Au Zénith : Front ou affront "de gauche" ?

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

Au Zénith : Front ou affront "de gauche" ?

Messagede Minga le Lun 9 Mar 2009 18:02

:baille: Le 8 mars 2009, le Parti De Gauche et le PCF invitent les braves militant-e-s "de gauche" à une grand’messe au Zénith, "où seront annoncées les têtes de liste des différentes régions au scrutin européen de juin prochain", comme l’a écrit l’Huma.

C’est presque incroyable tellement c’est énorme, et pourtant ils ont osés : désormais, chers militant-e-s, "on" n’a plus besoin de vous que pour venir faire la claque au Zénith, où vos chefs autoproclamés viendront vous faire la grâce de vous dévoiler "vos" candidats. Vous pensiez qu’être "de gauche", ça voulait dire revendiquer le droit de choisir ses représentants ? Que le projet devait passer avant la course aux places ? Que la démocratie appartient au peuple souverain ? Que ses représentants doivent être librement élus et révocables ?

Que nenni ! Venez au Zénith ! La gauche la plus gauche, au zénith de sa forme, vous invite à un buffet froid, agrémenté d’un concert de revendications populaires pour faire passer la pilule, avec en noyau de cerise sur les gâteux LA surprise des Chefs : le dévoilement de VOS candidats !

:party: Naguère encore, pourtant, la gauche avait la décence de fonder ses unions autour d’un programme commun en 1978, de 110 propositions en 1981, ou encore de 125 propositions élaborées au moins en partie par un processus de débat "démocratique" en 2007. Avec le nouvel affront "de gauche", fini ! Mélenchon, mélanchons tout, et le buffet froid sera moins tartignole : quel programme !

Et si vous persistez à pensez qu’être de gauche signifie que chaque humain compte pour un-e, ne vous inquiétez pas : le marketing fait des miracles, et après le "dévoilement des candidats", le prochain Zénith vous invitera à venir assister à l’apparition de la Vierge, au fond d’une crotte !

Comment est-on tombé si bas ?

Souvenez-vous : stupéfaite par l’absence des "partis de gauche" pendant plus d’un an après la victoire du "NON" contre la constitution Giscard pour l’Europe en 2005, la "gauche de gauche" avait lancé en 2006 différents appels unitaires signés par environ 10000 personnes sur Internet. Des collectifs unitaires anti-libéraux (CUAL) étaient nés un peu partout, où les militant-e-s esseulé-e-s dans leurs organisations respectives avaient décidés de continuer à agir ensemble comme en 2005 pour proposer une candidature unitaire à la présidentielle de 2007. Comment avaient réagis les "partis de gauche" ? Ils sont tous venus, au début, comme au poker on paie pour voir ... Les "Ver(t)s" ne sont pas vraiment venus, la LCR est vite partie, et le PCF qui avait programmé dès début 2006 la candidature de Marie-Georges Buffet a d’abord "poussé" mollement avant de saborder au moment où il leur est apparu évident que celle-ci était incapable de rassembler, ce qu’elle a confirmé en réalisant ensuite en "cavalière seule" le score le plus catastrophique de toute l’histoire du PCF. Une fois "explosés", fin 2006, les CUAL étaient cliniquement morts. Les bureaucraties politiques se croyaient tranquilles, à l’abri de toute union populaire "à la base", mais il y eu encore une péripétie : quelques internautes lancèrent un dernier appel à une candidature unitaire, qui rassembla près de 50000 personnes, soit 5 fois plus que tout ce que "la gauche" avait réussi à faire de cette façon. Cette nouvelle alerte, à moins de six mois des élections, fut promptement éradiquée : José Bové fut rapidement coupé de tout contact avec sa "base", il n’intervint jamais sur le site web qui l’avait appellé à être candidat UNITAIRE, et pire encore, il laissa ses "amis" publicistes et autres séquelles des "Comités Juquin" saboter sa candidature par un autre site "concurrent" et par une incroyable accumulation de maladresses. Il s’est auto-sabordé.

Il n’empêche qu’en 2005, avec le texte d’Etienne Chouard décryptant la "constitution Giscard", en 2006, avec les différents appels ayant aboutis à la formation des CUALS, et en 2007 avec une candidature unitaires dont les "partis de gauche" ne voulaient visiblement pas, la gauche de la gauche a été bousculée à au moins trois reprises dans ses stratégies électoralistes par l’intervention populaire "à la base".

Avec le "Front de Gauche", pas de risque de ce genre : l’union se fait au sommet, elle a été négociée directement entre hauts dirigeants du PCF et futur-exs du Parti Solférinien (PS) depuis février 2008 (soit bien avant le congrès du PCF qui l’a officiellement "décidé"), il n’y a pas de programme, et il n’y a même pas d’engagement politique des candidats auto-proclamés sur un minimum de valeurs "de gauche" !

La belle unité

Dans ces conditions idylliques, comment le NPA peut-il oser refuser cete belle unité retrouvée ? C’est du moins ce que pleurniche Christian Picquet, avec des airs de Malraux battu, pour mieux pourfendre les carences de la démocratie au NPA ... et se positionner dans la course aux places éligibles ...

Il faut dire que le nouveau NPA s’est doté d’une organisation centraliste, verticale, hiérachique, et pyramidale de type "léniniste", imposée par les ex-LCR, qui se sont taillés la part du lion dans la nouvelle direction. Le résultat est à peu près aussi sexy que la moustache de Staline pour symboliser la démocratie ... La critique est juste, certes, mais la "solution" proposée, à savoir l’union à n’importe quel prix et avec n’importe qui, n’est elle pas pire que le mal ?

Celà aurait pu gêner Besancenot, qui risquait d’apparaitre comme le diviseur de la belle unité retrouvée au pays des Bisounours de gauche. Il aurait encore fallu pour celà que le "Front de gauche" soit crédible, c’est à dire qu’il n’ait pas mis la charrue de ses candidats avant les boeufs appellés à voter pour !

Il y encore le cas de la "Fédération", qui rassemble quelques uns des pires "boulets" ayant sabordés la canidature unitaire de 2007 avec quelques rares CUAL survivants et, encore une fois, les séquelles des Comités Juquin, devenus "Les Alternatifs", pour ceux qui n’étaient pas au courant ... Cette fameuse "Fédération" n’a pas été admise à rejoindre le "Front de Gauche", car le PCF s’y est opposé au motif que "certains membres de la Fédération sont déjà membres du PCF, où ils sont déjà représentés". Par contre, le PCF "estime que les partis qui en font partie, comme Les Alternatifs, ont tout à fait vocation à rejoindre le Front de Gauche en tant que tels".
Qu’y t’il vraiment derrière cette désopilante contorsion ?
Vu le niveau de ce débat au sein et autour du "Front de Gauche", j’en viens à me demander s’il a d’autres raisons d’être que le partage de "parts de marché" entre l’association de financement du PCF et SEGA, celle des Alternatifs ...

Bref, en l’état, ce "Front de Gauche" ressemble plus à une ambulance pour Marie-Georges et Mélenchon qu’à un rassemblement fondé sur ce qui rassemble "à gauche" : à savoir, en premier lieu, que les décisions se prennent "à la base".
A trop l’oublier, nos très chers dirigeants risquent de rédécouvrir vite une loi, celle de la pesanteur : même en brassant beaucoup d’air, sans base pour les soutenir, les "dirigeants" aux "sommets" ne vont pas rester éternellement en suspension au dessus des peuples !!!

En réponse à l’affront "de gauche"

Désolé, messieurs les dirigeants : je ne répondrai pas à votre invitation. Si vous désirez sincèrement rassembler, commencez par le commencement : par le débat démocratique. Ensuite, on choisira ensemble quel-le-s personnes peuvent le mieux nous représenter, et quels engagements écrits peuvent inciter à leur faire confiance.
Celles et ceux qui ont déjà par le passé montré leur mépris de la démocratie me semblent à cet égard totalement disqualifiés, et leur présence contre-productive car ils ne représentent pas le peuple de gauche.

:non: Je ne donnerai plus ma voix à une fausse gauche où les décisions se prennent sans et même le plus souvent contre ses électeurs, même si ça doit "picquer" Marie-Georges Mélenchon : si ça peut les consoler, je leur dédicace ce passage d’une chanson de Gilles Servat :

[...]
En voyant votre propre reflet dans la glace
Vous vous imaginez que vous avez vu Dieu
En croyant pourchasser votre ennemi de classe
Vous courrez après vous comme un chien mord sa queue

Vous êtes les alliés de ceux qui vous détruisent
Tissez votre linceul soyez vos fossoyeurs
Nul n’a le monopole des luttes entreprises
Si elles meurent ici elles renaissent ailleurs

Un jour vous heurterez les carreaux comme des mouches
Et vous voudrez crier contre l’indifférence
Des gargouilles plaintives sortiront de vos bouches
Et sur vous en réponse tombera le silence
[...]
Gilles Servat

Source : revoltes.net
Minga
"Parce que le vrai courage est de faire ce qui est juste"
Avatar de l’utilisateur
Minga
 
Messages: 57
Inscription: Dim 30 Nov 2008 01:09

Re: Au Zénith : Front ou affront "de gauche" ?

Messagede conan le Lun 9 Mar 2009 22:01

Comme d'habitude : un très bon texte Minga ! :wink:
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: Au Zénith : Front ou affront "de gauche" ?

Messagede Alayn le Mar 10 Mar 2009 03:47

Bonsoir ! Excellent effectivement ! Bravo !
Salutations Anarchistes !
"La liberté des autres étend la mienne à l'infini"
Michel BAKOUNINE
Avatar de l’utilisateur
Alayn
 
Messages: 4551
Inscription: Mer 23 Juil 2008 17:54
Localisation: CREUSE


Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités