MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Toutes les infos sur les luttes en cours

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede qierrot le Dim 19 Avr 2009 15:00

appel de Grenoble,
pétition : http://www.pour-construire-la-greve-gen ... tible.org/

FORTS DE TROIS MILLIONS DE MANIFESTANTS DANS LES RUES, C'EST MAINTENANT QU'IL FAUT AGIR !!!

CONSTRUISONS LA GRÈVE GÉNÉRALE RECONDUCTIBLE POUR EXIGER UNE AUTRE POLITIQUE

SI NOUS SOMMES DES MILLIERS À SIGNER CETTE PÉTITION, NOUS POUVONS POUSSER LES DIRECTIONS DES PRINCIPALES CENTRALES SYNDICALES À PRENDRE LEURS RESPONSABILITÉS PAR RAPPORT À LEURS BASES

Les manifestations du 29 janvier, puis du 19 mars 2009 ont fait la preuve du mécontentement généralisé de la population face à la politique gouvernementale.

# Nous en avons assez de ces politiques du fatalisme qui volent au secours des financiers, tout en abdiquant devant les conséquences sociales de la crise et en se déclarant incapables d'en maîtriser les causes.

# Nous en avons assez de la casse méthodique et minutieuse des services publics et de tous les systèmes de protection sociale : hôpitaux, universités, écoles, justice de proximité, services sociaux, retraites, etc. Tous les secteurs sont mis au pas suivant les seules logiques de la précarisation des personnels et de la rentabilité, conséquences du désengagement de l'État et de l'ouverture progressive au marché.

# Nous en avons assez de nous sacrifier pour des multinationales qui profitent des aides de l'État, puis délocalisent pour continuer à faire plus de profits ailleurs.

Il n'y a pas de fatalité dans tout cela. Les richesses existent !
Agissons, organisons-nous et mobilisons-nous pour exiger L'INSTAURATION DE NOUVELLES RÈGLES DU JEU ÉCONOMIQUE, INTÉGRANT DES EXIGENCES SOCIALES ET ENVIRONNEMENTALES qui puissent faire face à la profondeur de la crise mondiale du capitalisme ; des règles communes qui ne soient pas dictées par les intérêts des actionnaires, des fonds de pensions ou du grand patronat :

# EXIGEONS LE MAINTIEN DES SERVICES PUBLICS (ÉDUCATION, SANTÉ, ÉNERGIE, TRANSPORTS, RECHERCHE, etc.) EN DEHORS DU SECTEUR MARCHAND.

# EXIGEONS L'INSTAURATION D'UNE TAXATION SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE sur les fonds spéculatifs et qui pénalise les produits ou entreprises ne respectant pas des standards sociaux et environnementaux stricts.

# EXIGEONS UNE REDISTRIBUTION PLUS ÉQUITABLE DES RICHESSES par le réhaussement des minima sociaux, l’augmentation des salaires et le renforcement d'une imposition progressive pesant sur les plus hauts revenus.

Dans un mouvement de grève générale massif, nous pourrons obtenir le paiement des jours de grève. Si nous sommes des millions, le gouvernement et le patronat ne pourront que céder à nos exigences. Les travailleurs de Guadeloupe nous ont ouvert la voie, en nous montrant que l'unité et la détermination était payantes.

Nous appelons tous les travailleurs à se lancer dans une GRÈVE GÉNÉRALE RECONDUCTIBLE, à partir du mardi 5 mai, si au 1er mai aucune de ces exigences n'a été satisfaite.

# Nous appelons tous les manifestants du 1er mai à brandir des pancartes pour appeler à cette grève générale.

# Nous appelons tous les syndicats à s'associer à cet appel.

# Nous appelons tous les travailleurs syndiqués à menacer de rendre leur carte si leur syndicat ne s'associe pas à cet appel.

# Nous appelons à l'ouverture d'ÉTATS GÉNÉRAUX NATIONAUX, associant syndicats, partis politiques, représentants de la société civile et simples citoyens, afin de dessiner les contours d'une nouvelle politique nationale, européenne et internationale remettant l'humain au centre de l'économie.

Les ravages sociaux, écologiques et politiques du néolibéralisme mondialisé et la rapacité des marchés financiers ont conduit le capitalisme à la pire des crises. Mais faute d'alternative politique à ce régime d'exploitation et de misère, le capitalisme fera supporter aux peuples les frais de sa crise. Un autre type de société permettant l'émancipation individuelle et collective, la protection de la planète et une démocratie revivifiée est possible et nécessaire. C'est à nous toutes et tous de l'élaborer ensemble.

PUISQUE LES PRINCIPAUX SYNDICATS SE MONTRENT IMPUISSANTS À PESER DANS LA POLITIQUE DU PAYS, IL EST TEMPS QU'UN VÉRITABLE MOUVEMENT SE CRÉE À PARTIR DE LA BASE.

LA DÉMOCRATIE NE SE LIMITE PAS À L'ISOLOIR : ELLE SE CONSTRUIT AUSSI DANS LA RUE, SUR NOS LIEUX DE TRAVAIL ET DE VIE, PAR TOUS LES MODES D’ORGANISATION ET D'EXPRESSION COLLECTIFS !!! SI CETTE PÉTITION RÉCOLTE DES MILLIERS DE SIGNATURES, LES SYNDICATS NOUS SUIVRONT, ET NOUS FERONS ENTENDRE NOTRE VOIX !



D'où provient l'appel de Grenoble ? D'un collectif d'universitaires en lutte, baptisé ¡M.A.R.R.E.! (Mobilisés pour une autre réforme de la recherche et de l'enseignement), convaincus qu'il est aberrant de vouloir répondre à la crise en persistant dans la politique qui en est la cause, et qu'il y a urgence à réagir contre une politique de destruction massive des services publics en général et de l'éducation en particulier, de la maternelle à l'université.

Pour nous joindre : collectif.marre@gmail.com
qierrot
 

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede conan le Dim 19 Avr 2009 16:37

J'aurais bien aimé signer un appel à la grève reconductible...
Mais pas avec des revendications pareilles ! on dirait Chérèque qui cause...
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede qierrot le Dim 19 Avr 2009 17:24

Je partage ton opinion, sauf que c'est pas du Chérèque (çà serait trop "gauchiste" pour lui), mais il y a de tout là dedans, et les revendications sont celles de la frange attac, mais par rapport à "l'appel aux états majors syndiquaux" il y a un durcissement de ton, et aussi des éléments partagés et intéressants dans l'appel à l'auto-organisation à la base, sur le fait que "la démocratie ne se limite pas à l'isoloir", que le pouvoir est dans la rue, sur nos lieux de travail et de vie...

Actuellement, et à la lumière de la lutte en Guadeloupe, fleurissent des appels à minima, comme ceux que j'ai pû répertorier dans ce topic un peu plus avant (dans le 35, le Nord, l'Ain, le 37, le Loiret), avec des plateformes revendicatives, que la population (car ces appels maintenant la plupart du temps élargissent le champ au delà des seuls syndiqués de base) est invitée à co-élaborer. Cette démarche non-avant guardiste, permet non seulement de rassembler large en terme de mouvement de masse, mais aussi d'impliquer les gens. Par contre, et on le voit localement, il faut sortir du côté appel incantatoire de minorités agissantes, celà implique d'aller vers les gens, dans les boites du privé, dans les quartiers. Au delà, il faudrait construire une dynamique en réseau au niveau hexagonal. En tout cas, si c'est un moyen, et la question justement de l'auto-organisation est essentielle, ce qui fait débat (chez nous aussi par exemple), c'est la question du sens et des contenus. Comment à partir d'appels revendicatifs à minima, développer d'avantage de contenus, arriver à une appropriation plus importante de ces questions comme l'anti capitalisme, la nécessité de rompre avec ce système, la question d'un autre projet de société à partager avec le plus grand nombre...
qierrot
 

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede bajotierra le Dim 19 Avr 2009 19:04

Tout a fait d'accord avec la remarque de conan ,

quierrot tu dis que c'est trop" gauchiste " pour être du chéréque , moi je soutiens que même le Font National pourrait promettre de telles platitudes :

# EXIGEONS LE MAINTIEN DES SERVICES PUBLICS (ÉDUCATION, SANTÉ, ÉNERGIE, TRANSPORTS, RECHERCHE, etc.) EN DEHORS DU SECTEUR MARCHAND.

# EXIGEONS L'INSTAURATION D'UNE TAXATION SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE sur les fonds spéculatifs et qui pénalise les produits ou entreprises ne respectant pas des standards sociaux et environnementaux stricts.

# EXIGEONS UNE REDISTRIBUTION PLUS ÉQUITABLE DES RICHESSES par le réhaussement des minima sociaux, l’augmentation des salaires et le renforcement d'une imposition progressive pesant sur les plus hauts revenus


Sur le fond donc de ces exigences :

Non seulement il n'y a strictement rien qui remette en cause le sytéme , car comme tu l''exprimes si bien dans ton langage NPAL tu "penses " que
.
on le voit localement il faut sortir du côté appel incantatoire de minorités agissantes , celà implique d'aller vers les gens, dans les boites du privé, dans les quartiers .


Mais ce qui est plus grave , et ce qui me fais dire qu'effectivement tout élement conservateur ou réactionnaire peut soutenir ces exigences , c'est qu'elles restent dans un cadre nationaliste franco-français . Il n'y a rien qui essaie d'y ammener un sentiment altruiste et généreux en regard de ce que vit la population mondiale .Le fait que rien ne dénonce cette Vérité que le capitalisme est un systéme criminel ( tu "penses" que pour aller vers les gens il faille leur mentir ? ) est certes tout a fait compatible avec le désir de statu-quo exprimé par ces exigences :
Mais en somme cela signifie que l'on nous invite a faire gréve pour conserver le sytéme afin qu'il continue de nous profiter .
Les richesses existent !
ah ouiche .....Et donc on se les partage entre le bon peuple français ? .....!

Pour le reste l'autoorganisation que tu évoques ........
Nous appelons tous les syndicats à s'associer à cet appel.

# Nous appelons tous les travailleurs syndiqués à menacer de rendre leur carte si leur syndicat ne s'associe pas à cet appel.

# Nous appelons à l'ouverture d'ÉTATS GÉNÉRAUX NATIONAUX, associant syndicats, partis politiques, représentants de la société civile et simples citoyens, afin de dessiner les contours d'une nouvelle politique nationale, européenne et internationale remettant l'humain au centre de l'économie.


C'est toujours la même tactique gauchiste éculée qui consiste a faire pression sur les directions syndicales et de plus on invite a ce peudo- mouvement "de base " les partis politiques et des représentants de la société civile (c'est quoi ça? ) .......Un comble !

Pour finir il est particulièrement faux d'affirmer ceci

PUISQUE LES PRINCIPAUX SYNDICATS SE MONTRENT IMPUISSANTS À PESER DANS LA POLITIQUE DU PAYS, IL EST TEMPS QU'UN VÉRITABLE MOUVEMENT SE CRÉE À PARTIR DE LA BASE.


on a encore vu que les syndicats pésent dans la politique de ce pays par leur capacité remarquable a neutraliser la combativité des travailleurs !
bajotierra
 
Messages: 4431
Inscription: Mar 19 Aoû 2008 16:28

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede qierrot le Dim 19 Avr 2009 19:22

C'est marrant tu te serts du texte que je ne trouve pas terrible comme conan, et je le dis, pour me faire dire des choses que je ne dis pas, et ne te serts pas de ce que je dis pour débattre et échanger. Mais il est visible que ce n'est pas ton intention.
Après, il ne fait nul doute que contrairement à moi tu as la sainte recette de cuisine...mais attention le truc de la secte incantatoire n'est pas de mise dans ce topic qui cherche à répertorier des initiatives, des "bruissements" de tentatives, à partir desquelles on peut justement débattre et échanger en fonction de nos expériences et de nos pratiques dans ce domaine...et sans être obligé de partager leur contenu, et que l'on peut interoger. Et il y en a qui auront quand même compris que l'enjeu, pour se passer des directions syndicales, c'est bien l'auto-organisation, encore faut-il s'y mettre...
qierrot
 

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede leo le Dim 19 Avr 2009 19:49

Je pense que cet "appel de Grenoble" n'a comme contenu qu'un enième mini-programme de la gauche politique et syndicale. On lit ça tous les 3 jours sur tous les sites de tous ces mouvements, partis, syndicats, assos....

Il y a toujours des gens qui veulent faire un programme : c'est une vieille manie politique de la culture gauchiste qui doit rassurer ceux qui les font et leur donne l'illusion d'exister en tant que "militants" dotés d'une conscience qui va éclairer les "masses" incapable de formuler, d'élaborer leurs propres revendications, doléances, exigences, etc...

Je viens de recevoir un autre texte-appel, qui semble-t-il circule sur plusieurs sites. Il fait référence au 1er mai et à ses suites possibles.
Eh bien je le trouve beaucoup mieux parce que précisément il prend un peu le contre-pied. Il ne met en avant aucune revendication et invite au contraire à ce qu'elles soient formulées par les gens eux-mêmes. On peut chipoter sur pas mal de choses, la référence au Conseil National de la résistance par exemple, mais l'intérêt c'est qu'il insiste sur une démarche, une manière d'être et d'agir et d'affirmer un "nous" qui ne se réduit pas à des organisations dont il faudrait attendre qu'elles décident pour nous et dont, par ailleurs, on se lamente qu'elles ne le fassent pas, pas assez ou pas bien !
Donc voici ce texte.
Je pense qu'il peut ouvrir un débat sur les conditions et possibilités (et non-possibilités) d'une auto-convocation à des mobilisations, des rassemblements, des prises de parole.
Et puis, cela demeure ouvert, on a envie de le filer à son collègue, son voisin.... ce qui est un critère assez important me semble-t-il.

= = = =


Appel à rassemblement devant toutes les mairies les lundis à 18h30 et le 1er mai après les manifs

Pour Paris, nos prochains rendez-vous :
lundi 20 avril 18h30 mairie du 18° métro Jules Joffrin
lundi 27 avril 18h30 mairie du 19° place Armand Carrel
le 1er mai après la manif, Place de l'hôtel de ville

« Je reviendrai et je serai des millions » (Spartacus)

« Je ne veux plus… » Ecrivons la suite ensemble


Rassemblons-nous devant la mairie de chaque ville, village ou arrondissement, chaque lundi à partir de 18h30. Osons affirmer ce que nous ne voulons plus avec enthousiasme, car ce qui nous donne du courage nous éloigne de la main de fer qui cherche à nous mettre à genoux.
L’idée est de sortir de chez soi, de se rencontrer, d’exprimer nos peurs, nos souffrances, nos refus, nos plaintes, et de « porter plainte ». Cette « convergence » des luttes et des désirs, nous l’imaginons riche de tous, jeunes et vieux, avec ou sans emploi, avec ou sans logement, avec ou sans papiers… tous précaires dans ce monde-ci et puissants de nos capacités ignorées ou oubliées. Nous avons confiance dans l’intelligence collective du peuple qui n’a pas besoin d’experts pour s’exprimer
Ce n’est pas facile de se lever et de dire non, de sortir de chez soi, de sa solitude, de ses peurs. Comme le dit le sous-commandant Marcos, « il faut une certaine dose de tendresse pour se mettre à marcher avec tout ce qui s’y oppose… »

Apprenons à nous faire confiance et cessons de nous suspecter parce que nous sommes différents, de nous freiner avec des réflexes d’appareils qui ne servent que nos adversaires. Soyons ouverts : certains groupes, syndicats, partis s’associeront à notre démarche, d’autres pas, mais, si nous réussissons, nous nous retrouverons bientôt dans les rues, et ce ne sera plus un problème.

Et après…? Adoptons une perspective commune qui nous donne espoir, temps et outils pour coconstruire dans l’action un horizon : la grève générale comme premier pas, décisif, qui nous donne le temps et les moyens de nous rassembler et de nous organiser : déposer un moratoire sur le paiement des loyers, des crédits…, penser l’entraide (garde des enfants, confection de repas, etc.).

La grève générale ne se décrète pas, mais elle s'organise et se construit. Organisons-la à notre rythme !

Pour nous préserver de la tentation d’aller trop vite ou de prendre le pouvoir, nous devrons sans doute mettre en place des garde-fous (mandats impératifs, assemblées souveraines, délibérations publiques, révocation des délégués) afin de respecter le principe des zapatistes : « commander en obéissant ».
Utopique notre démarche? Le peuple qui rédigea les cahiers de doléances, les communards, les résistants avec le Conseil national de la résistance ont su inventer les formes de leur mouvement tout en luttant. Aujourd’hui même, en Amérique du Sud, des peuples inventent chaque jour un autre avenir pour eux-mêmes et leurs enfants !

En Grèce, en Guadeloupe et ailleurs, des luttes tenaces se sont construites à partir de milliers de gouttes d’eau qui ont su et voulu se rassembler ! Ne serions-nous pas capables de faire de même ? Sans oublier que le fait d’avoir essayé sincèrement sera une graine qui fleurira en son temps. Toute lutte contient le ferment de la suivante et, en cela, il n’y a pas d’échec du mouvement révolutionnaire, il n’y a que des étapes franchies.

Les grèves, pétitions, actes de désobéissance civile se multiplient depuis des mois et il faudrait rentrer chez soi avec la gueule de bois, nos revendications, nos espoirs, nos projets de société remisés jusqu’à la prochaine manif ?

Le capitalisme, on en connaît les conséquences catastrophiques pour les femmes, les hommes, les corps et les esprits, l'humanité, les civilisations et la planète mais nous n'osons pas dire « NON » car tout se passe comme si nous avions besoin d’attendre un ordre, un signal venu d’on ne sait quel « en haut ».
Le changement ne peut venir que de nous, et se produire avec nous !
Le mouvement social, bien au-delà des organisations, associations, syndicats ou partis, c’est nous !
Prenons nos revendications en main et invitons chacun à nous rejoindre !

Diffusons ce message partout dans les entreprises, à la sortie des commerces, écoles, dans les associations de quartier, les PMI, les foyers de travailleurs immigrés, les transports en commun, les jardins publics… avec le lieu de rendez-vous :

« Retrouvons-nous lundi soir à 18h30 devant la mairie, on discutera de la suite à donner aux manifestations, grèves… Amenez à boire, à manger et à rêver… Signé : Je ne veux plus… »

Organisons-nous en communes autour des maisons du peuple.
Désignons nos délégués pour faire le lien avec les différents lieux de lutte.

« Je reviendrai et je serai des millions » (Spartacus)

Pour le moment, donnez des nouvelles de vos réunions devant les mairies sur le site http://www.21mars2009.fr

Le 1er mai, après la manif :
Assemblées populaires devant les mairies !
leo
 
Messages: 223
Inscription: Ven 17 Avr 2009 18:29

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede conan le Dim 19 Avr 2009 20:29

héhé, pas besoin de cet appel : à poitiers nous avons déjà prévu d'organiser le 1er mai (en collectif interlutte86) devant la mairie, juste après le baratin syndical, une tribune libre pour discuter de tout ça. En attendant, on n'attend pas pour nous serrer les coudes, pour soutenir les copains qui se font emmerder par la justice, organiser des vendredis à thème contre la répression ou contre l'OTAN, pour soutenir les sans-papiers, occuper la fnac... encourager l'occupation de l'amphi J, et caetera. :mrgreen:
Avec assemblée populaire hebdomadaire, boîte mail-liste mail commune sans chefaillon... les mots d'ordre commun c'est bien, mais faut déjà tisser dans l'action réelle, laisser les initiatives se faire et les soutenir toutes, apprendre à se connaître, à s'apprécier, à se serrer les coudes !
laissons pousser la mauvaise herbe ! :D
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede qierrot le Dim 19 Avr 2009 21:03

A Tours aussi il y a appel à pique-nique, mais dans un endroit où l'on pourra se poser et discuter, car le 19 mars, on l'a fait sur la place de la mairie justement, entre jets-d'eaux et bagnolles, çà a été impossible.

leo, quand je poste un texte ici, c'est pour essayer de répertorier les initiatives, et celà ne veux pas dire que j'en partage le contenu ou la démarche. Je me suis d'ailleurs positionné ici pas mal vis à vis de l'appel aux états majors syndicaux par exemple, et redis s'il le faut, et je ne le signerais pas non plus, que l'appel de Grenoble ne me satisfais pas. Par contre être en capacité de développer nos analyses par rapport à ces initiatives et expériences et en lien avec nos pratiques, me parait important pour notre mouvement. Paralèllement à ce topic pour répertorier, javais aussi lancé un topic dans "politique générale", intitulé "mouvement social : au delà des "temps forts"...", viewtopic.php?f=12&t=491, pour avoir un espace de débats et d'élaboration.

Je trouve que le texte que tu as mis ici sur le premier mai, participe de la démarche que je me sentais un peu seul à porter dans ce topic. En plus, je le trouve pas mal foutu, et s'il fallait le signer je le ferais d'ailleurs sans hésitation celui-là. Cette dynamique entre en résonnance avec ce que l'on essaie de tenter aussi localement. D'ailleurs, puisque je te sent "acteur", je te propose de participer à répertorier, si tu le veux, justement toutes les initiatives de ce type prises pour le premier mai, dans le topic approprié : "La suite est le 1er mai", lancé par L'autre facteur dans cette partie "luttes et manifestations", viewtopic.php?f=11&t=1684. Ensuite on pourra rassembler ces infos pour les mettre dans la partie "agenda" au 1er mai.

conan, il serait bien de mettre trace écrite ici de ce qu'il se passe à Poitiers aussi. Vous n'avez pas de plateforme ou de texte ?
qierrot
 

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede conan le Dim 19 Avr 2009 21:24

Pas de plate-forme, même pas de mandaté, tout est en free style pour l'instant, mais on se bouge bien.
Le seul texte qu'on ait produit remonte au 17 mars :
La journée d'action interprofessionnelle du 29 janvier a réuni
2 à 3 millions de personnes, démontrant qu'il existait un refus
réel de payer les effets des politiques d'exploitation capitalistes.
Néanmoins, les suites de cette journée ont une fois de plus fait la
preuve du manque de combativité des grandes structures syndicales.
Un nouvel appel des confédérations syndicales à une journée
d'action est lancé pour le jeudi 19 mars. Celle-ci sera sûrement un
succès, à l'image du 29 janvier. Et après ? La colère monte
dans le pays face à une politique de destruction des solidarités
(licenciements, assurance-chômage, retraites, éducation, santé,
transports) et d'exploitation toujours plus massives, qui
s'accompagne d'une répression policière et de persécutions
judiciaires toujours plus étendues, la chasse aux sans papiers, les
flics dans les écoles, le harcèlement des quartiers populaires, la
criminalisation des actions politiques. Contre cette politique et le
système économique et social qui la produit, il faut plus que
quelques journées de manifestation éparpillées. C'est maintenant
qu'il faut se rassembler, parler ensemble de tout les problèmes qui
nous touchent au quotidien (licenciements, fermeture d'écoles...)
pour tenter de sortir du cloisonnement et de l'insatisfaction des
manifestations plan-plan, des grèves d'une journée. Ce que nous a
montré le mouvement de l'outre mer c'est que des formes d'actions
concrètes, regroupant la population quelles que soient les
appartenances syndicales et politiques permettent la construction
d'un mouvement d'ampleur contre l'exploitation et créent un réel
rapport de force. Ne nous battons pas uniquement pour le retrait
d'une loi ou d'une réforme. Attaquons le problème à la racine, dès
à présent et, de là où nous sommes, tous et toutes, dans les
écoles et les usines, dans la rue et ailleurs rassemblons-nous, pour
durer dans la lutte et lutter dans la durée, notamment à travers
l'organisation des contingences matérielles (lieux de réunion, de
rencontre, caisse de solidarité, soutien anti-répression). Nous
voulons une société solidaire. L'Inter-lutte se veut un outil
local, souple et efficace, de coordination des luttes et d'actions
collectives concertées contre des cibles communes. Nous pensons que
c'est par la convergence que nos luttes seront fructueuses. Que c'est
la coordination et la solidarité qui nous permettront d'enrayer ce
système d'exploitation et de lui opposer un mode de vie qu'il nous
reste à construire ensemble.
C'est dans cette optique que nous autres: étudiants, précaires,
chômeurs, salariés (du privé et du publique) et autres victimes de
ce système d'exploitation avons décidé de casser les murs qui nous
séparent les uns des autres afin de se rencontrer, de discuter et
lutter ensemble pour que naisse enfin un front de contestation
faisant enfin plier ces personnes qui au quotidien nous oppriment,
nous exploitent et profite de la situation actuelle, de l'isolement
qui nous touche tous, pour continuer à engraisser financièrement et
politiquement!!!
C'est pourquoi nous avons décidé de commencer ce rassemblement
au niveau local (poitou-charentes) comme cela ce fait dans de
nombreux autres endroits. Ainsi nous invitons l'ensemble des
intéressés à venir se rencontrer le
17 mars (...)

C'est même ici que j'avais pris connaissance de la chôze, grâce à Nico37 si mon souvenir est bon.
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede qierrot le Dim 31 Mai 2009 11:52

le Collectif pour la convergence des luttes de Toulouse
réuni des syndicalistes (SUD-Solidaires, CNT, CGT de l’éducation, de la santé, de la météo, des P&T, de la recherche, du social, du médico social), des étudiants du Mirail, de Paul Sabatier, des intermittents, des précaires, des chômeurs, le collectif "inter-luttes", des parents d’élèves du collectif 31, le collectif de défense de la CC 66, la Convergence de la maternelle à l’Université 31, Act-up Toulouse et "l’appel des appel 31" en observateur pour l’instant.
Il se réunit tous les lundis LUNDI à 18H à la Fac du Mirail (bâtiment de l’Arche, à droite en entrant sur le campus en arrivant depuis la station de Métro Mirail Université - ligne A).

Des témoignages de manifestant-e-s du 26 Mai à Toulouse et leurs
réflexions sur la notion de "convergence des luttes" sont visibles sur :
http://tvbruits.org/spip.php?article1230
qierrot
 

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede conan le Dim 31 Mai 2009 13:29

Bravo Toulouse !!! :D
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede edeffi le Dim 31 Mai 2009 21:56

Oui un grand bravo même :clap:

Pour avoir participé le 26 (du matin à l'AG) c'était top. Je crains juste que l'organisation apparemment "freestyle" aussi, ne touche assez vite ses limites (même si la réussite du 26 est à porter à son crédit. Plus grosse mobilisation de france je crois).

Enfin espèrons que ça dure.
edeffi
 

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede qierrot le Sam 6 Juin 2009 20:06

Pris sur un lien mis là par Paul Anton : viewtopic.php?f=11&t=2113#p33731

Appel intercatégoriel à Caen :

Appel à la mobilisation intercatégorielle

L’ensemble des secteurs assurant des missions de services publics (Santé, Education, Transports, Electricité etc.) est gravement menacé. Quant aux salariés du privé, ils paient le prix fort d’une crise (chômage partiel, licenciements, etc.) qu’ils n’ont pas choisie (parachutes dorés, explosion des bénéfices pour les grandes firmes etc.).
Salariés du privé, salariés du public, chômeurs, précaires, retraités, sans-papiers etc. avons participé aux journées de mobilisation des 29 janvier, 19 mars et 1er mai appelées par les organisations syndicales de l’intersyndicale nationale. Certains secteurs sont en lutte depuis plusieurs mois et ont mené quotidiennement des actions (occupations, manifestations etc.).
Un constat s’impose : les mobilisations tous les un mois et demi ne suffisent pas à faire un plier un gouvernement et un patronat méprisants, plus que jamais décidés à imposer ses réformes et ses licenciements. C’est pourquoi nous appelons à dépasser les luttes sectorielles et à les faire converger, en complément et non en concurrence avec les propositions de l’intersyndicale nationale.
Des axes revendicatifs ont été établis :
L’accès gratuit pour tous et toutes aux besoins sociaux fondamentaux (santé, éducation, logement, transports, culture, biens de première nécessité).
Le refus des réformes allant à l’encontre de ce principe.
Le refus des licenciements et des suppressions de postes.
Le refus des radiations des minima sociaux.
L’augmentation des salaires et de l’obtention des minima sociaux.
L’arrêt de la casse du service public.
Des propositions d’actions ont été établies :
Assemblée générale intercatégorielle tous les mardis à 18h à l’Université de Caen, Campus 1 (rendez-vous au Phénix, arrêt de tram université).
Une diffusion par semaine de tracts (décidée à chaque Assemblée Générale) en direction de différentes catégories (santé, zones industrielles, Pôle emploi etc.).
Rejoindre les différentes mobilisations sectorielles selon les calendriers des secteurs en lutte.


La situation appelle à une résistance massive, déterminée, et généralisée à tous les secteurs !
Le CLIC, Collectif de lutte intercatégorielle du Calvados (salariés de l’Education, de la Santé, de la statistique publique, de la Culture, travailleurs sociaux, intermittents, salariés de Valeo, de Renault Trucks, d’ EDF-GDF, des chômeurs, des étudiants etc.).
qierrot
 

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede Nico37 le Dim 14 Juin 2009 21:42

Contre les licenciements, passons des séquestrations à l’autogestion !

Les luttes autour des grands groupes industriels qui licencient ont été largement médiatisées du fait des actions de séquestration de patrons ou de cadres. Elles occupent aujourd'hui une place centrale dans les conflits sociaux, car elles sont emblématiques de la crise du capitalisme. Ces licenciements incarnent parfaitement le développement du chômage de masse avec plus de 600.000 chômeurs supplémentaires prévus en France, pour un total de 20 millions en Europe et de 249 millions à l'échelle de la planète. Mais ces luttes montrent aussi les pratiques du capital qui continue ses restructurations pendant la crise, avec pour objectif une rentabilité toujours plus forte, montrant ainsi la violence des rapports exploités/exploitants. Pour tout cela, les ouvriers licenciés représentent aujourd'hui le symbole de la résistance et du combat au même titre que la grève générale en Guadeloupe il y a quelques mois. En l'absence d'une riposte sociale d'ensemble au niveau interprofessionnel, les luttes contre les licenciements deviennent le point de cristallisation des conflits.

Lutter contre les boites qui licencient

Caterpillar, Molex, Goodyear, Continental, Freescale… autant d’entreprises qui ne sont pas en péril financier, mais qui pourtant ont décidé la fermeture de tel ou tel site de production. C’est la logique interne du marché qui pousse à la fermeture. Cette logique, c’est un taux de profit maximum, supérieur à 10%, qui fait se déployer le capital à l’échelle planétaire. Mais au delà des seules boîtes qui font des bénéfices en licenciant, c'est la logique qui résulte d’une économie basée sur la création de profit pour quelques uns, en lieu et place de la satisfaction des besoins de la population, qui a comme résultat la multiplication des licenciements, notamment ceux moins visibles qui ont lieu dans les PME et PMI.

Aujourd’hui, ce sont des luttes « dos au mur » que mènent ces exploités et leurs possibilités sont définies par cette situation. Ainsi, la revendication d'une prime de départ substantielle n'est à juger qu'au regard de la réalité du rapport de force entre ouvriers et patrons. Celles et ceux persuadé-es que leur boulot va disparaître ou être restructuré en créant des conditions de travail insupportables comme à Caterpilar ou Goodyear, ont toute légitimité à se battre pour des conditions de départ qui leur permettent d’envisager un avenir autre que le RSA. Pour autant, nous ne devons pas perdre de vue que chaque fermeture ou restructuration est une victoire pour le capital, garantissant son taux de profits. Par conséquent, la revendication du refus des licenciements est tout autant légitime, chaque fois qu’elle est l’expression concrète des revendications des exploités. D'autant que le fait d'être licencié ne change pas le modèle global du salariat, tend à isoler celles et ceux qui ont lutté, détruit les outils collectifs qu’ils ont construits dans la lutte, et bloque ainsi la transmission des expériences de luttes. C'est ce qui s'est passé avec la sidérurgie française ou avec les mineurs anglais dans les années 80, faisant disparaître du salariat les réflexes les plus combatifs.

Il serait illusoire de porter le moindre espoir dans le mot d'ordre de la gauche et de l'extrême gauche de l'interdiction des licenciements. Outre son coté insuffisant qui légitime les charrettes de licenciements de pans entiers de l'économie et ne remet pas en cause la restructuration du capital, ce mot d'ordre est paralysant pour les exploités. Il fait croire que l'état est protecteur dans le conflit entre les salariés et les patrons, qu'il est neutre dans une société divisée en classes sociales. Il détourne les ouvriers licenciés du combat qu'ils doivent mener contre le patronat et son protecteur, l'état.

A l'inverse, les séquestrations de cadres, ont permis des avancées comme l’obtention d’indemnités plus importantes et cela notamment parce qu’elles ont accru le rapport de force. Sans les mythifier, elles renvoient au panel des nombreuses formes d’actions directes que les exploités peuvent utiliser face à leurs exploiteurs, dont certaines restent à utiliser voire à inventer. La séquestration des stocks et des outils de production en est une autre, et peut dans certains cas être un élément déterminant du rapport de force, comme pour les entreprises qui délocalisent qui attachent plus d’importances au fric que représentent leurs machines et leurs stocks qu’à la sécurité de leur encadrement. Ce sont ces moyens là qui peuvent provoquer des victoires.

Ouvrir des perspectives

Pour nous, anticapitalistes et anti-étatistes, l’intervention dans les luttes contre les licenciements doit se donner plusieurs objectifs. D’abord, ancrer cette bataille dans les entreprises en aiguisant la combativité des ouvriers, plutôt que confier cette bataille à des partis politiques qui s’autoproclament représentants des exploités. Ensuite, faire que la lutte soit investie par le plus grand nombre et quelle se dote des structures qui permettent à tous d’agir et de contrôler totalement leur lutte. Mais aussi mettre en avant les formes de luttes et les choix qui renforcent, au profit des salariés, le rapport de force pour permettre des victoires. Enfin, proposer des modes d’action qui permettent d’aller le plus loin possible dans la remise en cause des mécanismes de l’économie de marché afin de s’en émanciper.

Le premier enjeu est d'appliquer à ces luttes la même logique que pour toutes les autres ; à savoir l'extension. Pour gagner il faut un rapport de force conséquent et l'isolement est un facteur important des défaites comme les grèves dans l'éducation en 2003 ou à la SNCF en 2008 l'ont clairement montrée. Donc, approfondir la mobilisation là où elle existe, mais aussi viser en plus des sites de la même boîte, des sites dans la même industrie et le même secteur et l’exporter vers d’autres branches d’activités au niveau territorial, en commençant par les plus proches en terme de branche. C’est une étape importante à la fois pour obtenir satisfaction sur les revendications comme pour permettre la compréhension politique d’une globalité d’intérêts divergents avec ceux des classes dirigeantes, compréhension nécessaire pour envisager que les travailleurs prennent en charge la transformation sociale de la société.
Il ne s'agit que d'augmenter et systématiser ce qui existe déjà instinctivement chez les salariés en lutte. Les Continental de l’usine de Compiègne ont manifesté avec leurs camarades allemands, devant un site de l’est de la France, et avec les Goodyear. Ceux de Molex et de Freescale à Toulouse se sont rencontrés. Ce sont bien ces pratiques qui sont à encourager parce qu’elles permettent à chacun de se renforcer face au patronat, mais aussi parce qu’elles créent une conscience d’intérêts qui dépasse les murs de l’usine comme les frontières du pays. Ce n’est plus tel patron qui agit comme ça, mais le patronat dans sa globalité qui est identifié comme ennemi de classe.

L’autre enjeu est d’apporter des réponses qui mettent le pied à l’étrier d’une sortie du mode d’exploitation capitaliste. Pour cela, nous devons bien sûr populariser notre projet social, notamment autour de la socialisation des moyens de production et d’échange, de l’égalité économique et sociale avec une répartition égalitaire des richesses, de la gestion directe par les travailleurs d’une production socialement utile et écologiquement soutenable. Nous devons aussi populariser l’autogestion comme la pierre angulaire de notre alternative au capitalisme et à l’état. Mais nous devons également proposer l’autogestion des entreprises qui licencient comme point de départ dans les luttes d’aujourd’hui, tout autant que comme outil pour la transformation sociale. Car, si l’autogestion, en se généralisant peut être un vecteur de la transformation révolutionnaire, dés aujourd’hui, au même titre que les séquestrations, elle peut représenter une réponse concrète pour conserver l’emploi et augmenter le rapport de force. C’est donc, tout en étant conscient de ses limites, une proposition politique à mettre au débat et qui peut rencontrer les aspirations de celles et ceux qui luttent.

Il y a néanmoins des freins et des contradictions dans cette option. La plupart des entreprises en question sont dépendantes des commandes des donneurs d'ordre pour écouler leurs marchandises ce qui représente un frein important à la reprise de la production par les ouvriers. Cependant la mise en commun de plusieurs entreprises autogérées du même secteur peut là encore modifier plus favorablement le rapport de force pour la vente des marchandises. De plus, dans cette période de crise, on ne peut douter de la solidarité qu’inspirerait cette action et des possibilités importantes de mobilisation qu’elle pourrait ouvrir, créant une situation politique nouvelle. Par contre, le fait d’évoluer dans un contexte économique capitaliste ferait reposer sur ces entreprises autogérées des contraintes qui tendraient à réduire l’autogestion et à rogner la démocratie ouvrière chèrement conquise. Cela reste bien à l’autogestion généralisée qu’il faut parvenir, et la réponse immédiate aux licenciements ne doit pas rester une fin en soi, mais un palier dans la lutte, au risque de transformer la victoire en défaite à moyen terme.

Pour conclure

La reprise de la production en plus de pouvoir représenter une forme efficace pour obtenir satisfaction sur le maintien de l’emploi, permet plus que cela. Cette autogestion, même limitée, pose en creux la question du projet de société. A nous de l’élargir, de l’approfondir, car elle est le palier qui pousse à interroger le sens de la production, et de sa finalité. Et c’est bien notre projet communiste libertaire où nous reprenons tous pour l’intérêt de tous le choix de ce que nous produisons, comment nous le produisons pour qui nous le produisons qui peut être mis en proposition. Les anarchistes sont trop peu nombreux à eux seul pour mettre en oeuvre ces propositions, et lutter pour rompre avec le capitalisme. Mais la progression des tensions et leurs cristallisations autour des licenciements, créent des conditions favorables pour que les exploités utilisent nos méthodes et nos propositions, parce qu’aujourd’hui plus que jamais, elles correspondent à leurs réalités. Et il n’y a qu’un pas, pour que l’utilisation de ces propositions immédiates ouvre de vraies perspectives de rupture sociale.

le 9 juin 2009

Groupe Un Autre Futur de Montpellier de la Coordination des Groupes Anarchistes
Nico37
 

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede qierrot le Mer 26 Aoû 2009 20:34

à suivre de près évidemment.
Liens à faire aussi avec l'appel des New Fabris de Chatellerault à voir dans cette même rubrique "luttes et manifestations".
Du coup j'ai vu que cet appel y était posté, mais il me semble important quand même de le mettre dans ce topic de centralisation de ce type d'initiatives.

Appel du COLLECTIF DE RESISTANCE OUVRIERE

Meuse et Haute-Marne
Face à la gravité de la situation sociale et aux licenciements, face au culot et au mépris du gouvernement et de la classe politique, il faut une réaction puissante et massive.
Ce n’est pas avec quelques manifestations ponctuelles que nous aurons une chance de les faire fléchir, mais bien en recherchant le blocage général.
C’est pourquoi il faut nous rassembler et ne plus rester chacun dans son usine ou dans sa ville :
Ce n’est qu’en nous fédérant et en organisant nous-mêmes la riposte que nous pouvons espérer gagner !

NOUS, salariés d’entreprises qui licencient ou vont le faire, chômeurs ou en passe de l’être, révoltés par l’injustice qui nous est faite et par l’absence de morale de nos patrons comme de nos dirigeants politiques , avons décidé de nous rassembler pour AGIR.

Nous lançons donc un collectif de résistance, qui vise à rassembler tous ceux qui veulent lutter :
- ouvriers d’usines qui ferment, restructurent ou délocalisent
- salariés du public et du privé qui subissent leur prétendue crise
- exclus, précaires, chômeurs et exploités de toutes sortes
Notre but : organiser des actions fortes et visibles qui redonnent confiance aux travailleurs de ce pays, et leur donnent envie de rejoindre le mouvement, de l’amplifier et de le généraliser.


Le pire c’est ne rien faire et c’est malheureusement ce que nous proposent aujourd’hui nos directions syndicales, engluées dans leurs discussions, bilans et négociations à la même table que le gouvernement et le patronat alors qu’on sait très bien que ce sont nos adversaires et qu’ils ne comprennent qu’un seul langage : celui du rapport de force !

Notre collectif, nous le voulons donc indépendant afin de décider nous mêmes de nos actions et de la façon de les mener.
Même si nous accepterons bien entendu tous les soutiens, qu’ils émanent des unions syndicales locales, des syndicats isolés, ou des partis politiques qui sont pour que la lutte se construise et s’organise au plus vite, sans attendre les échéances électorales.

Que ce soit à titre individuel, en tant que groupes de salariés ou en tant que sections syndicales de boîtes, REJOIGNEZ NOUS !

Prochaine action : le 17 septembre 2009 à la Bourse du travail à Paris avec les Good Year

Prochaine réunion d’information : le vendredi 4 septembre 2009 à Saint-Dizier maison des Syndicats

Contact au 03.29.78.84.90 ou au 06.22.05.09.24

D’ores et déjà nous ont rejoint des salariés de
SODETAL Tronville en Barrois (55)
MC CORMICK (52)
ELLAT (55)
EBREX (55)
ROCAMAT (55)

Né en Meuse Hte Marne, notre collectif a vocation à s’étendre régionalement et nationalement.
Nous sommes notamment en contact avec les PSA de Mulhouse, les Conti de Compiègne, les Good Year d’Amiens , les TTBM d’Epernay et les Michelin de Clermont
Nous avons déjà participé à des manifestations communes et étudions les moyens d’amplifier et de faire converger nos luttes.
qierrot
 

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede leo le Jeu 27 Aoû 2009 08:56

Cette interview pourrait tout aussi bien aller dans une rubrique "CGT", que "syndicalisme", que "luttes contre les licenciements"...


Xavier Mathieu, délégué CGT de Continental Clairoix

"La CGT a laissé ses propres délégués dans la merde"

LEMONDE.FR | 26.08.09 | 20h30

Délégué CGT de l'usine Continental Clairoix promise à la fermeture, Xavier Mathieu s'est récemment attaqué aux dirigeants syndicalistes, les traitant de "racaille" et leur reprochant de "frayer avec le gouvernement". Selon lui, les "Conti", qui ont obtenu 50 000 euros d'indemnités de licenciement n'auraient pas eu autant s'ils avaient confié leur sort aux confédération syndicales.


A l'issue du conflit de Continental Clairoix, vous vous en êtes pris aux instances dirigeantes des syndicats, notamment au vôtre, la CGT, en traitant Bernard Thibault de "racaille". Pourquoi ?

Ce n'est pas une attaque contre la CGT. J'ai trop de respect pour tous les salariés et délégués qui se battent comme des fous durant les conflits. J'ai plutôt parlé en leur nom, et je peux vous assurer que beaucoup pensent comme moi, à savoir qu'on n'est pas assez soutenus. D'ailleurs, je ne reproche pas à Bernard Thibault de ne pas venir devant les usines. Ce que je reproche à la direction, c'est qu'elle a refusé de nous soutenir quand nous étions convoqués au tribunal (pour les destructions dans la préfecture de l'Oise). Quand on a demandé de l'aide, il n'y a que des partis politiques de gauche qui sont venus et aucune confédération syndicale. Alors que dans les sept convoqués, il y avait trois élus CGT, deux syndiqués et deux sympathisants. Dans les confédérations paysannes ou autres, on n'abandonne jamais ses adhérents. La CGT a laissé ses propres délégués dans la merde. C'est honteux.

Il y a une fracture entre les directions des confédérations et la base ?

La fracture entre la base et les directions est générale. Pas seulement du côté de la CGT. C'est pareil à FO ou à la CFDT. Je ne regrette pas mon coup de colère. Quand le mec pour qui je paie mes timbres depuis 18 ans refuse de venir soutenir des ouvriers poursuivis au tribunal pour s'être battus, je n'ai pas de respect pour lui. Ce n'est pas parce qu'il est au-dessus de moi que je suis obligé de l'adorer. D'ailleurs, je vais arrêter de répondre là-dessus. J'ai juste un conseil à leur donner : c'est d'arrêter de penser que tous ceux qui sont en colère sont manipulés par l'extrême gauche. Ça, c'est le même discours que l'UMP. Et franchement, ce n'est pas très respectueux de la classe ouvrière, de penser que nous sommes des moutons incapables de nous battre tout seuls.

On vous a pourtant accusé de rouler pour le NPA d'Olivier Besancenot...

Ça fait quatre mois et demi qu'on nous répète les mêmes conneries. A la CGT de Continental Clairoix, il n'y a aucun encarté, ni au NPA, ni au PC, ni à LO. Aucun. C'est la mode : dès qu'on n'est pas content, on est taxé d'être d'extrême gauche. Je suis allé à l'université d'été du NPA parce qu'ils m'ont invité. J'avais dit, à l'époque où différents partis nous avaient soutenus, que j'étais prêt à venir parler de la lutte des Conti. Je l'ai fait pour Lutte ouvrière en juin, je l'ai fait au NPA, je le ferai le 12 septembre à la Fête de l'Humanité. Si les Verts, le PS ou le PRG me le demandent, je le ferai.

Mais mettre dos-à-dos les politiques et les syndicalistes, c'est de la connerie. Quand Thibault demande l'interdiction des licenciements ou la hausse du SMIC, ce n'est pas de la politique ? Est-ce que Bové n'a pas été syndicaliste avant d'être homme politique ? La CGT reproche ça uniquement si tu n'es pas au Parti communiste, tout le monde le sait. Thibault refuse d'aller au NPA, mais il va bien à la Fête de l'Huma. S'il ne veut pas faire de politique, il n'a rien à y foutre. Comment on peut dire, si on est syndicaliste, qu'on ne fait pas de politique ? Le syndicalisme, c'est de la politique ou alors je comprends rien.

Est-ce que les rencontres que vous avez faites pendant ces derniers mois peuvent aboutir à une coordination des luttes ?

Je ne sais pas. Tant que ça ne sont que les gens qui sont dans la merde qui appellent à l'aide, ça n'aboutit pas. Ça bougera quand ce seront les gens qui n'ont pas de problèmes qui viendront aider. En plus, je vois bien que quand on était dans notre lutte, on avait d'autres choses à faire que d'aller organiser des coordinations avec d'autres boîtes.

Et puis, je ne suis pas un professionnel de tout ça. Il y a six mois de ça, je faisais mes trois parties de pêche par semaine, je regardais le foot à la télé. Je défendais mes copains à l'usine, mais toutes ces histoires, ça me dépassait.

L'après-Continental, vous le voyez comment ?

Je ne sais même pas ce que je vais devenir. Je suis en train de réaliser aujourd'hui ce que les copains me disent depuis plusieurs mois : "Tu t'exposes trop." Alors peut-être que mon plus gros combat, ça ne va pas être Conti, mais de retrouver du travail. J'espère que je me trompe, même si je ne regrette pas ce qui s'est passé. Tout ce qu'on a vécu durant ces six mois, tous ces efforts et cette chaleur humaine, je ne sais pas si les gens qui me critiquent peuvent le comprendre.

Propos recueillis par Antonin Sabot
leo
 
Messages: 223
Inscription: Ven 17 Avr 2009 18:29

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede conan le Jeu 27 Aoû 2009 09:25

Cette phrase est criante de vérité...
Tant que ça ne sont que les gens qui sont dans la merde qui appellent à l'aide, ça n'aboutit pas. Ça bougera quand ce seront les gens qui n'ont pas de problèmes qui viendront aider.


Mais combien de gens dans la merde faudra-t-il, combien de gens qui sentent qu'ils sont davantage plumés par le système qu'avantagés par lui ?...
Comment expliquer une telle aberration ?

Pour ma part, je l'explique notamment par la capacité du pouvoir à communiquer puissamment dans tous les esprits l'Idée (pourtant absurde) de soumission, de marchandisation de tout, d'accaparation comme but de la vie.
Le message "accepte ce système" aujourd'hui plus que jamais, est entretenu et visible partout, du logement où l'on vit pour régler ses factures et son loyer à la rue où l'on voit toujours pire que nous la tête dans le caniveau... de l'école à la télé et aux écrans de pub, de l'atelier ou du bureau de travail à la grande surface... et des relations amicales, familales et amoureuses, aux relations avec soi-même, le tout dans une gestion marchande, autoritaire, de tout ce qui vit, y compris nous-mêmes.

L'idée de soumission est si universelle, que peu de gens la voient dans toute sa plénitude, et s'ils la voient, peu osent la combattre ; pensant qu'ils risquent de perdre bien plus que de gagner, d'un point de vue personnel -ainsi que Mathieu lui-même le confie, et ainsi que tous les militants au fond le craignent, vue la répression actuelle.

Les anarchistes ne doivent donc absolument pas négliger l'éducation, la propagande de leurs idées. Et certainement pas dans une posture "plus radical-e que moi tu meurs", qui braquerait et désespérerait encore plus les gens, en les plongeant encore un peu plus dans la peur où la matrice les noie. Mais dans une capacité à bâtir, çà et là, des ilots de résistance concrète à la façon de vivre actuelle... Comme le disait Kropotkine, la première des nécessités dans une révolution, c'est le pain. Sachons d'ores et déjà nous organiser pour être capable de tenir une grève générale, sans argent, pendant plusieurs mois.

Mathieu le dit aussi très bien, l'obstacle quand on est en lutte, c'est qu'on a le nez dans le guidon et qu'il est difficile de se regrouper avec d'autres. Aux anarchistes revient la tâche inlassable d'organiser des réseaux, de façon non centralisée. C'est leur grand avantage que d'être capables, en tant que fédéralistes et anars, de dépasser l'orga centraliste pour tisser une toile...
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: MOUVEMENT SOCIAL, AUTO-ORGANISATION, INITIATIVES...

Messagede Johan le Jeu 3 Sep 2009 19:22

17 septembre : meeting de coordination des luttes, "Tous ensemble", à 11h devant la Bourse des valeurs de Paris (Palais Brogniart avec la branche caoutchouc de la chimie, la branche automobile de la métallurgie et tous les secteurs combatifs, relayés en particulier par l'appel des ex New Fabris.

Après la soirée du 5 septembre à Ford Blanquefort, ce sera la vraie rentrée de lutte de classe.

La Confédération en parle du bout des lèvres, mais on peut imaginer qu'on ne va pas en faire la pub plus que cela... De son côté la Fédé de la Chimie tente de la réintégrer dans le giron confédéral en en faisant un marche-pied pour la nouvelle journée pour "l'emploi industriel" prévue pour le 22 octobre et annoncée le 11 juin dernier.

L'appel commun des deux fédés - chimie et métallurgie - est quand même nettement plus dans le sujet, et l'on y voit bien la pression des luttes en cours dans toutes les usines (enfin les Goodyear sont cités !), même si l'on y retrouve toutes les illusions sur un capitalisme à visage humain, "une politique industrielle ambitieuse, créatrice d’emplois et de progrès social"... l'exploitation sociale, quoi !

Ce 17 septembre, c'est la véritable rentrée sociale, mais là encore, comme toujours, il va y avoir deux tendances dans cette journée : ceux qui veulent en faire un rassemblement de lutte de classe, tous ensemble contre les restructurations capitalistes, et ceux qui veulent la récupérer dans le cadre des orientations du 49ème Congrès... L'impression que ça donne, c'est que maintenant que cette journée prend de l'ampleur, est relayée un peu partout, on ne va pas s'y opposer frontalement mais comme d'habitude tenter de détourner la colère ouvrière vers des objectifs purement réformistes !

Partout les syndicalistes de classe doivent mobiliser pour participer massivement à ce rassemblement, organiser des délégations, être là, au coeur de la lutte des classes. Et c'est dès à présent qu'il faut en parler dans les syndicats, mobiliser, organiser les déplacements. Camarades, tous devant la Bourse le 17 septembre !
Avatar de l’utilisateur
Johan
 
Messages: 1476
Inscription: Ven 20 Fév 2009 23:44

Précédent

Retourner vers Luttes actuelles et manifestations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités