Phrases biphobes, florilège

Phrases biphobes, florilège

Messagede Roro le Jeu 27 Aoû 2009 18:37

"Les bi ce sont les pires, ils refilent le SIDA à tout le monde"

"si t'es bi c'est que tu dois être une vraie salope au lit"

"t'es bi c'est que tu ne sais pas ce que tu veux, faut trancher ma vieille"

"pour moi les bi ca existe pas..."

"mais tu sais X, ça ne me dérange pas que tu sois bi"

"[la bisexualité] c'est du vice"

"c'est bizarre"

"je ne coucherai jamais avec une bi, on n'est jamais certaine qu'elle ne fait pas la rabateuse pour son mec et que ce n'est pas un piège"

"Euh, c'est un peu comme si tu étais hétéro et homo en même temps ?"

"En fait, tu n'arrives pas à te décider, non ?"

"Tu es juste un homo refoulé, qui ne veut pas accepter son homosexualité et qui se cache derrière ça..."

"ben, si tu es bi, c'est que tu n'es jamais sortie de l'adolescence, et que t'as toujours pas fait ton choix. Faudrait que tu ailles voir un psy, il t'aiderait à te déterminer"

"t'étais avec un gars et puis avec une fille et puis maintenant tu regardes les mecs... mais, en fait, tu sais pas où t'es quoi ... "

"genre quand t'en as marre de coucher avec ton mari,tu chasses des filles quoi!!!????"

"si tu es bi,c'est pour faire plaisir à ton mec,tu ramènes des filles hohoppp badaboum et toi tu es soumise à ton homme,en fait!! "

"C'est bien que ta meuf et toi vous soyez plus ensemble, elle est mieux avec un gars normal"
Roro
 

Re: Phrases biphobes, florilège

Messagede conan le Jeu 27 Aoû 2009 19:12

Que veux-tu, on a fait du cerveau des gens un espèce de casier étanche, avec des sas hermétiques, un ensemble d'alvéoles, pour en faire des petites abeilles bien serviles... Image
...avec des petites cases partout...
quand l'abeille ne trouve plus ses petites cases, elle est toute perdue la pauvre ! :mrgreen:
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: Phrases biphobes, florilège

Messagede Vilaine bureaucrate le Ven 28 Aoû 2009 05:09

ah les biphobes, des victimes n'est ce pas conan?
Je sais pas toi mais moi je prends ça pour du foutage de gueule!
:roll: :evil:
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 2330
Inscription: Mar 24 Juin 2008 14:45

Re: Phrases biphobes, florilège

Messagede conan le Ven 28 Aoû 2009 12:49

Je passe sur le "foutage de gueule".
Des victimes ? Non, en l'occurence, des gens ayant des paroles voire des actes agressifs dont les bis, et pas seulement les bis mais avec l'aide de toutes les personnes que ça indigne, doivent se défendre avec détermination, lorsqu'ils attentent à leurs libertés.
Mais aussi, et c'est nécessaire de le comprendre je crois pour s'en défendre efficacement et durablement, des gens "comme tout le monde". Des gens qui n'ont pas toujours de paroles ou d'actes globalement pensés, des gens qui sont dans l'assentiment, dans la reproduction des grilles de lecture violentes du monde et des autres, qu'on leur distille depuis toujours par mille relais. Qui font qu'en plus d'être des moutons ils deviennent des loups, et exercent une violence insupportable, sans parfois même se rendre vraiment compte de cette violence qu'ils relaient ; et qu'il faut tacher de libérer eux aussi de leur carcan idéologique étriqué, pour mieux libérer les bis, durablement, de la violence qu'ils subissent.
J'ai tendance à penser qu'on se libère dans l'immédiat, et au cas par cas, par la résistance la plus déterminée à l'oppression ; et à long terme par un travail de destruction des fondamentaux idéologiques qui créent l'assentiment et donc la reproduction systémique de la violence.
A défaut de faire ce travail, et préférer être dans l'agression verbale, (y compris vis-à-vis de gens qui à priori soutiennent ton combat !), je pense que les bis s'en prendront encore longtemps plein la gueule....
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: Phrases biphobes, florilège

Messagede RickRoll le Ven 28 Aoû 2009 14:16

Ou alors tu réponds à l'agression par l'agression.
C'est ce que j'ai fait quelques fois, les personnes ont été surprises et ça a permis d'engager le débat et qu'elles se remettent (partiellement) en question.
Si tu ne réagis pas comme on réagit normalement à une agression, comment tu veux que les gens comprennent que tu es blessé ?
RickRoll
 

Re: Phrases biphobes, florilège

Messagede conan le Ven 28 Aoû 2009 14:25

RickRoll a écrit:Ou alors tu réponds à l'agression par l'agression.
C'est ce que j'ai fait quelques fois, les personnes ont été surprises et ça a permis d'engager le débat et qu'elles se remettent (partiellement) en question.
Si tu ne réagis pas comme on réagit normalement à une agression, comment tu veux que les gens comprennent que tu es blessé ?


En leur disant que tu es blessé, et en leur expliquant pourquoi tu te sens blessé.
Je trouve ça bien plus efficace que répondre par l'agression en retour... non seulement ça décontenance l'interlocuteur puisque, comme tu le dis, lui s'attend à ce qu'on réagisse "normalement" par l'agression (comme tout ce qui fonctionne dans cette société autoritaire d'ailleurs), mais en plus tu lui permets sans doute de comprendre que tes motifs ne sont pas seulement une réaction de susceptibilité, mais qu'en plus, tu peux expliquer en quoi tu le vis comme une violence. Ce qui fera peut-être réfléchir l'agrsseur à deux fois et a des chances de désamorcer son agressivité spécifique contre tous les bis/homos etc...
Je ne pense pas être bisounours en disant tout cela, je suis d'autant plus sincèrement convaincu que ça marche que, pour avoir été moi-même agressé plusieurs fois dans ma vie pour divers motifs, j'ai toujours désamorcé par le dialogue -même quand, de par ma taille et une petite connaissance en arts martiaux, j'aurais pu avoir le dessus par la force.
La seule fois où je me suis fait massacrer, c'est quand je me suis interposé par la force (il faut dire que j'étais seul contre dix...) : la victime s'est enfuie, moi je me suis fait mettre en pièces, et je doute que les agresseurs aient changé leur façon d'être en quoi que ce soit... :lol:
"L'anarchie, c'est la victoire de l'esprit sur la certitude" Georges Henein
Avatar de l’utilisateur
conan
 
Messages: 2633
Inscription: Sam 14 Fév 2009 17:48

Re: Phrases biphobes, florilège

Messagede fu hsang le Ven 28 Aoû 2009 19:03

c est marrant ça de tomber dans le panneau des etiquettes que les sociologues ont theorisé depuis des annees
pour ma part je ne suis ni heteri , ni homo , ni bi ,etc etc je suis 'prenom ) sexuel
ma sexualite represente une partie de mon moi , elle n entre donc pas dans les cadres du pouvoir ^^
fu hsang
 

Re: Phrases biphobes, florilège

Messagede Vilaine bureaucrate le Ven 28 Aoû 2009 21:26

Je suis d'accord avec RR:

La contre violence est necessaire, l'attitude d'acceptation religieuse ne fonctionne pas, c'est une pRoposition de dominants!!!! Qui nous proposent joyeusement d'etre des martyres!


Conan tu es un ennemi politique. (Entre autre, tu peux feindre ds le topic sur les Rote Zora de comprendre et de les soutenir, il n'en est rien).

DEFINITION DE L'OPPRIME:
<< Il y a un moment où il faut sortir les couteaux.
C’est juste un fait. Purement technique.
Il est hors de question que l’oppresseur aille comprendre de lui-même qu’il opprime, puisque ça ne le fait pas souffrir : mettez-vous à sa place.
Ce n’est pas son chemin.
Le lui expliquer est sans utilité.

L’oppresseur n’entend pas ce que dit son oppriméE comme un langage mais comme un bruit. C’est dans la définition de l’oppression.
En particulier les « plaintes » de l’oppriméE sont sans effet, car naturelles. Pour l’oppresseur il n’y a pas oppression, forcément, mais un fait de nature.

Aussi est-il vain de se poser comme victime : on ne fait par là qu’entériner un fait de nature, que s’inscrire dans le décor planté par l’oppresseur.
L’oppresseur qui fait le louable effort d’écouter (libéral intelle ctuel) n’entend pas mieux.
Car même lorsque les mots sont communs, les connotations sont radicalement différents. C’est ainsi que de nombreux mots ont pour l’oppresseur une connotation-jouissance, et pour l’oppriméE une connotation-souffrance. Ou : faire l’amour-viol. Ou : divertissement-corvée. Ou : loisir-travail.
Etc. Allez donc causer sur ces bases.
C’est ainsi que la générale réaction de l’oppresseur qui a « écouté » son oppriméE est, en gros : mais de quoi diable se plaint-ille ? Tout ça, c’est épatant.

Au niveau de l’explication, c’est tout à fait sans espoir. Quand l’oppriméE se rend compte de ça, ille sort les couteaux. Là on comprend qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Pas avant.
Le couteau est la seule façon de se définir comme oppriméE. La seule communication audible.
Peu importent le caractère, la personnalité, les mobiles actuels de l’oppriméE.
C’est le premier pas réel hors du cercle.
C’est nécessaire.>>

Christiane Rochefort.



conan a écrit:lui s'attend à ce qu'on réagisse "normalement" par l'agression
Non il ne s'y attends pas parce que l'ordre et tte la société accepte cette domination sexiste, ou hétérosexuelle.

conan a écrit:(comme tout ce qui fonctionne dans cette société autoritaire d'ailleurs),
Tu assimiles donc la révolte de l'opprimé et l'oppression de la société?

Tu es un ennemi politique.
Vilaine bureaucrate
 
Messages: 2330
Inscription: Mar 24 Juin 2008 14:45

Re: Phrases biphobes, florilège

Messagede Elly le Ven 28 Aoû 2009 22:55

Conan: ben personnellement moi jai l'expérience complètement inverse, c'est-à-dire qu'en tant que fille, lesbienne, ou trans, le dominant (ou la dominante) attendait toujours de moi soit que je prenne le temps de lui expliquer, de répondre à toutes ses questions, bref de me tenir à sa disposition, soit dans les cas d'agressions plus franches à ce que je reste soumise et que je la ferme. Et la seule fois où j'ai répondu à une agression par un coup (d'une force et d'une efficacité pourtant absolument ridicules) ben le gars était complètement décontenancé et s'y attendait vraiment pas, il cherchait même pas à riposter alors qu'il était largement plus costaud que moi... Il avait juste l'air surpris, genre «mais y'a pas de quoi s'énerver, d'habitude on me laisse faire».

Après un bémol cela dit, je pense qu'il y a un aspect «genré» hyper important, les rares fois où j'étais habillée de manière vraiment masculine et où on me prenait pour une fille masculine, c'était limite du genre «ah tu veux te prendre pour un mec, viens te battre».

Mais toujours est-il que dire qu'il faut pas réagir de manière agressive quand on est agressée me semble aberrant... je pense que toutes les réactions sont légitimes, ça dépend aussi de la situation, de l'humeur, du courage, de la personne, etc. Et y compris sur des personnes qui sont censées «soutenir», s'énerver un bon coup ça peut parfois permettre à la personne de prendre conscience qu'elle a merdé de manière vachement plus efficace qu'une discussion gentille. Parfois l'agressivité peut être pédagogique :mrgreen:

Sinon pour la biphobie, j'avais été vachement surprise dans une revue lesbienne, dans la section petites annonces, du nombre de cas où y'avait marqué «bi s'abstenir» (en fait c'était souvent «bi et trans s'abstenir», mais trans ça me surprenait moins). Je veux dire, je savais que dans le milieu LGBT il y avait une forme de biphobie et une forme d'invisibilisation des bis, mais que des personnes refusent de coucher avec d'autres personnes parce qu'elles ont des relations avec des personnes de l'autre genre... j'ai du mal à comprendre (enfin j'imagine qu'il y a un tas des arguments mis dans le premier post qui se cache derrière cette logique, mais bon).
Avatar de l’utilisateur
Elly
 
Messages: 9
Inscription: Lun 20 Oct 2008 16:35


Retourner vers Débats de société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités