Mouvement dans les facs ?

Toutes les infos sur les luttes en cours

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede kuhing le Dim 9 Nov 2008 22:22

trotsky1920 a écrit:La vraie question, c'est surtout : sur toutes ces AGs, combien se prononcent pour le retrait de la LRU? Car Unef ou pas (on s'en tape un peu, face à des étudiants déterminé, ils rasent les murs) la question reste celle des revendications.



Je ne suis plus étudiant depuis un moment donc je n’ai pas approfondi la question précise de la LRU.
Mais de toutes façons je sais qu’en général les réformes ne vont pas dans le sens de l’améliorations d’études et la valorisations des diplômes.
Là si j’ai bien compris, le Libertés et Responsabiltés des Universités va dan le sens d’une mise en place de budgets différents d’une université à l’autre en les laissant se démerder seule pour trouver le fric.
C’est ça la LRU , les jeunots ?
Bon c’est ce que j’en ai à peu prés compris, ce qui aboutira à des universités bien équipées et d’autres moins , ce qui entraînera à terme à des diplômes qui n’auront pas la même valeur d’une université à l’autre.
Apparemment la mobilisation des étudiants de l’année dernière contre le projet de loi Pécresse n’a pas abouti à grand chose et le LRU est donc toujours d’actualité.
(encore une fois les étudiants présents sur ce forum pourront donner plus de précisions là dessus.)
Mais apparemment cette année les revendications étudiantes dépasseraient même cette question du retrait du LRU. Il s’agit aussi des conditions de vies déplorables des étudiants notamment concernant le logement et la paupérisation très grave de ceux qui souhaitent étudier après le bac.
Je regardais un reportage récemment à la télé là dessus et c’est vraiment une catastrophe pour les étudiant(e)s avec en particulier des difficultés énormes pour réussir à se loger qui excluent déjà tous les boursiers et génèrent des situations où certains proposent à des étudiantes de se prostituer en échange d’un hébergement.
Bref on assiste à un aggravation d’une situation qui arrive maintenant à une atteinte à la dignité humaine et où seuls les enfants issus de familles aisées voire très aisées peuvent espérer décrocher un diplôme.
Il s’agit donc bien de questions qui dépassent le simple cadre de la revendication précise mais posent le problème plus général du système lui-même dont tout le monde ou presque subit les affres.
Donc je pense qu’il faut effectivement présenter cette question aux étudiants de façon globale et en arriver à faire le lien avec la population parce que les problèmes des étudiants tout comme ceux du reste de la populations ne seront résolus durablement que par un mouvement d’ensemble de toutes les catégories qui composent la société.
Sinon en quoi les luttes étudiantes m'interesseraient ?
kuhing
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede sebiseb le Dim 9 Nov 2008 22:32

Dans l'idéal, il faudrait que les étudiants et leurs prof's se réapproprient l'université - Entrent dans les bureaux et prennent le contrôle de la gestion administrative et budgétaire, dans un mouvement d'ensemble où l'ensemble de la société ferait de même dans les entreprises, les administrations et les lieux de gouvernance !
#apt-get install anarchy-in-the-world
#world restart
Anar'mitiés - sebiseb
Avatar de l’utilisateur
sebiseb
 
Messages: 1961
Inscription: Jeu 14 Aoû 2008 14:51
Localisation: Île de France - Centre

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede maxtoo le Dim 9 Nov 2008 23:06

A lille, il y a eu aussi une ag d'info organisée par l'unef avec des gens qui venaient même de Paris. Au bout de 20 minutes, la jeunesse communisme demande aux autonomes s'ils veulent faire un putsch avec eux pour renverser le bureau tellement les principes démocratiques d'une assemblée générale n'étaient pas respectés. Pas mal de gens ont gueulé contre l'unef, et étaient surtout vraiment enervés par ce qu'ils avaient fait pour le mouvement anti-LRU. Bref, l'unef s'est fait accueillir par les étudiants comme il se doit. On vera bien la semaine prochaine comment ca va se passer.
maxtoo
 
Messages: 15
Inscription: Lun 13 Oct 2008 13:18

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede Vilaine bureaucrate le Dim 9 Nov 2008 23:11

Kuhing a écrit:Sinon en quoi les luttes étudiantes m'interesseraient ?
:mrgreen:

La LRU c'est l'université au service du capitalisme.

sebiseb a écrit:Dans l'idéal, il faudrait que les étudiants et leurs prof's se réapproprient l'université - Entrent dans les bureaux et prennent le contrôle de la gestion administrative et budgétaire, dans un mouvement d'ensemble où l'ensemble de la société ferait de même dans les entreprises, les administrations et les lieux de gouvernance !


Oui c'est sur , mais les profs d'université et les étudiants n'ont en aucun cas les mêmes interets, ni les memes capacités de mobilisation. Ya pas grand chose a faire avec eux.

Maxtoo a écrit:On vera bien la semaine prochaine comment ca va se passer.
:wink:
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 2330
Inscription: Mar 24 Juin 2008 14:45

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede kuhing le Dim 9 Nov 2008 23:22

sebiseb a écrit:Dans l'idéal, il faudrait que les étudiants et leurs prof's se réapproprient l'université - Entrent dans les bureaux et prennent le contrôle de la gestion administrative et budgétaire, dans un mouvement d'ensemble où l'ensemble de la société ferait de même dans les entreprises, les administrations et les lieux de gouvernance !


Il semblerait qu'un mouvement se dessine petit à petit dans ce sens là.
mais il faut passer par la grève générale.
Il faudra composer alors, nous anarchistes avec les autres forces politiques et ce ne sera pas facile de se battre pour que les responsables politiques de tous poils ne confisquent le pouvoir à la base. Il faudra compter sur nos propres forces pour ça mais surtout espérer que la base sera plus forte que les bureucrates et ceux qui se considèrent comme une avant-garde.

Il se passe quelque chose qui me semble interessant chez les ouvriers de chez Renault. Et on sait bien que "quand Renault tousse, la France s'enrhume" et vu l'état du monde, la contagion peut vite se propager.
une discussion et des témoignages interessants sur cette question sur le forum LCR/NPA
kuhing
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede chaperon rouge le Lun 10 Nov 2008 00:50

Le P'tit noir Express sur les lignes :)
GUERRE À LA GUERRE, À BAS TOUTES LES ARMÉES
chaperon rouge
 
Messages: 379
Inscription: Dim 21 Sep 2008 00:13

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede qierrot le Lun 10 Nov 2008 03:28

maxtoo a écrit:On vera bien la semaine prochaine comment ca va se passer.

comment on verra ?
à Tours comme sans doute ailleurs se sont les camarades qui ont pris l'initiative justement pour ne pas être dans le "on verra"...Alors çà te laisse une semaine pour trouver d'autres libertaires conséquents et construire avec d'autres un pôle moteur...non mais !... :lol: (c'est pour déconner...quoique...)
Image çà rajeuni...
qierrot
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede poolpikan le Lun 10 Nov 2008 06:42

pôle moteur ? ouais c'est évident non? s'organiser par affinités donne toujours de meilleures choses que de se perdre à essayer d'organiser un idéal mouvement qui sera toujours insatisfaisant et improductif sauf si notre fraction idéalogique prend de l'importance...
Je serais étudiant aujourd'hui je ferais ça : avec deux -trois copains (plus si possible, si aucun ben rien ..) s'organiser pour balancer du bois et du sens , et dans une certaine mesure essayer d'en produire. Dans ces mouvements c'est une bascule des possibles pour un certain nombre, et donc faut être présent pour faire le lien , expliciter, introduire simplement à cette idée libertaire .

Dénouer les fils ensemble , c'est en ça que ces mouvement sont interressants. Parcequ'on s'y met ensemble. autant en AG ou dans les actions qui suivent (vu qu'après un moment l'AG est qu'un passage décisionnel, le quotidien se décidant en comité(s) de lutte. Et c'est ça que je veux dire, si on arrive, en petit groupe affinitaires, à se retrouver au fur à mesure et à émulsionner et réfléchir assez ensemble alors c'est envisageable de produire quelquechose de suffisamment détonant potentiellement pour amener qqchose de valable dans le cas où on passerait à une deuxième partie du mouvement , où ça se prolongerait et où les pantins seraient blousés , et chacun serait amener à se faire sa raison.
parcequ'à ce moment c'est le fond ( et le fond lor c'est la forme) qui fait la différence aussi . rien que qques centaines de personnes , ça change tout alors.. imaginez qu'elles soient actives.

Le temps marche pour nous jveux dire. les apprentis baudruches de l'unef ou autre ne s'agitent qu'un moment , et quand il le faut pour eux ; il suffit d'être suffisamment là à ce moment pour les kicker .. au début ; ensuite on peut travailler le fond . la forme.
produire du sens. de la bonne expression . ça les textes de n'importe quel syndicat n'y résiste mais jamais , si c'est bien sentit .


pour la LRU au fait c'est toujours l'OCDE qui chapeaute et a conseillé son instauration ? (comme le LMD avant .. ) -dans le quel cas faire le lien avec l'ocde c'est du pain blc pour un argumentaire-
Le problème n'est pas gauche-droite. Il est haut-bas.
Avatar de l’utilisateur
poolpikan
 
Messages: 660
Inscription: Dim 15 Juin 2008 15:33

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede Berckman le Lun 10 Nov 2008 15:19

Par exemple pourquoi pas développer des trucs en direction des étudiant-e-s/travailleurs-euses

un truc c'est a dire?

La plupart des groupes militants sur l'université (syndicats étudiants ou groupes politiques) structurent leur activité de deux manière :
_ soit en s'adressant aux "étudiants" en général (indépendemment de leur situation) pour les mobiliser sur les réformes qui touchent l'université, ou sur tel ou tel sujet de société (la guerre, etc...)
_ soit, dans le cas des syndicats étudiants (tout du moins de certains), en s'attaquant à des revendications concrètes, concernant par exemple les bourses, le logement étudiant, l'organisation des résidences universitaires...
Sans nier l'intérêt d'une telle activité (particulièrement pour le deuxième type, souvent négligé par les organisations "gauchistes" ou "révolutionnaires" et les syndicats de lutte), il faut souligner que rare voire très rare sont les organisations qui voient la fac pour ce qu'elle est aussi : le regroupement sur le même espace de milliers de travailleuses et travailleurs, pour beaucoup précaires.
La fac offre une opportunité très importante, de ce fait, pour informer les travailleuses et travailleurs que sont nombre d'étudiant-e-sur tout ce qui peut les aider à se défendre face aux patrons :
_ droit du travail (droit du licenciement par exemple, pour pouvoir faire raquer le patron qui vire...)
_ méthode d'organisation syndicale (comment constituer une section, le droit de grève, etc...)
_ méthodes d'action directe (grève, sabotage, etc...)
Mais aussi pour apporter du soutien à de telles tentatives...
Bref, un travail d'UNION LOCALE de syndicats
Lorsque j'étais étudiant, syndiqué CNT sur Lyon, nous avions commencé à tenir des conf et des tables de presse avec de l'info sur le droit du travail, particulièrement les recours en cas de licenciement... Cela nous a "obligé" à nous former (nous taper les textes de loi, etc...), et nous a été très utile par la suite en tant que travailleurs et travailleuses non étudiants. Cela évite la "grande rupture" militante si fréquente entre années étudiante et "entrée définitive dans le monde du travail", parce que ça donne des outils qui sont utiles dans les 2 cas.
En effet, combien de militant-e-s étudiant-e-s "radicaux" cessent de l'être une fois qu'ils et elles ne sont plus étudiant-e-s, isolé-e-s dans les entreprise, confronté-e-s à la répression patronale, souvent sans "ressources" face à elle, faute d'aquisition préalable d'outil de lutte adéquats aux monde du travail (formation)
Le résultat de cette expérience, c'est d'une part que nous avons touché des étudiant-e-s qui jusqu'ici regardaient le militantisme syndical ou politique avec méfiance (comme quelque chose sans rapport avec leur vie et leur quotidien), d'autre part l'UNEF qui a vite compris tout le risque qu'il y avait pour elle s'est mise à inviter des syndicalistes CGT pour faire la même chose, avec le "label" en plus.

Bref, il est interessant de se mobiliser contre les attaques gouvernementales sur la fac (mais perso par exemple je pense qu'il vaut mieux, dans le cadre étudiant, s'organiser de manière spécifique, dans des groupes politiques, que dans des "syndicats étudiants" qui sont en fait des groupes politiques, malgré leur dénomination), pour l'amélioration des conditions de vie des étudiants, mais il est à mon avis très important de faire un travail syndical (au sens d'un syndicalisme salarié), parce que c'est une occasion inespéré de développer l'organisation de travailleuses et de travailleurs précaires sur une base territoriale :
On peut imaginer aussi une "bourse du travail" sur la fac : échange de plan taf, (et du coup échange aussi des infos sur les patrons les plus crevards), échange d'infos, etc...


La LRU c'est l'université au service du capitalisme.

Hum désolé de faire le relou VB, mais je vois pas quand l'université aurait cessé d'être au service du capitalisme, avant la LRU... On peut y voir un stade suplémentaire d'asservissement de la fac à des logiques de rentabilité, mais bon faudrait pas oublié que ça fait longtemps qu'elle joue ce rôle, non ?
Berckman
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede trotsky1920 le Mar 11 Nov 2008 00:49

pour la LRU au fait c'est toujours l'OCDE qui chapeaute et a conseillé son instauration ? (comme le LMD avant .. )


Dites donc, elle a bon dos l'OCDE : c'est l'union européenne, cette institution du fric, des flics et des curés, qui a fomenté la privatisation des toutes les universités avec Bologne, avec le LMD (ECTS : prononcer icitihesse).
Avec Alègre qui nous a pondu sa licence professionnelle, puis Lang qui a fait le LMD, et les autres ministres de droite qui ont continuer cette ouvre, aidé par l'UNEF.
Tient d'ailleurs l'unef a plus aidé les gouvernements de droite que de gauche : elle n'a pas écrit la contre réforme LMD, mais elle a bien co rédigé dans le cadre du CNESER cette saloperie de LRU. Maintenant, elle l'applique dans les CA.
trotsky1920
 
Messages: 210
Inscription: Dim 9 Nov 2008 20:42

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede kuhing le Mar 11 Nov 2008 20:29

Une info envoyée sur le forum LCR

Communiqué de la FSE :


Et maintenant, EDVIGE à la fac !



Un document des Ministères de l'Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur, daté du 15 octobre 2008, révèle la volonté de mettre en place un dispositif de vielle sur Internet qui vise notamment à « repérer les leaders d'opinion, les lanceurs d'alerte, et analyser leur potentiel d'influence et leur capacité à se constituer en réseau » ou encore « anticiper les risques de contagion et de crise ». Le but de ce dispositif, coutant près de 120.000€ par an, ne doit pas nous échapper : surveiller, contrôler et anticiper toute forme d'agitation.

Cette nouvelle mesure répond aux exigences ministérielles de pacifier les campus qui restent encore aujourd'hui des foyers de résistance aux politiques gouvernementales. A l'heure où la classe dominante se croit toute puissante et multiplie les provocations, nous devons plus que jamais ne pas baisser la garde ! Cette appel d'offre s’inscrit dans une politique sécuritaire qui se durcit année après année : EDVIGE, loi Perben I et II, lois Sarkozy I et II , loi sur la prévention de la délinquance etc. Cette politique ne signifie pas juste une privation des libertés fondamentales mais relève d’une véritable volonté politique de criminaliser une partie de la population.

La Fédération Syndicale Etudiante ne se laissera pas intimider par ces provocations et continuera son combat contre la capitalisation de l'université ! Face à l'accélération des réformes et du tout sécuritaire nous devons nous organiser collectivement et lutter, et c'est ce à quoi la FSE travaille !


Contre les lois d’exception et l’état policier !
Nous ne nous laisserons pas faire !
kuhing
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede Olé le Mar 11 Nov 2008 22:01

http://www.lesmotsontunsens.com/files/c ... pinion.pdf

page 3 je cite:

ARTICLE 5 - DESCRIPTION DES PRESTATIONS
5.1 Présentation
5.1.1 Objectif
Le dispositif de veille en question vise, en particulier sur Internet, à :
- Identifier les thèmes stratégiques (pérennes, prévisibles ou émergents)
- Identifier et analyser les sources stratégiques ou structurant l’opinion
Repérer les leaders d’opinion, les lanceurs d’alerte et analyser leur potentiel d’influence et
leur capacité à se constituer en réseau
- Décrypter les sources des débats et leurs modes de propagation
-Repérer les informations signifiantes (en particulier les signaux faibles)
- Suivre les informations signifiantes dans le temps
- Relever des indicateurs quantitatifs (volume des contributions, nombre de commentaires,
audience, etc.)
- Rapprocher ces informations et les interpréter
- Anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise
- Alerter et préconiser en conséquence
Les informations signifiantes pertinentes sont celles qui préfigurent un débat, un « risque opinion »
potentiel, une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués.
Olé
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede kuhing le Mar 11 Nov 2008 22:18

Léo a écrit:http://www.lesmotsontunsens.com/files/ccp57_aoo_veille_opinion.pdf

page 3 je cite:

ARTICLE 5 - DESCRIPTION DES PRESTATIONS
5.1 Présentation
5.1.1 Objectif
Le dispositif de veille en question vise, en particulier sur Internet, à :
- Identifier les thèmes stratégiques (pérennes, prévisibles ou émergents)
- Identifier et analyser les sources stratégiques ou structurant l’opinion
Repérer les leaders d’opinion, les lanceurs d’alerte et analyser leur potentiel d’influence et
leur capacité à se constituer en réseau
- Décrypter les sources des débats et leurs modes de propagation
-Repérer les informations signifiantes (en particulier les signaux faibles)
- Suivre les informations signifiantes dans le temps
- Relever des indicateurs quantitatifs (volume des contributions, nombre de commentaires,
audience, etc.)
- Rapprocher ces informations et les interpréter
- Anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise
- Alerter et préconiser en conséquence
Les informations signifiantes pertinentes sont celles qui préfigurent un débat, un « risque opinion »
potentiel, une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués.


De la folie furieuse...
ça devient très sérieux là.

On en est pas aux 65 ans de prisons dont la dictature Birmane condamne les opposants, mais l'état français se met en place pour la repression.
Avec l'histoire du TGV, je crois qu'il va falloir se méfier.
Et on peut peut-être se demander dans quelle mesure un forum public est maintenant opportun.
Bien que nous soyons sans doute déjà tous repérés...

( discuter de l'opportunité d'un autre espace de discussion ? )
kuhing
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede Olé le Mar 11 Nov 2008 22:34

Tu entends quoi exactement dans ta proposition Kuhing?
Perso j'pense qu'on a pas à se cacher.
Olé
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede Clown le Mer 12 Nov 2008 02:11

pas mal d'assemblées dans les facs parisiennes cette semaine, jeudi notamment
Clown
 
Messages: 200
Inscription: Ven 20 Juin 2008 18:11

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede kuhing le Mer 12 Nov 2008 09:50

Léo a écrit:Tu entends quoi exactement dans ta proposition Kuhing?
Perso j'pense qu'on a pas à se cacher.


ok juste une mise en garde pour le moment.
comme une impression...
kuhing
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede poolpikan le Mer 12 Nov 2008 17:00

trotsky1920 a écrit:
pour la LRU au fait c'est toujours l'OCDE qui chapeaute et a conseillé son instauration ? (comme le LMD avant .. )


Dites donc, elle a bon dos l'OCDE : c'est l'union européenne, cette institution du fric, des flics et des curés, qui a fomenté la privatisation des toutes les universités avec Bologne, avec le LMD (ECTS : prononcer icitihesse).


j'ai pas dis le contraire, la connaissance du lien de l'OCDE fait celui avec l'Union européenne .
Une étude sur l'OCDE permet de montrer les motivations réelles ,mais déniées par les gouvernants, de l'utilisation marchande qu'on veut faire de l'enseignement et de l'avenir qui nous est réservé de manière plus complète .yavait un reportage sur les motivations réelles de l'office ayant rédigé le texte quasi idéologique ayant servit de base aux réformes à travers tt l'Europe je l'avais vu mais aucune idée du titre . Il doit être d'acces relativement pas trop compliqué .

kuhing : cette veille des opinions jean en a parlé sur un fil .
Le problème n'est pas gauche-droite. Il est haut-bas.
Avatar de l’utilisateur
poolpikan
 
Messages: 660
Inscription: Dim 15 Juin 2008 15:33

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede trotsky1920 le Jeu 13 Nov 2008 09:47

j'ai pas dis le contraire, la connaissance du lien de l'OCDE fait celui avec l'Union européenne .


Dans ce cas, ok. Mais j'attire ton attention que beaucoup parle du FMI, de chose et d'autre, pour ne pas dire un mot sur l'union européenne, le lien avec l'impérialisme, dans les sommets des organisations, se fait par l'acceptation de ces institutions.

Pour info, je me permets de vous mettre ci dessous le tract de l'AJR, qui me semble bon sur la question des facs.



Qui peut s’opposer à l’unité

pour l’abrogation de la LRU ?




Au moment où le gouvernement met à disposition des banques 360 milliards d’euros (10,5 milliards versés immédiatement dans le capital des 6 plus grandes banques françaises), des centaines de milliers d’étudiants s’interrogent : et nous ?

Nous, qui attendons le versement de notre bourse pour faire face à la chereté de la vie !

Nous, qui travaillons en dehors – voire à la place des cours – pour subvenir à nos besoins (logement, nourriture, etc.) !

Nous, qui sommes confrontés à l’application de la LRU par le plan « Réussir en Licence » et le plan « Campus », qui détruisent nos diplômes nationaux, nos qualifications ! Qu’allons-nous devenir ?





Les plans de la LRU « Réussir en Licence » et « Campus »,

c’est la destruction de nos diplômes nationaux !





1. Le plan « Réussir en Licence »

Il vise, selon la ministre, à « développ[er] les stages » (18 septembre).

A Rennes-II, la licence de géographie est passée à 7h30 d’enseignement de géographie par semaine, alors qu’elle en comportait 15h avant le plan européen LMD (Processus de Bologne) en 2002 !

A la place, des « stages en entreprise » se multiplient !

2. Le plan « Campus »

Il vise, selon la ministre, à remplacer les 86 universités de ce pays par « dix pôles d’excellence» construits par des « opérations de partenariat public-privé en matière d’investissement et de gestion immobilière » (Le Monde, 6 février), et où les entreprises « peuvent attendre des retours sur investissement.» (document ministériel sur le plan « Campus », 30 avril 2008).





La LRU, c’est la fin des enseignements disciplinaires, ce sont les stages en entreprise débouchant sur des diplômes sans aucune valeur, débouchant sur des chiffons de papier !

La LRU, c’est la fin des universités publiques, ce sont les facs privatisés, avec leur lot de fermetures de filières, d’UFR voire d’universités, avec leur lot de diplômes « Conforama », « Saint-Gobain », « Sanofi »… !

La LRU, c’est la destruction des diplômes nationaux, c’est la déqualification pour la jeunesse !



Les étudiants commencent à se réunir
pour définir leurs revendications





Déjà, des Assemblées générales ont eu lieu.

· A Tours : plus de 70 étudiants et personnels ont voté pour le « retrait du plan de masterisation » des concours qui prévoit d’en finir avec les concours nationaux de recrutement des enseignants.

· A Amiens : 250 étudiants se sont réunis et ont adopté un appel qui dit : « Nous refusons les 900 suppressions de postes (…) ; Nous nous opposons à l’instauration de la sélection à l’entrée du Master ; Nous refusons la disparition des IUFM programmée pour la rentrée prochaine (…) Les étudiants d’Amiens (…) appellent tous les étudiants à se rassembler en Assemblées générales et à préparer la journée nationale d’action du 20 novembre ».

Ces étudiants, ces personnels ont raison d’appeler à se rassembler en Assemblées générales et à préparer la grève du 20 novembre, ils ont raison de refuser la sélection à l’entrée du Master, la disparition des IUFM et le plan de masterisation des concours.

· Tout comme les dizaines d’étudiants réunis dans la cour de la Sorbonne (Paris) ont raison d’affirmer « retrait de la réforme des concours », « retrait de la réforme du lycée » et « retrait de la loi d’autonomie des universités (loi LRU) »



Parce que c’est l’application de la LRU en cette rentrée qui est à l’origine des conditions désastreuses dans lesquelles les étudiants sont plongés !

En Italie, en ce moment même, des millions d’étudiants manifestent pour exiger l’abandon de la « réforme » universitaire en Italie, c’est à dire l’égal de la LRU en France, qui découlent tous deux du plan européen LMD.

Bien sûr, nous avons tous en mémoire la mobilisation l’an dernier, de dizaines de milliers d’étudiants en France pour l’abrogation de la LRU, qui n’a pourtant pas permis de faire reculer le gouvernement. A nouveau, les étudiants vont chercher à faire reculer le gouvernement. On doit donc s’interroger : faut-il continuer à voter dans les Conseils d’administration (CA) la « mise en place de la loi LRU » comme l’ont fait l’UNEF et SUD-Etudiant à Montpellier-2 (PV du CA du 25/01/08) ? Ou encore réclamer « l’ouverture d'un chantier de réflexion au sujet de sa mise en place » (idem) ? Une chose est certaine : dans les AG, dans les TD & les amphis, les étudiants doivent pouvoir se prononcer et désigner leurs représentants sur un mandat clair, comme l’ont fait les étudiants de la Sorbonne, réunis en AG jeudi

n Retrait de la « réforme » des concours !

n Retrait de la « réforme » des lycées !

n Abrogation de la LRU !
trotsky1920
 
Messages: 210
Inscription: Dim 9 Nov 2008 20:42

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede Roro le Jeu 13 Nov 2008 15:15

Article lu sur le monde.fr :

Elles partagent la déception de ne pas faire partie des élues de l'"opération campus", qui va créer dix pôles d'excellence universitaires dotés d'un financement de 5 milliards d'euros. A côté de quelques parisiennes, les universités perdantes sont souvent des établissements plus modestes de province : ils craignent de péricliter. Valérie Pécresse a annoncé, mercredi 12 novembre, dans Les Echos, que onze d'entre elles recevraient 400 millions d'euros sur trois ans.

Mais les "perdantes" ont adopté leurs propres stratégies de survie. Avec ses 10 000 étudiants, l'université de Perpignan Via Dominia est un petit Poucet dans le paysage universitaire. L'argent du plan campus n'aurait pas été de trop pour rénover un parc immobilier vétuste. "J'ai 3 500 m2 de bâtiments préfabriqués construits dans les années 1960 à raser et à reconstruire, et 7 000 m2 à restructurer", explique Jean Benkhelil, président de l'université.

Pour autant, Perpignan n'a pas postulé au plan campus. "Dès le départ, nous avons compris que le projet ministériel s'adressait aux grandes universités métropolitaines", confie M. Benkhelil. Pour trouver les 100 millions nécessaires à sa réhabilitation, le campus compte sur des financements plus classiques, provenant des collectivités. "L'Etat nous a fait comprendre que son aide ne pouvait arriver qu'en complément", ajoute M. Benkhelil.

L'"opération campus" a provoqué un électrochoc pour ces universités, qui vont devoir revoir leur positionnement. " Nous pensons que nous avons notre place à côté des universités de Montpellier, à condition de cultiver nos points forts", conclut le président de Perpignan. L'établissement veut recentrer son offre de formation et sa recherche autour de spécialités comme l'énergie solaire et l'environnement marin. Elle espère aussi profiter de son appartenance au réseau Vives, une association de vingt établissements universitaires de la Catalogne, des îles Baléares, d'Andorre et du sud de la France.

Coincée entre Lille et Paris, l'université de Picardie Jules-Verne, établissement de taille moyenne, est, elle aussi, en pleine réflexion. Pour son président, Georges Faure, elle est " d'utilité publique, car elle permet à des étudiants picards de condition modeste de poursuivre des études supérieures".

Outre le campus principal, situé à Amiens, l'université a ainsi des antennes à Beauvais, Creil, Saint-Quentin, Soissons et Laon. Mais, pour tirer son épingle du jeu, elle fait des appels du pied à ses voisins, notamment l'université de Reims, et les IUT de Compiègne ou de Troyes. "Nous avons des similitudes avec l'université de Reims, et, déjà, des formations en commun. Notre survie passe par la complémentarité. Nous ne pourrons plus nous permettre d'avoir des formations à effectif faible, en double", poursuit M. Faure.

BOUCLER LE BUDGET

En lettres classiques, par exemple, une trentaine d'étudiants seulement font du grec à Amiens. A Reims, ils sont une cinquantaine. L'université réfléchit à répartir les étudiants en licence dans une université, et ceux en master dans l'autre.

Malgré tous leurs projets, ces pôles de second rang savent que leur avenir sera difficile. "Notre situation immobilière nous plombe, analyse le président de Perpignan. Sur un budget de 18 millions d'euros hors personnel, la moitié part en dépenses de fonctionnement." Résultat : des aménagements sont en plan et, chaque année, l'université a du mal à boucler son budget. "L'opération campus était une occasion de restructurer nos implantations pour pouvoir bâtir un campus des sciences en centre-ville, explique Georges Faure, à Amiens. Nous avions besoin de 80 millions d'euros, il va falloir les trouver par un autre moyen. Les collectivités locales nous soutiennent déjà beaucoup, je ne sais pas si elles pourront nous financer davantage."

Arrivées onzièmes alors qu'il n'y avait que dix places, les universités lilloises (Lille-1, Lille-2, Lille-3) ont elles aussi vu les milliards du plan campus s'envoler. Leur dossier s'était vu toutefois attribuer la mention "campus prometteur", qui méritait selon Mme Pécresse, un soutien de l'Etat.

Depuis des semaines, les trois présidents et le représentant de la région Nord-Pas-de-Calais se mobilisaient pour faire valoir cette distinction. Des parlementaires de droite et de gauche ont été reçus par la ministre. Ils ont présenté un nouveau projet. La région Nord-Pas-de-Calais s'est dite prête à le financer à hauteur d'1 euro pour 1 euro mis par l'Etat. A ces conditions, la mobilisation a payé.

Catherine Rollot
Roro
 

Re: Mouvement dans les facs ?

Messagede trotsky1920 le Jeu 13 Nov 2008 21:04

les universités perdantes


Warf! Les universités perdantes seraient celles qui ne rentrent pas dans le cadre du plan "campus"? Le monde, c'est vraiment la bourgeoisie faite journal...
trotsky1920
 
Messages: 210
Inscription: Dim 9 Nov 2008 20:42

PrécédentSuivante

Retourner vers Luttes actuelles et manifestations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités