C'est quoi le CCIF ?

Débats politiques, confrontation avec d'autres idéologies politiques...

C'est quoi le CCIF ?

Messagede bajotierra le Ven 26 Aoû 2016 17:02

Comme son nom l'indique il s'agit d'un collectif très influent contre " l'islamophobie" , il inonde les autre groupes de sa grossière propagande communautariste camouflée en antiracisme , et le plus fort c'est que ça marche ...Pour l'instant .

Deux articles l'un de Libé du 3 Avril et un autre du CANARD du 17 aout 2016 mettent les pendules a l'heure


Le CCIF, qui compte aujourd’hui huit salariés, accroît sa surface médiatique. La publication de son rapport annuel est désormais un rendez-vous, même si ses chiffres sur les actes islamophobes peuvent être gonflés. Dans le viseur des critiques, une qualification d’islamophobie parfois très extensive. Par exemple, pour le CCIF, l’expulsion en 2004 d’un imam ayant justifié les violences faites aux femmes a été recensée comme un acte islamophobe.



http://www.liberation.fr/france/2016/04 ... es_1443712

« […] Le CCIF s’est spécialisé dans la rédaction de « rapports » instruisant le procès de la laïcité à la française devant les instances internationales, comme l’ONU et la Commission européenne.

C’est ainsi qu’à l’occasion d’une visite officielle, le 8 juillet, la ministre des Familles, Laurence Rossignol, a été sommée de répondre devant les instances de l’ONU à Genève, aux accusations développées tout au long des 44 pages du rapport relatif à la période 2014-2015 « Etre musulmane aujourd’hui en France : les femmes, premières victimes de l’islamophobie ».« En France, l’islamophobie, une forme de racisme et de sexisme, est largement institutionnelle, affirme le CCIF. En effet, l’Etat français et ses institutions sont responsables de 70 % des actes islamophobes recensés. » Recensés par qui ? Par le CCIF, pardi ! […]

Les rédacteurs de ce rapport appellent donc logiquement à l’abrogation des lois de 2004 et 2010 sur le port du foulard à l’école et l’interdiction du voile intégral dans l’espace public.

Le CCIF a, par le passé, défendu des imams expulsés pour radicalisme. Son actuel directeur, Marwan Muhammad […] a utilisé son poste de rédacteur à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour y faire du lobbying pro-islamiste, ce qui lui a valu des remontrances et a conduit à sa démission. […]

En France, le président du CCIF n’hésite pas à se produire en public pour défendre ses thèses en compagnie d’orateurs qu’il apprécie. parmi ces derniers, Hassen Bounamcha, imam radical d’Aubervilliers, Nader Abou Anas, prédicateur de la mosquée d’Aubervilliers, ou encore Rachid Abou Houdeyfa, le célèbre imam de Brest. Ce dernier, pour mémoire, avait naguère affirmé que « ceux qui aiment la musique [seraient] transformés en singes et en porcs » ou que « la femme non voilée n’[avait] pas d’honneur et mérit[ait] le viol. »«


Source : Canard Enchainé 17/08/2016
bajotierra
 
Messages: 4294
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: C'est quoi le CCIF ?

Messagede bajotierra le Jeu 8 Sep 2016 09:35

Le CCIF (Collectif contre l'Islamophobie en France) interpelle ses followeurs depuis le 30 août à propos du cas d'une école confessionnelle musulmane toulousaine hors-contrat, l'école Al-Badr, qui n'ouvrira pas ses portes à la rentrée. Le 20 juillet 2016, l'Education Nationale a mis en demeure les parents d'inscrire la centaine d'enfants dans un autre établissement. Le CCIF affirme :


« Aucun élément à charge valable ne justifie cette mise à l’index des autorités, si ce n’est que le directeur de l’école, Abdelfattah Rahhaoui, prend des positions critiques en direction des autorités locales, en tant que simple citoyen »



Le CCIF publie même une vidéo du directeur sur sa page Facebook. Le 5 septembre 2016, le CCIF demande à ses followers de mener une campagne de pression pour que l'école d'Abdelfattah Rahhaoui ouvre ses portes :


1) Relayez massivement cette information autour de vous, en partageant cet article.

2) Sur twitter, interpellez courtoisement et précisément l’académie de Toulouse (@actoulouse), l’Education Nationale (@EducationFrance) et la Ministre de l’Education Nationale , Najat Vallaud-Belkacem (@najatvb)

3) Contactez directement par téléphone le ministère de l’Education Nationale pour leur demander, dans un esprit constructif et de dialogue, des éclaircissements à ce sujet. (01 55 55 10 10)

Qui est Abdelfattah Rahhaoui, que défend tant le CCIF ?


Un imam adepte des prêches sexistes et homophobes sur Youtube


A la fois directeur de l'école Al-Badr et Imam, Abdelfattah Rahhaoui est hyper actif sur les réseaux sociaux. Il multiplie les vidéos Youtube.

Abdelfattah Rahhaoui développe une vision ultra-conservatrice de la famille. Dans une vidéo de 2013, il fustige la « théorie du genre », qui permet de « choisir son orientation sexuelle », ainsi que le « lobby LGBT ». Avec des propos homophobes et transphobes, il accuse le gouvernement et même les non-musulmans de « pervertir les enfants », dans « un contexte social déjà pervers » et de présenter l'homosexualité comme une chose « normale », alors qu' « Allah a détruit [les homosexuels] ». Il compare homosexualité et zoophilie, présente les ouvrages de Christine Boutin et Alain Escada. Il jure devant Allah de ne pas laisser faire le gouvernement, et invite ses auditeurs à en faire de même dans son prêche exalté.

Il intervient à la Rencontre Annuelle des Musulmans de France de l'UOIF au Bourget en 2015, dans une vidéo disponible en ligne, et est également présent à celle de 2016.

Dans un sermon à la mosquée de Meaux en mai 2015, il affirme que les femmes sont obligées de se voiler :


« la femme [selon les autorités françaises] doit être épanouie, à l’école, mais puisque à l’école, on ne peut pas effectivement amener la femme avec son hijab, elle a le droit d’enlever son hijab. Quel droit puisque Allah lui avait donné cette [obligation] ? Et je le dis à tous ceux qui écoutent, à tous ceux qui regardent : le hijab est une obligation qui ne changera jamais ».

Il explique également que la seule religion qui n'a pas été inventée est l'Islam :


« Tout ce qui est christianisme ou judaïsme, comme beaucoup le disent, ce sont des religions qui sont descendues du haut des cieux, c’est faux, c’est faux. Ce sont des religions qui ont été inventées, qui n’ont pas été révélées. La seule religion qui a été, ou qui est, agréée par Allah c’est l’islam. C’est la première des choses avec laquelle je voulais commencer et entrer dans le sujet ».

Abdelfattah Rahhaoui est mis en garde à vue du 30 au 31 mars 15 à la SRPJ de Toulouse pour « travail dissimulé dans son établissement » et « outrages aux inspecteurs du travail ». Il met cette garde à vue sur le compte de ses propos sur l'attentat de Charlie Hebdo qui déplairaient aux autorités, et annonce sa collaboration avec Alain Soral.


"Une interview sera réalisée très prochainement par ÉGALITÉ ET RÉCONCILIATION afin de mieux informer notre communauté et l’opinion publique sur ces différentes affaires en cours, et en la même occasion dénoncer des attitudes d’intimidation faites à l’encontre de beaucoup parmi les citoyens français de confession musulmane. Enfin de compte, et ceci reste mon intime conviction : Le citoyen musulman en France aujourd’hui a pris la place du juif d’hier ».

Le site d'Alain Soral publie alors son communiqué sur son site internet ainsi que son appel à un rassemblement devant le commissariat, non sans quelques accents complotistes « je vous invite tous chères sœurs, chers frères à diffuser très largement mon histoire pour la faire connaître à celles et ceux qui ne sont pas encore au courant car nous ne devons plus servir de bouc émissaire aux injustices électoralistes. Pour celles et ceux qui le peuvent, venez Allah y jazikum bil Kheyr affirmer votre indignation devant le commissariat de l’Embouchure à Toulouse et pour les autres invoquez ardemment le Tout-Puissant pour que je triomphe de cette oppression ».

Abdelfattah Rahhaoui déclare à propos de Charlie Hebdo : « je reconnais la barbarie des attentats sans pour autant valider les ignobles caricatures fanatiques de ce journal. Par le Créateur, je ne me mettrai jamais à genoux, je ne céderai pas aux tentatives d’humiliation et je continuerai inchAllah à employer mes forces pour que les droits et l’expression des musulmans soient respectés ». Dans une vidéo Youtube, il interpelle « le recteur », qu'il décrit comme asservi, à condamner Charlie Hebdo :« quand Dieudonné a critiqué les juifs, il en a vu de toutes les couleurs ». Il prend également la défense de Siné : « quand on dessine contre les juifs c'est antisémite, mais quand on dessine contre les musulmans (…) c'est une liberté d'expression, avec les musulmans il n'y a aucune ligne rouge (…) le fait de dessiner [le prophète] c'est des kuffars, ce que a fait Charlie est condamnable ». Il continue dans sa rhétorique d'un deux poids, deux mesures : « allez dire aux historiens s'ils peuvent remettre en cause le chiffre de 6 millions de juifs massacrés ? ».

Fin 2013, Abdelfattah Rahhaoui publie une vidéo sur son compte Youtube, visionnée plus de 15 000 fois, intitulée "IL ETAIT UNE FOIS EN FRANCE, JUIFS ET MUSULMANS... POURQUOI LES JUIFS SONT SI PUISSANTS ET LES MUSULMANS SI IMPUISSANTS? LA RÉPONSE VOUS ÉTONNERA..."

Il liste alors une série de personnalités juives ou supposées juives, dans les domaines scientifique et financier, et compare le nombre de prix Nobel reçus par des juifs et par des musulmans. Un extrait de Dieudonné sur le plateau de Thierry Ardisson alors qu'il vient d'être condamné pour son sketch antisémite est également diffusé, avec la question qui revient incessamment : pourquoi les juifs sont si puissants ? Rahhaoui donne sa réponse : les musulmans ont besoin d'être éduqués. La suite de sa vidéo est alors... un appel au don pour la construction de son école Al-Badr, avec des images de fillettes voilées.

Abdelfattah Rahhaoui est aussi à l'affiche d'une conférence d'Egalité et Réconciliation le 26 avril 2015, aux cotés d'Alain Soral et de Jacob Cohen sur le thème : Juifs, chrétiens et musulmans, comment aller vers la réconciliation nationale ? Il annonce finalement qu'il ne pourra pas s'y rendre quelques jours avant.

Soutien de l'association salafiste Sanâbil


Abdelfattah Rahhaoui n'hésitera pas à apporter son soutien à l'association salafiste Sanâbil, dont le président est assigné à résidence à partir du 17 novembre 2015, en ces termes : « pourquoi le musulman en France aujourd'hui prend la place du juif d'hier ? Soutien à notre cher frère Bilal. A partager s'il vous plaît pour dénoncer l'injustice ».


Sanâbil est une association créée en 2007 et présidée par Antho (Bilal) Bonamba, qui se présente comme une association de soutien moral, spirituel et financier aux détenus musulmans. Bilal Bonamba a étudié à l'Institut Qordoba du Caire, un Institut contraint de fermer en 2005 et nommé dans les rapports du renseignement français. Lorsque Fabien Clain, l'un des principaux bourreaux français de Daesh, était emprisonné en 2009, il communiquait avec « son ami »Bilal Bonamba. Lorsque Mehdi Nemmouche, terroriste du musée juif de Bruxelles, était emprisonné en 2011, c'est à Sanâbil qu'il s'était adressé pour obtenir des textes religieux à propos de la taille de sa barbe et du voile intégral. Bilal Bonamba rend également visite en prison à Sabri Essid, demi-frère de Mohamed Merah, emprisonné en 2009 pour quatre ans pour avoir tenté de rejoindre le djihad en Irak en 2006. A sa sortie de prison, Bilal Bonamba l'interviewe et poste une longue vidéo où il déclare « Notre frère Sabri a vécu l’épreuve de la prison. (…) Une pensée pour tous nos frères et nos sœurs emprisonnés en France et dans le monde. Tous nos savants derrière les barreaux… » Depuis, Sabri Essid a rejoint Daesh et apparaît dans ses vidéos de propagande, couteau à la main. L'association Sanâbil apparaît également dans le dossier des attentats de janvier 2015 : Amédy Coulibaly, sa compagne Hayat Boumedienne, ainsi que le djihadiste Mohamed Belhoucine et sa compagne se retrouvent notamment à l'automne 2014 lors d'un pique-nique organisé par l'association, alors que Mohamed Belhoucine avait déjà été condamné pour son rôle dans une filière djihadiste vers la région afghano-pakistanaise.

La page Facebook de Sanâbil propose de faire la connaissance de « Wali » : « Connaissez-vous Wali ? Sans doute que non, c'est un de nos frères détenu depuis 1995 aux USA et à qui il reste encore neuf années à passer derrière les barreaux. L'un de ses fils est malentendant et n'a pu suivre une scolarité pour cause de paperasse administrative, une de ses filles est muette, et il a une grande de seize ans, Maryam. (…) On espère que ses messages vous pousseront à vous souvenir de nos frères sous les verrous et ne pas oublier d'invoquer Allah pour qu'Il les aide, et pourquoi pas, leur apporter votre soutien, Sanâbil en est un moyen. ». Sanâbil oublie de préciser que « Wali » s'appelle en réalité Wali Khan Amin Shah, est emprisonné pour terrorisme pour avoir participé à l'attentat manqué de Bojinka en 1995 qui devait faire exploser 11 avions de lignes, lancer un avion sur le siège de la CIA et tuer le pape Jean Paul II.

Bonamba est selon les services antiterroristes comme un « théologien et figure emblématique du salafisme en Ile-de-France, impliqué dans une filière d’acheminement vers la Syrie et mis en cause dans plusieurs affaires d’association de malfaiteurs, financement du terrorisme et apologie du terrorisme ».

Ce qui n'empêche pas Abdelfattah Rahhaoui d'apporter total soutien à Sanâbil, ni le CCIF d'appeler ouvertement à soutenir Abdelfattah Rahhaoui.

Carla Parisi

EXTRAITS DE http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/10391
bajotierra
 
Messages: 4294
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: C'est quoi le CCIF ?

Messagede rastanar le Sam 24 Sep 2016 14:26

Tiens à propos de la madrasa Al-Badr,où le bourrage de crane est pratiquer,ils ne vont pas faire long feu à Toulouse.
De plus ils font payer 190 euros par mois aux parents,ce bourrage de crâne;comme quoi le religieux profite toujours de la crédulité et de la misère intellectuelle des individus.
Comme toute secte,ils s'installent dans des quartiers défavorisés abandonné par l'état,ce n'est un secret pour personne.

:arrow: http://www.ladepeche.fr/article/2016/09/20/2422110-inspection-academique-demande-fermeture-ecole-musulmane-al-badr.html

Depuis son ouverture en septembre 2013 dans le quartier Bellefontaine à Toulouse,le groupe scolaire musulman Al-Badr a fait l'objet de plusieurs contrôles administratifs de la part
de la Directte(inspection du travail)et de l'inspection académique,dont un le 2 avril 2016,en présence de policiers.La vigilance assidue dont semble faire l'objet cette école mater-
-nelle et primaire a abouti en juillet à une injonction de l'inspection académique qui a fait un rapport négatif sur cet école.Des parents d'élèves ont reçu un courrier leur demandant
d'inscrire leurs enfants dans un autre établissement.Faute de quoi le tribunal correctionnel pourrait les condamner à une peine de six mois de prison et de 7500 euros d'amende.Le
motif invoqué par l'inspection académique(qui ne souhaite pas communiquer sur ce dossier),est que l'établissement ne respecte"ni le droit de l'enfant à l'instruction obligatoire",ce
qu'auraient constaté les inspecteurs lors de la visite surprise du 2 avril.

Personnage controversé,le directeur de l'école,l'imam Abdelfattah Rahhoui,ingénieur de formation,conférencier très actif sur les réseaux qualifie ses poursuites " d'acharnement
contre l'école et lui-même".Abdelfattah Rahhoui dénonce ainsi "l'impact très dur qu'a eu l'intrusion de policiers dans l'école en avril,dans la tête d'enfants qui ont entre 3 et 11 ans".
Il défend les méthodes d'enseignement de son école qui vise,dit-il,à "une excellence dans l'instruction de ses enfants,ce que les autres écoles de ZEP(Zone d'Education Prioritaire)ne
font pas". Les enfants apprennent en plus des autres matières,l'arabe,le coran et l'éducation islamique,dit l'imam Rahhoui."Ils ne sont pas enfermés.Ils sortent à Walibi,à la cité de
l'espace,font de la boxe et du karting". Le directeur évoque par ailleurs une sortie scolaire au Laser Quest de Toulouse qui aurait été mise en avant dans le rapport de l'inspection
Académique"avec des sous-entendus laissant penser que nous entraînons les enfants au tir",dit-il."Ca a provoqué tout un emballement très dommageable dans une période de gran-
de crispation.Une école qui enseigne le coran et l'islam dans son vrai sens ne fera que jouer un rempart contre l'extrémisme radical". Depuis le 30 août,le CCIF(Collectif Contre l'Isla-
-mophobie en France)alerte sur le cas de cette école confessionnelle musulmane toulousaine :"Aucun élément à charge valable ne justifie cette mise à l'index,si ce n'est que le direc-
-teur de l'école,Abdelfattah Rahhoui,prend des postions critiques en direction des autorités locales,en tant que simple citoyen". Assisté par avocat Me François Benech,Abdelfattah Rah-
-houi devrait être entendu par la SRPJ.

L'école Al-Badr peut recevoir 150 élèves,de la maternelle au cm2.Ils sont cette année 90 élèves.Comme dans toute école privée,l'enseignement n'y est pas gratuit.Les parents payent en
moyenne 190 euros par mois.
Le soulèvement aura lieu...tu aura beau prier ton dieu---La Canaille

"C'est pas des trous de balle qui vont nous empêcher de vivre.
D'ailleurs j'en ai un et je vis très bien avec"---Karin Viard
Avatar de l’utilisateur
rastanar
 
Messages: 1800
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:48

Re: C'est quoi le CCIF ?

Messagede bajotierra le Ven 23 Juin 2017 10:53

Le CCIF, fleuron de la nouvelle extrême droite française

(par Naëm Bestandji)

https://www.facebook.com/notes/na%C3%AB ... 5338326899
bajotierra
 
Messages: 4294
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28


Retourner vers Politique générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité