L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Jeu 6 Déc 2012 21:35

concernant les freres musulmans et l'islamophobie... il y a Abdur-Rahman Muhammad, un ancien de l'IIIT (orga des freres musulmans), qui dénonce le terme "islamophobie" comme une invention de l'IIIT (pour imiter le terme homophobie), et l'utiliser pour evacuer toute critique de l'islam politique et présentant les musulmans comme des victimes. v : http://www.nydailynews.com/opinion/grou ... e-1.440737
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Dim 9 Déc 2012 11:07

tariq ramadan et qaradawi, tous deux des freres musulmans :


https://www.youtube.com/watch?v=AEreUIusDqk

le premier nie les propos antisémite et hitleriens du second, car ils seraient soit disant mal traduit.
pourtant ce n'est pas la premiere fois que qaradawi énonce des propos antisémites... entre autres propos gerbants.
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Dim 9 Déc 2012 11:27

sissoko a écrit:
apeqli a écrit:apres tout ce qui a été enoncé ici sur l'islamophobie, je pense que ce concept rentre dans ce cadre proselyte de la da'wa.
"tu critiques la religion, tu es un raciste", c'est une logique ethno-differentialiste qui vise a l'amalgame puis a la censure (desarmer la critique, voir sun tzu), et ainsi pouvoir etendre son proselytisme n'importe ou. pour le bien des religieux et des nationalistes evidemment.

et tu te sens jamais ridicule ?

regardes cette vidéo d'un haut représentant de l'islam et conseiller européen de la fatwa, dénommé qaradawi, qui énonce tout le bien que l'islam peut amener à l'europe, par la da'wa :

https://www.youtube.com/watch?v=2AqvJ_O8Ii8
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Dim 9 Déc 2012 11:56

sur le droit à la critique des religions, qu'il ne faut pas confondre avec le racisme (dedicasse à sissoko), le representant de la licra parle :


https://www.youtube.com/watch?v=Nv739KBkBWM
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Dim 9 Déc 2012 13:01

quant à qaradawi, il a une influence assez importante sur les sunnites, voici un doc video sur ses propos :

https://www.youtube.com/watch?v=uvllsOJ1GvQ

on peut comprendre que les egyptiens actuellement se lèvent et aient peur du pouvoir des freres musulmans qui veulent se donner tous les pouvoirs...
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Lun 10 Déc 2012 21:47

un texte au sujet de la mode de l'usage des termes en "phobie", qui me semble intéressant, qui énonce l'usage communautariste de ce terme. et comme énoncé plus avant, chaque groupe peut utiliser le terme "phobie" pour empêcher toute critique contre son idée, menant à la guerre de tous contre tous. l'auteur, je connais pas, mais son texte est plutot intéressant et clair.

Va donc, eh, phobe ! Jean-Louis Schlegel - http://fait-religieux.com

Allons bon ! Voilà qu'une nouvelle catégorie de Français est en train de faire son apparition dans le contexte des débats autour de la loi sur le mariage homosexuel, avec ses conséquences réelles ou fantasmées : les « cathophobes » ou la « cathophobie » arrivent. On avait déjà la judéophobie et l'islamophobie et leurs « -phobes ! » respectifs. On avait les « homophobes » et l'« homophobie » : l'argument sert à dénoncer non seulement les actes et les paroles contre les homosexuels, mais la moindre réticence, en ce moment, envers leur droit revendiqué au mariage et à l'adoption. Maintenant les « cathos » s'y mettent : leurs opposants ou leurs critiques ne sont plus des anticléricaux, mais des « cathophobes ». Cela manquait...

La stigmatisation des autres dans la vie publique, sociale ou politique, en leur accolant des noms d'oiseaux ou pire, est sans doute aussi vieille que les communautés humaines. Quand l'insulte acquiert une fonction politique dans le débat public, quand elle est répercutée comme aujourd'hui par les médias, son rôle devient évidemment plus important.

Du registre idéologique...

Toujours, il s'agit de profiter d'une turpitude ou d'une faiblesse de l'autre pour disqualifier ce qui est central dans la vie démocratique : la prise de parole, la parole d'autrui, ses convictions, ses arguments, son discours. Le contenu de vérité de l'insulte n'est pas l'essentiel. Par exemple, traiter quelqu'un de « facho », de « fasciste », voire de « nazi », peut s'appuyer sur une part de vérité, sur des analogies, quand l'insulté professe certaines idées et pratique certains actes - mais c'est rare. En général, il s'agit d'amalgame pur et simple avec ce qui fut l'horreur absolue du XX° siècle. « Communistes ! » ou « Cocos ! », « Gauchistes ! », « Staliniens ! » (ou « Stals » au discours indirect) : ces mots relèvent du même genre littéraire. « Capitaliste ! » a aussi parfois eu son heure de gloire quand l'idéologie était reine.

Avec tous ces mots, c'est l'histoire politique ou sociale passée qui fait loi. Dans d'autres cas, ce sont des convictions morales devenues communes : on peut vite et à bon compte devenir un « raciste » pour un mot (de trop) sur les immigrés, mais aussi un « cureton » ou inversement un « laïcard » parce qu'on a manifesté une simple conviction lors d'un débat. L'insulte exagère toujours, elle pratique volontiers l'hyperbole, tout en généralisant volontiers à partir de faits singuliers.

... au registre clinique

Que nous apportent de nouveau les mots en « -phobes » ? Ou plutôt qu'ajoutent-ils à la riche tradition de l'insulte et de la stigmatisation politique ? C'est qu'ils fonctionnent avant tout sur le registre de la « maladie » psychique, de la « névrose », voire de la folie. On dira : il y a belle lurette qu'on a les « cinglés », les « dingues », les « malades ». C'est juste, mais ces mots restent dans le registre relativement clair et direct des amalgames et des généralisations évoquées à l'instant. Le « -phobe » a quelque chose de plus subtil. Déjà, comme le mot se compose avec un autre, il est « multi-usages », presque au sens d'une clé multiple à donc très moderne finalement. Ensuite, une phobie (quelle que soit la définition qu'on en donne : véritable maladie ou simple aversion) est un réflexe de recul ou une horreur involontaire, par exemple devant des insectes, devant certains aliments et toutes sortes de choses finalement... Un réflexe, une réaction involontaire, est donc théoriquement quelque chose dont on n'est pas responsable et qui ne devrait pas être stigmatisé.

Mais quand il s'agit d'humains ou de groupes humains, c'est l'inverse qui se passe : la phobie est inadmissible. Dans un Etat de droit, elle n'a pas droit de cité, ni le droit de se manifester ni, en fin de compte, le droit à l'existence. Et d'ailleurs, c'est par le droit et la loi qu'on réprime ses manifestations (voir la loi Gayssot de 1990, qui réprime les actes racistes, antisémites ou « xénophobes », comme de juste...).

Nous considérons à juste titre cette interdiction de la phobie contre les autres comme un progrès. La difficulté, on le voit bien, c'est l'extension qu'on donne aux phobies et les preuves qu'on en apporte. Déjà dans le cas du racisme, de l'antisémitisme et de la xénophobie, les faits ne sont pas toujours clairs et les preuves sont souvent peu évidentes, d'autant plus que les sanctions juridiques ont pour effet qu'on les dissimule, les maquille ou les dénie (c'est le reproche qu'on a fait à la loi Gayssot). Que dire alors des phobies qu'on attribue si généreusement aujourd'hui à ses adversaires politiques, culturels, religieux... ? C'est que l'accusation de phobie a de grands avantages, en dehors de laisser planer la menace d'une possible plainte en justice.

Tous victimes

D'abord, le « -phobe ! » est disqualifié d'avance pour un débat ou un dialogue. On ne discute pas avec lui, on le combat. En effet, il est en toute hypothèse habité d'une haine d'autrui d'autant plus intense, tenace et profonde qu'elle est inconsciente. En le traitant de « -phobe », on dévoile ce qu'il occulte. Les mots et les arguments du « -phobe », même quand ils sont mesurés et apparemment rationnels, même quand il proteste de sa bonne foi, disent autre chose que ce qu'il dit, sa haine inconsciente précisément. Il faut donc de le stigmatiser pour le culpabiliser. « Culpabiliser » veut dire avant tout : l'empêcher de parler, refuser le débat avec lui en jetant sur lui le soupçon. Tout cela fonctionne d'autant mieux que celui qui traite les autres de « -phobes ! » se considère lui-même comme victime, victime innocente de leur méchanceté, ou de la méchante phobie des autres. Comme la catégorie des victimes est la plus efficace pour être aimé dans nos sociétés compassionnelles, ça marche, forcément.

Sauf qu'on tourne en rond. Si toutes les victimes se mettent à traiter les autres de « -phobes ! », toutes risquent le même sort : devenir à leur tour les « -phobes » des autres. Pour les homosexuels, les catholiques opposés au mariage gay ne sont que des homophobes, mais pour les catholiques en question les homosexuels sont des cathophobes. Tous « -phobes » et tous victimes des « -phobes » ? Peut-être, on ne sait plus très bien. On a envie de dire : tous ont peur, peur des autres ; et traiter les autres de « -phobes ! » n'est qu'un aveu de faiblesse. Quand les religions traitent ceux qui ne les aiment pas de « -phobes », j'ai donc tendance à y voir un recul, et nullement un progrès.
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede AQNI le Lun 17 Déc 2012 20:48

La flemme de tout lire : il se dit quoi en gros sur ce topics ? Les grosses thèses en présences ?
AQNI
 

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede vroum le Lun 17 Déc 2012 22:36

si t'as la flemme va te coucher alors...

Participer au forum anarchiste suppose au minimum de faire l'effort de lire les contributions des membres avant d'y répondre, ça évite souvent de dire n'importe quoi...
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6810
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede AQNI le Mar 18 Déc 2012 00:57

vroum a écrit:si t'as la flemme va te coucher alors...

Participer au forum anarchiste suppose au minimum de faire l'effort de lire les contributions des membres avant d'y répondre, ça évite souvent de dire n'importe quoi...


Participer à un forum ça veut aussi dire se taper des dizaines (deux dizaines pour être exact) de pages ?
De ce que je sais des forum, en général y a toujours deux grosses thèses en présences, qui sont des contradictions très anciennes sur le sujet, et qui tournent en boucle au fil des pages parce que les gens se répondent à côté, donc je pense que demander un petit résumé ce n'était pas bien sorcier.
Au pire si tu ne veux pas c'est pas grave, quelqu'un d'autre de plus aimable pourra s'en charger !
AQNI
 

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede acratack le Mar 18 Déc 2012 01:04

Image
acratack
 
Messages: 880
Inscription: Sam 12 Mai 2012 10:56

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede baboeuf le Mar 18 Déc 2012 01:54

en gros? l'islamophobie n'existe pas, c'est une construction des islamistes pour culpabiliser quiconque critique l'islam militant.
pour d'autres, nous sommes tous d'affreux racistes qui s'ignorent, petits blancs héritiers de voltaire qui ne comprennent pas que des gamines souhaient aller en cm2 avec le voile. .
baboeuf
 
Messages: 347
Inscription: Dim 28 Oct 2012 03:49

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede Specifix le Mer 19 Déc 2012 00:38

AQNI a écrit: Participer à un forum ça veut aussi dire se taper des dizaines (deux dizaines pour être exact) de pages ?
De ce que je sais des forum, en général y a toujours deux grosses thèses en présences, qui sont des contradictions très anciennes sur le sujet, et qui tournent en boucle au fil des pages parce que les gens se répondent à côté, donc je pense que demander un petit résumé ce n'était pas bien sorcier.
Au pire si tu ne veux pas c'est pas grave, quelqu'un d'autre de plus aimable pourra s'en charger !
AQNI a écrit: La flemme de tout lire : il se dit quoi en gros sur ce topics ? Les grosses thèses en présences ?
Si tu ne veux pas tout lire, tu peux déjà lire le titre " L"’islamophobie », un concept bien fumeux !", et à partir de là, tu donnes ton avis sur la question. Les réponses qui te seront apportées te mettront sur la voie; elles t'indiqueront les fameuses thèses en présence. De ce que tu sais sur les forums, en général, tu devrais savoir ça.

" ... des contradictions très anciennes ..."
??? ...



" ... qui tournent en boucle ..."
Donc en lisant deux-trois pages, tu devrais te faire une idée assez précise de ce qu'il en est, non ? ... En effet, ce qui tourne en boucle, c'est censé être, toujours, la même chose ...

Pour ce qui est du petit résumé, ... "on n'est jamais mieux servi que par soi-même", ... donc je t'invite à te faire ta propre idée plutôt que de te baser sur les dires de quelqu'un d'autre.

Si, vraiment, c'est trop long, il y a un autre topic qui touche au sujet. C'est "l'islam, l'opium des pauvres?" qui ne fait qu'une page et que la mauvaise foi de certains a, volontairement, laissé à la dérive, alors que c'était une porte ouverte au débat sur le coeur du problème. C'est une des problématiques qui fut soulevée dans le sujet sur l'islamophobie. Cette problématique concerne la religion elle-même, sa substance. En effet, islam se traduit par soumission.
Specifix
 
Messages: 1286
Inscription: Jeu 3 Mai 2012 23:30

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Mer 19 Déc 2012 14:03

AQNI a écrit:quelqu'un d'autre de plus aimable pourra s'en charger !


comme le dit specifix, la question qui a un interet, c'est "toi qu'en penses tu ?", du texte initial, et du concept.

il semblerait que le qatar finance un film (sous l'oeil de qaradawi) sur la vie de mahomet pour contrer l'hostilité envers l'islam et son prophéte. cela coutera une "modique" somme de 755 millions d'euros. par contre, on ne verra pas l'acteur principal, du fait que...
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Mer 19 Déc 2012 23:59

un vieux reportage sur "Qui a peur de l'Islam ?", ce qui reste dans le sujet du topic :

apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Mar 9 Avr 2013 11:16

propos de c fourest, sur ce sujet en particulier. un point à savoir, énoncé dans cette video, le conseil des droits de l'homme vient d'interdire aux ONG de l'ensemble des nations unies toute critique envers les religions.
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede gloubi le Mar 9 Avr 2013 13:10

apeqli a écrit:propos de c fourest, sur ce sujet en particulier. un point à savoir, énoncé dans cette video, le conseil des droits de l'homme vient d'interdire aux ONG de l'ensemble des nations unies toute critique envers les religions.


Ta vidéo ne passe pas en direct avec cette façon d'écrire le code.
La voici en dessous.
J'ai écouté le propos de Caroline Fourest et, je suis plutôt d'accord avec ce qu'elle dit.
Une critique cependant : le vocabulaire qu'elle emploie est trop technique et la diction trop rapide ce qui fait de son discours quelque chose qui s'adresse seulement à des initiés.
Alors que le problème abordé devrait être accessible à tout le monde.
Un peu trop brillante Fourest ?
Sans doute mais attention, Caroline, trop de brillance peut avoir l'air de vernis.

Ceci dit, sur le fond, si j'ai bien tout compris, ça va pour moi.

gloubi
 

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede vroum le Lun 3 Juin 2013 09:19

L’islamophobie en France
Sainte Laïcité clivante priez pour nous !


http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1347

Institutionnel et commun, particulier et quotidien, le système dans lequel nous vivons baigne dans le racisme et la peur de l’autre. Le terme « islamophobie » rentre dans la catégorie de ces mots où l’opacité le dispute à l’intensité.
Contrairement à ce que les stéréotypes de base véhiculent, la diffusion de l’islam dans les régions françaises ne date ni de la fin de la guerre d’Algérie ni des attentats du 11 septembre 2001, même si depuis ces derniers événements, la « musulmanophobie » - à contrario de parler d’« islamophobie » tant ce terme présente des controverses profondes - a pris des proportions beaucoup plus importantes très rapidement.

L’islam est présent en Europe depuis de nombreux siècles. Qu’il s’agisse entre autres de la France, de la Grèce, de la Turquie, des pays balkaniques, de l’Espagne ou de la Sicile, l’interpénétration des communautés religieuses est effective de longue date.

Certes, l’historicité des religions nous prouve sans l’ombre d’un doute que dès qu’il s’agit de se massacrer plus ou moins systématiquement les uns les autres et de s’opprimer, nulle objection n’est réellement invoquée, comme disait l’autre : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ». En effet, au-delà des dogmatismes, le respect et la tolérance ne sont pas des finalités strictement religieuses, finalités que les porteurs d’encens de tous bords voudraient bien nous faire croire détenues par leurs chapelles respectives. Les religions ainsi que leurs représentants ne sont que des vecteurs du capitalisme, nous savons pertinemment que seuls leurs prébendes les intéressent au final. Cependant, chacun est libre de s’adonner aux billevesées qui le rassurent tant qu’elles restent de l’ordre de la sphère individuelle. Mais où s’arrête la tolérance et où commence le radicalisme religieux ?

Actuellement en France, l’islam est devenu la seconde religion la plus pratiquée après le christianisme[1]. Mais tout comme ce dernier, la religion musulmane ne se présente pas de façon globale, car elle incorpore toute une pléiade d’expressions diverses, de pratiques et de traditions diverses (sunnisme, chiisme, soufisme, malékisme, alévisme...)

Nous osons espérer que nul besoin n’est ici de démontrer les caractères iniques et la nocivité entraînés dans leurs sillages par les religions sur l’esprit des femmes et des hommes au travers de l’ensemble d’une population. La « musulmanophobie » n’est qu’un outil de domination et d’asservissement parmi d’autres, il n’est qu’un vecteur de xénophobie au milieu de l’offensive permanente alimentée par les forces réactionnaires.
L’obscurantisme d’état et/ou religieux n’est jamais loin et aucun mot n’est innocent, le terme « islamophobie » n’échappe pas à la règle. Il convient de nous interroger sur les sens qu’il revêt ainsi que sur ceux qu’il sous-entend.

Un mot à géométrie variable

Les sources semblent limoneuses et se confondent concernant l’origine de ce mot. L’une d’elles, tout aussi peu fiable que les autres l’attribue à la révolution iranienne durant les années 80 où des mollahs auraient qualifié des féministes de ce pays par ce terme en les désignant ainsi comme des mauvaises musulmanes, car ne portant pas le voile.

Quoi qu’il en soit, le terme « islamophobie » est un néologisme qui désigne l’opposition, la peur, ou les préjugés à l’encontre de l’islam et par la suite la peur et le rejet des personnes de confession musulmanes.

L’« islamophobie » réfère théoriquement à l’hostilité envers l’islam, ou une attitude considérée comme discriminatoire à l’encontre des personnes de cette religion et par amalgame des résidents d’origine maghrébine ou arabe. D’autres occurrences[2] issues d’une littérature coloniale évoquent ce terme dès 1910 en langue française. Peu importe l’origine étymologique à laquelle l’on se réfère, il est indéniable que le racisme envers les résidents d’origine maghrébine ou arabe est une réalité concrète qui remonte à des époques anciennes. Certes, de nos jours, d’autres communautés telles celles des Rroms par exemple sont aussi très largement stigmatisées par l’oppression de l’État et l’information matraquée en boucle par tous les médias pour imprégner la peur dans les ménages. Les boucs émissaires changent selon les époques, mais pas les procédés consistants à les désigner : cathares, juifs, homosexuels, palestiniens, protestants, immigrés, communistes et anarchistes entre autres, la liste est sans fin. Le seul ennemi à désigner est celui qui divise.
Il est très intéressant de noter que ce concept présente une résonance sociale particulière : son emploi est très largement galvaudé par ses usagers. Dans la bouche et les oreilles de beaucoup de personnes, son emploi est manifestement utilisé comme une charge violente, un anathématisation marquant le front de son interlocuteur d’un sceau d’opprobre le désignant à la vindicte si vous nous passez notre lyrisme. Bref, ce mot, comme peuvent l’être les mots « fasciste » ou « antisémite » présente des usages à géométrie variable selon qui l’emploient et à qui il s’adresse.

Ainsi, on peut aussi bien l’entendre dans le discours d’un musulman radical véhiculant une vision rétrograde et archaïque de l’islam que dans ceux d’intellectuels goguenards, faussement laïcs, souhaitant défendre des valeurs « républicaines ». Ne nous y trompons pas, car il ne s’agit ici que d’une forme de racisme respectable, bon teint, car il est employé avant tout pour désigner les musulmans. Un terme bouc émissaire comme le sont « les jeunes des quartiers » ou les « gens du voyage », autrement dit : la souplesse stylistique de l’euphémisme au service de l’ostracisme.

L’argument anti-islamique a toujours été un argument fort utile pour ceux qui souhaitent légitimer leur haine de l’Arabe et leur refus de l’accueillir[3], mais avoir peur de quelque chose n’est absolument pas identique à ne pas aimer quelque chose. On peut d’ailleurs observer la puissante résurgence de stéréotypes coloniaux justifiant des pratiques discriminatoires à l’encontre des musulmans. L’islam est perçu comme violent, agressif, menaçant (la fameuse phobie !) et forcément soutenant le terrorisme, ce regard est tout droit issu de l’imaginaire raciste : choc des civilisations, religion utilisée au service d’une idéologie politique et à des fins politiques et militaires.

L’islam est aussi perçu comme un bloc monolithique, statique, incapable de répondre aux changements et il est vrai que rarement les religieux radicaux furent à la pointe du progressisme, mais cela quels que soient leurs bords. Toujours dans le principe de cette même vision homogénéisatrice, l’islam est vu comme inférieur, car barbare, irrationnel et sexiste. D’un autre côté, la culture catholique traditionnelle peut aussi s’enorgueillir d’être un modèle de vertu civilisatrice de l’inquisition à nos jours. Concrètement, l’hostilité anti-musulmane est devenue pour nombre de nos contemporains une chose naturelle et normale[4].

Un phénomène psychosocial

Le développement de la haine ou de la peur du musulman et de sa religion est liée en partie à des processus inconscients.
Wilhelm Reich, l’un des fondateurs du Freudo-marxisme et de l’École de Francfort démontra dans un de ses ouvrages[5] que les individus créent des stéréotypes qu’ils projettent sur autrui et que ceci influence activement la société et les comportements humains.

Ces stéréotypes engendrent une fausse conscience et c’est là l’une des grandes contributions de l’École de Francfort que l’analyse de cette fausse conscience. Celle-ci a fait l’objet d’une investigation systématique à un moment où les idéologies racistes se développèrent et où elles furent tout particulièrement imprégnées d’antisémitisme.

Dès la fin de la guerre, en 1947, d’autres sociologues tels que Theodor W. Adorno et Max Horkheimer, posaient à leur tour la question centrale de Wilhelm Reich sur la psychologie de masse et tentaient d’apporter une réponse théorique à « la mystérieuse disposition qu’ont les masses à se laisser fasciner par n’importe quel despotisme, leur affinité autodestructrice avec la paranoïa raciste »[6].

La critique de l’assujettissement par la propagande industrielle d’un système tout entier, système centré sur la froide rationalité de la domination est nécessaire. Cette « mystification des masses » est liée à l’administration totalitaire des choses ou de leur faux-semblant et nous amène à la critique de la culture de masse ; « masses démoralisées par une vie soumise sans cesse aux pressions du système [et] dont le seul signe de civilisation est un comportement d’automate susceptible de rares sursauts de colère et de rébellion ». Exposées aux injonctions idéologiques (publicitaires mercantiles), les masses se retrouvent englouties au cœur d’un système d’aliénation ce qui chez Adorno et Horkheimer débouche sur la critique impitoyable d’une « société de désespérés [...] proie facile pour le gangstérisme ».[7
Mais c’est surtout le gangstérisme de masse fasciste, en tant que dissolution totale et totalitaire des Lumières, qui méritait d’être soumis à l’analyse critique, et notamment à l’aune de son fondement idéologique : l’antisémitisme. « Les fascistes ne considèrent pas les Juifs comme une minorité, mais comme l’autre race, l’incarnation du principe négatif absolu : le bonheur du monde dépend de leur extermination ».[8]

L’intérêt théorique de l’œuvre fondatrice de Theodor W. Adorno et Max Horkheimer était aussi de pointer le rôle des stéréotypes et des étiquettes dans les préjugés antisémites (racistes)  :
« L’antisémitisme n’est pas une caractéristique de l’étiquette antisémite, c’est un trait propre à toute mentalité acceptant des étiquettes. La haine féroce pour tout ce qui est différent est téléologiquement inhérente à cette mentalité ».[9]

Tous nous sommes concernés par ces étiquettes, bien souvent à notre insu, dans un mouvement, une parole, une expression, une pensée, mais ce n’est pas grave de se reprendre, ça l’est plus quand on considère comme vérité le stéréotype. Se reprendre et s’auto-éduquer est à la hauteur de chacun.[10]
Cet intérêt est aussi à étendre à d’autres formes de rejets de l’autre dans lequel on ne reconnaît aucun alter ego. Les travaux effectués par Reich, Adorno ou Horkheimer peuvent aussi bien s’appliquer aux personnes qui rejettent les différences culturelles ou cultuelles de l’islam et ainsi transposer les mêmes craintes internalisées et autres angoisses disproportionnées qu’eurent d’autres masses en d’autres temps vis-à-vis de la judaïté ou de toute autre ipséité.

Quant à la phobie, elle est une peur irrationnelle par définition, et dans ce cas précis, il s’agit d’une peur qui est savamment instillée et reproduite, partant des élites et des classes dominantes pour être assimilée tout du long de l’échelle des classes sociales.

Peu importe ce que certains théoriciens et leurs usages hypocrites et délirants de ce mot en disent, c’est toujours la personne et ses croyances qui étaient/sont/seront visées et non ses idées. Mettre au ban une communauté : sexuelle, ethnique ou religieuse, c’est simplement se déresponsabiliser de façon plus ou moins conscientisée vis-à-vis des autres.

Une laïcité clivante et en vase clos

En France, la laïcité fut forgée lors de la Révolution française pour mettre l’Église catholique à l’écart des affaires politiques. Querelle de puissants encore une fois. Aujourd’hui encore l’on peut assister et subir ces travers jacobins et centralistes tout droit issus du républicanisme.

C’est une sainte laïcité qu’il faut révérer sous peine d’excommunication républicaine. Disons-le clairement, de nos jours on a moins à craindre des pouvoirs publics si l’on est de confession juive ou chrétienne que si l’on est de confession musulmane. Toutes les communautés ne sont pas traitées de la même façon. Quels sont les intérêts en jeu pour nécessiter ces clivages ? Si la religion musulmane est la seconde plus pratiquée en France, l’État français ne craindrait-il pas que sa domination politique ne soit ébranlée par celle de l’islam ? Querelle de puissants encore une fois.
Notons aussi qu’avec l’ampleur de la crise économique, l’excitation des peurs collectives est d’autant plus renforcée par les médias que certaines langues se délient.

Les récents propos de l’actrice Véronique Genest concernant l’islam ainsi que le battage médiatique y afférent en sont révélateurs. Nous ne sommes pas dupes de cette ambiance pré-apocalyptique entretenue pour nous pressuriser encore plus. L’État français ne peut concevoir qu’un islam policé s’intégrant parfaitement aux valeurs du pays d’accueil, mais avancer cet argument n’est-il pas tout aussi stigmatisant pour la religion musulmane que pour les autres ? Alors quoi ? Il y aurait donc des bons et des mauvais musulmans ?
En effet, les pouvoirs publics entretiennent une vision de l’islam monolithique et sans aspérités. Alors que c’est tout le contraire, et que c’est seulement auprès des religieux les plus radicaux que l’on retrouve cette vision homogénéisatrice de la communauté religieuse. Il est assez intéressant de renvoyer les laïcards et les religieux radicaux les uns aux autres dans leurs discours, car en fin de compte, le corollaire de l’« islamophobie » est une vision cloisonnée et de la laïcité. On n’a fait que travestir le racisme en y ôtant le rapport direct à la « race ». Car au final, même mutant, le racisme est-ce qu’il est : une volonté délibérée de refuser l’altérité, une projection de ses propres frustrations sur l’autre et l’on retrouve ce schéma aussi bien chez le connard lambda que le connard alpha. Autant dire que pour les musulmans de France, ça sent le fagot s’ils ne sont pas assez français et la ratonnade s’ils sont trop maghrébins.
Accrochez-vous à vos élastiques, Riposte laïque n’a qu’a bien se tenir : « Et, bien sûr, jamais la moindre condamnation des provocations antichrétiennes pourtant incontestables. On se souviendra pourtant que la même famille socialiste n’avait pas manqué de dénoncer les « provocations »lorsque l’actualité s’était arrêtée sur une obscure bande-annonce — circulant uniquement sur Internet — d’un film se moquant de Mahomet ou sur une caricature blessante pour les musulmans, publiée dans Charlie Hebdo. Le parti socialiste confirme ainsi ce que beaucoup savaient déjà : au nom de la laïcité républicaine, il s’émeut de toute « islamophobie » tout en applaudissant chaque démonstration de « christianophobie ».
Pour les fondamentalistes de la laïcité, l’ennemi c’est le christianisme. Il est essentiel que chaque catholique en prenne conscience ».[11]

Après ces réjouissances fascistoïdes, revenons à nos principes fondamentaux d’ouverture à l’autre et du respect de sa personne ainsi que de sa liberté inconditionnelle de croire (ou pas) à une vérité de son choix, révélée ou pas. Car tous ceux qui se gargarisent de détenir une vérité intangible au nom d’humains ou de dieux représenteront toujours un danger pour les esprits progressistes.

En accord avec les idées et les actions de Pierre Tévanian, il est préférable de promouvoir une laïcité ouverte aux autres cultures, sans nivellements. « Il n’est évidemment pas question pour nous de dicter la bonne manière de penser ou de parler (...) mais si nous ne prétendons pas connaître la bonne façon de parler, nous considérons qu’il y en a indéniablement de mauvaises ».[12]

Comme les mots ont leur importance, il est souhaitable de les circonscrire à leur juste valeur. N’importe quelle graine de fanatique niera tout ceci envers et contre tout à ses propres fins.

En conclusion, la séparation de l’Église et de l’État fut une bonne chose dans la mesure où l’on avait enfin le choix. Le choix entre la peste ou le choléra à la place de la peste ET du choléra. Ne crachons sur aucun effort. Trêve de méchanceté, car malgré cette séparation et l’instauration de la laïcité, on assiste aujourd’hui à l’altération de son sens et à la perversion de nobles valeurs, telles que la tolérance et l’équité. L’État et les autorités religieuses relèvent des mêmes schémas plus ou moins nuancés : hiérarchie rigide, soumission à l’autorité, uniformisation de la pensée et prohibition de toute velléité collective, car tout doit venir d’en haut.
Un gouffre sépare ce que la laïcité évoque et la façon dont elle est pratiquée par la République française ; cette belle égalité républicaine déclarant qu’aucune opinion n’est au-dessus des autres et que tout le monde est égal devant le droit de l’acquisition aux savoirs. La liberté, l’égalité et la fraternité c’était pourtant un bon programme au début.

Malgré tout, chacun est influencé par ses propres croyances consciemment ou pas (les auteurs de cet article inclus). Dans quelle mesure faire la part des choses ? Comment est-il possible de répondre de façon collective à ce problème ?

L’anticléricalisme à la française a-t-il payé ? Certes, les églises sont vides, mais les supermarchés sont toujours pleins. Quoique de nos jours...
Chacun détient à sa mesure une parcelle de vérité, vérité du vécu, du collectif, du partagé et de l’expérimenté. À quelle autre vérité que le partage peut-on se fier ?

Le terme « islamophobie » n’est qu’un simple mot, et ce, malgré la noria de sens qui gravite autour de lui. Ce n’est qu’un mot, mais c’est aussi un outil, une tactique de manipulation employée par l’État afin de diviser pour mieux régner. C’est un mot qui discrimine, un mot qui désigne une peur collective, et qui jamais n’invoquera la critique raisonnée et claire de l’islam.

Aurélien et Mamatt

OCL Strasbourg, mars 2013

___

Notes

[1] Absence de données statistiques fiables à ce sujet

[2] Alain Quellien, La politique musulmane dans l’Afrique-Occidentale française, E. Larose, Paris 1910. Le terme islamophobie y paraît page 133 comme titre d’une sous-partie.

[3] Le Nouvel observateur, 23 novembre 1989

[4] Islamophobia : a challenge for us all-organisation anti-raciste - organisation anti-raciste britannique Runnymede Trust.

[5] Wilhelm Reich, La psychologie de masse du fascisme, Paris, 1977

[6] Horkheimer (Max) et Adorno (Theodor W.), La Dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1974, p. 16,

[5] Adorno (Theodor W.), Prismes : critique de la culture et société, Paris, Payot, 1986  et Horkheimer (Max), Théorie traditionnelle et théorie critique, Paris, Gallimard, 1974.

[7] Horkheimer (Max) et Adorno (Theodor W.), La Dialectique de la raison, op. cit. p. 161.

[8] Ibid., p. 177.

[9] Ibid., p. 215.

[10] Marianne Nizet, « Wilhelm REICH. La Psychologie de masse du fascisme » in Les cahiers psychologie politique, numéro 7, juillet 2005.

[11] Alain Escada, président de CIVITAS

[12] André Tévanian et Sylvie Tissot lors de la création en 2000 du collectif « Les mots sont importants »
Avatar de l’utilisateur
vroum
 
Messages: 6810
Inscription: Mar 22 Juil 2008 23:50
Localisation: sur les rails

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Mer 12 Juin 2013 09:58

plutôt d'accord avec le texte de l'OCL Strasbourg, mais il faudrait que je le relise plus attentivement.
"musulmanophobie" serait peut être plus clair comme sens, la peur/colere irraisonnée envers des musulmans, ce sont des personnes qui sont d'abord visées ...
ce terme enlève la confusion qu'entretient le terme "islamophobie", notamment la censure déguisée contre les critiques des religions.
donc musulmanophobie me paraît un terme préférable à utiliser dans ce genre de cas (quand il n'y a pas moyen de parler tout simplement de xenophobie)... même si j'aime pas ce genre de termes communautariste/particulariste, genre on est discriminé, les autres on s'en fout... le racisme ou xénophobie me semblent des termes généralistes suffisants pour décrire ce genre de situation.
mais bizzarement des "libertaires" vont continuer à useret signer un terme confusionniste (islamophobie) au lieu d'un autre (musulmanophobie) qui me paraît aposteriori plus clair (même si...), peut être ont. ils des intérêts politique avec des groupes politique islamistes ? ou sont ils des idiots utiles (peut être parmi les signataires du texte sur l'islamophobie libertaire, certains se reconnaitront) parmi la bien pensance d'extrême gauche ?
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede apeqli le Ven 14 Juin 2013 11:04

ca rentre dans le sujet de ce topic. ca pose une reflexion concernant le concept tordu d'islamophobie et le concept de musulmanophobie.

Musulmanophobie, ce mot mal aimé

Au grand dam des féministes et des laïques (de gauche comme de droite), le terme islamophobie, employé dans sa fausse acception de racisme anti-musulmans, est en train de se généraliser mondialement et même d’être officialisé à l’ONU, sur instigation des régimes islamistes.

En effet, beaucoup de citoyens, de démocrates et d’anti-islamistes, tant en France que dans de nombreux pays, ont adopté ce mot par méprise et aussi, parce qu’il est d’un emploi facile, comme le reconnaissent certains de ses détracteurs.

Or, on sait que les régimes et les organisations islamistes, avec le soutien d’une frange de la gauche en Occident, utilisent ce terme pour dénoncer aussi bien le racisme et les discriminations en Europe et en Amérique du Nord, dont sont victimes des musulmans ou des personnes de cette origine, uniquement pour disqualifier la légitime critique de l’islam et surtout de leur projet de société réactionnaire et inégalitaire.

Ils accusent également les opposants laïques ou féministes au terme islamophobie de négationnisme envers le racisme anti-musulman, tout en imposant un silence total sur le mot musulmanophobie, si tant est que leur intention est de lutter – exclusivement – contre le racisme touchant les adeptes de cette religion.

Cependant, nombre de féministes et de laïques vivant dans les pays musulmans ou en Occident s’inquiètent que cette accusation puisse trouver un certain écho auprès de diverses opinions publiques et dans des instances internationales ; et pas seulement à cause de l’existence effectivement d’une frange, ultra-minoritaire, de laïques musulmanophobes ou Arabophobes.

Si pour ces féministes et ces laïques le rejet du mot islamophobie est largement justifié, ce qui l’est beaucoup moins, c’est l’obstination des adversaires de ce mot à refuser, à l’instar des islamistes, l’emploi d’un terme de substitution, tel que musulmanophobie.

Selon eux, ce dernier terme cumule pourtant les deux avantages : il exprime avec clarté la haine des musulmans et il est d’un maniement facile ; d’autant plus qu’on a créé facilement les termes, lesbophobie, homophibie, judéophobie… Aussi, l’universalité de la lutte antiracisme n’entraîne-t-elle pas logiquement un traitement similaire pour les Arabes et les musulmans ou de ces origines victimes de ce fléau ?

D’où leurs interrogations : « Pourquoi les détracteurs du terme islamophobie imposent-ils, depuis des années, le black-out sur le mot musulmanophobie ? » « Ne font-ils pas ainsi le jeu des islamistes et des forces réactionnaires en France et dans le monde ? » « Ne font-ils pas également le jeu des racistes et des négationnistes de tout bord ayant trait à ce type de racisme ? », etc.

http://www. gaucherepublicaine.org/combat-laique/musulmanophobie-ce-mot-mal-aime/1013
apeqli
 
Messages: 655
Inscription: Mer 30 Déc 2009 13:23

Re:  L"’islamophobie », un concept bien fumeux !

Messagede gloubi le Dim 23 Juin 2013 09:47

Une expérience qui m'est arrivée hier et qui m'a fait comprendre deux-trois choses sur le cet attrait que certains individus ont pour l'islam en général jusqu'au point de se convertir à cette religion.
Une famille tunisienne que je connais depuis de nombreuses années, un couple d'une cinquantaine d'années qui a six filles m'a invité au mariage de leur quatrième.
C'est la première fois que je me rends à un mariage musulman bien que celui ci était civil, à la Mairie, donc laïc.
Mais il y avait la mère et deux des sœurs entièrement voilées qui en côtoyaient d'autres habillées en jupes courtes.
Chacune avait donc fait son propre choix.
Il y a eu devant la mairie les "you-you" de joie chantés par les femmes. Sympa.
Et surtout une atmosphère de cohésion, un ciment très rassurant qui fait que j'ai compris en quoi ce communautarisme musulman est une sorte de cocon, d'abri que l'on ne trouve pas beaucoup ailleurs dans une société où l'argent rend la compétition entre les individus de plus en plus rude.
Tout le monde était content et moi-même plutôt fier d'avoir pu entrer dans ce cercle un court moment .
Pas d'inquiétude cependant, je ne vais pas me mettre à étudier le coran ni me laisser pousser la barbe. :)
gloubi
 

PrécédentSuivante

Retourner vers Débats de société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités