cette forme.

Extraits de textes cités plus haut (lire avec des réserves), pour mes amis lutteurs qui, apparemment, n'ont pas encore découvert qu'il y avait plusieurs millions de travailleurs racistes en France, notamment :

Le discours sur le plein emploi est un instrument de guerre idéologique et politique dont les objectifs sont multiples...

Culpabiliser celui qui est au chômage. Le discours dominant prétend que du travail, il y en a toujours eu, et qu'il y en a encore pour celui qui en veut vraiment. Si le chômeur n'en trouve pas c'est qu'il est fainéant ou qu'il ne veut pas en trouver. Hélas, beaucoup d'entre nous le croient plus ou moins, ils sont honteux, ils rasent les murs (gratis), ils n'osent pas dire qu'ils sont chômeurs, comme d'autres refusent de se déclarer étrangers ou homosexuels. C'est ramener le chômage à un problème individuel et donc nier l'hypothèse de luttes collectives et d'organisations des chômeurs. C'est renforcer l'isolement. C'est cacher derrière un "problème" de volonté personnelle la transformation globale nécessaire de la société qu'impliqué une solution au chômage. C'est aussi ouvrir la porte aux solutions individuelles : clochardisation, délinquance et quelquefois suicide.

Le plein emploi existe mais ce sont les immigrés qui piquent le travail des "bons français". Vous reconnaissez au passage le discours de l'extrême-droite. Cet argument vicieux nécessiterait une analyse économique précise que nous ne ferons pas aujourd'hui.

Relevons tout de même une première contradiction : plaider, d'un côté, pour la liberté totale d'entreprendre en promettant de l'autre le plein emploi est une vaste tromperie. La liberté d'entreprendre, c'est la concurrence sauvage, la guerre économique, le chaos de la production, les faillites quotidiennes, la chute libre des salaires pour être "compétitifs"... et être compétitifs aujourd'hui sur le marché international, ce sont les délocalisations vers les pays aux salaires de misère, qui dit mieux ?
La seconde contradiction c'est que ce sont moins les immigrés que la modernisation technologique qui supprime des postes de travail. Hier, les immigrés ont permis, en "acceptant" les plus bas salaires, de continuer à faire fonctionner des usines anciennes et démodées. Les patrons, en les faisant venir, ont permis à un appareil industriel vieillissant de rester compétitif sans avoir à le mettre à niveau sur le plan technologique (et que les immigrés aillent faire soigner leurs accidents ou maladie du travail dans leur pays d'origine). Maintenant que la modernisation est devenue obligatoire, dans le cadre de l'économie de marché mondiale, il n'y aurait plus qu'à virer les immigrés. Non pas pour les remplacer par des travailleurs "nationaux" mais pour détruire les vielles usines et donc les postes de travail qu'ils occupaient.

La solution anti-immigrés n'est pas une solution. L'objectif premier du discours anti-immigrés est d'envenimer les rapports sociaux, de dresser les bons travailleurs français contre les immigrés, d'implanter le racisme pour le manipuler. C'est la vieille tactique du bouc-émissaire : diviser sur des illusions, provoquer des tensions pour justifier le besoin de sécurité, d'ordre, pour régler militairement les problèmes sociaux.

Le discours anti-immigrés donne au travail un nouveau sens, un sens illusoire : le travail relèverait de la défense de la nation, de la race, de la culture, de l'effort de guerre...

Le salaire perd alors sa valeur. Il n'est plus un des résultats de la lutte des classe, un droit du travailleur, une redistribution (injuste, bien sûr) des richesses produites. C'est l'idée même de redistribution (fût-elle injuste) des richesses qui disparaît. Le salaire, par le bais d'un discours "d'intérêt général" (ou "national") n'est plus qu'une solde permettant aux travailleurs de survivre ; une aumône lâchée à regret puisqu'elle serait mieux employée dans "l'intérêt général" (ou "national").

Revendiquer alors un salaire plus élevé devient un acte fondamentalement égoïste et irresponsable, un acte subversif qui met en jeu l'existence même de la nation, de la race, de la religion, le redressement économique ou ... (remplacez les points de suspension par les mots imposés à coup de matraque par l'idéologie dominante du moment).

Cette tactique du bouc-émissaire doit donc commencer par porter sur une fraction faible de la population autour de laquelle il est facile de faire converger la haine de beaucoup d'autres ou, à défaut, d'être certain de leur indifférence.

En s'aidant de cette haine ou en prenant garde de maintenir l'indifférence, on peut alors donner au pouvoir ou à une partie du pouvoir les moyens et l'habitude d'écraser sous la botte ceux qui gênent la transformation de la société en un régiment disciplinaire et peu payé (l'un ne pouvant aller sans l'autre).

Chômeurs, nous sommes fragiles, nous pouvons à notre tour être désignés comme boucs-émmissaires (le discours sur l'assistanat comme mauvaise méthode qui risque de nous installer dans la paresse en est l'amorce) et, par peur, nous pouvons également être transformés en bourreaux : chômeurs contre immigrés, quelle belle bagarre ! Que certains politiciens regarderaient avec délice du haut de leur tribune.

Attention ! Ce serait une lutte fratricide que seul le désespoir peut arriver à provoquer. Après les immigrés, ce sera le tour des chômeurs, ou des jeunes, ou des syndicats, ou des Juifs, etc. Ces erreurs d'alliance avec les démagogues ont toujours été désastreuses dans l'histoire du mouvement ouvrier. Il ne faut laisser passer nulle part ce discours de haine. Il faut le bloquer, sans cesse ! Sur ce point notre retard se creuse...


La fin du prolétariat

Cette fin du prolétariat, beaucoup n'en veulent pas. De quoi vivraient-ils, s'il n'y avait des prolétaires à plumer ?
Oublions, l'espace d'un instant, les exploiteurs bien connus ; aisément identifiables par l'argent qu'ils ponctionnent. Concentrons-nous plutôt sur les "défenseurs de la classe ouvrière". De ceux-là, on ne se méfie guère. Ici encore, ouvrons le livre d'Yves Le Manach [Bye, bye, turbin !]: Que deviendraient les syndicats et les partis ouvriers, sans travailleurs ? Que l'on augmente les salaires, que l'on améliore les conditions de travail, oui, mais surtout que l'on ne remette pas en question le travail. Car syndicalistes et politiciens "de gauche", s'activent au sein d'organisations exigeant la prépondérance de leur groupe. Dès lors, afin d'acquérir ce pouvoir tant convoité, les "réformistes" ont besoin d'une "clientèle", et les "révolutionnaires" d'une "masse" ; agissant de ce fait en faune parasite, qui prospère sur la sueur du grand nombre. Ainsi, grâce à l'aval des classes laborieuses, une "gauche réaliste" rejoint la "droite sociale" au plus profond de la "pensée unique". Tout comme on nous vante le "droit au travail" et la "dictature du prolétariat", puisque ces concepts introniseraient l’État-patron communiste. Mais, une fois de plus, mentionnons l'ouvrage précité : Opposer le pouvoir du prolétariat au pouvoir de la bourgeoisie, c'est ne pas tenir compte du devenir du prolétariat qui est sa propre disparition [...] À quoi servent ceux qui veulent améliorer le travail à ceux qui ne veulent plus travailler ? Yves, à ce moment pointe un doigt accusateur : Nous servons à justifier votre existence [...] Ce qui vous gêne le plus, c'est le fait que l'automation vous remette autant en question que la bourgeoisie, dans la mesure où elle remet en question le travail lui-même […] Pour vous, les revendications sont uniquement quantitatives, et vous vous arrangez pour qu'elles cadrent avec les intérêts du pouvoir [...] L'usine à laquelle vous nous attachez par votre complicité revendicative [...] on la vomit. Et, dans un cri de colère, notre camarade lance avec force : Salauds ! On les connaît vos usines, vos partis, vos syndicats.

---

..Le plus curieux à noter, cependant, est l’incohérence dont Michel Henry fait preuve quand il veut rattacher Marx in extremis au christianisme. Il note, à juste titre, que l’athéisme avoué de Marx n’est pas une preuve contre la thèse qui fait de Marx un des rares penseurs chrétiens de la philosophie occidentale.

Ce qui compte, ce n’est d’ailleurs pas ce que Marx pensait et que nous ignorons, c’est ce que pensent les textes qu’il a écrits.[40]

Fort de ce principe général, Michel Henry distingue deux christianismes de Marx, celui des « Manuscrits de 44 » qui « résulte de la transposition de certains thèmes chrétiens dans une métaphysique de l’universel » et d’autre celui de la période ouverte par l’Idéologie Allemande « qui n’est justement rien d’autre qu’une restauration contre cette métaphysique d’une philosophie ou du moins d’une pensée de l’individu. »[41] Marx a peu de chances d’échapper à l’étiquette « penseur chrétien » puisque les deux phases de son œuvre dont Michel Henry aiguise (souvent de façon fort pertinente) les oppositions peuvent également être subsumées en dernière instance sous la catégorie de christianisme. Or, nous partageons l’analyse de Michel Henry concernant les Manuscrits de 1844 :

La critique de la religion prétendait nous faire sortir de la sphère religieuse et nous arracher à ses constructions fantasmatiques, prétendait nous introduire dans le domaine de la réalité et, plus précisément, avec l’Introduction de 1844, dans le domaine de la réalité allemande, de l’histoire allemande et du prolétariat qui s’y forme. Mais le prolétariat n’est qu’un substitut du Dieu chrétien, l’histoire qu’il promet et va accomplir n’est que la transcription profane d’une histoire sacrée.[42]

Ce que pointe ici Michel Henry, c’est tout simplement ce qui formera plus tard l’ossature du « marxisme orthodoxe », cette religion messianique pour la nouvelle classe des salariés, ce marxisme orthodoxe qui est l’ensemble des contresens faits sur Marx...

in À nouveau sur le Karl Marx de Michel Henry par Denis Collin
http://denis-collin.viabloga.com/news/a ... chel-henry

---

...Marx parle dans les Grundrisse de la subsomption des hommes et de leurs relations sous la dynamique du Capital. Leur activité s’insère effectivement dans les mouvements du capital et dans les champs qu’il structure. Les objets qu’ils produisent ou consomment sont des objets formés ou préformés par le capital et en tant que sujets ils sont les sujets du Capital. Qu’ils soient salariés ou capitalistes, importe peu, ils sont les support de processus qui les dépassent...

in Marx l’obstiné par Jean-Marie Vincent
http://palim-psao.over-blog.fr/article- ... 80435.html

---

Le mouvement ouvrier : un mouvement pour le travail.

Le mouvement ouvrier classique, qui n'a connu son apogée que longtemps après le déclin des anciennes révoltes sociales, ne luttait plus contre le travail et ses scandaleuses exigences, mais développait presque une sur-identification avec ce qui paraissait inévitable. Il n'aspirait plus qu'à des "droits" et à des améliorations dans le cadre de la société de travail, dont il avait déjà largement intériorisé les contraintes. Au lieu de critiquer radicalement la transformation de l'énergie humaine en argent en tant que fin en soi irrationnelle, il a lui-même adopté le "point de vue du travail" et a conçu la valorisation comme un fait positif.

Ainsi le mouvement ouvrier a-t-il hérité à sa façon de l'absolutisme, du protestantisme et des Lumières. Le malheur du travail s'est mué en fausse fierté du travail, qui redéfinit la domestication de l'individu en matériel humain de l'idole moderne pour en faire un "droit de l'homme". Les ilotes domestiqués du travail ont inversé pour ainsi dire les rôles idéologiques et ont fait preuve d'un zèle de missionnaires d'une part en exigeant le "droit au travail" et d'autre part en invoquant le "devoir de travail pour tous". La bourgeoisie n'était pas combattue en tant que "fonctionnaire" de la société de travail, elle était au contraire traitée de "parasite" au nom même du travail. Tous les membres de la société, sans exception, devaient être enrôlés de force dans les "armées du travail".

Le mouvement ouvrier est ainsi lui-même devenu un accélérateur de la société de travail capitaliste. Dans l'évolution du travail, c'est lui qui imposa, contre les "fonctionnaires" bourgeois bornés du XIXe et du début du XXe siècle, les dernières étapes de l'objectivation; presque comme, un siècle plus tôt, la bourgeoisie avait pris la succession de l'absolutisme. La chose fut possible uniquement parce que, au cours de la déification du travail, les partis ouvriers et les syndicats se sont référés de façon positive à l'appareil d'État et aux institutions de l'administration répressive du travail qu'ils ne voulaient pas supprimer mais investir dans une sorte de "marche à travers les institutions". Ainsi, ils poursuivirent, comme avant eux la bourgeoisie, la tradition bureaucratique de la gestion des hommes dans la société de travail telle qu'elle existait depuis l'absolutisme.

Mais l'idéologie d'une généralisation sociale du travail nécessitait également un nouveau rapport politique. Dans la société de travail qui ne s'était encore imposée qu'à moitié, il fallait remplacer l'ordre corporatiste et ses différents "droits" politiques (le droit de vote censitaire, par exemple) par l'égalité démocratique générale de l'"État de travail" achevé. Par ailleurs, il fallait réguler, selon les préceptes de l'"État social", les différences de régime dans le fonctionnement de la machine de valorisation, puisque celle-ci déterminait maintenant la totalité de la vie sociale. Là aussi, c'est au mouvement ouvrier qu'il revint d'en fournir le paradigme. Sous le nom de "social-démocratie", il devint le plus grand "mouvement citoyen" de l'histoire, mouvement qui ne pouvait cependant être qu'un piège tendu à celui-là même qui l'avait posé. Car, en démocratie, tout est matière à négociation, sauf les contraintes de la société de travail qui, elles, sont posées en tant que postulats. Ne sont discutables que les modalités et les formes de développement de ces contraintes. Nous n'avons le choix qu'entre Omo et Persil, la peste et le choléra, l'effronterie et la bêtise, Jospin et Chirac.

La démocratie de la société de travail est le système de domination le plus pervers de l'histoire : c'est un système d'auto-oppression. Voilà pourquoi cette démocratie n'organise jamais la libre détermination des membres de la société à propos des ressources communes, mais uniquement la forme juridique des monades du travail, socialement séparées les unes des autres, qui ont à rivaliser pour vendre leur peau sur le marché du travail. La démocratie est le contraire de la liberté. C'est ainsi que les hommes du travail démocratiques se divisent nécessairement en administrateurs et administrés, en patrons et commandés, en élites de fonction et matériel humain. Les partis politiques, notamment les partis ouvriers, reflètent fidèlement ce rapport dans leur structure. Le fait qu'il y ait des chefs et des troupes, des personnalités et des militants, des clans et des godillots témoigne d'un rapport qui n'a rien à voir avec un débat ouvert et un processus de décision commune. Que les élites elles-mêmes ne puissent être que des fonctionnaires assujettis à l'idole Travail et à ses décrets aveugles fait partie intégrante de la logique de ce système. Au plus tard depuis le nazisme, tous les partis sont devenus à la fois des partis ouvriers et des partis du capital. Dans les " sociétés en voie de développement " de l'Est et du Sud, le mouvement ouvrier s'est mué en parti-État chargé de réaliser, par la terreur, la modernisation tardive du pays ; à l'Ouest, en un système de " partis populaires " dotés de programmes interchangeables et de figures représentatives médiatiques. La lutte des classes est terminée parce que la société de travail l'est elle aussi. À mesure que le système dépérit, les classes se révèlent les catégories socio-fonctionnelles d'un système fétichiste commun. Quand la social-démocratie, les Verts et les anciens communistes se signalent dans la gestion de la crise en mettant au point des programmes de répression particulièrement abjects, ils montrent qu'ils sont les dignes héritiers d'un mouvement ouvrier qui n'a jamais voulu que le travail à tout prix.

" Le travail doit tout régenter,
Seul l'oisif sera esclave,
Le travail doit régner sur ce monde,
Car le monde n'existe que par lui. "
Friedrich Stampfer, l'Honneur du travail, 1903

http://infokiosques.net/spip.php?article27
Dernière édition par filochard le Ven 10 Sep 2010 00:27, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Ven 10 Sep 2010 00:26

Trois autres pour mes amis travailleurs, pis c'est tout :

Aggravation et démenti de la religion du travail.

Le nouveau fanatisme du travail, avec lequel cette société réagit à la mort de son idole, est la conséquence logique et le stade terminal d'une longue histoire. Depuis la Réforme, toutes les forces porteuses de la modernisation occidentale ont prêché la sainteté du travail. Surtout au cours des cent cinquante dernières années, toutes les théories sociales et tous les courants politiques ont été obsédés par l'idée du travail. Socialistes et conservateurs, démocrates et fascistes se combattaient férocement, mais en dépit de la haine mortelle qu'ils se vouaient les uns aux autres, ils ont toujours sacrifié tous ensemble à l'idole Travail. "L'oisif ira loger ailleurs", ce vers de l'hymne ouvrier international a trouvé un écho macabre dans l'inscription Arbeit macht freisur le portail d'Auschwitz. Les démocraties pluralistes de l'après-guerre ne juraient que par la dictature perpétuelle du travail. Et même la constitution de la Bavière archi-catholique instruit les citoyens dans le sens de la tradition protestante qui remonte à Luther : "Le travail est la source du bien-être du peuple et jouit de la protection particulière de l'État." À la fin du XXe siècle, alors que presque toutes les oppositions idéologiques se sont évanouies, il ne reste plus que l'impitoyable dogme commun qui veut que le travail soit la vocation naturelle de l'Homme.

Aujourd'hui, c'est la réalité de la société de travail même qui vient démentir ce dogme. Les prêtres de la religion du travail ont toujours prêché que la " nature de l'homme " était celle d'un animal laborans.Et que celui-ci ne deviendrait vraiment homme qu'en soumettant, à l'instar de Prométhée, la matière à sa volonté pour se réaliser dans ses produits. Si ce mythe du conquérant du monde, du démiurge censé avoir une vocation, a toujours été dérisoire face au caractère pris par le procès de travail moderne, il pouvait encore avoir un fondement réel au siècle des capitalistes-découvreurs de la trempe d'un Siemens, d'un Edison et de leurs personnels composés d'ouvriers qualifiés. Mais depuis, cette attitude est devenue complètement absurde.

Aujourd'hui, qui s'interroge encore sur le contenu, le sens et le but de son travail devient fou - ou bien un élément perturbateur pour le fonctionnement de cette machine sociale qui n'a d'autre finalité qu'elle-même. L'homo faberde jadis, qui était fier de son travail et prenait encore au sérieux ce qu'il faisait avec la manière bornée qui était la sienne, est aussi démodé qu'une machine à écrire. La machine doit continuer à tourner à tout prix, un point c'est tout. Et c'est la tâche des services marketing et de légions entières d'animateurs, de psychologues d'entreprise, de conseillers en image et de dealers d'en fournir le sens. Là où motivation et créativité sont les maîtres mots, on peut être sûr qu'il n'en reste rien - ou alors seulement en tant qu'illusion. C'est pourquoi les capacités à l'autosuggestion, à l'autopromotion et à la simulation de la compétence prennent place aujourd'hui parmi les vertus les plus importantes des managers et des ouvriers qualifiés, des vedettes médiatiques et des comptables, des professeurs et des gardiens de parking.

Par ailleurs, la crise de la société de travail a totalement ridiculisé l'idée selon laquelle le travail serait une nécessité éternelle imposée à l'homme par la nature. Depuis des siècles, on prêche que l'idole Travail mérite nos louanges pour la bonne et simple raison que les besoins ne peuvent se satisfaire tout seuls, sans l'activité et la sueur de l'homme. Et le but de toute l'organisation du travail est, nous dit-on, la satisfaction des besoins. Si cela était vrai, une critique du travail aurait autant de signification qu'une critique de la pesanteur. Mais comment une véritable "loi naturelle" pourrait-elle connaître une crise, voire disparaître ? Cette fausse conception du travail comme nature, les porte-parole sociaux du camp du travail, depuis les bouffeurs de caviar néo-libéraux fous de rendement jusqu'aux gros lards des syndicats, n'arrivent plus à la justifier. Ou bien comment expliqueraient-ils qu'aujourd'hui les trois quarts de l'humanité sombrent dans la misère précisément parce que la société de travail n'a plus besoin de leur travail ?

Ce n'est plus la malédiction biblique : "Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front" qui pèse sur les exclus, mais un nouveau jugement de damnation encore plus impitoyable : "Tu ne mangeras pas, parce que ta sueur est superflue et invendable." Drôle de loi naturelle ! C'est seulement un principe social irrationnel qui prend l'apparence d'une contrainte naturelle parce qu'il a détruit ou soumis depuis des siècles toutes les autres formes de rapports sociaux et s'est lui-même posé en absolu. C'est la "loi naturelle" d'une société qui se trouve très "rationnelle", mais qui ne suit, en réalité, que la rationalité des fins de son idole Travail, aux "impératifs" de laquelle elle est prête à sacrifier les derniers restes de son humanité.

" Qu'il soit bas, qu'il ne vise que l'argent, le travail est toujours en
rapport avec la nature. Déjà, le désir d'effectuer un travail mène toujours
plus à la vérité ainsi qu'aux lois et règles de la nature qui, elles, sont
vérité. "
Thomas Carlyle, Travailler et non pas désespérer, 1843

Le travail, principe social coercitif.

Le travail n'a rien à voir avec le fait que les hommes transforment la nature et sont en relation les uns avec les autres de manière active. Aussi longtemps qu'il y aura des hommes, ils construiront des maisons, confectionneront des vêtements, produiront de la nourriture et beaucoup d'autres choses ; ils élèveront des enfants, écriront des livres, discuteront, jardineront, joueront de la musique, etc. Ce fait est banal et va de soi. Ce qui ne va pas de soi, c'est que l'activité humaine tout court, la simple "dépense de force de travail", sans aucun souci de son contenu, tout à fait indépendante des besoins et de la volonté des intéressés, soit érigée en principe abstrait qui régit les rapports sociaux.

Dans les anciennes sociétés agraires, il existait toutes sortes de domination et de rapports de dépendance personnelle, mais pas de dictature de l'abstraction travail. Certes, les activités de transformation de la nature et les rapports sociaux n'étaient pas autodéterminés. Mais ils n'étaient pas non plus soumis à une "dépense abstraite de force de travail", ils s'intégraient dans un ensemble de règles complexes constituées de préceptes religieux, de traditions culturelles et sociales incluant des obligations mutuelles. Chaque activité se faisait en un temps et en un lieu précis : il n'existait pas de forme d'activité abstraitement universelle. Ce n'est que le système de production marchande moderne fondé sur la transformation incessante d'énergie humaine en argent érigée en fin en soi qui a engendré une sphère particulière, dite du travail, isolée de toutes les autres relations et faisant abstraction de tout contenu - une sphère caractérisée par une activité subordonnée, inconditionnelle, séparée, robotisée, coupée du reste de la société et obéissant à une rationalité des fins abstraite, régie par la " logique d'entreprise ", au-delà de tout besoin. Dans cette sphère séparée de la vie, le temps cesse d'être vécu de façon active et passive ; il devient une simple matière première qu'il faut exploiter de manière optimale : "Le temps, c'est de l'argent." Chaque seconde est comptée, chaque pause-pipi est un tracas, chaque brin de causette un crime contre la finalité de la production devenue autonome. Là où l'on travaille, seule de l'énergie abstraite doit être dépensée. La vie est ailleurs — et encore, parce que la cadence du temps de travail s'immisce en tout. Déjà les enfants sont dressés en fonction de la montre pour être "efficaces" un jour, les vacances servent à reconstituer la "force de travail", et même pendant les repas, les fêtes ou l'amour, le tic-tac des secondes résonne dans nos têtes.

Dans la sphère du travail, ce qui compte n'est pas tant ce qui est fait, mais le fait que telle ou telle chose soit faite en tant que telle, car le travail est une fin en soi dans la mesure même où il sert de vecteur à la valorisation du capital-argent, à l'augmentation infinie de l'argent pour l'argent. Le travail est la forme d'activité de cette fin en soi absurde. C'est uniquement pour cela, et non pour des raisons objectives, que tous les produits sont produits en tant que marchandises. Car ils ne représentent l'abstraction argent, dont le contenu est l'abstraction travail, que sous cette forme. Tel est le mécanisme de la machine sociale autonomisée qui tient l'humanité moderne enchaînée.

Et c'est bien pourquoi le contenu de la production importe aussi peu que l'usage des choses produites et leurs conséquences sur la nature et la société. Construire des maisons ou fabriquer des mines antipersonnel, imprimer des livres ou cultiver des tomates transgéniques qui rendent les hommes malades, empoisonner l'air ou "seulement" faire disparaître le goût : tout cela importe peu, tant que, d'une manière ou d'une autre, la marchandise se transforme en argent et l'argent de nouveau en travail. Que la marchandise demande à être utilisée concrètement, fût-ce de manière destructrice, est une question qui n'intéresse absolument pas la rationalité d'entreprise, car pour elle le produit n'a de valeur que s'il est porteur de travail passé, de "travail mort".

L'accumulation de "travail mort" en tant que capital, représenté sous la forme-argent, est la seule "signification" que le système de production marchande moderne connaisse. "Travail mort" ? Folie métaphysique ! Oui, mais une métaphysique devenue réalité tangible, une folie "objectivée" qui tient cette société dans sa poigne de fer. Dans l'acte sempiternel de la vente et de l'achat, les hommes ne s'échangent pas comme des êtres sociaux conscients d'eux-mêmes, ils ne font qu'exécuter comme des automates sociaux la fin en soi qui leur est imposée.

"L'ouvrier se sent auprès de soi-même seulement en dehors du travail ; dans le travail, il se sent extérieur à soi-même. Il est lui-même quand il ne travaille pas et, quand il travaille, il ne se sent pas dans son propre élément. Son travail n'est pas volontaire, mais contraint, travail forcé. Il n'est donc pas la satisfaction d'un besoin, mais seulement un moyen de satisfaire des besoins en dehors du travail. Le caractère étranger du travail apparaît nettement dans le fait que, dès qu'il n'existe pas de contrainte physique ou autre, le travail est fui comme la peste."
Karl Marx, Manuscrits de 1844

http://infokiosques.net/spip.php?article27
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Ven 10 Sep 2010 00:43

...Si on peut donc, sans regret, abandonner l'agrophilie aux poubelles de l'histoire, comme détritus non recyclable, c'est bien parce qu'elle est encore plus un phénomène du passé que ne l'affirmait ce texte de 1976. En effet, le caractère ponctuel et précisément daté de l'agrophilie tel que la Critique du travail marginal semblait le suggérer, s'avère parfaitement erroné. Trop plongé dans des références de psychologie individuelle, je n'avais pas pris garde, à l'époque, au caractère historiquement récurrent de l'engouement pour le travail rural, qui se présente chaque fois que le développement industriel se heurte à une limite paraissant provisoirement infranchissable (chute de productivité, faiblesse dans la concurrence internationale, pénurie de marchés, baisse du taux de profit pour quelque raison que ce soit) et que le retour à un mode de production plus ancien comble momentanément, sur un plan imaginaire, les angoisses collectives. Après avoir précisé que dans l'après 68, pour une fois, ce furent les ennemis présumés du système qui s'en firent les chantres, j'en donnerai à présent un autre exemple historique, mais un exemple assurément éloquent, en rappelant le courant d'idées qui fut très fort, dans les sombres années 1930 en Allemagne, à la fois chez Sombart (Die Zukunft des Kapitalismus, 1932), qui est resté une référence en tant qu'économiste, mais surtout chez un certain Friedrich Fried, qui n'est plus connu que des historiens spécialisés dans le nationalisme conservateur et dans le national-socialisme.

Fried avait publié coup sur coup deux best-sellers, intitulés respectivement Das Ende des Kapitalismus, en 1931, puis Autarkie, en 1932. Dans ces livres, Fried propageait l'idée que le peuple allemand avait besoin « d'une redécouverte de son propre sol », d'un « retour à la campagne des masses humaines déversées dans les grandes villes », d'un « renforcement de l'agriculture et d'une modération progressive de l'influence urbaine ou, plutôt, de l'influence exercée par les grandes villes », et, sachant que ce repli ne pouvait maintenir le niveau de consommation existant, Fried ajoutait que la liberté et l'indépendance valaient mieux que la consommation, et qu'un peuple qui se battait pour cela « devait aussi pouvoir renoncer au café, aux oranges ou au chocolat » (produits d'importation procurant des plaisirs et donc vaguement soupçonnés de décadence)[11]. Sombart, de son côté, réclamait que la population paysanne, qui n'était plus que de 30 % en 1932, rejoigne rapidement le niveau de 1882 (42,5 %) : « le chemin qui mène à une plus grande indépendance nationale est clairement prédéfini : c'est celui d'un mouvement de renouveau agraire [12], qui semble également devoir jouer un rôle important dans la structure interne de notre système économique »[13].

La lecture de ces ouvrages devint une source d'inspiration importante pour Hitler, qui coiffa cette idéologie d'une stratégie militaire définie à la fin de la Première Guerre Mondiale par Ludendorff, et orienta ce conglomérat idéologique syncrétique dans le sens agressif du Drang nach Osten et de la conquête du Lebensraum. Ce que les conservateurs avaient imaginé comme un retour de l'Allemagne à ses « racines », les nazis le conçurent comme un programme d'extension territoriale à l'Est, la Pologne et l'Ukraine notamment devant donner des terres arables suffisamment vastes à une économie allemande ainsi « rééquilibrée ». Du paysan comme figure idéale (qui se rapprochait encore davantage que le prolétaire industriel du Arbeiter au sens de Jünger) Hitler écrivait: « l'homme déchiré entre son corps et son esprit ne peut développer ses forces. Seul celui qui est unifié extérieurement et intérieurement, celui qui est enraciné dans son terroir, le paysan encore et toujours, en est capable. Et notamment pour la raison que la nature même de son activité le contraint à prendre un grand nombre de décisions. Il ne sait pas si demain il pleuvra, et doit pourtant commencer la moisson. Il ignore si demain, le gel couvrira la campagne, et pourtant il se met à semer. L'ensemble de son travail l'expose sans cesse aux aléas et nonobstant ces circonstances, il doit décider de tout. [...] La possibilité de préserver le caractère sain d'un milieu paysan comme fondement de la nation toute entière ne peut même pas être surestimée. La plupart des maux dont nous souffrons aujourd'hui proviennent du rapport malsain entre population urbaine et population rurale. De tous temps, une masse constante de petits et moyens paysans représentait le meilleur remède contre la pathologie sociale que l'on observe de nos jours. C'est aussi la seule solution pour qu'une nation puisse trouver son pain quotidien dans le cycle interne de son économie ». Voilà une « analyse » que bien des « radicaux » d'aujourd'hui ne renieraient pas, et qu'ils approuveraient même chaudement et à la lettre à condition, bien sûr, qu'on n'indique pas le nom de son auteur.

On connaît l'issue catastrophique de la politique de conquête hitlérienne, cherchant à annexer des territoires agricoles et des populations colonisables par l'Allemagne, puisque ces excès militaires, en déclenchant la Seconde Guerre Mondiale, mirent le feu à la planète. Mais l'idéologie du retour à la campagne et à la nature, si elle ne mène certes pas nécessairement à un si funeste aboutissement militaire, ne permet guère de prolongements historiques estimables ; et il est d'autant plus notable qu'en s'étendant à l'ensemble du spectre politique, de l'extrême gauche des naturistes de Monte Verità à l'extrême droite de la Kraft durch Freude, elle avait gommé et entremêlé toutes les orientations précises au cours des années précédant l'avènement du nazisme. Formait-elle un pathos indifférencié qui pouvait servir de vivier à tout et à son contraire, ou bien possédait-elle une nature cachée qui penchait forcément, tôt ou tard, dans une direction déterminée (et, dans ce cas, laquelle) ? On peut sans doute produire des arguments favorables aux deux conceptions. Mais il paraît indéniable que dans sa tentative de réhabiliter des notions qui se situent à la base du système de justification de l'aliénation (comme le travail, l'effort, la productivité tangible, les « racines »), et que Hitler, un connaisseur en matière d'idéologie contraignante, avait très bien résumée sous la notion du « caractère éthique (sittlich) du travail », elle ne pouvait finalement se retrouver du côté de l'émancipation.

Le caractère historiquement récurrent de l'apologie du travail à travers une forme particulière de travail (p. ex. agraire) se présente donc sous la même forme cyclique que l'évolution économique elle-même : ce retour fait partie du cycle, et, quoi que ses défenseurs en disent, il ne tend nullement à en sortir. Quel est l'élément déclenchant pour provoquer ce retour ? Tout porte à penser qu'il s'agit de la dévalorisation du travail contenue dans le processus de transformation du travail en général, et de la tentation de le « réhumaniser ». En effet, il est bon de rappeler que la critique des conditions dominantes, avant de se présenter comme une conscience subjective des individus, se présente comme une condition objective, comme un simple fait involontaire, mais incontournable. La critique du travail, par exemple, n'est pas la marotte plus ou moins surprenante ou critiquable de quelques originaux, comme voudraient les plus ineptes parmi nos contemporains, mais bien plutôt, tout d'abord, la destruction matérielle du travail au profit du capital. Les catégories précapitalistes, comme le travail et la famille, sont le combustible dont le capital se sert pour exister, c.a.d. aussi ce qu'il détruit. On peut déjà lire cela dans le Manifeste Communiste de Marx et d'Engels. L'attirance pour le repli autarcique dans le travail marginal exprime à sa façon, étroitement déterminée par les contradictions économiques, la perception de l'impasse, et la tentation d'une régression ; et ce besoin s'y exprime avec une telle force qu'il parvient à faire oublier, aux sujets atteints par cette pathologie, les évidences qui, dans d'autres circonstances, leur crèveraient immédiatement les yeux.

Pour beaucoup d'entre les anciens drop-out, le séjour aux champs fut de courte durée, et la déception, jusque là, eut du bon. Pour d'autres, la réaction fut plus lente, ou même ne vint jamais, au point qu'on en trouve encore aujourd'hui sur place, éleveurs, fromagers, ou cultivateurs blanchis sous le harnais, plus ou moins piteusement accrochés au rêve d'antan, oscillant entre l'image de l'explorateur autonome et la recherche de subventions bienvenues. Depuis longtemps maintenant, on ne parlait plus d'eux, puisqu'il n'y avait rien à en dire. Le silence régnait dans leur impasse. Ce n'est qu'au milieu des récents rebondissements à propos des OGM que leur cas refait surface, et que croyant pouvoir sortir d'un oubli si amplement mérité, ils pensent pouvoir à nouveau se poser en donneurs de leçon, face à la décadence urbaine de ce qu'ils appellent le « système industriel » [14]. L'occasion est certes inespérée : c'est la décadence de leur propre milieu d'adoption qui les place tout d'un coup sous le feu des projecteurs. Mais cette soudaine arrogance repose sur l'oubli simultané de leur désertion ancienne, et de la misère de leur survie depuis lors : circonstances dont on peut à la rigueur ne pas se moquer, mais qui rendent à tout le moins ubuesque la pose du donneur de leçons. De même que jadis, animés d'un enthousiasme de rédempteur, ils étaient arrivés à contre-courant dans des villages que les jeunes natifs fuyaient au contraire à tire d'ailes, et en connaissance de cause, les voici vingt cinq ans après de retour en ville, voire devant les caméras, prêchant une fois encore à contre-courant de toute perspective historique. Le drame de leur vie aura été cette méprise permanente sur l'époque, et le refus forcené de l'admettre. Invoquer les horreurs de la manipulation génétique marchande sert déjà à cacher cela : leur abandon du terrain social moderne pour un micromilieu qui se trouvait certes sous perfusion, mais qui se présentait à eux comme support d'un certain nombre de fantasmes. C'est ainsi que l'on assiste à une sorte de nuit des morts vivants, où le portail des fermes s'ouvre sur ceux qui avaient disparu de l'histoire, et que revoici venir hanter l'esprit du néo-prolétariat urbain. Une illusion révolue vient toquer à la porte des circonstances qui l'avaient condamnée. Que ces circonstances ne soient plus qu'une immense misère n'a pourtant rien d'un plaidoyer en leur faveur, mais c'est là leur dernière possibilité d'émerger du néant, et le syllogisme susceptible d'épater la galerie. La restauration du monde paysan est désormais inscrite sur leur bannière comme si c'était l'avenir des villes. En matière d'émancipation, celui qui les a fréquentés jadis sait pourtant ce qu'on peut attendre d'eux aujourd'hui, ou même demain. « Il dépend de ces efforts que ce que Henri Mendras appelle une reruralisation de la société française aboutisse ou s'enlise. [...] C'est, je crois, la société tout entière qui peut trouver dans cette émergence d'une nouvelle culture rurale les éléments d'un ressourcement » : mais, cette fois, ce n'est pas Fried qui s'exprime, ni Hitler, seulement, dans les mêmes termes, un agro-économiste écologiste d'aujourd'hui[15]...

NOTES

[11] On retrouve les mêmes propos, de nos jours, dans les écrits d’écologistes puritains ou d’ennemis du « système industriel ».
[12] Reagrarisierung dans le texte original.
[13] De nos jours, cette proportion est passée, en France, à 14,5 % en 1965, puis à 3,0 % en 1999, illustrant le degré de mécanisation des travaux agricoles, le niveau d’industrialisation atteint, mais aussi à quel point le travail pénible de siècles d’enracinement peut être supprimé dans une population : le travail agricole représente en France, désormais, 3,5 % de la population active totale.
[14] « Il est tout à fait intéressant de voir, par exemple en France, se développer aujourd’hui tout un secteur de petites exploitations, souvent créées par des personnes d’origine non paysanne, cherchant à vivre d’autoproduction et de mise de leurs produits en marchés locaux avec un maximum de transformation sur place et d’exigence de qualité. Une importante migration des urbains vers le monde rural, qui se manifeste de façon constante depuis les années soixante-dix, se traduit par quelques implantations agricoles supplémentaires, mais surtout par la possibilité pour les paysans de vendre dans des circuits courts qui ont tendance à se développer » (François de Ravignan, La faim… comment s’en sortir ?, in : L’Ecologiste, n°7, Vol. 3, Juin 2002, p. 29).
[15] François de Ravignan, op. cit., p. 29.

Jean-Pierre Baudet, Critique du travail marginal et de sa place dans l'économie spectaculaire (26 ans après)
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Le travail et la soumission volontaire

Messagede L'Unique le Ven 10 Sep 2010 12:15

Salut,
Des concessions, tout le monde en fait.
Tout le monde aimerait bien que tout se passe bien (pas de douleur, la santé, la bouffe, le sexe, la sécurité, le confort...), pour soi d'abord, et puis pour ses proches, et puis, dans les limites du strict nécessaire, pour les autres...
Le problème, c'est que personne n'a vraiment LA solution pour être sûr que ça va bien se passer: alors certains réfléchissent un peu, et puis d'autres regardent les autres pour voir comment ils font, ils cherchent une idée, un schéma social, une position légitime qui pourrait leur apporter réconfort et sécurité -pour ne pas dire impunité: ils s'engouffrent dans la religion, ou dans l'accumulation de richesses, dans le crime ou la politique, dans un syndicat... on se croit satisfait -et en sécurité- en conduisant une grosse bagnole, en dominant sa femme, en faisant travailler des "travailleurs", ou en tapant sur les juifs, les jeunes, les drogués ou les voisins... en fait on croit que tout se passe bien, puisque ça correspond grosso-modo au rôle social qu'on croit être légitime: "c'est comme ça que ça marche".

Je crois que la pire concession, c'est "d'accepter" d'avoir peur, de céder au chantage social qui nous demande: qui veux-tu être? que vas-tu faire? Et la pire des réponses, c'est de chercher à avoir raison.

Moi j'aime pas le travail.
Je considère que les hommes naissent libres et doivent le rester, parcequ'ils ne peuvent s'épanouir que dans leur liberté individuelle et exclusive*. On est meilleur dans ce qu'on aime faire que dans le travail imposé, et on ne s'épanouit et progresse réellement que quand on aime ce qu'on fait. Le reste, c'est médiocre, et une société qui ne laisse pas les gens faire ce qu'ils veulent est une société qui ne tire pas le meilleur d'elle-même. C'est une société médiocre.

* Vous me direz que bcp de gens s'épanouissent dans la liberté collective, je suis d'accord, mais laissons-leur au moins le choix.
L'Unique
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Isabelle le Ven 10 Sep 2010 15:08

J'ai travaillé un peu dans la métallurgie puis dans le bois. Dans ce dernier secteur j'ai rencontré beaucoup de gens qui aimait ce qu'il faisaient, le contact avec le matériau et curieusement son odeur.
Au pays des borgnes, les cyclopes sont aveugles.
Avatar de l’utilisateur
Isabelle
 
Messages: 85
Inscription: Jeu 29 Juil 2010 18:24

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede BlackJoker le Ven 10 Sep 2010 15:29

Isabelle a écrit:J'ai travaillé un peu dans la métallurgie puis dans le bois. Dans ce dernier secteur j'ai rencontré beaucoup de gens qui aimait ce qu'il faisaient, le contact avec le matériau et curieusement son odeur.


Oui, ben je ne trouve pas ça forcément surprenant. L'activité/savoir faire consistant à créer quelque chose à partir d'un matériaux premier, en transformant ce dernier, peut être intéressant. Moi les rares fois ou j'ai essayé de faire une cabane en bois ou autre chose du genre, ça m'a plu, alors que je n'ai aucune compétence, et que je ne suis pas trop doué dans ces choses là en général (y compris l'odeur comme tu dis) Il faut séparer l'activité brute, en elle même, et ce qui implique/organise cette activité ( salariat, taf à la chaine ou pas, pour un patron ou pas, etc ).
BlackJoker
 

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede Isabelle le Ven 10 Sep 2010 16:22

Cela s'apprend en pratiquant, il y a des gens naturellement manuels mais pas que. Une habileté acquise dans un secteur d'en donne d'autre sans que tu t'en rende compte au départ. Erreurs et casses sont inévitables, faut se lancer mais pas trop gros au départ: poser des étagères dans un placard au lieu de monter une cabane. Avec internet et les forums spécialisé + photos et tutos c'est plus simple qu'avant d'apprendre et de progresser.
Au pays des borgnes, les cyclopes sont aveugles.
Avatar de l’utilisateur
Isabelle
 
Messages: 85
Inscription: Jeu 29 Juil 2010 18:24

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Sam 11 Sep 2010 23:26

Le contact avec les travailleurs bornés, l'odeur fétide qu'ils dégagent, oui j'adore ça, j'adore en faire des batons à brochettes après désossage, quand leurs os font le bruit de boite de conserve écrasée, le même que les chômeurs désespèrés raclant les dessous de trains de la mort. (Sans oublier ceux qui sont abonnés à "Tournez manège HP", ceux qui ce sont pendus, immolés, étouffés... pour ne plus y retourner, "SDF", au mitard, qui ont repris un boulot pour éviter ces pressions insuportables...) Non parce que en plus subir la pression des syndics, des institutions, de leur entourage familial et amical, ça suffit pas, faut que les chomeurs supportent en plus le sectarisme des prix nobels de la bassesse humaine, cad de CNTistes rajoutant leur couche de caca moralisatrice, judéo-chrétienne : "LES CHOMEURS SONT CONS-OMMATEURS!" (ça s'est lu entre autres sur ce forum) Le caca-marchandise, les chômeurs sont montrés du doigt dès qu'ils y touche, quand ils grattent un peu dans ces mégatonnes d'îlots merdiques produites et copyrightées par cette "communauté du travail" (pourquoi pas "volk"?!!!), payée à produire moins (ou à jeter avant déballage). LA Solution moi je l'ai : c'est Hiroshima mon amour 2 !

La communauté de ceux qui travaillent

Travailler ne signifie pas seulement, pour le sujet, ajuster l’objet auquel il travaille, soumettre ce dernier à des lois pour qu’il soit rationnellement rentable et utilisable. Travailler implique toujours aussi que le sujet lui-même s’ajuste. Et c’est au moment où le sujet qui travaille apprend à s’identifier à la violence qu’il exerce sur l’objet que cette expérience répressive laisse inévitablement sa marque sur lui. C’est le trauma résultant du fait d’être soumis au travail qui motive le refus de ceux qui ne peuvent ou ne veulent correspondre à l’image idéale de l’homme blanc toujours prêt à travailler. Là où le travail est honoré, ces derniers sont considérés comme inférieurs et mènent une existence marginale.

Malgré tous les discours sur l’égalité, cette logique de dépréciation a aussi régulièrement retenti dans les communiqués de l’aile gauche du grand mouvement en faveur du travail des XIX et XXème siècles — assez souvent d’une façon à peine audible —, mais c’est principalement son aile droite qui a formulé les doctrines de l’infériorité inhérentes à l’ethos du travail.

Pendant la phase ascendante de la société de travail, cette tendance à l’exclusion est restée un contre-moment à l’intérieur d’un grand mouvement historique d’inclusion. L’idée de garder une distance commune par rapport à ce qui est « inférieur » — au sens de ceux qui glorifient le travail — a fait l’objet d’un accord tacite dans le camp du travail. Pour passer de l’identification avec le processus de la division du travail dans les grandes usines à l’allégeance à la grande « communauté industrielle » — qu’on peut interpréter comme transcendant les classes sociales —, il n’y avait qu’un pas à franchir.

Les idéologies concurrentes de l’époque avaient leur dénominateur commun dans la fraternité du travail. La variante socialiste de la religion du travail s’était fixé comme objectif de libérer de l’emprise prétendument usurpatrice du rendement la forme d’activité capitaliste comprise de travers comme une force éternelle et originelle. Pour ce faire, elle avait défini la classe des « actifs » en l’opposant catégoriquement au capital. À cette provocation, ses adversaires de droite et libéraux n’ont pas répondu en célébrant le capital comme étant à lui-même sa propre fin, mais en proposant la définition alternative d’une « communauté de travail » transcendant les classes sociales. La légitimation de la domination capitaliste a consisté à désigner les chargés de fonction du capital comme un type de travailleur spécifique, comme la partie de la « communauté de travail » à laquelle incombent les tâches de la coordination et de l’organisation.

La déification du travail et l’antisémitisme

L’ennoblissement du capital et son élévation au rang de premier serviteur du travail sont liés, surtout dans la variante droitière de ce geste, à sa division projective. Le capital productif s’est vu charger d’incarner le sensible concret et accorder l’auréole du « Bien », tandis que le capital monétaire et financier s’est vu attribuer tout ce qu’il y a d’abstrait et de destructeur dans la domination capitaliste. De cette externalisation de l’effroi du capitalisme — qui a fourni l’image de l’ennemi indispensable à la construction d’une communauté de travail transcendant les classes — à sa personnalisation antisémite, il n’y a qu’un pas à franchir. Il n’y a pas que dans la vision nationale-socialiste du monde que la séparation fantasmagorique entre « capital créateur » et « capital accapareur » a été amalgamée à l’opposition entre, d’un côté, « travail national » sacré et, de l’autre, « argent juif » sans racines. Tout comme la religion du travail est parfaitement compatible avec des idées racistes, elle se distingue aussi par son affinité profonde avec des modèles de pensée antisémites. Les choses ont évolué en Allemagne d’une façon singulière dans la mesure où la « patrie du travail » a franchi le pas menant de la détestation idéologique à une pratique de l’extermination industrielle organisée par l’Etat. C’est seulement dans le nazisme que la mobilisation totale du travail national a trouvé son accomplissement avec la construction d’usines de cauchemar prétendument anticapitalistes — des « usines de destruction de la valeur » (Moishe Postone) — dans lesquelles, avec les victimes juives bien réelles, devaient aussi être fantasmagoriquement gazés et brûlés les moments de la domination du travail abstrait séparés du travail idéalisé. La fraternité de « ceux qui travaillent avec leur front » et de « ceux qui travaillent avec leurs poings » a été scellée par le meurtre de ceux qui avaient auparavant été exclus de la définition de la communauté de travail allemande.

La Shoah n’a pas seulement fait éclater le cadre de la fonctionnalité de la société marchande parce qu’elle a poursuivi un objectif irrationnel, mais aussi parce qu’elle a renversé le rapport intime entre travail et destruction. Alors que, d’habitude, la destruction est un moment qui accompagne la praxis capitaliste et que l’accumulation de profit constitue l’objectif des objectifs, avec Auschwitz, l’anéantissement est devenu indépendant au point de constituer un contenu propre. Que des hommes aient été massivement forcés de travailler à mort pour le bien de la production de richesse capitaliste, c’est ce qui a eu lieu depuis l’époque de l’« accumulation originelle ». Dans le génocide des Juifs européens, l’exploitation réelle du travail a en revanche fonctionné comme un simple moyen, tandis que l’anéantissement de la vie était devenu le véritable objectif. La possibilité de cette transformation nous informe de l’existence d’un rapport entre travail et mort bien plus intime que celui que soupçonne un anticapitalisme orienté sur le seul paradigme de l’exploitation...

http://www.krisis.org/2007/terreur-du-t ... du-travail
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Dim 12 Sep 2010 02:26

c est assez confus chez moi tout ça , par exemple j aide ma voisine a faire une cabane pour ces outils de jardinage , ce n est pas du travail ???
ou encore je suis faineant , dans le vrai sens du terme , c est a dire que je ne fais pas d effort qui me soit inutile donc , pour cela j ai developpé une exigence au niveau de mes ouvrages , comme ça je ne reviens pas sur ce que j ai fais
parce que ce que je ne comprends pas c est que moi quand j etais au chomage , j oeuvrais pour des squatts, c etait du travail aussi ??? qui eux (les squatts ) avaient un rapport marchands (a prix libres mais marchands quand meme ) avec l exterieur ^^alors que moi qui oeuvrait je n avais pas de rapport marchand au niveau de mon activite et que eux en avait un ^^ c est comprehensible ???
j ai pas encore bien compris ce qu etait le Travail ( j ai mis un t majuscule expres , pour signifier la valeur ) pour toi ou des gens comme krisis ou d autres squatteurs et autres
est ce que c est juste l activite remunere ?? est ce que c est juste la production ?? est ce juste un rapport entre differents sujets ??? ou est ce tellement compliqué de le definir et donc juste un concept ???
fu hsang
 

Re: Le travail et la soumission volontaire

Messagede Geoffrey le Dim 12 Sep 2010 18:20

L'Unique a écrit:Salut,
Des concessions, tout le monde en fait.
Tout le monde aimerait bien que tout se passe bien (pas de douleur, la santé, la bouffe, le sexe, la sécurité, le confort...), pour soi d'abord, et puis pour ses proches, et puis, dans les limites du strict nécessaire, pour les autres...
Le problème, c'est que personne n'a vraiment LA solution pour être sûr que ça va bien se passer: alors certains réfléchissent un peu, et puis d'autres regardent les autres pour voir comment ils font, ils cherchent une idée, un schéma social, une position légitime qui pourrait leur apporter réconfort et sécurité -pour ne pas dire impunité: ils s'engouffrent dans la religion, ou dans l'accumulation de richesses, dans le crime ou la politique, dans un syndicat... on se croit satisfait -et en sécurité- en conduisant une grosse bagnole, en dominant sa femme, en faisant travailler des "travailleurs", ou en tapant sur les juifs, les jeunes, les drogués ou les voisins... en fait on croit que tout se passe bien, puisque ça correspond grosso-modo au rôle social qu'on croit être légitime: "c'est comme ça que ça marche".

Je crois que la pire concession, c'est "d'accepter" d'avoir peur, de céder au chantage social qui nous demande: qui veux-tu être? que vas-tu faire? Et la pire des réponses, c'est de chercher à avoir raison.

Moi j'aime pas le travail.
Je considère que les hommes naissent libres et doivent le rester, parcequ'ils ne peuvent s'épanouir que dans leur liberté individuelle et exclusive*. On est meilleur dans ce qu'on aime faire que dans le travail imposé, et on ne s'épanouit et progresse réellement que quand on aime ce qu'on fait. Le reste, c'est médiocre, et une société qui ne laisse pas les gens faire ce qu'ils veulent est une société qui ne tire pas le meilleur d'elle-même. C'est une société médiocre.

* Vous me direz que bcp de gens s'épanouissent dans la liberté collective, je suis d'accord, mais laissons-leur au moins le choix.


J'aime beaucoup ton pseudo et ton message. Je tombe à nouveau amoureux. :aime: :love: :coeur: :couple: :bisou: :amour::
Geoffrey
 
Messages: 105
Inscription: Mar 12 Aoû 2008 12:08

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede filochard le Dim 12 Sep 2010 18:32

fu : Le travail est indéfinissable d'un point de vue ontologiquement humain ou ahistorique. Si c'était le cas, je prétendrai être et "travailler" au minimum comme Adam. Ce que je dis, ici, et qui n'est pas un scoop mais que des militants essayent d'édulcorer, c'est qu'il y a, en France, parmi un mythifié prolétariat, des millions de travailleurs qui sont racistes au sens large du terme. Et ces caniches, qu'ils soient agrophiles ou agrophobes ou décroissants ou lutteurs ou CNTistes ou lepenistes ne se privant aucunement de cracher leur haine sur les plus fragilisés, ne fait pour moi aucune différence et ne mérite aucune indulgence. Au minimum, leurs coudes doivent être meuler.
Avatar de l’utilisateur
filochard
 
Messages: 642
Inscription: Ven 23 Juil 2010 19:36

Re: Sur le prolétariat ....

Messagede fu hsang le Dim 12 Sep 2010 18:38

filochard a écrit:fu : Le travail est indéfinissable d'un point de vue ontologiquement humain ou ahistorique. Si c'était le cas, je prétendrai être et "travailler" au minimum comme Adam. Ce que je dis, ici, c'est qu'il y a des millions de travailleurs, en France notamment, qui sont racistes, au sens large du terme. Et ces caniches, qu'ils soient agrophiles ou agrophobes ou décroissants ou lutteurs ou CNTistes ou lepenistes qui ne se privent aucunement de cracher leur haine sur les plus fragilisés, ne fait pour moi aucune différence et ne mérite aucune indulgence. Au minimum, leurs coudes doivent être meuler.



ha ok , tout a fait d accord avec toi :)
fu hsang
 

PrécédentSuivante

Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité