Ni français, ni européens : citoyens du monde

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

Ni français, ni européens : citoyens du monde

Messagede Nico37 le Mar 19 Mai 2009 21:03

Tract assez basique & "pédago", un brin décalé par rapport aux argumentations classiques libertaires...

Ni français, ni européens : citoyens du monde

Des « élections européennes » vont se dérouler début juin dans les 27 Etats de l'Union Européenne. Le but est d'élire les futurs membres du parlement européen.
Si l'UE était logique avec elle-même, il y aurait des listes européennes, un débat commun, et un véritable scrutin proportionnel sur l'ensemble de l'UE. Bien au contraire ! Non seulement ça n'est pas le cas, mais de plus en france ce sont des listes par « régions » - lesquelles ne correspondent à rien. C'est le résultat d'une basse tambouille politicienne mise en place en 2003 par le gouvernement Chirac-Sarkozy, et appliquée depuis les élections de 2004, dans le seul but de contrecarrer le principe proportionnel.
Cette division en « régions », qui atomise le débat de fond, et favorise les principaux partis au détriment des « petites » listes, se retrouve également dans plusieurs autres Etats de l'UE (Royaume-Uni, Irlande, Belgique...).

Pour notre part, rejetant toute forme de nationalisme et de patriotisme, nous affirmons clairement que nous ne sommes ni « français », ni « européens », mais citoyens du monde.
La crise mondiale du capitalisme que nous vivons et subissons, montre de façon particulièrement vive la nécessité d'une solidarité de classe au niveau mondial. C'est au capitalisme en tant que tel, dans ses fondements, dans tous ses mécanismes, qu'il faut s'en prendre. Il s'agit de mettre fin aux structures constitutives du capitalisme : système du salariat, dictature de la compétition et de la concurrence, obligation de la réalisation de profits au détriment des êtres humains et de l'environnement. Toute aussi indispensable est la lutte contre le fonctionnement hiérarchique, qui aliène et compromet les luttes émancipatrices. Nous sommes favorables à tout ce qui va dans le sens de l'unité internationale des travailleurs à la base, qui seule pourra abolir les Etats et les classes sociales.

Nous défendons l'objectif de la démocratie directe. C'est sous cette forme que peut s'organiser une coordination mondiale des mobilisations, ayant pour but de changer le mode de production. On voit bien que dans ce but le cadre des Etats n'est pas pertinent, et que même le cadre européen reste insuffisant (d'autant plus que l'UE ne regroupe pas tous les pays européens, et se situe en deçà du fédéralisme).

Nous ne considérons pas ces élections comme réellement démocratiques, tout comme les élections présidentielles et autres scrutins du même type. Une véritable démocratie ne peut se construire qu'à la base, par la conquête effective du pouvoir. Des élections démocratiques ne peuvent exister qu'après un libre débat de fond, uniquement pour élire des représentants temporaires dûment mandatés, et certainement pas pour reproduire une classe politique spécialisée.
Sans s'interdire de voter - là où il y a des listes qui en valent la peine (clairement internationalistes, anticapitalistes et égalitaires) -, nous réaffirmons qu'il y a plus important que ces élections : c'est l'action sociale, la lutte concrète contre toutes les formes d'exploitation et d'oppression.

C'est dans les mobilisations qui se déroulent actuellement partout en Europe, aux formes diverses qui vont de la grève aux séquestrations de patrons, par l'appropriation de leur vie par les travailleurs qui décident eux-mêmes directement de leurs luttes, que se manifeste actuellement la créativité démocratique.

Ni patrie, ni frontière !
Union de tous les travailleurs du monde contre le capitalisme !
Vive le socialisme-communisme mondial !

Démocratie Communiste (Luxemburgiste), mai 2009.
http://democom.perso.neuf.fr/
Nico37
 

Re: Ni français, ni européens : citoyens du monde

Messagede rubion le Mar 26 Mai 2009 23:20

Vis-à-vis de ce texte j’ai une demande d’explication, notamment quand le texte dit :

Sans s'interdire de voter- là où il y a des listes qui en valent la peine (clairement internationalistes, anticapitalistes et égalitaires) -, nous réaffirmons qu'il y a plus important que ces élections : c'est l'action sociale, la lutte concrète contre toutes les formes d'exploitation et d'oppression.

Demande d’explication car je trouve ce passage pas très cohérent. Comment peut on dire d’un coté qu’on peut voter et de l’autre dire qu’il y a plus important que c’est élections

Rubion. lecteur de révolution internationale. http://fr.internationalism.org/
rubion
 
Messages: 193
Inscription: Lun 23 Juin 2008 23:03

Re: Ni français, ni européens : citoyens du monde

Messagede kuhing le Mer 27 Mai 2009 13:22

Je le trouve pas si mal ce texte luxembourgiste.

Bon encore quelques efforts à faire sur les illusions électoralistes ( on dénonce les élections européennes mais on ne s'interdit pas de voter )
Des précisions à apporter (mais bon un communiqué n'est pas un programme)
Mais on parle de coordination, d'organisation à la base, d'abolition des états, de démocratie directe...

Pas si mal pour des personnes qui se réclament encore du marxisme.
kuhing
 

Re: Ni français, ni européens : citoyens du monde

Messagede Nico37 le Mer 27 Mai 2009 13:47

Image
Nico37
 

Re: Ni français, ni européens : citoyens du monde

Messagede conan le Mer 27 Mai 2009 15:01

J'ai toujours eu une certaine affection pour le communisme conseilliste, le seul que je respecte encore. Ce texte est en effet sympathique en très grande partie.
Mais si ce texte n'a pas de relent libertaire, c'est qu'il est en effet ambigü -et c'est bien ce qui me distingue du conseillisme.
Il se proclame en effet contre la hiérarchie, mais pas contre le pouvoir, puisqu'il parle d'une "prise du pouvoir" ; or, même si elle se réalise par la base (on se demande bien grâce à quelle élite savante parlant en son nom), ça reste un groupe de gens qui en contraignent d'autres. Qui donc ? Par qui donc ? Au nom de quel beau motif ?
Prise de pouvoir sur qui ? Les patrons ?
Mais alors, uniquement pour les obliger à subir les mêmes lois que les autres ? Mais alors, qu'est-ce qui les différencie des autres ?
Dès lors qu'on met le doigt dans la permissivité d'un pouvoir contraignant autrui, même si (et je dirais même surtout si) on a les intentions les meilleures et les plus déterminées à faire triompher nos valeurs, se profilent déjà les horreurs d'un possible fascisme.
Le marxisme, du plus hardcore de ses avatars (stalinisme) au plus soft (luxemburgisme) en passant par les mille et un masques du trotskysme, ne rejette pas la légitimité du pouvoir exercé par certains sur d'autres.
Un tract anar insisterait davantage, en abordant les élections, sur la nécessaire responsabilisation de chacun en tant qu'acteur de sa propre vie individuelle et sociale (agir au lieu d'élire), le refus de toute forme d'oppression d'une majorité sur une minorité (refus du vote majoritaire). Enfin, pour ce que j'en pense...
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: Ni français, ni européens : citoyens du monde

Messagede Sulfateuse le Ven 9 Avr 2010 22:00

VOTEZ MELENCHON IL EST BEAU COMME UN CAMIONNEUR FOU !!!!!

Image
Sulfateuse
 


Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité