La prison est née de la notion de propriété

La prison est née de la notion de propriété

Messagede Faubert le Mer 6 Sep 2017 09:11

La notion de propriété est née avec l ' apparition du patriarcat et la sédentarisation , et la fin des sociétés matrilinéaires , qui furent des sociétés égalitaires , sans aucune arme , et où la transmission des savoirs s ' effectuait de mère à fille .

" Lutte farouchement pour ce que tu crois être un noble idéal , mais abandonne tout effort , quand tu te sais battu . "

feu Hans Selye 1907-1982 ( l ' un des savants concepteurs de la notion de stress , dont la définition exacte est l ' inhibition de l ' action/réaction organique à l ' agression , selon feu Henri Laborit ) .

La prison est née de la notion de propriété . Nous savons par les travaux de feu la préhistorienne d ' origine Lituanienne Marija Gimbutas ( 1921-1994 ) que les premières civilisations furent avant tout matrilinéaires ( l ' héritage se transmet de mère en fille , l ' on sait qui est la mère mais pas le père ) . Il faut lire le monument archéologique qu ' est le livre de Gimbutas , " Le langage de la déesse " ( La civilisation de la déesse . Déesses et Dieux de la vieille Europe aux éditions harpercollins 1989 , puis en réédition aux éditions des femmes .)
Il semblerait que les guerres soient apparues avec la sédentarisation et la fixation au sol , ce qui engendra la constitution de la patrilinéarité , tout ceci découlant de l ' architecturation de la pratique de la propriété privée .

" Mes préférences : l ' âge des cavernes et le siècle des lumières . Mais je n ' oublie pas que les grottes ont débouché sur l ' Histoire et les salons sur la Guillotine . "

E.M. Cioran ( le mauvais démiurge 1969 )

Avec l ' apparition du patriarcat , ce sont les plus forts physiquement ou les plus malins , qui vont s ' approprier les biens et les choses , ainsi que les femelles des premières collectivités humaines . Ils en devinrent les chefs , les sorciers , les chamans et les prêtres . Tant que les ensembles humains furent sous la dynamique de la matrilinéarité ( des femmes polyandres et gérantes des communautés humaines ) , il n ' y eut point la guerre , il n ' y eut point d ' armes diverses non plus , et tout fut régi par un communisme de partage et d ' entraide , il n ' y eut point la moindre prison non plus , ni la moindre guerre . Mais la patrilinéarité va progressivement reléguer la femme dans un rôle subalterne . La notion de couple , comme la notion de prison , vont engendrer l ' appropriation privative des territoires . Les biens divers , le boeuf , les enfants , les femmes , les hommes , etc... ne vont plus appartenir à la collectivité en général , mais à un seul individu ou à quelques familles seulement .

Avec la structuration pyramidale des mentalités , et la naissance du patriarcat , il y a de cela plusieurs milliers d ' années , va naître aussi la cellule familiale . La notion de famille s ' architecturera et se fossilisera avec la construction du patriarcat . Le patriarcat a donc été une catastrophe pour l ' espèce humaine . La prison est constitutive de l ' appropriation privative .Un boeuf , une femme , un homme , une habitation , un bien , qui n ' appartiennent plus qu ' à un seul , une seule , doivent-être défendus et protégés . Et ceux et celles qui voudront s ' approprier ce boeuf ou ces divers êtres ou objets gratifiants , seront mis à l ' écart , dans un endroit clos d ' où ils/elles ne pourront s ' échapper .

Toutes les guerres sont nées avec l ' apparition de la notion de propriété ( c ' est un apprentissage ) , propriété , prison , guerre , sont les trois mamelles de la fin de la société communiste matrilinéaire ou matriarcale . De toutes les propriétés , la propriété sexuelle est la plus difficile à ne pas concevoir . Et d ' ailleurs l ' un des rares anarchistes individualistes à avoir écrit des livres sur la sexualité humaine est feu Emile Armand ( 1872-1963 ) . Et dans son livre " La camaraderie amoureuse .La révolution sexuelle " ) , il tente de prêcher pour " l ' amour libre " , mais depuis l ' apparition du patriarcat, nous apprenons la possession des choses , des êtres , des biens , des territoires , et ce depuis le berceau . Ce qui explique que beaucoup de communautés humaines , qui tentèrent des expériences communautaires communisantes , de partage sexuel , se soient effondrées .

" Ce serait bien d ' acheter des livres si l ' on pouvait acheter aussi le temps de les lire , mais on confond le plus souvent l ' achat des livres avec l ' appropriation de leur contenu . "

Arthur Schopenhauer ( 1788-1860 ) anthologie sur l ' art de l ' insulte

Mais , il suffirait néanmoins d ' apprendre et ce dès la naissance , autre chose que la propriété sexuelle ou autre , pour que nous consentions à tout partager , sans aucun effort , le plus " naturellement " du monde , et surtout sans aucune rivalité ni jalousie . Car ce ne sont pas les femelles ni les mâles qui manquent , et avec une autre éducation non privative , l ' on pourrait selon ses envies et ses goûts , avoir un ou plusieurs partenaires , vivre à deux , trois , quatre , cinq , etc ... notons au passage que la plupart des mammifères sont bisexuels . L ' orientation sexuelle peut-être bien évidemment un apprentissage socioculturel , et pas seulement , en tous les cas , une simple affaire de testostérone ou d ' oestrogènes ... car même ces fluides hormonaux , ces messagers chimiques , vont être orienté par toute une signalisation sociale et culturelle .

Mais ces messages sociaux et chimiques qui se combinent vont façonner les sexualités humaines . Le couple , la famille , les enfants , la prison , la guerre , sont donc des enfants de la notion de propriété , une notion de propriété très récente dans l ' histoire de l ' espèce humaine . Contrairement au personnage fictif Jean-Baptiste Botul ( 1896-1947 ) créé par le journaliste du canard enchaîné Frédéric Pagès et les oulipiens , Pat dit l ' invité lui est bien réel , en ces temps d'analphabétisation et d ' illettrisme spectaculaire marchand techno-industriel ou un article un peu " pointu " est jugé incompréhensible par la censure nèo-stalinienne , et donc refusé ou censuré . Mais peu nous importe , car nous sommes le diable , comme feu l ' acteur Jules Berry , dans le film fameux ( comme " Les enfants du paradis " 1945 ) " Les visiteurs du soir . "


Patrice Faubert ( 2010 ) peuète , pouète , puète , paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
Faubert
 
Messages: 212
Inscription: Mar 8 Mar 2016 09:37

Retourner vers Débats de société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité