Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policiéres

Toutes les infos sur les luttes en cours

Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policiéres

Messagede bajotierra le Mar 4 Nov 2014 10:48

Samedi 8 novembre appel national à manifester contre les violences policières.
RDV 14h place du Capitole à Toulouse




Marche solidaire contre les violences policières et judiciaire
le 8 novembre 2014 sur le Zad

Les membres et sympathisants du Collectif Copain44 sont révoltés par la mort de Rémy Fraysse, dramatique conséquence, tristement prévisible, de la volonté du pouvoir en place de réprimer par la violence policière et judiciaire l’expression de toutes nos contestations citoyennes.

Nous demandons que la responsabilité, non seulement de l’homme qui à lancé la grenade meurtrière, mais de tous les échelons de la hiérarchie décisionnelle qui ont mis en place les conditions de ce terrible drame, soient établies, reconnues et sanctionnées.

Nous demandons l’abandon immédiat de l’utilisation de toutes les armes dites « non létales » qui ont déjà tant de fois mutilé et tué, au Testet et ailleurs. Bien que révoltés, nous refusons de répondre par la violence et la destruction à cette violence institutionnalisée.

Copain 44 appelle à une marche unitaire le samedi 8 novembre 2014 à partir de 14h00 sur la Zad entre le Sabot, la forêt de Rohanne et la Chateigne, lieu où nous avons subit la même violence policière en 2012, mais où nous avons aussi su être solidaires pour y résister.

Copain 44
Contacts du COPAIN44 :
06.87.52.34.26
06.30.47.01.56
06.21.04.76.84
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Mar 4 Nov 2014 12:37

ZAD 31] Rassemblement samedi 8 novembre



Pour l’abandon définitif du projet de barrage à Sivens !
Pour la réappropriation de nos vies et de nos territoires !
Pour le désarmement total des forces de police et de gendarmerie !
Pour l’amnistie complète des inculpé-es de Sivens !


Notre mouvement se renforce et ne se laisse plus diviser entre catégories
aussi limitantes et grossières que « bons » ou « mauvais » manifestants,
« non-violents » ou « djihadistes verts ».

Notre résistance fait écho en France et ailleurs, partout où nos vies n’ont
plus de place dans les logiques mortifères du système marchand.

L’État s’est enfermé dans cette impasse et n’a su proposer pour dialogue
que mépris et répression.

Ne nous laissons plus intimider par leurs tirs et n’hésitons plus à venir
protégé-es en manif (lunettes, masques, casques, boucliers...)

Nous sommes déterminés à en finir avec toutes les violences de l’État !

Appel à Rassemblement national Toulouse, place Jean Jaurès Samedi 8 Novembre 2014, 14h

Le T.E.S.T.E.T.
(Tous Ensemble pour Sauver le Testet et Tout le reste)
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Mar 4 Nov 2014 18:02

Grenoble

Mercredi 5/11 à 18h Manifestation depuis la place de Verdun à Grenoble . Samedi 8/11 à 17H dans le parc Hoche à Grenoble , près de la caserne de Bonne retrouvons nous encore pour protester contre cet Etat , ses intérêts et ses flics ; pour se ressaisir ensemble de nos vies et des espaces dans lesquels on habite .



Appel à Manifester !

Rémi est mort samedi 25 octobre 2014 après avoir reçu dans le dos une grenade tirée à tir tendu par un gendarme qui protégeait le chantier du barrage du Sivens dans le Tarn. Les forces de l’ordre tuent. Nous le savons. Mais ça ne finit pas de nous révolter... ! Depuis deux mois elles blessent et mutilent les opposants au barrage résistant sur place, les opérations d’expulsion étant de plus en plus violentes… La réalisation du projet s’est brusquement accéléré et de manière autoritaire. En réaction, samedi 25 au soir, une action de sabotage du chantier était prévue par le mouvement pour ralentir les travaux. S’opposer physiquement aux machines de destruction et aux forces de l’ordre qui protègent les intérêts du capital est une pratique politique utilisée partout dans le monde et depuis de nombreuses années. C’est parce que le seul recours aux voies légales et démocratiques n’aboutit jamais à une victoire que les barricades sont dressées et les chantiers attaqués. Ces pratiques multiples se complétent et doivent exister ensemble pour permettre aux mouvements de lutte de ne pas sombrer dans l’oubli et avoir un réel impact sur les territoires convoités par les investisseurs publics comme privés. Comme nous le montre l’histoire : à Notre dame des Landes contre un projet d’aéroport, à Plogoff contre une centrale à gaz , dans le Val de Susa en Italie contre le TGV Lyon-Turin etc... Voilà pourquoi les états et les médias ont tant d’enjeux à diviser et mettre en opposition nos méthodes, voilà pourquoi ils font encore exister, malgré son absurdité , la division entre les « gentils écologistes » et les « méchants anarchistes »… Ce jeu de division est un moyen depuis toujours utilisé pour affaiblir les mouvements de contestation qui grondent… La dernière fois qu’un manifestant est mort dans une occupation de chantier ( 1977, creys malville, mouvement anti nucléaire ) le mouvement est mort avec lui. C’est la peur, la tristesse et le jeu médiatico-politique que manient si bien les dirigeants qui ont eu raison du mouvement de protestation… Aujourd’hui le mouvement s’élargit... Pourquoi un assassinat devient affaire d’état…

La police tue. Ce n’est pas une surprise. En France c’est plus d’une dizaine de personnes par an qui décèdent des crimes policiers et nombreux.e.s sont les blessé.e.s. Nos cris restent muets car il n’y à aucune manière d’attaquer cette institution et la justice ne fait que défendre les intérêts de l’état et des puissants. Jamais un flic n’est destitué pour ses violences alors que de lourdes peines tombent sur les soits disants « hors la loi » ; pour quelques pierres , une course poursuite, un jet de bouteilles, une barette de shit…

Aujourd’hui il s’agit d’un meurtre policier, un parmi tant d’autres, tant d’autres étouffés. Ce sont pour la plupart des crimes racistes. Cette fois ce qui fait tache c’est que Rémi était blanc bénévole et étudiant. Il ne correspond donc à aucun stigmate que médias et états ont créés pour légitimer les violences policières. Ni « jeune de quartier délinquant », ni « casseur », ni « anarchiste violent dont les méthodes sont indignes d’un pays civilisés »(citation du directeur du journal libération), il était juste opposant au projet. Il aurait pu être moi ou toi peut être ? Quiconque est sortit des chemins pré-traçés, quiconque a du utiliser le système D, quiconque s’est révolté ! Parce qu’ils détiennent le pouvoir de déterminer ce qui est violent ou non, ils détiennent également le pouvoir d’exercer la violence dans l’impunité. Voilà pourquoi tant de colère est exprimée dans la rue ! Tant qu’il n’y aura pas d’arrêt des violences d’état, le retour au calme ne sera pas de notre fait ! Expulsions des sans papiers et morts aux frontières, morts suspectes dans les prisons et violences des matons, expulsions des logements et descentes musclées dans les quartiers, étouffements des révoltes en France et ailleurs, protection des meetings fascistes et délit de fascièce... ; la liste est longue mais les luttes inépuisables ! Aujourd’hui, aux quatre coins de la France et même ailleurs en Europe, les protestations se multiplient, et la repression s’abat déjà. Les médias dominants nous accablent de la politique de la peur et de la violence... Echangeons nous mêmes sur nos réalités ! Utilisons les médias autonomes*, rejoignons nous dans la rue !!!

Mercredi 5/11 à 18h Manifestation depuis la place de Verdun à Grenoble . Samedi 8/11 à 17H dans le parc Hoche à Grenoble , près de la caserne de Bonne retrouvons nous encore pour protester contre cet Etat , ses intérêts et ses flics ; pour se ressaisir ensemble de nos vies et des espaces dans lesquels on habite .

Venez nombreus.e.s !!! Pour toutes les victimes de la police , ni oubli ni pardon !


bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Mer 5 Nov 2014 10:50

Rouen

Hommage à Rémi Fraisse : des militants campent devant le palais de justice de Rouen

http://www.paris-normandie.fr/detail_ar ... Fnkpk10zcu
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Jeu 6 Nov 2014 10:36

Image
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Jeu 6 Nov 2014 17:50

Liste des manifestations contre les violences policières pour ce Week end.

• Samedi à Toulouse, manifestation nationale, 14h.
• Samedi à Paris, Bastille, 14h.
• Samedi à Rennes, place saint Michel, 15h.
• Samedi à Lille, 18h.
• Samedi à Caen, place Bouchard, 13h.
• Samedi à Grenoble, Parc Hoche, 17h.
• Samedi à Vannes, esplanade du port, 14h.
• Samedi à Mulhouse, place de la réunion, 14h.
• Samedi à Montpellier, place de la comédie, 15h.
• Samedi à Metz, place Nelson Mandela, 16h30.


Plusieurs AGs sur les facultés ou ailleurs.
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Ven 7 Nov 2014 09:53

TOULOUSE



Sivens : appel à manif sous haute tension



Après la manifestation en hommage à Rémi Fraisse, ce jeune homme de 21 ans retrouvé mort sur le site du barrage de Sivens, qui a dégénéré, samedi dernier à Toulouse, un nouvel appel à rassemblement vient d'être lancé pour demain. Si certains appellent au calme, d'autres entendent durcir le mouvement. Ce nouveau rassemblement s'annonce sous haute tension, les forces de l'ordre s'attendent en effet à devoir contenir des débordements. Le collectif «Tant qu'il y aura des bouilles» et le TESTET (Tous ensemble pour sauver le Testet et tout le reste) appellent à une manifestation non autorisée cette fois encore, à partir de 14 heures à Jean-Jaurès à Toulouse. Provocateurs à l'égard de la police et des gendarmes, ceux-ci demandent aux participants de venir «protégés» à la manifestation, c'est-à-dire munis de «lunettes, masques, casques, boucliers…». Ils expliquent : «L'État n'a su proposer pour dialogue que mépris et répression. Ne nous laissons plus intimider par leurs tirs».



Ces organisateurs de la manifestation ont plusieurs revendications parmi lesquelles «l'abandon définitif du projet de barrage à Sivens ; le désarmement total des forces de police et de gendarmerie ; l'amnistie complète des inculpés de Sivens.»

À l'inverse, le mouvement des jeunes communistes français, qui appelle également à la manifestation pour «dénoncer les violences policières des dernières semaines, autour de la mort de Rémi Fraisse», réaffirme sa volonté de manifester «pacifiquement et se désolidarise des groupuscules ultra-gauchistes attisant une violence stérile, faisant le jeu du pouvoir et de ceux qui cherchent à disqualifier un mouvement légitime et digne».

Samedi dernier, en marge de la manifestation, des scènes de guérilla urbaine et des heurts avec les policiers, seize personnes avaient été interpellées. Six ont été condamnées à des peines de prison ferme sans mandat de dépôt. Un septième a été placé en détention en attendant d'être jugé.
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Ven 7 Nov 2014 11:11

Rémi Fraisse: une manifestation «contre les violences d'Etat» interdite à Rennes



http://www.20minutes.fr/france/1476906- ... e-a-rennes

Mort de Rémi Fraisse: La police évacue un campement écologiste de Rouen


http://www.20minutes.fr/societe/1476759 ... iste-rouen
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Sam 8 Nov 2014 10:37

Anti-Sivens : le préfet interdit la manifestation de ce samedi à Toulouse

http://www.ladepeche.fr/article/2014/11 ... ation.html
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Sam 8 Nov 2014 13:43

La préfecture de Haute-Garonne a interdit vendredi soir une manifestation prévue samedi à 14h à Toulouse sur le thème «halte aux violences policières» après la mort du jeune écologiste Rémi Fraisse, tué le 26 octobre par l'explosion d'une grenade de la police. Une manifestation similaire prévue à Rennes samedi a été également été interdite par la préfecture d'Ille-et-Vilaine.

Rémi Fraisse a été atteint lors d'affrontements survenus dans la nuit sur le site du projet de barrage contesté de Sivens (Tarn). De nombreuses manifestations ont eu lieu depuis en France pour protester contre sa mort et ont souvent donné lieu à des affrontements avec les forces de l'ordre.

Des risques d'affrontements

Dans l'arrêté publié vendredi, le préfet de Haute-Garonne Pascal Mailhos interdit la manifestation déclarée par le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) pour l«'annulation définitive du projet de barrage de Sivens» et «contre les violences policières et la militarisation par l'Etat de l'espace public».

S'il estime que la déclaration a été faite «hors délai» et ne permet pas de prévoir un «itinéraire alternatif» au trajet prévu dans le centre-ville, le préfet se fonde surtout sur le précédent de la manifestation «non déclarée» du 1er novembre, qui a conduit à «des affrontements violents» et à «des dégradations de biens publics et privés».

13 personnes sont poursuivies dont quatre ont déjà été condamnées à des peines de prison en comparution immédiate.

La mort de Rémi Fraisse «est un crime d'Etat»

Le préfet justifie l'interdiction en expliquant que «la cristallisation des oppositions liée au décès» de Rémi Fraisse rend «éminemment prévisible les risques d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre». Il relève en outre que des tracts diffusés dans une université toulousaine appellent à «prendre la rue» et «invitent les étudiants à venir munis de masques et de casques». Ces tracts ont été diffusé par un nouveau collectif T.E.S.T.E.T («Tous ensemble pour sauver le Testet et tout le reste») sans rapport avec le collectif à l'origine de l'opposition au barrage de Sivens.

Le «Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet» a d'ailleurs souligné vendredi qu'il n'appelait pas à cette manifestation, car il «appelle ou soutient uniquement les manifestations dont l'appel indique clairement qu'il y a volonté de manifester pacifiquement ». De leur côté le NPA et les co-signataires, Alternative Libertaire, Comité syndicaliste révolutionnaire, et Union antifasciste toulousaine, soulignent dans leur appel à manifester que «le choix de la violence a été fait par le gouvernement».

Selon eux la mort de Rémi Fraisse «est un crime d'Etat», il faut «établir les responsabilités à tous les niveaux» et «l'utilisatiion d'armes par les forces de l'ordre doit être prohibée».


http://www.20minutes.fr/societe/1477467 ... interdites

Bon, ça me rajeuni

Voilà presque 40 ans que je n'ai pas participé a une manifestation "interdite" , a l'époque ça interpellait d'entrée sur les lieux et autours , donc on se rassemblait plus loin , (des fois un deuxiéme lieu voire un troisiéme était prévu ), puis ça chargeait direct avec les fourgons sirénes hurlantes et en tiraillant n'importe quoi n'importe où , mais ça c'était du temps de la dictature et de la "policia armada "

Maintenant on va observer comment nos apprentis Mussolini tout droit sortis de leurs petits bureaux vont s'y prendre ..

La tension croît depuis quelques heures à Toulouse. Les forces de l'ordre sont déployées en nombre sur le secteur Capitole - Jean Jaurès. L'objectif est de dissuader les manifestants de se regrouper. Les contrôles se sont multipliés aux portes de Toulouse, pour empêcher que des casseurs ne rentrent dans le centre ville. La manifestation a été interdite par le préfet


exact .
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Dim 9 Nov 2014 09:54

Salut a tous ,

Hie a Toulouse nous avons eu droit a tout ce que cette société produit de pire , un petit préfet qui se prend pour Franco , des flics affolés qui tirent de travers et tabassent des passantes

https://www.youtube.com/watch?v=cmdWkhpb_o4


et ces journaliste minables tellement menteurs qu''ils en deviennent pathétiques , cherchant a justifier leurs soldes




AUTOPSIE D'UNE MANIPULATION MÉDIATIQUE

L'opération médiatique avait pourtant commencé avec les grands moyens : 2 correspondants sur place, plus les cameramens, camion-régie pour les retransmissions par satellite, et vocabulaire incendiaire, tout y était pour foutre la trouille du peuple ... au peuple.

14 heures : les manifs de protestations contre les violences policières de ‪#‎Nantes‬, ‪#‎Paris‬, et ‪#‎Toulouse‬ se passent "bien", c'est à dire mal pour les propagandistes du pouvoir en mal de "guérillas urbaines" pour faire oublier le meurtre de ‪#‎Rémi‬ : pas le plus petit incident à se mettre sous la caméra ! Hommage digne, minute de silence pour Rémi Fraisse, mort pour que vive la nature, manifestant-e-s de tous âges ayant bravé l'oukase du préfet pour venir dire "STOP AUX VIOLENCES POLICIÈRES" et stop aux grands projet inutiles et imposés, on ne peut plus pacifiquement.

15 heures : BFMTV commence à parler de "scènes de guérilla urbaine". Le seul problème, c'est que les images ne sont pas "raccord" : on voit des CRS gazer des manifestants pacifiquement assis par terre ...

16 heures : les gaz lacrymogènes envahissent les rues de la ville. Chouette, la télé peut enfin montrer des images de "manifestants cagoulés" puisque tout le monde, manifestants ou pas, se couvre la bouche et le nez pour tenter vaille que vaille de respirer dans les nuages de gaz lacrymogènes répandus par les robocops !

17 heures : là, ça commence à tourner en boucle, l'expression "scènes de guérilla urbaine" ... mais les images ne sont toujours pas en phase avec les commentaires guerriers de BFMTV, on n'y voit guère que des clowns au nez rouge, à visage découvert, qui essaient par tous les moyens de montrer leur pacifisme !

Et puis les premiers témoignages arrivent : les CRS ont gazé tout le monde dès 14h45, et bloqué la manif entre deux cordons de robocops. Celles et ceux qui tentaient d'échapper à cette souricière furent frappés. Des flics en civil, déguisés en casseurs mais reconnaissables à leur brassard rouge "police" agressent brutalement des jeunes, on ne comprendra pas pourquoi car BFMTV n'a trouvé aucune violence à montrer !
Ça y est, les "scènes de guérilla urbaines", les "scènes de violence" sont dans la boite, et peu importe pour les commentateurs parisiens si LEURS IMAGES NE MONTRENT QUE DES VIOLENCES POLICIÈRES ! (et une voiture ayant pris feu, sans lien évident avec la manifestation pacifique, mais systématiquement associée ! D'après plusieurs témoignages, c'est une grenade lancée par des gendarmes mobiles qui a mis le feu à cette voiture : https://www.facebook.com/ripremifraisse ... 05/?type=1 et vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=mg-ZEbPSNJw )

Depuis 15 jours, depuis le meurtre de Rémi, les manipulations et les mensonges de l'état et des ‪#‎médias‬ appartenant aux trusts du BTP et de l'armement sont incessants mais DE PLUS EN PLUS FLAGRANTS :

- durant 48 heures après le crime d'état, le gouvernement s'est tu, alors qu'il savait dès les premières heures que Rémi Fraisse était mort d'un tir d'une grenade offensive dans le dos : http://www.mediapart.fr/…/mort-de-remi-fraisse-la-chronolog…

- pendant 15 jours, le chef de la ‪#‎gendarmerie‬, le gouvernement, et les médias racontent qu'UNE SEULE GRENADE OFFENSIVE a été utilisée. C'est ce qu'on lit dans "Le Monde" du 24 octobre 2014 qui cite des "sources proches de l'enquête", autrement dit des flics, et ce que racontent toutes les télés : http://www.lemonde.fr/…/la-tension-est-a-son-comble-dans-le…

- le 8 novembre, le directeur général de la gendarmerie nationale Denis Favier contredit la première version officielle : selon lui, 23 grenades offensives ont été tirées la nuit du drame entre minuit et trois heures du matin. 23 ! Ce n'est donc pas une seule, contrairement à ce que le pouvoir raconte depuis 15 jours. Mais d'après mediapart, c'est en fait 400 grenades offensives qui ont été tirées la nuit où Rémi Fraisse a été tué : http://www.mediapart.fr/…/sivens-400-grenades-ont-ete-tiree…
400 !

- le 6 novembre, devant 8 miilions de français, le président ‪#‎FHollande‬ MENT en direct sur ‪#‎TF1‬ à propos des grenades offensives, insultant au passage la mémoire de Vital Michalon, mort d'avoir eu raison 22 ans trop tôt : https://www.facebook.com/revoltes.net/p ... 2904720895

- des flics déguisés en ‪#‎casseurs‬ ont été vus dans plusieurs ‪#‎manifestations‬, et notamment dans celles qualifiées par les médias de "scènes de guérilla urbaine" : https://www.facebook.com/taranisnews/po ... 4879391361 , http://www.reporterre.net/spip.php?article6522 , http://www.ouest-france.fr/rennes-besan ... se-des-pol… , https://www.youtube.com/watch?v=ppVAKMKBECo , ... (nombreuses sources, avec photos et vidéos en ligne sur le web).

- quelques nazillons tentent d'infiltrer les ‪#‎ZAD‬, les vrais ‪#‎zadistes‬ dénoncent cette magouille puante de l'extrême-droite : http://zad.nadir.org/spip.php?article1001 , http://lahorde.samizdat.net/…/zad-du-testet-non-a-la-recup…/

Flics en civil déguisés en casseurs dans les manifs, flics qui viennent sur les ZAD jouer les révoltés à deux balles pour suggérer des actions impopulaires isolant les ZAD du peuple, médias fliqués, gouvernement qui a menti, je n'avais pas vu un tel degré de manipulations médiatiques depuis 1986, depuis la nuit où Malik Oussékine a été assassiné, cette nuit où l'on a vu des drôles de "civils" casqués et munis de battes de base-ball tous habillés pareils sortir en rang et au pas cadencé de la Mairie de Paris ! (cf. émission "Taxi" du 12 décembre 1986, vue sur FR3, comme par hasard disparue RÉCEMMENT du site web de l'INA dans sa version complète où l'on voit les flics casseurs, mais dont il reste un extrait en ligne : http://www.ina.fr/video/CAC97113031 )

Minga, le 8 novembre 2014.
Texte sous licence "Art libre" (Copyleft), à partager, copier/coller, et diffuser librement.



https://fr-fr.facebook.com/revoltes.net ... 6442939342


Oui ,

hier a Toulouse la lâchété et les mensonges étaient encore rendez vous , mais ces pourritures ont trouvé face a elles la Solidarité du Peuple qui demain plus encore réclamera Justice et Liberté .

LIbérez nos camarades, Justice pour Remi , Justice pour Tous
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Dim 9 Nov 2014 17:07

Témoignage de réponse a un article de la presse locale

En lisant cet article, je me demande si vos journalistes étaient bien présents ou s'ils tiennent leurs infos uniquement de sources policières.
Moi j'y étais, voici ce que j'ai vu :
Le préfet ayant finalement accepté un mini-parcours sur les allées Jean Jaurès jusqu'à la mediathèque, nous avons commencé à défiler dans le calme, poussés par les camions des gardes mobiles très présents sur la place Wilson avant la manif.
Des cordons de CRS bloquaient le boulevard des deux côtés, ainsi que toutes les rues adjacentes à Jean Jaures.
Dès le début de la manif, nous avons vu des dizaines de camions de CRS descendre du haut de Jean Jaures pour se positionner environ à mi-parcours.
Les CRS ont alors établi un barrage et ont commencé à installer les grilles de protection sur leurs véhicules.
Notre cortège a donc été forcé de s'immobiliser. Certains manifestant se sont alors assis en chantant "nous sommes pacifistes".
Ils ont été immédiatement gazés par les CRS qui ont alors également tiré des grenades lacrymogènes dans la foule.
Ce fut alors la panique, les manifestants courant vers le bas des allées cherchant à fuir les gaz lacrymogènes.
Les CRS ont alors chargé en matraquant tous ceux qu'ils trouvaient devant eux.
J'ai réussi à m'échapper de ce piège à rat en feintant un cordon de CRS qui tenaient une des rues adjacentes et je suis ainsi parvenu à rejoindre le boulevard de Strasbourg.
Mais la foule des manifestants est restée bloquée sur les allées Jean Jaures au milieu des nuages de lacrymogènes.
Ceci est une véritable honte et totalement contraire aux règles élémentaires du maintien de l'ordre : selon le code de déontologie de la police, Les gaz lacrymogènes peuvent être utilisées pour disperser ou repousser une foule hostile mais il est strictement interdit de les utiliser sur des manifestants ayant l'impossibilité de fuir, à fortiori lorsque ce sont les forces de l'ordre elles-mêmes qui les y en empêchent.
Plusieurs personnes ont dues être prises en charge par les pompiers suite à des malaises et débuts d'asphyxie liés à ce piège policier.

Ensuite j'ai suivi les événements sur le boulevard de Strasbourg où la situation a été chaotique jusqu'à 18h30.
Les CRS et des policiers de la BAC (en civils mais casqués) ont chargé toute l'après-midi la foule rassemblée sur le boulevard, foule composée de manifestants mais aussi de badauds et de passants. Les CRS tiraient des grenades lacrymogènes au milieu de cette foule, créant de véritables mouvements de panique, j'ai vu des mères de famille et des enfants en pleurs essayant d'échapper aux gaz.
Cette présence et cette brutalité policière étaient totalement inutiles et disproportionnés et furent vécues comme une provocation par tous les Toulousains présents sur place.
De plus je tiens à signaler que par la bêtise et l'incompétence de ces prétendues forces de l'ordre (qui en réalité suscitent le désordre), il aurait pu y avoir de vrais drames hier sur le boulevard de Strasbourg : En effet, ces incapables avaient tout simplement omis de couper la circulation et des véhicules arrivant de Compans se retrouvaient au milieu de la foule à hauteur de la rue Bayard, les grenades lacrymogènes rebondissant sur les capots ! J'ai vu une conductrice prise de panique accélérer brutalement pour fuir le chaos, manquant au passage d'écraser un groupe de passants !
L'attitude inadmissible et incompréhensible des CRS et des Gardes Mobiles sur le boulevard de Strasbourg a fini par susciter l'hostilité générale de la foule, même celle des passants ne se sentant pas concernés par la manifestation. A tel point que la colère se généralisant, les forces "de l'ordre" ont dû reculer à maintes reprises, incapables de résister au désordre qu'elles avaient elles-mêmes créé.
Certains policiers ont dû s'enfuir en courant, tirant au flashball au hasard devant eux pour se dégager au milieu du carrefour bayard -strasbourg ! Là encore, il y aurait pu avoir des victimes, un tir de flashball à hauteur d'homme à bout portant pouvant avoir des conséquences dramatiques.
La situation sur le boulevard a fini par se calmer vers 18h30 avec une dernière charge de la BAC appuyée par des CRS jusqu'à la place Arnaud-Bernard.
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Dim 9 Nov 2014 20:49

Témoignage d'un jeune pacifiste

Que s'est-il passé le 8 Novembre à Toulouse ?
Je m'appelle Valentin, j'ai 17 ans et je suis pacifiste.
Nous nous sommes tous réunis comme prévu à 14 Place Jean Jaurès pour la manifestation. Nous avions appris la veille au soir -via les médias !- qu'elle était interdite. Après avoir observé une minute de silence à la mémoire de Rémi, nous nous sommes concertés afin de savoir ce que l'on allait entreprendre. Un membre du NPA a négocié avec la police et 30 minutes après, il nous a appris que la police -via le Préfet- nous proposait un nouveau parcours : traverser les allées Jean Jaurès. Premier piège de la journée mais nous ne le savions pas encore. Dans une ambiance bonne enfant, la manifestation avançait dans la Boulevard Jean Jaurès, encadrée par des policiers. Second piège. Et tout à coup, en plein milieu du boulevard, des camions anti-émeute (avec de grandes grilles devant le capot) arrivent et bloquent la manif au milieu du boulevard. Étonnés, on voit une masse de CRS avancer en même temps que les camions vers nous. Alors que nous étions autorisés à traverser le boulevard. C'est là que le piège s'est refermé sur nous : nous nous sommes aperçus que nous étions totalement encerclés : les CRS et les GM bloquaient le boulevard derrière, devant et sur les côtés. Impossible donc d'en sortir. Alors on s'est tous couchés par terre en signe d'indignation et de non-violence. Et là c'est le drame : les CRS lancent une sommation pour que l'on se disperse (alors que le boulevard était ENCERCLÉ et que l'on ne pouvait PAS partir). Puis ils chargent sur les manifestants couchés en première ligne : gaz lacrymogènes en pleine face, grenades assourdissantes, coups de pieds, coups de matraques. Nous sommes tous restés couchés en se tenant les uns les autres mais la douleur était telle que tout le monde a fini par partir en courant petit à petit. Pour ma part, j'étais couché devant, en première ligne. J'ai reçu coups de pieds, de matraque, de bouclier, et je ne sais combien de gaz dirigés vers le sol par les CRS. Je suffoquais tellement qu'au bout de 5 minutes j'ai dû sortir en courant. La jeune fille à côté de moi est restée 30 secondes de plus et un CRS lui a attrapé la tête par les cheveux afin de la gazer en plein visage. Pour ma part j'ai couru pour me réfugier loin des gaz dans un coin du boulevard. J'ai observé une super solidarité car des gens me croisaient et me donnaient du sérum pour les yeux. Au bout de 10 minutes ça allait (un peu mieux), j'avais encore les yeux qui pleuraient mais je suis revenu sur les lieux. Et là j'ai vu une scène de massacre : des policiers frappaient des manifestants partout, c'était la chasse, le boulevard était bloqué et personne ne pouvait s'enfuir. J'étais hors de moi et j'ai commis une erreur : je me suis avancé vers un chef des CRS et je lui ai dit toute ma colère, sans violence mais avec beaucoup d'entrain dans ma voix. Il m'a poussé, et j'ai vu son regard vide, sans âme, une seconde. Puis il a levé son aérosol et m'a gazé au visage, j'étais en face de lui, à 3 cm de son visage. Puis j'ai entendu des gens lui crier dessus et je suis parti car j'avais vraiment mal, j'avais du gaz partout, nez, bouche, yeux, oreilles, cheveux, vêtements... La peau me brûlait, je n'y voyais rien, je me suis effondré. Heureusement des gens m'ont attrapé et m'ont porté jusqu'à chez eux pour que je me rince le visage. La douleur était telle que je voulais qu'on m'assomme ! Sur le chemin j'ai observé une magnifique solidarité car tout le monde me proposait du Maalox, du sérum pour les yeux, à manger, à boire... J'étais complètement sonné par la douleur. On a voulu sortir du boulevard mais impossible, j'ai dit que je voulais me soigner, que je ne pouvais plus respirer, et la réponse que l'on a eu c'est : "bien fait pour vous, vous y étiez c'est que vous le méritez, vous y restez maintenant". On a mis une bonne demi-heure à atteindre l'appartement de ceux qui m'ont aidé en passant par des rues dérobées. J'ai mis au moins 45 minutes à m'en remettre. Hier soir en rentrant chez moi j'ai voulu me doucher mais tous les gaz qui étaient restés dans mes cheveux ont dégouliné sur mon corps et ça m'a horriblement brûlé. La personne qui est venue me chercher à Toulouse avait même du mal à respirer et toussait dans la voiture car j'avais plein de gaz sur moi, on a dû s'arrêter plusieurs fois au milieu de l'autoroute pour aérer la voiture car il ne pouvait pas conduire !
Bravo à ceux qui sont restés coincés dans le boulevard durant plusieurs heures dans les gaz et les tirs de Flash-Ball.
Cette manif était un piège : les policiers nous ont menti (ce trajet n'a en réalité jamais été autorisé) et en ont profité pour tous nous bloquer dans un espace restreint et nous faire mal. Ils ont attisé la haine en nous en chargeant les manifestants pacifiques couchés par terre. LES POLICIERS SONT À L'ORIGINE DES DÉBORDEMENTS QU'ILS ONT VOLONTAIREMENT PROVOQUÉ !
Ah et j'oubliais, il faut savoir qu'au début de la manif des gens arrivaient et venaient parler avec les policiers, puis se joignaient à eux afin de "faire régner l'ordre" et ce n'était en aucun cas des policiers. Des policiers de la BAC se sont déguisés en casseurs et ont chassé des gens, cassé des vitrines... Les policiers se sont joints à des INCONNUS et leur ont prêté des CASQUES afin qu'ils tapent dans le tas, et ça je l'ai VU DE MES PROPRES YEUX !
Je tiens à remercier les personnes qui m'ont tiré de là car sans elles je sais pas ce que je serai devenu...
Si quelqu'un a une vidéo ou des photos de ce qu'il s'est passé, que ce soit au début quand on était couchés ou à la fin quand le CRS m'a gazé en face de moi, je suis preneur car j'ai des journalistes qui le voudraient.
Ci-joint des photos de mon visage après le premier gazage de loin (où j'ai une écharpe) et après mon gazage de près (j'ai du Maalox, la rre blanche, plein le visage).
La peau me brûle encore et ma maison et ma salle de bain puent le gaz, je viens de relancer une troisième machine pour laver mes affaires car le gaz ne part pas. J'ai peur de prendre une nouvelle douche c'est dire ! Vous pouvez chercher sur YouTube des vidéos de ce massacre car il y en a sûrement.
Merci d'avoir pris la peine de lire. J'espère qu'il y a de quoi prendre conscience de la barbarie des policiers.
Je porte plainte Mardi.
Val

bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Dim 9 Nov 2014 20:51

Image
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede bajotierra le Lun 10 Nov 2014 11:33

Communiqué suite aux événement du 08 novembre.

Contre les violences policières : La mobilisation populaire continuera de se développer et de s’amplifier

Par communiqué du 2 Novembre 2014 nous avions fait le constat de la mise en œuvre par le gouvernement et sa police de la stratégie de la tension. Samedi 8 Novembre l’interdiction de la manifestation Toulousaine en hommage à Remi Fraisse et contre les violences policières a participé de la même stratégie. Malgré tout le dispositif de répression mis en place ce sont prés de 2000 personnes qui n’ont pas hésité à braver l’interdiction de l’Etat ( responsable direct de la mort de Remi l’Etat , à la fois juge et partie, était à ce titre totalement illégitime a interdire cette manifestation )

Comme la semaine dernière la manifestation a démarré dans le calme, comme la semaine dernière la violence est venue de la police. Comme la semaine dernière les provocations policières ont précédé les mensonges des medias. Face aux atteintes aux libertés fondamentales , face à l’Etat qui nous méprise, face aux médias qui nous mentent, la mobilisation populaire continuera de se développer et s’amplifier.

Libérez nos camarades. Justice pour Remi. Justice pour tous.

CNT -AIT Toulouse, le 09 Novembre 2014


https://www.facebook.com/pages/Cnt-ait- ... 0011469841
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policéres

Messagede loupi le Mar 11 Nov 2014 13:14

loupi
 
Messages: 104
Inscription: Ven 27 Sep 2013 11:55

Re: Samedi 8 Novembre Marches contre les violences policiéres

Messagede bajotierra le Mer 12 Nov 2014 11:01

Plateau de Millevaches : des manifestants enferment des gendarmes dans leur caserne

http://rue89.nouvelobs.com/zapnet/2014/ ... see-255963

Dans une vidéo témoignant de l’action, le groupe appelle à l’imiter.


« Nous, assemblée populaire du plateau de Millevaches, appelons tous et chacun dans les jours qui viennent, à se rendre en masse devant les commissariats, gendarmeries et casernes, afin d’y bloquer par tous les moyens nécessaires, piquets, soudures, cadenas, murets, etc. la sortie des uniformes globalement inutiles, malfaisants et régulièrement assassins qui les peuplent. »

Ils ont laissé sur place une banderole « Désarmons la police » maculée de peinture rouge.
bajotierra
 
Messages: 4405
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28


Retourner vers Luttes actuelles et manifestations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité